FAUT-IL ARRÊTER LE BLOG ?

Le Blog de Paul Jorion, né le 28 février 2007, a aujourd’hui cinq ans et quelques mois.

C’est long pour une entreprise qui exige une veille sept jours sur sept et (presque) vingt-quatre heures sur vingt-quatre. Oui, bien sûr, il y a certainement d’autres manières de conduire un blog, mais celui-ci s’est voulu dès le départ un observatoire et il est arrivé souvent au cours de ces cinq années que nous soyons pratiquement les seuls dans le monde francophone à relayer certaines informations quand elles tombaient le samedi ou le dimanche et que les autres étaient à la pêche à la ligne. Je ne parle même pas de l’interprétation de événements pour laquelle nous avons souvent été longtemps seuls à proposer celle qui serait ensuite confirmée par les faits.

Le but du blog au moment où je l’ai créé était d’alerter devant la montée des périls. Les circonstances avaient voulu que je travaille dans le secteur du crédit hypothécaire américain au moment où la crise prenait son envol, j’étais le témoin d’événements qui me paraissaient porteurs d’immenses bouleversements et c’était un devoir pour moi de témoigner.

Depuis, mes avertissements n’ont pas été entendus ou, s’ils l’ont été, ce ne fut en aucune manière de ceux qui étaient à la tête des affaires en 2007 et qui, étonnamment, y sont toujours. Je dis « étonnamment » parce qu’il est prouvé par là que l’échec a cessé d’être sanctionné dans le monde où nous vivons. On peut parler à ce propos d’« oligarchie », et certains ne s’en privent pas, mais le mot n’arrive pas à trouver sa place dans ma boîte à outils. Ce qu’on explique de cette manière-là me semble s’expliquer de manière beaucoup plus convaincante par les effets d’une religion inventée dans les années 1870 dont l’objet est l’adoration d’un système économique bancal appelé « capitalisme » et dont le discours d’autojustification blindé contre le démenti par les faits, s’appelle lui « science économique ». Si les faits semblent ridiculiser le dogme de cette religion, la réplique qu’elle offre est imparable : soit les hommes ne sont pas suffisamment rationnels et il est impératif qu’ils s’abstiennent du péché d’irrationalité, soit le Grand Satan appelé « l’État » a interféré avec la sagesse infinie des marchés qui assurent la plus grande gloire du dieu « capitalisme » et il faut réduire toujours davantage ses pouvoirs.

Si l’on témoigne en criant « casse-cou » sans relâche et que l’on n’est pas écouté, que se passe-t-il alors ? Cassandre se transforme en Jérémie. Et si Cassandre peut être admirée a posteriori pour la justesse de ses vues, aussi inconfortables soient-elles, les jérémiades de Jérémie, faites d’interminables descriptions morbides de ce qui est en train de se passer, et que tout un chacun peut tout aussi bien observer par soi-même, finissent par lasser.

Ce qui pourrait nous encourager à ignorer ces considérations décourageantes, ce serait l’audience impressionnante du Blog de Paul Jorion, confirmation apparente d’un besoin de lire ce qui s’écrit ici. L’(anti-)corrélation du chiffre du CAC 40 avec le nombre de visiteurs du blog est cependant si évidente qu’elle en devient comique et suggère que c’est l’inquiétude des investisseurs à la petite semaine qui fait le succès du blog alors qu’ils constituent la part de la population la moins susceptible de prêter attention aux conclusions de nos discussions entre blogueurs et commentateurs sur ce qu’il faudrait impérativement changer dans nos institutions, non pas même pour améliorer le monde où nous vivons mais plus banalement pour le sauver de sa destruction pure et simple, que notre espèce s’ingénie pourtant à orchestrer.

La capacité à l’autocritique étant la vertu la moins bien partagée au monde, il est normal qu’elle se trouve pleinement représentée ici. Mais que faire ? Saborder le blog ? Parce qu’il ne suffit pas de reprocher aux autres d’ignorer le démenti par les faits ou de négliger la sanction par l’échec, si l’on entend faire la même chose quant à soi.

J’en suis là de ma réflexion depuis plusieurs semaines, voire plusieurs mois. Je ne me ferme pas pour autant aux messages que le monde nous adresse. Aussi quand je retrouve (même si c’est « enfin ! ») la teneur des avertissements de mon livre annonciateur de la crise (La crise du capitalisme américain – 2007, terminé d’être écrit en 2005) dans un rapport de l’OCDE ici, dans une petite phrase là de Mervyn King à la tête de la Banque d’Angleterre, dans le nouvel angle d’attaque de Joseph Stiglitz là encore, je me dis que le temps de réponse nécessaire aux choses qui nous préoccupent est peut-être en effet de cinq ans, et que l’impatience des individus ne représente aux yeux de l’histoire qu’un obstacle de plus pour que le nouveau puisse advenir là où il est attendu et espéré par le plus grand nombre.

