L’ENJEU

La déclaration in fine de François Bayrou ne conclut pas comme on l’entend dire, une longue hésitation, mais tire les conclusions qui s’imposent d’une dérive observée dans l’entre-deux-tours : réélire le président sortant s’assimile désormais à porter à terme le Front National au pouvoir. Ce dernier a su perfectionner à l’extrême l’art de déguiser un loup en agneau, et récupère avec un franc succès tout ce dont il faudrait encore parler quand a été épuisé l’objet que constitue le consommateur, à savoir parler du peuple. Le FN en appelle pour cela au terrain que balisent les définitions par défaut des sociétés humaines : travail, famille, patrie, dans la version française, Kinder, Küche, Kirche, enfants, cuisine, église, dans la version allemande. Il n’en reste pas moins que sous leurs formes diverses, les régimes totalitaires d’extrême-droite incarnent la forme de violence à laquelle le capitalisme se réduit quand il ne lui reste plus rien à offrir qui provoque la sympathie et qu’il a épuisé les boniments pour tenter de se vendre. 

Partager :

249 réflexions sur « L’ENJEU »

  1. Amsterdam, 5 mai 2012

    Chèr dr. Jorion et chèr(e)s co-blogistes,

    Oui, et ajouter à cela ce qui suit.

    Au moment où, comme actuellement aux Pays-Bas, le PVV, le Parti Pour la Liberté, l’organisation soeur directe du FN, a perdu l’accès au pouvoir gouvernemental, dès le 21 avril 2012, après à peu près un an et demi de la folie raciste et des coupures absurdes dans les budgets de la coopération internationale, de la culture et de la protection écologique, puisque, pour le PVV ainsi que pour le Front National des « hobbies gauchistes et élitistes, et alors non-populaires », son recours est:

    * se rendre aux Etats Unis pour crier contre l’Islam et contre Barack Obama
    (voir http://www.geertwilders.nl/ )

    * se préparer à la nouvelle campagne électorale pour une nouvelle Assemblée Nationale le 12 septembre 2012 (12 09 12.. quel beau chiffre..):

    a. mobilisant tout le monde contre « l’Europe » (c’est quoi ça?)

    b. mobilisant la peur et l’angoisse des vieillards (et, alors, leurs familles et copains/copines), les disant que « les brigands de l’Europe » vont les priver de leurs sous.

    Qui a peur de qui….?

    Bien à vous!

    Johan Leestemaker

    1. I.- Sarkozy et le courage
      • Le courage de prétendre lutter contre l’exclusion en baissant de 30% les crédits du Samu social au point de provoquer la démission de son fondateur.
      • En 2010, le courage de laisser 340 SDF mourir dans la rue en France en ayant annoncé lors de la campagne 2007 qu’à la fin de son mandat, il n’y aurait plus de SDF.
      • Le courage de fermer les places d’hébergement aux SDF en disant donner l’accès au logement quand ils seront construits.
      • Le 31 mai 2011, le courage de mettre en place la circulaire Guéant visant à expulser les étudiants étrangers.
      • Le 9 février 2008, le courage de faire voter la loi sur la rétention de sureté, la première fois depuis l’adoption de la Déclaration des droits de l’Homme et du citoyen qu’une personne est maintenue en rétention alors qu’elle a purgé sa peine, cette mesure étant issue d’une loi nazie de novembre 1933.
      • En juin 2009, le courage de supprimer purement et simplement le secrétariat aux droits de l’homme.
      • En 2006, le courage de promettre un toit à tous les sans abris et les traquer dans les centres-villes pendant un quinquennat.◦ http://www.marianne2.fr/Que-plus-personne-ne-soit-oblige-de-dormir-sur-le-trottoir-Ah-bon_a183254.html
      http://www.lemonde.fr/societe/article/2011/10/19/les-arretes-anti-mendicite-se-multiplient_1589971_3224.html

      • Le courage de mettre en place une taxe carbone qui n’a jamais vu le jour.
      • En mars 2009, Le courage de dépenser 400 000 euros pour un déplacement de Paris à Saint-Quentin, soit une distance de 165 kilomètres.
      • Le courage d’annoncer chaque année depuis 2007 une réforme de la dépendance qui n’a jamais vu le jour.
      • En 2010, le courage de supprimer 2 774 emplois de policiers en prétendant lutter contre l’insécurité.
      • En 2011, le courage de supprimer 1 981 emplois de policiers en prétendant lutter contre l’insécurité.
      • Le courage de faire licencier une vendeuse pour une plaisanterie.
      • Le courage de faire signer un chèque de 30 millions d’euros par le fisc à Liliane Bettencourt.
      • Le courage de tenter de placer son fils, débutant total, à la tête d’un organisme brassant des centaines de millions d’euros.
      • Le courage de dépenser chaque jour 11 780 euros de denrées alimentaires à l’Élysée.
      • Le courage d’augmenter le montant des sondages de 500 000 euros sous Chirac à 2,2 millions en cinq ans.

      1. Le courage de passer la France de la 31ème à la 44e place au classement mondial de la liberté de la presse.
        • Le courage d’augmenter le déficit commercial de 36 milliards en cinq ans.
        • Le courage de faire basculer dans la pauvreté 60 000 retraités
        • Le courage de prétendre être le président du plein emploi et avec un million de chômeurs en plus.
        • Le courage de faire passer la dette publique de la France de 63,9% du PIB en 2007 à 81,7% en 2010.
        • Le courage de traiter les humains comme des animaux en prison, avec 13 000 détenus en surnombre par rapport aux places disponibles soit un taux d’occupation moyen de près de 125 %.
        • Le courage de ne pas lever le « secret défense » sur l’affaire Karachi, qui a couté la vie à 14 personnes.
        • Le courage de choisir les journalistes et la maison de production pour ses interventions télévisées.
        • Le courage de dire à un citoyen énervé « Descends de là, si t’es un homme », en étant entouré de CRS armés jusqu’aux dents.
        • Le courage d’exiger de celui qui souhaite partir en retraite à 60 ans qu’il prouve un handicap d’au moins 20%.
        • Le courage de dépenser 1,3 million par jour pour une guerre injuste en Afganistan, au détriment de l’éducation, la santé, le chômage.
        • Le courage de siphonner le fonds de réserve des retraites créé en 2002 par Jospin pour financer la dette publique.
        • Le courage d’avoir lancé un grand plan Marshall des banlieues qui n’a jamais vu le jour.
        • Le courage de ne pas trouver les 13 000 places manquantes d’hébergement d’urgence.
        • Le courage de parler de « charges sociales » et non de « cotisations sociales ».
        • En janvier 2008, le courage d’augmenter son salaire présidentiel de 172%.
        • En janvier 2010 le courage de dépenser 1,6 million d’euros pour un voyage à la Réunion.
        • Le courage de supprimer l’année de formation en alternance de la formation des maîtres.
        • Entre 2007 et 2010, le courage de supprimer 80 000 postes dans l’Éducation nationale en prétendant lutter contre l’échec scolaire.
        • Le courage de donner la Légion d’Honneur à son couturier.
        • En 2009, le courage de supprimer près de 10 000 emplois de professionnels de santé dont 5 000 personnels soignants.
        • Le courage de supprimer les cotisations retraite sur les heures supplémentaires pour en conclure qu’il fallait réformer les retraites.
        • Le courage d’acheter un avion à 180 millions d’euros.
        • Le courage d’investir aux législatives de 2012 Christian Vanneste, un homme qui clame haut et fort que les homosexuels sont inférieurs aux hétérosexuels, et qui compare homosexualité et pédophilie.
        http://www.lemonde.fr/politique/article/2010/05/13/christian-vanneste-ump-rapproche-homosexualite-et-pedophilie_1350885_823448.html
        • Le courage, au nom de la modernité, d’interdire aux paysans le droit ancestral de ressemer leur récolte d’une année sur l’autre, ce qui ne s’était plus vu depuis… la Révolution française !
        • Le courage d’organiser un Grenelle de l’Environnement en 2007 et de dire dans le même temps que « l’environnement ça suffit ».
        http://www.pouruneautrepac.eu/2010/03/08/sarkozy-au-salon-de-lagriculture-lenvironnement-ca-suffit/

      2. Le courage de lutter contre la pauvreté : en 2008, 7,836 millions de personnes vivaient sous le seuil de pauvreté En 2009, 8.173 vivaient sous le seuil de pauvreté.
        • Le courage d’une augmentation annuelle moyenne du nombre de chômeurs de 105 000 personnes.

  2. « la forme de violence à laquelle le capitalisme se réduit quand il ne lui reste plus rien à offrir qui provoque la sympathie et qu’il a épuisé les boniments pour tenter de se vendre. »

    Le problème, cher Paul, c’est que le candidat d’en face, Hollande (avec Bayrou), en est encore à user de ces « boniments »… qui, lorsqu’ils sont épuisés, conduisent inéluctablement aux mêmes extrémismes totalitaires. Simple question de temps (un quinquennat ?).

    1. Sans doute ,et peut être un peu plus , sauf accélération brutale du dépérissement de la bête , dont François Leclerc ausculte les soubresauts périodiquement .

      On vote , ou modifie beaucoup de par le monde en 2012 et 2013 .

      ça n’empêche pas de secouer la porte , comme les étudiants québécois ces jours ci , pour hâter le jour où elle s’effondrera pour ouvrir sur autre chose .

      Une utopie réaliste suffisamment convaincante pour que les peuples du monde s’y retrouvent , par exemple .

      1. Faute d’alternative crédible – et le système fait ce qu’il faut pour nous entrainer dans de faux débats,genre « communisme/libéralisme », « étatisme/libéralisme », « relance/austérité », »sentiments/réalisme »… – basée sur une véritable critique du capitalisme, on risque en effet d’aboutir à une barbarie conduite par des néo-fascistes. C’est ce que le système à l’agonie nous promet. Les animateurs du Front de Gauche ou d’autres groupes trotskysants n’ont aucune analyse sérieuse de la société actuelle.

      2. L’alternative ne vous plait pas, et cela se comprend…
        mais elle découle de la compréhension de la crise.
        La concentration du capital conduit
        à l’effondrement économique; social, politique et écologique.
        D’où la nécessité de socialiser les moyens de production,
        de sortir du cadre, pour mettre l’économie au service des besoins durables.

        Vus les échecs passés du « socialisme réel », elle est très minoritaire.
        Et pourtant, c’est la seule.
        Il faudra encore bien des années qu’elle s’impose.
        Ceux qui mettent en avant la « démocratie réelle » y travaillent.
        La crise fera le reste.
        Patience, expliquons et agissons.

    2. @ Yéti;
      Un quinquennat?Cela risque d’aller beaucoup plus vite,me semble-t-il,avec des groupuscules d’Ultra-droite à la manoeuvre,dont il sera aisé à la »Marine » de se démarquer pour montrer combien sa formation relookée et ses nouveaux amis sont une alternative « raisonnable »…
      Une course de vitesse me semble engagée,effectivement,dont l’issue se règlera plus certainement dans la rue que dans les urnes,comme le dit l’autre…
      Pour moi,voter Hollande c’est juste gagner du temps…

      1. En 1929 cela à pris 10 ans pour rentrer dans une tourmente immonde ,si l on prend comme date de départ 2007 ,je vous passe le calcul . Il est encore temps d arrêter la machine infernale

      2. En toute logique et pour rester cohérent , vous devriez être déjà dans la rue .

        Laquelle ?

      3. le problème aujourd’hui ne me semble pas être de savoir qui sont les électeurs des droites nationales mais de décrypter et mettre à nu si possible le but final des « nouvelles » droites européennes : pour qui roulent-elles ? Les partis roulent toujours pour quelque chose … ou pour quelqu’un. Oter tous les masques des droites est une urgence car demain -si l’adhésion des citoyens se renforce- ne sera-t-il pas trop tard ? 1933 a montré que l’histoire est capable d’accélérations foudroyantes !

      4. « On attend celle de Nemo 3637 »
        Vous pouvez lire ou consulter « Matinik Doubout » (éditions Alternative Libertaire) petit ouvrage sur la révolte des Antilles à laquelle j’ai participé en 2009.
        Voir également mon blog sur Médiapart. Sur la critique du capitalisme voir la note de lecture sur le « Marx et Keynes » de Paul Mattick (qui a « failli » être publié sur ce blog…).

      5. @Nemo :

        j’avoue que je n’ai pas le courage de faire toutes les lectures que chacun me conseille . Avez vous condenser vos complètes propositions en un endroit que je puisse facilement repérer dans le billet  » utopie réaliste  » ?

  3. Merci Paul pour cette analyse aussi concise que pertinente.
    Pour moi Bayrou a sans doute sauvé la République et accessoirement l’honneur perdu de la droite traditionnelle.
    Je ne partage pas le point de vue de Bayrou sur l’économie — comme la plupart d’entre nous sur ce blog — mais il faut bien reconnaître que par son geste courageux il restitue en pleine lumière le sens de l’action politique, de la parole publique : il a suffit de quelques phrases pour redorer le blason de la République.
    C’est un geste fort, qui n’a rien d’anodin, et même est encourageant, car cela veut dire que ce qu’il a fait au nom des valeurs de la République, d’autres pourront le faire dans d’autres domaines, notamment lorsqu’il s’agira de montrer force et détermination pour affronter le monde de la finance.

    1. Y des moments où il faut se poser la question de savoir si on pourra encore se regarder dans la glace, quitte à renoncer à certains avantages.

    2. à PYD,

      C’est un geste fort…

      Non, c’est le seul geste encore possible pour un homme de droite qui se présente comme « démocrate » et qui veut sauver sa peau de politicien professionnel.

      Par ailleurs, je suis étonné de lire tous les commentateurs qui s’étonnent de voir NS et une partie de ses troupes reprendre soudainement les thèmes du FN.

      Ma thèse est la suivante : je pense que NS et une partie de l’UMP sont de la même farine que le FN, et que, pour des raisons tactiques, ils ont évités de le proclamer tant que c’était encore possible.
      Pour ceux qui ne comprennent pas ce que je suggère, allez voir ce qu’ont été les laboratoires de Neuilly et de Puteaux depuis les années 90.
      Et depuis quelques jours, ce n’était plus la bonne tactique.

      1. Marlowe

        Pour ma part, je n’ai pas été étonné que l’UMP reprenne les thèmes du FN.
        La lepénisation des esprits est un phénomène qui ne date pas d’aujourd’hui, il a d’ailleurs aussi parfois trouvé certains échos à gauche, hélas. Quand un Fabius disait que le Front National apportait les mauvaises réponses mais qu’il posait les bonnes questions, le vers était déjà dans le fruit. Et je pourrais multiplier les exemples. Jacques Rancière identifie très bien dans Aux bords du politique(1998) rhétorique discriminatoire qui apparait dans le discours politique des grands ténors de gauche comme de droite.

        Peu m’importe qu’il entre une part de calcul politique dans la décision de Bayrou, ce que je vois c’est que sa décision fait sens. Précisément le sens d’affirmer la nullité absolue de la course poursuite engagée sur le terrain des idées du FN. François Baryou par sa décision et sa parole revivifie donc une République à la dérive. Les homme et femmes politiques de France d’après les élections présidentielles ne pourront pas ignorer cette ligne jaune à laquelle François Bayrou vient de rendre une visibilité qu’elle avait perdue. Rien n’est acquis définitivement, mais la force symbolique du geste va marquer de son empreinte la vie politique française.

    3. Au-delà du choix personnel de François Bayrou, il est nécessaire de creuser les causes du vote FN en France. Il est en effet a priori aberrant qu’un parti que tout un chacun s’accorde à considérer comme totalitaire, fasciste, neo-fasciste, pétainiste, et j’en passe, fasse 20% à l’élection présidentielle.
      Si le clivage sur les questions d’immigration, de religion et d' »identité nationale » est un thème intéressant, bien plus réel et grave me semble celui entre les 20% de neo-fascistes et les membres de la Sainte Alliance Républicaine.
      Il me semble que si le FN est un loup déguisé en agneau (ce qui fait consensus), les électeurs FN ne sont pourtant pas soit des affreux fascistes soient des imbéciles racistes, mais (je l’espère du moins) en grande partie des gens qui voient dans le FN le seul parti qui traite des thèmes nationalistes, thèmes qu’un système libéral ne peut pas inclure dans son discours.
      En bref je ne suis pas sur que ce soit « sauver la République » que de perpétuer mécaniquement la tradition de la Sainte Alliance Républicaine contre le FN. C’est maintenir la situation actuelle dans laquelle seul le FN peut traiter ces thèmes, et c’est donc se priver de concepts (Nation, Patrie, Protectionnisme, etc.) qui sont, ce me semble, aussi importants pour penser une société que ceux de philia, de common decency, de lutte des classes, etc.
      Je suis donc moins optimiste que vous : Bayrou veut incarner le centre (le centre du bipartisme), il est parfaitement dans son rôle de juge en se démarquant de la droite à laquelle il était auparavant associé. C’est business as usual.

      1. et derrière, tout ça, il y a aussi toutes les casseroles de Sarkosy, tant de casseroles, tellement de casseroles ….
        comment ne pas se boucher le nez

      2. Répartition géographique de l’électorat de Marine le Pen au 1er tour

        « Ce milieu mi-rural / mi-urbain correspond à une réalité de l’industrie française depuis le développement massif de la sous-traitance dans les années 1980 : un tissu de PME/PMI spécialisées donc dans la sous-traitance et qui sont aujourd’hui directement touchées par les délocalisations mais aussi par la contraction du crédit bancaire vis-à-vis des entreprises. Les résultats au premier tour dans le Nord, le Pas-de-Calais, mais aussi dans la Somme et l’Oise, puis les régions de vieille industrie de l’Est de la France et ce jusqu’à l’Alsace et au Doubs et au Territoire de Belfort (où se trouvent les concentrations industrielles liées à Peugeot et Alsthom), le confirment. À l’Ouest et au Sud de Paris, toujours dans des zones de petite et moyenne industrie, on trouve des résultats entre 21% et 23%, un peu moins impressionnants que ceux du nord-est, mais qui n’en sont pas moins plus élevés que la moyenne nationale. Il est ainsi significatif que les résultats de Marine le Pen soient les meilleurs dans la partie Nord Est de la France, à droite de ce que les géographes appellent la « diagonale de l’industrie » censée séparer une France industrielle d’une France agricole ».

