FAUT-IL ARRÊTER LE BLOG ?

Le Blog de Paul Jorion, né le 28 février 2007, a aujourd’hui cinq ans et quelques mois.

C’est long pour une entreprise qui exige une veille sept jours sur sept et (presque) vingt-quatre heures sur vingt-quatre. Oui, bien sûr, il y a certainement d’autres manières de conduire un blog, mais celui-ci s’est voulu dès le départ un observatoire et il est arrivé souvent au cours de ces cinq années que nous soyons pratiquement les seuls dans le monde francophone à relayer certaines informations quand elles tombaient le samedi ou le dimanche et que les autres étaient à la pêche à la ligne. Je ne parle même pas de l’interprétation de événements pour laquelle nous avons souvent été longtemps seuls à proposer celle qui serait ensuite confirmée par les faits.

Le but du blog au moment où je l’ai créé était d’alerter devant la montée des périls. Les circonstances avaient voulu que je travaille dans le secteur du crédit hypothécaire américain au moment où la crise prenait son envol, j’étais le témoin d’événements qui me paraissaient porteurs d’immenses bouleversements et c’était un devoir pour moi de témoigner.

Depuis, mes avertissements n’ont pas été entendus ou, s’ils l’ont été, ce ne fut en aucune manière de ceux qui étaient à la tête des affaires en 2007 et qui, étonnamment, y sont toujours. Je dis « étonnamment » parce qu’il est prouvé par là que l’échec a cessé d’être sanctionné dans le monde où nous vivons. On peut parler à ce propos d’« oligarchie », et certains ne s’en privent pas, mais le mot n’arrive pas à trouver sa place dans ma boîte à outils. Ce qu’on explique de cette manière-là me semble s’expliquer de manière beaucoup plus convaincante par les effets d’une religion inventée dans les années 1870 dont l’objet est l’adoration d’un système économique bancal appelé « capitalisme » et dont le discours d’autojustification blindé contre le démenti par les faits, s’appelle lui « science économique ». Si les faits semblent ridiculiser le dogme de cette religion, la réplique qu’elle offre est imparable : soit les hommes ne sont pas suffisamment rationnels et il est impératif qu’ils s’abstiennent du péché d’irrationalité, soit le Grand Satan appelé « l’État » a interféré avec la sagesse infinie des marchés qui assurent la plus grande gloire du dieu « capitalisme » et il faut réduire toujours davantage ses pouvoirs.

Si l’on témoigne en criant « casse-cou » sans relâche et que l’on n’est pas écouté, que se passe-t-il alors ? Cassandre se transforme en Jérémie. Et si Cassandre peut être admirée a posteriori pour la justesse de ses vues, aussi inconfortables soient-elles, les jérémiades de Jérémie, faites d’interminables descriptions morbides de ce qui est en train de se passer, et que tout un chacun peut tout aussi bien observer par soi-même, finissent par lasser.

Ce qui pourrait nous encourager à ignorer ces considérations décourageantes, ce serait l’audience impressionnante du Blog de Paul Jorion, confirmation apparente d’un besoin de lire ce qui s’écrit ici. L’(anti-)corrélation du chiffre du CAC 40 avec le nombre de visiteurs du blog est cependant si évidente qu’elle en devient comique et suggère que c’est l’inquiétude des investisseurs à la petite semaine qui fait le succès du blog alors qu’ils constituent la part de la population la moins susceptible de prêter attention aux conclusions de nos discussions entre blogueurs et commentateurs sur ce qu’il faudrait impérativement changer dans nos institutions, non pas même pour améliorer le monde où nous vivons mais plus banalement pour le sauver de sa destruction pure et simple, que notre espèce s’ingénie pourtant à orchestrer.

La capacité à l’autocritique étant la vertu la moins bien partagée au monde, il est normal qu’elle se trouve pleinement représentée ici. Mais que faire ? Saborder le blog ? Parce qu’il ne suffit pas de reprocher aux autres d’ignorer le démenti par les faits ou de négliger la sanction par l’échec, si l’on entend faire la même chose quant à soi.

J’en suis là de ma réflexion depuis plusieurs semaines, voire plusieurs mois. Je ne me ferme pas pour autant aux messages que le monde nous adresse. Aussi quand je retrouve (même si c’est « enfin ! ») la teneur des avertissements de mon livre annonciateur de la crise (La crise du capitalisme américain – 2007, terminé d’être écrit en 2005) dans un rapport de l’OCDE ici, dans une petite phrase là de Mervyn King à la tête de la Banque d’Angleterre, dans le nouvel angle d’attaque de Joseph Stiglitz là encore, je me dis que le temps de réponse nécessaire aux choses qui nous préoccupent est peut-être en effet de cinq ans, et que l’impatience des individus ne représente aux yeux de l’histoire qu’un obstacle de plus pour que le nouveau puisse advenir là où il est attendu et espéré par le plus grand nombre.

Un mail reçu hier, qui suggère lui que mes propos considérés comme « ahurissants » il y a deux mois à peine sont déjà dans l’air du temps ou, hier encore, le relevé du chiffre des ventes de mes cinq livres consacrés à la crise, montrant que chacun a fait mieux, voire beaucoup mieux, que le précédent, sont autant d’informations allant dans le même sens et se renforçant l’une l’autre.

Alors, le sept jours sur sept, le (presque) vingt-quatre heures sur vingt-quatre, n’est sans doute qu’un prix minime à payer. Haut les coeurs ! On continue !

Partager :

298 réflexions sur « FAUT-IL ARRÊTER LE BLOG ? »

  1. OUI ! il faut faire table rase !
    Brûler toutes les archives !
    Fermer le bloc a double tour….et ouvrir une banque…

  2. Par pitié ne me (nous) faites plus de telles frayeur avec un titre pareil ! Qui donc éclairera nos lanternes si vous fermez ?

  3. Bonsoir Paul,

    Votre blog rempli une mission de service public, il est à ce titre incontournable.
    Nous vivons des moments historiques, une période de risques majeurs s’ouvre devant nous avec probablement un grand saut vers l’inconnu lorsque la glissade s’accentuera.

    Nous avons besoin de vous, ce n’est pas le moment de lâcher.

    Mais de grâce, préservez vous, il vous faudra tenir sur la durée car la crise est appelée à perdurer.

  4. Peut-être que le déni nous protège?
    Lorsque les hommes disent qu’ils veulent savoir, il ne faut surtout pas les croire: Les hommes veulent continuer à rêver.
    Bon courage Paul!

  5. Merci d’avoir su créé et entretenir (car cela demande du soin !) cet espace de réflexion et de discussion.

  6. J’ai eu peur quelques secondes que le blog allait fermer !

    En tout cas je souhaite que le blog reste le plus longtemps ouvert, il est un des très rares phares qui nous éclairent dans la bonne direction qu’on peut trouver sur Internet. Je n’imagine pas un avenir sans vous et les autres contributeurs de ce blog !

  7. Un coup au cœur en lisant l’intitulé, et les premiers paragraphes. Un gros soupir de soulagement et une pensée chaleureuse pour vous, arrivée à la dernière phrase.

    Ne fermez pas, ne serait-ce que parce vous êtes un des seuls à avoir une vue lucide de la situation et de son évolution. Et un des seuls à nous en parler – non seulement franchement – mais de façon intelligente, documentée, analysée. Et sereine. Et humoristique, en plus!

    Parce que, à cause de cela, vous êtes une bouffée d’oxygène dans l’internet actuel, et une fenêtre sur la réalité.

    Parce qu’au détour d’un billet assez noir, vous arrivez toujours à glisser une petite note d’espoir, un petit coin de ciel bleu.

    Parce que vous le dites vous même : vos analyses finissent, après plusieurs années, à forer leur trou dans le cerveau épais des technocrates obtus qui s’imaginent gouverner le monde et ne sont même pas foutus d’y entraver que dalle!

    Parce que vous êtes un homme sympathique et attachant.

    Si tout ce travail vous pèse, je ne sais pas, ralentissez le rythme, prenez un peu de repos, consacrez plusieurs billets à la musique, à l’art, à la philosophie.

    Mais de grâce, ne nous supprimez pas notre bouffée d’air frais, notre bouchée d’intégrité, notre goutte de bon sens dans ce monde débile!

    S’il vous plait, Monsieur Jorion, restez.

  8. Tout d’abord je souhaiterais vous dire, Mr Jorion: Merci. On ne remercie jamais assez.

    Certes l’inertie qui emporte ce monde n’aide pas les peuples à se dégager de cette marche forcée dans laquelle ils sont engagés, bon gré, mal gré. Mais vous faites partie de ces quelques personnes qui ont réussit à sortir du troupeau, ou de la caverne comme on veut et qui avec ténacité et conviction se battent pour éveiller les autres. Et vous savez quoi ? Ca marche! Certes pas assez vite. Peut être qu’on ne le verra pas de notre vivant mais les graines sont semées et la terre fertile.

    Une forêt qui pousse fait moins de bruit qu’un arbre qui tombe…
    La forêt a pris quelques centimètres de plus qu’en temps normal depuis que vous et d’autres ont pris la parole. C’est plus qu’encourageant.

  9. Ouf!!!
    Sûr que cela doit être décourageant de penser prêcher dans un quasi désert…
    Tous les lecteurs ne sont pas des « petits porteurs »,heureusement;je ne pense pas être le seul à renvoyer systématiquement mon réseau de connaissances vers votre blog,à conseiller vos livres,à les prêter,parfois(Ben,oui,shame on me!Mais autour de moi,assez souvent,on n’achète pas quarante livres par an,c’est comme ça.)…
    Je milite à mon petit niveau,politiquement,syndicalement,associativement,et je vous fais ma petite pub,ainsi qu’à mon autre chouchou,F.Lordon,j’ai la faiblesse de croire que vos idées percolent(infusent?),certes trop lentement,mais tout de même…
    Par ailleurs,peut-on vous soutenir financièrement par chèque,car »Paypal » et autres coincent systématiquement avec mon ordi. »
    Pour terminer,un petit bémol,dans vos vidéos musicales en » hommage à »,quasiment jamais de Soul,snif…
    Haut les coeurs!

  10. Bonsoir à tous ceux qui tiennent ce blog.

    Pour ma part, j’ai compris depuis un bon moment déjà que l’analyse au scalpel des tenants et des aboutissants de la crise à laquelle nous sommes confrontés ne serait jamais suivie d’effet au niveau disons politique, parce qu’ils sont enfermés dans une vision démente, mais dont ils ne pourraient s’affranchir sauf à se faire lapider par tous ceux qui les ont reconduits à leurs postes depuis tant d’années, et qui ne voudront rien entendre jusqu’à la chute finale, et qui sont confortés en cela par les propos lénifiants que leur tiennent leurs confidents et serviteurs que sont nos journalistes et nos dirigeants, politiques ou financiers, et leurs cohortes de courtisans autrement appelés économistes (de cour).

    Ce blog n’en est pas moins éminemment précieux pour qui est capable d’aller lui-même aux conclusions. Ainsi, et même si cela dépasse le cadre du blog, les mécanismes de formation des prix décrits dans le Prix sont infiniment riches d’instruction pour qui veut bien entendre le message qui en ressort : les « marchés » ne sont que le masque des intérêts de ceux qui nous dirigent, et par extension, des économies occidentales éternellement gloutonnes de matières premières, de produits agricoles, et de ressources énergétiques à faible prix… Enfin, éternellement… Jusqu’à la chute finale.

    Après, je trouve dommage que certains refusent obstinément d’en prendre acte pour eux-mêmes, et abjurent les autres personnes qui fréquentent ce blog de se rallier à leurs incantations Saint-François qui régne sur nous, écoute-donc aujourd’hui nos prières ! Saint-François a bien du mal à gérer les conflits entre ses concubines Angela, Ségolène, et Valérie, sans compter les incessantes conjurations de palais qu’il s’ingénie à déjouer (quand il n’en trame pas plus souvent qu’à son tour) tous les jours.

    Comme vous dites, haut les coeurs ! 🙂

  11. Hého, Paul, les états d’âme en bordée, les découragements passagers, les passages à vide, ça peut se comprendre.
    Mais bon, ce n’est que des passages. Qu’est-ce qui importent dans nos petites expéditions bloguitesques ? Ce que les puissants faillis en retiennent ? Où la familiarisation progressive — même trop lente — des autres avec les idées iconoclastes que nous essayons de développer ?
    Notre seul rôle est dans le développement de ces idées, Paul. Pas dans ce que vont en faire les « décideurs ». Et les « autres ».
    Un peu frustrant, certes. Mais c’est notre lot.
    Et tu peux arrêter ton blog quand tu veux, ça ne t’empêchera pas de cogiter, de ruminer, de fulminer…
    Alors bon, on se prend un petit chouchen tous ensemble, le temps de noyer nos petites traversées en creux, et on continue.
    D’ailleurs, c’est par ça que tu conclus ton billet. Tu vois bien qu’on est tous d’accord ? Santé !

    1. @le yéti : »expéditions bloguitesques » !c’est lourd à digérer ; je préfère « aventures blogueuses « ….

  12. Cher Paul,

    je suis relativement jeune (26 ans) et je vous lis quotidiennement. Plus encore, je m’inspire de vos idées pour construire ma pensée, écrire et je la partage autour de moi. Cette pensée, ou plutôt cet « éveil », cette prise de conscience est absolument nécessaire pour notre génération. Sur le marché du travail, en face de nos parents, pendant nos stages, en face de nos professeurs, nous ne sommes pas encore en mesure de lever la voix, car la majorité des gens, enfermés dans un quotidien absurde, persistent à rester aveugles. C’est un barrage mental qui semble impossible à percer. Je crains que nous devions encore aller beaucoup plus loin dans la chute, dans la désintégration du système pour enfin parler de vive voix et crier le mot suivant : « Tout est à repenser! »
    A court terme, nous pouvons donc craindre le pire.
    Cependant cette réflexion secrète que beaucoup de mes amis partagent, nous donne également un immense espoir: dans la chute nous aurons un rôle à jouer. La jeunesse qui semble aujourd’hui paralysée, entretenue par la circulation de l’argent familial, finira par se réveiller. Il est absolument nécessaire de continuer ce travail de prise de conscience. Les jeunes sont par nature plus réceptifs. C’est par eux que se passera le changement, pour le meilleur ou pour le pire.
    Vous faites partie de ceux qui œuvrent pour que nous prenions la bonne direction. Vous touchez profondément la génération « geek », branchée sur la blogosphère, avide de connaissances.
    Mon message (et je pense le votre) est le suivant: Nous ne sommes pas la génération perdue, nous sommes celle de la reconstruction.

    1. Bonjour @Paskov

      Avez vous vu l’article dans le dernier « marianne » sous forme d’entretien avec Marcel Gauchet et Bernard Stiegler ? (dont je suis un tentatif « passeur » peu doué sur ce blog). Le message de Stiegler recoupe assez bien le vôtre sur la « génération de la reconstruction ». L’auteur de ces lignes ayant pas très loin du double de votre âge…

    2. Allez voir les écrits de la fin des années 1930 et de l’après-guerre: il y avait également une génération de jeunes qui se sentait inutile. A partir de 1940 ils se sont sentis tout a coup très utiles. Tellement qu’un grand nombre d’entre eux a été se sacrifier. Des deux côtés: pensez aux aviateurs alliés ou aux sous-mariniers allemands, un certain nombre de survivants ont écrit combien ils avaient apprécies justement de se sentir utiles.
      Je soupçonne la génération qui s’est entre-guillotinée vers 1793 d’avoir été dans la même situation. Ainsi que celle de 1870 d’ailleurs.
      Alors reconstruction, certes, mais il faudrait aussi essayer de ne pas tout casser avant. Il faudrait mettre à la poubelle seulement ce qui ne marche plus. Je sais, facile à dire…

      1. oui, les risques de recuperation sont toujours la. Pour cette raison, j’ai bien precise:
        « C’est par eux que se passera le changement, pour le meilleur ou pour le pire. »
        « Vous faites partie de ceux qui œuvrent pour que nous prenions la bonne direction. »

  13. Paul, heureusement tu n’as pas capitulé !!
    Certains s’en seraient réjouis !
    Tiens bon avec François !
    Vous êtes supers tous les deux!
    Très cordialement

  14. ce blog c’est un support de réflexions pour certains d’entre nous, et si, de ci de là, vous trouvez quelques éléments élargissant vos points de vue cela suffirait à son utilité. Mais la « gestion » est lourde et la présence de vigiles est quasi-permanente…c’est vers le « partage » et une co-gestion qu’est, peut-être, un allègement des contraintes ??, partager, facile à dire : avec qui comment pourquoi ?….
    ce serait avec tristesse que nous verrions disparaître cet « outil », même si je ne partage pas toujours vos affirmations, notamment votre « foi » en des discours de circonstances qu’il soit de Sarkozy ou aujourd’hui de l’écurie rose qui a remplacé l’écurie bleue, il reste que nous sommes en train de vivre le début d’une révolution copernicienne et qu’il est difficile d’en prendre conscience, des choses bougent en profondeur et le chant monte des collines,
    merci à vous, bon courage et souhaitons qu’une promenade sur l’estran à écouter les mouettes et respirer un bon coup d’iode vous redonnera l’envie de persévérer, la vie est un combat et ce blog aussi !

  15. merci
    continuez
    meme si le temps gagné semble etre la seule vraie valeur pour nos dirigeants
    elle aussi s’effondrera

  16. L’histoire du Blog de Paul Jorion n’est pas achevee tant que sa mission n’a pas ete accomplie.

    Alors, sempre fidelis, je reste a bord et continue le voyage malgre les tempetes qui s’annoncent !

    Merci pour ce travail de fourmi ! Notre modo collectif (?): Haut les coeurs !

  17. Ouf ! A la lecture de votre titre, on a eu chaud. Sachez que si les institutions financières ou économiques se réfèrent aujourd’hui à vos travaux, nous,simples citoyens, avons pu vivre un peu moins idiot et décrypter l’actualité formatée avec un regard différent. Votre blog nous éclaire, nous aide dans nos choix. Votre blog est une véritable entreprise citoyenne. A l’aube de difficultés grandissantes nous en aurons de plus en plus besoin. Aucun organe d’information ne nous aura autant informé, éclairé et aucun n’en prend le chemin. Alors, merci de rester. Faudrait il en plus voir le monde se peupler d’orphelins.

  18. Ca nous plait comme tu es (si vous permettez le tutoiement pour la circonstance), les attaques des jaloux et des c… sont le prix à payer pour dire les chose comme elles sont, ce qui renvoie au prix soit dit en passant.
    Le régulateur, doit tout de même être un peu plus distant et neutre.
    Longue vie au blog, à Paul, à François, aux autres, et à ses lecteurs.

  19. cher Paul,
    vous m’avez vraiment fait peur quand j’ai vu le titre s’afficher !
    Bon juste un petit coup de pompe.
    CONTINUEZ !

  20. Adelante! Le combat continue plus que jamais!

    Ce n’est pas ce blog qu’il faut fermer, c’est le caquet de tous les bonimenteurs et autres thuriféraires
    d’un système mortifère qui effectivement s’appelle « capitalisme ».

  21. Bonsoir,
    Je suis un lecteur de la première heure, en 2007. Je suis très heureux que vous continuiez le blog. Merci.
    Christian.

  22. En même temps, SI le système devait exploser d’ici peu, ce serait bête que vous ne puissiez pas écrire la conclusion et peut être le premier chapître d’autre chose.
    Merci en tout cas pour l’éclairage que vous nous apportez en ces temps ou on a l’impression que les peuples n’ont pas accès à une véritable information.

  23. Bonsoir,

    Oui, merci pour le Blog. Depuis que je l’ai découvert, ce que je soupçonnais de ce monde qui m’était inconnu m’est révélé comme une photo noir et blanc qui apparaît au moment où on l’a plonge dans le révélateur.
    Ici, à Bruxelles, c’est l’effervescence dans le quartier Léopold. Il fait très chaud et je crains, une fois de plus, que ce sommet se sublime; à savoir, comme en chimie, que cette Europe finira de passer de l’état solide à l’état gazeux ( càd en fumée) sans passer par l’état liquide ( pour temporiser la température…)

  24. L’(anti-)corrélation du chiffre du CAC 40 avec le nombre de visiteurs du blog est cependant si évidente qu’elle en devient comique et suggère que c’est l’inquiétude des investisseurs à la petite semaine qui fait le succès du blog

    Paul, j’ai découvert ce blog il y a 2 ans. A cette époque je possédais un petit portefeuille de titres et je croyais naïvement que mes faibles économies pouvaient servir à financer des entreprises tout en me permettant de récolter quelques « intérêts » (je n’étais pas un spéculateur, mais simplement un petit actionnaire humain). Et, comme vous l’écrivez fort justement, je suis venu sur ce blog en tant qu’épargnant inquiet. En juin 2010, j’ai enregistré une moins value et dit adieu à la bourse. Ma modeste épargne est à présent disponible sur des livrets réglementés, sans risque (sauf faillite du système). En tenant compte de l’inflation, cela ne rapporte rien, mais qu’importe.
    Bref, l’inquiétude « un peu égoïste » qui m’a fait venir ici s’est transformée en une autre inquiétude, plus altruiste. J’aime assez l’image de Francis Cabrel qui dit dans une chanson que Paul Jorion est assis sur le rebord du monde et pleure de voir ce que les « investisseurs » en ont fait.
    Depuis 2 ans, je lis quotidiennement les billets, les réactions des visiteurs, et cela me passionne.
    A quoi cela sert ? Cela sert à éveiller les consciences, la mienne et celles des personnes avec qui je partage mes découvertes, les idées glanées ici. Et je me dis que si cela fonctionne comme cela avec moi, d’autres suivent peut être ce même chemin.
    Et c’est ainsi, peut être, que lentement, les consciences s’éveilleront et les règles du jeu changeront.
    Je suis d’un naturel pessimiste, mais la lecture de ce blog me rassure parfois sur la nature humaine. Car il y a ici des interventions de personnes de passionnantes, cultivées, qui échangent, qui débattent, qui prennent de la hauteur, qui décryptent l’actualité, avec une volonté que le monde devienne meilleur pour tous.
    Et cela, et bien …. cela n’a pas de prix !

