APPEL D’OCTOBRE 2012

L’appel de septembre a rapporté 3 000 €. La raison de ce chiffre rond, c’est un très généreux donateur qui a insisté pour verser la différence entre l’objectif 3 000 € et la somme atteinte le 30 septembre à 23h59. Merci à lui et à vous tous, lecteurs du Blog de Paul Jorion, pour votre mécénat citoyen !

Somme (brute) reçue à ce jour, le 31 octobre 2012 : 1 461 €.

La formule de l’appel a déjà été modifiée une fois, et elle change aujourd’hui une seconde fois : l’objectif mensuel est réduit de 3 000 € à 1 300 €. La raison en est simple.

J’ai perdu mon dernier emploi en 2007. En 2009, je suis rentré en France et j’ai annoncé mon intention de chercher du travail et que si j’en trouvais, j’abandonnerais la rédaction du blog (en fait, rien n’était moins
sûr : mes premières tentatives avaient toutes échoué, et aucune proposition d’emploi ne m’a été faite entre 2007 et maintenant, à l’exception de celle de la Vrije Universiteit Brussel à l’automne dernier, qui en est d’autant plus remarquable). C’est alors que vous m’avez fait l’offre des 2 000 € qui me seraient versés mensuellement. C’est ce que vous avez fait effectivement pendant quarante-et-un mois, ce dont je vous remercie infiniment.

Il est prévu qu’à partir d’aujourd’hui, et pour une période de cinq ans, je serai professeur ordinaire à temps partiel : un véritable emploi ! Il serait injustifiable dans ces conditions-là que je continue de bénéficier de votre générosité.

L’objectif consistant à assurer à François Leclerc une somme mensuelle de 1 000 € n’est bien entendu pas modifié. La maintenance du blog et la location des serveurs s’élève mensuellement à 299,98 €, et ce serait très apprécié de notre part si vous pouviez continuer à nous aider à réunir la somme. D’où un objectif ramené à 1 300 € mensuels. Merci d’avance pour votre mécénat citoyen !

Comme ce fut le cas jusqu’ici, je continuerai à moduler mon temps entre le blog et les autres activités
(utiles !) qui me sont proposées. Si un changement radical devait intervenir de ce point de vue, je vous en aviserais bien entendu.

Mes interventions extra-blogaires du mois écoulé :

Le 4 septembre, dans Le Soir, « La seule solution, c’est la mutualisation des dettes »

J’étais les 11 et 12 septembre à à Narbonne, pour la présentation suivie de discussion, sur deux soirées, des deux parties du film Noire Finance.

Le 13 septembre, j’étais à Perpignan pour parler de Misère de la pensée économique.

Le 14 septembre, dans le cadre d’Assosciences, j’étais à Toulouse.

Le 19 septembre, sur Atlantico.fr : Traité budgétaire européen : étrangleur ou sauveur de croissance ?

le 26 septembre, dans Le Temps : La finance casino risque de détruire nos sociétés, par Denis Dupré, Marc Chesney et Paul Jorion.

Le 27 septembre au matin, je m’exprimais sur la rtbf : La première, « Connexions : Grèce, faut-il maintenir l’austérité ? ».

Et, dans la soirée du même jour, je parlais à la Médiathèque de Laurenan dans les Côtes d’Armor.

Enfin, le 29, je prenais la parole à la Foire au Bio à Muzillac, dans mon Morbihan d’adoption.

Passons aux choses à venir.

La leçon inaugurale de « Stewardship of Finance » aura lieu à la Vrije Universiteit Brussel, le 4 octobre à 14h45 à Bruxelles comme le nom l’indique. Inscriptions et description du cours : ici.

Misère de la pensée économique, à paraître chez Fayard, en librairie dans deux jours : le 3 octobre.

La survie de l’espèce, par Grégory Maklès et moi-même, à paraître chez Futuropolis : le 2 novembre.

