AVIS DE GROS TEMPS POUR LA GESTION DU RISQUE DE MARCHÉ !

Ce texte est un « article presslib’ » (*)

Vendredi, en une seule séance des marchés à terme, l’or a perdu 5,8 % de sa valeur, et l’argent-métal, 17,8 %. Vu l’état actuel des marchés financiers et de l’économie en général, qui amorce depuis quelques semaines la deuxième branche de l’évolution en « W » ayant débuté en 2007, la chose pourrait apparaître surprenante, le métal précieux étant le prototype-même de la valeur-refuge.

En réalité, le fait que le prix des métaux précieux – et l’or en particulier – grimpait régulièrement depuis le mois de février, doit être interprété rétrospectivement comme un signe de la relative bonne santé des marchés financiers durant les trois premiers quarts de l’année.  Car si le prix de l’or et de l’argent baisse en ce moment, ce n’est pas parce qu’ils ont cessé de jouer le rôle de valeur refuge, c’est parce que certains qui en possèdent le vendent en ce moment, non pas pour réaliser leurs gains mais parce qu’ils ne peuvent pas faire autrement : pour payer leurs dettes qui se creusent ailleurs, ou parce que les chambres de compensation des marchés où ils sont positionnées leur adressent des appels de marge, c’est-à-dire leur enjoignent d’approvisionner leur fonds de réserve, en raison des pertes qu’ils subissent là.

Autrement dit, les ventes d’or et d’argent auxquelles on a assisté la semaine dernière et vendredi en particulier, ne sont rien d’autre que les ventes en catastrophe d’intervenants en position délicate. Une personne interrogée hier par le Wall Street Journal signalait en particulier « qu’il semble que des banques européennes vendent de l’or, peut-être pour augmenter l’argent liquide dont elles disposent et étançonner leur bilan ».

Lorsqu’on entre dans des périodes de vente à la casse sur les marchés financiers, comme les ventes de métaux précieux dans la journée de vendredi, le plongeon se transforme bientôt en chute en vrille. Gérer le risque de marché exige en effet que le prix de certains produits monte quand celui de certains autres baissent. Or, quand chacun se débarrasse de tout ce qu’il possède parce qu’il n’a en réalité pas d’autre choix, comme c’est le cas en ce moment, le prix de tous les produits s’effondre simultanément. La couverture des positions financières – leur protection contre la perte par la prise de positions sur des produits dont le prix grimpe quand le leur baisse – cesse d’être possible et la gestion du risque entre en régime chaotique. Ce fut le cas vendredi, quand les pertes essuyées obligèrent les intervenants à se délester de certains de leurs actifs, dont la quantité offerte à la vente fit alors baisser le prix, causant des pertes à d’autres intervenants qui furent obligés de faire de même, et ainsi de suite, créant une spirale infernale.

Les mésaventures de M. Adoboli à l’Union de Banques Suisses, révélées la semaine dernière, nous rappelaient de manière dérangeante celles de M. Kerviel au début de l’année 2008. Les ventes à la casse de vendredi nous replongent elles aussi dans l’atmosphère de 2008. Contrairement à ses homologues de la Société Générale qui avaient choisi de se maintenir à la barre, M. Oswald Grübel, P-D.G. d’UBS a préféré démissionner aujourd’hui samedi. Comment interpréter son geste ? Retour en force du sens de l’honneur à la tête des banques ? Ou jet, beaucoup plus troublant, de l’éponge ?

(*) Un « article presslib’ » est libre de reproduction numérique en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. Paul Jorion est un « journaliste presslib’ » qui vit exclusivement de ses droits d’auteurs et de vos contributions. Il pourra continuer d’écrire comme il le fait aujourd’hui tant que vous l’y aiderez. Votre soutien peut s’exprimer ici.

Partager :

146 réflexions sur « AVIS DE GROS TEMPS POUR LA GESTION DU RISQUE DE MARCHÉ ! »

      1. Trop gaullien!

        Certes, mais encore !

         » Chienlit ( 1534) composé de la forme verbale chie, de en, et de lit, a eu le sens propre de  » celui qui chie au lit « . Par extension, il a désigné un personnage de carnaval ( 1740 ) d’où, au féminin une mascarade débridée, développant le sens moderne de  » pagaille, désordre  » …. »
        / Dictionnaire historique de la langue française.

        Voilà qui parait bien convenir aux « bizarreries » actuelles …

        Sans oublier le père Freud quant au sens premier !

  1. je vous cite :

    Or, quand chacun se débarrasse de tout

    s’agit-il de l’or ou de tout ?
    c’est important pour comprendre le jet de l’éponge !
    m’enfin…

      1. en fait ils vendent les meubles avant la saisie !
        (c’était un gag attribuant à la conjonction de coordination une valeur refuge… « or » … 🙁 sorry !

      2. Moi, j’aimerais bien que ce « tout » englobe surtout l’immobilier ; qu’il chute enfin, en France, car notre pays est une anomalie persistante (cf. courbe de Friggit).
        Moi, qui en suis éloigné (Japon + ou – radioactif), j’aimerais bien pouvoir y remettre les pieds, juste les pieds, un pied-à-terre, toujours et encore inaccessible dans le quartier parisien de mon enfance.
        J’ai l’impression qu’on remonte l’histoire : 19e siècle et époque des « robber barons » pour la finance anglo-US, 17e siècle et Moyen-âge pour l’accaparement des terres fertiles et des lieux sûrs et habitables.
        Il est clair qu’en France, l’immobilier reste plus que jamais le refuge ultime (y compris pour des capitaux étrangers) et que le tassement actuel risque de n’être encore qu’une petite pause avant une nouvelle flambée !

      3. @ Nerima-Kun

        A 100% d’accord avec vos propos. La France a un parc immobilier médiocre comparé à des pays du nord de l’Europe, loin de toutes considérations écologiques en termes d’isolations, de consommation d’énergie, voir même en termes esthétiques ( trop de verrues architecturales) et pourtant les prix sont exorbitants et sans rapport aux revenus des français moyens, même les citoyens qui ont des revenus bien supérieurs à la moyenne nationale.
        J’attends également avec impatience que tous ces spéculateurs se mettent à vendre à la hâte leurs biens (souvent bien mal acquis) pour qu’enfin, les prix redeviennent cohérents.
        Il faut aussi reconnaître que l’obstination de notre gouvernement à ne pas vouloir lourdement taxer les transmissions de patrimoine au delà d’un certain montant pour éviter la constitution de nouvelles féodalités, est aussi une des causes de ces prix fou.