    1. Pourquoi déplorer que « les livrets ne rapportent rien »? Depuis que je suis tout petit, je me dis que seul le travail devrait rapporter. Et encore qu’il devrait rapporter en relation avec l’intérêt général. En gros qu’un ouvrier de maintenance de centrale nucléaire devrait gagner bien davantage qu’un patron de banque. Question d’éducation je pense.

  25. Difficile d’accepter l’idée de voir un média libre et indépendant proposer de fermer ses portes par manque de considération sans réagir : je m’insurge.
    Et pour clore ce commentaire lapidaire : merci pour ces articles et ce blog.

  26. Ouf, j’ai eu peur, attention au petit coeur des abonnés à votre blog M. Jorion et puis il y en a , sans doute quelques uns qui ont fait ,ouf il arrete, cet empecheur de tourner en rond,il y en a sans doute à qui cela aurait fait plaisir on gène toujours quelques uns, alors je vais continuer pour mon grand plaisir et une information hors du commun ,a vous lire tous avec assiduité,
    Bien amicalement

  27. Je n’ai jamais cru que votre blog pourrait changer immédiatement cette religion qu’est le capitalisme, charpentée par la science économique, mais de grâce votre blog est trop précieux pour nous les petits bouchons emportés par le courant (Jean Renoir).

    Merci

  28. M’enfin !
    Et comment qu’on continue, oui, bon, que vous continuez, vous et vos acolytes !
    Et merci à tous.

  29. Non! on n’arrête pas quand cela commence à devenir dur! c’est le plus intéressant et le plus passionnant. Il ne faut rien lâcher !!!!.
    Merci pour tout votre travail Mr Jorion.

  30. « le dernier document de l’OCDE. Il y est établi que « les inégalités de revenus aux États-Unis n’ont cessé de progresser sur les quatre dernières décennies », les identifiant comme « l’une des causes de la crise financière, dans la mesure où elles pourraient avoir poussé les ménages à compenser la faiblesse de leurs revenus en souscrivant à des emprunts à risque ». L’organisation ajoute que « la concentration excessive de la richesse au sein d’un petit groupe pourrait conduire celui-ci à exercer une influence politique disproportionnée ». Ils y viennent enfin, mais que le temps a paru long ! »
    Dans l’actualité de la crise : AVOIR RAISON ET TORT À LA FOIS, par François Leclerc de ce jour …
    Continuez !

  31. Monsieur Jorion,
    C’est la première et peut-être la dernière fois que je soumettrai un message sur ce blog. J’y suis arrivé en ignorant presque tout de ce qui arrivait (les raisons, pas les doutes que je nourrissais). Je ne suis pas économiste et me considère ignorant en cette matière.. quoique un peu moins depuis que je lis ce blog quelques fois par semaine…. et que j’en fais autant de pub que je peux autour de moi dans cette petite ville petite bourgeoise de Neuchâtel. J’aurais grand plaisir à ce que vous continuiez vos billets forts éclairants (vous et les autres contributeurs), au moins pour mon édification personnelle et aussi pour que d’autres comme moi, mettent en doute la doxa…Les prophètes, dans la bible et ailleurs, n’ont jamais eu la vie facile, ni beaucoup de remerciements (plutôt la tête coupée). Je vous souhaite de connaître un autre destin et de voir certains « puissants » de ce (bas) monde s’arrêter un instant…Un grand merci Monsieur Jorion ! … et cela dit, rien n’empêche un rythme un peu moins soutenu ?

  32. Merci !
    Peut-être y aurait -il un autre « angle d’attaque » sur ce blog, ce serait de commenter sans relâche les propos tenus dans les médias, propos ahurissants des journalistes et de leurs invités rituels, sur ce qui d’après eux va de soi quand on parle de la crise : mêmes invités, mêmes journalistes, et… les mêmes poncifs.
    Par exemple : avez-vous souvent entendu que le pays le plus militarisé d’Europe (rapporté au PIB et au nombre d’habitants) c’est …la Grèce? Autrement dit, on était bien content de leurs vendre des avions, des armes, …. à crédit. Mais maintenant on ne s’en vante pas.

    1. Il y a Acrimed et « arrêts sur Images » qui font un peu ça, je crois , mais je ne suis pas.

      Pour avoir été un lecteur du Diplo puis avoir saturé, je dirais que le commentaire de la doxa des autres risque soit de virer à la jérémiade,

      soit d’exiger de devenir au moins autant une suite de bons mots qu’une réelle source d’idée,

      … je pense à un Paul Krugman, qui se prend aussi un peu pour un croisé, mais depuis la tribune des chroniques (op-ed) du NY Times, il a une belle audience, et a bien appris la façon de trousser ce qu’il raconte pour que le côté « humeur » soit réussi.
      D’ailleurs ca reste lisible parce qu’il n’est pas tout seul à tenir son discours (post)Keynesien, comme au far-west, il y a quelques bons dont on peut espérer qu’ils triomphent à la fin.

      Bref, adresser une critique constructive veut aussi dire qu’on consolide la base de ressourcement, pas seulement qu’on envoie l’huile chaude par les machicoulis d’un chateau de paroles.

  33. A côté de Paul Jorion , Orson Wells , dans sa période radiophonique , est un enfant de coeur …
    Allons Paul , oubliez ce petit coup de vague à l’âme , prenez quelques jours de repos et de recul dans un monastère ( je me permets de vous suggérer Orval ) pour y méditer la devise des Nassau !!
    Et le grand Jules n’a-t-il pas dit:  » Horum omnium fortissimi sunt Belgae  » ?
    Paul, acceptez l’expression de mon amitié .

  34. Haut les coeurs ! On continue !

    Ce serait con de lâcher maintenant, et comme vous ne l’êtes pas…. je n’ai pas eu d’angoisse lié à la peur du vide.

  35. @Paul
    En lisant le titre de votre billet un haut le coeur mais monter presque aussi fort que celui du jour de mon mariage.

    Merci, oui merci a vous et tous ceux qui font la richesse culturelle et sociale de mes lectures journalière.
    Cordialement

  36. Vous êtes meilleur à chanter de la Country !

    Au moins, quand vous chantez, on peut zapper et attendre le prochain billet sereinement.
    Tandis que là, si vous coupez, ça va compliquer passablement mon emploi du temps.

    Blague à part, j’entends dans ce titre 3 choses quasiment tabous sur ce blog. Pardonnez d’avance mon impudence.

    1) L’après Jorion/Leclerc/Alexandre, etc. ? Après tout, ni vous ni François n’êtes des jeunots et peut-être aimeriez vous jouir tous les deux, piliers que vous êtes, d’une retraite moins contraignante. Bref, légitimement prendre un peu de bon temps avant d’arriver à l’heure quoiqu’il arrive à votre ultime rendez-vous… Certes, vous avez tous deux l’air en bonne santé mais bon, on a le droit à quelques coups de mou.

    2) Faut-il élargir votre équipe éditoriale, davantage que vous ne le faites aujourd’hui ? Et dans ce cas, est-ce que cela pourra continuer à s’appeler Blog de Paul Jorion ? Qu’est-ce que cela pourrait devenir ? Un hybride out of the doxa ? Avez-vous repérer quelques recrues potentiellement empêcheuses de tourner en rond ?

    3) Avez-vous besoin de vraies vacances ? Pas 1 semaine mais 2 mois ? Dans ce cas, pourquoi ne pas organiser une sorte de service des urgences ou de service minimal ? Ou encore de rétrospective d’été? Bref, laisser un peu filer le rythme.

    Bon, ce ne sont pas des questions très drôles, j’en conviens.
    C’est souvent le cas des bonnes questions, non ?

  37. Merci.Lorsque je vous lis, vous, les intervenants comme F.Leclerc ou d’autres encore, je me sens plus intelligente. Je décode mieux les discours de « nos » économistes patentés ou « nos » politiques. J’ai l’impression que j’accède alors à la capacité d’exercer mon libre arbitre pour comprendre. Cela n’a pas de prix. Alors encore merci.
    Merci aussi à tous les commentateurs éclairés de nous faire partager un débat souvent riche et instructif.
    Mes neurones se joignent à moi pour vous saluer!

  38. OUF ‘ et bravo Paul JORION de continuer à nous éclairer. Avec vous, j’apprends et comprends bien des choses.
    On est avec vous !!!

  39. Il nait une certaine angoisse a l’idee d’etre laisse dans l’obscurite, sans l’eclairage que vos lumieres nous procurent. Certains lecteurs ont certes des actions en bourse ici et la mais cela ne fait pas d’eux des speculateurs. Ce sont aussi ces memes lecteurs qui subissent les agissements des entreprises, veritablement nuisibles, envers leurs employes (harcellement en bonne et due forme) et qui trouvent dans votre blog les reponses aux questions qu’ils se posent ou qu’ils n’osaient pas se poser. Ce blog est une source d’espoir, un lieu ou il fait bon pouvoir se dire que l’on est pas seul a constater ce que beaucoup d’autres ne voient pas. Ne fermez pas ce blog !!

  40. Merci à vous Paul, à François Leclerc, à Julien Alexandre et à tous ceux qui, dans l’ombre, contribuent à faire vivre cet excellent instrument d’échange et de réflexion, suffisamment ouvert pour susciter les confrontations d’idées au profit de tous.
    Je reprends à mon compte le message de jeanpaulmichel le 28 juin 2012 à 20:30 et vous dis courage !
    Les bonnes personnes sont toujours récompensées du mal qu’elles se donnent.

  41. No way: The Blog must go on!

    D’ailleurs, je ne suis pas inquiet pour l’avenir de ce blog que je suis assidûment depuis 2008. En effet, ‘blog de Paul Jorion’ est en gras 2x dans cet article: C’est parfait pour le référencement! 😉

    Merci à vous, Paul et aussi à tous les autres contributeurs: Le travail que vous faîtes est précieux. Personnellement, quel chemin parcouru grâce à vous!

    Point n’est besoin d’espérer pour entreprendre, ni de réussir pour persévérer.

    Guillaume d’Orange (?)

  42. Ouf, vous m’avez fait peur, en commençant la lecture de cet article, je me suis sentie tout d’un coup abandonnée, orpheline, de vous, François Leclerc et de tous les commentateurs qui font désormais partie de mon quotidien. Et si la lecture de ce blog me prend beaucoup de temps, alors que je commente rarement, je n’ose imaginer la somme de travail que cela représente pour vous et vos collaborateurs, aussi je vous remercie milles fois pour tout et je suis heureuse de pouvoir continuer à vous lire, mais préservez-vous aussi car la route est encore longue.

  43. Ouf, j’ai eu peur un moment de l’arrêt du blog! Heureusement on continue!
    Cependant il ne faut pas s’étonner du peu d’efficacité du blog en termes d’influence sur les décisionnaires à tout niveau: personne n’aime qu’on leur dise qu’il y a le feu dans la maison Europe alors que tous les dirigeants s’efforcent depuis 4 ans de sauver un malade de plus en plus moribond nommé euro mais il y a toujours un moment où le réel rattrape les décideurs et le problème est de savoir quand cela aura lieu et l’attente est difficilement supportable pour tous.
    Les faits sont têtus disait Lénine!
    Patience!!! Je pense que l’échéance se rapproche.

    1. Merci Léon : c’est la meilleure réaction aux questionnements métaphysiques de notre cher Paul

    2. Un peu de rage en musique, de quoi remettre en cohérence un sentiment de désillusion.
      Quand la tête pense trop…..le corps doit se défouler…
       » big brother mangera …. »
      Bien vu Léon.

  44. En lisant le titre , je fût pris de sueurs froides , en terminant de lire l’article ce fût le soulagement !

    Je commente très peu mais j’apprécie énormément ce blog.
    Je dispose de peu de ressource , je ne peux donc contribuer à sa survie .Je lui souhaite néanmoins une longue vie…….

  45. @Paul
    A la lecture du titre de votre billet un haut le coeur m est monté, presque aussi fort que le jour de mon mariage.
    Merci a vous Paul et tous les autres Julien Francois …
    Merci de m ouvrir l esprit tous les jours.
    Bien a vous

  46. Que serait ce blog sans l’humour… »La capacité à l’autocritique …pleinement représentéé ici. »

  47. Ouf ! J’ai eu peur !!
    M. JORION, merci pour votre blog (merci aussi M. LECLERC), qui est un phare contre l’orthodoxie ambiante.

    Je me pose la même question que vous, simplement comme père d’une jeune enfant.
    Je suis responsable de son présent comme de son futur, tout comme chaque personne se disant citoyen l’est pour les autres et la société qu’il défend.
    Toutefois, il nous faut bien reconnaître que nous n’avons pas les pouvoirs : l’argent, les medias et la politique… Mais il faut faire preuve de courage, à l’inverse des riches, des patrons de presse et des politiciens. Le manque de courage est un des plus grands maux de notre époque. Nous subissons tous ce manque, cachés derrière le confort et le court-terme, piégés par le travail et les besoins vitaux.

    Il faut désormais construire un contre-pouvoir (à moins de passer à la véritable insurrection), prendre courage, penser aux autres et donc : M. JORION, la prochaine étape pour vous, en tant qu’intellectuel, est de monter à la tribune, qu’elle quelle soit, de prendre position et de vous faire entendre FORT.

    Je vous conseille de lire ce récent article sur Noam Chomsky :
    http://www.legrandsoir.info/lorsque-chomsky-pleura.html

    Cordialement

  48. Leur secte ‘tina’ perd chaque jours des adeptes, mais il y en a encore beaucoup.Quand on regarde BFM TV on a tout compris…ces gens sont tellement lobotomisés que même la chute réelle de tout le système ils vont la nier.Chiche?
    Quand on voit qu’un certain Lenglet est ‘transféré’ de BFM à la direction éco + France de..France 2, on peut craindre le pire.Quand on lit l’édito du Monde d’hier (non signé, tiens ils ont honte?), on devrait désespérer à jamais.Le gros souci est que beaucoup de commentateurs officiels et politiciens ne comprennent absolument pas ce qui arrive.Les plus ‘malins’ font semblant de ne pas comprendre et ‘gagnent’ du temps(ce qui revient à en perdre pour nous tous). Sarkozy a passé son temps à mettre la poussière sous la tapis avec pour seul objectif (raté)de se faire réélire.Idem pour les autres ou pour les nouveaux élus(FH). Merkel est dans le même trip..tenir, tenir jusqu’en septembre 2013, après moi le déluge.Je pense qu’ils ne réagiront (et encore c’est pas certain comme on l’a constaté en 2008) qu’au tout dernier moment, sans doute quand il sera trop tard?
    Quand on voit les scandales se succéder(Barclay’s en ce moment) et que les ‘responsables’ ne sont ni sanctionnés(ou si peu)et que souvent ils sont encouragés(plus ils font de gaffes plus ils ont de bonus), c’est à désespérer.Comment voulez-vous encore éduquer des enfants alors que le ‘modèle’ dominant c’est:plus tu voles, mieux tu seras vu?
    Pour un Madoff en prison et peut être un Kerviel bientôt, combien en liberté?
    Coté politique, les gens préfèrent regarder le foot ou Plus belle la Vie…s’ils ne sont pas victimes de la crise ils nient son existence.C’est triste à dire mais il n’y a pas encore assez de dégâts dans l’économie réelle pour qu’éventuellement les gens bougent et encore je n’en suis même pas convaincu qu’ils vont bouger beaucoup.La peur est une arme redoutable qui fonctionne malheureusement toujours très bien..

    1. Dissy, si on se contente de ces raisonnements, j’ai plus l’impression que les adeptes perdus par la secte TINA vont aller trouver une alternative au FN plutôt que dans le blog de Jorion,.. Je ne pense pas que ce soit le but, donc attention M. Dissy il ma semblé que Paul voulait éviter les Jérémiades.

  49. votre rôle, à tous, est bien plus que celui que vous êtes assigné au départ. Pour moi, peut être pour d’autres, ce blog est une bouée, de l’air pur qui me fait tenir bon.Merci pour tout ce que vous faites, merci pour ce que vous êtes. Merci, merci.

  50. J’ai eu une frayeur..

    Merci de continuer, merci d’avoir été là et merci d’avance pour tout ce que vous écrirez encore Merci à tous ceux qui font vivre le blog, à la modération, bref, merci à tout le monde. Je participe peu mais je lis tous les jours les articles et les commentaires. J’y trouve beaucoup d’infos utiles, un vrai suivi de ce qu’il se passe, des liens utiles, des discussions passionnantes.

    J’ai 24 ans, je me suis intéressé à l’économie suite à l’explosion de 2008 et je progresse péniblement dans ma compréhension des choses, du monde. Ce blog fait partie des quelques endroits que je ne saurais remplacer s’ils disparaissaient. Je conçois cependant que le maintenir en vie soit fatiguant, très fatiguant.

    Merci aussi, à vous personnellement monsieur Jorion, pour cette intervention que vous aviez eu il y a environ un an dans l’émission « Ce soir où jamais ». J’en attendais beaucoup, et vous aviez été admirable (on y parlait du Bankrun de Cantona). Je ne trouverai pas les mots justes pour vous décrire la joie qui m’a saisi en vous écoutant dire les choses. Enfin les dire ! Pour cela, merci encore.

    C’est pourquoi je me suis décidé à écrire ce petit message. Je suis sûr que beaucoup de visiteurs qui comme moi commentent peu pensent la même chose.

    Bonne continuation !

    PS : désolé si je ressemble un peu à une groupie, loin de moi l’idée de considérer ce blog comme LE graal ou LA vérité qu’il faudrait ingurgiter sans plus réfléchir à rien.

  51. Un coup de Calgon, Mr Paul ?
    Cela n’aurait rien de surprenant (même pas besoin de lire entre les lignes)
    Mais comme tous l’ont exprimé ici, ce blog est un grand bol d’air frais, parfois quotidien. Alors tous vous disent grand merci, et, ne nous coupez pas l’oxygène !
    Mais, perso, je comprendrais que vous preniez des vacances ou que la formule change un peu; parution moins fréquente ? élargissement des billets avec d’autres intervenants ? (on dirait un débat sur l’Europe; élargissement ou approfondissement ?), ouverture à d’autres sujets ?
    Vous avez bien fait de poser la question, et si vous la posez, je suppose que ce n’est pas uniquement pour qu’on (nous les lecteurs) vous dise toute notre gratitude, notre admiration ou le vide que laisserait cette interruption.

  52. Moi aussi. Le coeur me manque, lorsque je lis votre titre ! Et une amertume, pourquoi faut-il toujours que ce qui est bien et nécessaire s’arrête, pourquoi cette entropie qui est toujours là pour définir notre condition de vivant? Angoisse si intense qu’elle me pousse à faire ce que je ne fais jamais, intervenir (moi sauvage), pour vous dire, non, pitié, n’arrêtez pas cette lecture qui met tous les jours de l’air pur dans notre atmosphère du net. Qui nous fait penser, prendre des notes dans nos voyages, repenser à la Bretagne d’avant et la Bretagne de maintenant, lire la Physique d’Aristote ou les Politiques, qui nous fait rêver que nous allons essayer de trouver pour nos filles et fils un monde sans esclavage.
    Mais je me dis aussi : il est, ils sont fatigués. Pourquoi, effectivement, ne prendriez-vous pas des vacances pour vous reposer de la veille constante? Pourquoi n’y auriez-vous pas droit comme tout le monde? OK, on aurait toujours un peu peur que ça ne revienne pas, mais vous reviendriez, et vous auriez sans doute plus d’énergie.
    Vous souhaite bon courage, et vous remercie profondément, quelles que soient vos décisions.

  53. Merci à Paul, François et les autres, mais merci n’est pas suffisant…
    Car Paul nous dit que c’est lourd, pour lui, les modos et tous les lecteurs…
    C’est clair. Or on peut alléger.
    Je m’y engage: ne communiquer à présent que les infos et les commentaires les plus importants.

    1. idem. d’ailleurs la démarche est entamée. je me contenterai à l’avenir d’intervenir essentiellement pour défendre quelques points de vue ou demander des précisions. et en allant au plus court.

      cdt

  54. Quand la générosité conduit la réflexion, le partage et l’empathie les actes, alors que les fanatiques de tout bords imposent leur règne, comme un seul homme, plus fort et mieux armé nous construirons l’avenir.
    Hommage en contrepoint au poste suivant.

    1. Quand les élites n’ont plus de visions il ce contente de suivre l’opinion publique, qui malheureusement n’a pas le temps de donner autre chose qu’une réaction, c’est la vulgarisation qui pourrait au moins lui donner des clefs de réflexion (des trucs comme si l’immobilier augmente plus vite que les salaires, c’est une forme de crédit privé sur la génération d’après, donc l’avenir, aussi dangereux que celui des états et des banques, des exemples qu’ils manipulent au quotidien).
      Alors elle en est où votre BD?

