CIA, AMOUR ET FANTAISIE

Dans le billet où je faisais part la semaine dernière de l’élection d’Obama à un second mandat, j’évoquais la situation difficile d’une « cohabitation », le président étant démocrate, tandis que sa majorité parlementaire est républicaine. J’écrivais :

Tout laisse présager que c’est à cela qu’Obama se verra confronté durant son deuxième mandat : une double radicalisation, des républicains et des démocrates, chacun de son côté, faisant monter la vocifération de part et d’autre, accompagnée d’une paralysie sur le plan politique, le Congrès et le Sénat parvenant à se neutraliser mutuellement, tandis que le Président tentera de se frayer péniblement un chemin à coups de décrets, d’« executive orders », dont son opposition républicaine mettra systématiquement en cause la constitutionnalité.

Or il existe un autre sort possible pour les « executive orders » que d’être contestés : qu’on s’en fiche éperdument et qu’ils soient simplement ignorés.

C’est ce qui apparaît en particulier de l’affaire Petraeus-Broadwell-Kelley-Allen à la une des journaux.

Si vous tombez des nues, un rapide résumé. Vous trouverez une version plus complète dans votre presse people favorite et, sans aucun doute, dans un grand film hollywoodien dont le tournage débute incessamment sous peu.

Le général David Petraeus, qui permit grâce au surge (la montée en puissance des forces militaires) de stabiliser la situation en Irak, est devenu ensuite, après un passage en Afghanistan, patron de la CIA. Il s’avère qu’il avait une liaison avec Paula Broadwell, sa biographe. Laquelle a cru bon d’engueuler par mails répétés Jill Kelley pour avoir peloté le général (excusez-moi : il faut que j’aille vite). Cette dernière, dont on apprend aujourd’hui qu’elle avait *éventuellement* une liaison avec le général John Allen, successeur de Petraeus en Afghanistan, a déposé plainte contre Broadwell, ce qui a lancé toute l’affaire et a conduit Petraeus à la démission, en attendant d’autres développements.

Passons maintenant au vraiment juteux. Le 11 septembre dernier, une foule en colère prend d’assaut le consulat américain à Benghazi en Libye. L’ambassadeur américain en Libye et trois autres personnes sont tuées. Hilary Clinton dit que c’est de sa faute et joue dans l’affaire le rôle de fusible.

Diverses explications circulent sur ce qui s’est vraiment passé. Le 26 octobre à l’Université de Denver, une explication que personne n’a encore avancée est offerte par Paula Broadwell dans une conférence qu’elle donne dans cette université où elle a autrefois fait ses études : la foule a pris d’assaut le consulat, affirme-t-elle, pour délivrer des prisonniers que la CIA y détenait secrètement.

« C’est impossible, s’écrie avec indignation la CIA, le Président Obama nous a interdit par « executive order » en 2009 de faire d’aussi vilaines choses ! »

Élément supplémentaire cependant, qui nous fait dérailler du people pour verser dans le secret défense : au moment où Broadwell fait ses révélations à Denver, Petraeus vient de rentrer d’une mission d’enquête en Libye pour tenter d’établir ce qui s’est réellement passé à Benghazi.

Allez, encore quelque chose pour terminer sur une note « amour et fantaisie ». Le Président Obama tombe des nues quand on lui apprend toute l’affaire quelques jours seulement avant la démission de Petraeus le 9 novembre. Tout le monde n’est cependant pas aussi mal informé que lui : Éric Cantor, à la tête de la majorité parlementaire républicaine, a lui été tenu au courant depuis le début de l’enquête par l’officier du FBI qui la mène, lequel en a été déchargé pour avoir envoyé des photos dénudées de lui-même à Jill Kelley, la rivale de Paula Broadwell, amante *éventuelle* du général Allen, etc. Le bon côté de l’affaire sans doute, c’est que tous ces généraux et compagnie, sont bien des gens comme nous.

Partager :

111 réflexions sur « CIA, AMOUR ET FANTAISIE »

  1. Kelly ? Kelly Kapwell ? Mince, ils repassent la série Santa Barbara ?!!!! Je me mets de suite derrière mon écran…passionnant.
    Bon, sans rire, je n’ai franchement rien compris aux tenants et aboutissants, les liens entre tout ça et surtout les magouilles de toutes ces bonnes personnes….

  2. Là, comme ça, j’ai une petite ritournelle qui me viens en tête (http://www.youtube.com/watch?v=rlfHcCLn4pk)…
    Voilà une journée pourrie (pas par le fait divers) mais par la ritournelle !

    Néanmoins, c’est en train de partir en sucette (non pas parce c’est n’est pas déjà en sucette) mais si les espions aussi s’y mettent où va-t-on ?