        « Les zones où se mélangent la petite et moyenne industrie et les restes de la ruralité traditionnelle sont donc bien celles où Marine le Pen fait ses meilleurs résultats. Ce sont elles où les électeurs potentiels attendaient des réponses précises à des problèmes précisément identifiés : le chômage et la désindustrialisation du pays, l’absence de crédit à taux faibles pour le logement et l’accès inégal présent et futur aux services publics (santé, éducation). Les propositions de François Hollande ou de Nicolas Sarkozy ont été jugées soit peu convaincantes soit inadaptées ».
        Jacques Sapir

        http://fr.rian.ru/tribune/20120505/194552631.html

      3. vehème,

        concernant les 20% du fn, je ne suis pas sûr que voter soit une affaire si rationnelle.

      4. En déclarant que, personnellement, il votera pour Hollande malgré son désaccord pour les projets économiques de celui-ci, Bayrou indique exactement le centre actuel de ce que pourrait être la République. Pourquoi pensez-vous qu’il fait un calcul machiavélique ? Ce choix ruine précisément son vœu de reconstruire un parti politique du Centre : ses petits camarades qui ont voté Sarkozy ne lui pardonneront jamais de s’être fait infliger une leçon de morale civique.

      5. @ méthode : Je ne vois pas bien où est la référence à mon commentaire. Je n’ai pas dit que le vote FN (ni les autres d’ailleurs) était ou pas rationnel (si ce mot a un sens), et si je l’ai laissé sous-entendre, c’est que je me suis mal exprimé.

        @ Jeanne Savret-Faada : Je n’ai absolument pas qualifié la déclaration de Bayrou de machiavélique.
        Nous sommes en fait parfaitement d’accord sur un point : Par son choix, Bayrou consolide la position centrale de son parti dans le système Républicain en prenant la position par excellence du Républicain : préférer tout plutôt que le FN (ou plus généralement les idées dites d’extrême-droite).
        Je ne comprend pas votre dernière phrase, qui me semble contradictoire avec le reste de votre texte. Je ne crois pas que ce soit un suicide politique qui « ruine » les chances de Bayrou pour l’avenir, mais une décision stratégique.
        Pour synthétiser notre désaccord :
        – Pour moi, la déclaration de Bayrou n’a rien de spectaculaire, et alimente le consensus qui veut que le FN soit l’Innommable (et que les électeurs FN sont soit des fascistes, soit des idiots, soit des « contestataires »), alors que c’est précisément ce consensus qui pourrit le débat politique.
        – Pour vous (et pour d’autres !), reprenez moi si j’ai tort (ce qui sera le cas, je raisonne à gros traits), dans la situation actuelle, où le risque fasciste/etc. menace de plus en plus la République, le geste de Bayrou, qui quitte sa position électoralement confortable de centre-droite pour se démarquer de la dérive extrême de Sarkozy (et donc de l’UMP), est à la fois lucide (puisque c’est bien le rôle du centre que de rester loin des extrêmes) et courageux. Tout cela me va encore (c’est une autre lecture que la mienne, mais bon . . .), mais dire que Bayrou a « Sauver la République », je trouve ça insensé.

      6. véhème,

        vous laissez entendre qu’il y aurait encore à creuser les causes du votes fn, mais les motivations et contradictions des électeurs fn sont déjà très claires. et depuis longtemps.

        comme vous l’affirmez plus loin, si la gauche ne se réapproprie pas la nation, la patrie et n’introduit pas un protectionnisme intelligent, au-delà des vieilles lunes idéologique, alors un fn nouvelle mouture finira par l’emporter.

        arrêtons les longs préambules et les simulacres d’analyse, c’est le temps de l’affirmation brute de nos valeurs.

    4. Je ne suis pas sûr que le geste de Bayrou en faveur de Hollande -pour aussi fort qu’il puisse paraître à certains- soit pour autant un geste gratuit. Ne faut-il pas en fait y voir avant tout la seule stratégie possible du centre pour lutter contre une disparition pure et simple dans le cadre annoncé de recomposition-radicalisation inéluctable de la droite française (des droites…) elle même désormais en incapacité de survie hors du national lepenisme.

      Par ailleurs, l’élection de Hollande est-elle vraiment une preuve d’une force retrouvée des valeurs républicaines. Il faut bien sûr le souhaiter tant le mal déjà accompli en 5 ans est déjà énorme. Faire vivre la République du peuple, c’est au sein de ce pléonasme que se trouve davantage me semble-t-il l’avenir de toute démocratie ! Il reste à en inventer les moyens concrets et surtout à les mettre à les mettre à disposition de ceux aussi bien qui nous gouvernent que des gouvernés !

    5. @Pierre-Yves D.
      Eh bien j’espère que l’avenir vous donnera raison mais vous savez j’ai entendu une conversation, en novembre ,lors d’un concert à Pleyel, entre C.Barbier et J.Peyrelevade et donc, je ne dirai rien de plus mais vous aurez compris….
      F.BAYROU n’a pas cédé aux sirènes de l’UMP depuis 2002 ; alors comment aurait-il pu rejoindre
      un parti qui court après le FN, xénophobe et anti-européen?
      Personne n’est choqué quand MLP trouve que N.SARKOZY a fait trop de naturalisations!
      Jusqu’où ira-t-elle?
      Au pouvoir, ferait-elle comme Pétain ; enlèverait-elle la nationalité française aux Français de peu ou… comme Pétain aux Juifs français?
      Pas si soft que cela, idem son père…..

    6. Bayrou est logique avec lui-même et ses écrits dans « abus de pouvoirs » il y a environ 2 ans. Je ne partage pas du tout ses analyses économiques qui sont d’une orthodoxie néolibérale et européiste.

      1. Wildleech,

        Et la dictature du prolétariat, ça vous parle?

        Si vous combinez (libéral, autoritaire) avec (égalitaire, inégalitaire) vous avez à peu près tout l’échiquier.

        La gauche est souvent assimilée à l’égalitarisme. Egalitaire+autoritaire= régime totalitaire de gauche.

    1. Hollande n’a pas repris les idées de Poutou ou Arthaud ni même Mélenchon. Donc il n’y a pas de danger de ce coté là.
      Mais vous avez raison, les dictatures de gauche ne valent pas mieux.

      1. Pour moi, les dictatures ne sont ni de gauche ni de droite : elles se servent simplement des idées de droite ou de gauche (pourquoi un dictateur centriste ne pourrait-il pas exister ?- , selon les circonstances pour émerger ou se maintenir, n’hésitant pas à combiner les idées de tous bords, quand c’est nécessaire. Ce sont des monstres hybrides : il leur est nécessaire de composer avec toutes les idées pour générer l’exclusion et l’inclusion politiques qui sont leur ferments de base.
        Par ailleurs, quand on parle de dictature, on vise généralement des régimes ayant sévi ou sévissant dans des pays non démocratiques. « Poutine est-il un dictateur et si oui de droite ou de gauche ou du centre » ? Qui veut s’attaquer à la question ?

    2. C’est 1,71% des suffrages exprimés au premier tour.

      Sinon j’ai une préférence pour le boeuf.

      1. La Corée du Nord, par exemple.
        Avec son grand allié la Chine, où l’on a concilié dictature du PC et croissance capitaliste fondée essentiellement sur les exportations.

        Mais regardez bien, la dictature est soluble dans n’importe quel système du moment qu’il assure le maintien au pouvoir de ceux qui sont au pouvoir. Je prends 3 exemples:
        – le communisme héréditaire avec la Corée du Nord
        – un régime théocratique (fondé sur la religion) avec l’Iran
        – un régime capitalisto-communiste (preuve que les 2 ne sont pas inconciliables) avec la Chine

      2. @Tano :

        La Corée du Nord… Certes. La Chine… Re-certes.

        Outre les oripeaux et les adjectifs dont s’affublent ces deux merveilleux pays, en quoi appliquent-ils un communisme réel ? Expliquez-moi, je suis curieuse. Et d’ailleurs, quel pays a jamais pratiqué un communisme réel ? A mon avis, aucun.

        La Corée du Nord, c’est une dictature familiale, avec sa cour et tout ce qui va avec. C’est du népotisme et tout ce qu’on voudra, une caste de « nobles » qui s’assied sur les autres. Je ne vois pas de communisme là-dedans.

        Quant à la Chine, c’est une sympathique dictature qui ressemble bien plus à la Chine antique et son administration toute puissante (les fonctionnaires eunuques tout-puissants qui régnaient sur les province, dont on achetait les faveurs ou les services avec des pots-de-vin institutionalisés, etc). Là aussi, je ne vois pas trop ce en quoi ça ressemble à du communisme.

        Mais bon. La peur du rouge, outre un fumigène de campagne de dernier recours de l’UMP, me semble tout de même dans l’absolu un fameux pétard mouillé. Regardez bien le monde qui nous entoure, et dites-moi en quoi les malheurs, la souffrance et le désespoir qui le hantent sont imputables au communisme en tant qu’idée…

        PS : non, je ne suis même pas communiste ! 😉

      3. Je viens de le dire: la dictature est soluble dans n’importe quel système!

        L’important pour les tenants du système est qu’il perdure et permette de maintenir la frange dirigeante au pouvoir et maintienne les autres sous leur coupe.

        La fin, c’est le pouvoir.
        La dictature, le moyen.
        Le communisme, le capitalisme, la féodalité ou la théocratie n’est qu’un prétexte, pour avoir la fin et le moyen.

        Relisez Le Prince de Nicolas Machiavel pour comprendre que les hommes sont indécrottables!

    3. Idem, ils vendent la même soupe à base de travail, patrie et ennemis étranger. Le totalitarisme peut se vêtir de différentes couleurs, brune, rouge et même verte.

      1. un régime totalitaire peut même être néolibéral à la Pinochet, islamiste version certain émirat, catholique version St Barthélémy, royaliste avec le servage, colonialiste avec l’esclavage …

    4. Et les régimes totalitaires d’extrême-gauche, c’est du boudin, du lard ou du cochon ?

      du boudin mon général . Qu’ils soient de droite , de gauche , écolo , de centre , un régime totalitaire est un régime totalitaire . Bayrou a tout simplement compris ,comme il le mentionne très bien , que bien qu’il ne soit pas d’accord sur le programme economique de la gauche , l’option prise par l’ump dans la montée d’un cran de la violence que tout le monde peut constater , n’est pas de nature à engager le pays vers une voie des plus apaisée .

      1. « un régime totalitaire est un régime totalitaire ». L’ayant dit vous n’avez en réalité rien dit. Cette indifférenciation est une forme d’escroquerie intellectuelle (je ne dis pas que vous en êtes conscient) qui a été très utilisée dans les années 80 par des « intellectuels » qui ne faisaient pas mystère de leur rattachement idéologique. La réalité est dans la différenciation et la discrimination et non pas évidemment dans cette sorte de brouillard vaporeux qui veut que tout se vaut. Les régimes totalitaires ne se ressemblent pas: certains portent un projet violent mais inclusif, destiné à terme à inclure tous les hommes, d’autres sont violents et exclusifs, ils se fondent sur l’élimination d’une différence qui serait pour eux de nature ontologique. Le spectre va de la foi des premiers communistes au crétinisme germaniquement absolu des années 30 et 40. Faire semblant de confondre les deux c’est vouloir absoudre le second. Sinon, j’ai du mal lire le programme du FN: rien de totalitaire là dedans, à moins de savoir lire dans l’inconscient (sans corpus théorique collectivement affiché et revendiqué il ne peut pas y avoir de totalitarisme).

      2. « un régime totalitaire est un régime totalitaire ». L’ayant dit vous n’avez en réalité rien dit..

        et pour cause j’ai utilisé une tautologie par fainéantise . Merci de m’avoir recadré et d’avoir apporté une précision .

    5. En occurrence et dans l’immédiat, ce n’est pas vraiment l’extrême gauche qui menace la France. Ni l’Europe d’ailleurs. Et vous ne voulez tout de même pas dire, je suppose, que sous prétexte que Staline, Kim Jong-Il et Pol Pot étaient des criminels, le FN à côté d’eux en devient acceptable? Si?

      1. Non, je n’ai pas dit ça. Votre question est juste ridicule, donc inutile, tout comme vos suppositions
        totalement vaines et inutiles, sauf à vous imaginer dire quelque chose pour vous faire croire que vous existez.

      2. celui qui est ridicule fnur… c’est le type qui parle d’extrème gauche sur un billet qui évoque le choix politique de Bayrou…
        C’est le type qui répond à une internaute qu’elle ne s’exprime que pour se faire croire qu’elle existe…. (méthode utilisées toutes deux par tous les réactionnaires racistes sur tous les forums)…
        Aussi, la sentence est implacable, celui qui est inutile c’est vous, fnur

      3. 😀 😀 😀

        Oh ça, j’existe, y’a pas de doute.

        Prenez donc pas la mouche comme ça. Reprenez plutôt du boudin, de lard ou de cochon. 😀 Bon app’.

      4. @Al :

        Je signe pour le ridicule .

        L’inutlle se suffit à lui même .

        Si fnur se sent morveux , qu’il se mouche .

    6. Je ne sais pas si vous suivez l’actualité nationale et internationale, mais vous comprendriez vite que ce sont aujourd’hui davantage les régimes d’extrême-droite qui sont à craindre, que ceux d’extrême gauche.
      Soit dit en passant, le Front de Gauche n’est pas à l’extrême gauche, il est à gauche tout simplement.
      C’est le PS qui a dérivé au centre gauche. Quand à l’UMP de Sarkozy, elle mord de plus en plus sur l’extrême-droite, pas besoin de vous faire un dessin.
      Obama serait sur la scène française au centre droit, et les Républicains de la droite extrême à l’extrême droite.
      Dans un contexte de crise économique et écologique d’ampleur historique, et dans des sociétés ou les solidarités ont été pulvérisées par plus de 30 ans d’individualisme, de consumérisme forcenés, et d’abrutissement télévisuel des masses; il faut être vraiment aveugle pour ne pas voir, qu’on a plus à craindre aujourd’hui le retour sur le devant de la scène de nouvelles formes de fascismes, que de nouvelles formes de totalitarismes collectivistes.
      François Bayrou qui est au centre droit, l’a bien compris et en a tiré les conséquences: c’est tout à son honneur.
      On peut ne pas être d’accord sur les politiques économiques à mener pour redresser un pays, par contre on ne transige pas avec les principes de l’ Etat de Droit Républicain, de la Démocratie et les valeurs humanistes.
      Alors de grâce arrêtez de nous bassiner avec le retour du bolchévik au couteau entre les dents, quand le vrai péril est celui des chemises brunes. Certes pour l’instant déguisées en « gentils » agneaux, mais il n’y a pas besoin d’une grande acuité visuelle, pour voir pointer sous la toison bouclée, les grandes oreilles et les grandes dents de bien méchants loups, comme le dit Paul Jorion.

      1. Le PCC en Chine, 2 éme puissance économique et qui a doublé son budget militaire c’est très sexy et pas de droite :
        http://www.youtube.com/watch?v=PsipbLijFNg

        Le FN ou le PdG c’est vraiment peanuts à côté. Combien de divisions, de porte avions…

        « Les Forces armées de la République de Chine sont constituées d’une force d’active d’environ 300 000 hommes et de 3 870 000 réservistes. Tout jeune homme ayant atteint l’âge de 18 ans doit effectuer son service militaire. Un plan de réorganisation et d’optimisation des unités devrait permettre de réduire les effectifs à 270 000 vers 2012, tout en maintenant un entraînement militaire obligatoire pour tous les jeunes hommes. »
        http://fr.wikipedia.org/wiki/Arm%C3%A9e_de_la_R%C3%A9publique_de_Chine#Personnels

        Si défauts sur la dette, il n’est pas improbable que cette quincaillerie militaire ne se mette pas en route.

        Ce n’est pas de dire ça qui veut dire que le FN c’est fun comme certains ici me veulent l’attribuer dans leur bêtise totalement crasse et méprisable, je n’ai pas de mots pour qualifier ces zombies de l’invective stupide de fainéants du neurone.

        Et puis merde, lisez relisez Raymond Aron, vous en apprendrez sur ce qu’est le totalitarisme et son efficacité, au lieu de faire le catéchiste à 2 balles.

      2. Pour ce que je constate, je vois surtout que la quincaillerie va-t-en guerre qui passe aux actes de guerre, serait plutôt celles de nos si démocrates et humanistes nations, mais bon …

      3. @fnur

        La Chine n’est pas un pays démocratique, là dessus nous sommes d’accord.
        Pour le reste son évolution récente n’a prouvé rien d’autre, que le capitalisme le
        plus archaïque peut très bien se marier avec un pseudo-communisme (mais un vrai totalitarisme) en perte de vitesse.
        Tout comme les apparatchiks de l’ancienne URSS, n’ont fait ni une ni deux pour se reconvertir en tycoons capitalistes après la chute du mur de Berlin.
        Quant au totalitarisme vert, pour l’instant je ne le vois pas poindre à l’horizon.
        Eva Joly combien de divisions ? 2% des suffrages exprimés aux premier tour des présidentielles.
        Pas de quoi fouetter un chat ! A moins d’avoir peur de son ombre.
        Par contre pas loin de 1 français sur 5 a voté pour le FN aux premier tour de la présidentielle, et 37% des sondés approuvent ses idées.
        Le poison se répand dans les esprits, et l’actuel occupant de l’ Elysée a particulièrement contribué à banaliser ces idées, dans le seul but de conserver le pouvoir, en contradiction flagrante avec l’intérêt général et le bien commun. Pour autant, on peut lui concéder sans difficulté qu’il n’est pas le responsable de l’apparition de ce courant sur l’échiquier politique français dans les années 80, Mitterrand étant alors à l’ Elysée.
        Sont responsables, tous ceux de droite et de gauche qui ont participé activement ou passivement à une évolution néo-libérale de la construction européenne qui a été nettement rejetée par le peuple français au référendum de 2005. Rejet qu’ils ont superbement ignoré, affaiblissant ainsi la démocratie.

      4. @fnur

        Oui, la Chine…. le PCC…

        Mais surtout, et depuis longtemps, les USA.
        Considérant que les USA c’est:
        (sic Freecorp)
        – Le 1er budget militaire du monde, 4,5% du PNB (= tout le budget de la France !).
        – La plus puissante industrie d’armement de la planète et le 1er fournisseur d’armes du monde.
        – Le plus grand potentiel militaire au monde.
        – La 1ère puissance nucléaire du monde
        – Un arsenal complet et ultramoderne : le seul pays à disposer de tous les types d’armes.
        (12 porte-avions dont 8 nucléaires géants, 75 sous-marins nucléaires, avions furtifs. Strategic Air Command, missiles intercontinentaux…
        – Le plus glouton des services secrets de déstabilisation
        – Une présence militaire dans 25 pays et sur tous les océans
        etc… etc…

        Alors oui, il y a un épouvantail chinois. Cependant, c’est l’Empire qui reste le danger number one.