  55. Merci pour votre travail et votre engagement pour le bien publique et l’intérêt général !
    De même pour vos contributeurs, dont François Leclerc et le plus remarquable !!

  56. M Jorion vous êtes la proie de vos vérités et une fois reconnues vous ne pouvez plus vous en détacher!. Celles çi révélées chaque jour qui passe dans ce blog depuis des mois (et dans vos ouvrages) nous donnent espoir et surtout conscience que cette machinerie capitaliste aura une fin.En attendant, je vois bien le doute s’insinuer dans ce billet,cela vous honore,alors continuez à tisser ce fil ténu…

  57. Ouf… vous m’avez fait peur. Ce blog est un instrument précieux à divers titres, ne serait-ce que pour mieux comprendre l’économie, parfois bien rébarbative. Quand la crise sera surmontée, vous pourrez en publier la chronique.
    Moi aussi, je me demande comment il se fait que vous ne soyez pas plus écouté par nos dirigeants, mais on peut toujours espérer que les (é)lecteurs soient plus avisés. Encore faudrait-il trouver des candidats qui soient à la hauteur des enjeux.

  58. OH QUE OUI, il faut continuer et marteler les vérités du blog sans faiblir. A preuve, l’incroyable candeur de Mario Monti dans Le Monde du 23 juin page 13. Sous la question « Les Marchés sont-ils coupables? » sa réponse est navrante:
    « Ils ne sont pas l’expression de la perfection (sic). Ils n’ont pas réagi pendant huit ou neuf ans après l’entrée en vigueur de l’euro. Cette attitude a permis aux gouvernements de rester eux aussi amorphes face à la montée des taux ». Quelle formidable aveu d’impuissance! Il confirme que les marchés ont pris (reçu) le pouvoir, que donc il leur appartenait de gérer la monnaie, l’économie et les taux pour compte des Etats absents.

  59. Il faut souquer sachant que chacun d’entre nous est une avant-garde! L’esprit de résistance de peut s’en aller.
    Un de mes amis de Lorraine, Patrick Dieudonné, vient de perdre son père à 80 ans qui fut sans doute le plus jeune soldat de France sans uniforme (à 11 ans)
    Voilà!

  60. SVP n’arrêtez pas le combat Mr. Jorion si non ceux là auront le sentiment d’avoir gagnés! Je suis de ceux qui n’y connaissent pas grand chose dans ce grand système qui nous régie de manière si injuste, mais grâce à votre témoignage et à bien d’autres qui participent à la vie de ce blog comme François Leclerc, je comprends ce qui est en train d’arriver. Je suis tout autant révolté de l’autisme ambiant et il est pénible de constater que l’échec et la médiocrité sont visiblement le mètre étalon de ceux qui nous gouvernent même si dans leus enfermement ils sont persuadé du contraire. Les faits, l’histoire même vous donnent raison. Il s’agit d’un combat de longue haleine. Comme d’autres par le passé, vous avez choisie de dire la vérité car vous êtes libre penseur et par ce combat vous avez choisi aussi la liberté, la vie! Comme vous j’ai fait le choix de la vie, l’histoire ne s’arrête donc pas là…

  61. Bravo à Paul et à François. Merci à vous deux et aux autres contributeurs. Non, ce n’est pas fini. « Tout commence » comme dirait ma fille, Clarence, qui a 3 ans.

  62. Grosse frayeur! Merci Monsieur Jorion pour le temps que vous passez chaque jour à nous éclairer! On ne pourra jamais vous en vouloir si vous cessez de publier vos billets sur le net, mais quel vide cela ferait-ce!
    Une chaîne sur la TNT ça vous dirait? Delamarche, Olivier Berruyer et Frédéric Lordon auraient leurs émissions? Toute une équipe à vos services. Le rêve! Un audimat très faible comparé aux Experts de TF1 mais Big Brother aura définitivement mangé son chapeau!

    Merci!

  63. Pouvait-on imaginer jducac retourner au Figaro ?
    Pouvait-on imaginer Zebu retourner faire le zèbre ?
    Pouvait-on imaginer Julien Alexandre retourner à sa paisible vie de famille ?
    Pouvait-on imaginer vigneron retourner à ses lectures solitaires à l’ombre des ceps ?
    Pouvait-on imaginer michel lambotte retourner à ses petits jardins citadins ?
    Pouvait-on imaginer Charles A retourner à ses grands soirs en petit comité ?
    Pouvait-on imaginer johannes finckh retourner chez lui bredouille de n’avoir pu réaliser le SMT ?
    Pouvait-on imaginer Jérémie retourner au monde peu glorieux des petites jérémiades locales ?
    Pouvait-on imaginer Pignouf 1 er retourner faire le mariole auprès d’un auditoire déjà convaincu ?
    Pouvait-on imaginer Lisztfr retourner à France cul’ privé de sa chronique quotidienne ?
    Pouvait-on imaginer Kerkoz retourner seul dans sa communauté de base ?
    Pouvait-on imaginer Basic Rabbit retourner dans la case de l’oncle Thom ?
    Pouvait-on imaginer Arkao retourner dans le monde de mad max ?
    Pouvait-on imaginer Thom Bilabong retourner jouer au ping-pong avec ses anciens collègues de la com ?
    Pouvait-on imaginer Piotr retourner au simple bon sens ?
    Pouvait-on imaginer Pierre retourner dans son port ?
    Pouvait-on imaginer Marlowe retourner à ses petites enquêtes moins prestigieuses ?
    Pouvait-on imaginer François Leclerc retourner à la vie civile ?
    Pouvait-on imaginer Germanicus s’en retourner sans avoir rencontré Spartacus ?
    Pouvait-on imaginer Lou retourner dans sa région se désespérer des communistes ?
    Pouvait-on imaginer Lau se détourner sans se retourner ?
    Pouvait-on imaginer Martine Mounier retourner où elle était avant qu’elle ne sévisse sur le blog ?
    Pouvait-on imaginer Antoine sans son y ?
    Pouvait-on imaginer Gu Si Fang se retourner vers sa tirelire ?
    Pouvait-on imaginer Erix le Belge et un Belge retourner au royaume ?
    Pouvait-on imaginer Yvan retourner dans la nature faire son électron libre ?
    Pouvait-on imaginer BA retourner la toile en tous sens pour précipiter la chute de l’Euro ?
    Pouvait-on imaginer tous les autres s’en retourner sans leur blog favori ?
    Pouvait-on imaginer Schizosophie s’en retourner sans Rosebud1871 et vice et versa ?
    Pouvait-on imaginer les spéculateurs s’en retourner spéculer en rond ?
    Pouvait-on imaginer la flibuste internationale retourner tranquillou dans ses chers paradis fiscaux ?

    1. @Pierre-Yves D.

      Merci !

      Le problème de l’amélioration des posts est ardu, d’abord parce que chacun est aux prises avec ses énervements, son fond de commerce, et puis il y a toujours un choix à faire, entre répéter, exhumer ou reprendre une analyse déjà existante ou alors essayer d’être original, ou de faire part de son expérience…

      Si l’on met trop l’accent sur la qualité, beaucoup moi y compris, n’oseront plus poster. Je veux bien à condition que toute l’affaire ne s’étiole pas… ça risque surtout de brider les contributeurs, dans un premier temps.

      S’il suffisait d’aligner les rapports et les analyses; S’il suffisait de produire de l’intelligence, des statistiques etc. Il suffirait de lancer des étudiants dans toutes les directions, mais, justement le savoir ne se produit pas comme ça. S’il s’agit de produire du savoir, on a la solution. Or il s’agit visiblement d’autre chose, d’un problème dont la solution est inconnue. Il y a des problèmes qui résistent au savoir comme la cure psychanalytique par exemple … Dans « La misère du monde » Bourdieu ouvre sur le récit. Il y a d’autres moyens de transformer le monde que ce qu’on appelle savoir, et nous ne savons pas vraiment quelle forme prendrait cette parole libératrice.

      Si j’avais un regret à exprimer concernant ce blog, ce serait qu’il n’est pas assez connu,… et autre chose, P.J ne bénéficie pas d’un commentaire favorable sur le site de la fnac…

    2. Ô épique Pierre-Yves,
      pouvait-on imaginer un centre de gravité qui permît à tous ces saltimbanques de voir que leur esprit jongleur redonnait au monde des reliefs qu’on avait voulu araser ?

      Sans épique, qui effectivement de billets qui présenteraient un mécanisme d’auto filtration/organisation réduisant d’un facteur 2 le boulot des modérateurs ? (facteur 2 cumulable récursivement ?).
      Il s’agirait « simplement » qu’un post soit plussé une fois par des « modérateurs effectifs » ayant été eux-mêmes plussés plus de N fois. S’il n’est plussé par personne, il passe au cimetière des posts. Seule l’indifférence tuerait en quelque sorte.

      Version sophistiquée ; on fait un p-graphe à partir des posts (java ?), et on le trifouille pour proposer l’extraction de différentes hiérarchies qu’on en tireraient…

      1. Et oui pourquoi pas mettre un peu de  » p-graph », pour faire exister les commentaires suscitant le plus d’affect !
        La notion temporel devrait alors se rajouter:
        -pour amplifier la présence des articles ET des commentaires qui continuent d’être commentés dans une temporalité longue: les anciens commentaires ou articles auraient ainsi Avoir plusieurs vies..
        -en amplifiant la présence des contributions des « Jorianautes  » en amplifiant la présence des articles et commentaires les plus lues ou bien les plus commentées. Par exemple en amplifiant la présence de certains posts: l’indicateur pouvant être le nombre de commentaires à un article ET le nombre de commentaires à un commentaire)
        – pourquoi pas y mettre un peu de hasard? Le clic mystère dirigeant sur un post ou un commentaire.
        – pourquoi pas y mettre la technique des réseau! Un lien nous dirigeraient vers les commentaires ou articles selon nos affinités: en appliquant la  » couverture de Markov ».

      2. « Il s’agirait « simplement » qu’un post soit plussé une fois par des « modérateurs effectifs » ayant été eux-mêmes plussés plus de N fois. S’il n’est plussé par personne, il passe au cimetière des posts. Seule l’indifférence tuerait en quelque sorte. »

        Cette idée permet en effet de ménager les ressources, et d’inscrire le blog dans un système auto-éco-organisé. Les têtes de ce blog pourraient ainsi s’attacher à de nouvelles missions.

      3. – et pourquoi pas diviser les commentaires en rubriques… ( humeur, questions, Approfondissement)
        Aujourd’hui j’essaie de tout lire et cela me prend un temps pas possible… ( je prends conscience du travaille du modérateur…. Bravo à l’homme invisible: Julien ou d’autres?) et en même temps la notion de pertinence des commentaires prends encore plus de sens.

    3. Pierre-Yves, tu ne me surprends pas.
      Nous finissons par connaître nos personnalités, il suffit de répertorier.

      Par contre, une certaine connotation pourrait faire penser que je suis libertaire. FAUX.
      Depuis les origines, je défends mon point de vue qui est que pour avoir des Droits, il faut avoir des Devoirs.

      Pour les deux derniers points, va falloir que tu te poses bientôt des sacrées questions… 😉

      1. Yvan
        Toutes les réclamations sont bienvenues 🙂

        Te concernant je ne pensais pas au libertaire, je pensais à l’indépendance d’esprit.
        Et aussi une allusion à la physique …. atomique, milieu dans lequel tu as baigné en tant qu’ingénieur, si je ne m’abuse.

        J’en profite pour dire à tous ceux que j’ai cités, mais aussi à tous ceux que je n’ai pas cités qui pourraient prendre ombrage, bref à tous ceux que j’aurais éventuellement maltraités, cette petite liste n’avait aucune prétention exhaustive s’agissant de cerner les personnalités et positions de chacun. Juste une petite évocation de la vie du blog, de ce qui en fait la richesse. Les problématiques spécifiques à chacun et aussi des choses plus importantes encore qui nous rassemblent ici.

        Oui faut toujours se poser des questions. Où en suis-je de mes droits et devoirs ?
        C’est une question que je me pose en effet. Mais pourquoi as-tu ajouté ce « bientôt » ? 😉

  64. Sisyphe

    J’ai souvent eu l’occasion de me poser ce genre de question et puis au bout du compte, j’ai appris qu’entre la conception et la réalisation concrète il s’écoule rarement moins de dix ans…

    C’est bien pis encore lorsque l’on constate que ça ne bouge pas et insupportable lorsque Pénélope bosse les deux ou trois minutes qui vous sont nécessaire pour le sommeil elle arrive tout juste à défaire ce que vous faites….

    Les humains sont d’abord des cognitifs et tant qu’ils ne se sont pas fait très mal ils avancent vers n’importe quoi ! Je crois qu’ils acceptent quand même de considérer les chemins dangereux et les impasses.

  65. C’est vrai ça . A quoi bon continuer alors que nos chers dirigeants européens vont tout régler d’ici à vendredi 🙂

    Pour vous remonter le moral,une p’tite chanson de Ferré

  66. S’il manquait des marques de soutien pour garder le courage, les voilà!

    Merci Paul, François, Julien, tous, nous! Bravo!

  67. Des donations plus généreuses vous motiveraient-elles pour poursuivre votre oeuvre de salut public ou votre carburant est ailleurs ?

  68. NON*

    *Et bien alors, quelle est l’origine de ce coup de blues ? Le syndrome de Don Quichotte ?
    Pas de panique, nous en sommes tous là. Nous ne sommes que les enfants de Sisyphe après tout.

  69. À mon tour d’écrire ici ma réaction émotionnelle à la lecture de votre titre, et de votre billet jusqu’à l’avant dernier paragraphe….
    J’ai fait une pause pour observer cette émotion, et tenter de la décoder : « Que te manquera-t-il lorsque le blog sera fermé ? » me suis-je demandé. La réponse est limpide : un lieu où vérifier que je ne suis pas seul avec ma vision de la nécessaire transformation de notre monde. Et c’est beaucoup, même si je ne suis pas économiste, ni boursicoteur !
    Ouf, en lisant le dernier paragraphe, l’émotion est retombée…
    Alors moi aussi, en venant rejoindre les lecteurs du blog à l’automne 2011, je n’avais pas les idées très claires sur les errances de la religion capitaliste. En vous lisant régulièrement ici, en ayant acheté deux de vos livres, suivi une de vos conférences… je comprends mieux et je me sens comme dans ces films, où le héros voit venir de loin et au ralenti la balle du fusil qui apportera la destruction.
    Il reste la question obsédante : y a-t-il une possibilité d’en réchapper ? Y a-t-il un avenir après la grande débâcle et comment contribuer à cet avenir. Nous sommes légions à trépigner de ne pas pouvoir agir plus et mieux pour changer le cours des choses… Mais de savoir que nous sommes légions est sans doute le premier pas, et le blog a PLEINEMENT réussit sa mission de ce point de vue aussi !
    Alors vous me reprocherez sans doute « de ne prêter qu’aux riches », mais je suis convaincu que vous ne nous avez écrit vos états d’âmes que parce que vous saviez que cela nous ferait réagir, et parce que vous savez qu’il est bon pour chacun d’entre-nous de lire ces commentaires ici à la suite de ce billet, et de sentir cette énergie collective qui se dégage d’eux, et qu’elle sera capable un de ces jours de nous soulever tous ensemble le coeur pour l’étape suivante. Dans le cas contraire, vous vous seriez abstenu. Me tromperai-je ?
    Alors je crois avoir compris : c’est à nous tous que vous dites

    « Haut les coeurs »

    !
    MERCI

  70. Bonsoir à toutes et à tous,
    Bonsoir Paul.
    Dès l’abord, merci.

    Soyons solennels un moment. Il a été semé ici un de ces grains qui ne fendent leur cuticule et ne meurent que pour agrafer le ciel à la terre par la tige et la racine nouvelles. Mes yeux restent fixés sur lui comme sur une échelle déroulable qui attend son heure au milieu des pauvres édicules branlants dont il est naturel que nos gouvernants plus ou moins bien élus se soient fait des trônes. En fixant mes yeux sur ce grain, en lui prodiguant à ma façon les attentions que l’on se sent devoir à une conscience où bat un cœur, j’ai eu l’impression de veiller sur un bien commun et, mieux encore, que ce bien commun veillait sur moi, de ses mille yeux d’Argus généreux, qui parle d’économie sans s’économiser. Ce grain est un grain de folie, un grain océanique autant qu’un grain germinal. Paul, François et les autres, ne renoncez pas à être donquichottesques. Chargez lance sur fautre le moulin capitaliste. Qu’il essaie ensuite de tourner avec vous plantés dans son aile. Il n’est pas de causes perdues, il n’est que des âmes perdues.

    Bien à vous,
    Un jeune don Quichotte qui n’a même pas son Sancho.

    1. « Les fendus de la cuticule », c’est un titre de noblesse qui aurait sa place dans la lignée prolifique des indignés d’ici et d’ailleurs, O Sancho, non ? Comment y pensas-tu ?

      1. L’indigné est un animal à sang chaud. Quand sa cuticule se fend, sa cervelle s’échappe et les calleux du cœur en sont éclaboussés.

  71. Paul et aux autres contributeurs du blog, merci pour tout !

    Vous savez Paul, c’est rare qu’une civilisation qui est en train de courir à sa perte écoute les hommes qui comprennent ce qui se passe surtout quand elle est endoctrinée par un système qui ne marche plus mais ce n’est pas pour ça qu’il faut abandonner le combat. Je suis certain que les nombreux intervenants dans les commentaires et ce qui nous lisent comprennent toute aussi bien ce qui se passe et si vous abandonnez je pense qu’il y aurait beaucoup de désespoir parmi nous.

    Pour ma part, je viens d’un autre site (Qui parle aussi de la crise mais aussi de ses causes plus profondes) mais ça fait déjà au moins depuis 2008 que je fréquente votre blog et je sais très bien que d’autres personnes de ce site viennent aussi consulter votre blog qui est devenu un endroit majeur de la résistance sur internet contre ce système devenu fou !

    Comme certains l’ont déjà dit, ne nous abandonner pas maintenant car c’est maintenant que la saison des grandes tempêtes commence et on va devoir se serrer tous les coudes.

  72. Ouf, j’ai eu peur jusqu’à la dernière ligne.
    je vous lis beaucoup, je ne commente presque jamais, mais sachez que ce qui est fait ici par vous, François et les autre contributeurs est très précieux.
    merci de votre travail, dormez quand même la nuit 🙂

  73. Ainsi vous y pensez, y avez pensé, mais vous ne pouvez pas arrêter !
    …Avec tout notre soutien, tant que vous n’y perdez ni la santé, ni le moral !

    Ça vous a une allure monacale, ce blog, mais j’espère que les remerciements de plus en plus nombreux et les escapades de plus en plus fréquentes devant des salles attentives vous font chaud au coeur et compensent de mieux en mieux la lourdeur de certains jours.

    Cela dit, il me paraît que le rythme de l’histoire est bien plus lent que les cinq années de ce blog, qu’une existence humaine même longue n’est qu’un soupir au regard des temps historiques, et qu’il est nécessaire pour notre moral et pour notre belle vie, celle que les philosophes veulent nous aider à vivre, de se pénétrer de cette constatation.
    L’histoire est lente, nous ne pouvons être sûrs de voir de notre vivant se déclencher, encore moins aboutir, le grand retournement dont se décodent ici les signes annonciateurs, a contrario nous savons que le temps s’accélère prodigieusement quand la société se fait belle et sort du lit où elle dort enlisée.

    Longue vie à tous, les éclaireurs !

  74. Je viens de voir un match crispant entre l’Allemagne et un Pig,et je me fais une frayeur supplémentaire en consultant le blog…
    Trop c’est trop!

  75. Non content d’être Brillant et le mot est faible, vous aimez à souffler le froid et le chaud; on ne vous connaissait pas sous l’angle du « Grand Séducteur »… Longue Vie !!

  76. C’est une bonne question et vous êtes le seul à avoir la réponse.

    Je me dis juste qu’un post par jour condensé serait suffisant et vous permettrait à tous de souffler un peu sans être dommageable pour une info qui se répète inlassablement.

    Et que les modérateurs devraient avoir la main moins leste sur la censure au vu des 4-5 de mes commentaires passés à la trappe récemment 🙂

    Mais en aucun cas le fermer. Les paroles s’envolent, les écrits restent. Quoi qu’il en soit, les idées ne meurent jamais. Elles ressuscitent tôt ou tard et qu’importe le nom ou le vent qui les portera sur un plan universel.

    Il faut laisser du temps au temps. Aucun visionnaire ne sera prophète en son pays ou même un autre. Il est là pour semer les graines qui pousseront un jour lorsque la terre sera fertile. Un anthropologue ne devrait pas l’oublier.

    1. un post par jour condensé

      .
      Ouaip, y’a du vrai là-dedans. Suis un peu malheureux par exemple, que le beau texte de J Maucourant autour de Polanyi, articulé sur une réflexion assez large, soit passé en position > 5 au bout de même pas 24h, pour cause d’avalanche de billets, ce qui fait qu’il a amha moins de succès (21 comm ) que mérité.

  77. Faut-il arrêter le blog? Si je consulte ledit blog et m’empresse d’y participer à ma modeste manière et à une heure si tardive, ma réponse est évidente, non?

    Je vis dans un pays dans lequel l’observation de l’évolution de la vie et des gens rend vitale l’écoute de vos propos.

    Sans doute suis-je moins heureux que ceux qui sont persuadés de pouvoir in fine profiter de la situation, les non-dupes errent, disait Lacan.

    Merci Mr Jorion de m’avoir rendu possible la lecture de mon temps.

