193 réflexions sur « LE TEMPS QU’IL FAIT, LE 11 NOVEMBRE 2011 »

  1. Pour un débat sur la propriété, il faut déjà séparer, celle qui est physique (une maison, une entreprise, etc…), de celle qui est libre de contrainte (une action, un produit dérivé).

    D’un côté on a partiellement des devoirs (fiscaux, sociaux, législatifs:permis de construire pour une ouverture, etc.. ) de l’autre la responsabilité est diffuse et indirecte par le filtre d’un conseil d’administration, ou d’un concept « les marchés ».
    L’achat d’une action durant quelques secondes permet un bénéfice, sans la responsabilité de l’actionnaire par rapport aux clients ou sous-traitant.

    Bref, la loi essayait de contenir la propriété et son héritabilité (taxe à la succession), sauf que la libéralisation lui a enlevé toute contrainte. Accessoirement, l’héritabilité d’un statut social n’a pas toujours besoin d’un bien (on a tous des exemples de personnes qui casent leurs enfants dans une administration, dans un hôpital,etc..).

    Bien sur ma manière de poser le problème est dépendante de mon statut. J’ai pas plus d’utopie sur le public par rapport au privé, mais au moins je lui reconnais un avantage, lors d’une taille à risque systémique, elle ne va pas jusqu’au bout (Dexia n’a pas maquillé ces chiffres comme les autres).
    Bref l’encadrement de la propriété est un compromis, peut-être sera t’il franchissable avec une pacification global?, en attendant on en est loin.
    Au final, la limite des ressources aiguillonnera autant la réflexion, que la crise financière, alors… (vis-à-vis de la propriété, mais aussi de la dette d’avoir exploité les ressources d’autres peuples)

    Après le problème de la possession, de l’héritabilité, renvoi à un billet sur la famille, je suis peut-être idiot, mais j’ai la même impression qu’avec la science économique actuel, le problème, c’est: « les gens ».
    Si « les gens » pouvaient ce nier pour la croissance, ou s’ils pouvaient nier leurs besoins de transmissions et de pouvoir, alors les modèles marcheraient mieux…. 🙂 , et c’est vrai.

    Cela me fait penser à un article d’un autre blog, même si la démarche religieuse risque de compliquer, sa perception:
    http://blogs.lesechos.fr/philippe-escande/a-qui-appartient-une-entreprise-a5670.html#comment

  2. Imaginons que tous les acteurs de la guerre financière portent l’uniforme.
    Casquettes, gallons, brandebourgs,….. Et cagoule pour l’anonymat, en ces temps ou le guerrier ne cherche plus à ce faire reconnaitre derrière ses Raybans !……
    Nous serions tous beaucoup plus conscients de nous trouver au milieu d’un champ de bataille.

    Séparons clairement le civil du militaire.
    Exigeons le port de l’uniforme dans les écoles de guerre, mais interdisons l’uniforme sous toutes ces formes dans les écoles de paix !
    Choisi ton équipe camarade porteur de plumes ! Démilitarise tes espaces !
    Vive le naturisme…… Et les hussards noirs de la République 🙂

  3. Hier dans reportage de france2, un politique socialiste grecs avais proposer une baisse des salaires des politiques de 8000 euros et plus vers un alignement sur la grille des fonctionnaires du pays avec en plus un remboursement des frais de fonctionnement, un tollé général, mesure inapplicable tirés les conclusions que vous voulez.

  4. Cher Paul, vous voilà de plus en plus réaliste : vous avez compris que ceux qui tiennent l’assiette au beurre ne veulent pas la lâcher, c’est aussi simple que ça. Ils s’y cramponneront jusqu’à ce qu’elle casse et soit perdue pour tout le monde. La démocratie, c’est « Cause toujours ! », selon la formule de Coluche : vous pouvez donner des solutions à perte de vue, c’est sans importance immédiate (par contre, ça peut laisser des traces dans les esprits, pour plus tard).

    Un bémol : dire que la révolution de 1789 a échoué par manque de temps est démenti par l’échec du communisme russe, qui n’a pas manqué de temps. Il y a quelque chose de plus profond derrière ces échecs, probablement de nature anthropologique. Bien que des chercheurs éminents y travaillent, nous n’avons pas encore compris ni comment les individus ni comment les sociétés fonctionnent. En attendant d’avoir découvert une organisation capable de les éviter, les luttes de pouvoir, généralement gagnées par les individus les plus dépourvus d’empathie et de scrupules, continuent à prévaloir.

    Ce qui me console, c’est que la belle récession imminente devrait réduire les émissions mondiales de gaz à effet de serre. Toujours ça de gagné.

