74 réflexions sur « LE TEMPS QU’IL FAIT, LE 20 MAI 2011 »

  1. Comme je vous ai déjà entendu énoncer que vous seriez de formation “lacanienne”, je m’étonne à chaque fois de votre insistance à prononcer “sinthôme” les indices de dysfonctionnements ou d’implosion à venir. Est-ce par coquetterie, parce que décidément cette vielle orthographe fait plus chic, ou bien est-ce que vous avez vraiment une (mé)compréhension à vous du “sinthôme” de Lacan. Chacun de vos emplois correspond davantage à ce qu’on appelle tout classiquement “symptôme”. Un sinthôme, ça fait tenir une structure borroméenne mal nouée. Alors que ce que vous désignez comme “sinthôme” sont des signes avant coureur d’une aggravations prochaines. Des symptômes, quoi.

Les commentaires sont fermés.