Un mail reçu hier, qui suggère lui que mes propos considérés comme « ahurissants » il y a deux mois à peine sont déjà dans l’air du temps ou, hier encore, le relevé du chiffre des ventes de mes cinq livres consacrés à la crise, montrant que chacun a fait mieux, voire beaucoup mieux, que le précédent, sont autant d’informations allant dans le même sens et se renforçant l’une l’autre.

Alors, le sept jours sur sept, le (presque) vingt-quatre heures sur vingt-quatre, n’est sans doute qu’un prix minime à payer. Haut les coeurs ! On continue !

Partager :

298 réflexions sur « FAUT-IL ARRÊTER LE BLOG ? »

  1. Merci de poursuivre!
    Je ne suis pas investisseur mais poète et c’est d’autant plus intéressant!
    Bonne continuation
    stephanos

  2. Ce blog est une source reconnue d’utilité publique. J’en boit un peu chaque jour, je préfère ça à l’eau du robinet. Keep on going cause it’s worth it !

  3. On cite beaucoup ,Sun tzu pour l’art de la guerre . En Occident la référence qui s’impose c’est
    Von Clausewitz . Pour ce théoricien de la Ganz Krieg , la guerre totale le premier facteur c’est le moral .
    Si l’on suit au jour le jour les événements financiers une impression domine : il y a de quoi aller se pendre dans les chiottes . J’ y vois pour cause un énorme décalage entre l’inertie du bateau et les mouvements de la barre , mais aussi un décalage de plusieurs mois , sinon plusieurs années entre ce qui est perçu par les plus informés ou lucides et les titres de presse .Pour un spéculateur c’est la matiére méme de sa réussite .
    Rien qu’aujourd’hui par exemple on ne peut qu’étre effaré par l’écart entre les résultats du sommet Européen et les cours des banques qui gagnent entre 7 et 8% ! Alors qu’au point de
    vue fondamental rien n’est réglé mais pire l’euro ne peut à terme que descendre , comme les cours de l’immo base de tous le systéme .
    Il y a plus , car certains cours sont manipulés et , ce , manifestement dans un but moral , le
    pétrole et le gaz en particulier . Hier le cours du Brent qui concerne plutot l’Europe s’est effondré
    au moment méme où tout laissait supposer une hausse , et celui du gaz a fait exactement l’inverse ! Chacun comprend bien que ces cours importent pour ce qui est de la croissance .
    Qui plus est ont un rapport avec ce qui se passe en Syrie ,en Gréce et en GB , bref sont au coeur des perspectives Européennes .

  4. Même DIeu s’est reposé le 7ème jour …
    7 jour sur 7 , 24 h sur 24 , c’est un trés bon régime pour qui veut péter les plombs.
    Sinon , il y a une alternative , qui consiste à prendre du recul , comme les vacances par exemple.

    C’est tout le bien que je vous souhaite , car mieux que le chant des sirènes des groupies, la nécessécité de durer s’impose , ne serait que pour vivre une vie , pas seulement professionnelle , mais de famille.
    Tonton béber vous salue.
    http://www.dailymotion.com/video/xrthbs_la-sante-des-patrons-inquiete-et-fait-l-objet-d-etudes_news

    1. ² , ne serait que pour vivre une vie , pas seulement professionnelle , mais de famille.

      Il va de soi que c’est prioritaire. Toute entreprise saine respire entre activité et repos. De la théorie à la pratique il ne manque que des vacances.

      Même DIeu s’est reposé le 7ème jour …

  5. Je m’associe au chorus qui demande que votre blog continue, même s’il est nécessaire qu’il ne devienne pas un chemin de croix pour vous et ceux qui vous aident. A propos du « rationnel » dont il est question dans votre intervention, le « rationnel » n’a rien n’a voir avec le raisonnable dont on a maintenant besoin, comme le « légal » n’a rien à voir avec le légitime, comme le »juste » avec l’équitable.

