LES CHÈQUES DE LA HONTE, par Charles Sannat

Billet invité

C’est la grande mode. À chaque problème de pouvoir d’achat la fausse bonne idée d’un chèque correspondant est mise en place.

M. et Mme Toutlemonde ne peuvent plus se nourrir décemment à midi et voilà le chèque restaurant. M. et Mme Toutlemonde ne peuvent plus partir en vacances et payer les péages et voici le chèque vacances. D’ailleurs les péages d’autoroute sont une gabelle moderne versée à des sociétés privatisées ayant racheté une misère une infrastructure financée par les impôts de l’ensemble du peuple français pendant des décennies. Cette gabelle profite aux actionnaires ce qui est normal. Il serait scandaleux bien sur que la collectivité profite des sommes versées à chaque passage. Un actionnaire étant un être supérieur il est normal de lui verser la dîme. Sachez-le manants!

Puis, le chèque de rentrée car M. et Mme Toutlemonde ne peuvent plus payer les fournitures scolaires pour leur enfants ni les habiller convenablement. Pour M. et Mme Classesupérieures il y a le chèque emploi-service pour payer femme de ménage, nounou ou jardinier. Il ne faut pas oublier que M. et Mme Classesupérieures deviennent de moins en moins supérieurs. Seuls les mégas riches continuent à s’empiffrer.

Lorsque le prix de l’essence augmente on évoque la possibilité d’un chèque essence. Pour le fioul domestique qui sert à se chauffer, il y a bien désormais le chèque chauffage. Certains esprits chagrins dont je fais décidément partie font bien remarquer que plus de 80 % du prix d’un litre de carburant sont des taxes mais chut… faisons un chèque.

Il ne faut pas oublier le chèque lire, pour acheter des livres, les chèques cadeaux que les entreprises utilisent à merveille en lieux et place d’une commission. Mon petit salarié tu as très bien travaillé. Voici 50€ en chèque cadeaux. « Dis merci patron ! ». J’en ai reçu quelques-uns de ces chèques « cadeaux ». Ils sont insupportables. Ils ne se mettent pas de côté (il y a une date de validité) et je ne dois vraiment pas avoir de chance car à chaque fois, ce que je veux acheter est toujours plus cher que le chèque dont je dispose. Donc je dépense plus et m’appauvris en réalité à chaque fois que j’en reçois un… Merci patron quoi ! Je vous passerai le détail qui consiste en différentes marques de chèques cadeaux qui sont valables chacun dans un type de magasins différents.

Comme l’École est l’éducation doivent devenir une marchandise comme les autres, des députés géniaux proposent un chèque éducation (M. et Mme Classesupérieures rajouteront certainement un peu de leur poche pour que leur enfants accèdent aux meilleures écoles tandis que M. et Mme Toutlemonde qui ont un fils iront dans les écoles les moins chères et les moins bonnes, mais chut..).

Ces chèques que l’on reçoit, que l’on prend et qu’on utilise sont des chèques de la honte. Ils masquent le véritable problème.

Quel système économique souhaitons-nous ? Quel partage, quel contrat social ?

L’enjeu du pouvoir d’achat sera au centre de la campagne Présidentielle de 2012. Il est fort probable qu’un candidat « audacieux » finisse par nous proposer un chèque caddy pour faire nos courses toutes les semaines. Il ne faudra pas se méprendre. Ce chèque caddy sera un mélange de soupe populaire moderne et de ticket de rationnement qui ne diront pas leur nom. Nous aurons alors atteint le fonds.

Il occultera encore une fois l’absence du seul chèque utile, valable et indispensable… le chèque du salaire de fin de mois. Un emploi et un salaire permettant à M. et Mme Toutlemonde de vivre de leur travail.

Mais il devient tellement rare qu’un Petit Prince moderne pourrait demander… « dis, dessine-moi un travail ».

5Shares

62 réflexions sur « LES CHÈQUES DE LA HONTE, par Charles Sannat »

  1. Merci de traduire cette exasperation que je ressens quand je paie mais impots et qu’on me traite comme un gamin à qui on offre une sucette en retour !