      5. juan nessy

        « Raymond Aron se serait bien passé de tel disciple . »

        Vous parlez de vous ? Pour ma part je ne suis disciple de personne.
        Donc arrêtez avec ce genre d’argument.

      6. C’est un peu ce que j’ai moi même voulu dire .

        Rien n’est imposé , tout est proposé . Il y a longtemps qu’au club méditerrannée , on a abandonné l’impératif , et donné le bon feeling .

        Raymond Aron serait d’accord .

    7. C’est au moins, au départ, des idéaux positifs basés sur la croyance en l’égalité des hommes et la possibilité de lendemains qui chantent pour tous, le projet de partager les fruits du progrès. Là où l’extrême-droite croit en l’écrasement et l’élimination des faibles par les forts et en la supériorité naturelle de certains peuples ou individus.

      On ne peut que s’interroger sur les idéaux et la vision de l’homme des gens qui renvoient dos à dos Léon Blum et Pétain, ou Jean-Luc Mélenchon et Le Pen (comme en permanence dans les médias belges, ces dernières semaines – oh! mon dieu, du populisme ! où qu’il est mon pince-nez ?).

      Il est vrai que les idées de gauche négligent parfois certains aspects de l’homo sapiens sapiens et construisent des plans de société pour une humanité rêvée (critique que faisait récemment P. Jorion à propos des socialistes utopistes français). Mais les idées de droite, elles, s’appuient sur une vision pessimiste et cynique de l’homme, ne s’adressent qu’à tout ce qu’il y a de plus sordide en lui, et ne visent qu’au maintien de masses de naïfs au stade du clan préhistorique ou de la société inégalitaire antique, pour le plus grand bénéfice des plus forts et des moins naïfs, et au nom de la liberté, bien entendu.

    8. Non .

      C’est la même chose : la fin justifie les moyens ( le travail , la famille , la patrie , ou plus de déclinaison selon d’autres modes , soviètiques ou de démocraties soit disant populaires par exemple )

      Avec le plus souvent , moins de faux nez dans les maximes ou slogans .

      A l’extrème simpliste et toujours vite despotique , encore et toujours la même fin à pousuivre pour la démocratie :

      Liberté , Egalité , Fraternité .

      Que Monsieur Bayrou honore et protège .

      Et dont Montesquieu a écrit les moyens qui ne justifient pas la fin , mais qui lui permettent d’en rester une , digne de l’humanité .

      Respect à Bayrou qui a gagné la République , au risque de perdre le Modem .

      Mais , y a-t-il vraiment un risque de ruiner l’oeuvre que l’on a entrepris , quand on ancre son enfant dans l’avenir fécond de la République et de la Démocratie ?

      1. Est-ce que la corruption ne pourrait-elle pas parfois aussi jouer un grand rôle, comme dans certaines Républiques bananières , ou autres Kadhafi et Moubarak, …
        mais dont il faudrait parfois se poser aussi de certaines questions que d’entre corrupteurs et corrompus, enfin bref
        je dirais moi, que rien n’est si simple, et qu’il est bien difficile de trop tout prétendre

        Néanmoins, je ne pense pas que Bayrou perdra tellement le MODEM de ne surtout pas s’engager de voter Sarkosy, je dirais que c’est plutôt le nom de Sarkosy, relié certes de certaines paroles, mais aussi de certains actes qui risque de faire tache et de devenir un problème pour l’UMP

    9. Il n’y a pas comme le commentateur l’exprime ci-dessus à se contenter d’indignations sélectives mais de veiller à les avoir successives. A chaque époque son danger. A se focaliser de façon obsessionnelle sur un seul type de régime totalitaire c’est de fait accepter de plier devant un autre. C’est commun à beaucoup d’individus mais ce type de contre argument ne tient pas la route longtemps pour les vrais tenants de la liberté, de la démocratie et du respect d’autrui.

      Bravo à François Bayrou. Il pourra par sa déclaration d’hier continuer à nous parler l’éthique et de valeurs sans friser le ridicule. Les soit disant modérés de l’UMP qui se taisent ne sont en fait ni des modérés, ni réellement républicains, ils attendent tout simplement de voir comment tournera le vent. Toutes les époques ont connus ce type de comportementst prudents qui ont dans bien des cas favorisés les régimes totalitaires et en ont constitué de solides alliés.

      1. C’est vrai qu’il y a encore TINA, qui reste dans le vent néolibéral, dont s’il n’y a pas d’autre alternative, il faudrait bien anticiper qu’il risque fort de ne pas finir si démocrate qu’il n’en paraît

    10. Il faut faire la différence entre un régime pervers et un régime perverti. Trotsky n’était pas Staline. Et la différence n’était pas mince, puisque le second a expulsé le premier du gouvernement en 1924, du parti en 1927, l’a fait déporter avant de le bannir en 1929 et de le faire exécuter en 1940 à Mexico
      Un article récent avait pour titre : « Qu’est-ce qu’être de droite » Il me semble que c’est d’une part, faire du déni de réalité sur ce qu’ont donné les politiques de droite, et c’est d’autre part, avoir une vision fantasmée de ce qu’est une politique de gauche.
      Reste à espérer que Sarkozy sera battu, et que Emmanuel Todd aura raison, qui disait : « Hollande est un modéré, mais les nécessités économiques l’obligeront à radicaliser sa politique ».

      1. « Trotski était persuadé que toute difficulté, toute résistance pouvaient être surmontées par ce seul mot : « fusiller » ». (Boris Souvarine, Sur Lénine, Trotski et Staline, Allia, Paris, 1990, p. 55).
        Trotsky toute victime qu’il fut, en définitif,aura été « Le Staline manqué » selon le titre du livre de Willy Huhn. Il aura confondu toute sa vie socialisme et capitalisme d’état. Mais tout cela est bien loin. Reste aujourd’hui l’organisation de faux débats basés, de tous côtés sur des prémisses erronées ou falsifiées, du genre « tout-état » contre « moins-d’état », en laissant croire que ledit état pourrait être indépendant, audessus des classes sociales et des intérêts qui le composent. Répétons que la dérégulation des marchés a été préméditée, voulue, par des états dirigés ou non par des gouvernements de gauche, que le gouvernement Hollande – s’il est élu – fera la part belle aux marchés et aux banques. Des capitalistes influents des groupes de réflexion ont balisé le terrain. Reste le Front de Gauche qui lui aussi prend les vessies pour des lanternes et croit lui dans les vertus d’un Etat tout puissant… On n’est pas sorti de l’auberge, c’est vrai.

      2. Je pense que nous devrions être très attentifs à la façon dont le FN renversera nos sentiments médiocres et le peu d’estime que nous avons pour nous même en sentiments de puissance de foule, c’est le B A BA. du fascisme.

        Bien entendu il y aura les « promotions d’aigris» nécessaires dans la construction de l’appareil, puis les arrangements économiques, les écoles de formations de cadres pour l’encadrement de la jeunesse, etc. les exactions, mais ce schéma n’est est-il pas daté, y a-t-il des raccourcis, de nouvelles tactiques ? Les situations sont inédites, voyez-ce que décrit Panagiotis Grigorioux concernant la prise de contrôle d’un maire PASOK sur la station biogas de TRIKALA.

        Quel sera le positionnement d’Aube Dorée relativement à ces formes nouvelles d’exactions démocratiques en cours, le fascisme fait son nid dans le désespoir des peuples et Mélanchon ne le mobilise pas, pourquoi ?

  4. Clair et net encore une fois.
    Bayrou ne pouvait faire autrement sans se trahir, sans trahir ses convictions, bref, c’était l’attitude minimum.
    Ce matin j’entendais subrepticement sur une radio les mérites et aussi les dérives du régime de Vichy : travail, famille, patrie.
    Ce régime avait confié les postes clefs (ministères) à des experts des domaines concernés, polytechniciens entre autres.
    Un des ces cadors aurait même été un super major de promo, un technicien hors pair mais totalement nul pour le reste.
    Je ne m’exprimerais pas pour les autres, trop serviles.

    J’ai également suivi quelques moments forts sur Mediapart ouvert hier en live gratuit, brrrrrr.
    En tous cas de sacrés journalistes.

  5. Oui l’enjeu est clair.
    Je ne me serais pas permis de commenter dans ce sens sur votre blog avant votre propre commentaire. Oui pour moi il est clair que le vote est nécessaire : rien n’est joué et le réveil risque d’être cauchemardesque si le sortant était par malheur réélu. On est dans le cas de figure de mai 2002 même si pour beaucoup ça ne semblait pas encore évident…
    A bon entendeur salut !

  6. La montée de l’extrême-droite en France et dans d’autres pays d’Europe reste effectivement très inquiétante. Comme si une partie des peuples n’avait rien appris des mouvements qui, avant-guerre, ont mené aux horreurs délirantes de la peste brune.

    Mais comment comprendre ce phénomène ? Il y a, certes, le fait que les puissances d’argent sont prêtes à préférer « violence à laquelle le capitalisme se réduit quand il ne lui reste plus rien à offrir qui provoque la sympathie et qu’il a épuisé les boniments pour tenter de se vendre ».

    Mais cela n’explique pas suffisamment le capital de sympathie et d’intérêt que ces partis d’extrême-droite parviennent à susciter.

    Il me semble qu’il y aurait lieu de l’analyser plus en profondeur pour mieux comprendre à quels besoins cette sympathie correspond. Peut-être s’agit-il de la sorte d’anomie insécurisante que peu créer la neutralité axiologique à laquelle le libéralisme mène (cf. L’analyse qu’en fait Jean-Claude Michéa) ?

    Peut-être s’agit-il de la dissolution de tous les liens naturels qu’évoquait déjà Tocqueville (dans le chapitre célèbre de sa « Démocratie en Amérique » où il évoque l’espèce de despotisme que les nations démocratiques ont à craindre) ? L’individu monadisé du capitalisme en manque d’identité, en manque de « nous » ? Serait-ce que dans le monde « désenchanté » dans lequel nous sommes (Max Weber, Marcel Gauchet), il y aurait une telle perte de sens, de transcendance, que celle-ci fasse retour sous la forme nauséabonde d’une sacralisation de la nation ou de la race ? (Quand j’utilise cette expression « désenchantement du monde », peut-être faudrait-il y ajouter ce correctif : ce monde, le libéralisme a tenté de le réenchanter par cette sorte de nouvelle transcendance que constituent « les lois du marché » et l’Economie ainsi qu’avec le « Progrès ». Avec les conséquences que l’on connaît).

    Je ne sais pas, ce sont des questions à travailler, me semble-t-il. Elles sont peut-être insuffisamment prises en compte par les anti-capitalistes et s’ils ne peuvent y apporter des éléments de réponse, l’extrême-droite risque d’avoir encore de beaux jours devant elle.

    Peut-être une partie de ces éléments de réponse serait-elle à trouver du côté des réflexions de Michéa sur la « common decency » orwellienne, sur sa critique du cosmopolitisme et de l’individu monade et nomade déraciné. Mais l’affaire ne me paraît pas simple, parce que cette critique pourrait peut-être elle aussi mener vers des dérives d’extrême-droite, la limite entre « conservateur » et « réactionnaire » étant parfois bien mince…

    Je livre toutes ces petites réflexions dans le souhait qu’on puisse en débattre, que les réflexions des uns et des autres puissent contribuer à les clarifier, cela me paraît important, si nous voulons combattre l’extrême-droite de manière intelligente, pas seulement la dénoncer.

    Mais bien sûr,pour ce qui concerne dimanche la première chose à faire, c’est d’y faire barrage.

    1. à Thierry,

      Puisque vous évoquez Michéa, pensez-vous que le citoyen qui voit sa Cité partir à la dérive doit laisser faire sans protester, sachant que la protestation, tout comme l’indignation, ne sont pas des analyses critiques mais des manifestations spontanées des peuples ?
      Et la mondialisation, de laquelle l’Europe est (perçue comme) un agent, n’est-t-elle pas la perte de la Cité ?

      Paul Jorion devant rencontrer prochainement et publiquement Jean-Claude Michéa, je souhaite que ces sujets si essentiels soient abordés et suscitent une grande discussion sur le blog.

      Quand aux « dérives d’extrême-droite » que vous évoquez et qui sont, et seront, de plus en plus réelles en Europe, il suffit de penser que les partisans de la droite extrême se réclament toujours d’une forme ou d’une autre de libéralisme économique, pour savoir s’en démarquer radicalement.

      1. @ Marlowe

        Paul Jorion devant rencontrer prochainement et publiquement Jean-Claude Michéa, je souhaite que ces sujets si essentiels soient abordés et suscitent une grande discussion sur le blog.

        Je le souhaite vivement moi aussi. Si la discussion pouvait porter sur le contenu de la « common decency », sur ses éventuels points communs et ses nécessaires différences d’avec le conservatisme moral (tel que l’extrême-droite le promeut), sur ce que pourrait signifier un État qui ne serait plus « axiologiquement neutre », sur une liberté qui ne se définirait plus exclusivement par le fait de s’arrêter là où commence celle d’autrui, ce serait vraiment un travail utile. Toutes ces questions me paraissent capitales, tout aussi capitales que celles qui concernent la régulation de l’économie capitaliste.

    2. Comme si une partie des peuples n’avait rien appris des mouvements qui, avant-guerre, ont mené aux horreurs délirantes de la peste brune.

      ça parait évident.
      sans compter que des guerres il y en a eu bien d’autres depuis.

      à se demander si ce n’est pas seulement l’intensité et le théâtre qui varient?
      un douloureux réveil numérique nous empêcherait d’avoir la conscience tranquille?
      suis-je lié à l’humanité tout entière?
      si mon frère humain souffre en ouganda n’est-ce pas aussi ma propre incurie que j’observe?

      peut-être faut-il interroger le paradigme qui fait consensus aujourd’hui ? peut-être n’est-il pas si anodin. je ne suis pas sûr que ceux qui votent dans le droit chemin tout tracer du bipartisme soient concernés par les délires de la peste brune plus que par leur confort idéologique et personnel, leur belle insouciance. c’est beaucoup leur attribuer.

      panem et circenses, corruption, corruption.

      vous dites ‘avant-guerre’ sans ‘s’, j’ai remarqué que beaucoup de gens focalisent sur les horreurs de la seconde guerre mondiale en passant un peu vite sur celles de la première.

    3. Thierry,

      La neutralité axiologique du libéralisme anéantit les identités et les relations que vous nommez joliment naturelles. Cette même neutralité fournit des relations avantageuses pour les plus puissants. Tant que suffisamment de restes échappent à ces puissants, nous pouvons vivre avec ça. Nous désirons même continuer dans cette ligne quand nous avons perdu les relations naturelles et ce truc mystérieux nommé identité (que je comprends comme ce avec quoi j’entre en relation quand je réfléchis sur moi-même). Dans cette situation, la neutralité libérale nous fournis une identité par les habits, la consommation, les médias, le travail. Ce n’est qu’un ersatz mais il nous apparaît vital.

      Avec la crise actuelle, ce n’est pas que l’argent qui manque. C’est aussi cette identité. C’est aussi ces relations fournies par le travail et les loisirs de masse. Le désenchantement est très brutal. Le sentiment de manque qui sort à ce moment est hallucinant. Le FN promet de corriger ça.

      Je pense qu’il nous mènera vers une réédition des années 30 et 40 en Europe. Cette fois, les armes nucléaires, bactériologiques et chimiques s’annoncent présentes.

      Faire barrage au FN, c’est bien. Mais à part dire non, que proposez vous ?

  7. Il tourne au sarkophage quand il tend ses sarcomères contre ses gars qu’on fait dans la Marine….

  8. J’aurais l’occasion de revenir plus tard sur l’intérêt de ce choix « historique », mais l’analyse de Paul est excellente et je la partage totalement.

    1. Je n’ai pas tout suivi. Mais Bayrou a clairement refusé le FN sans pouvoir espérer récupérer des voix à sa gauche.

      Je reconnais là un acte posé par conviction et même saine conviction. Ce n’est pas du marketing politique. Ça me change agréablement.

    1. Re-télescope au lieu du microscope: en1989 le Vlaams Blok, la véritable extrême droite, réalise 17,7% aux communales à Anvers et s’instaure le fameux cordon sanitaire dans un tous (démocrates chrétiens du CVP, socialistes du SP, libéraux du PVV, gauche nationaliste de la VU, écolos d’ Agalev) contre un dépeint à l’époque comme un véritable élan démocratique. De l’efficacité de combattre les symptômes plutôt que la maladie: 23 ans on passé et le Vlaams Belang -héritier du Vlaams Blok- + la NVA = 56%.

      Ceci dit qualifier la NVA de parti d’extrême droite est un raccourci un peu facile qui arrange bien ceux qui, en Belgique, n’ont pas intérêt à se remettre en question.

      1. Ceci dit qualifier la NVA de parti d’extrême droite est un raccourci un peu facile qui arrange bien ceux qui, en Belgique, n’ont pas intérêt à se remettre en question.

        Prenez les déclarations de Jambon, de Wever ou de leur avocat médiatique et remplacer « wallons » ou « francophones » par « arabes » ou « musulmans » et venez nous dire que c’est un discours républicain.

        Bon courage !

      2. Ce n’est pas l’axe principal de mon propos. Ni celui le moins complexe à aborder en deux lignes.

        Par contre analyser le phénomène de repli sur soi de la Flandre ces 25 dernières années et la proportion de la population l’appuyant est dans l’intérêt de toute personne ne désirant pas voir se reproduire le phénomène ailleurs.

        Aux législatives de 2003 la NVA avait récolté 3% des voix.

      3. Lazarillo, la raison de la montée de la NVA est assez évidente : aux élections il y a quelques années, la Vlaams Belang réussit à faire passer l’idée que critiquer le nationalisme flamand, c’est critiquer tous les Flamands. Les médias, à commencer par Het Laatste Nieuws, De Standard et la VRT ont emboîté le pas en disant : « tiens, c’est pas faux ». Evidemment, puisque chacun de ces organes étaient remplis de partisans nationalistes, pour certains durs, qui observaient jusque là une certaine neutralité. Depuis, la rhétorique a juste fait son chemin avec tout ce qu’il faut d’instrumentalisation.

        Imaginez en France que France 2, Le Monde et Le Figaro fassent la promotion à longueur d’année des idées nationalistes en accusant en filigrane les critiques d’être de « mauvais Français » et vous aurez le FN au pouvoir.