  6. ouais bon c’est évident que la machin économique est mort, mais qu’est-ce que ça peut foutre on a jamais les cartes démocratiques en main du jeujeu

    politiquement c’est ça qui est intéressant historiquement, est-ce qu’on va tirer parti de ce jour de défaite ou non

    est-ce que l’imaginaire collectif universaliste est suffisamment important pour dominer notre avenir humain, pour connaitre un peu plus les asiatiques que les sud américains ou le moyen orient ou même l’europe du nord, je peux vous dire que les asiatiques dans leur grande sagesse ont déjà choisi dans cette optique

    les nations, le groupe sectaire, etc. ça a été toujours été un délire occidental, une des plus gros conneries avec à ordre égal le racisme

    & les asiatiques sont un des moteurs économiques de l’avenir de l’espèce, & le côté dépressif du collectif c’est pas inscrit dans leurs cultures donc c’est plutôt à nous de nous demander si on veut faire parti du prochain bateau des ‘réelles’ nations émergentes

    & pour être honnête jusqu’au bout je ne pense pas une minute qu’au bout de quelques semaines, de quelques mois la large majorité de la population de nos pays ne vas pas se lasser de ce jeu pour enfants débiles auquel nous assistons avec nos régimes de représentants

    plus personne dans les pays occidentaux ne croient aux représentants, on sait tous que notre avenir est démocratique & est numérique, ou dit autrement numériquement démocratique, ou encore démocratie computationnelle ou démocratie par la computation

    on commence à avoir des centaines de milliers d’exemples depuis une vingtaine d’années dans le numérique, comment faire fonctionner des modules démocratiques acentrés, en réseau donc & donc non hiérachique & patriarcal
    le seul échelon qui nous manque est comment mettre en place cette macro économie, dans les petits cadres acentrés & en réseautage, mais c’est juste de la pratique & un peu de techniques

    en attendant oui les imaginaires de la représentativité & de nations s’écroulent, mais quand on analyse un peu ça fait des décennies qu’ils sont mort

    non ce qui est chiant c’est le timing entre les imaginaires qui pour la première fois dans l’histoire humaine ne s’accorde pas, mais c’est normal c’est la même computation qui a permi l’avènement d’un monde numérique qui pousse à l’abîme de vieux imaginaires & ne nous permet pas de faire une transition entre imaginaires

    mais bon l’imagination & le pur esprit créatif qu’est l’homme, devrait pouvoir se sortir de cette mauvaise passe historique, rien d’exceptionnel comme tâche il me semble

  7. Bonjour Paul, Francois, Julien et autres acteurs de cette formidable aventure.
    Adepte de la lecture silencieuse de ce blog depuis presque 3 ans, je me joins aux autres commentaires pour vous remercier de votre considérable travail.
    Je suis donc un lurker de plus sur ce blog, considérant généralement avoir encore trop de choses à apprendre pour que ma contribution apporte qqch, au delà d’une surcharge de travail pour les modérateurs. Je participe de fait aux statistiques de fréquentation (qui valent ce qu’elles valent puisque la relation adresse ip – personne n’est pas bijective).
    Je tiens donc à préciser que je ne boursicotes pas et suis très loin d’être persuadé que la majorité des gens qui viennent ici le fassent dans un but lucratif.

    Si sur le contenu, j’ai tout à prendre et rien à apporter, je me permet de renouveler une vielle proposition au cas où vous envisageriez de modifier le systeme du blog dans le but de vous decharger un peu ou de lui donner une autonomie plus importante.

    Si vous avez d’autres projets où je puisse être utile, je vous en prie faites le moi savoir.

    @Paul.
    Vous avez créé quelque chose qui est devenu bien plus que « le blog de paul jorion » et, je penses, pardonnez mon audace, que le droit d’y mettre fin ne vous appartient plus (sans douter une seconde que vous en ayez le pouvoir).
    Et si le blog vous demande du travail, n’en retirez vous pas plus de chose que vous ne lui en donnez ? N’est ce pas là le meilleur exutoire à la frustration quotidienne qu’implique le décalage entre le temps du systeme monde et celui de l’homme ?
    Je vous conseillerais bien de prendre des vacances, mais je doutes que la tâche que vous menez soit de celles dont on puisse s’affranchir bien longtemps ; me reste donc à vous dire une fois de plus merci infiniment et à vous souhaiter de trouver la force nécéssaire pour continuer, les proches et la nature étant en celà nos meilleurs alliés.

    Respectueusement.

    PS: Merci également pour vos excellents livres qui sont de véritables pierres angulaires sur lesquelles construire une pensée.