  2. Je pense au contraire que la monnaie locale, dédiée et non capitalisable (réservée à consommation) serait un très bon outil politique. Certaines contraintes (chèque restaurant plutôt que chèque alimentation, utilisation limitée en nombre, valeur faciale trop importante…) empêchent néanmoins de vraiment l’utiliser comme il faut.
    L’euro ne devrait être qu’une monnaie de référence type bancor à l’intérieur de la zone euro.

    1. je n’aime pas ces chèques restaurant, chèques vacances, prime à la casse et co,
      vers cette tentation du politique, d’une mise déguisée de nos consommations sous tutelle
      alors qu’ils pourraient travailler d’abord à choisir de mettre sous tutelle le « Marché » et les budgets qui se jouent à tord et à travers, sous le règne de la profitation, jusque de s’engager à spéculer pour la grande braderie de la planète et de l’humanité

      1. Tout d’abord ce n’est pas une mise sous tutelle mais une orientation économique et une contrainte sur la capitalisation: encadrement du libéralisme et du capitalisme. Ensuite c’est le changement de paradigme: aujourd’hui on parle, abusivement, de pouvoir d’achat, il faut revendiquer un droit à la consommation, ce n’est pas vraiment pareil et on met le doigt sur des problèmes sociaux en terme d’égalité, d’identité, de collectivité, de responsabilité… on sort justement du marché là.

  3. A écouter pourtant nos responsables, ce serait nous qui serions pour une société d’assistanat…

  4. Bonjour Charles, je rejoins votre écoeurement sous-jacent au ton ironique de ce billet…
    Bien entendu qu’ils nous referont le coup du pouvoir d’achat dans la campagne 2012… Et d’autres coups toujours plus tordus, de fausses promesses qu’ils n’ont même plus à dissimuler ou justifier puisque les citoyens vont toujours aux urnes pour défendre leur puissant droit à la participation à la politique de leur pays…
    Tant qu’il y aura des votants, dans ce système par représentation, il y aura des élus, plus menteurs et corrompus que les précédents…
    Oui, l’abstention et la désobéïssance civile sont une arme dans cette guerre sociale…
    Le jour où tous les automobilistes décideront, ensemble, de franchir les péages sans les payer, on aura avancé un peu… Mais là, j’abuse de rêveries…
    Donc, en attendant un grand soir qui ne viendra point, le plus malin s’en sortiront, ceux qu’on appelle les voyous, bandits, escrocs… par nécessité, mais qui préfèrent voler plutôt qu’accepter d’être achetés par les chèques dont vous parlez…
    Bien à vous

    1. @ Meoni

      Donc, en attendant un grand soir qui ne viendra point, le plus malin s’en sortiront, ceux qu’on appelle les voyous, bandits, escrocs… par nécessité, mais qui préfèrent voler plutôt qu’accepter d’être achetés par les chèques dont vous parlez.

      A lire votre post, on a assez l’impression que vous vous classez vous-même parmi les « plus malins ».
      C’est assez inquiétant.

      1. Peut-être se sent-il « plus malin », mais désabusé, il l’est aussi…

        L’interprétation est sans limite…

      2. Ça vous semble moins inquiétant de subir les malins politiques et financiers qui sont au pouvoir ?
        Ils montrent l’exemple en s’appropriant, par ruse et par force, ce qui ne leur appartient pas, et souvent appartient à tous…
        Pourtant, seule une minorité s’en offusque et se défend, rompus, faute d’alternatives, à employer les mêmes armes, face à une majorité complice par le silence et l’inaction…
        Il faut choisir son camp, camarade… !
        Car, même si tout n’est pas toujours blanc ou noir, dans ce bas monde, il y a en ce moment trop de nuances de gris dont chacun espère encore profiter un peu, à son échelle.
        Et de guerre lasse, d’espérances perdues depuis tant d’années à prêcher dans le désert, j’ai choisi mon camp, comme beaucoup d’autres, fraudant le système amoral et immoral qui nous saigne peu à peu… Celà se serait appelé, en d’autres époques, résistance, ou terrorisme, selon le point de vue d’où l’on se plaçait, bien sûr, mais refusant de vivre courbé face à des règles illégitimes inacceptables et révoltantes…
        Alors inquiétant, oui, mais tout dépend pour qui… Cordialement

      3. J’aime bien votre réponse.
        Pouvoir dire « oui, mais l’autre de la hiérarchie supérieure, il le fait aussi », ça libère de certaines responsabilités morales.
        A côté de la morale, il y a la vie de tous les jours: la femme, les enfants,etc… Je sais.