      4. @ Julien

        « Imaginez en France que France 2, Le Monde et Le Figaro fassent la promotion à longueur d’année des idées nationalistes en accusant en filigrane les critiques d’être de « mauvais Français » et vous aurez le FN au pouvoir. »

        C’est malheureusement ce que les médias français sont en train de faire….ceci expliquant les 18% du premier tour des présidentielles.
        Le matraquage médiatique couleur bleu marine « subit » depuis des mois a bien pollué par écrans interposés les « esprits » des ruraux et péri-urbain .
        Il n’y a rien de plus pervers que de faire croire par voie de médias, à la respectabilité d’un parti d’extrême-droite.
        Le poison néo-fascisme a bien été créé par le FN, mais ce sont les médias qui l’ont diffusé largement dans l’opinion.
        Alors ce ne sera pas une mince affaire que de redresser la tendance , pour remettre les valeurs républicaines au centre du débat politique et dans les consciences de chacun de ces « brebis » garées..

      5. @ erde

        Il y a fort heureusement une différence majeure, contrairement à ce que vous pensez : en France, ces organes médiatiques ne sont pas partisans du FN. En Belgique, les rédac chefs et présentateurs vedette sont partisans de la NVA (certains sont encartés et ne s’en cachent pas) et viennent systématiquement à la rescousse de leur champion lorsqu’il est mis en difficulté.

        Si la situation était réellement identique, Le Pen aurait fait 35 à 40 % des suffrages !

  9. La droite et la gauche, notions pas forcément directionnels, sont justement en cours de redefintition. Leurs existences me parait légitime, meme si elles sont vielles, compte tenu de notre connaissance actuelle. Bref, je ne suis pas du tout d’accord avec ces propos. Ces deux representations de la realite n’ont pas fin leur chemin.

    Ce sont des propos péremptoires, mais cela ouvre une autre possibilté de considérer la situation actuelle.

  10. D’après les commentateurs de « C dans l’air », Bayrou qui a perdu la moitié de ses électeurs par rapport au premier tour de 2007 et à qui il ne reste que 2 députés y compris lui-même, serait incapable de conserver son siège à l’Assemblée nationale s’il ne bénéficiait d’aucun désistement ni à droite, ni à gauche.

    Je crois en une réalité beaucoup plus sordide ! En disant qu’il voterait Hollande, il a sans doute voulu « acheter » à ce dernier son siège et quelques autres…Cela vaut bien non pas une messe mais une « règle d’or » dont il était un chaud partisan…

      1. @ jducac

        Pour beaucoup Bayrou s’est suicidé politiquement.
        http://www.lepays.fr/actualite/2012/05/04/bayrou-vote-hollande-nouvelles-reactions-des-politiques

        Un ramassi d’idiots politicards pour qui les principes républicains ne sont qu’une formule d’incantation à annoner lorsque la girouette pointe dans cette direction.

        Evidemment, tout le monde comprend bien ici que pour vous qui regrettiez encore récemment ici-même la dissolution du modèle familial occidental par l’arrivée massive d’immigrés polygames, la stratégie Buisson c’est du petit lait.

        Fort heureusement, il existe encore des Républicains non mus par leurs seuls intérêts directs. Vous n’en faites évidemment pas partie jducac.

      2. Cela obligera peut être certains bayrouistes à se regarder en face. J’en connais qui votaient Bayrou parce que moins sulfureux et vulgaire que Sarko mais avec une detestation de classe de la populace surtout colorée. Qu’ils assument maintenant leur haine de l’étranger.

      3. T’occupe Julien. Un Sepp Maier qui bondit de derrière un Buisson. T’inquiète. Plutôt du genre chamois sautilleur encagé qui défend ses buts que d’çui des aigles qui les plantent.

      4. @ Julien Alexandre 5 mai 2012 à 18:28

        Fort heureusement, il existe encore des Républicains non mus par leurs seuls intérêts directs. Vous n’en faites évidemment pas partie jducac.

        Croyez-moi, cher Julien Alexandre, soyez bon, évitez d’être méchant et tout le monde s’en portera beaucoup mieux, y compris notre République qui n’a pas besoin d’être divisée, par des de telles déclarations.

        Vous vous référez probablement à cette longue série d’échanges, pour laisser entendre que je ne serais pas républicain. N’est-ce pas extrapoler négativement mes propos ?

        http://www.pauljorion.com/blog/?p=24229#comment-182444

      5. @ jducac

        Croyez-moi, cher Julien Alexandre, soyez bon, évitez d’être méchant et tout le monde s’en portera beaucoup mieux, y compris notre République qui n’a pas besoin d’être divisée, par des de telles déclarations.

        Ah, c’est moi qui suis « méchant » ? C’est moi qui « divise » ? Mémoire courte, va :

        L’esprit de 68 n’est pas étranger à cette évolution des mœurs qui a fragilisé la famille traditionnelle de type occidental. Ceci est intervenu au moment où des familles à tradition polygame ont été incorporées au melting pot incontrôlé dans lequel se trouve placée la société aujourd’hui.

        C’est quoi ça, l’amour de son prochain et l’esprit de rassemblement, ou bien la rhétorique rance de l’extrême-droite ectoplasmique que vous vous faites fort de défendre en toutes circonstances en trouvant toutes les justifications les plus contradictoires ?

        Non seulement vous n’êtes pas républicain, mais vous êtes même probablement ce qu’il y a de plus anti-républicain.

        Heureusement pour nous, vous n’êtes qu’un robot !

      6. JduCAC40 semble payé pour organiser les récrés du blog…
        Il fait campagne un jour pour les capitalistes fainéants et parasites
        qui gagnent de l’argent en dormant,
        un autre jour pour les couverts du Fouquet’s.

  11. Je suis d’accord avec vous et effaré de la montée et de la récupération des idées et émotions de l’extrême-droite. Cette fois ci, ça devrait passer avec l’élection de FH mais l’approfondissement de la crise va probablement renforcer ce mouvement. J’espère que le prochain quinquennat sera suffisamment intelligent pour créer des forces contraires par une vraie logique d’intérêt général.

    1. Oui , et cela ne passe pas que par la France .

      On aimerait que le parlement européen se trouve aussi des accords et une majorité , qui parent à la menace en permettant de sortir de l’asservissement et la paupérisation des peuples et états .

      Les députés européens français authentiquement républicains devraient déjà y travailler .

      Mais pas seulement eux .

  12. Les mouvements de société de cette ampleur ne s’analysent pas au microscope mais au télescope. La dérive ne date pas de l’entre deux tours et ses symptômes (dont la croissance du vote fn) se sont déjà manifestés à maintes reprises durant les vingt dernières années. Ils continueront à se manifester quelle que soit l’issue de l’élection.

    L’antidote est une société prospère et ni hollande, sarkozy, bayrou, ni les mouvements qu’ils représentent n’ont les compétences pour la promouvoir. Jusqu’à présent ils ont ruiné chaque occasion qui leur a été donnée de prouver le contraire.

    1. Les mouvements de société de cette ampleur ne s’analysent pas au microscope mais au télescope.

      Non pas au téléscope, mais au macroscope
      http://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Macroscope

      L’antidote est une société prospère et ni hollande, sarkozy, bayrou, ni les mouvements qu’ils représentent n’ont les compétences pour la promouvoir.

      C’est l’évidence même, mais comment réaliser cette prospérité sans croissance pétrolière?
      http://athentransition.over-blog.org/article-benoit-thevard-avec-la-fin-du-petrole-avons-nous-atteint-le-pic-de-croissance-101319970.html
      Nous avons atteint les limites planétaires et c’est le problème essentiel!!!
      Il nous faut une transition, voici un site tout à fait remarquable sur la transition
      http://athentransition.over-blog.org/

      1. @ michel lambotte 5 mai 2012 à 22:14
        Merci Michel pour tous ces liens avec lesquels nous sommes d’accord. Il me semble que nous sommes bien en phase sur ce sujet essentiel, qu’est l’énergie. Il n’en est pas de même pour ce qui est de la finance, de l’argent, que j’assimile à une pseudo énergie. J’aimerais tant vous faire accéder à ce que je pense avoir compris et qui me permets de dépasser le blocage sur lequel vous semblez vous heurter bien inutilement.

        Ce frein semble vous empêcher d’accéder à la compréhension de la marche du monde qui, somme toute, m’apparait d’une grande simplicité. Je ne désespère pas de vous voir y arriver car, petit à petit, au lieu de vous en prendre directement à des coupables, lesquels sont nos semblables, nos frères, vous mettez en cause une pratique que vous appelez « la rente financière ».

        Alors que vous condamnez cette rente, vous en prônez une autre que vous appelez « la rente énergétique ».

        Au fond, vous ne condamnez pas la rente, mais seulement ce sur quoi elle porte, à savoir d’une part, l’argent, la finance, que vous condamnez, ou d’autre part, l’énergie qui, pour tout organisme vivant, est fondamentale. Si, comme je le pense, ce sont des choses équivalentes et, chez les hommes, des éléments en très forte relation avec leur vie, dans une société fondée sur l’échange, il suffit donc de vous amener à franchir le pas.

        Vous ne pouvez pas nier que dans le monde des humains d’aujourd’hui, avec de l’argent on accède à l’énergie et qu’avec avec de l’énergie on peut vivre. Un peu comme on le ferait dans une suite d’égalités algébriques, on ne commet d’erreur quand, en raisonnant en terme de valeur matérielle, on écrit : argent=énergie=vie. C’est ce qui nous amène directement aux notions de « coût de la vie » de « niveau de vie » ou même à l’injonction des bandits de grands chemins « la bourse ou la vie »

        Or, nous sommes tous des rentiers puisque nous appartenons à une entité, qu’on appelle humanité, laquelle vit grâce à la rente énergétique qu’elle tire de sa situation sur terre. Bien sûr cela se décline pour chacun d’entre nous. Chacun vivant de « sa situation », moyennant une dépense d’énergie qu’il lui convient d’obtenir par échange de biens ou services avec ceux qui l’entourent, parmi lesquels très peu ont un accès direct à l’énergie.

        Bon dimanche

      2. Bonjour Jacques
        Je ne condamne pas la rente financière, je dis que sont dynamisme est épuisé et n’est plus apte à engendrer et canaliser le progrès de l’humanité.
        Derrière la rente financière, c’est tout le reste de notre civilisation bâtie sur l’industrialisme et le marché exclusif, ces deux concepts sont eux aussi désuets et incapables d’aiguiller le progrès.
        Il faut deux choses pour créer la rente financière, du travail et des matières premières, et tout cela doit être en croissance illimitée. Qu’arrive t il quand la croissance de la disponibilité de l’énergie principale qui est le pétrole n’existe plus? La croissance économique n’est plus possible, ce n’est pas pour rien que la crise de 2008 est arrivée en même temps que le pic pétrolier.

        Vous ne pouvez pas nier que dans le monde des humains d’aujourd’hui, avec de l’argent on accède à l’énergie et qu’avec avec de l’énergie on peut vivre.

        En fait, c’est l’inverse
        L’argent, le capital n’est pas une speudo énergie, c’est la consommation d’énergie fossile par le travail des travailleurs qui crée le capital que vous chérissez tant, et c’est ce qui n’est plus possible.
        Ce qui veut dire que l’emploi des compétences tel qu’il existe aujourd’hui est lui aussi à revoir, mais cela la gauche ne semble pas l’admettre, là, je rejoins Lazarillo de Tormes

        Or, nous sommes tous des rentiers puisque nous appartenons à une entité, qu’on appelle humanité, laquelle vit grâce à la rente énergétique qu’elle tire de sa situation sur terre.

        Nous ne sommes pas des rentiers, l’essentiel de l’humanité vit grâce (si je peux dire) au gaspillage de ressources que la nature a mis des centaines de milliers d’années pour mettre de côté, nous deviendrons des rentiers énergétiques lorsque nous comprendront que nous pouvons vivre mieux avec moins de consommation, moins de travail, moins de stress.
        Nous pourons également grâce au « capital connaissances » développer le revenu de l’énergie flux,mais là, nous sommes dans un tout autre paradigme que celui qui est en cours pour l’instant, et ce nouveau paradigme qu’il nous faut construire ensemble permettra je l’espère à toute l’humanité d’accéder à l’énergie dont elle a besoin.
        Le totalitarisme n’est pas seulement l’extrème droite mais surtout cet ensemble d’idées reçues dont nous ne voulons pas nous défaire.

        J’aimerais tant vous faire accéder à ce que je pense avoir compris et qui me permets de dépasser le blocage sur lequel vous semblez vous heurter bien inutilement.

        Rassurez vous à mon sujet, je ne suis pas bloqué et je rencontre beaucoup de personnes qui sont actifs dans diverses associations ou réseaux et qui font d’excellentes choses.

  13. @ Lazarillo de Tormes

    L’antidote est une société prospère

    C’est probablement une condition nécessaire, je ne suis pas sûr qu’elle suffise… (Cf mon post en 8 )

  14. vous dites bien!
    Nous risquons d’être pris entre le marteau et l’enclume d’un côté par les montées des extrêmes identaires, de l’autre par un capitalisme libertarien toujours en appétit…
    François Hollande n’a pas d’autre choix que d’être révolutionnaire: le peut-il? Le veut-il?
    En ligne un nouvel article du professeur Rieu qui pourrait alimenter vos réflexions: « La méthode : nouvelle voie de la démocratie ? » par Alain-Marc Rieu, professeur à l’université de Lyon-Jean Moulin :

    http://www.seriatimonline.com/2012/05/democratie-francois-hollandenicolas.html

    cordialement

  15. « réélire le président sortant s’assimile désormais à porter à terme le Front National au pouvoir. »

    On pourrait soutenir aussi le contraire: Hollande élu demain, le FN, pouvant se maintenir en plus de 300 circonscriptions aux législatives, fait perdre plus de 100 députés à l’UMP (« Si les électeurs du FN persistent dans leur vote aux législatives […], ça va être un massacre pour l’UMP », affirme Charles de Courson du Nouveau Centre, selon Le Canard), l’UMP se divise à cause de cela et de la guerre des chefs qui a déjà commencé, sa partie la plus à droite s’allie au FN dans un nouveau parti dont le nom est déjà prêt, la crise s’aggrave, l’Europe explose en plein vol, Hollande échoue et le nouveau parti d’extrême droite « relooké » se trouve en tête en 2017.

    Tandis qu’avec Sarko gagnant demain soir c’est la gauche qui prendrait le pouvoir en 2017 à coup sûr et la menace FN serait pour 2022, année où peut-être la crise sera finie.

    Quant à Bayrou, il y a peut-être des choix stratégiques pas très avouables derrière sa décision. J’ai entendu à la radio l’hypothèse d’une négociation avec Hollande pour éviter (comme en 2007 il l’avait fait avec Sarko) un candidat PS face à lui – malgré ce que la candidate qui l’avait battu aux municipales de 2008 dit dans cet entretien à L’Express:

    http://www.lexpress.fr/actualite/aux-legislatives-francois-bayrou-aura-un-candidat-ps-face-a-lui_1111326.html

    1. « …sa partie la plus à droite s’allie au FN… »

      Gérard Longuet : « …pour nous, au Front national… »

      http://www.lepoint.fr/politique/election-presidentielle-2012/longuet-nous-au-front-national-04-05-2012-1458057_324.php

      « …au FN dans un nouveau parti dont le nom est déjà prêt… »

      Le FN rebaptisé « Alliance pour un rassemblement national » ?

      http://www.challenges.fr/elections-2012/20120424.CHA5721/le-front-national-rebaptise-alliance-pour-un-rassemblement-national.html

      1. Pa si vite! il me semble que l’extrême droite n’a jamais dépasser 20% ok c’est trop. mais bon 80% contre 20% c’est encore 80 qui gagne il me semble!?

        et nous ne somme pas dans un régime complètement proportionnelle ou les gros partis sont obliger de s’allier avec les petits pour former un gouvernement.

      2. Oui Martine. Et ce d’autant plus que Bayrou sait parfaitement les accointances historiques entre la mouvance libérale et démocrate-chrétienne (l’orléanisme de son ami René Rémond) de l’UDF dont il est issu. Remember les jeunes Madelin, Longuet et consorts. Ou les liens forts avec les libéraux-nationalistes du Club de l’horloge (De Lesquen, Le Gallou, etc…) Idem sur les précédents quant aux alliances de majorité formelles (Millon…). Lui-même aura d’ailleurs difficilement échappé à la tentation puisque je me suis laissé lire qu’il s’était payé un temps les services communicants d’un certain Buisson.
        Mais l’ennemi héréditaire bonapartiste, après le phagocytage du centre opéré par l’UMP de Juppé, puis sa droiitisation par Sarkozy, a perdu désormais tout verrou sur sa droite – le dernier de poids aura finalement peut-être été Chirac – et Bayrou n’a pas d’autre choix, politique comme éthique, que de lui abandonner ce flanc là.
        Tiens, « pour fêter ça », ce coup ci, j’envoie du Garrigou et du Gresh :
        http://blog.mondediplo.net/2012-04-30-La-reference-a-Philippe-Petain
        http://blog.mondediplo.net/2012-04-26-La-chasse-aux-musulmans-est-ouverte

      3. Dans tous les cas, Pablo, c’est la première fois que dans une présidentielle, j’entends de tels propos dans le bouche d’un candidat de droite lors des meeting ou dans les médias, qu’il fut de l’UDR, de l’UDF, puis du RPR et enfin de l’UMP.

        Il est vrai qu’il y a eu à l’UDF, des flirts poussés entre l’extrême droite et certains de ses membres, y compris pour des élections.

        A aucun moment je ne me souviens de tels rapprochements de la part de Bayrou, qui pour moi représente l’homme aux valeurs morales et républicaines strictes, ce qui me laisse penser que ce sont ces principes qui l’ont réellement amené à voter pour Hollande (une première pour lui, faut il le dire …)
        Il ne pouvait plus voter blanc au risque de passer pour un « charlot », il a fait son choix en tout état de cause.

        D’ailleurs n’entend t-on pas, ne lis t-on pas : c’est un homme seul – son avenir politique est fichu etc.

      4. @Edith

        on dirait que tu as oublié la virulence de la campagne de 88 et à quel point à l’époque, Chirac était réac, facho et ultralibéral. Ce n’est qu’en 95 qu’il a adopté sa ligne rad-soc.

        Rappelle toi les invectives de Pasqua, de Pandrau. Rappelle toi le massacre d’Ouvéa juste quelques jours avant le second tour.

        A l’époque, la branlée monumentale qu’avait pris Chirac nous a libéré pour 25 ans de la tentative droitiste ultra.
        J’aimerai vraiment que ce soir, le peuple Français donne le même signal fort pour qu’on nous foute la paix pour les 20 ans à venir et qu’on puisse s’occuper des choses sérieuses.
        Mais les Français de 2012 sont plus vieux que ceux de 1988.
        Et chez les vieux, les Français de la résistance sont quasiment tous morts. Restent ceux qui ont chanté tous les matins à l’école « Maréchal Nous Voilà ». Forcément, ça laisse des traces.