      4. En accord avec Nerima-kun et Roger Wielgus: l’immobilier en France est une anomalie complète. Pour les locataires comme pour les propriétaires (valeur, classiquement = 144 mois de loyer), et avec toutes les conséquences que l’on peut craindre: ce que l’on a vu comme conséquence dans les années 20-30 en Allemagne, vis-à-vis des « marchands de sommeil »!

      5. L’immobilier baissera en région parisienne comme il a déjà baissé de 1991 à 1998.

        Mais il baissera quand la crise aura atteint les plus riches.

        Les plus pauvres, ceux qui sont dans les zones où le chômage sévit, paient déjà.
        Ils ont déjà été saisis et leurs biens sont en vente.
        Le nombre de ventes judiciaires explose.

        Les prix en province commencent à se retourner – voir friggit.

        Pour moi, la cause de base des variations des prix immobilier est le taux de chômage.
        Ceci n’est bizarrement jamais mis en avant dans les études immobilières.
        http://fr.wikipedia.org/wiki/Fichier:Chomage-france-bit-t2-2009-taux.svg

        Les tendances du prix de l’immobilier et du taux de chômage sont opposées .

        http://www.immobilier-danger.com/IMG/friggit-septembre-2011-paris-province.png

        Les effets sont ensuite plus ou moins amplifiés par les taux d’intérêts et les politiques utilisées (défiscalisation, taux zéro, etc).

        Sur seloger.com, il y a 1 200 000 d’annonces, et il est censé y avoir une pénurie ?

        La construction immobilière commence à prendre peur (les promoteurs vous « offrent » votre apport personnel : http://immobilier.nouvelobs.com/actualites/france/20110923.CHA7754/les_promoteurs_multiplient_les_gestes_commerciaux.html ). Ce n’est sans doute pas un hasard.

        L’automobile est en surcapacité en Europe. PSA fait des annonces de réduction de personnel, Renault s’étant internationalisé et étant positionné sur des marchés en croissance a moins de raison de réduire le nombre de salariés en Europe.

        Les deux moteurs industriels de l’économie française sont en train de ralentir.

        L « industrie » financière n’est pas en bonne santé.

        Que reste-t-il pour fournir du travail et de l’argent à nos compatriotes ?

        Comme disent les Chinois, une crise est une opportunité.

        Pour ceux qui n’auront pas sacrifié leur économies ces dernières années pour acheter un logement en s’endettant sur 3 décennies, ceux qui pourront conserver un travail non délocalisable, ceux qui n’auront pas été lessivés en bourse, ceux qui ne seront pas ruinés en perdant leur or papier, et ceux qui auront conservé précieusement leur économies sous le matelas pourront peut-être acheter un bien bon marché.

        Mais il faudra aussi qu’ils luttent contre leur peur du lendemain lorsque tous vos amis ayant perdu leur travail vous diront que c’est de la folie d’emprunter lorsque vous risquez d’être viré du jour au lendemain.

      6. J’attendrais quelque part une conditionnalité du loyer pour l’allocation logement, parce que tant que les agences immobilillières (et non pas les particuliers) exigeront les feuilles de paye des parents plein de fric, avant de louer sans risque d’impayés à un jeune étudiant sans frère et soeur-s, donc ayant droit à l’allocation logement,
        (cela pendant que les autres regarderont simplement les loyers monter, et que même les agences immobilières leur diront mais voyons c’est pas chère

        même pour les contrats simples qui font que les enseignants du privés sont rémunérés par l’état, une des conditions est l’accueil de tous les enfants, soit un droit d’inscription proportionné au revenu des familles
        (et non de demander les fiches de payes des parents ou d’un garant avant de prescrire un loyer exhorbitant donnant paradoxalement le droit à une allocation logement laquelle pouvant même être très régulièrement versée directement sur le compte de l’agence immobilière )

        bref, je pourrais encore poursuivre, mais j’abrège tant ce sujet m’agace énormément,

    1. Si chacun se sépare de tout, c’est pour avoir de la liquidité: dans quel but ?
      -avoir des disponibilités pour acheter à bas prix quand les valeurs se seront effondrées ?

      Ces personnes n’anticipent-elles pas de l’inflation ? Dans ce cas, être cash c’est voir fondre la valeur de son trésor.

      1. Si chacun se sépare de tout, c’est pour avoir de la liquidité: dans quel but ?

        Quand on vous demande de raquer, cash et en liquide, et que vous n’en avez plus, de liquide, ni dans les poches, ni sous l’matelas, ni à la tirette, ni sur le compte, vous réalisez ? Ou vous pensez à l’inflation ? Ben voui, vous réalisez…. des actifs bien sûr, et, si vous en avez, plutôt ceux qui peuvent générer un peu de plus-value, histoire d’s’en taper une p’tite dernière… Et c’est pas des actions, c’est pas des matières premières, c’est pas des obligations souveraines, sauf US ou allemandes, c’est pas des corporates que vous fourguez en soupirant, c’est de l’or, dernière pompe sur l’autoroute de la soif, avant le désert de Gobi…
        Gold Station, Highway to Hell.

      2. du cash pour faire les soldes et du cash suite à la braderie !
        ce que dit Paul c’est qu’il faut vendre du stock pour compenser des pertes.

      3. @ Vigneron :
        Petite précision qui vaut son pesant … de cacahouètes : ils ne vendent pas de l’or, ils vendent bien des actions sur l’or (ETF), cotées sur le marché boursier.
        Rien ne permet de savoir s’ils possèdent bien (au sens physique du terme) ce qu’ils disent posséder et vendent …
        😉

      4. Les loyers ont été protégés longtemps ( les baux avant 1948 ) . Mes parents en ont bénéficié pendant 30 ans et mon père , de condition modeste , n’a jamais versé plus de 10 pour cent de son salaire pour son loyer.

    1. je me demande si ça marche encore, parfois oui, parfois non, on est dans une époque médiatique, et on ne nous apprend surtout pas à lire les images
      (vu que dès fois si on savait les lire, la propagande ..