        Faut se trouver une passion, moi je dis…

      4. @ Tim K :

        Pouvoir dire « oui, mais l’autre de la hiérarchie supérieure, il le fait aussi », ça libère de certaines responsabilités morales.

        Inversement : C’est parceque la hierarchie le fait déjà que je me proclame le droit d’en faire autant…
        C’est ça ou crever… le choix est assez restreint quand on n’a pas les idées suicidaires !
        Amicalement…

  5. Cette histoire de chèque ceci et de chèque cela est évidemment ridicule et contribue à la fois à rendre opaque les rémunérations réelles et à donner à penser que les petits salariés et les familles « nombreuses » bénéficient de plein d’avantages – sous entendu, ils n’ont pas à se plaindre et on pourrait même faire des économies là-dessus : alors qu’en réalité la valeur de ces « avantages », relativement au salaire direct et indirect (les prestations sociales,) est très faible. Cela ne saurait donc remplacer l’augmentation nécessaire des bas revenus. Ceci étant, ce sont tout de même des prestations bénéficiant essentiellement aux salariés et il suffirait de les mettre sous condition de ressources pour qu’elles profitent uniquement au salariés de base. Le sacrifice demandé aux classes aisées serait modeste et supportable (si j’en juge par mon propre cas et celui de mes amis). Cela permettrait de récupérer quelque argent dont le budget de l’etat a le plus grand besoin et pourrait prendre place dans la grande réforme fiscale que tout le monde nous annonce. Mais pourquoi j’ai l’impression que ce ne sera jamais fait par la droite et qu’il va même fallloir pousser pour que la gauche le fasse ?

  6. Faisons le lien entre les deux articles :

    Une contribution « exceptionnelle » de la part de Très Hauts Revenus.
    Un chèque « exceptionnel » pour les autres.
    Le règne du « cas par cas » : dissolution de toute règle collective valant pour tous (et de tout projet politique).

    De même, disparition des contrats de travail classiques au profit des « forfaits », « contrats au projet », et autres variantes illégales, avec négociation individualisée des conditions.

  7. « les péages d’autoroute sont une gabelle moderne versée à des sociétés privatisées ayant racheté une misère une infrastructure financée par les impôts de l’ensemble du peuple français pendant des décennies. »

    tellement vrai !! une des choses qui me fait douter que nos « démocraties » soient autre chose qu’un décor de théâtre en carton-pâte ..

    1. Je cite :
      une des choses qui me fait douter que nos « démocraties » soient autre chose qu’un décor de théâtre en carton-pâte ..

      OUPSSSSSSSSSSSS ne pas confondre démocrates et oligarques condescendants m^me en deux mots si vous voulez…………………

      pouvoir de vieux ou vieux du pouvoir ????

      question d’état d’esprit, pas d’age bien entendu…………je précise okazou. ……..

      pour paraphraser M Audiard : ça use (le pouvoir…..et ça sclérose !) , c’est m^me à ça qu’on les reconnait !!!!

      les povs…………..n’est ce pas la aussi la veritable misère ????

  8. Je travaille dans une entreprise qui offre des chèques vacances et des chèques cadeau pour les fêtes de noël notamment,je ne m’en sent pas moins rabaissé ou humilié, je suis un simple opérateur dans une grosse usine de jouets pour adultes millionnaire mais je ne tape pas sur cette classe là.La contribution exceptionnelle des plus riches,très bien, mais cela ne résoudra pas notre problème si nous commencions par stopper l’idée que payer des impots c’est mal et c’est chiant et si nous commencions par consommer raisonnablement,un peu moins de télés,de portables,de fringues, de chaussures ou même de lunettes si nous commencions à devenir responsable.Le pouvoir appartient au peuple à ce que l’on dit a condition qu’il est la tête sur les épaules et cela fait quelques décennies que le peuple a la tête ailleurs.Sa tête, au peuple, elle est dans les panneaux publicitaires elle aussi dans cette pseudo culture de masse qui nous coûtent soit dit en passant la peau du cul la tête du peuple elle est dans le droit a tout va, partout et tout le temps.Alors si vous n’aimez pas les chèques vacances ou les chèques cadeau donnez les moi je les accepterai bien volontiers.

