« LE MONDE RÉEL » : LA REVANCHE !

Le 19 novembre de l’année dernière, dans un billet intitulé « Le monde réel et la raison », je rapportais la chose suivante :

Le Sénat français, à majorité de gauche, a créé dans la nuit de vendredi à samedi une « taxe sur les transactions automatisées », afin de limiter l’essor du « trading haute fréquence », dont je vous rappelle qu’il a fait fuir les êtres humains de la Bourse pour ne laisser en présence que des robots qui s’affrontent dans des duels faisant monter ou baisser le cours des actions sans rapport aucun avec la valeur des sociétés cotées en Bourse.

Selon l’AFP, Philippe Marini (UMP, droite), président de la commission des Finances, a accusé la rapporteure générale du Budget, Nicole Bricq (PS) de « ne pas se placer dans le monde réel », même s’il souscrivait « à l’intention ».

Sur le site du Financial Times, on trouvait hier un article intitulé : « Les opérateurs à haute vitesse cherchent à se restructurer » :

De nombreuses compagnies de trading à haute fréquence, dont l’activité a changé la nature des opérations en Bourse au cours des années récentes, sont en train de se restructurer en raison des faibles volumes et de la férocité de la concurrence nouvellement apparue.

Je prédisais cela en septembre de l’année dernière, dans un billet au titre explicite : « Faut-il fermer la Bourse ? Pas la peine, les ordinateurs s’en chargent ! »

M. Marini (si vous êtes toujours là), le « monde réel », comme vous dites, est en train de changer !

 

Partager :

69 réflexions sur « « LE MONDE RÉEL » : LA REVANCHE ! »

  1. Greek agony drags on as Asphyxiation Bloc wins.

    http://blogs.telegraph.co.uk/finance/ambroseevans-pritchard/100017978/greek-agony-drags-on-as-asphyxiation-bloc-wins/

    Excellent résumé de la situation.

    Year after year of « internal devaluation » will drive unemployment to catastrophic levels before it breaks the back of the labour movement sufficiently to clear the way for drastic pay cuts. It is basically a Fascist policy. Mussolini pulled it of in 1928 under the Lira Forte policy, but he had coercive advantages.

    The electoral settlement is not decisive enough to lance the boil either way so there will no recovery of investment or hope of return no normal life. Even big companies have lost access to routine trade credit. The pro-Memorandum chorus say Greece would face chaos if it left the euro. What do they think it is now?

    The agony will drag on until some dramatic event intrudes.

  2. Irish bailout terms may be relaxed by Troika – report
    The terms of Ireland’s tough bailout measures could be eased by the EU and the IMF, in order to ensure the country can return to borrowing on the open market, according to Irish state broadcaster RTE.

    http://www.telegraph.co.uk/finance/financialcrisis/9339015/Irish-bailout-terms-may-be-relaxed-by-Troika-report.html

    Favoritisme?

    European Central Bank Governing Council member Ewald Nowotny: « Policymakers must avoid repeating « single-minded » focus on austerity that helped bring Nazis to power in 1930s German economic crisis. »

    dt

      1. Oui, (:-), oublions ce « précieux ridicule » et regardons plutôt vers ce MARINO MARINI , un magnifique sculpteur, trop peu visible sur le net.
        Que Julien me pardonne, c’est pas de la pub c’est de l’amour.

  3. « L’être humain a honte d’être né, plutôt que d’avoir été fabriqué. » Günther Anders.

    1. « Denn wenn ich ein Konservativer bin, so allein deshalb, weil es heute nicht genügt, die Welt zu verändern, vom Interpretieren zu schweigen. Weil wir sie zuallererst einmal bewahren müssen. In diesem Sinne bin ich, sind wir: die Gegner der Atomrüstung und der Kernreaktoren, Konservative. Also im Sinne von Konservator. » – ( Günther Anders )

      « Si donc lorsque je suis un conservateur, alors seulement parce qu’aujourd’hui il ne suffit plus de changer le monde et encore moins de l’interpréter, mais plutôt parce que nous devons tout d’abord le conserver. Ainsi je suis, nous sommes : adversaires de l’armement nucléaire et des réacteurs nucléaires, puisque conservateurs, dans le sens de conservator »

      (conservator: du latin « celui qui sauve »)

      1. C’est un sujet d’émerveillement pour mes complices et moi-même de constater que, pratiquement à la même époque, Anders et Orwell étaient sur la même longueur d’onde.