    2. @Pablo75

      Jorion écrit dix lignes juste parfaites avec un titre juste parfait suite à la décision juste bien d’un homme politique de ne pactiser d’aucune manière avec les thèses de l’extrême-droite, et tout ce que vous trouvez de mieux à faire c’est de nous expliquer qu’attention! c’est peut-être pas bonne idée de crier autant haro sur le caca fumant parce qu’en fait si ça se trouve, avec un peu de chance, et ben le caca il sentira moins mauvais en… 2022. Une telle intelligence prévisionniste, y-a pas à dire, ça ébouriffe !

      1. @ Martine Mounier

        Mais vous savez lire? Vous comprenez la phrase: « on pourrait soutenir aussi le contraire »? Pour vous proposer une autre hypothèse de ce qui pourrait se passer que celle de P.Jorion c’est dire « attention! c’est peut-être pas bonne idée de crier autant haro sur le caca fumant « ?

        Un conseil: achetez-vous une Logique élémentaire, ou, mieux, lisez le philosophe du langage John Austin, qui va vous apprendre à décoder des messages simples.

      2. @Pablo75

        Permettez. Faire des calculs probabilistes alors que nous sommes devant un choix qui relève de la volonté d’être intègre avec ses principes, c’est pour moi comme bavarder sur le calibre des balles dans le barillet plutôt que de désarmer le révolver. Outre que cela ne sauvera assurément pas celui qui risque sa tête, ça ressemble comme deux gouttes d’eau à un gentil prétexte à louvoyer.

      3. @ Martine Mounier

        Je suis effaré de voir que vous confondez diagnostic et action, théorie et pratique, et que vous voulez interdire toute réflexion politique sur ce qui pourrait se passer en France dans les prochaines années. Je ne sais pas si vous le savez, mais je ne suis pas un politique qui parle à des millions de gens sur TF1 à 20 h, mais un étranger qui commente la politique française sur un blog de réflexion. Mais selon vous, quand on ne peut pas « désarmer le révolver » on doit fermer sa gueule. Votre sens de la démocratie, votre amour de la discussion m’épatent. Traiter un commentaire politique sur ce blog de « gentil prétexte à louvoyer » ça me rappelle les grandes heures du stalinisme ou du franquisme. C’est exactement l’argument utilisé par tous les commissaires politiques de toutes les dictatures pour justifier l’interdiction de la liberté d’expression.

      4. Charles A.
        Votre haine envers Mélenchon devient pathologique
        .

        Pourquoi, à la gauche de gauche et devant le peuple , MélAnchon ne suscite-t-il pas l’adhésion unanime ? Moi je ne l’aime pas (il m’a piqué mon acronyme sur le blog 😉 , mais pour le reste, je reconnais que « dans l’ensemble le programme est très bon » et pourtant, je coince , pas pour ses sympathies pour Castro, la Chine communiste, pas parce que M. Gremetz, assez documenté, nous rappelle et nous prévient de son attentisme, pas parce qu’il sera manifestement pour un centralisme autoritaire – ça quand même, c’est plus sérieux – , pas parce que il va s’occuper de la Belgique (sic 😉 ) de l’Europe et du Monde, mais essentiellement parce qu’il fait de la politique à partir de sa « position de tribun », ça je déteste, c’est de la mécanique fasciste inversée … (je suis infiniment plus en sympathie avec un Montebourg, lequel hélas, de l’intérieur du PS sera stérilisé).

        Pour l’instant, Paul Jorion , il me semble, serait quelque peu écouté dans un environnement « mélenchien », mais, dans la phase ou les foules seraient chauffées par « la main mise sur le pouvoir », PLUS Rien ne sera écouté, DISCUTE. Qui ne sent pas ça? Certes, il y a, dans le Front de Gauche des forces qui sont bien sympathiques au vieil anar individualiste que je suis.

        Mais alors, vis-à-vis du PEUPLE, question, pourquoi « Martine » marche-t-elle mieux que « Méluche » c’est le Front de Gauche, non ? C’est un fait, non ? La réponse est -elle encore faute à l’acquisition d’une conscience de classe et au manque d’une vision objective du rapport d’exploitation des classes populaires par la classe capitaliste ? Voulons-nous, comme en Grèce, pousser les classes moyennes dans les bras fascistes, c’est simple de créer son champ de bataille, mais pour quelle bataille. La « propriété » ça vous prend aux tripes, à gauche comme à droite, la tension monte, hé hé, …vive nos vieux engrammes thalamiques !

      5. à JLM (Jean-Luce Morlie)

        Croyez bien que dans ce que vous venez de dire ce jour à 14H30, je suis en grande sympathie avec vous, quoique mon goût prononcé pour les cigares de la Havane ne me permette pas d’être toujours à la juste place.

    3. Il y a aussi un scénario un peu plus optimiste :

      Après la défaite de Sarko, l’UMP explose, puis se recompose peu à peu en un parti de droite un peu plus proche de ce qu’était le RPR il y a une vingtaine d’années : « conservateur », mais pas « nationaliste ».

      1. Mouai, en cas de défaite, il est dans un premier temps plus probable que ce parti se cherche un nouveau « Danube de la pensée ». Car au train ou ça va notre Hongroie frétillant risque très vite d’alimenter les chroniques judiciaire au dépend de la presse people… Que son parti implose ou explose par la suite? Qu’il redevienne une sorte de RPR ou pourquoi pas d’UDR? Je n’y crois pas trop, un fleuve ne remonte pas à sa source.

    4. pablo75

      Tandis qu’avec Sarko gagnant demain soir c’est la gauche qui prendrait le pouvoir en 2017 à coup sûr et la menace FN serait pour 2022, année où peut-être la crise sera finie.

      … et vous proche de la retraite voire même de la sortie? après moi le déluge, merci pour les autres.

      1. Mélenchon a annoncé que son ambition c’est d’être président dans 10 ans.
        Voilà ce que certains appellent la « gauche »,
        « pas révolutionnaire, mais keynésien » (sic, JLM)
        réduite à la mégalomanie d’un vieux sénateur
        avec 32 ans de loyaux services dans un parti bourgeois,
        qui n’a jamais pensé à autre chose que sa carrière,

      2. @ methode

        Si vous allez chez le médecin et il vous annonce un cancer en vous expliquant sa possible très mauvaise évolution durant les dix prochaines années, vous lui répondez: « vous me dites ça parce que vous êtes proche de la retraite, parce que vous êtes vieux? c’est méchant de me sortir ça en pensant après moi le déluge… » ?

        Vu votre pseudo, j’aimerais que vous m’expliquiez le chemin philosophique par lequel vous êtes arrivé (ou arrivée?) à une conclusion aussi ahurissante – si ce n’est pas trop vous demander.

        P.S. Je suis presque aussi loin de la retraite que vous de Descartes.

      3. Charles A
        Si Mélenchon n’avait jamais pensé qu’à sa carrière, comment se fait-il que personne ou presque n’a avait entendu parler de Mélenchon pendant cette déjà longue carrière ?
        Est-ce si impensable pour vous que Mélenchon avait tout simplement quelques convictions qui le plaçaient à gauche du parti socialiste ?
        Je me fous pas mal de savoir si le PS est un parti bourgeois, ce qui m’intéresse c’est de savoir comment ce parti se transforme, de l’intérieur (très difficile aujourd’hui) et de l’extérieur sous les coups de boutoir par exemple du Front de Gauche. Le NPA à lui tout seul ne transformera pas la société.

      4. Non charles, ce que vous dites est totalement mensonger.
        Jean-Luc Mélenchon n’a jamais dit qu’il voulait être président dans 10 ans, (d’ailleurs la situation actuelle explosive n’attendra pas dix ans ni même cinq et sûrement moins encore), il a dit: Le Front De Gauche sera au pouvoir avant dix ans. Comprenez une bonne fois pour toute que le Front De Gauche c’est le Peuple éduqué et partageux en mouvement pour une 6è république et une constituante, pour un nouvel ordre universel, seul survie possible pour l’humanité.

      5. @Pablo75:

        Tentative de décodage de message simpl(ist)e:
        peut-on tirer de votre raisonnement (diagnostic?théorie?) qu’il est donc préférable de réélire Sarko pour repousser l’échéance? Ou au contraire que, foutu pour foutu, autant choisir Hollande pour précipiter l’issue fatale? Ou ne vaut-il mieux pas s’abstenir de toute conclusion?
        je sais pas, moi, je pose la question…

        Au fait, tant que j’y suis: pourriez-vous nous faire le même exercice en intégrant quelques paramètres supplémentaires, comme les résultats des élections grecques, allemandes,.. pour les 10 prochaines années? ça m’intéresse, les messages simples. 😉

      6. @ NewOdd

        Que peut-on déduire d’un cancérologue qui vous décrit votre cancer et vous dit qu’il y a deux possibles évolutions? Qu’il adore le cancer? Que le cancer c’est formidable? Qu’il ne faut pas qu’il vous parle pas de votre cancer?

        À part ça, étant anarchiste (je n’ai voté qu’une seule fois dans ma vie – dans le référendum pour la démocratie en Espagne à la fin du franquisme), et croyant que seule une abstention massive ferait tomber le Système qui se fout de nos gueules depuis trop de temps déjà, vous pouvez déduire ce que je pense des gens qui votent, et donc de vous. (« L’adulte ne croit pas au père Noël. Il vote. (Pierre Desproges).

      7. Charles A.
        Votre haine envers Mélenchon devient pathologique.

        Moi, je suis sûr que n’importe qui n’ayant aucun projet d’aucune sorte n’a qu’un désir: crever au plus vite.
        Ne pas naître, ou disparaître avant que d’exister,en voilà une belle preuve de sincérité politique.
        Vous satisferait-elle ?

        Je vais faire une supposition –pas l’un de vos procès
        d’intention, jugé d’avance, tel  » Monsieur l’ huissier, veuillez introduire
        le condamné Mélenchon ». Pas l’un de ces trucs qu’on ne lit que dans Lucky luck:
        « Pendons le Mélenchon d’abord, on le jugera plus tard. »–
        [ Reprenons] une supposition, même si le condamné par avance,
        déclarait vouloir cultiver son jardin, vous trouveriez,
        tous préjugés pris en compte,
        que le condamné-traitre-social-par-naissance,
        a volé son instrument de travail.
        Un suppôt du CNPF? Condamné , mais vous le saviez…

        Si on fait le compte de toutes vos perfidies haineuses
        envers Mélenchon depuis deux mois – pas moi j’en ai raté-
        une seule conclusion, ce n’est pas avec vous que je partirais
        en guerre ( de classe , naturellement.), bien trop peur
        d’un coup dans le dos.

        Pathétique, mon pauvre Charles. Et, pénible, pas une seule preuve à l’appui de vos dire.

      8. pablo75,

        en 2022 la crise serait finie.

        alors je vous rassure, la crise ne sera jamais finie. si elle se terminait, ce serait annoncé du bout du lèvre. et nous aurions probablement quelques terroristes ou carrément une guerre pour gâcher la fête et maintenir tout le bon petit peuple en état d’urgence, bien surveillé.

        notez que pour vous hollande va forcément foirer, que la victoire du fn refondé est inéluctable, et voter nicolas une option qui se défend.

        pour la méthode, relisez newodd il a bien expliqué.

      9. @ methode

        J’ai écrit « 2022, année où peut-être la crise sera finie. » Apprenez donc à lire avant de répondre à ce je n’ai pas écrit.

        Pour le reste, c’est trop confus pour que ça mérite une réponse… (à votre place, et par respect pour Descartes, je changerai de pseudo).

      10. daniel
        Charles A.
        Votre haine envers Mélenchon devient pathologique

        Lorsque l’on ne peut argumenter on s’attaque aux personnes.
        Ce blog mérite beaucoup, mais beaucoup mieux.

        Notamment d’en rester aux faits.
        Oui, JLM est un politicien professionnel, 32 ans au service d’un parti
        qui a présidé à des massacres dans la Françafrique, et ailleurs,
        et a toujours servi parfaitement la bourgeoisie.
        Et ministre, jamais repenti, du gouvernement bourgeois le plus privatiseur.
        La liste des infamies, y compris dans la formation professionnelle,serait très longue…

        Il continue à encenser son modèle en trahison: Mitterrand.
        Exemple: il annonce la « révolution » dans les meetings,mais,
        en bon mitterrandien florentin, déclare le 17 octobre sur France Info
        « C’est quand même incroyable de voir qu’on passe pour un révolutionnaire
        quand on est simplement keynésien ;
        où on dit il faut partager, c’est ça qui va faire respirer l’économie ».
        Ou aux Echos,  » les investisseurs n’ont pas à avoir peur »…

        Le sens de toutes les formules « radicales » du vieux sénateur
        consiste à essayer de capter la radicalisation des travailleurs
        pour la reconduire dans le cadre du système.

        Mélenchon, avec ses déclarations d’infirmer du capital agonisant,
        est fidèle au programme qui vise à sauver les postes d’élus
        de quelques vieilles nomenclatures PCF.

        Le voici ici fort bien décortiqué
        L »utopie rance d’un capitalisme à visage humain
        http://tendanceclaire.npa.free.fr/contenu/autre/artpdf-343.pdf

        PS J’ai vérifié.
        JLM s’est contenté de dire que le FdG prendra le pouvoir dans dix ans.
        Corrigé et bien noté. Dont acte.

        Mais en attendant, il va continuer avec autres bureaucrates,
        à saboter le mouvement social, comme ils l’ont fait dans le plus grand
        mouvement depuis 68, à l’automne de 2010 pour nos retraites,
        afin de détourner les énergies vers les urnes?

        Et concernant la mégalomanie, très, très dangereuse,
        il n’a pas dit pire avec « je suis le vacarme et le tumulte » ?

      11. pablo75 j’ai usé du conditionnel.
        et rien à voir avec descartes.

        je corrige, pour vous faire plaisir et ménager votre ego,

        notez que pour vous (ou ceux qui tiennent le raisonnement proposé par pablo75) hollande va forcément foirer, que la victoire du fn refondé est inéluctable, et voter nicolas une option qui se défend (sous-entendu ça vaut bien hollande).

      12. @Charles A. 6 mai 2012 à 17:12

        Et concernant la mégalomanie, très, très dangereuse,
        il n’a pas dit pire avec « je suis le vacarme et le tumulte » ?

        Comme pour pablo75 un peu de pédagogie.

        Madame la misère écoutez le vacarme
        Que font vos gens le dos voûté la langue au pas
        Quand ils sont assoiffés il ne soûlent de larmes
        Quand ils ne pleurent plus il crèvent sous le charme
        De la nature et des gravats

        Madame la misère écoutez le tumulte
        Qui monte des bas-fonds comme un dernier convoi
        Traînant des mots d’amour avalant les insultes
        Et prenant par la main leurs colères adultes
        Afin de ne les perdre pas

        Leo Ferré in « madame la misère ».

        Donner le « la » c’est faire le donneur de le son et vous jouez faux : il avait parlé de tumulte et de fracas.

    5. « Quant à Bayrou, il y a peut-être des choix stratégiques pas très avouables derrière sa décision. J’ai entendu à la radio l’hypothèse d’une négociation avec Hollande pour éviter […] un candidat PS face à lui ».

      Tiens, tiens:

      « Législatives : le PS pourrait ne pas présenter un candidat face à Bayrou »

      http://www.lemonde.fr/election-presidentielle-2012/article/2012/05/07/legislatives-le-ps-pourrait-ne-pas-presenter-un-candidat-face-a-bayrou_1697537_1471069.html

  16. Le risque, c’est que le FN finissant par prendre la place d’une UMP qui n’a cessé de courir derrière, et la crise s’aggravant, nous nous retrouvions un soir de mai 2017 avec MLP au pouvoir.

    Le FN n’est qu’un faux nez des plus riches. Tout en surfant sur une crise qui pour elle est du pain béni, MLP stigmatise toujours les mêmes que son père comme responsables tout nos maux, en désignant à nos pauvres (les petits, les sans-grades (copyright JMLP contrefait par NS)) d’autres pauvres de surcroit facile à reconnaitre (émigrés noirs ou « musulmans d’apparence » (copyright NS)). Diviser pour mieux régner, comme d’hab…

  17. Je ne sais qui est, vraiment, le Docteur Lawrence Britt présenté comme politologue. Il a écrit un article sur le fascisme (« Fascism Anyone? », Free Inquiry, printemps 2003, page 20). Je serais étonné que nul n’en ait entendu parler. Paul, peut-être ?
    En étudiant les régimes fascistes de Hitler (Allemagne), Mussolini (Italie), Franco (Espagne), Suharto (Indonésie), et Pinochet (Chili), le Dr. Britt a trouvé qu’ils avaient 14 éléments en commun. Ce sont ce qu’il appelle les caractéristiques déterminantes du fascisme. Voyez ci-après et dites si vous n’entendez pas le bruit de fond et pas seulement en France. Dites si vous ne percevez pas la mise en place, par petites touches, d’un décor nouveau, et pas seulement en France. L’heure est venue désormais pour les ultra-riches de casser l’outil forgé dans le cadre du capitalisme d’après deuxième guerre mondiale pour en faire advenir un nouveau.