    Désolé !
    Je sors…
    Raid

  3. Le 26 octobre à l’Université de Denver, une explication que personne n’a encore avancée est offerte par Paula Broadwell dans une conférence qu’elle donne dans cette université où elle a autrefois fait ses études : la foule a pris d’assaut le consulat, affirme-t-elle, pour délivrer des prisonniers que la CIA y tenait secrètement.

    Ce serait donc là la vraie raison de la démission de Petraeus. Et sait-on si c’est un bourde de Miss Broadwell ou bien si c’était intentionnel?

  4. Après « on a retrouvé la 7éme compagnie » voilà « La 7éme compagnie se dévoile » interdit au moins de 18 ans

  5. « il existe un autre sort possible pour les « executive orders » que d’être contestés : qu’on s’en fiche éperdument et qu’ils soient simplement ignorés. »

    Autre temps, autre empire qui s’effondre, même moeurs… ?

    le pouvoir actuel ne maîtrise pas la situation. D’habitude, quand vous donniez un ordre dans une usine ou un ministère, il y avait ce que Clausewitz appelait des « frictions », c’est-à-dire des retards, des détournements. Mais en gros, c’était exécuté. Actuellement, les leviers de commande ne sont même pas en caoutchouc, ils sont en confiture. Gorbatchev peut bien continuer à gesticuler au Kremlin, à signer des décrets, à faire des déclarations, rien ne se passe. Quels sont les seuls leviers de commande qui fonctionnent ? C’est le KGB et l’armée, mais ils sont de plus en plus autonomes. Si l’Ukraine venait à déclarer son indépendance et que Gorbatchev dise à l’armée « n’intervenez pas », serait-il obéi ?

    Cornelius Castoriadis, « Gorbatchev : ni réforme, ni retour en arrière » (1991) in Une société à la dérive, Paris, Points, 2011 (Seuil, 2005)

  6. Si on compte le limogeage d’un ponte de la Navy la semaine dernière et d’un autre de l’état major la semaine d’avant, ça commence à faire pas mal de démissions pour « affaires personnelles » dans le haut commandement et le renseignement…

  7. « Le bon côté de l’affaire sans doute, c’est que tous ces généraux et compagnie, sont bien des gens comme nous. » Vous voulez dire qu’à leur place, nous ferions la même chose?

    1. Et comment ! de plus, si vous ne songez pas à faire la même chose, parce que vous êtes trop respectueux des règlements et des lois, vous savez maintenant pourquoi vous n’êtes *pas* à leur place…

  8. Petraeus en arroseur arrosé qui dégage le plancher la queue entre les jambes, moi ça me va. Obama ou les reps j’en sais rien, le Fbi est encore moins net sur le coup que la Cia et ses sites noirs ou détenus fantômes.
    Un an à la tête de la Cia seulement, c’est plus dur que commander les forces en Irak et Afgha… Ah c’est pas l’tout de lire Galula et d’écrire le nouveau manuel ricain de contre-insurrection ! Il lui aurait fallu prendre aussi exemple sur un autre officier français, un grand, Choderlos de Laclos… ou au moins lire les Liaiisons dangereuses…
    Tain ! ce serait pas arrivé à Massu des coups pareils. Quoique… y’avait pas d’boites mails à l’époque…

    1. il lui aurait fallu prendre aussi exemple sur un autre officier français, un grand, Choderlos de Laclos…

      …qui a élevé ce genre de relations au statut de grand art .

      Mais n’est pas Valmont qui veut !

  9. Rien de nouveau dans cette affaire…Preuve que trois choses dirigent le monde.
    L’argent , la corruption et le sexe.

  10. vu dans la presse :

    Un responsable du Pentagone a dit à des journalistes que le FBI avait découvert 30.000 pages de correspondance entre le général John Allen et Jill Kelley, l’un des personnages-clés du scandale qui a mené l’ancien général et directeur de la CIA David Petraeus à une démission brutale la semaine dernière en raison d’une liaison adultère.

    http://lci.tf1.fr/monde/amerique/scandale-de-la-cia-un-proche-de-petraeus-implique-7654552.html

  11. Gen Carter Ham, Rear Adm Charles Gaouette, Brig Gen Jefferey Sinclair et Commander Joseph Darlak ont eux aussi été relevés de leurs fonctions après l’attaque de l’ambassade de Benghazi.

      1. Hihi. Ce n’est pas du tout mon genre, rassurez-vous.
        Vous seriez surpris, vous ne savez pas à quel point !

        En revanche, prenez-le simplement comme une gentillesse, un remerciement de m’avoir bien fait rire, tout autant que je suis ravie de faire partie depuis 5 ans de vos élèves à peu près silencieuse.

        P.S. : les compliments n’ont jamais été mon fort, mais là c’est plus possible de ne rien dire.

  12. Ayant travaillé plusieurs années dans une l’ambassade US, je confirme avoir vu deux pièces auxquelles on accède via une porte discrète et sans passer par le check point principal.