  4. Pendant des millénaires les humains ont regardé les oiseaux en se disant qu’il était impossible de voler. Aujourd’hui, prendre l’avion est devenu banal.

    Oui, le monde réel change, il est en effet grand temps que nos « zélites » puissent l’imaginer 😉

    1. Parceque vous pensez que Mr Marino-Marini fait partie des « zélites » (de picrate comme dirait mon copain vigneron) ?

    2. Non, prendre l’avion n’est pas banal pour deux raisons :

      – Voyager en avion est réservé à une minorité, contrairement à ce que cherche à faire croire cette industrie en employant l’expression « démocratisation du transport aérien ».

      C’est un privilège exhorbitant pris sur la planète à travers, en particulier, le réchauffement climatique. Si on prend en compte tous les effets « réchauffeurs » (CO2 + oxydes d’azote aux hautes températures des réacteurs + contrails), déplacement avion/ pers./km = déplacement automobile X 4, au moins (source ADEME). Il faudrait d’ailleurs ajouter le fait que l’avion pousse au déplacement allongé, très allongé.

      Delphin

      (Observatoire des inégalités sociales)
      Prendre l’avion pour ses déplacements personnels ou professionnels est loin d’être une pratique démocratisée. La moitié des voyages sont réalisés par les 2 % des personnes les plus riches. En 2008, les 10 % des habitants les plus riches ont fait en moyenne 1,3 voyage aérien, alors que jusqu’aux 50 % les plus pauvres, le nombre moyen de vols est proche de zéro (moins de 0,2, soit un voyage tous les 5 ans). Pour la grande majorité des personnes, prendre l’avion est impossible financièrement, même avec le développement des compagnies à bas prix.
      Source : La mobilité des Français, panorama issu de l’enquête nationale transports et déplacements 2008, ministère des transports, décembre 2010.

      1. Exact, l’avion est un scandale écologique.

        C’est une des premières activités en Europe a avoir
        été « libéralisée ».

      2. Oui, voir le futur aéroport de Nantes.
        A qui va t-il profiter en priorité?
        Les riverains n’en veulent pas? Ben pourtant un bel aéroport à portée de tracteur pour aller faire des affaires à la city, sont vraiment ingrats ces riverains!
        Le « développement » au profit des 98% ne sert finalement qu’aux 2% mais ils ont juste trouvé le bon prétexte pour nous le faire payer parce que ça ferait qd même un peu trop cher pour eux: le progrès pour tous!
        Y’a pas de complot, c’est juste une arnaque bien goupillée…

      3. M. Telquel, le voiture est effectivement démocratisée en France, la raisonnement ne peut être le même. Que l’avion le devienne est improbable, non parce-que ce n’est pas souhaitable, mais plutôt parce-que ce n’est pas soutenable. N’y a t’il pas d’ailleurs un gros problème quant au fait que la voiture soit devenue incontournable?

      4. En effet, je reconnais que l’emploi du mot banal était maladroit. Disons simplement qu’aujourd’hui des milliers d’avions sillonnent le ciel chaque jour. Celui qui aurait annoncé cela aurait été brulé vif voilà encore peu de temps, c’est tout ce que je voulais dire.

        Quant au scandale écologique, peu me chaut je l’avoue, étant partisan depuis longtemps de l’extinction volontaire et pacifique de l’espèce humaine, je ne peux voir de mal dans ce qui accélère le processus 😉

    3. (A Abiram)

      En tout cas, il a eu le mérite de déclencher une volée de commentaires éclaircissants.

      Amicalement,

      Delphin

  5. M Phillippe Marini rapporteur du budget au sénat , je crois , il avait a un certain moment demander de taxer les panneaux de pub plus cher que ce qu’ils rapportaient( 25000 emplois à la clef), un homme qui connait ces dossiers, c’est vrai que lui et M. Woerth même combat à l’hippodrome de Compiègne .