    1. Oui tous les chèques cadeau du monde……….. et aussi du pain et des jeux dixit Jules César empereur romain !

      Enfn le pain dépéchez vous il n’y en n’aura bientôt plus pour tout le monde……..allez hop…….circulez ….il n’y a rien à voir……..

    2. la réponse est dans ce petit livre facile à lire … Pour éviter les fausses évidences …
      Comment les riches détruisent le monde
      Et si la dégradation de l’environnement était intimement liée à la crise sociale dans le monde ? En effet, ceux qui détiennent les leviers politiques et financiers sont aussi les promoteurs d’un modèle de consommation à outrance, dévastateur pour la planète… mais imité par les couches moyennes. Que ceux du haut de l’échelle misent sur la décroissance, et l’effet d’entraînement est assuré… La préservation de la terre passe par plus d’égalité.
      Par Hervé Kempf
      http://www.monde-diplomatique.fr/mav/99/KEMPF/16157

      1. H Kempf présente des argument interessants et propose des pistes vers une sobrieté raisonnable au niveau humain et ecologique.

        Je n’aime pas ce mot de décroissance et je lui préfère l’équilibre et la sobriété heureuse de Pierre rabhi. Sur terre comme dans l’univers tout est en mouvement et en croissance et aussi en decroissance, bref un changement permanent alors pourquoi vouloir figer la vie et son
        processus ?

        La decroissance aussi bien que la fuite en avant débridée me paraissent en contradiction avec les lois naturelles de la vie , il s’agit de retrouver le point d’equilibre et H Kempf , effectivement , en parle avec conscience et lucidité.

        Ce qui vous parait evident peut ne pas l’etre pour d’autres. Si chaque indidvidu était vraiment bien avisé et conscient des enjeux ainsi que des errements stupides de nos elites dirigeantes peut etre n’en serions nous pas arrivé à cette extrême……….pour qu’enfin ils sortent de leur torpeur !

        Il faut savoir parfois accepter de payer le prix de sa paresse et de son panurgisme sinon les faits et la vie qui sont decidemment bien têtus s’en charge et là……..ça rigole moins !!!!

      2. Il y a une chose qui est toujours en croissance: la population…Il faudra beaucoup de progrès technique et scientifique pour satisfaire ses besoins, non pas pour consommer mais pour vivre tout simplement, ce qui est assez différent. Or j’ai l’impression que les décroissants ne sont pas vraiment des adeptes de la science et de la technique, non?

  9. A Patras, ville portuaire sur la côte greque, vous pouvez bénéficier d’une monnaie virtuelle, baptisée « Ovolos ». Elle sert pour créer un marché basé sur des échanges entre consommateurs, du style: tu me répares mon vélo, je te donne en échange une chemise……
    C’est peut-être une piste pour préparer l’avenir
    🙂

    1. Mais la monnaie locale (non convertible en euros) existe en France. Plus de 400 Sel (Système d’échange local) l’utilisent déjà au quotidien.

  10. la question qui se pose est :

    20% de travailleurs à 40h/semaine & 80% de chomeurs

    ou

    80% de travailleurs à 20/28h par semaine & 20% de chomeurs ?

    un choix de civilisation .

    une place pour tous !

  11. Billet plaisant et très Français.
    Question à 100 milliards du jour: combien, parmi les commentateurs, voteront en 2012 pour ceux qui les ont tondu, les tondent, et les tondront?

    1. Parmi les commentateurs, visiblement de moins en moins…
      Parmi les français, on peut risquer quelques chiffres pour 2012,
      avec très très grande marge d’erreur j’en suis sûr…
      Les ont tondu, les tondent, les tondront (PC-PG-PS- EELV-UMP-FN): 45- 55%
      Abstention: 30-45%
      Anti-K (LO-NPA): 5-10 %

      1. Si évidemment vous comptez le Front de Gauche dans ceux qui tondront, on est pas prêt de changer de système…..

      2. Mettre le PC et le PG dans le même sac que l’UMPS et le FN, c’est un peu court. Est-ce la croyance des durs du NPA ?
        Le PC et le PG sont aussi anti-capitalistes.
        Et si « la gauche de la gauche » qui a les mêmes analyses à 95% se réunissait pour une bonne fois. Elle pourrait peser sur le PS lors de la formation d’un gouvernement. C’est ce qu’a fait « Die Linke » en Allemagne dans certains laender depuis 1990. Et ce que n’avait pas fait le PC allemand en 1933, avec les conséquences que l’on sait.