  8. Bonjour Monsieur Jorion
    Tout ce que je peux écrire, c’est « bravo », continuez!
    Un tout petit point négatif, si je peux me permettre…
    Pourquoi ne faites-vous pas plus souvent le lien entre économie et énergie?
    Et aussi, pourquoi, dans vos vidéos, alors que vous êtes belge, vous dites soixante-dix-huit (je ne sais même pas comment ça s’écrit) et pas septante-huit?
    C’est un détail, je vous l’accorde 🙂
    Bien cordialement,
    Patrick

  9. Pauvre M. Jorion !

    Au moins 200 accros en pleine déprime, ou pire, si vous vous offrez ne serait-ce qu’une de ces bonnes maladies que l’âge favorise ! Retraite interdite, bien sûr, et même pas droit au repos éternel, St Pierre vous renverrait direct finir le boulot !

    Vous voilà donc totalement aliéné, au sens coco du terme : vous ne vous appartenez plus.

    Vous vous demandez à quoi bon tout ce temps passé par vous, vos collaborateurs et les lecteurs, les commentateurs, les contributeurs… A bon droit, car il est clair que pour l’instant ce travail n’est pas efficace : s’il l’était, les malfaisants qui profitent du système ici dénoncé se seraient manifestés pour faire taire les trublions, avec la subtile graduation de moyens que savent utiliser les mafias (à moins que vous ayez eu la pudeur de ne pas nous inquiéter en nous faisant part de sous-entendus inquiétants, tentatives de corruption ou autres menaces ?)

    Résumons : dans le monde du fric, un emmerdeur vraiment gênant, ça s’élimine. Sinon, c’est qu’il n’est pas vraiment gênant. NB : ce critère d’efficacité peut s’appliquer à tous les enquiquineurs qui se battent contre des intérêts gigantesques et néfastes (tabac, alcools, combustibles fossiles, pesticides etc…)

    Il reste à espérer que les parasites ploutocrates qui sucent le monde sont simplement aveuglés par un sentiment de toute puissance issu du contrôle quasi total de la finance mondiale (et des politiques) obtenu grâce au système des paradis fiscaux, et sous-estiment l’effet à long terme de la prise de conscience de la situation par un nombre croissant de leurs victimes.

    Continuez donc, on ne sait jamais, mais un petit break de temps en temps pour désintoxiquer les disciples et regagner de la liberté ferait peut-être du bien à tous. Bonnes vacances !

  10. Je ne sais plus depuis combien de temps je consulte ce blog, assimilant peut-être la moitié de ce qu’il s’y dit, étant un peu crétin, au moins dans le domaine. Il m’arrivait de commenter de temps en temps, plus pour partager une humeur que pour apporter des idées, puisqu’ignare dans le domaine. J’hésitais toujours, pour ne pas polluer, mais je m’engage à ne plus poster du tout puisque je suis incapable de faire avancer le chemileblique conceptuel, et que ça fatigue l’équipage du blog.

    J’ajoute juste que ce blog m’apporte tout de même beaucoup :
    – apprendre à me méfier de ceux qui critiquent la politique actuelle mais pour en appeler à des formules magiques (eurobonds, planche à billet, dévaluation…).
    – me sentir moins seul dans ma conviction qu’il faut changer le système, et notamment voter dans ce sens

    Il m’arrive de me dire que la faiblesse de ce genre de démarche est peut-être de ne convaincre que des convaincus mais, s’il leur apporte des munitions sous forme d’arguments à utiliser pour en convaincre d’autres, c’est déjà important. Et puis il y a sûrement des indécis qui se laissent convaincre, ou des pro-système intellectuellement honnêtes qui se convertissent. Il paraît qu’une minorité de 20% de conscientisés suffit à faire basculer une société, même si je ne sais plus où mon cerveau avarié a pêché ça.

    Bref, merci à PJ, dont les compétences lui permettraient peut-être de se faire des bonbons en or aux côtés des pirates, ainsi qu’au reste de l’équipage.

  11. M. Jorion,

    loin d’être une adepte, je ne viens que rarement sur votre blog, tout simplement parce que j’ai parfois des difficultés à comprendre. Pour autant, il n’y a qu’ici où je viens chercher l’Information, celle qui me pousse à « élargir mon champ de conscience ».
    Merci de ne pas avoir pris la décision de fermer ce blog !
    Ne pensez pas que l’audience de votre blog infirme le besoin de lire ce qui s’y écrit. Beaucoup ne cherche qu’à comprendre ce qui se passe réellement, mais ils sont tout autant à ne pas vouloir faire l’effort. Et même quand on chercher à faire cet effort, votre belle écriture et vos références historiques, sociologiques, économiques…, ne sont pas à la portée de tous. C’est plutôt ici qu’il faut chercher la raison d’une audience toute relative face à l’importance et l’utilité de vos réflexions.
    Merci à vous de continuer.