    1. La révolution socialiste n’a pas manqué de temps, mais de pays.
      Les révolutionnaires russes avaient dit que sans son extension, elle était perdue.
      La révolution allemande aurait suffi à sauver la russie de la contre-révolution stalinienne.
      Elle a été écrasée dans le sang par la trahison, déjà, des notables dits « socialistes ».
      Il faut en tirer les leçons.

      1. J’ai malheureusement raté les deux films sur arte hier soir (11/11)

        Mais je suis tombé sur de courts instants…

        Alors que les dirigeants allemands cherchaient à contrecarrer les termes de l’armistice qui demandaient de livrer 4000 locomotives, des dizaines de milliers de wagons , la marine allemande etc, en dédommagement des destructions sur nos territoires , que l’insurrection spartakiste était lancée , piégée par les militaires et corps francs et la SD qui les attiraient dans des cours où ils étaient abattus en groupe à la mitrailleuse .

        Il y avait des débats politiques , au sommet , par les divers représentants de la haute bourgeoise sur l’instauration de la « démocratie » Social Démocrate qui se tiendrait à Weimar , celle qui signerait le traité de Versailles , plusieurs fois reconduit à cause de négociations biaisées …

        Bref , dans ce film ( le second de la soirée certainement encore visible sur Arte.fr ) il y avait dans une discussion la constatation qu’alors que l’Allemagne était dans une situation sociale et politique dramatique , les politiques SD discutaient de leurs futures rétributions qui étaient outrageusement exagérées ….

        Je vais essayer de visionner ces deux films dans la journée mais ce serait bien de revenir sur cette période ,qui est si importante pour la suite …(Rappelons que ces corps francs utilisés pour combattre la révolution bolchevique en Russie (et liquider Rosa Luxembourg et le mouvement spartakiste)…. (comme W. Churchill d’ailleurs et tant d’autres) ont fourni les bataillons de SA de la montée du fascisme ….)

        Bn.

      2. @Boson

        J’ai vu ces deux films, très bien faits d’ailleurs. On y voit en effet un Conseil des commissaires du peuple présidé par un social-démocrate (SPD) Friedrich Ebert se chargeant de fait des basses oeuvres pour le compte des courants les plus réactionnaires de l’Allemagne de la fin de la guerre de 14-18. Cette tâche est plus précisément confiée à Gustav Noske (SPD) qui a le soutien de l’armée. Ce dernier met en oeuvre l ‘élimination des spartakistes, de leurs meneurs Rosa Luxembourg et Karl Liebknecht et des marins révoltés de Kiel.
        Rien de nouveau sous le soleil, la social-démocratie représente une bourgeoisie moyenne, qui doit composer avec les milieux militaires et financiers les plus réactionnaires.
        Ce n’a toujours été qu’une question de rapport de force, c’est bien cela que nous enseigne l’histoire.
        Ce film montre assez bien comment la liquidation des révolutionnaires, ouvre une autoroute au revanchisme allemand et en fait prépare dès les années 20 le terrain à l’accession de Hitler et des Nazis au pouvoir. D’ailleurs on se dit que si ce n’avait pas été Hitler, c’en aurait été un autre tant l’esprit revanchard était fort dans les milieux de la réaction.
        Un des rares qui sauve l’honneur est un centriste de gauche Matthias Erzberger qui sera d’ailleurs assassiné par des extrémistes nationalistes de droite.
        http://fr.wikipedia.org/wiki/Conseil_des_commissaires_du_peuple_%28Allemagne%29

  5. Ca va se terminer en révolution avec perte du pouvoir des gens installés, car ici on ne tire pas sur la foule impunément, contrairement à ce qui se passe en Syrie. Lorsque j’entends Sarkozy essayer de récupérer le 11 nov et d’autres évoquer sans sourciller la réduction des minima sociaux (Fr inter ce matin, avec le Parisien) et que la Sécu coûte trop cher (Courrier international hier), bref… j’ai envie de me débarrasser de toute cette classe de nuisibles… ils deviennent insupportables.

    1. Sarkozy récupère tout ce qui lui tombe sous la main, un vrai aspirateur: Guy Moquet, Jean Jaurès, le 11 novembre, De Gaulle etc…
      Il a de la chance ce sont autant de gens qui ne sont plus parmi nous, s’ils l’étaient je ne suis pas sûr qu’ils apprécieraient.

      1. Bonne tentative – et amusante ! – pour redonner au Grand Charles son auguste mais chevrotante voix et faire revenir le Commandeur d’outre-tombe, ici !