  2. G20 now preparing itself for Greek default after October – Sky sources. Will be on Sky News imminently with more
    G20 sources: all efforts behind the scenes (by G20 members) are now going into recapitalising banks, preparing economies for default.
    G20 sources: default not expected until after Cannes G20 early November. Emergency funding should still keep Greece afloat thru October
    G20 sources: No suggestion Greek default need imply country leaving the euro
    G20 sources: @ Washington summit marked difference in attitude. Confident euro members edging closer to recapitalising banks, expanding EFSF

    http://www.zerohedge.com/news/lehman-weekend-redux

  3. Ou jet, beaucoup plus troublant, de l’éponge ?

    ça fait un peu capitaine qui quitte le navire au moment du naufrage, non ?

  4. Intéressant ; je me demandais justement pourquoi cette chute de l’or..
    (Merci pour votre conférence-causerie à l’ULB : ‘y étais).

    nb 1- le ‘Monde Diplo’ de ce mois de septembre contient en page 22 un article où je trouve deux échos de mes lectures de ‘Jorion’ (les ‘darkpools’ ; et les effets accélérateurs, voire malhonnêtes, des programmes informatiques sur les cours), liés à une directive européenne..

    nb 2- un petit clin d’oeil pour rendre service : je changerais la syntaxe de la dernière phrase (« Ou jet, beaucoup plus troublant, de l’éponge ? » : pour en faire : « ou, beaucoup plus troublant, jet de l’éponge »)

    1. « ou, beaucoup plus troublant, jet de l’éponge »

      Vous ne voyez pas que ce vous proposez, c’est du français correct ? … qui ne fait jamais rire personne 🙁

    2. @ Paul Jorion
      Infiniment éclairant, cette analyse pour les béotiens comme moi.

      N’allons nous pas assister à un concours de jet d’éponge ?

      Quand Obama pris les rênes, on soupçonne les républicains de ne pas être si mécontents qu’un démocrate s’occupe de la patate pourrie qu’il fallait bien refiler à quelqu’un, celui qui allait pomper une fois de plus chez le contribuable (le pauvre, pas Warren Buffett, qui a fini par s’en « plaindre »).

      Ici, les jets d’éponge signifient une nationalisation partielle des banques dans certains pays. Qui dira quels morceaux valent quoi ? Dans « notre « Crédit Agricole » et le CDR, hors affaire Tapie, ce ne fut pas d’une clarté limpide, un incendie opportun eu lieu au siège.

      Alain Minc dans cette hypothèse, puisqu’on dit qu’il s’agite, prépare peut être la stratégie « Echec de la mission, retour à la base », repli sur la château fort, dont il faut redessiner les murailles à la hâte, en évitant d’en arriver à une Bérézina…

  5. UBS étant encore considérée comme banque suisse et qui a eu droit à une « intra-veineuse » de quelque 65 milliards de nos bons vieux francs dans la dernière tempête (sans compter le cadeau d’Uncle Ben de 70 mia de $) va enfin revoir à sa tête un Suisse…formé aux méthodes américaines !!!

    Auquel nous souhaitons plein succès. Et l’espoir secret que ce spécialiste des produits dérivés empêche que la boutique UBS ne parte pas elle-même à la ….dérive !!!

  6. Quasiment tous les hegge funds US sont actuellement couverts avec de l’or. Les ventes sur actions que pas mal de gérants ont enclenché la semaine dernière pour recréer de la liquidité engendrent des pertes et déclenchent peu de temps après ces couvertures. Vente actions mercredi soir et jeudi et donc en fin de semaine, vente d’or. Compte tenu de l’étroitesse de ce maché et des niveaux de valorisation atteind les baisses sont obligatoirement sensibles.
    Il y a d’ailleurs fort à parier que si les marchés actions US qui ont, contrairement aux machés actions européens fort peu baissé depuis le début de l’année, se mettent à chuter brutalement, et bien les couvertures joueront et continueront à faire baisser le gold qui en avait d’ailleurs grandement besoin. Un retour sur 1200$ l’once serait même souhaitable.
    Une vente panique sur l’or en tant qu’actif et non en tant que couverture n’engendrerait pas du
    -6% mais du -30%.
    La question maintenant est de savoir si les banques centrales vont en profiter pour renforcer doucement leurs réserves en gold et si les particuliers vont acheter sur repli.
    Tant que l’once se maintiendra au delà de 1200 on ne pourra pas en tirer beaucoup de conclusion.

    1. Une vente panique sur l’or en tant qu’actif et non en tant que couverture n’engendrerait pas du
      -6% mais du -30%.

      Dans un portefeuille les deux sont il vraiment différenciés ?

      1. Non, mais encore faut-il distinguer le dérivé du sous jacent.
        Le développement de l’or papier a créé des effets levier énormes par rapport aux stocks physiques, même mes banques centrales louent leurs réserves, avec un GOFO négatif, c’est dire…Demandez à Chavez pourquoi il n’arrive pas à rapatrier les stocks d’or du Vénézuela…
        Une vente panique sur l’or, dans un premier temps, créerait une chute vertigineuse des cours tout simplement parce qu’il n’y aurait rien en face. La courbe des taux s’inverserait et une backwardation durable s’intallerait. L’or papier n’aurait de valeur que le papier, donc 0, et l’or physique n’aurait à l’inverse plus de valeur car il ne serait plus à vendre, donc infini, personne ne voulant s’en séparer.

    2. @Yueh :
      « Tant que l’once se maintiendra au delà de 1200 on ne pourra pas en tirer beaucoup de conclusion. »
      Sauf à en déduire que le marché de l’or est lui aussi fallacieux et que l’or n’a pas plus de ‘valeur’ que le dollar ou je ne sais quoi dans ces ‘marchés’.