  78. Pfiou, j’ai un moment cru que le capitaine allait saborder son navire… Mais on en n’est pas là !Hardi, les matelots ! Faut souquer ferme, y a encore de la mer à faire…

  79. Comme on dit au japon « gambate » !
    Nul n’est prophète en son pays, et le monde est ainsi fait qu’il faut parfois du temps avant que la validité de certaines études soient reconnues. A votre avis combien de temps a t il fallu pour que les gens admettent les thèses de galilée.
    C’est toujours plus facile de suivre le troupeau de la doxa en étant dans un consensus exempt de tout risque, qu’en ouvrant des voies tout en encourageant ce même troupeau à s’aventurer dans l’inconnu. Ce que vous faite est bien, ainsi que l’approche originale participative que vous avez initié.
    S’être entouré d’autres contributeurs de talent est aussi un signe de maturité qui a accru la richesse de ce blog.
    C’est du bon boulot et un ferment de réflexion pour beaucoup de gens dont moi, bon j’arrête là les compliments vous n’en avez pas vraiment besoin.
    La fréquentation du blog, vos livres, vos passages a la télé et dans les médias parlent mieux que nous. vive ce blog !

  80. Dans le bras de fer qui oppose les nouveaux champions du capitalisme avec ceux que le capitalisme met à l’agonie, le premier qui relâchera la tension pour réfléchir à un jeu moins stupide, va perdre la partie.

    Les jérémiades de certains représentants des pays riches qui voudraient changer le jeu au moment où le jeu qui les a enrichi risque de les appauvrir, ont-elles une justification ?

    Si les solutions qu’ils proposent peuvent être érigées en loi universelle, et si les pays riches les appliquent les premiers et le font de façon exemplaire, ces solutions méritent certainement d’être approfondies.

    Mais il faudra bien nous expliquer qu’une croissance autre que qualitative est probablement impossible, et qu’il va sans doute falloir tenter de vivre mieux avec moins pendant que d’autres chercheront peut-être à profiter de ces nouvelles bonnes résolution pour ne pas jouer le nouveau jeu avant d’avoir épuisé toutes les ressources du bon vieux jeu capitaliste.

    Y aura-t-il jamais une majorité pour changer le jeu ? Ou une catastrophe pour nous y contraindre ? Que faire de ceux qui ne joueraient pas le nouveau jeu, parce que l’ancien leur convient encore ? Comment faire éventuellement évoluer le jeu existant vers un jeu moins cruel ? Par quoi commencer pour ne pas trop perdre ?

    Il ne faut certainement pas arrêter ce vaillant blog avant que les réponses qui y sont ébauchées n’y trouvent une forme plus parfaite !

  81. Coucou c’est moi,

    il y a quelqu’un ce soir sur le blog ?

    FAUT-IL ARRÊTER LE BLOG ?

    N’écoutez que votre petite voix, peut-être pas arrêter le blog, car sinon les gens m’en voudront un tout petit peu.

    Quoique des fois je me demande si les gens ne feraient pas mieux de prendre tout de suite leur retraite surtout au regard de tant choses si réjouissantes aux images.

    Lorsque j’éprouve le besoin de me retirer c’est parce que j’en ressens l’appel, nous en écrivons tellement des choses à la volée et pour qui et pourquoi ?

    C’est ma faute à moi, je ne devrais pas vous adresser toutes ces choses et conneries, surtout lorsque j’ai préféré durcir mon propos l’autre jour, faut-il plutôt en rire ou en pleurer je ne sais plus trop.

    Je peux comprendre alors que cela puisse lasser vos lecteurs, moi le premier, tout le monde bien sur ne se contre-fiche pas de votre démarche, ni l’ensemble de vos intervenants les plus compréhensifs.

    Et puis c’est bien normal que l’on se pose ce genre de questions, surtout lorsque la crise ne touche pas intégralement les premiers décideurs du globe dans les larmes.

    Devez-vous oui ou non répondre aux premiers attentes de vos lecteurs 7 jours sur 7 ? Devez-vous oui ou non répondre à votre petite voix lorsqu’elle vous demande de faire un break ?

    Tu parles ils vous disent tous de continuer alors qu’ils n’en font même pas le dixième de ce que vous faites, non c’est pas drôle du tout je trouve ! Personnellement je pense que je n’ai pas à répondre à votre place.

    C’est une très bonne question que vous vous posez, devez-vous oui on non continuer, devez-vous oui ou non me supporter plus longtemps mes platitudes sur le blog ? Vous devriez pas je pense.

    La santé coûte déjà si chère, surtout si la crise doit durer plusieurs années, vous vous rendez compte, vous voyez je recommence déjà à plomber l’atmosphère.

    Alors que vous êtes bien plus positif, peut-être même que j’en ai bien plus perdu la foi que vous en l’homme contemporain, ou à cette civilisation à la fois si séduisante et un peu salope sur les bords.

    Je n’ai que quelques mots à vous dire n’écoutez que votre propre voix, ni celle d’autrui.

  82. Une lectrice qui n’imagine pas ne plus vous lire tous,même si c’est parfois complexe pour elle(souvent même) ,elle s’accroche comme vous à un futur de Vérités et de Justice

  83. 28/06/12 23h41

    Une d’ El pais en ligne : L’Espagne et l’Italie bloquent le sommet de l’union europeenne pour forcer des mesures urgentes

    Une du Monde en ligne : Ou en est F.Hollande de la realisation de ses promesses électorales

    Si le blog ferme on s’informe serieusement OÙ ????

  84. Bon, c’est pas tout ça, c’est pour quand la prochaine matinale sur France-Q ? Ça fait un bout déjà la dernière… Blacklisté, oder ? Bientôt on y entendra plus souvent Attali que Jorion. Ya blème.

    1. À condition de bâillonner le Couturier, car ce Torquemada à l’intransigeance élastique trouvera encore le moyen de reprocher à Paul d’avoir eu raison et ravalera son analyse à des tripatouillages d’haruspice sinistrosé et gauchisant (ce qui revient au même). « Brûlez Cassandre ! » Et Troie brûla.

  85. Tenez bon la barre et résistez, vous êtes cette petite lumière qui éclaire nos consciences et nous permet de ne pas sombrer dans l’ignorance dans laquelle on souhaite nous maintenir.
    Merci pour votre action humaniste et longue vie à votre Blog!

  86. 7/7 et 24h/24, c’est épuisant. Il ne faudrait pas s’y carboniser !! Mais la participation à un colloque parlant de « transition » la semaine prochaine montre que vous êtes en train de passer à la suite…

    Pic pétrolier et limitation des ressources disponibles par tête de pipe conditionnent notre avenir et c’est à cela qu’il faut se poisser, car cela interdit radicalement la technique du prêt à intérêt systématisé. il est logique de ne pas avoir osé jusqu’à maintenant, tellement les chapelles peuvent être idiotes dans le domaine, mais c’est la suite logique de nos affaires…

    Prenez un peu de vacances pour pouvoir écrire la suite, parce que cela va être passionnant.

  87. Cinq ans et ça frémit. Comme quoi on devrait p’têt ben envoyer des fleurs à nos chers banquiers centraux qui se démerdent pour nous acheter du rab en mois, en semaines, en jours, en heures, minutes, « encore une monsieur le bourreau ». Les maîtres du temps court, ce temps où l’on court.

  88. Me suis sentie orpheline, soudain, bon sang de bonsoir ! 😀
    Cher Monsieur Jorion, vous et vos acolytes passionnés êtes notre oxygène. Abandonner serait laisser le mensonge nous asphyxier plus encore. Votre blog est devenu vital pour nous tous, vous voyez ? La nouvelle « Voix de Londres », en quelque sorte, dans cette guerre bien étrange qui ne dit pas son nom. En contrant la propagande officielle et en rétablissant les faits comme vous le faites tous, vous nous libérez mentalement. Nous ne vous en remercierons jamais assez.

  89. Lorsque le blog de Paul Jorion apparaît,
    un voile se soulève sur un monde inconnu, sur des espoirs à venir.
    De la lumière, enfin !

    « Cette clarté semblait, à la fois vie et flamme,
    Regarder comme un oeil et penser comme une âme ;
    Ce n’était cependant qu’un voile, et l’on sentait
    Derrière la lueur quelqu’un qui méditait. »
    (Hugo)

    « Je ne sais si j’atteins tout au tréfond de vous
    Le pays merveilleux, l’autre côté du voile,
    Baigné par un soleil irradiant de partout
    Où vous étincelez comme une chaude étoile. »
    (14 février 2004)

    1. Bé m’sieur Jorion, faut pas croire ça infuse, ça infuse même plutôt pas mal!
      Nous manque quoi?
      Un slogan et une bastille?
      Le spectacle ne fait que commencer…

  90. « Depuis, mes avertissements n’ont pas été entendus ou, s’ils l’ont été, ce ne fut en aucune manière de ceux qui étaient à la tête des affaires en 2007 et qui, étonnamment, y sont toujours. Je dis « étonnamment » parce qu’il est prouvé par là que l’échec a cessé d’être sanctionné dans le monde où nous vivons. »

    Peut-être devrions-nous penser à « composer » les trois crises de la complexité, de l’écosystème, et de la concentration des richesses, en y ajoutant une quatrième, la crise de l’hypocrisie. En effet, les trois premières crèvent les yeux depuis si longtemps. L’intérêt, qu’il y aurait d’examiner cette dernière est que nous avons tous sous la main l’ensemble des données nécessaires à sa compréhension intime.

    « Hypocrisie » : le mot – initialement dépourvu de jugement de valeur – vient du théâtre, c’est le rôle de l’hupocrites, l’acteur qui, joue l’interprète d’un songe, porte la parole d’un dieu – Celui qui , par ses commentaires, éclaire les zones d’ombres d’un récit. Il n’agit pas, mais accompagne l’action violente de la krisis. Le « k » de l’indo-européen commun *(s)ker « couper ») marque la séparation, la coupure, le « skandale », le crime. Cette coupure, dans un contre mouvement parallèle et synergique, entraîne la kata strophe, l’action finale, la catarsis , le rejet du bouc émissaire. Cette phase verse vers l’ « excrément » et donc, vers la « discrétion », le secret … pour ensuite se retourner encore en crible, « dis criminer », et finalement en certitude (1). Ainsi, l’hypocrisie participe d’un réseau sémantique, assez serré, dans lequel une double inversion du signifiant « krisis », comme séparation violente, est retournée « par en dessous » -hupo- krysis -, mais pour en définitive et à terme, rassembler.

    La Reine couche avec le Roi , lequel Roi est l’assassin de son précédent mari , l’ancien Roi ( le Roi défunt) revient par l’arrière scène, en fantôme, tenir le rôle de l’hypocrite (au sens premier) ; dès lors, Hamlet qui ne peut dire « je sais tout ! Le fantôme me l’a dit », cache son jeu, simule la folie, et fait l’hypocrite à son tour. Lorsque les hypocrites, (le Roi, la Reine , Polonius, Laerte, Hamlet, etc.)sont raides et aussi morts qu’Ophelia (la seule sincère), alors Fortimbras, général victorieux, dont on ne sait rien, sauf, que dans une guerre lointaine, il a subitement changé de camps pour revenir vers les siens (tient donc , tout colle, il n’est donc pas que « fort en bras » !), débarque sur la scène et déclare «with sorrow I embrace my fortune » et, en toute innocence supposée , il ajoute « … débarrassez-moi de tous ces cadavres, je viens de me rappeler que j’ai un titre qui me donne droit à cette couronne, après tout ! (en substance) » 😉 😉

    « Il y a quelque chose de pourri au royaume de Danemark » et pourtant, le capitalisme ne devait pas y être pour grand-chose dans l’hypocrisie originelle « du don »; assurément le capitalisme continue d’instrumentaliser les processus opposants (Damasio). Comprendre comment nous préférons justifier notre « hypocrise » par des jugement de valeur, plutôt que de chercher à connaitre les mécanismes de leur genèse inconsciente.

    (1) cf. Herman Seldeslachts , Études de Morphologie Historique Du Verbe Latin Et Indo-européen; Peeters / Société des Études classiques, Louvain. (P.66)
    Cette présentation du réseau signifiant, centré sur « hupocrisis » , ne dit rien de l’histoire de la dynamique d’affect l’ayant porté jusqu’à cette « synchronie ». Seule une reconstruction diachronique pourrait mettre en évidence d’éventuelles phases de retournement, ou en constater la continuité de processus d’inversions ayant pris place dès le début.

    J-L Godard « aujourd’hui,les salauds sont sincères ». (à suivre … ? )

    1. Répondre, ici, parce que cela m’évite de reprendre dans son intégralité : »depuis mes avertissements … » et parce qu’il y est fait allusion au théâtre . Autrefois, il y a si longtemps ,et j’étais si jeune ! j’avais vu « V comme Vietnam » ,d’armand Gatti ; chaque jour le secrétaire à la défense Robert Mac Namara recevait une planche à clous , source de questions …Allez lire la pièce si vous voulez avoir la conclusion .

      1. À propos de l’hypocrisie, Aristote lui-même n’a pas dit grand-chose d’explicite sur ce sujet ; c’est du moins l’opinion de Bela Szabados et de Eldon Soifer (1)

        Socialisme a été filmé sur le Costa Concordia, avec pour passagers invités Alain Badiou et Patty Smith.

        Godard disait

        « le Mépris est un film simple et sans mystère, film aristotélicien, débarrassé des apparences, le Mépris prouve, dans le cinéma comme dans la vie, il n’y a rien de secret, rien à élucider, il n’y a qu’à vivre et à filmer ».

        (1963)

        Quarante-huit années plus avant, il ajoutait :

        «Pauvre Europe. Non pas purifiée, mais corrompue par la souffrance» Europe malheureuse, de haine de l’argent qui “a été inventé pour que les hommes se parlent sans se regarder dans les yeux”, et du désespoir qui sédimente à constater qu’aujourd’hui, les salauds sont sincères”. (Socialisme 2011)

        « C’est lorsque les choses finissent qu’elles prennent un sens  » ( Eloge de l’amour, 2001)

        L’histoire de l’hypocrisie est liée au théâtre, Gatti il me semble – outre que sa sincérité était explosive- met en scène la tombée du masque, le dépôt de la personna, le masque que chacun se construit afin que, d’un même mouvement, nous puissions afficher « notre» visage public et mettre à l’abri notre nature profonde. Stanislavsky également avait bien compris le dédoublement de l’acteur se regardant jouer. Nous ne voulons pas encore comprendre que « nous sommes agis » au niveau des affects par le balancement permanent des circuits marchants à la noradrénaline ou à la sérotonine. C’est le niveau sous-jacent, de l’hupocrisis, celui qui refuse de penser afin de conserver , par tous les moyens et révolutionnaires s’il le faut, le plaisir de dominer ceux d’en dessous pour compenser le déplaisir de courber l’échine par au-dessus.

        (1) Hypocrisy after Aristotle ; Dialogue. Canadian Philosophical Association ,1998, vol. 37, no3, pp. 545-570

    2. Bonjour Mr Morlie,
      avez vous des références sur la « crise de la complexité ». Je faits des recherches sur le sujet.
      Merci d’avance.

      1. @Lac

        Pour la crise de la complexité, c’est davantage le rayon de P. Jorion. Mais enfin, pour mon parcours personnel, je dirais que le Mythe de la Machine par Lewis Mumford (1967) est assez fondateur, comme la réflexion déjà ancienne de Ivan Illich à propos des outils conviviaux Tools for conviviality, 1973; plus théorique il a le concept de limite d’incompréhensibilité de Joseph Weizenbaum « Puissance de l’ordinateur et raison de l’homme ». (1981).

        Naturellement, dix années de démêlés avec Belgacom, m’ont prouvé qu’il n’y a aucune solution : nous sommes dans une société construite sur la préservation planifiée de la panne imprévisible 😉 .

    3. Comprendre comment nous préférons justifier notre « hypocrise »

      il se peut qu’on soit vrai , qu’on se dise , et les murs sautent . Sans rempart, ni d’un bord ni de l’autre , la vie circule et nous brûle de son eau.

      1. @Eric L.

        « il se peut qu’on soit vrai »

        À tout moment, dans nos cerveaux, deux principaux circuits nerveux antagonistes sont à l’œuvre en synergie ; ceci se démontre expérimentalement et aussi « d’expérience ». Lequel des deux circuits est le vrai ? (cf. les processus antagonistes de Damasio; Jean Didier Vncent)

        Tant que l’humanité se refusera à comprendre les déterminants neurophysiologiques de ses comportements, elle se condamnera à renouveler les modes de gestion de son oeucumène dans le seul but de reconstruire des dispositifs de domination, mais aussi d’inventer de nouvelles phraséologies, des jugements de valeur lui permettant de se faire hypocritement croire à sa liberté, sa bonté, etc. ; servitude volontaire assurée !

        Pour nous débarrasser de l’hypocrisie sociale, il faut voir comment ça fonctionne « à l’étage inférieur » aller voir la face cachée de la crise, voir la face délinquante de nos sociétés, dont le capitalisme n’est que le réseau délinquant dominant, en attendant que l’Europe soit rapidement envahie comme la Russie, la Chine par des réseaux économiques déviants plus hard encore. Mais dont , tout comme les Russes et les Chinois nous nous accommoderons en y trouvant chacun notre petite place.

      2. @ JL Morlie

        Tant que l’humanité se refusera à comprendre les déterminants neurophysiologiques de ses comportements,

        l’humanité à quel niveau ? si on prend les micro groupes, faut il passer par cette démarche pour déposer ses armes ? et ne pas se laisser marcher sur les pieds ?
        faire entrer l' »amour » dans le jeu, me semble aussi décisif . mais bien entendu , sans idée préconçue de ce que c’est . au moins, il est à la portée des gens . mais sans doute obscurci, trahi, ou dévoyé . sans doute ne peut-il être objet d’étude savante , distante .
        là où il est difficile à saisir c’est sous sa forme « amour de la guerre » . ou volonté de puissance .
        c’est aussi parce qu’il n’est jamais neutre sexuellement ni dans les sens .
        il ne fonctionne pas , il se sert de fonctions .
        par contre , où je trouve un intérêt dans ces recherches se situe à un autre niveau , intellectuel , mais qui ne décide pas d’une éventuelle bonté ou méchanceté .

        je ne crois pas que ce soit non plus le dosage des hormones qui tisse les couples . (pour commencer par le premier des groupes où une domination s’exerce ou non )

  91. @ Paul Jorion, François Leclerc, Julien Alexandre et les autres……

    Vous êtes un des blogs les + consultés au fur et à mesure que le CAC 40 a des sueurs froides, ce qui veut dire que les petits porteurs (et peut-être gros porteurs?) sont loin de vous ignorer.

    Mais en plus vous êtes cités, parfois intégralement, dans des sites où l’on ne soupçonnerait pas qu’ils attachent de l’importance à vos propos.

    Un exemple, le site 24hgold.com
    Alors c’est vrai dans leur revue de presse on y trouve de tout, des pro-Von Mises, du Ron Paul, du Jacques Delpla, bref des gens qui s’opposent à vous.
    Mais vos articles sont en bonne place, et souvent bien notés par les visiteurs.
    C’est d’ailleurs la photo de Paul Jorion qui illustre les articles du site même quand ils sont de François Leclerc.

    Comme quoi, vos meilleurs ennemis vous regardent et vous écoutent.

    PS: le site d’Olivier Berruyer n’est pas mal non plus; il était invité sur France24 francophone le 22 juin 2012, un jour après votre passage sur France 24 anglophone.

  92. C’est très vilain de nous faire de pareilles frayeurs; à bien des égards et devant le catéchisme ultra-libéral débité en boucle partout, avec des problématiques soigneusement biaisées, vous êtes devenu notre oxygène pour ne pas déprimer .

  93. Blog-Annonces-constats-explications et …….impuissance.
    La tentation de L’ Anarchisme Révolutionnaire devient grande
    Ne nous ne laissons pas aveugler par l’hypocrisie de l’économie financière , nous en sommes au stade (rentrée de septembre) de deviner qui fera le coup de feu le premier .
    Car les marchés et leur interprétation partisane n’ont réussi qu’a exacerber la lutte des classes que ces gentils gouvernants croyaient avoir éradiquer.
    Alors , tirez le premiers messieurs les Anglais , nous nous chargeons du reste …
    Voila , Monsieur Jorion , l’heure est venue de se la jouer un tantinet plus viril.
    Je suis convaincu que beaucoup de gens comptent sur votre blog et ses participants pour devenir des boutefeu au lieu de témoins , de la chronique d’une mort annoncée.
    Courage ! Donc…

  94. Le vrai média, c’est vous ! Il faut absolument continuer… Et si le changement venait de là où on ne l’attend pas… Nous nous réjouissons d’être avec vous le 3 juillet aux Champs Libres, quelle chance ! Nous allons changer d’ère… Merci d’être l’homme engagé et intelligent que vous êtes. Jean-François Mouhot écrit dans Des esclaves énergétiques que nous sommes les barbares de la génération future… Il est plus que temps de faire émerger un autre monde. Mardi, vous nous donnerez des clés et nous, nous vous donnerons de l’ethousiasme et de la joie pour inventer un autre demain… la fête sera belle. On veut y croire. J’invite vos fidèles lecteurs à s’incrire avant que nous soyons à guichet fermé… La salle peut contenir 500 personnes ! http://www.chedd-bretagne.eu/

  95. Je signale aux zélés commentateurs que le nerf de la guerre se situe en haut à droite.
    Et que c’est bientôt l’appel du clairon.
    Misère …

  96. Ah
    Oui !… Je me souviens de ce blog, celui de M. Paul JORION.
    C’est ça… (Lisztfr) et son chapeau… On y donnait La Météo…
    Vouloir sa quinzaine quant on voudrait parler de tout un siècle!
    C’est foutre à l’eau tous les pseudos et le Climat dans le seau.

