UNE MENACE SANS PRÉCÉDENT (OU PRESQUE)

Vous vous souvenez de ce que le Vice-Président américain Dick Cheney a dit de Saddam Hussein en 2001 ? Non, je veux dire avant qu’il ne soit question d’« armes de destruction massive ». Il a dit qu’il était de mèche avec Al-Qaïda, sous-entendant que s’il n’était un terroriste lui-même, c’était quand même pratiquement la même chose. Bien que divers rapports officiels aient démenti au fil des ans l’existence de contacts entre Saddam Hussein et Al-Qaïda, un sondage d’opinion en 2005 révélait que 63 % d’Américains étaient toujours convaincus de l’existence de tels liens.

Faisons maintenant un saut dans le temps de neuf ans pour nous retrouver la semaine dernière à la Maison Blanche à Washington. Selon le Wall Street Journal en date d’hier, 21 février, une réunion s’y tenait, présidée par le Général Keith Alexander, directeur de la National Security Agency (*), l’agence qui essaie en particulier de savoir tout ce qui se dit dans le monde au téléphone, sur l’Internet ou autrement. « Différents scénarios ont été évoqués, rapporte le Wall Street Journal, dont l’un dans lequel un gouvernement étranger disposant d’une capacité d’attaque [numérique] en confiait l’exécution (outsourcing) à un groupe comme Anonymous, ou bien si un adversaire des États-Unis comme Al-Qaïda recrutait des hackers pour monter une attaque numérique ».

La loi SOPA (Stop Online Piracy Act) vacille depuis la grève conjointe de Wikipedia, Google et des réseaux sociaux. Le traité international ACTA (Anti-Counterfeiting Trade Agreement) a du plomb dans l’aile depuis que plusieurs pays hésitent à le signer. À Washington, on n’en a cure apparemment : vu le danger que les contestataires de l’Internet représentent manifestement, on envisage de recourir contre eux à des moyens plus… comment dire…

=======================
(*) « La NSA/CSS (National Security Agency/Central Security Service, en français « Agence de sécurité nationale / Service central de sécurité ») est un organisme gouvernemental des États-Unis, responsable de la collecte et de l’analyse de toutes formes de communications, aussi bien militaires et gouvernementales que commerciales ou même personnelles, par radiodiffusion, par Internet ou par tout autre mode de transmission » (Wikipedia).

Partager :

139 réflexions sur « UNE MENACE SANS PRÉCÉDENT (OU PRESQUE) »

  1. Il ne faut pas paniquer pour rien… il n’ y aura jamais assez de place à Guantanamo pour tous les ciberdissidents ! De plus un gouvernement ne peut entrer en guerre contre sa propre population sans entrer dans une spirale d’autodestruction. La mise en application massive de telles lois ne sera nulle part évidente !

    Wait and see

    1. Vous croyez que les USA n’ont pas les moyens d’ouvrir 1000 Guantanamo si ça leur chante?
      Vous croyez que les dirigeants US ne seront pas prêts à faire enfermer ou même assassiner judiciairement ou nom quelques milliers d’individus s’ils ont l’approbation d’une grande majorité d’une population chauffée à blanc par les Fox-News et autres médias?
      N’ont-ils pas exterminés leurs indiens? N’ont-ils pas pratiqué systématiquement dans leur Histoire, l’assassinat judicaire, le lynchage systématique? Sacco et Venzetti ça ne vous dit rien? Les affreux de la Pinkerton, ça ne vous dit rien? L’origine de la fête du 1er mai, ça ne vous dit rien?

      Rappelez vous ce que disait le premier des Rockefeller à propos des syndicats: “j’ai les moyens de payer la moitié de la classe ouvrière pour égorger l’autre moitié”.

      Oubliez un peu la propagande hollywoodienne et revisez votre histoire des USA.

      1. J’avoue mal connaître l’histoire des USA…Suffisamment pour savoir que le lynchage des nègres était monnaie courante, et qu’aujourd’hui ils ont des droits civiques.

        Le génocide des Indiens et les autres évènements que vous évoquez seraient-ils encore possible aujourd’hui ?

        On n’est plus au temps de Rockefeller même s’il est tout a fait vrai que la moitié de la classe ouvrière a combattu l’autre moitié pendant deux guerres mondiales au profit de quelques grandes firmes multinationales.

        De tout temps les puissants ont fait des déclarations fracassantes qu’ils ont ensuite regrettés. J’ai ici une pensée émue pour Warren Buffet qui croyait avoir gagné définitivement la lutte des classes !