      1. Que le marché de l’or papier (et des dérivés en général) soit fallacieux, ce n’est plus un scoop.
        Se poser des question sur l’activité du Comex, la location des banques centrales, les effets levier….ok,. La valeur de l’or papier, des dérivés, des monnaies fiduciaires ne dépendant que du niveau de la confiance ambiante, elles sont à mettre dans le même sac.
        Par contre, essayer de mesurer la valeur du physique en $ ou en € quand le système s’éffondre n’a aucun sens, pas plus de sens que de donner la même valeur à la promesse d’une réalité qu’à la réalité elle même.
        L’or physique, c »est une histoire, qui remonte loin, très très loin et quand on pense que l’on est en train de basculer d’une civilisation à une autre, d’un modèle à un autre et bien mieux vaut être assez prudent…juste au cas où…

  7. Certains pays en grosse difficulté vendent de l’or,et effectivement j’ai cru comprendre que certaines banques en recherche de liquidités en faisaient autant.
    Et oui cela ressemble plus à la débandade qu’impose une situation d’urgence qu’à des prises de bénéfices.

      1. L’Italie fait partie des accords WAG entre banques centrales.
        S’ils vendent de l’or cette année, c’est autant d’or en moins qui ne pourra pas être vendu par les BC occidentales.

        Les autres BC elles continuent à acheter : Thailande, Russie, Mexique, Corée du Sud…

  8. Pour être sûr d’avoir bien compris la portée de ce phénomène : cela veut-il dire que certains d’entre ceux qui ont acheté de l’or ces derniers temps comme valeur refuge, sont déjà obligés de s’en servir comme moyen de paiement ? – ou prennent la précaution d’en vendre pour reconstituer un peu de « liquidité » pour faire face à l’urgence ? Autrement dit, un symptôme que ça chauffe très fort et à court terme ?

    1. C’est un aveu d’échec et d’incompréhension de la situation.

      Les prophètes naissent lors des crises comme les zombies les soirs de clair de lune.

      1. @ Upwind
        L’économie est une religion, vous l’avez professé par votre commentaire.

        @ Charles
        Cette vidéo n’a rien d’un cours ex-cathedra. Qui le prétendrait à un seul moment?
        Toujours est-il que son analyse m’a permis de voir qu’on pouvait parler des « marchés » comme d’un seul homme. En ce moment, il est clairement déprimé, il n’y croit plus, il jette l’éponge (du moins, il hésite beaucoup à le faire vraiment.). Lorsqu’on peut faire des analogies de la sorte avec le monde qui nous entoure, on y gagne. Surtout quand on apprend sur le tas, ce qui est mon cas…
        Pour ce qui est de l’ethnographie, l’étude sérieuse est impossible, il faudrait avoir des informations sur les personnes qui postent des commentaires, ce que personne n’a…

      1. @ Charles
        Roooh, ça fait peur… La musique, le cigarillo… Il manque plus que l’odeur pour s’y croire en vrai.
        Vous avez trouvé la perle, je crois!
        Non, pour vous répondre, je dirais que tous les avis sont bons à prendre. En ce qui me concerne, ce qu’il pense de l’affaire DSK ne m’intéresse pas, mais pour sa version de l’actualité économique, je ne demande pas mieux que l’avis « alternatif » d’un citoyen comme un autre (dans son cas, c’est une façon de parler évidemment). Cela pourrait me faire comprendre certaines logiques économiques et financières qu’on ne mentionne nulle part ailleurs car le cercle des gens qui savent n’est pas forcément accessible pour ceux qui ne connaissent pas le jargon…

        Si vous avez besoin d’un cas d’étude ethnographique, prenez-moi alors, on pourrait bien se marrer 🙂

      2. Vous m’avez tout-à-fait compris!
        Je ne pense même pas que vous vous foutez de ma gueule. C’est dire.
        Si vous voulez d’autres perles, j’en ai plein mon couffin.
        J’invite les lecteurs et commentateurs de ce blog à venir se faire une opinion.

  9. Bonjour,

    Hmm, pas sûr que votre analyse soit tout à fait complète. Certes les appels de marge ont joué un rôle. Mais bon, pourquoi simplifier pareillement… déjà que la spéculation est un truc bien peu rationnel.

    Vous n’avez pas parlé de :
    – la remontée du dollar (qui « price » tout)
    – la décision du CME de rehausser pour la énième fois (mais plus fort en l’occurence) les taux de marges sur l’or, l’argent et le cuivre. Et là on renifle comme du délit d’initié derrière puisque de fortes baisses se sont produites avant l’annonce.
    – dans la continuité du point précédent, on sent une volonté de maîtriser les cours or/argent, via les ETF’s, càd le papier métal, pour la bonne raison que cela fait désordre de voir que les gens n’accordent plus grand crédit à la monnaie fiduciaire, donc au système. D’ailleurs on peut voir un désengagement des positions sur les ETFS… (http://news.silverseek.com/COT/1316807578.php)… ça devient dangereux
    – le fait qu’une correction était atttendue, vu la très forte montée des cours récemment
    – la psychologie des acteurs qui sont parti en panique

    Il y a certainement d’autres causes, occultes ou pas, mais je pense que votre explication est un peu courte.

    Si j’ose

    1. MOI J ADORE CE BLOG
      M. JORION NOUS SORT UN ARTICLE TRES BIEN ET TRES SIMPLE A COMPRENDRE ET NOUS AVONS DES GENS CAPABLE DE COMPLETER DERRIERE.

      MERCI A TOUS, L ECONOMIE DEVIENT COMPREHENSIBLE

    2. Comme vous le dites : ce n’est pas la première fois que les taux de marge sont haussés. Le prix de l’or a augmenté de 40 % sur la période février – septembre. Une « correction était attendue » à partir d’une hausse de 10 %, ce qui nous situe au mois de mars dernier, or elle n’a pas eu lieu avant vendredi. Dire qu’une correction était attendue n’explique donc pas pourquoi cette correction a dû attendre que la hausse atteigne le chiffre extraordinaire de 40 %.

      1. J’ajoute que la notion de « correction » suppose qu’il existerait un prix pour l’or qui serait celui du « fondamental », vers lequel le prix de marché aurait tendance à revenir, or, il n’y a par définition pas de prix « fondamental » pour une valeur refuge : pour elle, « the sky is the limit », en fonction de la gravité de la crise qui pousse à courir vers les abris.