    1°) UN NATIONALISME PUISSANT ET CONSTANT : Les régimes fascistes ont tendance à faire un usage incessant de maximes, slogans, symboles, et chants patriotiques, et autre bric à brac. Les drapeaux sont partout, ainsi que les symboles de drapeaux sur les vêtements et les affichages publics.
    – 2°) LE MÉPRIS POUR LA RECONNAISSANCE DES DROITS DE LA PERSONNE : Par peur d’ennemis et par besoin de sécurité, les gens dans les régimes fascistes sont persuadés que les droits de la personne peuvent être ignorés dans certains cas,  » par nécessité « . Les gens ont tendance à regarder ailleurs ou même à approuver la torture, les exécutions sommaires, les assassinats, les longues incarcérations de prisonniers, etc.
    – 3°) L’IDENTIFICATION D’ENNEMIS OU DE BOUCS ÉMISSAIRES COMME CAUSE D’UNITÉ : Le besoin d’éliminer la menace ou l’adversaire communément perçus, minorités raciales, ethniques ou religieuses, libéraux, communistes, socialistes, terroristes, etc., rassemble les gens dans une frénésie patriotique.
    – 4°) LA SUPRÉMATIE DE L’ARMÉE : Même quand les problèmes intérieurs sont nombreux, l’armée se voit accorder un montant disproportionné des fonds gouvernementaux et les programmes intérieurs sont négligés. On valorise les soldats et le service armé.
    – 5°) UN SEXISME RÉPRESSIF : Les gouvernements des nations fascistes ont tendance à être presque exclusivement dominés par les hommes. Sous les régimes fascistes, les rôles sexués traditionnels sont plus rigides. L’opposition à l’avortement est élevée ainsi que l’homophobie, et la législation et la politique nationale anti-gays.
    – 6°) DES MÉDIAS DE MASSE SOUS CONTRÔLE : Quelquefois, les médias sont directement contrôlés par le gouvernement, mais dans d’autres cas, les médias sont contrôlés indirectement par une réglementation gouvernementale ou par des porte-parole et des dirigeants sympathiques (aux vues du gouvernement).
    – 7°) UNE OBSESSION AVEC LA SÉCURITÉ NATIONALE : La peur est utilisée par le gouvernement comme instrument pour motiver les masses.
    – 8°) L’AMALGAME DE LA RELIGION ET DU GOUVERNEMENT : Les gouvernements des nations fascistes ont tendance à utiliser la religion la plus répandue de la nation comme outil de manipulation de l’opinion publique. Les dirigeants du gouvernement font un usage courant de la rhétorique et de la terminologie religieuses, même quand les principaux credo de la religion sont diamétralement opposés aux politiques et aux actions du gouvernement.
    – 9°) LA PROTECTION DU POUVOIR DES ENTREPRISES : C’est souvent l’aristocratie de l’industrie et des affaires d’une nation fasciste qui a mis les dirigeants du gouvernement en place, créant ainsi une relation avantageuse entre les affaires et le gouvernement et pour l’élite du pouvoir.
    – 10°) LA SUPPRESSION DU POUVOIR DES TRAVAILLEURS : Parce que la seule menace pour un gouvernement fasciste est le pouvoir des organisations de travailleurs, les syndicats sont soit entièrement supprimés soit sévèrement réprimés.
    – 11°) LE MÉPRIS POUR LES INTELLECTUELS ET LES ARTS : Les nations fascistes ont tendance à promouvoir et à tolérer une hostilité ouverte envers l’éducation supérieure et le milieu universitaire. Il n’est pas rare de voir des professeurs et autres universitaires censurés ou même arrêtés. La libre expression dans les arts est ouvertement attaquée et les gouvernements refusent souvent de financer les arts.
    – 12°) UNE OBSESSION DU CRIME ET DU CHATIMENT : Dans les régimes fascistes, la police obtient des pouvoirs presque illimités pour faire respecter la loi. Les gens acceptent souvent de fermer les yeux sur les abus de la police et même de renoncer à des libertés civiles au nom du patriotisme. Le pouvoir de la police nationale est souvent pratiquement illimité dans les nations fascistes.
    – 13°) LE REGNE DU FAVORITISME ET DE LA CORRUPTION : Les régimes fascistes sont presque toujours gouvernés par des groupes d’amis et d’associés qui se nomment à des postes au gouvernement et utilisent l’autorité et le pouvoir du gouvernement pour protéger leurs amis de l’obligation de rendre des comptes. Dans les régimes fascistes, il n’est pas rare que les dirigeants au pouvoir s’approprient ou volent carrément des ressources ou même des trésors nationaux.
    – 14°) DES ÉLECTIONS FRAUDULEUSES : Quelquefois, les élections dans les nations fascistes sont complètement factices. D’autres fois, les élections sont manipulées grâce à des campagnes de salissage contre les candidats de l’opposition, voire leur assassinat, l’utilisation de la législation pour contrôler le nombre des votants ou les limites des circonscriptions et la manipulation des médias. Les nations fascistes utilisent aussi systématiquement leur systême judiciaire pour manipuler ou contrôler les élections.
     
     

    1. Ouille, j’ai compté 12 points sur 14 qui peuvent s’appliquer aux USA. En fait, seuls les points 2 et 5 ne sont pas encore totalement atteints.

  18. Vu la date de ralliement de Bayrou au vote Holande , celà ne certifie qu’une chose : son objectif de couler Sarko.
    C’est la technique du grain de sable , au bon moment et au bon endroit .

  19. Quand l’autorité ultra-libérale (quelle antinomie !) européenne devient une main de fer qui maitrise les peuples, les peuples se radicalisent.

    L’extrême droite toujours à l’affut, sait pertinemment que c’est son jour et son heure, et tout est bon pour ratisser.

    Rien n’est l’effet du hasard, il aurait fallu que ces décideurs ne connaissent pas l’histoire pour ne pas prévoir ce phénomène, manque de bol ils ont passé leur temps à y faire référence … « l’Europe pour protéger de la guerre … » etc.

  20. Bonjour,
    J’ai du mal à imaginer Bayrou en carriériste absolu. Cette décision qui est la sienne, me semble courageuse, tant politiquement que personnellement.
    Je n’ai pas voté pour lui au premier tour, mais il m’a fait reconsidérer mon intention de voter blanc au second. Le vote de refus d’un second mandat pour Sarkozy ne m’était pas suffisant pour donner ma voix à Hollande.
    Pour autant, ce qui a définitivement motivé ma décision est ceci : http://www.lemonde.fr/idees/article/2012/05/04/le-pouvoir-pour-quoi-faire_1695946_3232.html
    Depuis le temps que je me demande pourquoi aucun politique ne va chercher un homme tel qu’Edgar Morin pour discuter avec lui, voire puiser dans son immense culture quelque inspiration, j’admets que Hollande remonte dans mon estime. Je ne suis pas dupe, mais il aura ma voix.
    A noter que le président sortant a quant à lui décliné l’invitation.

    1. J’ai rencontré Bayrou lors de sa venue en Martinique, juste après sa conférence – où son staff local avait voulu, et réussi, interdire tout débat. Il parait aussi sincère que peut l’être un polticien. Il dégage certes de la sympathie. Mais la première chose qu’il m’a dit – il savait que j’étais syndicaliste- était une condamnation des 35 heures. Salariés et patrons devaient faire un pas les uns vers les autres etc. Le public, composé de grands bourgeois, entrepreneurs, békés, de fonctionnaires bien placés, ne s’y était pas trompé: là se trouvait la roue de secours pour une recomposition de la droite…

  21. Travail, famille, patrie (pourtant quelque part je suis attaché à mon pays, nullement à ses gens), cuisine, enfants, église ; comme ce monde est différent du mien qui n’ est qu’ idées, pensées, lumières, formes, couleurs, écriture, matières (ah l’ argent!, ah l’ or!, ah la soie!, ah les papiers! .. et tant d’ autres amis). Enfin, monde plutôt dans lequel j’ essaie vivre, le premier par sa pesanteur m’ en empêchant.
    Pourquoi devons nous encore seulement parler de ces sujets au XXI ème siècle? C’ est désolant.

    http://www.youtube.com/watch?v=ezOQC9jDmcU&feature=related

  22. Quand ça se téléscope,
    Sabotage, Beastie Boys ,

    I Can’t Stand It I Know You Planned It
    But I’m Gonna Set It Straight, This Watergate
    I Can’t Stand Rocking When I’m In Here
    Because Your Crystal Bal Ain’t So Crystal Clear
    So While You Sit Backand Wonder Why
    I Got This Fucking Thorn In My Side
    Oh My, It’s A Mirage
    I’m Tellin’ Y’all It’s a Sabotage
    So Listen Up ‘Cause You Can’t Say Nothin’
    You’ll Shut Me Dow With A Push Of Your Button?
    But I’m Out And I’m Gone
    I’ll Tell You Now I Keep It On And On
    ‘Cause What You See You Might Not Get
    And We Can Bet So Don’t You Get Souped Yet
    You’re Scheming On A Thing That’s A Mirage
    I’m Trying To Tell You Now It’s Sabotage
    Why; Our Backs Are Now Against The Wall
    Listen All Of Y’all It’s A Sabotage
    I Can’t Stand It, I Know You Planned It
    But I’m Gonna Set It Straight This Watergate
    I Can’t Stand Rockin’ When I’m In This Place
    Because I Feel Disgrace Because You’re All In My Face
    But Make No Mistakes And Switch Up My Channel
    I’m Buddy Rich When I Fly Off The Handle
    What Could It Be, It’s A Miracle
    You’re Scheming On A Thing; That’s Sabotage

  23. Bien sur nous arrivons dans une période de grande turbulence, il y a un risque majeur qu’un parti extrémiste tire avantage de la situation qui va se gâter fortement dès les premières mesures d’austérité.
    Pour ma part, je n’ai aucune admiration pour M Bayrou. Ses propos depuis le début de la campagne sont incohérents (exemple : je suis européen mais achetons français etc. etc.), en cela il ne fait pas mieux que les autres.
    En bon politicien moyen, maintenant que l’on sait que le vote du second tour va vers un changement de pouvoir, il cherche à caser ses troupes et prépare la négociation des législatives.
    Il ne s’agit pas de propos courageux mais de simple intérêt de parti.

  24. Plutôt qu’un programme politique, le FN désigne des adversaires sur lesquels se venger.

    Aller en groupe casser la gueule aux supporters de l’équipe adverse parce qu’on a peur de perdre le match ou qu’on l’a déjà perdu ne change rien aux résultats et ça n’est en réalité pas ça qui compte.

    La fille cherche des arguments plus présentables que la violence habituelle du père mais l’essentiel reste de désigner l’ennemi. Il doit être facile à identifier et de préférence inférieur en nombre, ce qui est le cas des immigrés mais pas vraiment de Bruxelles, des marchés financiers, des grands groupes industriels et des banques qu’elle dénonce désormais…

    Le goût pour les aventures militaires extérieures n’étant plus ce qu’il était dans la première moitié du 20ème siècle, le résultat prévisible d’une arrivée du FN au pouvoir me semble assez confus, peut-être une guerre civile?

    Dans la profession de foi de la candidate les ennemis sont clairement désignés:
    – en finir avec le mondialisme ultralibéral, lutter contre la concurrence déloyale de pays comme la Chine et l’Inde
    – recouvrer notre souveraineté nationale, sortir de la tutelle des Etats-Unis
    – les technocrates et les banques doivent cesser de gouverner, il faut mettre fin à la dictature des marchés financiers, à la dictature des grands groupes
    – expulser du sol français les immigrés clandestins et les délinquants étrangers
    – combattre l’islam radical.

    Par contre les décisions à prendre et les moyens à mettre en oeuvre pour les appliquer sont laissés dans l’ombre, sauf:
    – 15 000 postes dans la police et la gendarmerie
    – restaurer la puissance militaire de la France
    – les lois seront votées à Paris et non à Bruxelles
    – référendums sur tout les sujets importants
    – rétablir à l’école l’autorité, l’apprentissage des valeurs morales et civiques, l’enseignement de l’Histoire de France

    Rien sur l’Euro dans ce texte de trois pages… (J’ai laissé tomber les promesses qui, de l’emploi aux crèches en passant par les salaires, les retraites, le logement et les services publics ne poseraient guerre de problème aux autres candidats.)

  25. Pesca à lire votre post on pourrait penser que nous somme déjà dans un régime fasciste
    ou disons que pour notre bien la démocratie a détourné les outils du fascisme pour se maintenir à tout prix. Je dis démocratie comme je pourrais dire Oligarchie.

  26. « Le racisme des intellectuels », par Alain Badiou, philosophe, dramaturge et écrivain.

    « Honte aux gouvernements successifs, qui ont tous rivalisé sur les thèmes conjoints de la sécurité et du « problème immigré », pour que ne soit pas trop visible qu’ils servaient avant tout les intérêts de l’oligarchie économique ! Honte aux intellectuels du néo-racialisme et du nationalisme bouché, qui ont patiemment recouvert le vide laissé dans le peuple par la provisoire éclipse de l’hypothèse communiste d’un manteau d’inepties sur le péril islamique et la ruine de nos « valeurs » !

    Ce sont eux qui doivent aujourd’hui rendre des comptes sur l’ascension d’un fascisme rampant dont ils ont encouragé sans relâche le développement mental. »

    http://www.lemonde.fr/election-presidentielle-2012/article/2012/05/05/le-racisme-des-intellectuels-par-alain-badiou_1696292_1471069.html

    1. Alors, et pour vous consoler, mais je désirais compléter mon commentaire précédent, je dirais, il y en a d’ autres (d’ intellectuels) ; j’ ai découvert ce livre par ce site et c’ est une perle que je tiens entre les doigts.

      Annie Lebrun, Appel d’ air (ed Verdier poche), je cite page 17 second paragraphe

      Les exemples en sont aujourd’ hui si nombreux qu’ on pourrait croire à une entreprise délibérée. Ce n’ est sans doute pas le cas mais plutôt le signe que de plus en plus rares se font les gestes, les voix, les démarches qui ne participent pas de ce vaste mouvement de repli sur le réel. Signe assez inquiétant toutefois pour se demander jusqu’ à quand nous acquiescerons à ce monde qui, semblant ainsi vouloir empêcher la moindre mise en doute de sa prétention exorbitante à occuper tout l’ espace, se donne peu à peu les moyens de restreindre l’ immensité de celui que nous portons en nous. Souvenez-vous, hier, aujourd’ hui, à l’ instant, vous aviez des matins plein les poches, des chemins qui montent, s’ escamotent et se déploient en interminables après-midi de soie. Chaque jour, des hommes partent pour ne pas retrouver les lointains troupeaux de l’ histoire qu’ ils prennent pour des nuages. Pourquoi faudrait-il donc que l’ horizon soit devenu inconcevable?

      http://www.youtube.com/watch?v=Th2XiEN2Dcg

  27. Ce qui amènera le plus rapidement le FN au pouvoir est de persister à refuser d’écouter ses électeurs dont on renforce ce faisant le sentiment d’exclusion, carburant de la machine à explosion extrémiste.
    A défaut de remédier à leurs véritables maux en ces temps de crise, il n’y a d’autre choix sinon le dialogue que du moins l’accusation de réception de l’expression de leur mal-être dans l’idée de les « recenter » à terme.

    Quant à ce pauvre Mr Bayrou, il aura démontré qu’il ne suffit pas de conduire au centre pour éviter de finir dans le mur ! Il est maintenant bon pour un stage de conduite accompagnée… à moins de la surprise d’un retrait de permis définitif !

    1. Certains malades divaguent . Les écouter , ce n’est pas les soigner .C’est au mieux , les calmer .

      En appelant à voter contre Sarkozy , ce « pauvre  » Bayrou s’est peut être enfin rappelé que tout homme peut refuser de se soumettre au plus puissant du moment .
      L’histoire dira si , dans son cas, ce ne fut pas un peu tard .

      Le vote xénophobe dans des régions où il y a peu d’étrangers confirment l’impact de cette peur injectée au quotidien à travers les JT . Le FN ne fait que souffler sur les braises .
      Le feu a été allumé par un président qui se fit fort de protéger des dangers de la « racaille » .Et c’est comme çà qu’au pays des droits de l’homme, des enfants , des familles , furent enfermés dans des centres de rétention . L’histoire jugera. Mon avis est que l’on paie déjà le prix de cette infamie.

      La peur de la misère et du chômage est réelle , la responsabilité des étrangers est un piège à crédules .Peur imbécile qui n’arrive pas à interpréter le fait que malgré les expulsions records de ces dix dernières années , le chômage augmente .
      Quand on enlève « la » cause , normalement , les conséquences disparaissent … Comme les médecins de Molière qui préconisaient des saignées, encore des saignées , toujours des saignées , l’extrême droite proposera d’expulser toujours plus pour , finalement , expulser toujours plus .

      Le nombre de chômeurs augmentera de toute façon tant que l’on aura pas compris que sans énergies nouvelles , robotisations et technologies prendront de plus en plus , partout sur la planète, la place de l’emploi des humains .

      La tendance est lourde , et les signes nombreux.
      http://fr.clint.be/actua/economie/mac-donalds-va-remplacer-les-caissi%C3%A8res-par-des-machines

    2. « remèdier à leurs véritables maux « …

      J’imagine que vous avez voulu écrire  » remèdier aux maux réels qui sont les leurs et les nôtres  » .

      Je note seulement que le Karcher et les charters étaient déjà de la potion d’il y a cinq ans et que , cvec la promesse de fins de mois plus grasses , c’est ce qui a assuré la victoire ‘ nette ) de Sarkozy en 2007 .Et que les potions ont bel et bien été en grande partie administrées ,avec le résultat que l’on sait .

      Il doit y avoir une faille dans les solutions ( y compris selon moi dans la police de proximité ) .

      Y a – t-il vraiment de réelles solutions , outre l’inévitable et nécessaire respect de la loi républicaine à faire appliquée dans l’urgence, ,que de moyen terme, passant par une réelle prise en charge internationale des flux migratoires , et une remise en cause des critères capitalistes des règles du jeu économique .Les G20 et l’ONU ,ça pourrait servir à ça , entre autre , non ?

      Ce qui se raconte sur ce blog ne fera jamais rien pour le droit et la force républicaine des temps présents.

      Mais pour tarir les sources qui peuvent alimenter la rage aveugle du dinosaure , c’est à coup sur , un lieu où s’éveillent les bonnes remises en cause .

      ça n’est pas le seul . Mais le temps presse pour s’épargner des souffrances inutiles et des impasses .

  28. par malheur ce constat prouve la rupture en devenir, faut-il en permanence laisser la bêtise trôner sur l’arche du destin des peuples. Relisez la page 312 de l’Implosion de Paul Jorion, au sein de l’épilogue, pour constater avec quelle rapidité la situation s’est aggravée.

  29. Extrêmisme (de droite surtout), totalitarisme (de droite aussi), violence (?) …

    Et dire que certains comme Fabius (et bien d’autres), se laissaient aller à dire que le FN donnait de mauvaises réponses à de vrai problèmes. Quels problèmes ? N’importe quoi ! Et dire qu’il a été premier ministre !

    Fin des tergiversations, il faut dissoudre le FN, et aussi ceux qui se sont abandonnés.

    Pour les cas les moins graves, il faut les rééduquer, ou les soigner (énérgiquement). Il est urgent de réouvrir et aggrandir « le pavillon des cancéreux ».

    1. Je crois qu’il va faloir revoir, et surtout cette idée de vouloir dissoudre ceux qui se sont abandonnés …

    2. euh, le problème, c’est que la rééducation, c’est plutôt de leur ressort, c’est leur façon de composer avec la liberté d’expression une fois le pouvoir entre leurs mains.