    2. Je ne sais pas si il ne serait pas tiré ici aussi sur les manifestants, par exemple dans le cas d’une manifestation en arme

      1. C’est étonnant, tout de même cette ignorance, Cécile, la troupe a tiré souvente fois sur la populace, ici, là-bas, partout. Votre fausse-naïveté risque de vous tuer. Elle est fausse car si vous avez les moyens de vous intéresser à M. P. Jorion, vous pourriez faire l’effort de vous instruire en ce domaine, mais non: pourquoi ?
        Et pas besoin d’avoir des gens armés en face: voyez plutôt les grèves qui ont suivi la Libération….

      2. LA GREVE DE 1948 DU 4 OCTOBRE AU 29 NOVEMBRE

        En quelques jours, la France s’était embrasée. Des dockers de Marseille aux sidérurgistes lorrains ou aux pêcheurs bretons, toute la classe ouvrière s’était soulevée face à un gouvernement qui avait beaucoup demandé pour l’effort de reconstruction d’après-guerre, mais refusait de donner en échange.
        Dans les houillères du Nord-Pas-de-Calais, les mineurs s’étaient particulièrement investis dans cet effort de reconstruction, comme leur avait demandé Maurice Thorez, ancien mineur devenu ministre.
        La répression sera violente (le gouvernement et la presse de l’époque parlaient de grève insurrectionnelle). Jules Moch, ministre socialiste de l’Intérieur, envoie les CRS et les blindés pour casser les piquets de grève. Il y a des milliers de blessés, des dizaines de morts, plusieurs centaines de mineurs seront emprisonnés et surtout, trois mille d’entre eux sont licenciés.

        Post festum : Jducac allez-y, tuez-vous au travail, et qu’on n’en parle plus, pauvre bougre.

  6. Quand on parle de la première guerre mondiale, on oublie toujours l’épisode de la grippe espagnole qui a tout de même fait, à elle seule, plusieurs dizaines de millions de morts. L’homme a donc prouvé qu’il pouvait faire aussi bien.
    L’homme est une absolue curiosité, c’est le seul virus qui soit mortel pour lui-même.

  7. Qu’on se le dise, Paul ne pourra pas fournir de réponses aux questions qu’ils posent depuis des années. S’il y a une réponse, c’est la majorité du peuple français qui le donnera. Et pour l’instant, « nous » représentons une minorité. Vous comprenez ?

    Pour ma part, je constate d’un côté l’immensité des tâches et leur difficulté/complexité, l’étendue de l’apathie (des classes pauvre et moyenne) et de la privatisation de notre société française, l’intrication cauchemardesque des problèmes qui se posent à notre pays – aux pays dit riches et de la vieille europe en général – et ainsi de suite.

    Mais aussi, d’un autre côté, on ne peut pas dire que le France est à l’agonie ou morte, on ne peut pas dire que les sociétés occidentales sont mortes, à passer par pertes et profits de l’histoire.

    Nous ne vivons pas encore dans la Rome ou la Constantinople du IVe s. où la religion avait gelé tout mouvement, et où tout était entre les mains de l’Empereur, du Pape et du Patriarche.

    Il y a des signes de résistances, les gens luttent, ici où là, il y a eu en France depuis quelques années des voies qui montent (Jorion, Hessel), il y a encore des livres importants qui paraissent, des blogs qui publient des idées,… Dans les journaux et sur Internet on trouve des points de vue tout à fait sains, critiques et innovants.

    Ni Paul, ni moi, ni vous, seul, isolé, peut évidemment pas savoir si tout cela suffit pour inverser la situation.

    Ce qui est certain, c’est que ceux – et nous en faisons partie – qui ont conscience de la gravité de ces questions, doivent faire tout ce qui est en leur pouvoir – qu’il s’agisse de la parole, de l’écrit ou simplement de leur attitude à l’endroit qu’il occupe -, pour que les gens – le peuple français – se réveillent de leur léthargie actuelle et commencent à agir dans le sens de la liberté, pour faire avancer la société française…et donc le monde car nous restons porteur d’un modèle universel.

  8. quand je vois la tristesse , voire la révolte d’hypothèse à 13:13 , je me demande dans quel monde de canards confits gavés à mort, je vis?????????? voilà un type qui doit avoir par mois 50 fois le revenu annuel d’un burkinabé, qui bénéficie d’un système de santé impeccable, de route, d’une administration honnête, etc, etc et ce gavé de la vie jusqu’à la gueule est désespéré! expliquez moi, je vais défaillir, j’ai un stock de prozac et de viagra, si je peux faire quelque chose pour lui j’en serais ravi