LE TEMPS QU’IL (FERA) LE 22 FÉVRIER 2013, qui aura lieu ce jour-là en soirée au Théâtre du Rond-Point à Paris. Pour me signaler que vous viendrez, soyez gentil d’utiliser la fonction « Me contacter », en haut à droite, ou simplement ici.

François Leclerc, de son côté, a ceci à vous dire :

« Durant ces derniers mois, ma chronique a prioritairement suivi la version européenne de la crise de la dette, en raison d’un caractère aigu qui ne se dément pas et des rideaux de fumée qui sont dressés. Non sans ressentir et faire partager son caractère répétitif et lancinant. Mais l’actualité américaine va prendre en partie le relais, apportant son propre éclairage complémentaire. Je vais également élargir le champ de cette couverture : comment sortir du cadre, puisqu’il est toujours tenté de nous y enfermer, devient la question essentielle.

Mon livre sur « Fukushima, la fatalité du nucléaire » sortira le 12 octobre prochain en librairie, chez le même éditeur que le précédent : « Osez la République sociale ! ». J’ai ajouté aux chroniques publiées sur le blog deux copieuses préface et postface, afin de faire le point et d’en tirer selon moi les leçons. Je continuerais de rendre compte sur le blog des développements de la crise nucléaire japonaise, la concrétisation du plan de sortie à 30 ans de l’électro-nucléaire annoncé par le gouvernement connaissant déjà des hauts et surtout des bas.

Depuis le 14 septembre, je tiens toutes les semaines une chronique dans « La Tribune », devenu hebdomadaire et paraissant le vendredi, dans laquelle je m’efforce de sortir de l’actualité immédiate, avec comme mission d’être iconoclaste, ce qui ne me dérange pas : mes billets sur le blog ainsi que les apports de ses commentateurs me fournissent à ce sujet une abondante matière…

Enfin, je suis invité à participer à un débat à Arcachon, le 11 octobre prochain, dans le cadre de la deuxième édition des Tribunes de la presse organisées par Courrier International et la Région Aquitaine. Le thème de celui-ci est « les journalistes économiques ont-il tout faux ? » et Bernard Maris ainsi qu’Alberto Toscano apporteront également leur point de vue, Philippe Labarde organisant le débat. »

Merci à tous les contributeurs de billets invités qui font que le cerveau collectif ne laisse rien passer à travers les mailles du filet. Merci aux habitués et merci aux nouveaux venus !

Merci également bien sûr à tous les commentateurs !

Merci à Julien, à François, à Bénédicte, à Jean-Baptiste et à Nathanaëlle pour œuvrer en coulisses au bon fonctionnement du blog !

En septembre, Le blog de Paul Jorion, était No 3 pour l’économie sur Ebuzzing (ex-Wikio) ; c’était la 5e fois seulement au cours des 34 derniers mois qu’il n’était pas N° 1 pour l’économie.

 

Partager :

17 réflexions sur « APPEL D’OCTOBRE 2012 »

  1. Un type du calibre de Paul Jorion qui met 5 ans à retrouver du boulot , ça va remonter le moral aux chomeurs cette histoire 🙂

      1. ion

        Le « système »‘ est bien stupide, car tous ces chômeurs de 50 ans et plus ça finit par faire du monde sur les blogs pour faire lever le vent de la contestation.
        Et tous ces zigs, en général, ils n’ont pas la mémoire courte.
        Quand ils étaient jeunes, c’est à dire au début des années 80, les années Tapie, du fric et du toc, la crise était déjà là.

  2. Chapeau bas à Paul Jorion dont j’ai découvert le blog il n’y a qu’une semaine.

    Je m’intéresse réellement à l’Economie que depuis 6 mois, je suis encore tout étonné de constater qu’il m’a fallu 6 mois pour arriver jusqu’à vous. C’est peut être moi qui ne suis pas très efficace ou le milieu ambiant qui fait barrage (google, pensée dominante et autres).