  12. Je n’ai ni le cœur ni le temps de lire tous les commentaires, cependant:

    J’ai toujours apprécié le point de vue des divers intervenants, que cela soit P.Jorion, F.Leclerc, M.Leis…
    Je ne suis ce blog que depuis un an, mais je ne comprend pas comment de tels « évidences » se retrouvent bloquées par les questions nationalistes ou électoraliste de nos dirigeants, et encore moins puis-je percevoir l’aveuglement de mes concitoyens
    ( mis à part le mythe des « killer bees » des années Bush qui m’ont conforté dans mon « anti-TV », je n’en ai plus depuis mes 17ans, soit 16 ans de liberté).

    Même si les stats de ce blog ne sont pas au rdv, conservez je vous prie ce blog offrant une vision éclairée et (à mon sens) réaliste, disponible. Trop peu s’insurgent contre les oligarchies et les élus « par défaut » qui ‘revendiquent’ la volonté du peuple.. avec 40% d’abstention en France …

    PS: Je sais bien que ce blog n’ai nullement un « anti-démocratie / élu » je voulais simplement signifier mon resenti contre ces « élus » qui nous mène de sommet en sommet droit au mur que certain aperçoivent depuis des années.

  13. Comme nombre d’autres personnes ci-dessus, il se trouve que c’est la 1ère fois que je dépose ici un commentaire….. Et je ne suis pas non plus boursicoteur, ne l’ai jamais été et ne le serait probablement jamais.
    Si je n’ai jamais écrit ici, ce n’est pas faute de vous visiter car je suis une lectrice sinon assidue du moins régulière;
    Mais pourquoi commenter vu que mon incompétence en questions économiques ne m’aurait pas permis d’enrichir la réflexion commune ….

    Par contre à la lecture de ce billet, je pense avoir quelque chose à apporter, même si c’est minime, à vos interrogations quant aux raisons d’exister de ce blog ….

    Ayant vu les graphiques de corrélation entre visites du blog et évolution du CAC40, il est vrai que c’est saisissant et qu’il y a de quoi se poser des questions ! Je comprends que vous nous renvoyiez la question, à nous lecteurs …
    Toutefois je ne suis pas sûre que la conclusion que vous en tirez (l’essentiel des visites, ce sont des boursicoteurs) soir forcément juste. Je pense qu’il y a un doute quant à cette interprétation.
    Alors bien sûr je repère ce doute avec le regard subjectif d’une visiteuse intéressée (++++) à ce que le blog perdure ; mais permettez que j’expose quelques éléments d’analyse objectifs auxquels j’ai réfléchi ….

    Je propose notamment, face à votre analyse purement quantitative de la corrélation mise en évidence, la possibilité d’une analyse qualitative….. Qui pourrait je pense mettre en évidence d’autres relations de causalité pour cette corrélation des facteurs ; il me semble que l’anthropologue que vous êtes pourrait être sensible à cette hypothèse, non ???

    En l’occurrence, je propose une méthode de type ethnographique (avec moi comme étude de cas)…..
    Je ne vais pas faire ici un exposé de la réflexion et des méthodes, mais croyez SVP que j’ai essayé d’être sérieuse a minima …. genre au-delà de mes souvenirs , j’ai vérifié les dates de connexion dans mon historique internet… !!!

    Je ne suis pas boursicoteuse, je n’ai pas d’intérêt direct aux évolutions du CAC40 (pour info et juste pour me situer en terme de CSP je fais partie des « heureux » potentiels bénéficiaires du RSA) , je suis une lectrice régulière… ou plutôt non pas régulière, mais fréquente…. Je me suis donc interrogée sur ma fréquentation de ce blog. Quand ? comment ? pourquoi ?…
    J’ai constaté au bout du compte qu’il y a corrélation entre le rythme de mes visites sur votre blog et les schémas de fréquentations que vous avez publiés.
    Quelle hypothèse de causalité à cette corrélation, vu que que je ne suis ni boursicoteuse, ni actionnaire-salariée, ni patronne….. enfin bon rien à foutre du CAC40 normalement ! ?????
    Je suggère comme hypothèse d’explication qu’étant par contre très « politisée » (je ne suis pas non plus militante d’aucun parti, seulement sensibilisée et concernée par la politique en tant que citoyenne…. Le genre engagée –un peu- dans l’ESS) je suis très à l’écoute des principaux médias crédibles d’info.
    Lorsque le CAC40 est au moins « stable », ceux-ci ne parlent que peu d’économie… comme je n’ai aucun penchant particulier pour ce sujet, je ne vais pas creuser ces questions.
    Lorsque le CAC se casse la gueule, les medias, même « sérieux » (j’écoute surtout France Inter, pour illustration…. Certains disent qu’il est de gauche…), se mettent à faire parler un max d’ « experts » qui me paraissent tenir un discours on ne peut plus formaté… c’est donc à ces moments-là que , de façon réactionnelle, je ressens le besoin impérieux d’aller lire des analyses alternatives ! Et votre blog est alors mon « outil » réflexe.