    1. Eh bien ce type ne connait pas le revenu annuel d’un burkinabé, s’il est de 100€, oui il a environ 50 fois plus. Il vit dans un pays où les routes sont défoncées, pas de système de santé car, ayant eu la probité de déclarer une maladie génétique, personne ne l’assure, quant à l’administration de ce pays (que je ne veux pas nommer car il a la gentillesse de m’héberger), elle est hyper corrompue. Et ce « gavé », qui vit très simplement en évitant soigneusement d’exploiter qui que ce soit, n’est pas désespéré, il (se) pose juste des questions. Et sans doute s’exprime-t-il mal…

    1. Bonsoir Paul,

      Et sur le mur derrière vous, n’y a-t-il pas deux planches de BD encadrées? Celles, géniales, que vous nous aviez montrées sur le blog : »La survie de l’espèce« ? Ou en est la publication? M’aurait-elle échappé?

    2. Ce sont des planches originales d’une histoire intitulée « The Rescue » qui a paru dans le N°3 de la revue Flight (2006). L’artiste s’appelle Phil Craven.

      Ce que j’ai au mur.

      Les planches publiées.

  9. Je n’ai pas vu la cérémonie du 11 novembre, mais je pense que Sarkozy a rendu un « hommage » pour les morts de 14-18 ? Mais Sarkozy soutient un système qui n’a aucune honte à vouloir faire ouvrir les magasins et à faire travailler les gens ce jour la, jour ou 4 ans de barbarie a pris fin et ou des milliers d’hommes sont morts dans des conditions abominables, aucun respect pour tous ses morts. N’a t’il aucune honte de rendre hommage au grand De Gaulle (il y a quelques jours) et à des milliers de mort d’une guerre inutile alors que lui même est en train de vendre le pays aux marchés et d’entraîner le pays dans une impasse ? Moi a ça place j’aurais honte !

    1. Pourquoi mon autre commentaire n’est pas passer ? Vous trouvez ça normal que l’armistice de 14-18 deviennent une journée commémorant les morts de toutes les guerres (Même des guerres que les Français n’ont pas voulues. Au passage je ne dis absolument pas qu’il ne faut pas commémorer la mémoire de ses soldats, tout au contraire) ? La guerre 14-18 n’était elle pas assez importante pour commémorer tout seul son armistice sur une journée ? Pour moi c’est minimisée et salir la mémoire de l’armistice et les morts de cette boucherie qu’était 14-18.

      C’est surement aussi pour pouvoir supprimer le jour férié du 8 mai…

      Quand on touche a la mémoire de l’histoire et des morts ça me donne de l’urticaire.

  10. À l’occasion des cérémonies du 11 Novembre, l’Élysée impose une lecture banalisée des guerres.
    … À la veille du 11 Novembre et des commémorations de l’Armistice de 1918, hommage aux millions d’hommes tombés dans une guerre impérialiste, l’Élysée vient d’envoyer aux élus un texte qui modifie en profondeur le sens de cette histoire. Sans concertation ni débat à l’Assemblée nationale, comme le sujet en requiert pourtant l’exigence….
    http://www.humanite.fr/politique/14-18%C2%A0-sarkozy-gomme-d%E2%80%99autorite-le-sens-de-l%E2%80%99histoire-483391

    1. Oui oui, j’ai relevé ça dans le discours.
      Et j’ai pensé allez hop voilà un bon pack, paquet cadeau m’dame ?

      Quand les nations doivent disparaître, elles doivent disparaître entièrement. Déjà, des modifs concernant les heures de cours d’histoire …

      Ca doit-être une directive de bruxelles 😉

  11. A chaque bout du fil,

    Il y a celui, celle avec qui nous sommes. Ici à ce point, j’aurai bien envie de vous faire à tous une bonne pâte de galettes de blé noir….Et, un oeuf, de l’andouille de Guéméné ,du beurre, bien sûr…une bôlée de cidre….ça c’est non délocalisable et porteur d’une bonne soirée. Quelques poèmes, de la musique et advanti….Y a vraiment plus rien à tirer de « notre » oligarchie actuelle. Merci Paul et François et vous tous bien sûr. Triste mais pas défaite. France Furby

  12. En ce jour de commémoration du 11 novembre 1918, j’apprends qu’il s’est vendu en une journée, aux Etats-Unis et au Royaume-Uni seulement, 6,5 millions de copies du jeu vidéo « Call of Duty :Modern Warfare 3″…
    http://www.elmundo.es/elmundo/2011/11/11/navegante/1321021214.html

    Personnellement, je trouve ces chiffres effrayants.
    Il risque d’être très long de diffuser les idées défendues par Paul Jorion et d’autres si le divertissement pousse si facilement et si massivement la population dans la direction opposée.
    Bon courage quand même, il faut y croire, et continuer à proposer.
    Un lecteur assidu, qui primo poste.