      2. Is Ze limit vous voulez dire 🙂

        Et cette correction reste marginale je trouve… mais je ne m’atttarde pas sur les chiffres, je voulais simplement dire que ça ne monte jamais ainsi sans débander ad infinitume, d’où correction inévitable !
        Correction m
        arginale au contraire de celle sur l’argent où, semble-t’il, on manipule plus aisément le cours du à l’étroitesse du marché. Et comme on sait que le cours de l’argent influe sur celui de l’or.
        Ceci étant j’ai vu plusieurs articles (pas le temps de les retrouver on m’attends à table !) qui font la comparaison avec ce qu’il s’est passé en 2007 ou 2008, me rappelle plus… bref, après il semblerait que cela reparte à la hausse. Et pas moins fort.

      3. @Mike :
        « Et comme on sait que le cours de l’argent influe sur celui de l’or. »
        Non, c’est l’inverse. Traditionnellement, le cours de l’argent est démultiplié par le cours de l’or.
        Les investisseurs sont, pour les plus gros, les mêmes : Blackrock (ETF SLV), Bank of New York Mellon, JPM.
        LE ou les mêmes que sur l’ETF GLD.

        http://fr.ishares.com/fr/rc/a-propos-de/historique
        A retenir : le chiffre.
        1,03 trillion de dollars d’actifs : 10 000 milliards de dollars.
        Blackrock en représente près d’un tiers (1er au monde).
        Un monstre.

      4. @ Paul :
        C’est toute la question de la ‘valeur’ !
        Et ce qui est intéressant avec l’or, c’est de constater combien ce concept est fallacieux puisque l’on raisonne ‘comme si’ il existait un support de valeur, fondamental, alors que tous les acteurs reconnaissent dans le même temps … qu’il n’en n’a pas !!
        La raison en serait multiple : physique vs monnaie, rareté, seul véritable ‘étalon’, blablabla.
        La véritable raison est que le concept de ‘valeur’ est aussi inopérant pour l’or, comme pour les autres actifs.
        Mais on continue à fonctionner ‘comme si’ ce que l’on refuse d’admettre pour tout le reste pouvait être valable pour l’or mais de manière inversée : l’or n’a pas de valeur, il incarne TOUTE la valeur !!

        Et l’on voit bien combien la manip des cours actuelle utilise ce présupposé que l’on définit comme ‘spécifique’ pour l’or.
        Comme on dit, il faut toujours une exception, pour confirmer la règle.
        C’est la règle de l’or.
        Ceux qui l’ont compris en abusent sur ce marché là.

        Mais là, ils se sont quand même ‘troués’, comme on dit au rugby.
        Tellement que l’on voit leur … pantalon, est décousu, si ça continue, on verra le fond de leur … pantalon …

      5. Zébu, j’ai pas dit que l’or n’influait pas sur l’argent, ce qui est une vérité, mais si l’inverse est vrai dans une moindre valeur, il reste que comme l’argent est plus facile à manipuler ils passent par là. D’où la forte démultipication, bien plus grande, à la baisse.
        On sait que JPM « tient » la majeure partie des ETFS sur l’argent. Vous savez bien que la FED c’est eux, ils ont tous le papier dollar virtuel potentiel pour agir dessus… ils détiennent un nombre incommensurable de shorts sur l’argent depuis lurette (depuis la reprise de Bear Stearns en fait) et les pertes sur couverture qu’ils ont du sortir depuis la montée du Silver sont incommensurables, plusieurs dizaines de milliards. Ce devrait être comme un ressort qu’on compresse toujours plus mais non, visiblement. Ils couvrent, ils couvrent… la question est de savoir si ils pourront le faire toujours ?
        Enorme magouille quand au controle des devises pour ce que je comprends.
        Un peu comme si les tenants de la machine à imprimer – ou de l’argent virtuel -, menaient une immense baston.Tenants du symbole monnaie… contre les adeptes de la justice d’une valeur réelle des choses (qui devrait être : nourriture, maisons, énergie… et, dans les dernières positions, les métaux historiques).
        Ai-je raison ?
        Vivra verra.

      6. @Mike :
        Sur la ‘manipulation’, j’ai ma petite théorie là-dessus :
        http://www.pauljorion.com/blog/?p=28898#comment-231489
        ça vaut ce que ça vaut mais pour moi, il n’y a pas de ‘manipulation’ ou de ‘fraude’ (ou de ‘perversion’, de ce que l’on considère comme ‘transparent’, efficient’ par nature, soit ‘les marchés’) : c’est une explication à postériori (comme la théorie de la valeur, ‘créée’ par incompréhension de l’explication par Aristote de la formation des prix), pour donner du sens à ce qu’on ne comprend pas ou qu’on ne veut pas comprendre.
        Soit l’existence de rapports de force purs qui s’expriment, au travers de marchés qui sont formatés pour se faire, au plus grand bénéfice des plus puissants.

      7. Pour moi c’est du pareil au même, une position dominante sur les ETFS est, de fait, une manip, surtout lorsqu’elle ne fait que protéger ses positions.
        D’où la nécessité de supprimer les positions nues et autres effets de levier.

      8. @ Mike :
        Excuse moi d’insister mais :
        « Pour moi c’est du pareil au même, une position dominante sur les ETFS est, de fait, une manip »
        Une manip, c’est une manoeuvre occulte pour masquer la réalité. En quoi le fait même qu’il existe une position dominante sur les ETF serait une manoeuvre occulte pour masquer la réalité ? Quelle réalité ?
        Si ce n’est celle qu’il n’existe pas de manip mais bien … une position dominante.
        La théorie de la manip, c’est un lièvre que l’on fait courir. Pendant ce temps là, on ne s’occupe pas d’autre chose.
        Notamment de lutter contre les positions dominantes (trusts/monopoles), par exemple.

  10. Il fait beau, il fait chaud
    Allons à la plage
    Il fait beau, il fait chaud
    Rendons à la sieste son hommage
    Il fait beau, il fait chaud
    Tiens, le temps est à l’orage
    Il fait beau, il fait chaud
    Mais c’est le carnage !
    Il fait beau, il fait chaud
    Dormons, c’est plus sage

      1. Rimbaud, le dormeur du val, la commune, ..
        (bref, avant faire référence à Rimbaud, partisan de la commune, écoeuré de Thiers, à lire l’introduction de « une saison en enfer »

  11. @ Paul,

    Bonjour,

    Très gaulois cet étançonnement de bilan, apparenté à un ciel sur le point de s’écrouler, par toutatis !