    Voici , en résumé, ce qui je pense pourrait expliquer en partie le schéma des visites du blog…. Sans que ce soit majoritairement, ou en tout cas pas que, des boursicoteurs !!!
    Je fais activement partie d’un forum , sans thématique économique, ni positionnement politique partisan, mais carrément axé sur l’engagement des citoyens face à la politique…. Plutôt à gauche quand même, hein, on s’appelle Sarkostique à l’origine !… et j’y ai retransmis votre article, et mon commentaire ; car chaque fois que nous avons un topic lié un tant soit peu à l’économie votre blog figure comme une des sources sérieuses…. Je pense donc que nombre des membres pourrait faire écho à mon témoignage « ethnographique » unique .

    C’est ICI :
    http://sarkostique.fr/index.php?topic=1507.msg34213#new
    En tout cas merci à vous, votre blog dans son ensemble ! Continuez SVP …

      1. Merci Julien !
        Mon explication se veut et se sait modeste …. mais je pense franchement que cette hypothèse n’est pas déconnante ! J’espère que d’autres témoignages la valideront;
        Et je veux croire que l’observateur des pêcheurs de l’île de Houat saura être sensible à sa probable pertinence …..

    1. Je suis d’accord avec vous. L’hypothèse que le CAC40 est corrélé au blog peux avoir de multiple explication.
      Il serait intéressant de sonder les participants pour statuer!
      Autre explication: le CAC est orienté par l’incohérence émotionnelle de la crise économique et les blogueur sont eux aussi contaminés par cette émotion sociale. Leur engagement est donc stimulé soit à trouver de l’information pour se rassurer ou comprendre, soit par la fascination  » de la catastrophe » ( comme les poules qui regardent les feux d’une automobiles), soit à se sentir utile en co-participant aux changement souhaité.

    2. Le CAC 40 continue d’etre pris par les experts, enfin, les charlots de service, pour un « thermomètre » de l’activité économique d’un pays.
      Ces gens la n’ont pas remarqué que:
      -16 0000 milliards de $ n’ont servi qu’a faire remonter le Dow Jones, en laissant l’économie américaine dans la récession.
      -4500 milliards d’euros dans les banques européennes pour un rebond d’euronext ou CAC40.
      Dans le meme temps le chomage en Europe n’a fait qu’augmenter et la recession se généraliser.

      J’espere que vous comprenez pourquoi je les traite de charlots…
      Je n’ai pas besoin de Jorion pour m’en convaincre. Je suis un convaincu d’avance, ce qui est aussi une explication. Non ce n’est pas France Inter qui m’amène ici., mais la recherche d’explication plausible face à l’indigence des charlots. Et ce que fait le CAC40 me désole au contraire! Bref C’est du n’importe quoi spéculatif. Bien malin qui sait l’interpreter. Il faut une boule de cristal, seul instrument valable et largement utilisé par les matheux dans les grandes banques.

      Si vous voulez un « thermomètre » de l’économie réelle, regardez plutot le BDI (Baltic Dry Index).
      Mais les charlots n’en parlent jamais…

  14. Je pense que votre propos: « j’avais raison avant tout le monde » vous dessert. Ceci écrit, continuez à
    avoir raison avant tout le monde et à entretenir votre blog.

    1. C’est vrai que c’est perturbant quand on est habitué aux économistes dont la constante est d’avoir raison APRÈS tout le monde, ce qui eux pour le coup les sert bien. La logique est imparable.

      1. Ce n’est pas le fond qui est jugé mais la forme. Je pense que M. de Sélys veut parler d’arrogance, qui à tord ou à raison n’est pas du meilleur effet lors d’une communication. Ce n’est qu’une humble critique constructive hein… C’est important une bonne communication. Je dirai même, très important 🙂

      2. J’avais bien compris figurez-vous. Et c’est un drôle de renversement des rôles. L’arrogance n’est-elle pas plutôt du côté de ceux qui persistent à se tromper et à ignorer ceux qui ne le font pas ?