    1. C’est un moyen comme un autre d’échapper à la réalité.

      Les actifs n’ont pas la possibilité de le faire autrement dans ce monde de fou.

    2. Personnellement, je connais des joueurs passionnés qui lisent le blog régulièrement. Il y a des esprits vifs qui s’intéressent aux dures réalités du monde qui les entoure et qui aiment s’amuser comme des enfants.

      1. Sur 6,5 millions, il y a évidemment un certain nombre (combien au fait : une majorité? une minorité?) de joueurs capables de recul, de distanciation, et qui y prennent plaisir sans arrière-pensée. On peut aussi voir ce jeu comme un moyen de redécouvrir la Seconde Guerre mondiale, qui en est le contexte.
        Mais le plus choquant, ce sont tous ces acheteurs concentrés en un seul jour. Quelle est la dépendance qui justifie un tel empressement? J’y vois un état de manque, consciemment encouragé et organisé par de nombreuses entreprises (en l’occurrence, l’éditeur Activision Blizzard, filiale de Vivendi) qui en ont fait aujourd’hui leur seul concept marketing.
        Par ailleurs, pourquoi pas un « Call of Reason : Modern Crisis 1 » pour (re)vivre et surmonter la crise économique actuelle?

  13. Bonjour,
    pour illustrer la sortie du cadre vous écouterez probablement avec intérêt l’interview de Frédéric Lordon à la fête de l’humanité, http://www.la-bibliotheque-resistante.org/pages/25_economie_liste.html, 3ème et 4ème liens une fois sur la page associée au lien ci-dessus.

    Quand aux propositions pour le monde d’après, il me semble que la réflexion doit porter en effet en priorité sur les institutions . une sixième république qui serait aussi pour la première fois, une république démocratique réelle. Il y a fort à parier que les choses se passeraient autrement si le peuple avait un semblant de pouvoir. et s’il agissait contre ses intérêts une fois doté de pouvoirs, qu’y faire ? rien, ce serait son destin, mais en aucun cas une justification a postériori que seul une élite est légitime pour gouverner le peuple.
    je soumets à votre réflexion pour les assemblées législatives nouvelles la question du mandat impératif, faisant des députés des mandataires et non des représentants. le représentant vote comme il l’entend et en particulier selon ses intérêts propres si ceux-ci ne concordent pas avec ceux de ses électeurs. le mandataire lui, vient gentiment chercher auprès de ses électeurs, le mandat de voter oui ou non sur les questions mises au vote. le détail des votes de chaque député est bien sûr publié. Des assemblées locales établissant le mandat doivent nécessairement être créées. La démocratie participative se trouve ainsi développée.

    Il faut démocratiser radicalement la démocratie !

    1. Bof, une tribu hystérique enivrée de bons sentiments et pensant que si tout le monde n’est pas « riche » c’est la faute du « système », quand les vraies raisons de la crise sont avant tout dans les contraintes ressources naturelles et croyance à la croissance à n’en plus finir d’où le stock de dettes, ça ne changerait pas forcément grand chose …

  14. Le XXe Siècle fut sanglant.
    Certes.

    Ces dernières années, je me dis, et certaines de mes connaissances se font également cette réflexion, que le XXIe S risque d’être bien pire, puisqu’il verra avec l’épuisement des ressources énergétiques, alimentaires, etc, un effondrement démographique de l’humanité, lequel effondrement passera par des guerres pour les dernières ressources, des famines et épidémies encore jamais vues; l’humanité devrait passer de 10 milliard au milieu de ce siècle à moins d’un dixième vers 2100.
    Régulation naturelle…

    Finalement, alors même que longtemps j’ai désiré être père, je suis content de ne pas l’être devenu. Mettre au monde des enfants pour ce futur-là?!

  15. The head of China’s biggest ratings agency, Dagong Global Credit Rating, is warning that it may downgrade the US’s sovereign debt rating again because of Washington’s failure to tackle the federal budget deficit.
    […]
    The Xinhua news agency issued a commentary that cautioned: « The US government has to come to terms with the painful fact that the good old days when it could just borrow its way out of messes of its own making are finally gone. »

    http://www.guardian.co.uk/business/2011/nov/12/chins-threatens-us-with-new-debt-downgrade

  16. La République des idées à Grenoble, pour que ça bouge….du moins dans les têtes déjà.
    En espérant que l’on trouvera des réponses aux « grandes questions à résoudre »
    Préalables, à mon sens, aux changements poussés par le peuple ::
    ==> il faut que les citoyens disposent d’une information vraie, transparente, complète et éclairée pas des « experts » crédibles, intègres et d’une honnêteté intellectuelle incontestable.