    Un collègue américain m’a dit : »Theses are the interrogation rooms ».
    Il semble donc que même au coeur de l’Europe, il est prévu de pouvoir mener un interrogatoire discret dans les ambassades américaines. Je tiens à préciser que je n’ai jamais vu personne dans ces pièces mais j’imagine que vu l’illégalité de ce genre de pratiques, si celà arrive, c’est en dehors des heures de bureau…

  13. « Le Président Obama tombe des nues quand on lui apprend toute l’affaire quelques jours seulement avant la démission de Petraeus le 9 novembre. »

    Commentaire de Yves Smith de NakedCapitalism sur la question: « Petraeus scandal! I dont pretend to have the foggiest idea of what is going on here. However, I must note: the FBI was investigating since the summer. That means Holder knew, which means Obama knew. Any claims to the contrary are an insult to the intelligence of the audience. »
    http://www.nakedcapitalism.com/2012/11/links-111312.html#vOcG6zH9SB5Kilhh.99

    1. Faut savoir…
      Jorion sous-entend que l’enquête s’est fait dans le dos d’Obama tandis que les leaders républicains en étaient informés, probablement donc afin d’éliminer un proche d’Obama.

      Vous dites avec Yves Smith que Obama savait forcément et que dire le contraire est simplement une opération de relations publiques pour dégager sa responsabilité.

      Il me semble que vous ne pouvez pas avoir raison simultanément…

      1. US intelligence: The downfall of P4
        By Geoff Dyer and Cardiff Garcia

        In Washington, there are still questions about how the investigation into the emails became public. The FBI pursued the initial complaint rigorously – former prosecutors say agents would have needed a subpoena to read some of Mr Petraeus’s messages. Yet, once it had been decided no crime had been committed, the matter seemed to rest there.
        However Frederick Humphries, the Tampa-based FBI agent to whom Ms Kelley initially complained, discussed the case with Eric Cantor after suspecting a cover-up to keep the affair quiet. The Republican leader in the House informed the FBI of the conversation but did not go public. Perhaps with the knowledge that the inquiry could leak, the FBI told James Clapper, director of national intelligence and Mr Petraeus’s boss, about the affair on the afternoon of the election. He told the White House next day and Mr Petraeus resigned two days after.

      2. Eric Holder était au courant, c’est à peu près sûr. Et je suis de la même opinion que Yves Smith, c’est impossible à croire que Holder n’ait pas mis Obama au courant de l’investigation.

        http://www.foxnews.com/politics/2012/11/12/holder-notified-petraeus-probe-in-late-summer/

        Ensuite, le timing est très favorable à Obama. Cela ressemble à un règlement de comptes une fois la ré-élection assurée (l’attaque de Benghazi fut une épine dans le pied du président durant toute la campagne). Je ne vois pas non plus en quoi cette affaire arrange les républicains puisque Petraeus était probablement un de leurs hommes. D’ailleurs si cela n’avait pas été le cas et que les républicains avaient eu la main sur l’investigation, ils auraient eu alors tout intérêt à ce que cela s’ébruite avant les élections.

        Je crois que Petraeus savait pour les prisonniers secrets (et peut-être d’autres choses) mais qu’il n’en tenait pas le président informé.

      3. Tu crois ce qui t’arrange, Moi, comme d’hab. La version de Dyer et Garcia est de loin la plus cohérente, quoi que tu en crois. Un agent du Fbi, Humphries fait du  » zèle démocratique « , renseigne les reps via Cantor, celui-ci prévient le Fbi de ce qu’il sait désormais (et l’équipe de Romney avec probablement) mais ils n’exploitent pas, prudemment, le truc contre Obama. A la sortie le pétard mouillé se retourne contre Petraeus et Obama en profite pour se débarrasser du général gênant quoiqu’efficace mais désormais inutile et grillé politiquement.

  14. Vous savez, bien sûr, que tous les Tasmaniens, qui ne commettaient jamais d’adultère, sont aujourd’hui une race éteinte. William Somerset Maugham

    1. Nouveau thème de livre pour Paul et Grégory.

      La « survie de l’espèce » passera par l’apologie de l’adultère…

      1.  » apologie de l’adultère… »

        va falloir expurger le blog in english ! si les barbouzes zuesses le lisent (!), P.J. risque de devoir « s’excuser pour erreur de jugement  » …voire même  » grave erreur de jugement  » ?

        ouarffff ! si  » it’s economy, stupid » avait son jugement situé au niveau de – comment dire – l’objet du délit, pas étonnant que leur Pays en soit arrivé là !!

        heureusement que le mormon n’est pas passé (!!) …même si, à ce jour, aucune illusion sur Obama .

  15. Merci Paul pour le résumé des épisodes précédents, c’est bien moins long à lire que les news du Figaro ou du Point, et c’est encore plus choc que Paris Match.

    Mais une question demeure : y-avait-il réellement des prisonniers à l’ambassade Libyenne ?

    Le bon côté de l’affaire sans doute, c’est que tous ces généraux et compagnie, sont bien des gens comme nous.