  6. En tout cas leurs robots peuvent sans doute bien aider… à manipuler les indices (cf. l’aventure de Mr. Aleynikov ). Sans être ni boursicoteur ni spécialiste il est clair que naguère un dixième des nouvelles de ces jours auraient fait plonger le CAC de 10 points au moins. Au lieu de quoi, oh miracle! ça remonte, ça passe au dessus des 3000 puis ça retombe un peu et voilà : on est content, sauvé, vivent les Grecs etc…
    Pour gens-là (à dire avec l’accent de Jacques Brel) le monde réel c’est la spéculation et comme vous l’avez si bien décrit certains gagnent quand tout est au plus mal.

  7. Qu’est-ce que je lis? « une taxe sur les transactions automatisées  »

    Voilà quelque chose de bien français, au lieu de rêgler un problème, on le taxe!

    Cela ne rêgle pas le problème mais ça devient un problème qui rapporte (gros soupir!)

    1. Oui, la solution française en particulier socialiste passe toujours par la taxe. Il suffirait pourtant d’imposer une durée de détention minimale d’une action (1 jour par exemple) pour se protéger du phénomène hyperfréquence.

  8. Ainsi Philippe Marini reproche à Nicole Bricq d’être en dehors du réel tout en comprenant son intention et sa taxe sur le HFT. Soit il est autiste et c’est pathologique . Soit il est lobbyiste auprès des banques, et c’est un nouveau principe Shadock qui s’applique : Sur la planète Shadock, c’est Dracula en personne qui est responsable de la banque du sang.

  9. J’ai lu la fin du grand ouvrage de Keynes ce matin (théorie générale) ses notes sur les cycles en économe. Très déçu. Et c’est le moins pire des économistes, et pourtant il est nul, parce qu’il remplace la notion de demande globale par l’idée d’efficacité marginale du capital, et puis tout l’aspect commerce international et donc l’un des aspects les plus importants de la demande qui est liée à l’exportation, est ignoré. Il ignore tout simplement, à la manière de tous les économistes qui ont tenté de colporter ce mythe, cette légende d’une économie fermée, en autarcie, ce qui ne lui convient pas. C’est la myopie, des keynesiens, sans doute la condition de leur tolérance dans le milieu intolérant de droite des USA et d’ailleurs.

    Actuellement il y a l’arrière fond théorique changeant entre monétarisme et keynésianisme hypothétique, et puis la réalité qui est un jeu sur les valeurs, sans aucune idée. A la limite la théorie cède la place à l’action dans l’immédiat.

  10. Bien Français , c’est aussi mon sentiment . C’est comme le juste prix de Thomas d’Aquin ou le
    maximum de Robespierre . Comme si c’était la Raison qui gouvernait le monde , ou la logique d’Aristote . Le monde méme éclairé ne fonctionne pas comme çà . Shakespeare est supérieur à
    Moliére , la Malitorne faut savoir par où la prendre , la raison ? Elle rigole !
    C’est juste le prétexte pour une taxe , une tartufferie comme à l’accoutumée .
    Si vous interdisez les robots , ils joueront dans l’ombre au détriment des marchés propres , comme si ces marchés n’étaient pas manipulés !
    Ce ne sont pas les robots le pb , c’est ce qui les alimente , vous nous amusez avec les robots .

  11. Que ne feraient pas les sénateurs français pour montrer que le Sénat est utile?

    On pourrait espérer qu’ils acceptent maintenant de bon coeur l’interdiction du cumul des mandats et fonctions.

    1. J’ai regardé l’intervention de Jancovici devant le Sénat,qui a ouvert une « commission d’enquête sur le coût réel de l’électricité » et ce qui m’a frappé c’est la nullité de ses interlocuteurs, le degré zéro de leur action, pas de questions, pas de réflexions, rien, le vide !

      1. @ Laurent Tirel
        Ah oui Jancovici , celui qui disait que la catastrophe de Fukushima était  » un phénomène médiatique  » ….