    Comme disait le philosophe Démosthène, « c’est de la Folie que d’entreprendre quelque chose au-dessus de ses forces » – surtout si – « les paroles qui ne sont suivies d’aucun effet sont comptées pour rien » – « Rien de plus simple que de se leurrer soi-même… »

    … Alors, après tant d’années…
    « Il faut choisir, se reposer ou être libre » – Thucydide.

    PS : Il s’arrêta soudain d’écrire en l’an de grâce 2012, au beau milieu d’un billet, d’une phrase.
    On ne sait si cette interruption est volontaire, ou si l’auteur n’a pu compléter son récit, emporté par les vents ou une vague, le poussant à l’exil. La question de savoir si Jorion a pu achevé son œuvre reste encore aujourd’hui débattue par les chercheurs.

      1. Est ce l’économie, les mathématiques, la psychiatrie, la philosophie, la nature humaine, ou l’aventure qui vous titillent? Ou bien est ce l’œuvre globale d’un philosophe?

  97. « Plus loin que Jorion » aurait l’air encore plus con. « Sans transition » – comme disait l’homme-tronc Poivre d’Arvor en les imposant – « oligarchie », « bancocratie », etc. sont devenus moins des notions que des motifs d’expression de jalousie, dès avant von Neumann, et voilà que le ton du Blog Paul Jorion leur permet de rejaillir. L’aspect observation du foutoir l’aura fait émerger et c’est assez gênant pour creuser de bonnes raisons d’arrêter les fraises.

    Mais le billet s’achève par « On continue ! »

    Quand je lis : « Depuis, mes avertissements n’ont pas été entendus », j’entends une naïveté politique. Reste que…

    Sinon, kestuveu tu choiz

  98. Ouf, encore, encore, il est indispensable d’éclairer par le réel nos concitoyens, de la transparence dans l’info et un vivier de culture d’idées et de solutions.
    Ce blog fait parti des sources majeures d’info, à nous de diffuser, ce que je viens encore de faire à l’occasion d’un débat sur les dettes ce soir.

  99. Monsieur Jorion,

    On peut être tenté, certains jours de se dire à quoi bon, de tout lâcher par découragement, par sentiment de solitude, par âpreté de la lutte…

    Mais sachez, si cela peut vous encourager, que vous avez votre rôle à jouer dans cette lutte. Un rôle indéniable, qui va bien au-delà de votre petite personne. Car vous rayonnez!

    Vous rayonnez en faisant de nous des gens mieux informés et mieux éduqués tant économiquement que moralement.

    Vous êtes IMPORTANT pour vos lecteurs et pour tout ceux qui sont touchés par vos connaissances et lumières.

    Je crois sincèrement qu’au crépuscule d’une vie, on ne regarde pas tant ce qu’on a accumulé, ce qu’on a fait comme erreurs ou ce qu’on a conquis… On se dit plutôt, aie-je apporté ma contribution à ce monde afin de l’améliorer?

    Eh bien, je crois que lorsque sera venu le temps pour vous de faire le bilan de vos années passées sur cette boule bleue, vous pourrez regarder derrière vous et être fier de ce que vous aurez accomplis.

    Je joins ma voix à celle des autres…

    Merci monsieur Jorion de m’avoir à votre façon, ouvert les yeux!

  100. le blog est toujours aussi intéressant à lire, il fait partie des quelques rares sur lesquels je me rends tous les jours.

    Next Economy
    Au chapitre de la question « que faire après avoir posé le constat de la catastrophe ?», je viens de tomber (via twiteur) sur un site qui s’intéresse aux monnaies et, au-delà, aux économies alternatives:

    http://www.scoop.it/t/new-economy

    “Every paradigm shift has new rules, forms, patterns. Economy is the way we take care of our house (eco), create agreements, relate to value. ”

    Non testé mais ça a l’air prometteur.

  101. Voyons, voyons, suis-je le seul à penser que la fermeture du blog ne serait pas nécessairement pour vous un malheur.
    J’entends bien qu’on aime son petit Jorion quotidien, mais j’ai compris qu’arrivé à un certain point, vous vous interrogez sur l’efficacité que vous pourriez avoir (par d’autres moyens) une fois libéré de la tenue du blog.
    L’égoïsme de vos lecteurs répond : ne me quittes paaaaas! 🙂
    Mais bon, je ne sais pas ce dont vous seriez capable hors blog. Donc finalement ne tenez aucun compte de ce que nous pouvons dire ici… 🙂

  102. « La plupart des problèmes du monde actuel proviennent des idéologies monothéistes, répandues par des prophètes qui se croient ou se disent inspirés et prétendent détenir la vérité. Ceci est évidemment une absurdité car la vérité n’est pas une. La réalité du monde est multiple et insaisissable. Seuls ceux qui sauront se libérer des monothéismes, des dogmatismes, des croyances aveugles, du christianisme, de l’islam, du marxisme pourront se rapprocher de la multiplicité du divin, remettre l’homme à sa place dans la Création et trouver la voie de la tolérance, de l’amour ainsi que l’amitié des bêtes, des hommes et des dieux.

    On m’a souvent demandé si je ne pourrais pas définir des lignes de conduite, une méthode, une « religion » qui pourrait sortir l’Occident de l’impasse ou du moins aider quelques-uns à se réaliser. Mais je ne suis ni un maître ni un prophète. Dans un monde qui court à sa perte, selon la théorie des cycles, il n’existe de salut qu’individuel. Nous approchons, selon la conception hindoue, de la fin du kali yuga, l’âge des conflits, qui doit finir par un cataclysme »

    Alain Daniélou
    Le chemin du labyrinthe, 1981

    1. La plupart des problèmes du monde actuel proviennent des idéologies monothéistes, répandues par des prophètes qui se croient ou se disent inspirés et prétendent détenir la vérité.

      Merci du compliment, merci pour les écritures, merci pour nos ancètres, merci pour tous les prophètes bien oubliés, merci envers la météo et encore c’est pas trop l’orage je trouve.

      Si seulement cela pouvait suffir à vous rassurer, je vais donc vous répondre ainsi, il me semble que vous vous contredisez un petit peu dans vos propos.

      Je prétends en effet détenir tout seul le mensonge dans la vie, il m’arrive même de me sentir pas assez monolithique puant dans certaines de mes observations.

      Vous voyez je suis bien peu inspiré en toutes circonstances, vous par contre c’est pas du tout le cas !

      Ceci est évidemment une absurdité car la vérité n’est pas une.

      Si vous le dites. Oui peut-être que la vérité n’est pas une, pour mieux vous faire plaisir, en tous cas vous reconnaîtrez que vous paraîssez bien moins médisant à suivre pour le multiple n’est ce pas ?

      C’est ce que vous avez entendu dire, et depuis enfin vous voyez ce que je veux dire, en mensonge je vous le dis, le mensonge et la connerie ne sont plus qu’un en moi.

      La réalité du monde est multiple et insaisissable.

      La réalité du monde ? De quel monde parlez-vous ? Celle peut-être d’un grand nombre de singes insaisissables sur les marchés, surtout lorsque tout devient plus grande maya sur terre.

      Seuls ceux qui sauront se libérer des monothéismes, des dogmatismes, des croyances aveugles, du christianisme, de l’islam, du marxisme pourront se rapprocher de la multiplicité du divin, remettre l’homme à sa place dans la Création et trouver la voie de la tolérance, de l’amour ainsi que l’amitié des bêtes, des hommes et des dieux.

      Ben voyons, vous seriez donc bien plus libérer que moi ou votre prochain. Ma croyance aveugle, mon dogmatisme. Ah si seulement je pouvais avoir une conception plus multiple du Divin, ceci expliquant peut-être pourquoi je ne peux pas plus remettre des gens comme vous à leur place.

      Plus l’on recherche à se libérer d’une chose en préférant la jeter par la porte et plus cette chose revient tôt ou tard par la fenêtre. Dites vous seriez pas un tout petit peu libéral sur les bords vous ?

      Trop intolérant je suis pour le mondain, aussi bien envers les personnes les plus habiles de mon temps, suis-je bien alors un bon produit vendable ?

      A vous lire vous seriez donc moins dans le mensonge, et bien plus dans la voie de la tolérance, de l’amour, de la baise, et de toutes ces choses que les hommes recherchent continuellement à se dire dans la bonne transmette.

      Tu parles, je pense surtout que vous n’en pensez pas moins par derrière, oui à chacun sa propre conception des choses. Vous me rappelez surtout tellement de personnes de ce temps.

      On m’a souvent demandé si je ne pourrais pas définir des lignes de conduite, une méthode, une « religion » qui pourrait sortir l’Occident de l’impasse ou du moins aider quelques-uns à se réaliser.Mais je ne suis ni un maître ni un prophète.

      Vous dites que vous n’êtes pas un maître, que vous n’aimez pas définir des lignes, pourtant vous recherchez pas moins à médire le prophète derrière son dos, alors du coup je me demande si je pue autant à des kilomètres à la ronde.

      Si vous le dites, je devrais peut-être alors louer un Kärcher à kiloutou, meilleure solution de nettoyage, vu que je ne suis pas bien OK pour l’ensemble de mes contemporains.

      Dans un monde qui court à sa perte, selon la théorie des cycles, il n’existe de salut qu’individuel. Nous approchons, selon la conception hindoue, de la fin du kali yuga, l’âge des conflits, qui doit finir par un cataclysme

      Il me reproche d’être prophète alors qu’il en fout pas moins la pétoche aux autres. Jusqu’à la fin en fait ils reprocheront au prophète d’en être le premier responsable, comme dans tous les temps.

  103. Un petit present a Paul : No Money Down Low Monthly Payment by Nero’s day at Disneyland.
    http://vimeo.com/40351643#at=0
    Merci pour tout ,meme si je suis intimement persuade que le sel de la vie est dans ce quotidien et non pas dans des hypothetiques lendemains qui chantent .Amities a vous ,vos proches, et tout ceux qui font ce blog bien sur Francois et Julien.

  104. Grande frayeur de ma part en lisant la question titre de vôtre article !
     »ON » a besoin de vôtre blog ! Quand je dis  »on » , je parle de quidams comme moi , qui ne sont pas acteurs dans le CAC 40 , et encore moins économistes , mais qui diffusent et infusent dans leur entourage familial et professionnel , les infos et analyses que l’on peut y trouver et je ne me prive pas de les inciter à visiter ce blog . Je ne me prive pas de prêter les quelques livres que vous avez écrit et que je possède ( je ne les possède pas tous ) .
    Je n’hésite pas non plus à visiter et confronter les articles qui sont publié dans le LEAP 2020 de mr Franck Bianchéri et de ses collègues ( à propos , le débat souhaité avec mr Bianchéri : toujours pas possible ?) . le LEAP 2020 est aussi un site dont je fais la pub dans mon environnement proche
    Travail de fourmi , mais cela est long et peut contribuer à changer les mentalités du grand public mais les 2 questions que je me pose :
    Est ce que cela peut avoir un impact sur les décideurs ?
    Qu’est ce qui est le plus utile pour tenter de faire évoluer les choses , d’après vous mr Jorion : que ce soit les économistes professionnels seuls qui vous lisent ou / et les quidams du grand public qui n’ont aucun pouvoir de décision dans cette matière ?

  105. Fermer le blog, ça nous plaque au vide avec des vertiges de fin du monde.
    Merci de ne pas le faire.

  106. Bonne idée de se poser la question en tout cas, et de ne pas se laisser bercer par une poignée d’apôtres et quelques milliers de boursicoteurs….

    Chacun de nous à l’occasion doit aussi se poser la question : qu’est-ce que je retire de cette lecture, qu’y apporte-je ?

    De mon coté, les yeux et les oreilles affutés qui sont ici arrivent à lever un vertain nombre de lièvres et je suis assez épaté par la capacité du blog à filtrer l’info et puis nombre des faux coupables et les fausses solutions sont bien identifiées ce qui permet de ne pas se retaper comme dans la presse classique des raisonnements dont on sait qu’ils sont faux depuis le XIX…

    Alors chapeau, et à bientôt !

  107. oui Paul on continue
    merci encore à vous et François pour ce blog qui fait partie du salut public
    je comprends parfaitement que sa tenue puisse constituer une grande contrainte pour vous 2
    mais plus que les petits investisseurs du CAC il y a aussi tous ceux qui comme moi se sont éveillés à une autre vision du monde, de son économie, des déclarations médiatiques, etc …et qui participent à la diffusion de toutes ces idées, autour d’eux.
    Travail de fourmi , certes, mais plus que les actions d’envergures (le grand soir par ex) je pense que les petits ruisseaux font les grandes rivières
    alors oui ! continuez

  108. Bonjour Paul,
    S’il vous plait, par le temps qui fait ne sabordez pas votre blog. Certes, « le système économique bancal » poursuivra encore sa route, supposant que l’immédiateté historique de sa décomposition ou de son ultime mutation nous dépassera peut-être. Cpt Paul restez à la barre de votre pavillon si vous le pouvez encore. Courage alors et un grand merci depuis le blog du quatrième pont, sur la proue de… l’Hellenic en train de sombrer admirablement (aussi grâce à certains passagers – votants de sa troisième classe), entre Naxos et Amorgos.

    Très cordialement
    Panagiotis Grigoriou
    greekcrisisnow

  109. Bonjour Paul,
    Je comprends votre propos. Mais votre travail – et celui de vos collaborateurs réguliers – est tout simplement indispensable dans ce monde de désinformation et de propagande. Alors de grâce, ne lâchez pas !
    Très cordialement,
    Olivier

  110. paul,

    c’est un plaisir de vous savoir continuer.
    j’ai beaucoup appris en lisant le blog, en vous lisant, et investi du temps à observé l’évolution des commentateurs, leurs psychologies, que ce serait à mon niveau une perte. l’élection de 2012 se devait d’être de toute façon une échéance générale et je ne suis pas surpris, je me posais la question, de vous voir interroger vos motivations, le contraire m’aurait déçu mais vous êtes incorruptible.

    alors…
    … alors vôtre succès mérité suggère que la portée du blog dépasse largement le cadre de sa création… des tas d’options vous sont ouvertes… dont celle de vous ressourcer cet été…

    les paroles s’envolent…

  111. @Paul,

    je crois que vous ne soupçonnez pas l’ampleur de l’effet boule-de-neige de ce blog.
    Il fait de chaque lecteur assidu, un vecteur, à son niveau des idées et arguments ici présentées.

    On y puise aussi des arguments qui nous permettent de ridiculiser les pontifiants les plus en vue.

    Tout ça met du temps, est incertain, fragile. Mais c’est l’essence même d’un réseau de résistance.

    Ce blog est la mauvaise conscience de l’oligarchie et de ses larbins.
    C’est aussi un camp d’entrainement, tout comme un arsenal intellectuel.

    Absolument indispensable.

    1. Quand je vous ai aperçu réciter quelques un de vos incontournables en pardessus couvre-chef et lunettes noires assis sur un mur les jambes ballantes laissant voir des chaussettes espiègles, libre et vivant, incognito, je me suis dit hou la la, ya de l’impatience et du marin dans l’air.
      Merci Paul. Bonne route et bonne continuation.

      1. Je suis d’accord.
        Ce blog me permet d’apprendre à argumenter. C’est un espace virtuel d’entraînement.

  112. Merci monsieur jorion, au début lorsque je vous lisais, vous et monsieur Leclerc, je ne comprenais pas l’intégralité de vos propos. Je progresse tous les jours. Continuez Votre Travail d’Intérêt Général. Votre analyse sera bientôt indispensable. Prenez soin de vous.

  113. Mr Jorion,

    Je crois qu’on ne peut bien faire une chose que si l’intention qui la soutient est noble et librement choisie.

    L’important est la sincérité,l’implication et l l’application avec lesquelles ,nous transmettons nos messages, informations.La façon dont ceux-ci sont reçus ne nous appartient pas.

    Arrêter,continuer,c’est une saine question que nous devrions tous nous poser régulièrement pour assurer notre continuité dans l’intégrité et préserver une pleine fidélité au Soi (la plus haute trahison est de se trahir soi-même car cela introduit le mensonge qui mène droit aux souffrances).

    Quelle que soit la suite que vous donnerez à votre parcours de vie,il est indéniable que vous continuerez ,selon vos propres particularités,à semer des petites graines d’éveil dans les consciences endormies.Telle est votre voie comme celle de beaucoup de ceux qui, ayant élargi leur vision ,sont dans l’impérieuse nécessité de partager leurs découvertes au nom du bien commun.

    Vous êtes un homme estimé et estimable,un de ceux dont l’humanité a tant besoin en ces temps de crises.Quelle que soit la forme que vous donnerez à l’expression des nobles valeurs que vous incarnez,elle ne manquera jamais sa cible qui est d’accomplir pleinement la part qui vous revient au sein du grand Tout.

    Pour cela,je vous remercie car c’est à travers des personnes telles que vous que la noblesse de l’homme ne sera jamais perdue.Quelles que soient les menaces que quelques esprits pervers fabriquent pour nous piéger dans l’illusion,la peur et le déshonneur,vous êtes de ceux qui témoignent que l’on peut rester droit dans un monde tordu .Telle est La vraie force et elle n’est pas puissance ni domination brutale.Elle est partage et incitation à s’affranchir de ce qui,de toute évidence, dessert La Vie…

  114. Toutes mes félicitations à Paul Jorion et son équipe, son blog et tous ses blogueurs/lecteurs!
    …et surtout : bonne continuation !!

  115. Jorion annonçait – quoi déjà ? le royaume ? la fin ? l’agonie ?- et c’est son blog qui survint.
    Le problème n’est pas la durée de ce blog, mais la découverte, par dévoilements successifs, d’un système qui se réforme à coup d’artifices, de vieilles rustines et de bouts de ficelle. Et qui le fait avec un succès relatif car il n’est au fond constitué que de vieilles rustines et de bouts de ficelle, et ce depuis son émergence. Un peu comme ces poupées d’Europe centrales faites de fils, chiffons, plumes et n’importe quoi vaguement reliés ensemble.
    L’agonie de Frankenstein, la créature, peut durer infiniment puisqu’elle lui est consubstantielle.
    A vos fourches, péquenauds ! A vos torches ! Assiégeons le château du mal ! Mais sachons que la bête saura renaitre de ses cendres et recoudre ses morceaux épars pour paraitre dans un nouvel épisode…

  116. ce blog est tout simplement un phare dans la nuit qui nous entoure; j’imagine que ça ne doit pas être facile tous les jours-ayant moi même été blogueur pendant un temps, à mon petit niveau, et j’ai pu constater à quel point c’est un investissement ô combien lourd et chronophage…

    J’imagine qu’il faudrait vous dire merci plus souvent, à vous et à M Leclerc, au lieu de le faire uniquement quand il y a un billet comme celui-ci qui paraît…

    Merci Messieurs, vous avez tout mon respect, keep up the good work, ne lâchez pas, le travail paie toujours, un jour viendra où non seulement vous serez entendus, mais aussi écoutés. Et nous avons besoin de vous!

  117. Bonjour Paul,
    je n’ai jamais manqué un seul ‘temps qu’il fait’, je vais tous les jours sur votre blog ou presque, j’ai rattrapé 30 d’ignorance grâce à vous. Certes je ne laisse jamais de commentaire… Sauf aujourd’hui, pour vous dire que je me sentirais orpheline si le blog fermait. Votre blog c’est comme une université populaire. Merci et continuez.

  118. L’utilité d’un tel blog? Je ne suis pas économiste, je n’ai pas fait d’études universitaires, mais comme beaucoup, je cherchais à comprendre des choses que je ressentais confusément, cherchant ailleurs que dans les canaux officiels de l’information des explications aux bouleversements que que je vis et dont je pressens l’aggravation. J’ai lu l’excellent livre de Serge Halimi, « le grand bond en arrière », de vous même « le Capitalisme à l’agonie » , « l’argent ». Difficile mais j’y suis arrivé. Et votre blog, qui est devenu MON blog, qui parfois agace ma chérie quand elle me vois silencieux et attentif entrain de lire , Jorion, Leclerc et tous les autres qui leur répondent. C’est mon université que je n’ai pas eue, et à l’automne de ma vie, j’ai un grand plaisir à apprendre, et encore apprendre. Merci à vous, merci à tous.

    1. Je ressents la même chose.
      Cet espace virtuel est une Agora, ouverte à tous. Un espace d’information à visé universitaire. C’est la preuve que votre mouvement est dans la lignée des grands philosophes. Et au niveau historique l’agora à mené à la démocratie. C’est dire l’importance de ce blog.

  119. Il y a plein d’autres shadocks qui pompent aussi ailleurs sans liens apparents sur ce blog,
    Peut-être moins avec des mots.
    Néanmoins ils pompent.
    Haut les coeurs ? Pompons.

