ATLANTICO.fr, CDS SUR LA DETTE GRECQUE : Les marchés ont-ils été touchés par la grâce ?

Quand Priscilla Romain d’Atlantico.fr m’a appelé hier dans la soirée, j’avais le sentiment qu’il s’agissait d’une conversation à bâtons rompus. Manifestement c’était un entretien.

Vous pouvez voir ce que ça donne ICI.

Un extrait :

Atlantico.fr : Que révèle cette décision sur le monde de la finance ?

En 2008, on a vu des gens dans la finance parier sur l’effondrement du système parce qu’ils pensaient qu’ils pourraient encore gagner de l’argent de cette manière-là.  Cette fois-ci, ils se rendent compte que le problème n’est pas qui va gagner si le système s’effondre mais bien comment on va réussir à préserver ledit système. C’est un fait rassurant. Cela montre qu’une espèce de notion du Bien commun commence à intervenir et que la notion de risque systémique commence à être prise au sérieux.

 

Partager :

7 réflexions sur « ATLANTICO.fr, CDS SUR LA DETTE GRECQUE : Les marchés ont-ils été touchés par la grâce ? »

  1. Je crois (?) comprendre les faits que vous relatez et votre analyse sur le ‘pourquoi’ de cette décision de l’ISDA.

    Toutefois, je m’étonne de lire que “cela montre qu’une espèce de notion de bien commun commence à intervenir..”
    Ne s’agirait-il pas de “leur” bien commun, de même manière que des gangs mafieux modèrent leurs méfaits, sous le magistère du plus puissant parrain, après avoir constaté que leurs conquêtes finissent par les opposer les uns aux autres, au lieu de se contenter de ratisser leurs victimes traditionnelles..

    En clair, en quoi cette décision a-t-elle un effet positif (ou même augure-t-elle d’un tel effet) sur l’existence des paradis fiscaux, de la concurrence fiscale tirant vers le bas les moyens collectifs, de l’accumulation de richesses entre les mêmes mains ?

  2. La notion de bien commun commence a intervenir : on se rapproche de la main invisible de Keynes ???

      1. « La main invisible fera toujours son œuvre mais elle agit par strangulation »
        Joan Robinson, 1946

      2. Oui vous avez raison, l’idée originale est de A Smith et a été largement récupérée/dévoyée, par M.Friedman en particulier, mais même Smith s’en accommodait.
        J’ai été trop elliptique, je voulais donc dire la main invisible telle que Keynes l’a critiqué.
        Dans wikipédia on trouve cette référence de Keynes :
        ” There are in these matters deep undercurrents at work, natural forces, one can call them, or even the invisible hand, which are operating towards equilibrium » The Balance of Payment of the United States de 1946, Collected Writings tome 27, p.445″

  3. Réussir à le préserver ?…Je ne suis pas sûr d’en avoir envie. Le capitalisme porte en lui l’exploitation, la guerre et l’hystérisation du prix qui détruit la valeur des choses et nos valeurs par la même occasion.

Les commentaires sont fermés.