    Sauf que nous en France, il est très rare que l’on soit démissionné pour ce genre d’histoire.

    1. On en viendrait à regretter que ce ne se passe pas en France.
      Il est vrai que dans le pays du vaudeville, adepte de la gaudriole on ne démissionne pas pour cela.
      Il n’y aurait plus grand monde dans la politique et la presse people n’existerait plus depuis longtemps… dommage ?
      Reste la question de « la grande muette » qui « agit » mais ne dit rien…..

      1. Le jour où les lois sur le tourisme sexuel s’appliqueront aux militaires, y’aura plus beaucoup de volontaires pour partir en Afrique…

  16. « Le consul et trois autres personnes sont tuées. »

    Le consul est mort asphyxié par l’incendie, or il faudrait connaître les motivations et le mobile pour conclure à un meurtre. Donc s’il y a bien homicide, le meurtre n’est, je crois, pas complètement établi.

      1. @Julien

        OK pour vous faire plaisir et être plus correct dans mon affirmation, je rectifie : c’est l’assassinat qui n’est pas établi puisqu’on ne connait pas les motivations ni l’objectif poursuivi. D’ailleurs n’est-ce pas pour déterminer ces motivations que Petraeus s’est rendu lui-même à Benghazi ?

  17. On peut certes prendre l’affaire par le bout de …euh, enfin vous voyez quoi… pour se marrer un coup…mais qu’on garde à l’esprit la complicité criminelle de Petraeus Broadwell et consorts, l’un organisant la destruction un poil trop systematique de villages afghans pendant que l’autre faisait des papiers à la gloire du tabula rasa. Ca s’appelle une sacrée bande d’ordures en langage courant

    http://www.ipsnews.net/2010/12/gains-in-kandahar-came-with-more-brutal-us-tactics/
    http://registan.net/2011/01/13/the-unforgivable-horror-of-village-razing/

    1. un autre aurait fait le boulot à sa place. c’est simple à comprendre.

      par contre: David Petraeus est le fils de Sixtus Petraeus (1915-2008), un marin néerlandais qui émigre aux États-Unis au début de la Seconde guerre mondiale, et de Miriam Sweet Howell (1912-1991), libraire.

      passer de simple fils d’immigré à commandant de l’isaf et directeur de la cia c’est pas en france qu’on voit ça ! enfin si, sous l’empire… et nous avons pris moscou. aujourd’hui nôtre pays ronfle sous la bienveillante berceuse vaselinée des zénarques et polytechnimachins cooptés par des apparatchiks soixantenaires americanobéats qui prolifèrent, jamais remis d’avoir découvert le chewing-gum et le roll n’rock grâce à oncle sam. sauf que souci là: ils sont pressés de donner les clefs de la dissuasion et de la technologie militaire des french surrenders à washington pour mieux dissimuler leurs inepties déliquescentes de vieillards fatigués. leur félonie. comment qu’il l’appelait déjà charles en parlant de pétain? le vieux. or le vieux a bradé le pays. cqfd

      normal que l’europe puissance n’avance pas, l’audace, l’avenir, c’est la jeunesse. le sang neuf. le plus dramatique dans tout ça, c’est que la france depuis sa glorieuse et sanglante révolution est l’un des rares pays à disposer de la matrice technologique, militaire et surtout idéologique nécessaire à une intégration(/métissage) réussie, et donc à son expansion.

      http://fr.wikipedia.org/wiki/Acad%C3%A9mie_de_la_Carpette_anglaise

      1. Non non meuhtode, ya eu Bigeard. Pas Massu, maïs lui au moins il aurait dit ça au vieux :
        À son arrivée à Alger en 1958, le général est accueilli par Massu, et lui lance : « Alors Massu, toujours aussi con ? ». Réponse de ce dernier : « Toujours gaulliste, mon général! »

      2. ah c’est des bonhommes ça, pas des métrosexuels de chez gs.

        Calais, Boulogne, Dieppe, Rouen, Le Havre, Cherbourg, Nantes, Marseille, Toulon, écrasés par les bombardements britanniques et américains » De Gaulle dans « Mémoire de guerre ».

        ça par contre t’en penses rien bien sûr. pragmatique, concret, actuel.
        oublieux

      3. c’est pas en france qu’on voit ça ! enfin si, sous l’empire…

        La Methode:Faudrait ptete te renseigner,napoleon c’est celui qui a fait revenir les nobles et leur a restitué leurs châteaux,il a aussi remis l’esclavage,supprimé par la révolution de 1789. Tu parles d’une promotion basée sur la seule valeur de l’individu…
        Pour se débroussailler les ‘idées reçues’ sur l’empire,voir et écouter Henri Guillemin: ici

      4. – lannes, apprenti teinturier
        – oudinot, papa artisan brasseur
        – murat, dernier des onze enfants d’un aubergiste,
        – soult, orphelin de père, obligé de s’engager comme simple soldat
        – bernadotte, fils de procureur (finira roi de suède)
        – masséna, orphelin de commerçant, engagé comme mousse sur un navire marchand
        – ney, fils d’ouvrier tonnelier
        – lefebvre, orphelin élevé par un tonton curé
        – augereau, fils de domestique
        – brune, fils d’avocat
        – suchet, fils de négociant

        ect..