  30. J’interviens très très rarement sur ce blog. Je le lis pourtant quotidiennement même si parfois c’est en diagonale par manque de temps, et je ne saurais assez exprimer toute ma gratitude pour la qualité des billets qui y sont publiés. La vidéo de l’interview japonnaise de M. Paul Jorion m’ a conforté dans l’idée d’appartenir à la communauté de pensée formée ici par la plupart des bloggers. Je suis pourtant déçu de ce débat sur le FN. parce qu’il donne bien trop d’importance au personnel politique qui se contente d’être porté par des courants d’idées dont il n’est pas à l’origine et de ses intérêts divers. Je fais une différence entre le désarroi des électeurs et l’exploitation qui en est faite quel qu’en soit le sens. C’est la méta-politique, celle qui agit dans le champ culturel et médiatique (les blogs en autres) qui forment les valeurs de la société dans laquelle nous vivons. Je crois que nous sommes d’accord ici pour constater qu’il y a encore beaucoup de travail à accomplir. L’argument de « voter contre Sarkosy » est un peu court. J’affirmerai pourtant mon opposition aux valeurs mercantilistes et aux discours creux en déposant dimanche 6 mai un bulletin blanc dans l’urne et en continuant à soutenir ce blog, et bien d’autres mouvements et associations alternatifs. Je voterai parce que je considère que ce n’est pas seulement un droit à respecter mais aussi un devoir de citoyen. Je considère aussi que le vote blanc doit être reconnu comme un geste politique significatif. J’ai préparé un bulletin sur lequel est imprimé : « En votant comme des moutons, vous serez tondus comme des moutons » (merci à celui qui m’a inspiré l’idée sur ce blog au soir du 1er tour ).
    La suite aux prochaines élections législatives – « il va y avoir de la bagarre ! »

    1. Comment sait on , en dépliant un bulletin blanc , que c’est une manifestation de l’opposition aux valeurs mercantiles et au discours creux ?

      1. @ juan nessy, parce que Paul Jorion sait bien que c’est en pensant notamment à vous que je me suis déplacé pour réaliser cet enregistrement.

        Dans ces vidéos, des éléments pour une réflexion
        sur la nécessité de faire évoluer le système électoral:
        La démocratie est un régime politique dans lequel s’exprime la souveraineté du peuple,
        mais bien des régimes très différents peuvent s’en réclamer.
        Quelle représentativité dans l’élection: vote rebelle ou lassitude de l’électeur,
        confiscation sociale des voix?
        Vote censitaire de fait par l’oligarchie économique qui ne rêve que de se passer des citoyens électeurs ou vote rendu obligatoire afin d’obliger les futurs élus à prendre en compte la totalité de la population électorale?
        Bien d’autres questions pertinentes traversent ce débat à la VILLA GILLET, auxquelles il va falloir donner des réponses.

        http://www.dailymotion.com/video/xpapla_1-3-quand-le-peuple-decide-le-vote-en-question-villa-gillet-theatre-de-la-croix-rousse-lyon-9-fevrie_news

        http://www.dailymotion.com/video/xpapk7_2-3-quand-le-peuple-decide-le-vote-en-question-villa-gillet-theatre-de-la-croix-rousse-lyon-9-fevrie_news#

        http://www.dailymotion.com/video/xpapil_3-3-quand-le-peuple-decide-le-vote-en-question-villa-gillet-theatre-de-la-croix-rousse-lyon-9-fevrie_news#

      2. Me voilà avec un caillou dans mon jardin .

        Je vais prendre le temps d’éplucher tout ça , mais , sans avoir visionner , j’imagine qu’il s’agit de propositions pour faire évoluer le système électoral , pour un avenir plus ou moins proche .

        Mais , là , c’est demain qu’on vote, et l’affaire est sérieuse .

        Bayrou l’a mieux perçu que Perceval .

    2. Oui, je comprends, moi-aussi, au départ, je pensais voter nul,
      (cela d’autant que Marine Lepen a montré en sorte en exemple à son extrême-droite de voter blanc,)
      mais là, ce n’est même plus possible,
      (même si je ne suis pas centriste, et radicalement plus à gauche, )
      Cet homme
      avec toutes ses casseroles qui blingblinguent, et qui pour se maintenir coûte que coûte au pouvoir, rameute à l’extrême-droite et d’une telle manière
      est devenu bien trop dangereux

  31. Pendant ce temps, la Grèce vote elle aussi demain.

    Chrissi Avgi pourrait rentrer au parlement et y obtenir 15 députés. Chrissi Avgi – Aube Dorée – c’est un vrai de vrai, pur et dur parti néo-nazi. Son dirigeant n’hésite pas : « Hitler était une grande personalité ». Grand organisateur de ratonnades (pogroms pour bientôt) d’illégaux à Athènes, très secret jusqu’à il y a peu, inexistant sur la scène politique jusqu’à il y a peu, ce parti de fous furieux s’apprête à entrer dans une institution démocratique. Il peut pour cela remercier la Troïka, Merkozy et les zélés serviteurs que furent le PASOK, ND, et Papademos, sans qui jamais la population grecque n’aurait été projetée dans le chaos et le désarroi le plus total.

    On en parle bien trop peu. On explique bien trop peu. A côté de Chrissi Avgi, le FN c’est du pipi de chat, c’est du centrisme mou ultime. Ces types veulent mettre des mines antipersonnel aux frontières de la Grèce !

  32. Par pragmatisme, le Capitalisme étant droitier, j’aime autant qu’il me mette une gauche plutôt qu’une droite…En tout cas, on baisse pas la garde!

  33. Bravo: en 4 phrases, plus le titre, l’essentiel est dit.

    Hors-sujet, un conseil d’ami: concernant les tags (servant au référencement), il faut prendre des mots (ceux que l’on trouve pertinents, que pourraient utiliser une majorité de gens dans les moteurs de recherche pour trouver ce type de document…) qui se trouvent dans le texte du billet (au caractère près).

    Et moins nombreux seront-ils, plus ils auront de force, pour être référencés.

    Dans ce cas: « François Bayrou » et « Front national » en font partie. Pas « élections présidentielles en France »…

    1. Bruno, depuis l’avénement de l’algorithme Panda de Google, les tags n’ont quasiment plus aucune importance (c’était déjà le cas avant, de même que les balises méta). Ils servent surtout pour le moteur de recherche interne au site désormais.

  34. Droite, gauche, extrême droite, extrême gauche… foin des étiquettes !
    Indépendamment de l’étiquette qu’on revendique ou dont autrui vous affuble, la seule vraie question est de savoir si nous sommes sur le droit chemin ou si nous faisons fausse route, Or je crois que nous faisons fausse route.
    Macbeth met sa force au service du roi, il tue Cawdor ennemi du roi. Puis devenu lui-même Cawdor, il se retourne contre le roi, et il fait ce que Cawdor n’avait pas réussi à faire, tuer le roi., prendre sa place.
    Si le roi est le Bien, le monde occidental est Macbeth. Au nom du Bien, il a vaincu le régime nazi, le mal absolu. Puis, devenu lui même adepte de la force, il s’est retourné contre le Bien. Etendant son pouvoir sur le monde entier, désormais il fait le Mal, nous faisons le Mal.
    N’abusons-nous pas de mille façons de notre force ? par les armes dès que nous l’estimons nécessaire, par nos capitaux de façon continue, par la menace permanente de nos armes de destruction massive, par notre supériorité scientifique, technologique, industrielle, etc. N’est-il pas temps de sortir des vains débats droite-gauche et d’ouvrir les yeux sur ce que nous sommes devenus et sur ce que nous faisons ? N’est-il pas temps que la France ouvre les yeux, réalise qu’elle fait fausse route, et change de voie ? n’est-il pas là l’enjeu, pour nous Français, bien au-delà du score de tel ou tel parti ?

  35. Ce soir, je ressens un malaise.
    Une angoisse.
    Une peur.

    Et si.

    Et si on devait en reprendre pour 5 ans?

    Je note autour de moi des gens de classes moyennes, qui n’avaient pas voté au premier tour. Des gens « modérés » qui vont aller voter pour celui qui a démontré pendant cinq ans ce qu’il a démontré d’incompétence, d’accaparement de l’appareil d’état, d’esprit de clan et de mise en danger de la paix civile.
    Et tout ça pourquoi?
    Par peur de Hollande….(comment peut-on?)
    Et pourquoi ont-ils peur de Hollande?
    Parce que Hollande risque(je dis bien « risque ») d’augmenter les impôts.
    « vous comprenez mon bon Monsieur, avec ses 60 000 fonctionnaires qu’il veut embaucher ».

    C’est à dire que par peur d’un hypothétique peur de payer quelques centaines d’euro de plus par an, des gens « modérés » et « sensés » sont prêts à valider toutes les invraisemblables dérives qu’on voit depuis cinq ans. Pour quelques centaines d’euros, ils sont prêts à vendre leur citoyenneté au diable fasciste qui tend sa cuillère à manche rétractable.

    Rien n’a changé depuis que Victor Hugo disait:
    « on ne soupçonne pas la stupide cruauté à laquelle est capable de condescendre le bourgeois qui craint pour sa pièce de cent sous. ».

    Sarkozy à plus de 50% demain, c’est un drâme.
    Mais même à plus de 48% c’est une catastrophe pour l’état moral et mental de notre pays.

    1. Malaise tout à fait justifié Kerjean. Votre commentaire perce un abcès et ce qui en sort n’est pas beau à voir. La citation de Victor Hugo, parfaite.

    2. Si je savais quelque chose qui me fût utile, et qui fût préjudiciable à ma famille, je la rejetterais de mon esprit. Si je savais quelque chose utile à ma famille et qui ne le fût pas à ma patrie, je chercherais à l’oublier. Si je savais quelque chose utile à ma patrie et qui fût préjudiciable à l’Europe ou bien qui fût utile à l’Europe et préjudiciable au genre humain, je la regarderais comme un crime.

      Montesquieu.

      1. « Si je savais quelque chose utile à ma famille et qui ne le fût pas à ma patrie, je chercherais à l’oublier. »

        Autre question: « Si je savais quelque chose utile à ma patrie et qui fût préjudiciable à ma famille, que ferais-je? »

      2. Merci Vigneron.

        Comme quoi, des siècles d’intelligence, de progrès matériel, d’ouverture d’esprit et d’exemples pourtant massifs des aboutissements des logiques paranoïaques ou perverse, n’empêchent pas une bonne forme pour le « ma gueule d’abord ».

      3. vigneron cite Montesquieu, c’est bien, par contre je ne sais pas si un jour lointain on citera vigneron… contentons-nous de citer vigneron citant Montesquieu, car ça, il le fait bien.

    3. Nous en sommes tous là, Kerjean.

      Car il y a aussi des employés et des ouvriers qui ne savent contre qui retourner leur mal de vivre et qui sont contents lorsque quelqu’un crie plus fort que tout le monde, quitte à prendre leur voisin pour tête de turc, ça leur permet d’évacuer.

      Tout cela est bien triste et jamais autant qu’aujourd’hui, je regretterais le manque de culture en France et ce, en partant d’en bas et en allant jusque dans les plus hautes sphères. 🙁

    4. Cette crainte est justifiée, car l’écart entre les deux compétiteurs s’est significativement resserré ces derniers jours. La stratégie du président sortant d’actionner le levier de la peur irraisonnée semble fonctionner.
      Le résultat risque d’être plus serré que prévu par les sondages, n’oublions pas que toutes les droites au premier tour totalisaient pas loin de 55%.

    5. Tiens Kerjean, si ça peut te tranquilliser :

      Problème: les statistiques ne sont pas aussi claires.
      Certes, le resserrement constaté ces deux derniers jours est manifeste.
      Distancé un temps par un fossé infranchissable, genre 56 contre 44%, Nicolas Sarkozy était crédité, vendredi, de 47,5% des voix (contre 52,5% pour son adversaire) par trois instituts de sondage – BVA, IPSOS et Opinion Way – avec une marge d’erreur d’environ 3%. Tandis que Louis Harris et CSA le créditent de 47%, et Sofres de 46,5%.

      La tendance lourde d’une victoire socialiste n’est donc pas remise en cause, y compris par les médias proches de l’actuel pouvoir comme Le Figaro.

      Celui-ci, après avoir envisagé de consacrer sa une à la remontée de Sarko, s’est d’ailleurs abstenu. «On a tiré les chiffres dans tous les sens, explique un éditorialiste. Mais l’écart a résisté.»

      http://www.letemps.ch/Page/Uuid/668e60b2-9624-11e1-a206-35179571d977/Les_derniers_sondages_relancent_le_suspense

    6. Pour patienter d’ici les résultats et si ça peut vous rassurer, j’ai fait mon petit sondage perso dans la poubelle de l’isoloir du bureau où je vote (on vote le samedi dans les DOM).

      Résultat : que du Sarko dans la poubelle…

      Plus loin dans l’épicerie du bourg, une grande personne (c’est ainsi que l’on nomme les vieux ici, la classe!) disait qu’elle n’avait jamais voté pour les élections « nationales » mais que là c’était trop…

      Et si la dérive droitière de ce petit président se retournait contre lui?

  36. Bonsoir,

    Demain,
    Dimanche,
    Nous mettons nos chaussures,
    Nous retournons à l’école
    Et nous glissons dans l’urne le bulletin qui trahit le moins ce que nous ont transmis nos aînés

    Et nos « élites »

    Après-demain est une autre histoire

    Je vous souhaite des lendemains meilleurs

  37. Vous allez rigoler mais moi, en France je vais voter Hollande.
    C’est le fameux grain de sable qui risque de coincer la machine néolibérale…
    Plus on met de sable dans le cylindre plus il grippe….
    C’est trés anar je sais…
    Mais avant de rever il faut démolir…Boum!
    Je suis un saboteur, et fier de l’etre…Ja! Sabotage!
    Vos interets? Rien à cirer: Le Titanic coule…Votre compte ou vos dettes dans son coffre ne veulent plus rien dire. (Surtout les dettes: Je te raconte pas le nombre qui souhaitent que le machin explose…)
    Sur mon canot, je reviens aux réalités de la vraie vie, face à la mer.
    Les autres ne noient: S.O.S….
    Leurs ames!
    Moi c’est pas mon ame que je veux sauver, mais mes fesses!

  38. Quel que soit l’issue du scrutin de demain, nous resterons affligés d’un mal profond.
    Puisqu’il est question ici d’enjeu, je dirai que ce mal est du à une contradiction fondamentale:
    le terrain de jeu économique est désormais mondial, alors que le terrain de jeu politique est resté national.
    Cette contradiction est aggravée par le fait que sous l’influence de l’idéologie néo-libérale tous les gouvernement de droite comme de gauche ont accepté de devenir les vassaux de leur suzerain le dieu Marché.
    Ce faisant ils ont créé les conditions de leur propre impuissance, cette impuissance de plus en plus évidente, nourrit la colère de parties de plus en plus importantes des populations, qui sont dès lors tentées de donner leur suffrages à des populistes démagogues qui leur promettent de reprendre le manche dans le cadre de la nation, et de les protéger socialement dans ce même cadre.
    C’est la résurgence au sens propre du terme, du National-Socialisme sur le sol européen.
    National Socialisme de sinistre mémoire dans l’histoire des européens.
    Il semblerait que l’histoire bégaye, même si elle ne repasse pas deux fois les mêmes plats.
    Mais l’on ne devrait jamais oublier cette règle fondamentale: « L’économie de marché dérégulée, le « laisser faire », conduisent immanquablement à des régimes monstrueux. »

  39. Bayrou, n’est-ce-pas une tempête dans une tasse de thé?
    Il a pondéré les dangers, du pire au moindre mal, et opté contre le pire.
    Nous en sommes tous réduits à ce choix du moins mauvais,
    à voter non pour un programme mais contre un danger.

    Les mises en garde contre le porteur de talonnettes ont été
    si généralisées, et si précises en particulier par Mélenchon
    ( et bien entendu ici ) , que la majorité de ses électeurs
    feront d’eux-mêmes le même choix.
    Le « centre » rassemble les modérés, souvent des notables,
    il me semble inconcevable qu’ils puissent opter pour le fourrier
    brunâtre. Ces gens-là ont quand même quelques principes,
    il faut le croire.
    Si Bayrou avait choisi l’autre bord, il ne serait plus rien, discrédité à mort.
    Avoir fait le bon choix n’assure pas, pour autant, qu’il soit quelque chose.
    En fait, dès avant, il n’était déja pas grand chose:
    Les modérés en tout sont condamnés à bénir tout ce qui se présente…
    L’enjeu est grand, mais par pour eux. Le Centre, comme l’âne de Buridan,
    n’est acteur de rien. A quelques exceptions près, par exemple si « Centre »
    désigne en réalité une vraie Droite.

    1. Oui Daniel le « fourrier brunâtre », le « Grand Forestier », le candidat de la guerre civile pensais-je en 2007.

      1. Trop rapide:
        la majorité de ses électeurs : les électeurs de Bayrou.

        Bayrou.. si… discrédité à mort : le discrédit attaché au choix marinesque
        aurait signifié sa mort poltique. ( Mais il, et ses électeurs, n’étaient déja pas grand chose dès la fin du premier tour.)

  40. Il faut chasser Sarkozy du château, c’est la prioirité des priorités.
    L’avenir de la nouvelle présidence dépendra aussi de la force de résistance de Mr. Hollande. Merkel peut être redoutable, une tacticienne sans scrupules, une avocate fervente de l’ordre néolibéral et médusée (comme d’autres) face aux marchés financiers. La vision des allemands est claire: maintenir la pression sur des pays comme la France.

  41. Question qui tue :
    Pourquoi on ostracise autant le FN ?

    Il faudrait rappeler que le régime de Vichy n’était ni fasciste, ni totalitaire ou je ne sais quoi. Mais il a eu deux particularités : la collaboration active avec l’Allemagne Nazie et une politique antisémite qui alla jusqu’aux rafles et à la déportation des juifs de France.

    Parmi les 76000 déportés juifs de France, 55 000 étaient étrangers. Par ailleurs, 7000 enfants juifs qui par le droit du sol détenaient la nationalité française bien qu’enfants de parents étrangers ont été déportés.

    C’est pourquoi le discours du FN dès les années 80 (qui se payait le luxe de faire huer des immigrés que l’on projetaient sur des écrans en meeting) a rappelé à de nombreuses personnes ces heures noires. Idem quand on entend dans les meetings de Marine Le Pen des « dehors les gris ! ». Juste des pulsions à proposer, c’est honteux.

    De même, quand on voit ce clown se plier en quatre devant la politique d’austérité de Merkel et singer Marine Le Pen en fustigeant à longueur de journée les immigrés musulmans, on pense à ce cher Maréchal. Sarkozy, c’est le Pétain de la farce.

    Politiquement parlant, il y aurait beaucoup de choses à dire sur les similitudes entre pétainisme et gaullisme (surtout en ce qui concerne la constitution actuelle).

    On peut parler d’immigration, bien sûr. Mais, on peut le faire dignement aussi. Comme a pu le faire François Hollande. Ou même Georges Marchais en 1980 (et non, ce n’est pas ce que dit Marine Le Pen, il n’y a pas l’idée de préférence nationale).