    France Culture était sur place et donnait la parole à des intervenants ce vendredi 11/11.
    Dommage, je n’ai pas pris de notes mais j’ai cependant retenu de l’interview de Pierre Rosanvallon :
    « il faut transformer les égos en égaux  »
    « les idées doivent d’abord imprégner les citoyens avant de pouvoir être imposées aux politiques ».
    C’est maigre, je vous l’accorde, mais il y a le bouquin de Pierre Rosanvallon pour le rattrapage et on peut espérer un compte rendu de l’essentiel des échanges dans la presse

    http://www.franceculture.fr/evenement-la-republique-des-idees-grenoble
    « Refaire société » :

    La République des Idées, plus que jamais convaincue qu’il est urgent de refonder les conditions de notre être-ensemble, lance les Ateliers du présent. Boîte à idées destinée à mieux comprendre le monde dans lequel nous vivons, ils ont vocation à associer intellectuels, artistes, acteurs du monde social et politiques, au service d’une réflexion attentive aux enjeux de notre temps. Ce forum, ‹ Refaire société › en est la première édition.

    http://www.repid.com/
    http://www.refairesociete.fr/

    Samedi 12/11 c’est France Inter qui était sur place

    http://www.franceinter.fr/emission-on-n-arrete-pas-l-eco-en-direct-de-grenoble-a-l-occasion-du-grand-forum-de-la-republique-de

    L’émission hebdo « on n’arrête pas l’éco » donnait la parole à Patrick Viveret, philosophe et conseiller à la Cour des Comptes
    J’ai été séduit par son intervention, remarquable.

    Pour l’instant le programme n’est pas encore en ligne sur le site.
    http://www.franceinter.fr/emission-on-n-arrete-pas-l-eco

    1. J’ai écouté un peu . C’est un évènement majeur ds les circonstances actuelle .pourtant j’ai peur , car chez des gens si bien intentionné et si intelligents , …il se dit pas mal de conneries . J’aime assez Rosanvallon mais « faire des egaux a partir d’égos » si c’est un mot agréable a l’oreille , ça démontre qu’il n’ a rien compris … ça signifie faire glisser le curseur de l’ entité individu vers le groupe …vers la fourmi .

      1. Dénoncer, analyser, comprendre la montée croissante des inégalités est une nécessité.
        La Chronique de Sylvie Kauffmann dans le Monde du 14/11 « L’inégalité, moteur mondial de l’indignation », nous fournit des exemples mondiaux du fossé qui sépare le 1% du sommet avec les 99% du dessous, révoltant pour qui a le souci d’un minimum de justice sociale.
        Exemple : une année d’étude à Harvard revient actuellement à 36.600 euros à comparer aux 4.000 euros en 1978
        Dans la même édition du Monde on peut relever plusieurs bouquins utiles :
        « La République des Idées » sous la direction de Pierre Rosanvallon, pour combattre la société des rentiers (cuillères et louches en argent).
        « Le temps des riches » de Thierry Peche que je lis régulièrement dans Alternatives Economiques.
        « La société des égaux » de Pierre Rosanvallon ……..
        Merci à eux de faire avancer les schmilblic et d’aller au delà de la simple théorie du ruissellement.

  17. La regime parlementaire à parfois de gros avantages pour les « marchés ».
    En effet en Grece et en Italie on change de gouvernement sans faire aucune élection!
    Le peuple n’est pas consulté.
    Remarquable non?
    Je commence à comprendre l’anti-parlementarisme de de Gaulle dans des années qui ressemblent aux notres: La crise énorme des années 20 en Europe, qui avec l’élimination de la Russie du capitalisme, conduisit à 1929.
    Remarquons que les gouvernants grecs et italiens ne sont que des fantoches, dont la légitimité est totalement illusoire. Voire quasi nulle. Grosso modo des huissiers aux ordres des fonds vautours.
    Pas un seul grec doit faire confiance à l’androide néolibéral programmé qui les gouverne…
    Mais ça donne des gages aux agences de notations!
    Hahahaha! Tiens mieux vaut en rire!