  120. A tort ou à raison, je perçois cet article comme une question de base qui est « A quoi bon ? »
    Déjà, je pense qu’il faut faire la différence entre l’émetteur et le récepteur. Vous produisez un blog, avec vos intentions, vos analyses, vos idées….
    Nous lisons les uns et les autres pour des raisons diverses qui n’ont parfois rien à voir avec les vôtres.
    Par exemple, vous vous étonnez que le niveau de lecture varie en fonction de la bourse.
    Personnellement, je ne boursicote pas, mais les fluctuations de la bourse m’interpellent et me font me préoccuper de la situation économique, et pour un analyse correcte, je viens sur votre site, c’est une de mes premières réactions.
    J’ignore si c’est le cas des autres de vos lecteurs, mais vous ne pouvez pas vous limiter à une lecture directe. Les motivations des gens sont toujours plus complexes qu’il n’y parait.

    Par ailleurs, et si vous doutez de l’intérêt de votre blog, je dois vous dire que récemment, j’ai eu au téléphone une amie désespérée par la situation politique en Italie. Nous avons alors parlé des idées qui se font jour en France sur l’UE et ce qui arrivait sur le plan économique.
    Elle a découvert qu’il y avait un mouvement qui voulait la séparation des banques de dépôt des activités financières.
    J’ai voulu lui envoyer un livre, mais j’ai trouvé trop lourd pour quelqu’un pour qui le français n’est pas la langue maternelle.
    Je lui ai alors indiqué votre blog, plus réactif, plus au fait des choses au jour le jour, plus aisé à lire, et je n’avais rien d’autre à lui proposer, mais cette proposition était pertinente.
    J’ignore si elle va le voir souvent, mais au moins,la solution pour elle comme pour moi, existe pour s’informer sereinement.
    Rien que pour cela, ça vaut la peine que vous continuiez, l’information, c’est le pouvoir et le contre-pouvoir.
    Bravo pour tout ce que vous faites, on ne vous remercie pas assez.

  121. La défense par de Gaulle de l’arme blindée fut mise à profit par l’armée allemande, pas par l’armée française à laquelle elle s’adressait pourtant.
    Sans doute de la même façon le blog de Paul Jorion est-il mieux entendu par ceux qui cherchent à tout prix à rester dans le cadre capitaliste tel qu’il est que par ceux qu’il invite à en finir avec lui…
    Faut-il ruser, raconter des histoires, travestir la vérité pour arriver à ses fins ou s’efforcer toujours, du mieux qu’on peut, de cerner la vérité ? Pour citer une nouvelle fois Kant, toute attitude pour être morale doit être généralisable. Ce n’est pas le cas de la ruse.

    1. D.M-B, Guderian et Lutz ont lu dG (Vers l’armée de métier – travail de nègre pour Pétain à l’origine), mais ce n’est qu’une lecture tardive (1934), leur doctrine sur l’armée blindée était déjà aboutie, le travail ayant été engagé dès la défaite de 18. Les anglais sont bien plus présents, Fuller particulièrement, dans les références du Achtung Panzer de Guderian de 1937 (dG est une citation bibliographique mineure parmi une trentaine).

    2. Les blindés c’était seulement pour gagner des batailles, très insuffisant pour gagner une guerre mondiale. Avec énormément de patience, par des actions d’abord dérisoires, de Gaulle a montré à ceux qui ne voyaient que la défaite de 1940 que cette bataille perdue ne déterminait pas l’issue de la guerre mondiale en cours.

      L’euro monopolise l’attention des médias alors qu’il n’a pas plus d’importance que n’en a eu la ligne Maginot !

      Au contraire le blog permet de relier les mesquines fluctuations de la bourse à l’agitation des politiciens et permet en même temps à ceux qui le souhaitent de comprendre qu’il n’y a aucune chance qu’ils puissent résoudre à Bruxelles un problème qui se pose à une toute autre échelle. Tout comme ceux qui y étaient en 2007, ceux qui sont à la tête des affaires n’ont pas été élus pour résoudre des problèmes de cette envergure.

    3. C’est vrai aussi coté Russe , Toukhatchevsky et l’aviation . Coincidence ?
      Toukhatchevsky lui en est mort .
      Supposons que le bancor soit l’arme de l’avenir . Il faudrait un organisme international pour le
      superviser . L’Internationale est-elle notre avenir ? Immédiat . Il faudrait accepter des compensations entre par ex Afrique et Emirats . Je crains que çà coince là . Entre autres .
      Les Africains pourraient-ils accepter , une vie bucolique traditionnelle , et ignorante du reste du monde . Ils n’en sont déjà plus là , entassés dans des méga-villes sordides pour la plupart , ils cherchent l’issue . Je crains que le bancor ne soit vraiment trop en avance .

  122. Monsieur JORION, merci pour l’ énorme travail accompli via ce blog…et merci de continuer à nous éclairer…

  123. @Paul

    en plus, je me permets de vous rappelez que Moïse, qui n’était pourtant pas la moitié d’un con a prevenu dix fois Ramsés(qui n’était pourtant pas la moitié d’un autre) de catastrophes qui arrivaient toutes sans empêcher l’entêtement fait d’orgueil, de paresse et d’avidité.

    Puis, malgré d’innombrables démonstrations de la puissance de leur Dieu au Hébreux, ceux-ci, râlaient, ergotaient, pleurnichaient, doutaient et se faisaient même un veau d’or dés que Momo a eu le dos tourné.

    La voilà la solution Paul, faites massacrer la moitié du peuple et emmener l’autre 40 ans en balade dans le désert.

  124. J’ai connu des gens tellement impliqués dans leurs entreprises ou leurs associations qu’ils y maintenaient un rythme frénétique.
    Mais au final ils étaient tellement harassés par les contraintes qu’ils s’imposaient eux-mêmes qu’ils ont fini un jour par péter les plombs et tout plaquer brutalement, et bien peu de gens ont compris pourquoi, alors qu’il aurait suffit de relâcher un peu de pression.

    Donc si vous êtes sûr de pouvoir continuer au rythme actuel pas de problème, mais si vous sentez l’usure s’installer, de grâce levez le pied, juste un peu.
    6 jours sur 7 ce n’est pas un prix lourd à payer pour donner plus de longévité à votre action, qui profite à tous.

  125. Attention, tout ce qui suit est très sérieux.

    Le désespoir le disputant à l’espérance et l’espérance au désespoir, un drôle de style s’impose à moi. Il m’est impossible par les temps qui courent de m’exprimer sérieusement. Énième fois que je m’y reprends. Entre aigre-doux, mi raison, mi folie, et un peu trop décousu, confus à mon goût. J’en suis malheureuse car j’aimerais dire mieux, mais vais dire quand même.

    État des lieux:

    Ce billet met le doigt sur une plaie béante. Comme le dit la chanson: c’est quand qu’on va où ?
    La question n’est pas nouvelle, elle est même lancinante ma douce Rosinante.
    L’angoisse à voir disparaître le vaisseau-amiral me semble venir de là. C’est que le sentiment d’impuissance n’en finit pas d’être à son comble moussaillon!

    A suivre, la colère.
    Parlons-en de la colère.

    Elle est ambivalente: côté pile, elle est sèche, mate, dominée par une capacité à passer outre, à garder son sang froid, côté face elle est clownesque, elle m’invente des acéphales en peau de lapin, du libéralism cool, du crazy like to fool Laînéen… pour un monde plus rose, et aussi des images tarantignolesques inavouables, grotesques, avec des bazookas et des perruques qui volent au ralenti sur un air de Faust –Aah je ris de me voir si belle en ce miroir !– merci France 24.

    Sidération et incompréhension demeurent au tableau.
    On meurt de drames humains, on manque de pain.
    Honte à eux !
    Il pleut.
    A ce stade, le désenchantement se mange chaque jour à la petite cuiller.

    Je vais me pendre et je reviens, je pleure de chagrin.

    Et deviens misanthrope aux alentour des indifférences crasses et poisseuses.
    Je pleure de chagrin, encore.

    La peur est de la partie, mais pas trop, enfin, très enfouie, ‘pas les moyens d’avoir peur.
    En fait elle est partout.

    Note: surtout ne pas en rester là, avoir du courage pour deux, pour dix, être vivants.
    Oui, hauts les cœurs !
    La réflexion du jour: Muter est un art. Résolument contemporain. Et vivant.

    Merci pour tout et n’hésitez pas à voler du temps pour dormir, rêver, vous reposer, vous tous autant que vous êtes à maintenir ce blog ouvert. Nul n’est indispensable; je sais je ne crois pas ce que je dis mais c’est le seul moyen dans ces graves cas de tyrannie-là, de se libérer un peu.

  126. Ouf ! J’ai eu peur.
    C’est bien de poser la question, car maintenant je me rend compte de la place que vous occupez.
    Je suis votre blog depuis un an.. C’est très souvent le premier sur lequel je me jette en ouvrant mon ordinateur.
    Le lien que vous avez constaté avec le CAC 40 ne relève pas forcément de votre explication. S’il est vrai que je vais examiner l’évolution du CAC40 tous les jours je ne boursicote pas et je ne pense pas le faire un jour. J’ai certainement gardé la croyance que si la bourse va, l’économie va (croyance peu justifiée maintenant mais on ne se change pas). Et comme je m’intéresse à l’économie et à l’évolution de la société, je puise ici beaucoup d’informations intéressantes et de première main et surtout une vision cohérente de ce qui se passe (même si je ne suis pas toujours d’accord avec vous), ce qu’on peut nommer du sens et c’est ce qui manque beaucoup dans notre monde. En plus vous fédérez beaucoup de gens ayant des choses passionnantes à dire . Bien souvent j’ai trouvé dans les commentaires des idées originales et des liens vers des sites intéressants. Votre blog invite à la réflexion c’est sa grande qualité. Si des gens l’utilisent pour spéculer est- ce une raison pour pénaliser ceux qui en ont compris le rôle essentiel.

    J’imagine que gérer ce blog n’est pas facile et avec en plus toutes les interventions que vous faites à l’extérieur.
    Merci de continuer.

  127. Ouf, vous m’avez fait peur.
    Je ne sais pas pourquoi j’ai eu un moment de panique à l’idée que je n’aurai plus à venir ici pour lire vos interventions de celles de François Leclerc et de tous les autres contributeurs, sans négliger les commentateurs, enfin surtout les commentaires, certains risibles, souriants, énervants, et très souvent qui me permettent de croire que j’y vois mieux.
    Mais tout aussitôt, cette addiction me plonge dans un monde de perplexité et d’interrogation.
    Finalement je suis un addict heureux!

    Je précise que si j’ai pu être un peit épargnant, ayant cru moi aussi, avec quelques actions aider des entreprises (quel naïf j’étais), j’ai depuis quelques années complètement changé et par simple intuition vis à vis de la bourse (bien avant la crise) et par changement de situation personnelle.
    Je fais partie de cette frange de population possédant une solide formation professionnelle, et une non moins solide expérience, mais devenu inutile sur le marché du travail, galérien depuis bientôt 7 ans, avec des moyens modestes (mais finalement on arrive à vivre) qui ne me permettent toujours de vous aider financièrement. je le regrette chaque fois que je viens ici, avec un petit fonds ce culpabilité, à l’idée de profiter sans contribuer.

  128. Je plussoie, vous êtes le premier qui m’a permis de comprendre quelque chose à ce m…. sans nom.
    Vos livres et votre blog me nourrissent depuis 2 ans et demi (à l’époque j’étais chômeur). Alors vive le blog de PJ.
    J’ai présenté vos idées, vos vidéos à nombre d’amis qui essaient de suivre ce qui se passe.
    PS: Ni boursicoteur, ni investisseur je ne suis qu’un quidam lambda.

  129. Alors, le sept jours sur sept, le (presque) vingt-quatre heures sur vingt-quatre, n’est sans doute qu’un prix minime à payer. Haut les coeurs ! On continue !

    86. Jésus a dit :
    « Les renards ont leurs tanières et les oiseaux leur nid ; mais le Fils de l’Homme n’a aucun endroit où poser sa tête et se reposer. »

    le blog n’est pas de tout repos 🙂
    Bonne continuation !!!

  130. Comme pas mal d’autres lecteurs l’ont probablement déjà dit : un grand merci pour le travail accompli par toute l’équipe, et surtout continuez comme ça. Votre blog est une des dernières sources d’informations que je considère comme étant fiables ! Alors bonne continuation !

  131. Un jour viendra où tout s’arrêtera… mais c’est pas pour aujourd’hui.
    Alors, si vous le voulez bien, on en reparlera…

  132. SURTOUT PAS …… Il ne faut surtout pas arrêter ce blog, il en va de MA SURVIE INTELLECTUELLE ET REFLEXIVE……. Et surement pas que de la mienne d’ailleurs….. Alors encore une fois, merci à tous les contributeurs et à vous aussi, bien sur, M JORION…

  133. Non ,pas maintenant Monsieur Jorion…surtout pas maintenant !
    Les « épouvantés » d’aujourd’hui nous ont fait peur pendant si longtemps :
    aujourd’hui en effet ,ces « spécialistes » = économistes,ès politique,ès âneries en tout genre,sont à leur tour dans cette angoisse diffuse dans laquelle est plongée l’Humanité ,aux US , en Chine ,Russie , »Vieille europe »…etc…
    Ils n’ont pas plus de solution qu’hier ,mais pis=
    Ces « Gens là » semblent avoir perdu leur bon sens..???
    Alors,avec beaucoup (Hummmm ! ) d’autres ,dont les affiliés du blog,avec F. Leclerc ,Jérémie,Louise et tous les autres (O. Berruyer i.e..) , RESTEZ ,au nom de l’Assistance à Peuples en danger…
    Merci pour tout ce gigantesque travail,inouï ,accompli et il reste cependant TOUT à refaire en ce bas ,très bas, Monde.

  134. Bien sur qu’il faut continuer ce blog ! Pitie !
    Un des seuls endroits de la toile ou l’on a l’impression d’etre moins bete quand on referme l’ordi. La correlation avec le CAC40 n’est certainement pas issue de la cause que vous donnez. Quand le CAC40 baisse, ca devient le sujet d’actualite principal et les gens curieux veulent comprendre. Pour cela, vos billets, ceux de Mr Leclerc et tout les commentaires sont primodiaux.

    Cette chute sans fin de la finance fatigue tout le monde. Mais vos analyses sont bien relayees, soyez-en sur.

    Si vous fatiguez (ce que je comprends parfaitement), peut-etre qu’une nouvelle formule de blog, moins encadree, avec des articles de presse proposes pour commentaires pourrait vous faciliter la vie…

  135. Bonjour,

    Votre Blog est une oasis dans ce Monde en déliquescence.
    La seule raison et je dirais même le seul droit qui vous permettrait de mettre un terme à son exsistence serait que le Monde se porte mieux.
    Aujourd’hui par certains ici et par moi en particulier vous pourriez être en passe de vous voir accuser de non-assistance à citoyen en danger !
    Continuez avec François Leclerc, Julien Alexandre et tous les autres à nous donner des clefs pour pouvoir mieux appréhender l’Avenir.
    Bonne journée et merci.

  136. Quel soulagement lorsque j’ai lu le titre de votre article et quelle deception à la dernière ligne. ;o)
    Si je me permet, c’est que je te soupçonne Paul d’avoir fait la même chose que pour « un vent d’éspoir se lève » et ça marche!!!
    Avant toute chose j’éspère que tu excusera mon tutoiment. Nous ne nous somme jamais rencontrer et je ne n’ai pratiquement jamais contribuer aux commentaire mais je me sent proche au point de trouver naturel de te tutoyer. N’y vois aucune malice ni manque de respect!
    Et donc comme beaucoup ici n’ayant jamais commenté, cet élèctrochoque là m’ammene à poster.
    J’ai t’ai apporter en guise de présent un joli paquet d’explosif que tu utilisera à ta convenance.
    Mais je voudrais avant tout te remecier ainsi que toute l’équipe, te dire que la confiance que j’ai en toi ne c’est pas faite en un jour et enfin que de casser les habitude, se remettre en cause, pratiquer le paradoxe comme socrate ne peut être que bénéfique.
    Comme tu ne me connais pas je vais me présenter un peu. Je répare des objet qui date d’ aussi loin que le XVIIème. J’ai trente ans, j’ai eu un portfeuille d’action que j’ai commencé à soldé en mai 2008 parce que je trouvais que le marcher « puais ». Je n’en ai plus depuis mais l’experience fut enrichissante.
    Juste une petite remarque au passage. Je salut ton courage à lire tout les commentaires et je pense que si chacun avant de poster devait lire tout les message précédent (ce que j’ai fait) la liste serait certainement un peu plus courte.
    AH je te voit t’impatienter de débaler ton cadeau. Le voici, ce n’ai qu’un petit aphorisme de nietsche n°235 dans humain trop humain:
    « GENIE ET ETAT IDEAL EN CONTRADICTION
    Les socialistes désirent établir le bien-être pour le plus grand nombre possible. Si la partie durable de ce bien être, l’état parfait, était réelement atteinte, le bien être détruirait le terrain d’où naissent la grande intelligence et généralement l’individualité puissante: je veux dire la puissante énergie. L’humanité serait trop inerte, une fois cet état réalisé, pour pouvoir produire encore le génie. Ne faudrait-il donc pas souhaiter que la vie conserve sa violence, et que forces et énergies sauvages soient sans cesse de nouveau incitées à naître? Or la chaleur du coeur et la commisération veulent la supression de ce caractère violent et sauvage,et le coeur le plus ardent que l’on puisse imaginer serait aussi celui qui la commanderait le plus passionnément: et pourtant c’est justement de se caractère sauvage et violent de la vie que sa passion a pris son feu, sa chaleur, et jusqu’à son existence; le coeur ardent veut donc la supression de son fondemment, l’anéantissement de lui même: il veut donc quelque chose d’illogique, il n’est pas inteligent. La plus haute intelligence et le coeur le plus ardent ne peuvent donc coexisterdans une seule personne,et le sage qui porte un jugement sur la vie se met au dessus de la bonté pour ne la considérer que comme une chose dont il faut faire abstraction dans le calcul total de la vie. Le sage doit s’opposer à ces souhait extravagants de la bonté inintelligente parce qu’il s’agit pour lui de la persistance de son type et de la production finale de l’intelligence supérieure; du moins, il n’aura pas le désir de voir se fonder l' »Etat parfait », étant donné que des individus inertes seuls y auront place. Christ, au contraire, qu’il nous plait de considérer comme le coeur le plus ardent, favorisait l’abêtissement des hommes, se mettait du côté des pauvres d’esprit et arrêtait la production de l’intelligence supérieur : c’était logique. Le type opposé, le sage parfait (on peut bien le dire d’avance) sera nécessairement aussi opposé à la production d’un christ. (L’Etat est une habile organisation pour la protection des individus les uns contre les autres : si l’on exagère son ennoblissement, il arrivera enfin que l’individu sera affaibli par lui, voire dissous) qu’ainsi le but original de l’Etat sera anéanti de la façon la plus radicale. « 

  137. « le nombre de visiteurs du blog est cependant si évidente qu’elle en devient comique et suggère que c’est l’inquiétude des investisseurs à la petite semaine qui fait le succès du blog »

    Vous avez raison pour quelques uns sans doute mais l’inquiétude inversément corrélée aux bourses est aussi et surtout ( au vu du nombre de non investisseurs que je connais comme fréquentant ce blog) celle de gens de plus en plus nombreux inquiets non pour les avoirs qu’ils n’ont d’ailleurs pas que pour tenter de comprendre et d’apaiser le sentiment angoissant qui monte : demain que sera ce monde pour mes enfants ( pour les plus âgés) et/ou y at’il encore un avenir demain pour moi ( les plus jeunes)?
    Tout le monde, en ce compris les non investisseurs, entend chaque jour les infos sur le CAC qui dévisse ou remonte, cela ne signifie pas automatiquement une peur ou une espérance d’investisseur.

    Bonne journée.

  138. Bonjour Paul,

    Oh combien je vous comprends. Cinq ans c’est effectivement très long. C’est le temps de la mise en place d’une crise, et des remèdes destinés à étouffer la démocratie en occident.
    Ceux qui sont aux manettes ne l’oublions pas, dirigent non pas des pays mais tendent de plus en plus à vouloir régir la planète entière.
    La diversité des niveaux sociaux des habitants de la planète devait être régulée, ils sont occupés à le faire et d’ici « un certain temps » les esclaves asiatiques seront sans doute un peu moins esclaves et les occidentaux « libres » verront leur statut sans doute assez proche de celui des nouveaux prolétaires d’asie. Cette masse de population sera à l’avenir le paramètre d’ajustement des besoins des quelques millions d’individus (sur des milliards) qui seront les maitres de la planète (le monde c’est une autre histoire).

    Expliquer est un chose, choisir ou/et accepter en sont d’autres.

    Le blog explicatif, à sans doute fait la plus grande partie de son temps. Reste à voir si vous aurez
    l’énergie, le courage et/ou la folie de vous lancer dans quelques chose d’autre, sans doute plus politique au sens noble de l’acception, càd la gestion de la cité planète.

  139. Il y a aussi que Paul commence à être violemment attaque. Mais AMHA les attaques sont le signe qu’il y a beaucoup de choses bonnes à prendre dans ce blog et dans les livres. Merci de continuer. Si c’était sur un rythme moins soutenu, je comprendrais et m’en contenterais. Mais merci de continuer!

    1. Non, il n’y a quasiment aucunes attaques à l’égard de Paul ou du blog. Les quelques clowns qui officient sur le web en se faisant de la pub en utilisant le nom de Paul ne sont qu’une petite poignée, et ils se connaissent tous, c’est un mouvement coordonné. La seule chose qui les intéresse, c’est de perpétrer le mythe « créationniste » des banques commerciales qui créeraient de l’argent, car cette vieille lune d’extrême-droite est le fondement de leur idéologie réactionnaire.