      3. Aussi oui. Mais je crois que l’arrogance s’insinue partout et n’a que faire de la raison. Il faut seulement faire attention, ça peut ternir l’image.

    2. Chamailleries de gamins sur boostés au peu qui reste.
      J’ose à peine vous dire faîtes comme bon vous semble : le ring des mots vous éjecte en dehors, terriblement et violemment.
      Argument contre argument = passe temps favori du bourgeois.
      Dommage, pour une future poésie qui reste à inventer.

  15. Simplement merci à toute l’équipe de poursuivre… Il n’y a de toute façon pas beaucoup d’autres lieux pour échapper à la norme.

    BAV
    L »Emmerdeur

  16. Paul , François ( les autres c’est nous )
    Et Julien ( version numérique )
    Merci sincèrement….
    Nous avons des vies monotones,
    Rien dans le coeur, rien dans la main.
    Comme on ne dit plus rien à personne,
    Personne ne nous dit plus rien.

    Nous avons des vies monotones,
    Des maisons vides et fermées,
    Des portes lourdes et blindées
    Que n’ouvriront plus jamais personne.

    Mais comme il faut bien qu’on vive,
    S’asseoir avec le même convive,
    C’est pas le festin qu’on croyait,
    Pas de fusée, pas de vin, pas de sorbet,
    Y’a plus qu’à tirer la nappe à soi,
    Continuer chacun pour soi.

    Nous avons des vies monotones,
    Rien dans le coeur, rien dans la main,
    Comme on n’attend rien de personne,
    On n’a plus réponse à rien.

    Nous avons des vies monotones,
    Entourés d’hommes et de chiens,
    Ceux qui mangent dans notre main,
    Ce sont ceux-là qu’on abandonne

    Mais comme il faut bien qu’on vive
    Ce soir avec le même convive,
    C’est pas la fête qu’on croyait
    Où sont les lumières qui brillaient.
    Y’a plus qu’à tirer la nappe à soi,
    Continuer chacun pour soi.

    Nous avons des vies sans mélange
    Qui s’en iront de tous côtés,
    Raides et droites comme une planche
    Sur l’océan de pauvreté.
    Merci aussi à Gérard Manset

  17. Paul , je n’ai ni intérêt financier ou fiscal mais un grand intérêt pour votre blog qui m’a ouvert les portes d’une réalité soupçonnée , certes, mais imprécise . Grâce à vous et vos contributeurs j’apprends énormément sur cette galaxie tueuse qu’est la finance et j’en fais profiter mon entourage à son grand désarroi.
    Les idées progressent plus vite quand les arguments permettent de les étayer et aident à leur diffusion !
    Un grand merci à tous donc , et que vogue la galère ( bientôt on nous piquera nos rames !)

  18. Ah Ouf!!
    Que de délivrance dans cette conclusion.

    Comment peut on faire pour vous encourager dans votre démarche lorsque l’on à ni les connaissances, ni les arguments nécessaires à contribuer, agiter, titiller, votre pensée ?

    Faire une donation me direz vous ?
    Certes, mais cette donation reste tellement sèche d’encouragement ou de motivation…

  19. @ paul Jorion et son équipe.
    La finalité du blog n’est pas l’économie. Pour que votre engagement perdure,il doit être lié au plaisir. Pas le plaisir de vos lecteurs à dévorer gloutonnement vos informations mais à VOTRE  plaisir. Sans affect positif vous allez probablement produire une rupture dans le « p-graph » du blog. 

    Alors faites attention, mon expérience des crises (dans le domaine de la psychiatrie), montre que les crises sont des aspirateurs à énergie pour ceux et celles qui s’en occupent.

    Concernant ce blog,
    le plus important est l’acte que je viens de faire il y a quelques jours. 
    J’ai eu il y a plus de 20 ans, une histoire conflictuelle avec mon père. Qui n’est toujours pas digérées… Cette semaine je l’ai eu au téléphone et il m’a expliqué qu’il allait passé chez un de ses copains qui possède une petite maison sur Houat. Étonné de cette coïncidence, je lui ai alors proposé de m’y amener dans son bâteau avec ma petite famille… En raccrochant le téléphone j’ai pensé à vous… Et lui ai envoyé le livre de Mr jorion.
    En écrivant ces lignes je suis ému … 
    C’est aussi cela un blog.

    Merci.