  18. @ Papimam
    12 novembre 2011 à 20:53

    ———————————————————————————–
    Restons simples et pratiques, réalistes aussi :
    Une machine à vendanger accomplit en 2 heures le travail de 20 vendangeurs en 1 journée. Je suppose que vigneron ne me contredira pas.
    Ce n’est qu’un petit exemple récent.
    Au courant de ma vie prof. je n’ai fait qu’améliorer de manière conséquente la productivité administrative par la mise en oeuvre d’outils informatiques dans de nombreux domaines.
    Pourquoi vouloir travailler pour travailler ? Travailler mieux pour vivre mieux, je préfère.
    Il faut juste réaliser la meilleure adéquation entre besoins effectifs et production de richesses et si possible non obsolètes rapidement.
    Alors 35h00 ? Peut être 32h00 ou 42h00, c’est selon le temps que met le fût du canon…….
    En tous cas en plus du travail il faut surtout consacrer du temps à la formation, la réflexion pour innover ……et si l’on peut passer plus de temps à ses loisirs ou à consacrer à sa famille et ses proches, tant mieux.
    ———————————————————————————————-

    Je partage votre analyse qui rejoint celle de Buckminster Fuller, un visionnaire remarquable qui prônait dès les années 1970 les mêmes stratégies en matière sociale, environnementale et économique : Formation, éducation, conception plus intelligente des biens et services, pour arriver à fournir la prospérité à tous, tout en gaspillant moins de ressources naturelles et humaines et en polluant moins..

    Et en conséquence « travailler mieux pour vivre mieux »

    C’est ausi le sujet d’un livre de Tim Jackson, intitulé « la Prospérité sans croissance ».

    1. N’en jetez plus, c’est bientot l’hiver.
      J’essayais juste de répondre aux nombreuses personnes, dont des proches, qui ne cessent de répéter « il faut travailler ».
      Parfois je me pose même la question « Travailler avec la tête dans le guidon n’est ce pas une facilité ».
      Se creuser la cervelle pour innover est parfois plus ardu.
      Relativisons, il faut dans tous les cas produire des efforts mais le travail n’est pas un but ultime en soi.
      Attention aussi au prétexte de destruction d’emplois pour perdurer dans des productions obsolètes ou improductives.

      1. Je me demandais pourquoi , vous défendiez si fort le productivisme et l’ « organisation » , les « gains de productivité » !
        Je ne vais pas refaire mon développement habituel , qui doit commencer a lasser .Juste vous dire que vous suivez un leurre qui parait évident a tous …disons alors une « chimère » .
        Le gain de productivité est une perte d’ humanité ….a voir les zombies que l’on fabrique et qui s’emmerdent aussitot qu’ils ont gagné/libéré du temps (le temps ne peut se gagner …juste se perdre) et qui s’empressent d’acheter pour combler ce vide …acheter un « quad » ou un voyage en tuniseychelle » …a voir les dégats causés par la production de ce « gain » . Les gus payés comme toi pour travailler /se creuser « de la tete » , me paraissent , parce qu’ils en sont inconscients , les plus dangereux .

      2. Travailler pour vivre ou vivre pour travailler ? @kercoz
        A faire du travail un seul but et négliger le reste peut nous conduire à se retrouver en fin de vie sans avoir vécu, me semble t’il, mais à chacun sa vie.
        Quel est l’avis des sociétés nomades ou mêmes indigènes, profondément respectueuses de leur environnement ?
        Il est certain que chacun devrait au moins bosser pour créer les richesses qu’il va ou veut consommer, mais dans le respect des générations futures et la responsabilité de leurs léguer une planète qui ne soit pas abîmée, épuisée.
        « Les gus payés comme toi pour travailler /se creuser « de la tête » , me paraissent , parce qu’ils en sont inconscients , les plus dangereux . »
        Oh bigre, mille sabords, gloups.
        Pourquoi cette volée de bois vert adressée en sus à un défenseur des thèses écologiques et qui a même été traité de stakhanoviste à une courte époque de sa vie prof.
        Un peu de mesure et de tolérance svp.
        Vous devez vous tromper de cible ou alors je ne me suis pas fait bien comprendre.

        Je n’étais pas payé pour me creuser la tête mais simplement pour améliorer les processus administratifs manuels et permettre ainsi aux acteurs d’un service de consacrer leur énergie et leur temps à des tâches plus essentielles et mes utilisateurs m’en ont toujours été reconnaissants.
        Se creuser la tête, oh que oui, je l’illustre d’un exemple simple tiré de mes tous débuts comme OS dans l’informatique, « pisseur de lignes » et qui s’est reproduit souvent.
        Un de mes collègue qui avait juste une année d’expérience avait réussi à faire un programme de 500 lignes là ou la plupart des autres auraient commis « une usine à gaz », difficilement maintenable, pas fiable, bref, nettement plus onéreux. Les cas similaires ce sont répétés par la suite et cet exemple m’a été un sacré enseignement.