      2. et lui ? il fait la promo du nuke . en fait , pour que tout se maintienne en l’état . tant pis pour les radiations.
        tout ça pour économiser le gasoil . les bal des autos qui quotidiennement sont comme les marées … ou alimentent le cœur dans un flux et reflux incessant . en croissance , qui correspond à une marche à sens unique . C’est comme si c’était un organisme pluricellulaire , arborescent, où les cellules sont différenciées mais tenues à leurs fonctions respectives et automates , ne laissant qu’une part infime à la personne , sauf dans les formes du nombril proposé à l’adoration collective pour les heureux élus .
        faut dire, donc, que chacun pris dans ce jeu aurait à perdre si l’ensemble devenait conscient des dangers et du non sens de cette pléthore : d’objets tous plus ou moins meurtriers , de dédales juridiques en perpétuelle croissance , de bulles scientistiques de tout acabit et de répressions pour cimenter le tout .
        On a du mal à envisager un autre modèle , plus dispersé sur le territoire, plus autonome matériellement, moins agité . plus économe des temps .

        Alors que dans ce mode actuel, évidemment la nature fait figure de désert, et d’ennui , de stagnation , et donc semble en retard , arriérée . tandis que tous les artifices séduisent et dopent le monde . et semblent briller de mille feux ; ce qui est assez vrai , mais pas totalement .
        Il y aurait moyen de réamorcer le mouvement inverse .
        une activité locale en entraine d’autres . comme une forêt se soutient .
        sinon, tous ces modèles de hautes tours … ce sont des folies , inhumaines qui piègent leurs inventeurs et le monde . parce que trop contre nature. d’où, les effets pervers d’une culture qui devient indigente ou exsangue .
        c’est exactement comme si on vivait en apesanteur .

      3. @taratata
        on s’en fout de Jancovici ici, si cela avait été monsieur Tartanpion cela aurait été la même chose

        le propos est juste de dire que face à un interlocuteur qui leur dit x choses, les sénateurs se sont révélés en dessous de tout

      4. @Eric L
        « et lui? »
        je ne vous parle pas de « lui », je vous parle des sénateurs !

        j’avais fait un commentaire un jour sur mon grand père a qui je disais que les déportations en URSS devaient s’arrêter et il me répondait 🙁  » euh oui mais les américains »
        vous me faites penser à lui!

      5. les sénateurs vont au train train , non ?
        ce n’est pas nouveau , mais lui, dans quel train va-t-il ?

      6. La motivation profonde de Jancovici n’est pas de défendre le nucléaire mais de sortir des énergies fossiles. Le nucléaire n’est pour lui qu’une des méthodes pour parvenir à ce résultat, et comme c’est un scientifique, il a moins de prévention envers le nucléaire que ceux qui se laissent diriger par l’instinct sans analyser la réalité. Dans son intervention devant le sénat, il propose, par exemple, une mesure pour diviser par 4 les importations de pétroles françaises. C’est un exemple de proposition qui ne fait pas intervenir le nucléaire du tout. Il définit un véhicule qui ne consommerait que 1,5l/100 puis il propose une super prime à la casse en même temps qu’une augmentation drastique du prix des carburants. Le but est de remplacer le parc des voitures françaises par des véhicules économes. J’ai développé son idée et chiffré une mise en oeuvre qui finance les primes à la casse par l’augmentation des taxes sur les carburants :
        http://transition.wifeo.com/remplacer-le-parc-de-vehicules-particuliers.php.
        Alors les écologistes prêt pour du carburant à 5,23€ le litre?

      7. Jean-Marc Jancovici, membre de la « Commission de veille écologique » de la Fondation Nicolas Hulot : « Du point de vue des écosystèmes, et ce n’est pas du tout de l’ironie, un accident de centrale est une excellente nouvelle, car cela crée instantanément une réserve naturelle parfaite ! La vie sauvage ne s’est jamais aussi bien portée dans les environs de Tchernobyl que depuis que les hommes ont été évacués… » (Enerpresse, 20 février 2012) relayé par La Tribune.