    La poutre doit être de taille..nom d’une paille !

    La sucession fibrillant et exponentielle des crises économiques traduit une crise politique mondiale, inadéquation des succursales politiques à agir de concert, car leurs outils et leurs intérêts sont bien plus lents, différents et non dématérialisables, hors les morts, la rubrique nécrologique ne se souciant pas de ces peccadilles?

    La radioactivité de fukushima reste aussi invisible que le « corps » du marché..

    toutes choses étant égale part ailleurs.

    Vous seriez-vous interessé aux travaux de Philippe Jorion, Paul ?

    http://www.fichier-pdf.fr/2011/01/25/la-rage-du-sage-alain-damasio-integral/la-rage-du-sage-alain-damasio-integral.pdf

    La démocratie affiche une forme resplendissante de stabilité en Russie/CEI, un « protecteur » de choix pour la belle Europe, languissant après sa « vache » sacrée ?

    http://www.romandie.com/news/n/UBS_Oswald_Grubel_l_impitoyable_redresseur_des_banques_suisses240920111309.asp

    http://www.tdg.ch/actu/suisse/ubs-sergio-ermotti-successeur-oswald-gruebel-2011-09-24

    Quand les peuples ont peur de leur dirigeants et ne les croient plus du tout, tant politiques qu’économiques, reste à dérouler le scénario, comme l’écrivait joliment françois Leclerc ?

    La psychanalyse des bilans, une matière à rire?

    Côté ANELLA, connaissez vous EVE?

    Lu qu’elle écrivait sur des blogs, entre autres, une brève description:

    http://www.websters-online-dictionary.org/credits/eve.asp

    Peut-on supputer que des IA aient acquis un rôle actif ? Non « contrôlé » ?

    Ne serait ce pas là le juste prétexte d’une remise à plat ?

    « personne » est coupable, comme nous tous ?

    Une piste politiquement exploitable, non ? En cours, peut être.

    Qu’en pensez-vous ?

  12. Je vais encore me faire mal voir, mais temps pire.

    Les US ont encore manipulé le cours de l’or il y a 1 à 2 semaines. Je vais donc attendre 2 à 3 jours histoire de confirmer ce que Zébu et vous analysaient des faits ET infos d’explications de ces faits en cours.
    En cours… dans les deux sens du terme.

    Là, cette fois, ce sera assez rapide.

    1. @Yvan :
      Pas les US. Les hedges funds, lesquels se contrefoutent de la nationalité (bien qu’ils soient en majorité américains ou anglo-saxons).
      A ta question, je répondrais … oui, et non.
      Oui, si le cours remonte : on verra alors clairement ce qu’est une manip de luxe (gold !) sur des marchés dits ‘physiques’. Après avoir vendu pour du cash, les mêmes feront augmenter les cours, pour amortir les pertes.
      Et non, si le cours continue à baisser : car mêmes ces acteurs, malgré leurs puissances peuvent subir le phénomène de boule de neige, la ‘gravitation’ entrainant l’orientation du cours. En gros, les plus importants ont shorté, la multitude de petits ont suivi, entrainant le cours toujours à la baisse, etc.
      C’est ce que Paul explique dans son billet.
      Pour faire remonter les cours au cric, faudrait un paquet d’oseille, dont les hedges funds ne disposent peut-être plus … pour l’instant.

      Wait and see. Plus que 2 jours.

  13. Bonjour,
    Excellent article, je me permets d’ajouter les deux points suivants :
    1- La proximité de l’échéance des contrats sur les métaux précieux. (27/9)
    2- Les vendeurs d’or peuvent être des particuliers, pensant pouvoir en racheter un peu plus, à un prix inférieur, je n’ai aucune stat sur ce point qui est peut-être mineur, mais la baisse entraine la baisse sur tous les marchés, sans que ce soit obligatoirement pour des besoins de couverture.

      1. « Faune 5 » est une bonne variété d’ail, non OGM, pour la spéculation.
        Mais son prix n’aurait-il pas atteint un plancher ?
        Rappelez-vous la bullle des bulbes dit oignons de tulipes…

    1. Il n’y a pas de particuliers sur le Comex.

      Les achats/ventes des particuliers se font sur le physique, donc aucune incidence sur les cours.

      1. @ Gwap :
        C’est effectivement un point important à souligner, pour les particuliers qui pensent que la loi de l’offre et de la demande agit sur ce marché, sous prétexte que ‘est justement du ‘physique’ et pas du ‘monétaire’ : les cours ne se déterminent pas sur le ‘physique’ (lingots, pièces) mais sur les marchés, lesquels sont ‘trustés’ par les ETF (GLD pour l’or, SLV pour l’argent).
        Les ETF dépendent largement des Hedges Funds, lesquels dépendent des ‘gros’ investisseurs et des institutionnels.
        Bref, du plumage en ligne pour les petits z’investisseurs.
        Sauf pour ceux qui gardent en physique et qui ne jouent pas les fluctuations, sans intentions de revente (thésaurisation principalement dite de ‘sécurité’).
        Et encore faut-il ne pas le garder en banque …

        PS : pour être plus précis, le métal (or/argent) ‘physique’ a aussi son marché spécifique, lié aussi à de la numismatique mais le cours est relié au cours de l’or … du marché. Si celui-ci s’effondre, l’or physique aussi mais dans un moindre mesure (idem pour le contraire).
        Preuve s’il en est que ce n’est pas le ‘physique’ qui détermine le cours (soit la pseudo ‘loi de l’offre et de la demande’) mais bien la manipulation des cours de marché par des hedges funds.

      2. En rappport à la loi de l’offre et de la demande, avant la privatisation, l’établissement public est sommé : l’obligation de moyen vire à l’obligation de résultat
        (l’hôpital en est déjà en pleine débandade, mais ce n’est pas seulement car dans l’air, même l’école primaire devrait suivre, la promo est déjà bien partie ..
        mais c’est telllement beau, tellement smart, toutes ces théories de « management » avec l’objectivation du patient, de l’éleve, en bref de la personne, avec déjà la littérature médicale ou ceci ou cela, les niveaux de preuves, les effets établissement et co …

      3. @ zebu : tout cela est bien compliqué et on a bien du mal à s’y retrouver. Bon, vous nous dites que la marché de l’or est en fait celui des ETF. Je lis à l’occasion de la mésaventure (humour) d’UBS qu’il s’est formé pour 1500 milliards de $ depuis la création de ces foutues ETF. Si il y a un lien entre or et ETF, est-ce à dire que le prix de l’or a monté d’une valeur équivalente depuis le début des années 90, date de création de ces OVNI ?