  12. A quand un chèque Justice ?

    Les frais d’avocat commis d’office ont eux aussi augmenté. Mince alors ! Pas sûr oui, que tout le monde puisse profiter dans le futur de la jurisprudence DSK dite :  » à la soulagée  » ….

    Je me soulage, tu es soulagé, il soulage , nous sommes soulagés, vous vous soulagez, ils se soulagent, etc… la Justice quoi ! La vraie, celle de maintenant. Mais pas pour tout le monde, hein ! car la Justice dorénavant dans la société contemporaine de  » l’octroi privé renforcé « , c’est comme pour les autoroutes, tout le monde  » peut pas payer  » . C’est comme ça. Circulez !

  13. Les chèques repas et autres sont une quasi monnaie. Ils augmentent la M1 de de manière discréte .
    En plus d’être peu valorisant pour les bénéficiaires, ils sont un gaspillage d’énergie et de temps.
    Par exemple la Sabena (ex compagnie aérienne Belge) estimait a 2,5 équivalents temps plein le personnel nécessaire à la distribution. En plus de cela il fallait ajouter le temps « perdu »par les travailleurs pour venir chercher leurs chèques. Imaginez tout un atelier (hangar pour avions) qui interromps son travail pour venir faire la file et signer le bordereau de réception …
    Ensuite le temps perdu par les caissières à vérifier la date de validité, et le nombre max de chèques acceptable. Tout cela parc qu’une loi dit que l’employeur ne doit pas payer de charges sociales et que l’employé n’est pas taxé sur le chèque de 5.9 euros par jour.
    En fait je ne pense pas que beaucoup de personnes mangent pour moins de 118 euros par mois. Il suffirait que la loi qui autorise un paiement hors taxe de 118 euros mensuel pour supprimer cet hérésie. Mais tout le monde semble contant. Les syndicats voie cela comme un avantage social acquis et beaucoup de travailleur aussi. Le chèque repas est perçu comme un plus, le remplacer par un défraiement repas ne semble pas avoir la même portée symbolique.
    Evidement le duopole Sodexo – Chèque repas y trouve son compte. Il y a pas mal de marge sur ce marché. D’abord les frais les entreprises paient plus que la valeur faciale des chèques. Ensuite les intérêts sur les sommes immobilisées. Entre le paiement par l’entreprise et le remboursement du commerçant l’argent travaille pour l’émetteur du chèque. Ensuite les perdus et périmés oubliés dans un veston, lessivé les chèques sont perdu pour l’utilisateur mais c’est tout bénef pour la société émettrice. Bref il doit y avoir un sacré lobby pour maintenir cela en place …
    En Belgique une banque et une assurance (Crédit Communal et SMAP ) Maintenant Ethias et Dexia s’étaient sont même frottée à ce marché lorsque l’état Belge avait décidé de donner des chèques repas aux fonctionnaire. Ils avaient fondé Publichèques qui à concurrencé le duopole quelques années mais ils n’avaient pas un marketing agressif ayant déjà le 50 % du marché grâce à la fonction publique. Je ne sais pas pourquoi ils ont arrêté
    Article le soir

  14. Manque à la liste des enfumages idéologiques et cadeaux de la bonté patronale
    la prime Pschit de Sarko, et autres participations aux bénéfices…

  15. Vous avez lâché le mot approprié: ticket de rationnement.
    Il ne manquerait plus que les pauvres se trompent de marchandise à se procurer, où réfléchissent sérieusement à s’enrichir…

  16. D’où la nécessité de rassembler tous ces chèques et donner à tous un revenu minimum garanti !!

    Un tel revenu n’est pas un « chèque de la honte », c’est un chèque de citoyenneté, de dignité, et de liberté.

  17. Voyez bien que les français n’ont pas honte…honte à eux…qui ne sont que des esclaves…..ne méritent que les dirigeants qu’ils ont.

  18. Sauf que Peyrelevade a vendu la mèche : il est prêt à payer…20 ou 30000 € de plus. A se tordre de rire. A rapprocher des 300 millions nets donnés à Tapie au terme d’une invraisemblable série d’irrégularités entre copains (Voir Mediapart), sûrement LE scandale du quinquennat.