      5. – lannes, apprenti teinturier
        – oudinot, papa artisan brasseur
        – murat, dernier des onze enfants d’un aubergiste,
        – soult, orphelin de père

        oui, de beaux noms, sortant tout droit des soldats de Valmy … des gueux, qui se sont dressés comme un seul homme pour défendre leur liberté conquise depuis peu, et attaquée de toute part par les contre-révolutionnaires des royautés voisines ( appelés par les ci-devant nobles de l’intérieur ) guerre civile, ET aux frontières …
        en fait, semblerait-il ( ça dépend de quel point de vue on se place …) *2500 guillotinés- ce qui est relativement peu,et 1500 graciés lors des procès …
        c’est bien la guerre civile qui a été la plus sanglante, et, ce, des deux côtés …
        * recherches E.Hazan
        les nobles ayant été soit décapités, soit tués dans la guerre civile, soit s’étant enfuis à l’étranger, soit petits nobles des provinces reculées, et fort gueux, « protégés », demoiselles casées avec des gueux ( on en retrouve trace dans les archives) …il fallait bien avoir une armée entièrement nouvelle, et surtout sûre …
        soldats partant de la base, et montant les échelons sur le terrain :
        c’était l’armée républicaine, bel et bien . ( on a retrouvé cela jusqu’à la guerre de 14 …où les poilus pouvaient être nommés sur le tambour, et passer de soldat de 2° classe, à officier …
        les lieutenants sortant de Saint-Cyr, souvent descendant de la noblesse restante, s’ils n’étaient pas tués ( il y en a eu beaucoup), devenant, eux, officiers supérieurs.

        oui, il faut que cela avance de nouveau …
        mais comme je le pressentais il y a bien deux ans ( et même avant) la belle-mère ( perverse ) s’est invitée dans la chambre à coucher =) les mariés n’ont pu s’entendre ; les enfants ont été maltraités =) nous y sommes en plein .
        Les peuples sont bien plus matures que les zélites, ici, là-bas et ailleurs …
        Mais « on » les pousse à bout, et, de plus, maintenant, « on » a, à disposition, les joies de la neuro-science, dont « on » a visiblement décidé d’utiliser le côté poison …
        Les zélites nous mentent ; ne recherchent pas la paix …
        A partir du moment où un Pays, empire malsain, à armement puissant, s’immisce partout … d’autres puissances réarment ( c’est fatal ) ; et, on sait où cela mène immanquablement .
        Il suffit d’étudier l’Histoire.

      6. Tous ces guguss,inclus bonaparte, sont sortis de leur origine grâce a la révolution de 1789, le tragique c’est que napoleon les a retournés et ils sont devenus les fossoyeurs de la révolution et les traites a leur classe d’origine.

      7. @atanguy

        « il a aussi remis l’esclavage »

        C’est ce qu’on vous a appris à l’école républicaine post-68 n’est ce pas ?
        Napoléon n’a jamais rétabli l’esclavage : il y a des endroits où il était en vigueur malgré son interdiction (Réunion), et des îles alors détenues par l’Angleterre (Martinique) et qui l’autorisaient. Ces îles ont été récupérées par la France en 1802 et héritant d’une situation où l’esclavage s’appliquait. Nulle part Napoléon n’a autorisé la mise en place de l’esclavage ! Par contre la traite a pu se poursuivre là où elle était déjà pratiquée.

      8. @methode
        « écrasés par les bombardements britanniques et américains » De Gaulle dans « Mémoire de guerre ». »

        De Gaulle a participé à l’attaque anglaise contre l’armée française à Dakar. Et on ne l’a jamais vu s’indigner pour le massacre de la rue d’Isly.

      9. @atanguy
        « le tragique c’est que napoleon les a retournés et ils sont devenus les fossoyeurs de la révolution et les traites a leur classe d’origine »

        Les fossoyeurs de la révolution sont les révolutionnaires eux-mêmes. Ils se sont fait guillotiner les uns par les autres.