  14. qui amorce depuis quelques semaines la deuxième branche de l’évolution en « W » ayant débuté en 2007,

    L’or monte depuis 2002 et à accentué sa montée vers 2007.
    Qu’est-ce qui vous permet de parler de W sur une aussi longue période ? Pour l’instant on constate une montée avec correction abrupte pour compenser des pertes.
    Rien ne dit que ça fera comme en 1980 où il y eu un W franc et massif en l’espace de trois ans environ.

    1. Relisez donc la phrase de Paul… C’est l’économie qui amorce la deuxième branche du W, pas le marché de l’or!

  15. Quand même, on va pas verser une larme pour les déboires de ces goinfres !

    La bourse -les bourses- n’indiquent que les pitoyables manoeuvres
    de spéculateurs foireux et mentalemenr attardés.
    C’est leur monde pourri, pas le mien.
    La seule chose qui puisse s’en échapper ce sont des relents de pourriture
    et , bien sûr, des augmentations des prix des matières premières, puisqu’ils se payent
    sur la bête.

    Organisons un Crédit sous surveillance de l’ Etat pour le financement des PME .
    Créons des Bourses en Service Publics dont l’accès est autorisés aux seuls acteurs-utlisateurs des matières premières.
    Et fermons ces antres du Diable.

    Ou bien, interdiction des paris nus, ce qui rend tout le reste obsolète.

    1. « Ou bien, interdiction des paris nus, ce qui rend tout le reste obsolète. »

      Là tu rêves… çe ne se fera jamais pour l’or, ou sinon l’once passe direct à 10000$

      1. Pourquoi au marché noir ? Si cette interdiction des naked shorts est déclarée c’est la fin du Comex certes (et au passage celle de JP Morgan), mais d’autres places boursières prendront immédiatement le relais.

        Lorsque le verrou de la spéculation baissière sur l’or aura sauté, 10 000$ l’once sera un minimum.

      2. @ Gwap :
        L’interdiction des paris sur les fluctuations des prix ne concerne pas que le Comex, ni même que l’or, au cas où tu n’aurais pas suivi …
        A supposer donc que les cours officieux post-interdiction (qui n’ont jamais arrêté pendant l’interdiction Roosevelt) soient bien de 10 000 dollars l’once, que ‘vaudra’ … le dollar, à ce moment là ?
        C’est toute la question de la ‘valeur’ et au-delà de ‘l’étalon’ d’une ‘valeur’ qui est posée, à travers la question du cours de l’or.
        Que l’once d’or soit à 2000 dollars, ou 10000 dollars ou 25 sheckels ou 3 brouzoufs n’est pas la question.
        La question, c’est de se rendre compte que le concept même de ‘valeur’ tel qu’il est défini actuellement par ce système est totalement artificiel.
        Et c’est le cours de l’or, celui dont on estime qu’il permet in fine de préserver le concept (puisqu’il est l’étalon de dernier recours) qui le montre : lui aussi est totalement artificiel.
        Pour quelle raison ?
        On nous a bassiné pendant des lustres que le cours de l’or ne pouvait que grimper, ce qu’il fit, malgré des variations, expliquant ainsi ontologiquement que plus le système de valeur basé sur de la monnaie se délitait et plus celui de l’or prendrait le relais.
        Et soudain, patatras !!
        Le déluge, -6% (-17% pour l’argent).
        Pour quelles raisons, alors même que la crise de ce même système fondé sur la monnaie fiduciaire s’accroit (et donc que si on suit le raisonnement, le cours devrait alors exploser) ?
        Aucune, du moins par ce système de pensée là : ‘incompréhensible’.

        Par contre, si on analyse bien le fait que le marché de l’or est un marché comme les autres (manipulé par les hedges funds dans son cas), fondé lui aussi sur le concept fallacieux de la ‘valeur’, on comprend bien pourquoi le cours s’est effondré, non pas parce que c’est ‘illogique’ mis bien au contraire trop logique : par besoin de liquidités des acteurs le dirigeant, pour résoudre des problèmes de solvabilité.

        Et on comprend bien aussi que des analyses qui proposeraient encore, malgré la déroute intellectuelle en cours du système proposé, à l’envers de la logique, que des prédictions du cours de l’or à 10 000 dollars comme la tienne ou à 0,25 schimlibick ne repose que sur du vent.
        Parce que le concept même de ‘valeur’ EST du vent, tel qu’il est constitué actuellement. Et ce, quelque soit ‘l’étalon’ : qu’il soit dollar, ou or.

        Autant en prendre conscience dès maintenant.

      3. daniel ne parlait pas d’interdiction des paris sur les fluctuations des prix, mais d’interdiction des paris nus ce qui dans le cas de l’or signifierait faillite du cartel de banques manipulant son cours, faillite du Comex, et fin du dollar.

        Effectivement un cours de 10000 ou un million de $ l’once ne signifie rien dans ces conditions.

        Dans le cas, assez improbable, où cela se produirait, c’est l’explosion de notre système monétaire mondial basé sur le dollar papier depuis 71.

        Et quelle alternative immédiate au dollar ? L’euro ? Le yen ? Le franc suisse ?
        Soyons sérieux, la seule alternative c’est l’étalon or.

        A partir de ce moment, il importera peu de connaitre le cours de l’or en dollars (qui restera officiel puisqu’il existe déjà aujourd’hui une dizaine de places de marchés autres que le Comex).
        C’est le dollar, l’euro, le yuan qui seront cotés en millièmes de grammes.