    Je pense avoir terminé ma cure de désintoxication, je suis content d’y être arrivé sans médicament grâce à toute la matière qu’on trouve aujourd’hui sur Internet. Mais c’est dur de ne pas rechuter. Je compte sur François Leclerc pour me titiller.

    Merci à vous deux. Tenez le cap, c’est le bon esprit.

    Selon moi, c’est un combat multi fronts qu’il faut attaquer méthodiquement, sujet après sujet en y revenant après un tour complet.

    Sans oublier la contribution du Zebu et de la Banque Triodos.

    Amicalement

  3. Cher PJ,
    Vous me faites penser au philosophe Alain, qui refusait de toucher ses droits d’auteur parce que, en tant que professeur, il était déja rétribué pour son travail.
    Bon exemple pour ceux dont le seul horizon de vie est de mourir milliardaire !

    1. Jean-Claude Michea fait de même depuis son premier livre publié.
      Il explique (dans « Impasse Adam Smith » si je me souviens bien) avoir de quoi subvenir à ses besoins grâce à son salaire de prof de philosophie d’un lycée de Montpellier. Il livre donc chaque livre à son éditeur sans signer aucun contrat et sans rien demander en échange.

      A propos de Michea (comprenne qui pourra), le dernier grand bouquin de Christopher Lasch qui restait à traduire en français viens de paraître ce mois-ci !
      « Un refuge dans ce monde impitoyable – la famille assiégée », chez François Bourin éditeur. Un régal.
      (je sais que quelques commentateurs du blog apprécient cet auteur)

  4. Un très grand merci à vous deux, encore, Paul Jorion et François Leclerc! J’attends avec impatience d’acheter vos nouveaux livres (et BD… Vous n’avez pas pensé à faire un jeu vidéo aussi? C’est du premier degré, j’adore les jeux vidéo, Siberia par exemple, ou L’île noyée de Sokal). Paul, bon courage sur votre nouvelle route, où vous avez une compagne en plus, notre fierté 🙂 Revenez souvent.
    Pour cette histoire de blog autogéré et financé par les lecteurs, je trouve que c’est un modèle magnifiquement pédagogique, ça montre ce que doit être l’argent, une communication : « J’aimerais tant avoir une vraie information sur l’économie… » « Je peux vous la donner ». J’espère que ce genre de chose va se développer, en parallèle avec les circuits courts, locaux, bio etc.

  5. Pour François Leclerc, aujourd’hui dans « Die Welt » à propos des stresstests des centrales nucléaires européennes : « Der Vergleich der EU-weiten Mängelliste fällt vor allem für die französischen AKW schlecht aus. Bei ihnen stellten die Experten die meisten Kritikpunkte fest. »
    Les centrales françaises ont parmi les plus mauvais résultats :
    http://www.welt.de/politik/ausland/article109550267/Europas-Atomkraftwerke-sind-nicht-sicher-genug.html

  6. Excusez moi Paul, mais, bien que je participe trop peu souvent, pourquoi ne pas laisser la cagnotte telle quelle. Les fonds collectés pourront vous servir à vous et François pour financer vos nombreux déplacements, ou toute autre chose bonne pour véhiculer vos points de vue.

  7. Merci Paul, Merci François
    Je n’ai pas beaucoup participé au financement de vos activités bloguaires ou blogales ( à vous de voir pour les néologismes) car je suis fauché comme un artiste sans Bettencourt, ni aux commentaires tellement essentiels et souvent très riches mais je tiens à vous remercier tous les deux ainsi que ceux qui participent et font tourner ce site.

  8. Je m’avance peut-etre un peu mais bon.
    Cette activité blogaire est peut etre, du point de vue professionnel, une des choses
    les plus importantes auquel vous avez participer.

    Car quel exercice mélange aussi bien vos actes, vos pensées, vos émotions et les autres?

Les commentaires sont fermés.