      8. @schizosophie
        Cela signifie simplement que l’homme est plus dangereux pour la vie sauvage que les radiations de Tchernobyl, mais en doutiez-vous?

      9. @schizosophie
        je partage complétement les réserves de certaines personnes ici sur Jancovici et ses positions que je juge délirantes sur le nucléaire.
        mais il n’en reste pas moins que l’analyse globale sur les énergies fossiles est intéressante et que tous les commentaires sur l’économie seront confrontés à la réalité de la transition énergétique et des dégâts quelle occasionnera.
        De même, si je parlais de lui c’était pour mettre en exergue la vacuité des politiques et non pas pour cautionner tout ce qu’il raconte.
        Autre point, on devrait peut être profiter d’un blog comme celui là pour élever notre niveau de connaissance et de réflexion grace a tout ces contributeurs que je salue bien bas, mais aussi pour répondre aux questions basiques que se posent les gens et pour envisager des actions concrétes sur nos modes de consommations, de vie….

      10. en parlant d’actions concrêtes:
        qui veut aller au boulot à vélo ou à pied?
        qui veut payer son essence 5 à dix fois plus cher pour payer la transition?
        qui veut réduire son chauffage?
        qui veut ne pas acheter une voiture bourrée de gadgets et avec la clim?
        la liste peut être longue

        a au fait le débat c’était au début le Sénat et sa proposition de taxe…et l’attitude des sénateurs que je soulignais, genre:  » je suis un mollusque vivant dans un monde déjà mort- mais je ne le sais pas encore. »

      11. @RUTILY
        Parce que vous croyez que les centrales nucléaires irradient sans avoir été conçues, et sans l’avoir été par des animaux, certes sauvagement civilisés, mais néanmoins capables d’échapper à leur sauvagerie ?
        @Laurent Tirrel
        Les idéologues ne sont pas à un cynisme près, il en est même qui communiquent pour ceux qui spéculent sur la rareté, celle de l’énergie faux-cil, par exemple, parfois avec une chasuble verte.

  12. Je crains que M.Marini, « l’opérateur à petite vitesse  » de l’ UMP soit un peu lent de la comprenette et qu’il ne capte rien à l’affaire…à moins … à moins …à moins que le petit monsieur ne fasse diversion, auquel cas…il faut agir sans tarder !

  13. M. JORION,
    un article qui devrait vous intéresser, paru ce dimanche 17 juin sur le blog « Fukushima »
    http://fukushima.over-blog.fr/article-une-petrification-foudroyante-le-temps-d-apres-la-collision-fukushima-106698306.html

    Article de Michel Tibon-Cornillot qui est anthropologue à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales (EHESS). Il inscrit sa recherche à l’intersection de la philosophie et de la biologie, démontrant que la question centrale des techniques contemporaines n’est pas celle de leur régulation mais celle de leur déferlement incontrôlé….

  14. @BasicRabbit

    http://jurisprudence-revuecritique.blogspot.fr/2012/06/adorno-dialectique-negative.html

    En lisant Adorno, Dialectique négative :
    « […] aucune philosophie, même un empirisme extrême, ne peut traîner les facta bruta par les cheveux et les présenter comme des cas en anatomie ou des expériences en physique ; aucune ne peut, comme mainte peinture tente de le lui faire accroire, coller les choses singulières dans les textes. Mais cet argument, dans sa généralité formelle, prend le concept de façon aussi fétichiste que son autocompréhension naïve à l’intérieur de son domaine : comme une totalité autosuffisante sur laquelle le penser philosophique ne peut rien. En vérité, tous les concepts, même les concepts philosophiques visent du non-conceptuel parce que pour leur part ils sont des moments de la réalité qui nécessite leur formation -tout d’abord en vue de la domination de la nature […] Le désensorcellement du concept est le contrepoids de la philosophie. Il empêche son excroissance : qu’elle se prenne elle-même pour l’absolu […] Or la force spéculative capable de faire éclater l’indissoluble est celle de la négation. »
    1966, Petite Bibliothèque Payot, 2003, pp 23-41.