      10. Le Chiffre, personne ne nous a appris ça à « l’école post-68 » maïs le 30 floréal an X (1802), les décrets d’annulation sont bel et bien annulés par Napoléon Bonaparte, retour au Code Noir, intégré au Code Civil l’année suivante.
        1681 : Décision de Colbert, secrétaire d’Etat à la Marine, de rédiger le Code Noir
        1683 : Mémoires de l’intendant Patoulet et du gouverneur Blénac -Décès de Jean Baptiste Colbert, père. Son fils Jean-Baptiste Colbert Marquis de Seignelay lui succède.
        1685 : Seignelay, le Tellier et le Roi signent le Code Noir
        1704 : Enregistrement du Code Noir à Cayenne
        1723 : Le Code Noir est applicable à Bourbon (La Réunion) et à l’ïle de France (Maurice)
        1724 : Le Code Noir est applicable à la Louisiane. Il est actualisé par Jean-Frédéric Phélypeaux de Maurepas.
        Fin XVIIIe : renforcement des mesures discriminatoires à l’égard des libres
        1793 : Abolition à Saint-Domingue
        1794 : Abolition de l’esclavage par la Convention
        1802 : Rétablissement de l’esclavage par Napoléon Bonaparte.
        1803 : Les dispositions du Code Noir sont intégrées au Code Civil.

      11. de toute façon l’esclavage est toujours en vigueur, dans les usines asiatiques ou ici avec le servage bancaire et les lois hartz4. atanguy faut lire paul jorion et arrêter de dénigrer ton pays, qui je te l’assure n’est pas pire que les autres. et j’ai bien conscience des dérives et dévoiements de la révolution française, en attendant nos ancêtres ont décapité les aristocrades pour nous montrer un chemin moins ethniquement et généalogiquement déterminé, plus engageant pour la majorité comme c’est marqué… sur ta mairie.

        edit: vignerond, j’étais sûr que tu dirais ça. mais tu transposes un consensus d’aujourd’hui, déjà difficilement mis en pratique, pour mieux disqualifier l’œuvre des révolutionnaires; qui en plus de briser leurs nombreux carcans avaient tout à faire. c’est malhonnête.

      12. m,

        étudier l’histoire c’est apprendre à savoir qui l’on est et qui sont les z’hommes. c’est important de savoir d’où l’on vient, même si c’est pour le ranger dans une case de son encéphale ensuite.

        le chiffre,

        c’est quoi encore ces bêtises? comparer le bomber command et la rue d’isly ???
        mais vous êtes frappés ou bien? faut arrêter de lire sacher-masoch les gars…

        Les ‘fossoyeurs’ de la révolution sont les révolutionnaires eux-mêmes. Ils se sont fait guillotiner les uns par les autres.

        non, c’est précisément pour ça qu’elle a réussie. comment sceller une chose pareille autrement que dans le sang? il est bien présomptueux celui qui croirait le contraire.

      13. @ Le chiffre :

        C’est à eux, et à l’absence de sanctions par la république, qu’est dû le rétablissement effectif de l’esclavage.

        Quelle République, après 1802 ?
        1802 – 1804 : Consulat
        1804 – 1814 : Empire
        1814 – 1815 : première restauration, retour et fin de l’empire
        1815 – 1830 : seconde restauration
        1830 – 1848 : monarchie constitutionnelle
        1848 : abolition de l’esclavage … par la 2nd République.
        La République a bon dos. Surtout après le coup d’état du 19 brumaire (9 novembre 1799).

        Ps : si le rétablissement de jure ne se fit pas dans certaines colonies, il est clair qu’il le fut ailleurs et que les objectifs de Napoléon furent de le réinstaurer, notamment aux antilles.
        Cf. l’envoi de la colonne Leclerc à Saint Domingue (dont on connaît l’échec retentissant) et en Guadeloupe, pour faire pièce aux Etats-Unis naissants en rétablissant l’esclavage.
        Pour la Guadeloupe et contrairement à ce que vous affirmez, l’esclavage fut bien rétabli :
        « Lacrosse ne publie pas lui-même l’arrêté inique rétablissant l’esclavage. C’est son successeur, le capitaine-général Ernouf, six jours après son arrivée, le 14 mai 1803, qui proclame le rétablissement légal de l’esclavage en Guadeloupe en s’appuyant sur l’arrêté consulaire du 27 messidor an X (16 juillet 1802) 43. Le 26 mai 1803, Ernouf adresse une circulaire à tous les commissaires de quartier. La Guadeloupe revient au régime antérieur à 1789. Il enjoint les propriétaires à se conformer aux règles du Code noir et à l’arrêté de police rurale du 22 avril 1803. Ce retour à l’ordre ancien ne concerne que les libres de couleur et les esclaves et non les Blancs qui bénéficient de tous les acquis de la Révolution 44. »

      14. @ Le Chiffre :
        Faut être précis :

        De Gaulle a participé à l’attaque anglaise contre l’armée française à Dakar

        Il y a d’abord eu deux attaques contre Dakar, l’une uniquement anglaise (le 08 juillet 40) et l’opération menace (23-25 septembre 40). C’est à la seconde que De Gaulle participe.
        Mais surtout, on ne dit pas ‘armée française’ mais bien armée de Vichy ou armée d’armistice : du 22 juin 1940 au 27 novembre 42, date de sa dissolution par Hitler.