  20. Ho paul !
    tu verras que la réponse « on continue! », qui m’a fait trés plaisir, car quel joie de vous lire tous!!!
    Trouvera une autre réponse qui ne sera pas la tienne car les lois liberticides sont déjà mise en place de manière à couper la moindre étincelle: seul le temps qu il maitrise à souhait fera que tu puisses exister demain ou pas .L’outil n’étant pas libre et vérollé vive la coopérative du livre avant farenheit 491si je me souviens bien .Courrage à tous en espérant garder un lien précieux la communication..

  21. Soit vous avez suscité une émulation à votre insu soit la gravité de la crise à éveiller des consciences rebelles à la « financiarisation »

    Ou alors je n’ai rien compris au contenu différencié de vos blogs respectifs. Auquel cas je vous serais reconnaissant de raviver la veilleuse qui sommeille en moi…..
    Sergepsg

  22. Paul, c’est vrai que c’est épuisant de tenir un blog en vue… Et encore, cela ne fait qu’un an, moi, pfiou 🙂

    Mais bon, quand on se rend compte que, modestement, on apporte vraiment de la matière à la réflexion générale – oh non pas par « pur génie » ou « intelligence cosmique », mais par la travail et surtout par une vision sortant des chemins battus et rebattus de la pensée unique, qui rend de pseudo « élites »aveugles à des phénomènes que comprendrait un enfant de 15 ans – on se dit qu’on ne perd pas trop son temps, et que, ma foi, cela peut valoir de coup de continuer, encore un peu…

    En tout cas, ça m’embêterait bien de ne plus lire tes analyses ou celles de François Leclerc…

    Alors bon anniversaire, et courage, le bout du tunnel est en vue – ils ne vont plus arriver bien longtemps à glisser les problèmes sous le tapis… 😉

    Amitiés

    Olivier Berruyer

  23. C’est un peu facile, confortable de dire « vas-y Paul, continue », de courir un instant derrière le coureur le nez dans le guidon dans la montée, pour l’encourager un instant…Alors qu’insuffisamment de lecteurs participent à l’entreprise. J’avoue que moi-même, souvent dans une situation difficile, je n’ai pas versé un rond. Et puis c’est vrai aussi l’année dernière je suis parti au Mexique…Il faut rembourser les traites. On ne fait pas impunément la fête au « Grand Café » comme dirait Trénet.. Qu’est-ce que je peux faire ? Vous inviter dans les Pyrénées cet été ? Euh… à combien vous venez ?

  24. Keep up the good work…. vous êtes peut nombreux a pouvoir expliquer en détail l’actualité economique, financière et politique.

  25. Je suis très TRES en retard. Ce billet m’avait complètement échappé. Parfois je suis complètement accro à votre blog, le consultant trois ou quatre fois par jour, parfois je n’y pense même pas, ou peu et mes soirées se passent à autre chose…
    Je comprends que vous soyiez épuisé de temps à autre et même assez souvent; je me demande comment vous faites. Si ce blog disparaissait j’ai l’impression que ce serait une victoire pour ceux qui nous assiègent. Que vous dire d’autre? A part merci.

  26. Que dire de plus que ce qui a été dit ?
    Ceci est mon premier post sur le Web. Je fais partie de ces innombrables lecteurs qui ne se manifestent jamais. Mais quand il faut y aller, il faut.
    Ma fréquentation est quasi quotidienne, pas tout à fait, et ce billet là m’avait échappé.
    Si l’économie m’a toujours intéressée, je n’y comprenais rien jusqu’à que je m’y mette vraiment.
    J’ai commencé cette « investigation » au printemps de l’année dernière, lors du 2ème «  » »sauvetage » » » de la Grèce. Et j’ai découvert le blog en Août 2011, congés obligent – le mois où la courbe de fréquentation crève le plafond… – à force de chercher à comprendre. Je ne suis qu’une informaticienne lambda, mais avec une soif de comprendre inextinguible. Et là vous m’avez aidé. Sauvée ? Avec vos analyses. Avec le décryptage de François Leclerc. Et dans les liens des commentaires j’ai trouvé le « Triomphe de la Cupidité » de JS ou « La stratégie du choc » de NK (quel choc d’ailleurs ). Et d’autres. Maintenant que j’ai compris, je comprends pourquoi je ne comprenais rien. Comme je dis souvent, quand on ne comprend pas quelquechose, c’est qu’il vous manque une donnée, un paramètre. Et quand il vous est donné, alors tout s’éclaire, et quel plaisir, quelle jubilation !
    J’ai 47 ans. Mon espoir à moi c’est d’oser croire de n’être pas la seule dans ce cas là. Et mon découragement à moi c’est parfois de ne plus y croire.
    Comme vous dites tous, Haut les coeurs !

Les commentaires sont fermés.