    1. @ Lisztfr
      Merci. Je crois que j’ai déjà lu ça. Et ça n’a laissé aucune trace dans ma mémoire. Autre manière de dire que je n’ai rien compris.

      La seule citation d’Adorno que j’ai stockée en mémoire est : « tout moyen bascule en une fin en soi ».
      Autrement dit, pour moi, la satisfaction du besoin est une fin, et le moyen utilisé à la satisfaction de cette fin devient, au bout d’un certain temps une fin en soi. Vision de la finalité qui rejoint celle de Thom.

      1. @BasicRabbit

        Cela me fait penser principe de réalité de Freud… Le détour qu’il faut faut faire, quand on est bébé, pour avoir accès à la confiture sur l’étagère : Apprendre à parler, communiquer, convaincre.. etc. ou grandir.

        En tout cas j’ai commandé ce bouquin… qui traite de la musique, parce qu’il y avait un article dans le figaro aujourd’hui, un chef d’oeuvre incroyable… sans doute l’oeuvre d’un Wagner du journalisme, avec néanmoins une citation intéressante de Leibnitz que j’ai retrouvée ensuite :

        o St Augustin : « La musique est la science du bien moduler » [3] et « du bien se mouvoir »[4].

        o Leibniz ensuite : « La musique est un exercice d’arithmétique inconscient dans lequel l’esprit ne sait pas qu’il compte » [5].

        o Schopenhauer enfin : « La musique est un exercice de métaphysique inconscient dans lequel l’esprit ne sait pas qu’il fait de la philosophie » [6].
        Adorno

        Adorno, lui, pose qu’« il est impossible de dire ce qu’est au juste la musique. » (Musique informelle).

        Oui peut-être que ce que dit Adorno reste extérieur au concept. Après tout il peut d’émanciper en grande partie (maths).

      2. @ Lisztfr

        La seule réflexion que m’inspire la dialectique négative ( » la force spéculative capable de faire éclater l’indissoluble est celle de la négation ») dans le cadre de ce billet est la façon dont, je crois, Lacan parle du réel. Mon fils lacanien a essayé plein de fois de m’expliquer que le réel est « en creux », en négatif.

        Je découvre les citations célèbres à propos de la musique. Aussi mystérieuse que l’information!

        Thom: « La compétition des résonances [la musique?] est un phénomène qui n’a jamais fait l’objet d’une étude mathématique, mais elle apparaît néanmoins comme de la plus haute importance. […] C’est, je pense, à un processus de ce genre qu’il faut attribuer le contrôle exercé par l’ADN chromosomique dans le développement. »

      3. Adorno, lui, pose qu’« il est impossible de dire ce qu’est au juste la musique. »

        et le son donc ? dis dong 😉

      4. @ Lisztfr
        J’ai consulté mon GPS (Tom-Tom bien sûr!). Voilà ce que ça donne. Le verbe être se représente par la plus simple des catastrophes, celle associée au potentiel parabolique (l’être dynamique est représente par une bille dont la position au repos est le minimum, le fond, de la parabole. Sous perturbation extérieure la bille s’écarte pour finalement revenir à cette position d’équilibre. Cette catastrophe illustre donc le « tout être tend à persévérer dans son être » spinozien. Si on renverse la parabole la bille ne peut tenir en équilibre sur l’extérieur de la parabole: on a une illustration du non-être. Mais si on complexifie cette parabole -x2 en -x4 on fait apparaître par déploiement universel une antifronce (anti à cause du signe -). On a alors une représentation dynamique d’un verbe qui est à la fois être, apparaître et disparaître, verbe auquel Hegel a donné un nom allemand. Et la dialectique positive hégélienne rejoint la dialectique négative d’Adorno?

      5. @ Lisztfr
        « tout moyen bascule en une fin en soi »
        Je trouve que ça s’applique bien à l’argent, moyen inventé pour améliorer le commerce…

  15. Ils ont oublié le surréalisme….
    Ce que toute cette désormais vielle excroissance de l’esprit argumentait il y a un siècle en réalités.
    Sont vraiment trop cons!
    Comment expliquer à un con?