    Quoiqu’il en soit, petit à petit, ce pays s’est rapproché des USA, verrouillage social en plus. Ceci est particulièrement vrai dans le domaine de :
    – la santé (entretien d’une caste de praticiens endogamique, surpayée par le contribuable, pratiquant officiellement la surfacturation et à la solde des labos) sur fond d’accès aux soins se réduisant.
    – l’éducation, où la masse paie les écoles et facultés d’élite aux rejetons des plus riches, cependant que, de plus en plus, ses propres enfants n’ont même plus accès aux établissements les plus ordinaires (logement, frais, droits d’inscription,…).

  19. Quand j’étais gamin, il y avait ‘les chèques Tintin’. Dans peu de temps, la plupart des Français pourront se faire Tintin et se serrer la ceinture.
    Oui, vraiment, traités comme des gamins avec des points de permis et les consignes gnangnan de Bison Fûté, les radars pédagogiques et des programmes ludiques à la télé encadrés par des pubs infantilisantes plus que puériles, et débilitantes au possible. Là est la véritable fabrique du crétin !
    Une manipulation de masse qui ne dit pas son nom…
    À quand le chèque « dettes de l’État à faire payer par nos petits enfants » ? Oh ce sera un gros chèque de plus de 25 000 €uros par tête de pipe dès la venue au monde, s’il reste encore des maternités pour ce faire…

  20. Juste une petite pensée quant au titre du billet:

    « l’échec de la honte » ou « les chèques de la honte » ?

  21. Un peu contradictoire la référence aux autoroutes privatisées, alors que l’argent devrait aller à l’état, et la critique des taxes sur l’essence…

  22. avec ce blog les renseignements généraux n’ont plus a se déplacer pour avoir une idée de l’opinion publique . Pour rentrer dans la police il faut savoir lire et écrire, donc ils doivent nous lire

  23. Je rejoins Stan:

    ces chèques-cadeau sont l’avenir: il suffit
    1) qu’ils ne soient plus attachés à un bien ou service particulier (chauffage, rentrée, péage, cadeau, etc…) mais libellé en euros, sans date de péremtion (à part peut-être un aspect fondant cher à un certain commentateur du blog 😉
    2) qu’ils soient donnés mensuellement à tout citoyen (presque) majeur, qu’il travaille ou non, qu’il paie des impôts ou non
    3) qu’il soit déposé sur le compte en banque centrale dont chaque citoyen majeur devrait disposer (pour pouvoir profiter des services électroniques de paiement sans passer par les banques commerciales)
    Cela en fera une « allocation universelle », socle de toute liberté (et qui devrait être porté au niveau le plus haut possible qui est soutenable dans la durée)

    Il n’y a en effet plus de plein emploi intéressant et socialement utile pour tous. Diviser ce qu’il reste de travail de manière équitable est beaucoup trop rigide: certains veulent travailler plus, d’autres moins.

  24. Quel optimisme!
    Les différents chèques évoqués dans ce papier seront un luxe inutile dans la société future, telle qu’elle se dessine. Que fait donc habituellement notre système économique quand il est au bout du rouleau? La guerre. En l’occurrence, il pourra s’agir en Europe de quelques conflits locaux, voire banlieusards, enracinés dans un racisme nourri de discours xénophobes bien léchés, qui seraient en passe de se banaliser et de s’affirmer comme une doxa, certes encore honteuse, mais incontournable. Donc, des milices, des mobilisations, des combats, des destructions, des règlements de compte à foison et, parallèlement, un silence assourdissant à propos du partage de la richesse ou de l’exigence d’une société plus juste dont la haine n’a que faire.
    C’est bien là le drame qui se dessine, quand les « partis de gouvernement » trahissent allègrement les électeurs au bénéfice d’une oligarchie étroite mais si gourmande, et que l’extrême droite, aux aguets, peut avancer plus ou moins masquée, parée de la vertu trompeuse des démagogues. Où sont les « hommes d’Etat » dignes de ce nom? Je lance un avis de recherche… Donc, en l’état actuel des choses, au moins en Europe, foin des chèques, le pauvre et le futur pauvre ont besoin d’un peu de vin, de quelques miettes de pain, et de solides boucs émissaires. Faisons confiance pour réaliser cet affreux programme au « réalisme » de l’UMP, du PS (etc…), et aux ravages nés du désespoir fondé de tous ceux qui ne voient plus aucun avenir ni pour eux, ni pour leurs enfants. Puissent en l’occurrence les présidentielles de 2012 donner à notre pays un nouvel espoir, des voix différentes se font entendre de plus en plus fortement. Quant à cette Europe technocratique, qui peut encore, en dehors des élites et de ceux qui partagent leur table, en attendre quoi que ce soit?