        Disposer de temps libre à consacrer à des activités personnelles de toutes natures ma parait indispensable et l’on peut souvent joindre l’utile à l’agréable sans pour autant acheter, consommer, devenir un zombie. C’est une affaire d’éducation, de curiosité, …….
        Quand je bossais je me changeais les idées par la randonnée, une journée de marche vous remet les idées au clair et c’est souvent ainsi que j’ai pu faire progresser un projet, plus qu’au boulot (d’autres trouvent l’inspiration dans leurs rêves).
        Jardiner, entretenir son potager, faire du footing, du vélo, se cultiver dans divers domaines, s’instruire, s’occuper des MAM ou des ascendants, faire du bénévolat ne porte aucun préjudice aux ressources de notre planète, bien au contraire.
        Exemple : une journée de vélo ou de rando s’effectue à l’huile de genoux et l’on peut partir depuis chez soi ou utiliser les transports en commun pour se rendre au départ.

        Je vous accorde cependant que le progrès doit être maîtrisé et les excès sont bien connus et surtout très déplorables.

        J’en termine avec l’exemple de la machine à vendanger dont l’usage peut être critiqué.
        Il reste que c’est un constat que j’ai pu faire alors que j’ai l’opportunité de vendanger manuellement chez un petit viticulteur encore tradi., quelle convivialité.
        Hélas d’autres sont amenés à user de la mécanisation soit par souci de rentabilité, de profits ou tout simplement de survie (cas du vigneron pour qui la vigne est un appoint à un autre travail).

      3. @Papi
        //// « Les gus payés comme toi pour travailler /se creuser « de la tête » , me paraissent , parce qu’ils en sont inconscients , les plus dangereux . »
        Oh bigre, mille sabords, gloups.
        Pourquoi cette volée de bois vert adressée en sus à un défenseur des thèses écologiques et qui a même été traité de stakhanoviste à une courte époque de sa vie prof.
        ///
        Désolé et mes plates contritions si tu t’es senti agressé ..en l’ occurence tu n’etais que le truchement d’un caractere négatif de l’humain : la recherche du moindre effort … qui passe par une spécialisation déshumanisante et aliénante …
        En fait le problème est tres simple …on parle de rationalité ! …. et il est impossible de rationaliser des equa diff complexe qui ne sont pas intégrables …donc qui n’ont pas de racines ..
        Pour faire des gains de productivité il faut linéariser et rationaliser …au dépend de la complexité des interelation humaines ..donc au dépend de la VIE . Les vendanges , comme les moissons de la vallée d’Aspe apportaient un max de traditions et boucles interacives collatérales : les cadets des hautes vallées qui redescendaient car on avait besoin de bras ..des fetes , liens , mariages , ..traditions « feed backs » … Votre rationalité amèle un blé détaxé , par du fuel détaxé ds cette vallée , au meme prix qu’en Beauce et illico putano , me remplace les bergers fromagers ..par des fonctionnaires déguisés en décathlon (avé baton de ski) et 4×4 … ça s’appelle de l’ ENTROPIE ou du délitement culturel (au sens propre du mot) ….pour quoi ? ecrans plats et portables !!!

  19. @charles :

    « 170 commentaires et personne ou presque pour réagir à l’accueil de notre Paul par le think tank de Jean-Pierre Chevènement. »

    Je trouve cela très intéressant.

  20. Pour ceux que la notion de genre interroge, je propose l’écoute de cette émission de France Culture , De la virilité : http://www.franceculture.fr/emission-les-lundis-de-l-histoire-de-la-virilite-2011-10-31 . J’attire l’attention sur l’énonciation du rapport entre l’argent et la sexualité masculine vers la minute 38.
    J’ajouterai cette étude sur la fabrication d’un ennemi où la nature guerrière de nos sociétés se confirme : http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=LYimcmKqqcs.
    D’un tel monde guerrier, peut-on concevoir avec horreur l’inverse de la maxime  » there is no way to peace, peace is the way », « there is no way to war, war is the way »?

    Je me permets cette digression : à mon sens, le point de départ de l’ensemble tient de l’inhibition de la sexualité féminine qui empêchait l’agriculteur de satisfaire pleinement à sa tâche d’agriculture, ainsi qu’il l’est fort bien décrit dans les travaux de Vernant « L’Univers,les dieux, les hommes ». Travaux dans lesquels, par ailleurs,apparaît la thématique de l’entrée du malheur avec la première femme esclave, Pandora ( dotée de toutes les qualités…pour les hommes).

    De nos jours, dans nos sociétés en forte demande d’incessante créativité, voilà des fardeaux bien lourds ,il me semble.

    Je plussoie toujours l’idée du revenu de base de vie, qui serait, à mon avis, l’ouverture afin de sortir du cadre ,cadre dont j’ai la sensation que d’aucuns préfèreraient tout voir détruit sauf justement ce fameux ‘cadre’.

    Humaniarcalement.

Les commentaires sont fermés.