      Après, il peut y avoir des débats ici ou là dans les médias, mais c’est autrement plus sain.

    2. « Quand un génie véritable apparaît en ce bas monde, on peut le reconnaître à ce signe que les imbéciles sont tous ligués contre lui. »
      Jonathan swift

  140. Voilà une question facile !

    Faut il arrêter le blog, la réponse est « non ». Pourquoi ? Au moins parce que j’aime lire ce blog.

  141. Monsieur Jorion,

    bien des jours je me demande comment vous faites pour faire face à tout ce que vous décrivez…
    Le temps, l’énergie, l’enthousiasme que vous consacrez à toute cette entreprise…

    Et quelle entreprise : aller de l’avant, ouvrir les yeux, comprendre, sentir, expliquer,voyager,se battre avec intelligence contre une masse de naïfs et ou de malveillants, faire réfléchir tout le monde……. !!!!!

    C’est incroyable!

    Continuez, continuons si vous le voulez bien…

    Il me semble que rien n’est plus important ni plus urgent.

    MERCI à tous ceux qui vous entourent et à tous les lecteurs et participants!

    (J’ ai eu peur moi aussi.. Pfffuit! )

  142. Le changement ne viendra que lorsque la goutte qui fera déborder le vase fera que nous serons trop nombreux dans la rue pour que rien ne change.
    Votre blog remplit peu a peu le vase de la colère des gens face à la réalité qui leur est la plupart du temps cachée. Il est donc indispensable.
    C’est surtout à vos lecteurs de se mobiliser dans les associations et les partis politiques qui mettront en oeuvre le changement, plutôt que le guerre que l’on sent poindre comme par le passé après des crises similaires à celle que nous vivons aujourd’hui.

  143. Comme la plupart des intervenants sur ce sujet, j’avoue avoir eu un moment de « heeeeeiiing ??? » résonnant dans la tête. Heureusement, je suis arrivée assez rapidement à la conclusion, qui m’a fait pousser un petit soupir de soulagement.

    Plus sérieusement :

    – tenir un blog (ou un forum) avec ce nombre d’intervenants, avec la relecture des commentaires (indispensable) préalable à la publication pour assurer qu’un socle de base de correction et de respect sont bien là – rien que ça, sans compter l’écriture des articles – représente un boulot de dingue. On a beau être plusieurs, être une équipe, c’est éreintant. C’est fatiguant, parce qu’on n’est pas toujours confronté qu’au meilleur. Il n’y a même pas besoin d’aller chercher les trolls ou les lauréats de points godwin : il suffit de voir quand les intervenants se lâchent un peu, se défoulent un peu, font de l’humour ou du bruit juste « parce que » – c’est bien humain, j’ai eu (et je rechute de temps en temps) une période « bruit », ça peut être très marrant, pour soi et pour ceux avec qui on joue, mais souvent moins pour les autres. Enrichir l’équipe de modérateurs, c’est aussi très compliqué : d’une part, il faut être sûr des personnes que l’on recrute, et ça, ce n’est ni immédiat, ni facile, et, d’autre part, il faut que ces personnes soient 1) intéressées par la chose, très contraignante et consommatrice de temps et d’énergie, et 2) disponibles pour ce faire. Pour avoir co-modéré un forum comportant plus d’une centaine d’intervenants réguliers pendant quelques mois, je pense pouvoir imaginer ce que ça représente (et encore, on laissait la publication libre, on repassait après).

    – l’impression de prêcher dans le désert (pour faire un raccourci un peu lapidaire) : je pense que toutes les personnes qui travaillent (pas nécessairement avec salaire) dans l’associatif, le social, le syndicalisme, le politique connaissent ça. Je pense aussi que c’est un sentiment qu’il faut absolument dépasser et que, même quand on l’a dépassé une fois, il peut revenir vous hanter à intervalles réguliers ou en fonction de la fatigue du moment. C’est sûr, on ne changera pas le monde à nous tous seuls. C’est sûr, on ne provoquera pas la révolution de pensée ou les bouleversements dont on rêve. D’ailleurs, ceux qui ont le plus de pouvoir pour y contribuer sont ceux qui ont le plus intérêt à ce que cela n’arrive jamais. Donc, ce sont bien ceux qui ont le plus intérêt à non seulement faire la sourde oreille, mais aussi et surtout combattre en niant, ridiculisant, dénigrant, etc. « Spin », c’est le maître mot, malheureusement. Mais, tout de même, une lueur d’espoir dans tout ce marasme : si on ne change pas fondamentalement les choses, on y contribue. On fait réfléchir les autres, on sème des graines, et on espère qu’elles donneront un jour des champs de fleurs magnifiques. C’est ce que fait ce blog. Il apporte de la matière, il nourrit les réflexions, il ouvre les esprits et les perspectives. Il permet le débat et l’alternative. Dans le monde d’aujourd’hui encore bien plus que dans celui de hier – élément paradoxal alors que les moyens de communications sont toujours plus nombreux et plus riches – c’est un élément vital, dans un univers où la pensée unique domine, écrase et nie aux autres le droit d’exister, et même d’être pensées.

    – comme tous ceux qui l’ont écrit avant moi, je pense que le lien entre les soubresauts du CAC40 et celui de la fréquentation du blog n’est pas celui que vous dites. Lire ce blog, les articles et les commentaires, est un exercice qui demande du temps, et du « cerveau disponible ». Souvent, on en manque. Souvent aussi, les événements médiatisés – et dieu sait que les soubresauts boursiers le sont – font que l’on se secoue un peu et que l’on se dit « allez, je vais aller voir, je vais aller lire ».

    Enfin, parce que – encore une fois – comme d’autres l’ont dit avant moi, dire merci c’est important, et qu’on ne le dit jamais assez (souvent parce que l’on pense que c’est évident et implicite) :
    Merci à vous, merci à tous les auteurs de billets, merci à toute l’équipe de modération pour le boulot fatiguant, éreintant, répétitif et parfois assommant, surtout quand les intervenants sont de mauvaise humeur et que les parties de ping-pong entre les uns et les autres doivent donner envie à nos modérateurs de s’arracher les cheveux ! 😉

    1. Merci pour votre commentaire, qui montre que « la capacité d’engagement » est aussi une valeur d’un grand nombre de blogueur.

  144. En revanche, Paul Hermant, cet autre point de repère de la navigation internet, et qu’on entendait aussi à la radio, et qui nous empêchait de couler dans l’insignifiant, hélas, arrête sa chronique. http://goo.gl/uaOAs

  145. Je ne sais pas trop où je suis, ni quand je suis, au quotidien. Mais je suis avec vous de tout coeur.
    Je ne suis pas un « assidu » mais j’ai appris tant de choses dans ce blog! Il a accompagné ma propre transition concernant ma vision du monde. Il m’a servi de portail d’entrée dans un univers , donner des outils qui me permettront désormais à me débrouiller ailleurs, puisqu’il faut bien penser qu’il y aura un après. Je suis aussi parfois abbattu car j’ai du mal à le partager autour de moi et j’observe aussi, comme chacun, les guignols aux TV qui sont pris au sérieux. C’est long, c’est vrai, depuis env fin 2008 pour moi, quand un argument tient en quelques lignes, qu’il faille des années à le faire passer… Mais plus cela va, plus il y a des gens prêts à entendre, et plus je me sens prêt à leur apporter quelques réponses.

  146. Il y a des risques pour gérer un blog, et notamment celui de publier des commentaires peu qualifiés ou teintés de problèmes personnels des commentataires. Je fais l’hypothèse que de nombreux gens en situation précaire participent au blog de Paul Jorion. Mais un blog comme celui-ci n’est pas concu pour résoudre des problèmes personnels ou pour être le mur des lamentations.

    Je ne participe ici qu’occasionnellement, mon planning est chargé et j’utilise internet de manière économe (je demande pardon pour mes fautes, je ne me relis jamais). Je trouve ce blog se distingue – si l’on fait abstraction d’un certain type de commentataires – par le fait qu’il est un antipoison pour lutter contre le politiquement correct et contre la désinformation.
    Alors oui, je suis pour: continuons!

    1. Je fais l’hypothèse que de nombreux gens en situation précaire participent au blog de Paul Jorion. Mais un blog comme celui-ci n’est pas concu pour résoudre des problèmes personnels ou pour être le mur des lamentations.

      Certes mais les commentaires du genre que vous évoquez ne saturent pas le blog. On y trouve de temps à autre un soupir de l’âme. Mais si le coeur y tient le centre, la tête est bien au sommet.
      La modération y fait un travail soigné pour un jardin à l’anglaise. Evitant à bien d’entre nous de dépasser les bornes ou de se tourner en ridicule, traquant l’esprit de polémiques creuses.

      Certains reprochent à ce blog la forte imprégnation de la personnalité de son propriétaire, ça fait rigoler. Car quoi de plus naturel, pour un espace privé ouvert au public………mais privé…………mais ouvert au public…mais privé.

      Ce blog n’a rien de sectaire , il ne promeut aucune idéologie, tout en étant de forte utilité public.
      On y fait la part belle à cette humanité qui est notre dans toutes ses dimensions , en même temps c’est le blog d’un anthropologue. Le coeur y a bien souvent des raisons que la Raison n’ignore pas.

      L’expression « cerveau collectif » lui va bien, cerveau certes mais pas dans un bocal.

      Voilà pourquoi j’aime ce lieu.

    2. Ah bon, le fait que des gens en situation précaire viennent écrire sur le blog ça vous démange et vous gratouille ? Font pas partie de vôtre clientèle ceux-là ? Sûr que non, mais le fait de pouvoir s’exprimer cela peut permettre d’éviter un geste fatal et définitif, non ? Dit autrement ce blog a l’inestimable avantage de servir de soupape de sécurité pour certain ; vu les commentaires laissés à la suite de ce billet. D’ailleurs, personne est obligé d’écrire selon des normes, suffit de trouver un équilibre entre émotion et raison pour ne pas alourdir inutilement le travail de la modération. T’façon la vie est pas une recette de spécialistes et on peut très bien rechercher son prochain (précaire) dans un horizon fort limité.

    3. T’ain ,camarade …quelle suffisance !
      Révise tes math, ds un système complexe, …………. , ce sont les « bruits » qui structurent le signal et lui confèrent sa stabilité .

      1. @ kercoz,
        Je suis perplexe… Un excès de bruit m’oriente en effet vers le chaos. Par contre une organisation des bruits me transporte dans la complexité !

      2. @ Lac :
        Je prends le sens « elec » du terme bruit , a savoir signaux parasites ,marginaux ….
        C’est parce que notre coeur ne bat pas régulierement que l’espece humaine (ou autre) est rencore vivante ..L’ arythmie oblige le système de régulation a fonctionner en permanence pour rectifier les perturbations , ce qui permet un redémarrage lors d’ un defaut plus grave.

  147. Avant que vous ne sabordiez le bateau , laissez moi descendre une chaloupe .
    Vous situez l’apparition du capitalisme en 1870 , c’est original un adepte de l’intelligence artificielle (qu’il appelait dialectique matérialiste ) le situait avant , dans un ouvrage célébre , méconnu de son vivant , le Capital . Il concluait …et tout çà se résoult par la lutte des classes , je traduis librement par… l’intervention de l’état . Ensuite par une loi de la pensée établie par un autre grand adepte de l’IA à sa maniére un certain Hegel , il doit y avoir négation de la négation .
    Selon la logique d’Aristote ce serait retour au capitalisme , selon celle de Hegel c’est autre chose ,çà ressemble à de l’alcool mais ce n’est pas de l’alcool .
    Cette IA de Hegel ,( idée absolue , méme initiales que Intelligence artificielle , c’est drole !) donnait des résultats étranges , en science .
    Ainsi un astronome de l’époque pointe son télescope dans telle direction , pour y découvrir une planéte (selon la loi de Bode) , Hegel , catégorique ‘ y a pas de planéte ! ‘ . On ne trouve pas
    de planéte en effet , mais une ceinture d’astéroides (planéte éclatée ?) . Qui a raison ?
    Sur un autre point c’est patent que ce n’est pas Hegel qui a raison (et çà révéle une grave confusion , à mon avis , parce qu’elle porte sur les contradictoires ) il s’agit de la répartition des forces sur un point qui décrit un cercle . Pôur Newton , la physique et méme les maths ( si l’on note l’angle qui sépare des dimensions , ou le fameux nombre i ) Ces forces sont orthogonales entr’elles Hegel soutient mordicus l’existence d’une force centripéte et d’une force centrifuge . Il n’ a pas tord sur l’existence de ces forces , sauf que ce n’est pas le sujet .
    Je veux dire par là que quoique doué d’une grande force de pénétration d’esprit la perception
    du réel peut se faire à contre-sens .

  148. Alors, le sept jours sur sept, le (presque) vingt-quatre heures sur vingt-quatre, n’est sans doute qu’un prix minime à payer. Haut les coeurs ! On continue !

    OUF!
    Vous m’avez fait une de ces peurs!
    Non ce blog n’est pas une drogue, mais un rituel quotidien comme ouvrir ses volets chaque matin sur un jour nouveau.

    De tout coeur merci à toute l’équipe et autres participants qui font la richesse du lieu.

  149. Merci de poursuivre!
    Je ne suis pas investisseur mais poète et c’est d’autant plus intéressant!
    Bonne continuation
    stephanos

  150. Ce blog est une source reconnue d’utilité publique. J’en boit un peu chaque jour, je préfère ça à l’eau du robinet. Keep on going cause it’s worth it !

  151. On cite beaucoup ,Sun tzu pour l’art de la guerre . En Occident la référence qui s’impose c’est
    Von Clausewitz . Pour ce théoricien de la Ganz Krieg , la guerre totale le premier facteur c’est le moral .
    Si l’on suit au jour le jour les événements financiers une impression domine : il y a de quoi aller se pendre dans les chiottes . J’ y vois pour cause un énorme décalage entre l’inertie du bateau et les mouvements de la barre , mais aussi un décalage de plusieurs mois , sinon plusieurs années entre ce qui est perçu par les plus informés ou lucides et les titres de presse .Pour un spéculateur c’est la matiére méme de sa réussite .
    Rien qu’aujourd’hui par exemple on ne peut qu’étre effaré par l’écart entre les résultats du sommet Européen et les cours des banques qui gagnent entre 7 et 8% ! Alors qu’au point de
    vue fondamental rien n’est réglé mais pire l’euro ne peut à terme que descendre , comme les cours de l’immo base de tous le systéme .
    Il y a plus , car certains cours sont manipulés et , ce , manifestement dans un but moral , le
    pétrole et le gaz en particulier . Hier le cours du Brent qui concerne plutot l’Europe s’est effondré
    au moment méme où tout laissait supposer une hausse , et celui du gaz a fait exactement l’inverse ! Chacun comprend bien que ces cours importent pour ce qui est de la croissance .
    Qui plus est ont un rapport avec ce qui se passe en Syrie ,en Gréce et en GB , bref sont au coeur des perspectives Européennes .

  152. Même DIeu s’est reposé le 7ème jour …
    7 jour sur 7 , 24 h sur 24 , c’est un trés bon régime pour qui veut péter les plombs.
    Sinon , il y a une alternative , qui consiste à prendre du recul , comme les vacances par exemple.

    C’est tout le bien que je vous souhaite , car mieux que le chant des sirènes des groupies, la nécessécité de durer s’impose , ne serait que pour vivre une vie , pas seulement professionnelle , mais de famille.
    Tonton béber vous salue.
    http://www.dailymotion.com/video/xrthbs_la-sante-des-patrons-inquiete-et-fait-l-objet-d-etudes_news

    1. ² , ne serait que pour vivre une vie , pas seulement professionnelle , mais de famille.

      Il va de soi que c’est prioritaire. Toute entreprise saine respire entre activité et repos. De la théorie à la pratique il ne manque que des vacances.

      Même DIeu s’est reposé le 7ème jour …

  153. Je m’associe au chorus qui demande que votre blog continue, même s’il est nécessaire qu’il ne devienne pas un chemin de croix pour vous et ceux qui vous aident. A propos du « rationnel » dont il est question dans votre intervention, le « rationnel » n’a rien n’a voir avec le raisonnable dont on a maintenant besoin, comme le « légal » n’a rien à voir avec le légitime, comme le »juste » avec l’équitable.

  154. ouais bon c’est évident que la machin économique est mort, mais qu’est-ce que ça peut foutre on a jamais les cartes démocratiques en main du jeujeu

    politiquement c’est ça qui est intéressant historiquement, est-ce qu’on va tirer parti de ce jour de défaite ou non

    est-ce que l’imaginaire collectif universaliste est suffisamment important pour dominer notre avenir humain, pour connaitre un peu plus les asiatiques que les sud américains ou le moyen orient ou même l’europe du nord, je peux vous dire que les asiatiques dans leur grande sagesse ont déjà choisi dans cette optique

    les nations, le groupe sectaire, etc. ça a été toujours été un délire occidental, une des plus gros conneries avec à ordre égal le racisme

    & les asiatiques sont un des moteurs économiques de l’avenir de l’espèce, & le côté dépressif du collectif c’est pas inscrit dans leurs cultures donc c’est plutôt à nous de nous demander si on veut faire parti du prochain bateau des ‘réelles’ nations émergentes

    & pour être honnête jusqu’au bout je ne pense pas une minute qu’au bout de quelques semaines, de quelques mois la large majorité de la population de nos pays ne vas pas se lasser de ce jeu pour enfants débiles auquel nous assistons avec nos régimes de représentants

    plus personne dans les pays occidentaux ne croient aux représentants, on sait tous que notre avenir est démocratique & est numérique, ou dit autrement numériquement démocratique, ou encore démocratie computationnelle ou démocratie par la computation

    on commence à avoir des centaines de milliers d’exemples depuis une vingtaine d’années dans le numérique, comment faire fonctionner des modules démocratiques acentrés, en réseau donc & donc non hiérachique & patriarcal
    le seul échelon qui nous manque est comment mettre en place cette macro économie, dans les petits cadres acentrés & en réseautage, mais c’est juste de la pratique & un peu de techniques

    en attendant oui les imaginaires de la représentativité & de nations s’écroulent, mais quand on analyse un peu ça fait des décennies qu’ils sont mort

    non ce qui est chiant c’est le timing entre les imaginaires qui pour la première fois dans l’histoire humaine ne s’accorde pas, mais c’est normal c’est la même computation qui a permi l’avènement d’un monde numérique qui pousse à l’abîme de vieux imaginaires & ne nous permet pas de faire une transition entre imaginaires

    mais bon l’imagination & le pur esprit créatif qu’est l’homme, devrait pouvoir se sortir de cette mauvaise passe historique, rien d’exceptionnel comme tâche il me semble

  155. Bonjour Paul, Francois, Julien et autres acteurs de cette formidable aventure.
    Adepte de la lecture silencieuse de ce blog depuis presque 3 ans, je me joins aux autres commentaires pour vous remercier de votre considérable travail.
    Je suis donc un lurker de plus sur ce blog, considérant généralement avoir encore trop de choses à apprendre pour que ma contribution apporte qqch, au delà d’une surcharge de travail pour les modérateurs. Je participe de fait aux statistiques de fréquentation (qui valent ce qu’elles valent puisque la relation adresse ip – personne n’est pas bijective).
    Je tiens donc à préciser que je ne boursicotes pas et suis très loin d’être persuadé que la majorité des gens qui viennent ici le fassent dans un but lucratif.

    Si sur le contenu, j’ai tout à prendre et rien à apporter, je me permet de renouveler une vielle proposition au cas où vous envisageriez de modifier le systeme du blog dans le but de vous decharger un peu ou de lui donner une autonomie plus importante.

    Si vous avez d’autres projets où je puisse être utile, je vous en prie faites le moi savoir.

    @Paul.
    Vous avez créé quelque chose qui est devenu bien plus que « le blog de paul jorion » et, je penses, pardonnez mon audace, que le droit d’y mettre fin ne vous appartient plus (sans douter une seconde que vous en ayez le pouvoir).
    Et si le blog vous demande du travail, n’en retirez vous pas plus de chose que vous ne lui en donnez ? N’est ce pas là le meilleur exutoire à la frustration quotidienne qu’implique le décalage entre le temps du systeme monde et celui de l’homme ?
    Je vous conseillerais bien de prendre des vacances, mais je doutes que la tâche que vous menez soit de celles dont on puisse s’affranchir bien longtemps ; me reste donc à vous dire une fois de plus merci infiniment et à vous souhaiter de trouver la force nécéssaire pour continuer, les proches et la nature étant en celà nos meilleurs alliés.

    Respectueusement.

    PS: Merci également pour vos excellents livres qui sont de véritables pierres angulaires sur lesquelles construire une pensée.

  156. Bonjour Monsieur Jorion
    Tout ce que je peux écrire, c’est « bravo », continuez!
    Un tout petit point négatif, si je peux me permettre…
    Pourquoi ne faites-vous pas plus souvent le lien entre économie et énergie?
    Et aussi, pourquoi, dans vos vidéos, alors que vous êtes belge, vous dites soixante-dix-huit (je ne sais même pas comment ça s’écrit) et pas septante-huit?
    C’est un détail, je vous l’accorde 🙂
    Bien cordialement,
    Patrick

  157. Pauvre M. Jorion !

    Au moins 200 accros en pleine déprime, ou pire, si vous vous offrez ne serait-ce qu’une de ces bonnes maladies que l’âge favorise ! Retraite interdite, bien sûr, et même pas droit au repos éternel, St Pierre vous renverrait direct finir le boulot !