    1. un con c’est un peu comme une brouette, l’utilité en moins
      on ne parle pas avec une brouette on la pousse!

  16. En physique aussi, on a bâti des théories sur un principe jamais observé dans la nature : le fameux deuxième principe de la thermodynamique qui affirme que l’entropie d’un système isolé augmente, ou reste constant. Vous avez dit isolé . Notre monde est un méli-mélo de flux de toute sorte qui le pétrit en permanence.

    Les économistes sont des physiciens du dimanche qui nous regardent avec les lunettes du statisticien.

    Démonstration :
    En moyenne nous sommes des cons normaux.
    Les moins cons (à droite) sentent l’attraction de la majorité du centre. Leur vie sera une lutte permanente pour maintenir leur position voire pour l’améliorer. Les conquérants.
    Du coté des désespérément cons (à gauche), se battre pour rejoindre la majorité des cons n’a aucun sens. Les cons heureux.
    Au centre, aucune direction n’est privilégiée, c’est le troupeau fort par le nombre et vulnérable par son inertie. Les cons de tous les jours.
    Aux extrêmes c’est magnifique, le roi des cons rejoint dans sa solitude le dernier des cons dans une union sacrée, presque divine.
    Les principes ainsi posés conduisent à une distribution continue et symétrique donc naturelle (comme les nombres)!
    CQFD

    n.b. « con » est le nom de la variable. Une démonstration plus rigoureuse permet de généraliser cette distribution de « con » pour toutes les caractéristiques humaines.

    1. Diable (ou plutôt démon de Maxwell ! ). La thermodynamique a donc été inventée par des ânes adiabatés ?

      1. Non, mais le chat enfermé à double tour quantique dans son frigo rempli de croquettes empoisonnées nous renvoie à nos études sur les certitudes des thermodynamiciens.

    2. Allez voir ce qui se passe lorsqu’un loup vient se mêler à un troupeau de moutons, la première chose qu’il égorge, c’est la théorie de l’inertie du troupeau. Mais il est vrai aussi que le loup attrape généralement le mouton le plus inerte…où qu’il se trouve.

    3. @ Un lecteur
      Tout à fait d’accord. Vous montrez la profondeur du fossé qu’il y a entre l’approche statistique et l’approche morphologique des problèmes. L’approche statistique est, par essence, insignifiante en ce sens que le signe, la forme, la morphologie en sont absentes (l’approche statistique de la thermodynamique est ama d’autant plus probante que le système étudié est informe, typiquement un gaz).
      En maths le fossé se retrouve entre la théorie de la mesure (Lebesgue) et celle de la catégorie (Baire). Deux façons de voir le monde, de l’interpréter: le nombre ou la forme.
      Les matheux ont généralisé la notion d’entropie (entropie métrique de Kolmogorov-Sinaî-Chaitin, entropie topologique). L’entropie topologie permet de mesurer la complexité d’une forme métabolique, d’un système dynamique. Elle sert aux matheux à commencer à classifier la complexité des systèmes dynamiques.
      Pour René Thom l’information définie par Shannon recèle une relation très profonde de nature topologico-dynamique: le fossé nombre/forme est profond mais il y a néanmoins des
      passerelles…

    4. @Un lecteur

      Ce n’est pas une bonne idée de partir de l’hypothèse qu’il n’y a pas de solution.

      @BasicRabbit

      Dans la mesure où les nombres servent à décrire les formes et qu’il n’y aura jamais de livre de mathématiques sans chiffres, équations, formules, la passerelle est toute trouvée.

  17. Le réel n’est jamais ce qu’on pourrait croire, mais il est toujours ce qu’on aurait dû penser.
    Gaston Bachelard

  18. Mariani avait probablement raison, la preuve:
    Hollande est allé au dernier raout des importants qui causent avec la proposition sous le bras, ou une proposition semblable.
    Les autres lui ont fait comprendre qu’elle était hors de saison, la crise vous comprenez et tout ça.
    Je crois qu’il est revenu « se placer dans le monde réel », mais je manque d’info.

Les commentaires sont fermés.