        Sinon, on part inévitablement sur les traces vichystes d’un De Gaulle qui aurait attaqué la France et son armée : non, Vichy et son armée.
        Rien à voir.

      15. @methode:

        disqualifier l’œuvre des révolutionnaires; qui en plus de briser leurs nombreux carcans avaient tout à faire. c’est malhonnête.

        Ce qui est malhonnete c’est de faire croire que napoleon etait un revolutionnaire, en fait,les faits sont têtus,napoleon etait un contre-revolutionnaire tout comme le suivant, le numero3.

      16. On peut s’échapper et lire le Napoléon d’Élie Faure, celui de Léon Bloy ou écouter Stendhal et Goethe. On peut aussi fixer des clous dans son slip.
        L’intérêt n’est la clef que des actions vulgaires.

      17. atanguy t’as rien pigé à la portée du bonhomme ; dans son contexte. comprend bien qu’entre décréter et faire il y a un monde. mais dsl suis obligé de te laisser barboter, trop de messages m’ont été sucrés sur ce fil.

      18. les sources courtoises: matière et révolution

        Rappelons que la thèse des vainqueurs a tellement cours encore qu’il n’y a pas en France de monument aux morts du bombardement anglo-américain de 1944…
        (…)
        Eh non ! Ce n’est pas une réflexion dépassionnée qui va éclaircir ce que faisaient les grandes puissances à la fin de la guerre. C’est une politique révolutionnaire car il faut comprendre ces grandes puissances « démocratiques » comme tout aussi hostiles au risque révolutionnaire que représentait le prolétariat des pays vaincus que l’était le fascisme…

        ces dernières affirmations engagent surtout leurs auteurs, meuh ajoutons pour notre part ici sur le blog que vue la pinkerton et tutti quanti, disons que ces puissances étaient en effet fort hostiles au risque révolutionnaire, le mouvement des « occupy wall street » et les injures à son endroit à l’instar du candidat mormon-milliardaire sur les basses classes l’ont montré une fois de plus. idem la russophobie primaire.

        cet enfumage disparait peu à peu. en lisant, il faut simplement garder à l’esprit que le gouvernement us n’a plus grand chose à voir ni avec le jeune g.i d’alabama venu se faire descendre sur nos côtes en 44, ni même avec une part toujours croissante de sa population. d’ailleurs eisenhower lui-même ect… ect… enfin comprendre que ces deux nations technologiques que sont la russie et les états-unis ne seraient rien sans avoir piller une europe qu’elles ont largement contribué à ruiner.

      19. Allonzi Alonzo, Craig Roberts, « Horizon et débats » et cie… Va falloir apprendre à trier un peu meuhmeuh…
        Et rassure toi, l’Europe est une grande fille, elle a jamais eu besoin de personne pour se ruiner, le monde avec elle.

      20. Quand t’auras lu autant de daubesque premier grand cru classé que bibi relou on en r’cause. Par contre pour le triage j’peux rien pour toi, t’es hermétique apparemment. L’herméneutique peut rien pour l’hermétique, surtout le relou.
        Ma belle paire, de boeufs, relou et meuhmeuh. Hue miladiou !

      21. Hermétique? Si tu savais mes fuites… Quant à l’art d’interpréter, pardon, mais on connaît ta finesse nietzschéenne!… Allez, surveille tes levures et ne m’accole aucune trompette, je suis seul.

      22. t’as rien pigé à la portée du bonhomme (napoleon)

        Ben oui,j’ai rien pigé… Le père Adolphe (Thiers), lui avait pigé,c’est lui qui a fait revenir les cendres du …’grand homme’ dont il avait bien compris comment il avait réglé son compte a la révolution de 89 et qu’il (Thiers) a mis en pratique durant la commune de Paris quelques années plus tard.

      23. @atanguy: +1. A ceci près: Napoléon n’était pas vraiment contre-révolutionnaire (genre « droite monarchiste »). Il était arriviste (comme quasi tous les autres autour de lui), il n’avait pas d’autre idéologie que la fortune de sa famille. Il s’en foutait de la révolution, il s’en foutait de la contre-révolution. Il cherchait juste à se faire une place dans le club des puissants. Donc il a été plutôt révolutionnaire au début (pour grimper) et puis il est devenu de plus en plus contre-révolutionnaire (pour se maintenir). Mais s’il y a eu contre-révolution, c’est pas de sa faute, lui il a juste senti le vent tourner et il a agit en conséquence.

  18. et si effectivement le général empetré avait réellement divulgué des infos au MI-5 -par exemple – de façon à ce que l’ancienne puissance coloniale anglaise sache tout ce qui se passe dans ses anciens territoires indiens – et surtout le financement de la cia par l’opium – ?

    ou si c’etait , de toute façon ,vraiment un « dsk yankee » prèt à etre dézingué sitôt obama réélu ?

    ou si il avait merdé dans une operation spéciale dans les republiques du sud caucase ?