        Si des lois liberticides apparaissent…c’est parce que les 1% commencent à avoir peur. Contrairement à vous,j’y vois un signe positif

      2. un excellent livre sur une histoire des usa un peu différente de l’image d’épinal :

        ” Une Histoire populaire des Etats-Unis de 1492 a nos jours ” d’Howard Zinn

  2. Les hackers représentent un danger réel, car il y a des bons et des mauvais. Même les services de renseignements travaillent avec des hackers, et ce qui ne peut se faire, pour des raisons législatives, est délocalisé dans un pays plus “libéral” en cette matière (outsourcing).
    Il sont capables d’entrer dans n’importe quel système, ou presque.
    J’étais moi-même cible d’une attaque (d’espionage), et j’avoue que j’ai rarement vécu une telle frustration, car on ne se rend pas compte de suite de l ‘intrusion. C’était un hazard, une inattention bête de la part de l’intrus qui m’a mis sur sa trace.
    En revanche, les experts habilités en la matière estiment qu’une ciber-guerre ne soit pas (encore) possible, elle ne pourra remplacer la mécanique d’une attaque belligérente classique, donc physique, sur le terrain de l’adversaire.

    1. Le but d’une cyber-guerre n’est pas de “remplacer” une guerre classique, mais de la rendre plus facile et moins coûteuse (en vies de nos troufions à nous qu’on a et, accessoirement, en munitions).

      Que des “experts” disent qu’elle n’est pas encore possible, signifie soit que ce sont des incompétents, soit que ce sont des escrocs. Non seulement elle est possible, mais elle est pratiquée. Exemple récent : le détournement d’un drone américain par les Iraniens. Et ce n’est qu’un tout petit exemple spectaculaire.

  3. Anonymous devrait débrancher l’internet mondial le 31 mars 2012 :
    http://french.ruvr.ru/2012_02_19/66428105/

    http://www.diatala.org/article-anonymous-va-debrancher-l-internet-le-31-mars-a-t-il-acces-aux-satellites-99749661.html

    http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=8NWkG-CI4Eo

    Je ne sais pas si ces sites, sur lesquels je suis tombée hier, sont sérieux par contre, et je ne sais pas l’anglais, donc j’ignore totalement ce qui est dit dans la vidéo.

  4. vu le danger que les contestataires de l’Internet représentent manifestement, on envisage de recourir contre eux à des moyens plus… comment dire…

    Cela pourrait-il donc s’appliquer aux contestataires de ce forum?

    1. Une autre hypothèse, et si la menace réelle pour nos libertés était plutôt l’internet tel qu’il est avec son formatage insidieux des esprits ?
      La comédie qui consiste à agiter le spectre d’une suppression des apparences de liberté du web, pourrait conduire la grande majorité à s’y noyer et s’y leurrer encore plus !
      Pas mal comme stratégie .

  5. « The spy factory » J’avais loupé ce documentaire de “Nova” sur la chaine télé publique américaine(PBS). Le sujet: La NSA,le document met en lumière les pratiques clandestines de cette Agence secrète de sécurité nationale,qui est responsable de l’espionnage au sein et au-delà des frontières américaines. Basé sur le livre de James Bamford « The shadow Factory ». Le programme examine entre autre comment la NSA a gardé pour elle les informations qu’elle avait réussi a intercepter sur la préparation des attentats de septembre 2001, rendant donc la NSA et son directeur d’alors,Michael V. Hayden, complices de ces attentats. Les coups fourrés de la NSA se poursuivent…

  6. Ce qui fait rigoler, c’est que ces gens veulent proteger les artistes!!!
    Hahahha! Tiens ça alors, les artistes, la derniere roue de la charrette du libéralisme!
    Eux qui survient grace au RSA et à la CMU, à Medicaid ou Medicare et autre aux USA!
    Elle est bien bonne! Quel foutage de tronche!
    Bien sur que les élus sont pourris et au jus…Il esperent que le peuple va gober l’aide aux artistes!
    L’art du n’importe quoi total!
    Qui peut croire les insanités de ceux que vous, o peuple, avez élu????
    Arertez de voter pour des pourris…
    Sinon c’est la fin de l’humanité!

  7. On ne peut blâmer un état de protéger ses intérêts vitaux par les responsables de sa sécurité.
    Ceci dit, il serait sain que ces intérêts vitaux fussent avalisés par une procédure démocratique, sous menace de sombrer dans une spirale plus ou moins totalitaire.

  8. Le G8 veille à ce qu’ACTA soit acté selon une fuite d’un document de travail. Axes retenus:

    1- G-8 Initiative to Strengthen Enforcement against Cross-Border Counterfeiting and Piracy
    2- G8 Initiative to Support Voluntary Best Practices For Securing Global Supply Chains
    3- G8 Initiative to Promote Pharmaceutical Drug Safety

    Source : http://www.edri.org/files/G8.pdf

Les commentaires sont fermés.