        « Et soudain, patatras !!
        Le déluge, -6% (-17% pour l’argent). »

        Le déluge ? Non, une attaque programmée pour masquer à un moment opportun les racines monétaires de la crise.
        Est ce la fin de la hausse de l’or, l’explosion de la bulle ou autres conneries répandues par les medias ? Non bien sûr, on en a vu d’autres et des pires. Le fait même que l’or corrige de façon régulière sans remise en cause de la tendance haussière prouve qu’il n’y a pas de bulle.
        La bulle c’est le dollar. L’or n’est corréllé qu’à une seule chose c’est l’impression de billets verts.
        Tant que les rotatives continueront de tourner, et il n’y a aucune raison que ça s’arrête, l’or continuera de « monter » que ce soit en dollars, en pesos, en sheckels… Simple logique.

        Non, l’or n’est pas un marché comme les autres, et non il n’est pas manipulé par les hedges funds. L’or est le miroir inverse de la désagrégation du système monétaire. C’est pour cela qu’il est manipulé directement par la Fed, puisque l’enjeu pour eux est bien la survie du dollar.

        Mais cette manipulation est un échec depuis 11 ans. Les USA n’ont plus la main pour très longtemps, et les émergents revendiquent…

      4. Dénigre si tu veux…

        Mais il n’y a pas de conspiration. Juste une histoire de rapport de forces comme tu le disais. Parfois celui-ci leur est favorable, mais le plus souvent ils se plantent.

        La réalité de la manipulation des cours des métaux précieux est reconnue jusqu’au sein des « autorités de contrôle » (mais qui ne font rien pour autant pour la stopper).

        La proximité de dates entre l’opération twist, l’expiration des options mardi prochain, et le relèvement des appels de marges fuité 24h plus tôt est quand même une drôle de coincidence, non ?

  16. Il est vrai que l’on met de l’or et de l’argent métal sur les marchés pour se procurer de liquidités.
    Mais en dehors de ce phénomène partiel, d’autres métaux et matières primières ont chuté également, de manière significative, un signe que l’économie mondiale entre dans une période calme ou même regressive.

  17. Fort risque de récession mondiale annoncée par FMI, BM, et bien d’autres
    mais aussi, et c’est très important pour les matières premières en question,
    ralentissement prévu de la Chine, deuxième économie du monde:
    D’après l’agence Xinhua:

    La production industrielle « sera confrontée à une situation plus compliquée au cours du restant de l’année », prévoit le rapport publié conjointement par le MITI et l’Académie chinoise des Sciences sociales.

    « Des incertitudes sont en train d’apparaître », a indiqué Huang Libin, un responsable chargé de l’inspection et de la coordination du MITI, citant les prix élevés de l’énergie et des matériaux, la flambée du coût de la main d’oeuvre, le resserrement des approvisionnements de charbon et de pétrole, les fluctuations des taux de change et les difficultés de financement.

    « L’environnement extérieur est de plus en plus difficile pour la production industrielle, en raison de la timide reprise économique mondiale, de la flambée de l’inflation mondiale, et de l’aggravation de la crise de la dette », a poursuivi M. Huang. Les incertitudes auront un impact sur la Chine dans les domaines des finances, du commerce et de l’investissement, a-t-il ajouté.

  18. Aux trois propositions de PJ sur cette chute de l’or (et des métaux en général), qui sont :
    1 éclatement de la bulle sur l’or et argent-métal.
    2 ventes forcées sur appel de marge.
    3 vente d’urgence pour couvrir d’autres pertes.
    on peut ajouter :
    4 prévision de déflation, il vaut mieux rester liquide que de garder des choses difficiles à vendre, même à perte.
    5 réaction des grosses banques qui font peur au public pour l’empêcher d’acheter de l’or au détriment de leurs actions et/ou pour rassurer sur les devises, euro comme dollar.
    6 offre de vente à découvert de l’or-papier à bas prix en quantité importante pour profiter de la diminution de l’effet de levier, avec effet de panique sur fond de chute générale de tout donc plus personne ne veut rien acheter.

    1 L’or et l’argent-métal étaient clairement en bulle depuis 3 mois, depuis la fin du QE2, on peut s’attendre à voir l’or redescendre vers 1000/1100 euros l’once dans une semaine ou deux. Pour l’argent c’est moins prévisible mais j’ai le sentiment qu’il va se passer des choses surprenantes.

    4 Les bons du Trésor US ne rapportent plus rien, d’autant que la FED a annoncé des rachats de bons à long terme, et une situation industrielle peu convaincante à moyen terme pour les actions. Prévision de déflation ou de stagflation, du moins pour le moment.

    5 & 6 Il y a des indices de manipulations répétées des cours par les grandes banques, qui vendent à découvert en profitant de l’étroitesse du marché pour le saturer. Peut-être en coordination avec le Trésor, pour éviter que l’or ne devienne plus attractif que leurs bons. L’annonce de la FED au sujet des taux longs pourrait marquer une offensive de sa part sur l’or.
    Ce serait à mon avis un dangereux déclencheur de déflation, et un aveux de défaite dans la gestion de l’économie. Mais peut-être que les chinois et pétroliers préfèrent voir une déflation aux usa qu’une inflation qui leur grignoterait leurs économies en dollars? Ce serait la perte de la souveraineté des usa sur sa monnaie, c’est sans doute aller trop loin.

    La reprise tant annoncée depuis le + bas des bourses en mars 2009 n’étant plus crédible, et les effets de temporisation des QE1 et 2 étant dissipés, on va assister, avec deux ans et demi de retard, à la réorganisation forcée de pas mal de choses, dans l’économie mais surtout dans la politique.
    J’espère que notre PJ est en forme, il va avoir du boulot ;o)

    1. Tout est relatif, c’est ce qui est super intéressant actuellement. Chacun a des infos diverses et variées. Selon les miennes ce ne sont pas particulièrement les Hedges Funds qui tiennent le principal de l’or et le manipulent mais plutôt une rimbanbelle d’acteursdont les banques centrales. Devant le collapse systémique qui s’annonce tout le monde cherche les safe haven. Mais le système se défend, veut garder la main et dieu sait si il essaye,en particulier en essayant de reprendre de contrôle de l’or « physique » via les ETFS. En bref faire en sorte que les petites mains lâchent l’affaire. Il y a des signes indiquant que les banques rachètent l’or. D’autant que certaines populations le demandent à leur état. La Suisse par exemple.

      Et comme les Chinois et les indiens sont encore plus adeptes de l’or et de l’argent comme safe haven…

      Bref c’est un bordel.

Les commentaires sont fermés.