    Avec cet entre-deux tours, Sarkozy a ouvertement pris les Français pour des cons. Et certains le sont tellement pour ne pas le remarquer.

  42. Dans « Victor Hugo maintenant », publié par Le Monde, le 11 mars, Annie Lebrun rappelle :

    Lamartine ne s’y est pas trompé, voyant dans Les Misérables « l’Épopée de la canaille », en ce qu’y prédomine « la plus meurtrière, la plus terrible des passions, à donner aux masses », la « passion de l’impossible », c’est-à-dire « l’excès d’idéal », laissant « espérer aux peuples, fanatisés d’espérance, le renversement à leur profit des inégalités organiques créées par la FORCE DES CHOSES », jusqu’à les persuader que « les deux bases fondamentales de toute société non barbare, la propriété et la famille, ces deux constitutions de Dieu et non de l’homme, peuvent être déplacées sans que tout s’écroule à la fois sur la tête des radicaux comme des conservateurs, c’est là le rêve, c’est là la démence, c’est là le sacrilège, c’est le drapeau rouge ou le drapeau noir de la philosophie sociale » .

    1. « Quel est le problème aujourd’hui ?
      C’est d’inspirer le respect de la propriété à ceux qui ne sont pas propriétaires.
      Or je ne connais qu’une recette pour inspirer ce respect, pour faire croire à la propriété à ceux qui ne sont pas propriétaires, c’est de leur faire croire en DIEU !
      Et non pas au Dieu vague de l’éclectisme, de tel ou tel autre système, mais au Dieu du catéchisme, au DIEU qui a dicté le Décalogue et qui punit éternellement les voleurs… Voilà la seule croyance réellement populaire qui puisse protéger efficacement la propriété.
      Oui, nous avons cherché trop longtemps à faire perdre de vue l’explication divine des souffrances de cette vie, de l’inégalité des conditions du travail, de la peine. Eh bien maintenant, ayant écouté nos enseignements, il ne veut plus accepter ni cette négalité des conditions, ni le travail, ni la peine.
      Nous lui avons appris à ne plus attendre, à ne plus mériter sa part dans le bonheur céleste et il en résulte qu’il réclame le bonheur sur la terre.
      Et il veut être heureux à nos dépens, remarquez-le bien A la place de cette part des espérances du ciel que nous lui avons ôtée, il demande une part dans notre patrimoine, et la plus grosse !
      Oui, c’est ainsi que nous payons la rançon de son incrédulité.

      Qui donc défend l’ordre et la propriété dans nos campagnes ? Est-ce l’instituteur qui a été si longtemps caressé, choyé par les propriétaires, les bourgeois comme on dit aujourd’hui ? Non, il faut bien le dire, c’est le curé. […] »
      Vicomte Charles de Montalembert (qui fut aussi, jeune, proche de Hugo, mais sa mère recevait Lamartine…), chef du parti libéral-catholique, les ancêtres des démocrates-chrétiens, comme Bayrou quoi – lequel Bayrou, ministre de l’éducation, avait ses enfants au Lycée Privé Notre Dame de Bétharram : discours à l’Assemblée en 1850 pour faire adopter la Loi Falloux sur l’école libre….
      Mais bon, Montalembert, lui, avait beaucoup, beaucoup tardé avant de s’opposer à Napoléon le petit.

      1. « L’ordre et la propriété dans nos campagnes » sont désormais assurés par la gendarmerie et par les lois votées par le peuple français. L’idée de progrès, inventée par le christianisme, semble s’être retournée contre lui.

    2. right on that Jo Rions, sauf que – pire et mieux – pas même « l’excès d’idéal » (plaît aux nasmes) , « la plus meurtrière » déjà… « l’idéal » suffix comac. L’équivalence pptété = god : sure. Important(s), comme disait de Retz.

      Drôle de monde où Annie Lebrun y écrit… isn’t it ?

      vigne (« la plus grosse ») ron, Falloux.

    3. Ma citation plus haut est justement tirée des Miserables.

      J’avais été extrêmement surpris en lisant l’édition intégrale de cette oeuvre.
      Dans mon adolescence, comme tout le monde, j’avais lu l’édition expurgée qui, en fait, ne conserve que l’aspect scénario et escouille toute la dimension révolutionnaire.

      Car en terme de roman, avec les Raisins de la Colère, je n’ai jamais rien lu de plus profondément révolutionnaire que ça. Zola, à coté, c’est un « prolo-tour’ pour bourgeois humanistes.

      Bref, dans les Miserables, le plus désespérant , outre le fait qu’on aimerai jouir d’une mémoire colossale pour se rappeler de chaque citation géniale présente au moins une fois par page, c’est justement la description de la façon dont peut tenir indéfiniment un système socialement oppressif.
      En fait, déjà à cette époque ,Hugo décrivait une société dominée, tout en haut par des magnats ayant tout pouvoir et une richesse infinie. Pour que ce système horrible tienne, outre la repression d’état, il suffit que l’organisation offre un pouvoir exorbitant à chaque classe sur la classe juste en dessous. Ainsi de suite jusqu’au petit boutiquier, pauvre, certes, mais qui a tout pouvoir sur son ouvrier, qui lui même a finalement tout pouvoir sur sa femme et ses enfants.

  43. sur le sujet de l’extreme droite, il y a quelqu’un, un peu plus haut dans cette discussion, qui citait fabius disant « le FN pose les bonnes questions mais il donne les mauvaises réponses »
    ce point de vue ne semble pas partagé par la plupart des gens sur ce blog, et je ne sais pas à quelles « bonnes questions » pensait fabius; mais, tel que je l’entend, la question de l’identité culturelle française est une question importante. La réponse qui consiste à cracher sur tout ce qui est différent me fait gerber, mais la meilleure manière de la combattre serait peut-être de chercher les bonnes réponses à ces questions sensibles. Ca n’inspire personne?

      1. non, je ne vais pas aller sur minute ou le figaro, je préfère largement ce blog (j’en profite pour remercier tout ceux qui l’animent et l’enrichissent)
        visiblement je me suis mal fait comprendre….je ne m’intéresse pas à toute la merde que dit le FN et tous les courants qui s’en rapproche
        pour moi, si on parle de l’identité d’un peuple, on parle de son histoire et des peuples avec lesquelles il est liées, de ses « amis »
        et donc les « bonnes réponses » à la question de l’identité française consisteraient à davantage cultiver les liens avec nos « amis », ceux avec qui on a une histoire commune, et à réfléchir à ce qu’on partage avec eux. Ceux à qui je pense, ce sont surtout les pays d’europe de l’ouest, évidemment, mais aussi toute l’afrique francophone
        je veux bien tenter ma chance sur minute avec ça, mais je ne suis pas convaincu que j’y trouverai beaucoup d’écho

      2. @ ugh

        Il s’agit alors de discuter de géopolitique, pas de culture. Posez le débat en ces termes peut-être intéressant, mais il me semble que le travail a été largement entamé il y a 60 ans avec l’Europe.

      3. à minuteman

        « Trop d’émigrés en France ? »

        Question stupide….

        Le FN est dans une logique de combat horizontal….les pauvres (surtout c’est un fait) « de souche » contre les pauvres « immigrés » (parfois depuis 3 générations)…cela fait le jeu de l’hydre.

        Passons au combat vertical…là, il y a un combat à mener…et à gagner.

        For the lulz : Missy Elliot – One Minute Man

        http://www.dailymotion.com/video/x28tr8_missy-elliot-one-minute-man_music

  44. je vais essayer d’être plus clair
    le discours du FN ne m’intéresse, donc, je ne peux pas vous en parler. Moi, j’ai voté mélenchon, et l’une des choses qui m’a particulièrement touché dans son discours, c’est le fait qu’il parle pas mal de renouer les liens avec les pays d’afrique (en particulier l’algérie), dans un esprit d’amitié et en assumant pleinement le carnage qu’a pu être la colonisation.
    Ca se limite pas à de la géopolitique, à des liens politiques et commerciaux. Il s’agit de mettre en avant les liens humains et culturels qui existent entre la france et l’afrique, à reconnaître l’histoire commune que l’on partage avec eux, et à la reconnaître avec honnêteté, évidemment

    1. Prisme franco-français : ces pays ont les yeux tournés ailleurs. La culture commune, c’est essentiellement la langue. La francophonie est une réalité vivante et partagée, je n’y vois pas matière à débat.
      Le discours de Mélenchon, c’est surtout celui d’une blessure d’enfance qui n’a jamais cicatrisé. De là à poser un débat sur « l’identité culturelle française »

      1. ben justement, j’ai été une fois en algérie (une semaine, c’est bien peu pour prétendre parler d’un pays), et j’ai eu le sentiment que les gens s’intéressent encore à la france. J’ai rencontré des gens qui avaient envie de parler de la france et de l’algérie, de politique, de religion, etc…sans chercher à éviter les sujets sensibles. Bon, ça se limite à une petite expérience, mais je voulais l’évoquer pour savoir ce qu’en pensent des gens qui connaissent mieux le maghreb
        je me fiche pas mal de l’enfance de mélenchon, mais j’ai le sentiment que la proximité culturelle avec le maghreb est beaucoup plus importante qu’avec la scandinavie, ou l’europe de l’est. Il s’agit pas seulement d’histoire, mais aussi de l’avenir, il se passe pas mal de chose là-bas, faudrait peut-être s’y intéresser

  45. désolé d’en rajouter encore une couche, mais pour répondre à ce que vous écrivez, j’ai plutôt le sentiment que ce sont les français qui regardent ailleurs, et qui se foutent pas mal de ce qui se passe à côté de chez eux ( surtout un peu plus au sud)
    le débat entre nos deux joyeux candidats est particulièrement éloquent: sur 3 h de débat, à peine 15 minutes sur la politique internationale, et tout ça pour ne parler que d’AQMI. Ca fait franchement pitié de voir que la france se regarde le nombril à ce point-là. Et ne me dites pas que c’est la faute du FN vu qu’il n’était pas là à ce débat

    1. Ben vous vous trompez à fond les manettes. »Ils » y étaient, gros comme un camion.
      Pour l’un, y’a pas foto, il ne pensait qu’à ça. Il espère encore.
      Pour Hollande ( plus bas que la mer ?) c’est moins sûr, je ne sais pas.
      La preuve qu’ils y pensaient tous du plus au moins, c’est le nombrilisme, obligé.

      C’est déja un truc à reprocher aux Bruns : obliger les autres à rester au ras du bitume. Ils sont sommaires et ils sont contagieux.
      Faudrait être exceptionnel pour s’en extirper, les deux ne sont que médiocres.
      C’est pourquoi les « idées » et ses « questions » à la marine brune il est inutile d’en discuter,
      trop d’honneur pour l’une, un risque inutile pour nous.

      Le discours de Mélenchon, « c’est surtout celui d’une blessure d’enfance… »


      Vous avez l’art de démolir en vous apitoyant un peu.
      Une phrase assassine, s’il en est. Un fait, une observation pour justifier cette
      flèche ? Une intuition ne fait pas le printemps.
      On ne confondra pas ‘en queue d’aronde’ et venimeux.
      Si je puis me permettre : freudisme café du commerce.

  46. Bonjour à tous

    Il y a une montée des extrêmes partout en Europe.

    Je viens de lire une analyse assez détaillée de l’évolution du marché de l’emploi aux US par John Mauldin ( site: B.I.) il y a en plus un tableau sur l’augmentation du chômage des -25 ans en Europe.

    Il serait peut être judicieux de se rappeler sans cesse que nous sommes, en Europe, face à un changement de civilisation – cf Serres et Morin- comme il n’y ne a pas eu beaucoup depuis le néolithique: c’est CA le problème!
    Les discours du FN ou des autres ne sont que des tentatives d’analyse de ce problème et des solutions selon eux à y apporter pour retourner à « comme avant ».
    Elles sont évidemment partielles, partiales et donc fausses. Car il faut sortir des cadres habituels de notre pensée: la solution qui émergera au niveau mondial, car la crise est mondiale, sera , parce que toutes les civilisations actuelles sont impliquées, imprégnées des différents cadres de pensée qui se sont élaborés ici et là au cours de l’évolution….

    Le vrai danger ce n’est pas le FN, ou un autre, c’est la situation générale qui pousse des gens vers eux ou de l’autre côté. Notre vieux monde qui s’est bâti sur notre supériorité matérielle aux dépens des autres pendant plusieurs siècles est en train de basculer…. Croire qu’on pourrait même seulement penser une solution franco française , à nos problèmes serait un signe de myopie narcissique extrême….Mais combien d’entre nous ont t-ils bien intégré que la perte de l’absolu induite par la théorie de la relativité générale s’applique aussi bien aux cadres mentaux?

    Pour ce qui en va des théories, je rappellerai le point de vue des scientifiques: une théorie ça ne sert qu’à faire des prédictions d’observations; tant qu’on observe des résultats prédits par une théorie, on la garde; le jour où on observe des faits qui ne cadrent pas avec une théorie, ou on la modifie ou on la jette!
    J’ai vu ici parfois mentionnés l’expression de « communisme réel » ! C’est , aujourd’hui, une absurdité du fait que toutes les tentatives d’instauration du communisme, tel que décrit dans les manuels , dans quelque culture que ce soit , ont toutes échoué! Parler de « communisme réel  » ( ou de « bon capitalisme ») signalerait donc chez l’employeur de ces formules une tendance à confondre la longueur d’avec la mesure de la longueur – la carte et le territoire en français courant-
    Et tous les régimes qui se sont revendiqués du communisme ont tous été encensés, de leurs débuts, jusqu’au delà du tolérable, par tous les meilleurs esprits reconnus comme spécialistes de la chose!
    Cette fâcheuse tendance est , hélas, devenue assez répandue. A long terme c’est même peut être plus dangereux pour l’humanité que n’importe quel groupuscule qui prospère sur ce terreau!
    Par ailleurs, il y a quelques peuples d’Amérique du Sud pour qui l’avenir est situé derrière et le passé devant -( car on ne voit pas l’avenir comme on ne voit pas derrière soi mais on voit le passé comme on voit devant soi ) Peu ton penser que classer l’humanité par latéralisation spatiale ( gauche /droite) soit le signe d’un très grand progrès de l’esprit par rapport à cet état premier?

    Cordialement

    1. « il y a quelques peuples d’Amérique du Sud pour qui l’avenir est situé derrière et le passé devant  »

      Ca alors! parfaite contre vérité!
      Ca vous plait le passé de l’Amérique du Sud depuis 50 ans?
      Au contraire, l’Amérique du Sud s’ouvre, enfin, sur l’avenir en reprenant le controle de la globalisation, interdisant les flux de capitaux trop dangereux, cherchant l’autonomie, reprenant le controle de leur pétrole (Nationalisation en Argentine ces jours derniers).
      Bientot pas un seul puit de pétrole sera sous controle USA/Europe…Exactement comme l’ a fait Poutine pour éviter le crash archi complet de la Russie…

      Non, c’est nous qui sommes aveugles, et qui avons notre passé devant et notre avenir derreire, par la cause du néolibéralisme qui finit par détruire son créateur:
      Le monstre de Frankeinstein!

  47. La première chose à faire, en politique comme en art de la guerre, me semble-t’il, est de savoir distinguer notre ennemi mortel de nos faux-alliés. Les uns et les autres demandent des traitements différents… Sinon quelle confusion !

  48. « 11h00 La Guyane, comme la plupart des Dom-Tom, a voté dès hier. A Trou Poissons, les électeurs ont dû attendre qu’un serpent soit chassé avant de pouvoir glisser leur bulletin dans l’urne. » (libération)
    Le serpent Ouroboros ? 😉

  49. Pffh ! Z’êtes trop nombreux en France ! …Plus aucun de nos sites Belges d’infos ne fonctionnent normalement…;-)

      1. Oui Pierre-Yves, …..je veux juste dire que nos sites n’affichent plus que les résultats des élections Françaises…Et que je n’arrive même plus à savoir quel chien à été écrasé en Belgique ce matin ! …;-)

  50. Les premières semaines vont être déterminantes. Que voudra vraiment, et que pourra vraiment FH ?

    This looks important — German finance minister Wolfgang Schäuble appears to have offered an olive branch to François Hollande.

    Bloomberg has the details: The German government will allow a victorious Francois Hollande to « save face » while expecting him to uphold French commitments to Europe’s budget treaty, Finance Minister Wolfgang Schäuble said.

    Schaeuble’s comments are the clearest indication yet that Chancellor Angela Merkel’s government is preparing for a Hollande victory at France’s presidential election May 6 after publicly backing Nicolas Sarkozy to win a second term. Earlier today, the German government said that diplomatic contact had been made with the Hollande camp.

    « We’ve told Mister Hollande that the fiscal pact has been signed and that Europe works along the principle of pacta sunt servanda, » meaning agreements must be kept, Schaeuble said in a speech in the western German city of Cologne today.

    « I’ve said that everybody who gets freshly elected into office must be able to save face, » Schaeuble said. « So we will discuss this with Hollande in a very friendly way. But we won’t change our principles. »
    http://www.guardian.co.uk/business/2012/may/04/eurozone-crisis-elections-greece-france

  51. Grèce. Le Zyirza (gauche radicale) entre 15,5% et 18,5% devant le Pasok entre 14 et 17%. L’aube dorée entre 6 et 8%. La Nouvelle Démocratie (droite), premier parti entre 17 et 20%.
    Les deux partis institutionnels, Pasok et ND, n’arriveront probablement pas au seuil des 37% pour former une majorité de gvt…
    http://www.tdg.ch/mobileapp/#/story/31724788/0

    1. « La Nouvelle Démocratie (droite), premier parti entre 17 et 20%. »

      C’est pas eux qui sont au pouvoir depuis la démission de Papandreou? Y’a donc encore 20% de grecs qui les soutiennent? Et si on compte le Pasok, ça fait 35% de grecs satisfaits du gouvernement sortant? Dingue.

      1. On reprend les comparaisons : c’est rien, au regard des 48% et + pour Sarkozy.
        Malgré son bilan.

    2. Le parti Laos, d’extrême-droite, paye cash sa participation à la coalition : de 2,5 à 3,5% seulement…
      Crise politique confirmée.
      Ça va tanguer demain pour l’€zone. Plutôt bon pour Hollande.

  52. 1 pas franchit mais plus que jamais la vigilance est de mise. le scénar à la doisy nous guette…. Prochaine écueil législative, au-delà une mer démontée: le grain frappe de la proue à la poupe , Mais les vagues se fendront les uns après les autres…… Mais surtout attention au sirène BLUE Marine….

Les commentaires sont fermés.