    1. A priori la solution qui se dessine pour certains politiques c’est plutôt des grosses guerres avec destruction des infrastructures et la suppression d’une partie de la population active (sans compter les vieux bien entendu).
      Il me semble que la tentative de création d’un ennemi est encore trop faible, et peut-être pas suffisamment proche. Il est possible aussi que la construction d’un unique ennemi commun ne fonctionne pas, la guerre civile est peut-être incontournable mais ce serait très difficile d’inventer des guerres civiles un peu partout sans qu’on se rende compte qu’il s’agit de la même chose, et puis la population est en train de se détourner des moyens de communication de masse. Alors oui, on peut encore être optimistes.

  25. Quelle charge incroyable et juste sur ce qu’est en train de devenir notre République, si chère à mes yeux!

  26. Bonjour,

    J’ai beaucoup apprécié ce billet intitulé Les chèques de la honte.

    Je partage votre perception et analyse de ces chèques. Tout concourt à dilluer la paupérisation en France jusqu’a faire oublier l’essentiel très bien résumé dans les dernières lignes de votre article :
    « Il occultera encore une fois l’absence du seul chèque utile, valable et indispensable… le chèque du salaire de fin de mois. Un emploi et un salaire permettant à M. et Mme Toutlemonde de vivre de leur travail.

    Mais il devient tellement rare qu’un Petit Prince moderne pourrait demander… « dis, dessine-moi un travail ».

    Les cartes de fidélité des hypermarchés donnant quelques centimes d’euro de réduction, l’avènement des magasins d’alimentation hard discount avec leurs cartes…

    Apparemment les nouveaux pauvres constituent un réel marché…qui grandit de jour en jour…Miam pour les grands groupes divers et variés. Miam pour ceux qui s’enrichissent de plus en plus. Quand les gens en bavent chaque jour, luttent pour survivre, ils n’ont pas le temps ni l’énergie pour discuter des problèmes de société.
    Les discussions qui se terminent toujours par des « Mmmmenfin, voilà on a refait le monde, ciao rentre bien !  » ou des « Ouai mais ça ne va changer le monde »…on connait tous !

    Le Petit Prince demeure l’un des livres les plus appréciés dans le monde. Les derniers mots de l’aviateur narrateur St Ex sont les suivants : « Alors, soyez gentils ! Ne me laissez pas tellement triste : écrivez-moi vite qu’il est revenu… »
    Pourtant en 2011, malgré le succès planétaire de cette oeuvre, l’appel lancé aux hommes par St Ex n’ a toujours pas eu d’écho !

  27. Au contraire de vous je pense que le système des bons ou « vouchers » est appelé a se développer car répond aux aspirations contradictoires de notre société que sont la liberté mais avec un filet de sécurité! En gros ca revient à individualiser la protection sociale et l’emploi de services publics de manière non corporatiste comme malheureusement on a tendance à le faire dans ce pays ( la fameuse maladie du statut).En gros on vous remet un carnet de bons qui correspond à votre situation et a celle de vos proches restés a votre charge ,vous le remettez a l’organisme publique ( ou dans certains cas privé ) et l’état règle la facture correspondant au bon!Ce qui revient à rendre responsable ( un gros mot pour un certain nombre de personnes ) l’individu de son devenir .Pour exemple ce système existe a Monaco pour les aides sociales alimentaires pour permettre aux nécessiteux d’acheter des produits frais au marché.

    1. Y a que les « nécessiteux » qui doivent être rendus responsables? Ceux qui consomment la planète eux, ne sont pas irresponsables? ceux qui usent et abusent de notre bien commun, la planète, eux, sont des gens res-pon-sa-bles? Oui, responsables de la pollution, responsable de l’épuisement des ressources…et là, c’est tout ceux qui ne consomment pas qui doivent régler la facture comme vous dites.

Les commentaires sont fermés.