    Vous voilà donc totalement aliéné, au sens coco du terme : vous ne vous appartenez plus.

    Vous vous demandez à quoi bon tout ce temps passé par vous, vos collaborateurs et les lecteurs, les commentateurs, les contributeurs… A bon droit, car il est clair que pour l’instant ce travail n’est pas efficace : s’il l’était, les malfaisants qui profitent du système ici dénoncé se seraient manifestés pour faire taire les trublions, avec la subtile graduation de moyens que savent utiliser les mafias (à moins que vous ayez eu la pudeur de ne pas nous inquiéter en nous faisant part de sous-entendus inquiétants, tentatives de corruption ou autres menaces ?)

    Résumons : dans le monde du fric, un emmerdeur vraiment gênant, ça s’élimine. Sinon, c’est qu’il n’est pas vraiment gênant. NB : ce critère d’efficacité peut s’appliquer à tous les enquiquineurs qui se battent contre des intérêts gigantesques et néfastes (tabac, alcools, combustibles fossiles, pesticides etc…)

    Il reste à espérer que les parasites ploutocrates qui sucent le monde sont simplement aveuglés par un sentiment de toute puissance issu du contrôle quasi total de la finance mondiale (et des politiques) obtenu grâce au système des paradis fiscaux, et sous-estiment l’effet à long terme de la prise de conscience de la situation par un nombre croissant de leurs victimes.

    Continuez donc, on ne sait jamais, mais un petit break de temps en temps pour désintoxiquer les disciples et regagner de la liberté ferait peut-être du bien à tous. Bonnes vacances !

  158. Je ne sais plus depuis combien de temps je consulte ce blog, assimilant peut-être la moitié de ce qu’il s’y dit, étant un peu crétin, au moins dans le domaine. Il m’arrivait de commenter de temps en temps, plus pour partager une humeur que pour apporter des idées, puisqu’ignare dans le domaine. J’hésitais toujours, pour ne pas polluer, mais je m’engage à ne plus poster du tout puisque je suis incapable de faire avancer le chemileblique conceptuel, et que ça fatigue l’équipage du blog.

    J’ajoute juste que ce blog m’apporte tout de même beaucoup :
    – apprendre à me méfier de ceux qui critiquent la politique actuelle mais pour en appeler à des formules magiques (eurobonds, planche à billet, dévaluation…).
    – me sentir moins seul dans ma conviction qu’il faut changer le système, et notamment voter dans ce sens

    Il m’arrive de me dire que la faiblesse de ce genre de démarche est peut-être de ne convaincre que des convaincus mais, s’il leur apporte des munitions sous forme d’arguments à utiliser pour en convaincre d’autres, c’est déjà important. Et puis il y a sûrement des indécis qui se laissent convaincre, ou des pro-système intellectuellement honnêtes qui se convertissent. Il paraît qu’une minorité de 20% de conscientisés suffit à faire basculer une société, même si je ne sais plus où mon cerveau avarié a pêché ça.

    Bref, merci à PJ, dont les compétences lui permettraient peut-être de se faire des bonbons en or aux côtés des pirates, ainsi qu’au reste de l’équipage.

  159. M. Jorion,

    loin d’être une adepte, je ne viens que rarement sur votre blog, tout simplement parce que j’ai parfois des difficultés à comprendre. Pour autant, il n’y a qu’ici où je viens chercher l’Information, celle qui me pousse à « élargir mon champ de conscience ».
    Merci de ne pas avoir pris la décision de fermer ce blog !
    Ne pensez pas que l’audience de votre blog infirme le besoin de lire ce qui s’y écrit. Beaucoup ne cherche qu’à comprendre ce qui se passe réellement, mais ils sont tout autant à ne pas vouloir faire l’effort. Et même quand on chercher à faire cet effort, votre belle écriture et vos références historiques, sociologiques, économiques…, ne sont pas à la portée de tous. C’est plutôt ici qu’il faut chercher la raison d’une audience toute relative face à l’importance et l’utilité de vos réflexions.
    Merci à vous de continuer.

  160. Je n’ai ni le cœur ni le temps de lire tous les commentaires, cependant:

    J’ai toujours apprécié le point de vue des divers intervenants, que cela soit P.Jorion, F.Leclerc, M.Leis…
    Je ne suis ce blog que depuis un an, mais je ne comprend pas comment de tels « évidences » se retrouvent bloquées par les questions nationalistes ou électoraliste de nos dirigeants, et encore moins puis-je percevoir l’aveuglement de mes concitoyens
    ( mis à part le mythe des « killer bees » des années Bush qui m’ont conforté dans mon « anti-TV », je n’en ai plus depuis mes 17ans, soit 16 ans de liberté).

    Même si les stats de ce blog ne sont pas au rdv, conservez je vous prie ce blog offrant une vision éclairée et (à mon sens) réaliste, disponible. Trop peu s’insurgent contre les oligarchies et les élus « par défaut » qui ‘revendiquent’ la volonté du peuple.. avec 40% d’abstention en France …

    PS: Je sais bien que ce blog n’ai nullement un « anti-démocratie / élu » je voulais simplement signifier mon resenti contre ces « élus » qui nous mène de sommet en sommet droit au mur que certain aperçoivent depuis des années.

  161. Comme nombre d’autres personnes ci-dessus, il se trouve que c’est la 1ère fois que je dépose ici un commentaire….. Et je ne suis pas non plus boursicoteur, ne l’ai jamais été et ne le serait probablement jamais.
    Si je n’ai jamais écrit ici, ce n’est pas faute de vous visiter car je suis une lectrice sinon assidue du moins régulière;
    Mais pourquoi commenter vu que mon incompétence en questions économiques ne m’aurait pas permis d’enrichir la réflexion commune ….

    Par contre à la lecture de ce billet, je pense avoir quelque chose à apporter, même si c’est minime, à vos interrogations quant aux raisons d’exister de ce blog ….

    Ayant vu les graphiques de corrélation entre visites du blog et évolution du CAC40, il est vrai que c’est saisissant et qu’il y a de quoi se poser des questions ! Je comprends que vous nous renvoyiez la question, à nous lecteurs …
    Toutefois je ne suis pas sûre que la conclusion que vous en tirez (l’essentiel des visites, ce sont des boursicoteurs) soir forcément juste. Je pense qu’il y a un doute quant à cette interprétation.
    Alors bien sûr je repère ce doute avec le regard subjectif d’une visiteuse intéressée (++++) à ce que le blog perdure ; mais permettez que j’expose quelques éléments d’analyse objectifs auxquels j’ai réfléchi ….

    Je propose notamment, face à votre analyse purement quantitative de la corrélation mise en évidence, la possibilité d’une analyse qualitative….. Qui pourrait je pense mettre en évidence d’autres relations de causalité pour cette corrélation des facteurs ; il me semble que l’anthropologue que vous êtes pourrait être sensible à cette hypothèse, non ???

    En l’occurrence, je propose une méthode de type ethnographique (avec moi comme étude de cas)…..
    Je ne vais pas faire ici un exposé de la réflexion et des méthodes, mais croyez SVP que j’ai essayé d’être sérieuse a minima …. genre au-delà de mes souvenirs , j’ai vérifié les dates de connexion dans mon historique internet… !!!

    Je ne suis pas boursicoteuse, je n’ai pas d’intérêt direct aux évolutions du CAC40 (pour info et juste pour me situer en terme de CSP je fais partie des « heureux » potentiels bénéficiaires du RSA) , je suis une lectrice régulière… ou plutôt non pas régulière, mais fréquente…. Je me suis donc interrogée sur ma fréquentation de ce blog. Quand ? comment ? pourquoi ?…
    J’ai constaté au bout du compte qu’il y a corrélation entre le rythme de mes visites sur votre blog et les schémas de fréquentations que vous avez publiés.
    Quelle hypothèse de causalité à cette corrélation, vu que que je ne suis ni boursicoteuse, ni actionnaire-salariée, ni patronne….. enfin bon rien à foutre du CAC40 normalement ! ?????
    Je suggère comme hypothèse d’explication qu’étant par contre très « politisée » (je ne suis pas non plus militante d’aucun parti, seulement sensibilisée et concernée par la politique en tant que citoyenne…. Le genre engagée –un peu- dans l’ESS) je suis très à l’écoute des principaux médias crédibles d’info.
    Lorsque le CAC40 est au moins « stable », ceux-ci ne parlent que peu d’économie… comme je n’ai aucun penchant particulier pour ce sujet, je ne vais pas creuser ces questions.
    Lorsque le CAC se casse la gueule, les medias, même « sérieux » (j’écoute surtout France Inter, pour illustration…. Certains disent qu’il est de gauche…), se mettent à faire parler un max d’ « experts » qui me paraissent tenir un discours on ne peut plus formaté… c’est donc à ces moments-là que , de façon réactionnelle, je ressens le besoin impérieux d’aller lire des analyses alternatives ! Et votre blog est alors mon « outil » réflexe.

    Voici , en résumé, ce qui je pense pourrait expliquer en partie le schéma des visites du blog…. Sans que ce soit majoritairement, ou en tout cas pas que, des boursicoteurs !!!
    Je fais activement partie d’un forum , sans thématique économique, ni positionnement politique partisan, mais carrément axé sur l’engagement des citoyens face à la politique…. Plutôt à gauche quand même, hein, on s’appelle Sarkostique à l’origine !… et j’y ai retransmis votre article, et mon commentaire ; car chaque fois que nous avons un topic lié un tant soit peu à l’économie votre blog figure comme une des sources sérieuses…. Je pense donc que nombre des membres pourrait faire écho à mon témoignage « ethnographique » unique .

    C’est ICI :
    http://sarkostique.fr/index.php?topic=1507.msg34213#new
    En tout cas merci à vous, votre blog dans son ensemble ! Continuez SVP …

      1. Merci Julien !
        Mon explication se veut et se sait modeste …. mais je pense franchement que cette hypothèse n’est pas déconnante ! J’espère que d’autres témoignages la valideront;
        Et je veux croire que l’observateur des pêcheurs de l’île de Houat saura être sensible à sa probable pertinence …..

    1. Je suis d’accord avec vous. L’hypothèse que le CAC40 est corrélé au blog peux avoir de multiple explication.
      Il serait intéressant de sonder les participants pour statuer!
      Autre explication: le CAC est orienté par l’incohérence émotionnelle de la crise économique et les blogueur sont eux aussi contaminés par cette émotion sociale. Leur engagement est donc stimulé soit à trouver de l’information pour se rassurer ou comprendre, soit par la fascination  » de la catastrophe » ( comme les poules qui regardent les feux d’une automobiles), soit à se sentir utile en co-participant aux changement souhaité.

    2. Le CAC 40 continue d’etre pris par les experts, enfin, les charlots de service, pour un « thermomètre » de l’activité économique d’un pays.
      Ces gens la n’ont pas remarqué que:
      -16 0000 milliards de $ n’ont servi qu’a faire remonter le Dow Jones, en laissant l’économie américaine dans la récession.
      -4500 milliards d’euros dans les banques européennes pour un rebond d’euronext ou CAC40.
      Dans le meme temps le chomage en Europe n’a fait qu’augmenter et la recession se généraliser.

      J’espere que vous comprenez pourquoi je les traite de charlots…
      Je n’ai pas besoin de Jorion pour m’en convaincre. Je suis un convaincu d’avance, ce qui est aussi une explication. Non ce n’est pas France Inter qui m’amène ici., mais la recherche d’explication plausible face à l’indigence des charlots. Et ce que fait le CAC40 me désole au contraire! Bref C’est du n’importe quoi spéculatif. Bien malin qui sait l’interpreter. Il faut une boule de cristal, seul instrument valable et largement utilisé par les matheux dans les grandes banques.

      Si vous voulez un « thermomètre » de l’économie réelle, regardez plutot le BDI (Baltic Dry Index).
      Mais les charlots n’en parlent jamais…

  162. Je pense que votre propos: « j’avais raison avant tout le monde » vous dessert. Ceci écrit, continuez à
    avoir raison avant tout le monde et à entretenir votre blog.

    1. C’est vrai que c’est perturbant quand on est habitué aux économistes dont la constante est d’avoir raison APRÈS tout le monde, ce qui eux pour le coup les sert bien. La logique est imparable.

      1. Ce n’est pas le fond qui est jugé mais la forme. Je pense que M. de Sélys veut parler d’arrogance, qui à tord ou à raison n’est pas du meilleur effet lors d’une communication. Ce n’est qu’une humble critique constructive hein… C’est important une bonne communication. Je dirai même, très important 🙂

      2. J’avais bien compris figurez-vous. Et c’est un drôle de renversement des rôles. L’arrogance n’est-elle pas plutôt du côté de ceux qui persistent à se tromper et à ignorer ceux qui ne le font pas ?

      3. Aussi oui. Mais je crois que l’arrogance s’insinue partout et n’a que faire de la raison. Il faut seulement faire attention, ça peut ternir l’image.

    2. Chamailleries de gamins sur boostés au peu qui reste.
      J’ose à peine vous dire faîtes comme bon vous semble : le ring des mots vous éjecte en dehors, terriblement et violemment.
      Argument contre argument = passe temps favori du bourgeois.
      Dommage, pour une future poésie qui reste à inventer.

  163. Simplement merci à toute l’équipe de poursuivre… Il n’y a de toute façon pas beaucoup d’autres lieux pour échapper à la norme.

    BAV
    L »Emmerdeur

  164. Paul , François ( les autres c’est nous )
    Et Julien ( version numérique )
    Merci sincèrement….
    Nous avons des vies monotones,
    Rien dans le coeur, rien dans la main.
    Comme on ne dit plus rien à personne,
    Personne ne nous dit plus rien.

    Nous avons des vies monotones,
    Des maisons vides et fermées,
    Des portes lourdes et blindées
    Que n’ouvriront plus jamais personne.

    Mais comme il faut bien qu’on vive,
    S’asseoir avec le même convive,
    C’est pas le festin qu’on croyait,
    Pas de fusée, pas de vin, pas de sorbet,
    Y’a plus qu’à tirer la nappe à soi,
    Continuer chacun pour soi.

    Nous avons des vies monotones,
    Rien dans le coeur, rien dans la main,
    Comme on n’attend rien de personne,
    On n’a plus réponse à rien.

    Nous avons des vies monotones,
    Entourés d’hommes et de chiens,
    Ceux qui mangent dans notre main,
    Ce sont ceux-là qu’on abandonne

    Mais comme il faut bien qu’on vive
    Ce soir avec le même convive,
    C’est pas la fête qu’on croyait
    Où sont les lumières qui brillaient.
    Y’a plus qu’à tirer la nappe à soi,
    Continuer chacun pour soi.

    Nous avons des vies sans mélange
    Qui s’en iront de tous côtés,
    Raides et droites comme une planche
    Sur l’océan de pauvreté.
    Merci aussi à Gérard Manset

  165. Paul , je n’ai ni intérêt financier ou fiscal mais un grand intérêt pour votre blog qui m’a ouvert les portes d’une réalité soupçonnée , certes, mais imprécise . Grâce à vous et vos contributeurs j’apprends énormément sur cette galaxie tueuse qu’est la finance et j’en fais profiter mon entourage à son grand désarroi.
    Les idées progressent plus vite quand les arguments permettent de les étayer et aident à leur diffusion !
    Un grand merci à tous donc , et que vogue la galère ( bientôt on nous piquera nos rames !)

  166. Ah Ouf!!
    Que de délivrance dans cette conclusion.

    Comment peut on faire pour vous encourager dans votre démarche lorsque l’on à ni les connaissances, ni les arguments nécessaires à contribuer, agiter, titiller, votre pensée ?

    Faire une donation me direz vous ?
    Certes, mais cette donation reste tellement sèche d’encouragement ou de motivation…

  167. @ paul Jorion et son équipe.
    La finalité du blog n’est pas l’économie. Pour que votre engagement perdure,il doit être lié au plaisir. Pas le plaisir de vos lecteurs à dévorer gloutonnement vos informations mais à VOTRE  plaisir. Sans affect positif vous allez probablement produire une rupture dans le « p-graph » du blog. 

    Alors faites attention, mon expérience des crises (dans le domaine de la psychiatrie), montre que les crises sont des aspirateurs à énergie pour ceux et celles qui s’en occupent.

    Concernant ce blog,
    le plus important est l’acte que je viens de faire il y a quelques jours. 
    J’ai eu il y a plus de 20 ans, une histoire conflictuelle avec mon père. Qui n’est toujours pas digérées… Cette semaine je l’ai eu au téléphone et il m’a expliqué qu’il allait passé chez un de ses copains qui possède une petite maison sur Houat. Étonné de cette coïncidence, je lui ai alors proposé de m’y amener dans son bâteau avec ma petite famille… En raccrochant le téléphone j’ai pensé à vous… Et lui ai envoyé le livre de Mr jorion.
    En écrivant ces lignes je suis ému … 
    C’est aussi cela un blog.

    Merci.

  168. Ho paul !
    tu verras que la réponse « on continue! », qui m’a fait trés plaisir, car quel joie de vous lire tous!!!
    Trouvera une autre réponse qui ne sera pas la tienne car les lois liberticides sont déjà mise en place de manière à couper la moindre étincelle: seul le temps qu il maitrise à souhait fera que tu puisses exister demain ou pas .L’outil n’étant pas libre et vérollé vive la coopérative du livre avant farenheit 491si je me souviens bien .Courrage à tous en espérant garder un lien précieux la communication..

  169. Soit vous avez suscité une émulation à votre insu soit la gravité de la crise à éveiller des consciences rebelles à la « financiarisation »

    Ou alors je n’ai rien compris au contenu différencié de vos blogs respectifs. Auquel cas je vous serais reconnaissant de raviver la veilleuse qui sommeille en moi…..
    Sergepsg

  170. Paul, c’est vrai que c’est épuisant de tenir un blog en vue… Et encore, cela ne fait qu’un an, moi, pfiou 🙂

    Mais bon, quand on se rend compte que, modestement, on apporte vraiment de la matière à la réflexion générale – oh non pas par « pur génie » ou « intelligence cosmique », mais par la travail et surtout par une vision sortant des chemins battus et rebattus de la pensée unique, qui rend de pseudo « élites »aveugles à des phénomènes que comprendrait un enfant de 15 ans – on se dit qu’on ne perd pas trop son temps, et que, ma foi, cela peut valoir de coup de continuer, encore un peu…

    En tout cas, ça m’embêterait bien de ne plus lire tes analyses ou celles de François Leclerc…

    Alors bon anniversaire, et courage, le bout du tunnel est en vue – ils ne vont plus arriver bien longtemps à glisser les problèmes sous le tapis… 😉

    Amitiés

    Olivier Berruyer

  171. C’est un peu facile, confortable de dire « vas-y Paul, continue », de courir un instant derrière le coureur le nez dans le guidon dans la montée, pour l’encourager un instant…Alors qu’insuffisamment de lecteurs participent à l’entreprise. J’avoue que moi-même, souvent dans une situation difficile, je n’ai pas versé un rond. Et puis c’est vrai aussi l’année dernière je suis parti au Mexique…Il faut rembourser les traites. On ne fait pas impunément la fête au « Grand Café » comme dirait Trénet.. Qu’est-ce que je peux faire ? Vous inviter dans les Pyrénées cet été ? Euh… à combien vous venez ?

  172. Keep up the good work…. vous êtes peut nombreux a pouvoir expliquer en détail l’actualité economique, financière et politique.

  173. Je suis très TRES en retard. Ce billet m’avait complètement échappé. Parfois je suis complètement accro à votre blog, le consultant trois ou quatre fois par jour, parfois je n’y pense même pas, ou peu et mes soirées se passent à autre chose…
    Je comprends que vous soyiez épuisé de temps à autre et même assez souvent; je me demande comment vous faites. Si ce blog disparaissait j’ai l’impression que ce serait une victoire pour ceux qui nous assiègent. Que vous dire d’autre? A part merci.

  174. Que dire de plus que ce qui a été dit ?
    Ceci est mon premier post sur le Web. Je fais partie de ces innombrables lecteurs qui ne se manifestent jamais. Mais quand il faut y aller, il faut.
    Ma fréquentation est quasi quotidienne, pas tout à fait, et ce billet là m’avait échappé.
    Si l’économie m’a toujours intéressée, je n’y comprenais rien jusqu’à que je m’y mette vraiment.
    J’ai commencé cette « investigation » au printemps de l’année dernière, lors du 2ème «  » »sauvetage » » » de la Grèce. Et j’ai découvert le blog en Août 2011, congés obligent – le mois où la courbe de fréquentation crève le plafond… – à force de chercher à comprendre. Je ne suis qu’une informaticienne lambda, mais avec une soif de comprendre inextinguible. Et là vous m’avez aidé. Sauvée ? Avec vos analyses. Avec le décryptage de François Leclerc. Et dans les liens des commentaires j’ai trouvé le « Triomphe de la Cupidité » de JS ou « La stratégie du choc » de NK (quel choc d’ailleurs ). Et d’autres. Maintenant que j’ai compris, je comprends pourquoi je ne comprenais rien. Comme je dis souvent, quand on ne comprend pas quelquechose, c’est qu’il vous manque une donnée, un paramètre. Et quand il vous est donné, alors tout s’éclaire, et quel plaisir, quelle jubilation !
    J’ai 47 ans. Mon espoir à moi c’est d’oser croire de n’être pas la seule dans ce cas là. Et mon découragement à moi c’est parfois de ne plus y croire.
    Comme vous dites tous, Haut les coeurs !

Les commentaires sont fermés.