  19. Un diplomate et un consul sont sous statut diplomatique, la différence c’est que le diplomate est là pour rester en contact avec les autorités locales alors que le consul n’a de compte à rendre qu’à son gouvernement. En l’occurrence le consul tué était de la CIA et venu pour magouiller diverses choses avec les factions libyennes non sans rapport avec la Syrie. La présence de prisonniers est possible sans plus, le trafic d’armes et d’argent avec les mouvances islamistes libyennes est par contre certain. Par malchance pour lui le consulat était sur le territoire d’une faction qu’il a fâché.

    1. bon, pour rester gaulois,
      un « diplomate » posant en slip, avec l’air avantageux ( tout-de-même pas l’armure de Henry VIII à la Tour de Londres – quel immodeste, celui là ), nous en avons eu un, sous Croc 1°,qui après être allé promener ses battle dress en Irack ( pas chicos pour un « diplomate »), s’est fourvoyé dans un Pays méditerranéen, venant de se libérer d’un dictatueur …
      en fait, son nom de code était triple zero .

      « le changement, c’est maintenant », en fait, c’était une blague =) c’était uniquement ça : le virer fissa, le gonze.
      et là, je dois dire que c’est une bonne chose.

    2. La présence de prisonniers est possible sans plus,

      mais c’est cette déclaration de la biographe à Denver le 26/10 qui a été le déclencheur, car elle révélait là quelque chose de secret alors qu’elle avait, elle aussi, en tant qu’ancien officier, un devoir de réserve dans ses propos.

  20. C’est curieux, les expressions « Hiroshima mon amour », « Docteur Folamour », « ça sent la poudre », et autres prennent une toute autre signification à la lecture de ce post. Je ris.

    1. « J’ai une furieuse envie de botter » dirait un militaire.

      Cette histoire de couches me donne sérieusement envie de me lancer dans les jeux de mots et autres calembours malicieux.

      Allez, qui tente une contre pétrie en premier ?

  21. Les corps de ces dirigeants sont agi et leurs imaginations sont dépassées !
    Quelle magnifique illustration du chapitre ‘Cadre général’, plus spécialement pp31/37, notre cerveau conscience et volonté’ dans Misère de la pensée économique de PJ (en vente dans toutes le bonnes librairies!!)

  22. Lisez donc ces articles…
    Notre « bon » Gén Petraeus traînait tellement de casseroles qui ne pouvaient qu’éclabousser toute la hiérarchie politico-militaire états-unienne. Le plus sidérant est qu’un tel imposteur ait pu arriver à ce niveau-là !

  23. Le général David Petraeus, qui permit grâce au surge (la montée en puissance des forces militaires)

    Juste pour un détail.
    Le Surge à surtout consister à inonder de dollars (mais, si la monnaie de singe gagé sur les hydrocarbures dont ils essayaient justement de s’emparer) toutes les factions de la rébellion pour se donner le temps de se désengager.

  24. les USA ,capable d’espionner la terre entière , et ignorant tout des agissements d’un haut gradé ?
    Comme rendre une telle blague crédible ?

     »
    Depuis qu’elle existe, l’humanité a su cultiver l’art de raconter des histoires, un art partout au coeur du lien social. Mais depuis les années 1990, aux États-Unis puis en Europe, il a été investi par les logiques de la communication et du capitalisme triomphant, sous l’appellation anodine de storytelling Derrière les campagnes publicitaires, dans l’ombre des campagnes électorales victorieuses, de Bush à Sarkozy, se cachent les techniciens sophistiqués du storytelling management ou du digital storytelling, pour mieux formater les esprits des consommateurs et des citoyens. C’est cet incroyable hold-up sur l’imagination que révèle Christian Salmon dans ce livre, au terme d’une longue enquête consacrée aux applications toujours plus nombreuses du storytelling : le marketing s’appuie plus sur l’histoire des marques que sur leur image, les managers doivent raconter des histoires pour motiver les salariés, les militaires en Irak s’entraînent sur des jeux vidéo conçus à Hollywood et les spin dottors construisent la vie politique comme un récit… Christian Salmon dévoile ici les rouages d’une machine à raconter „ qui remplace le raisonnement rationnel, bien plus efficace que toutes les imageries orwelliennes de la société totalitaire. »

    Source
    http://www.amazon.fr/Storytelling-machine-fabriquer-histoires-formater/dp/2707156515/ref=pd_bxgy_b_img_c

  25. pour en revenir à la « révélation » de la psychopathe Broadwell, l’explication que « personne n’a encore avancée » a été diffusée par Foxnews… plusieurs heures AVANT sa conférence, elle a juste cité Fox en fait ^^ (« the facts that came out today »…)

    http://www.foxnews.com/politics/2012/10/26/cia-operators-were-denied-request-for-help-during-benghazi-attack-sources-say/

    là où ca devient grotesque c’est quand Fox fait semblant de se demander 2 semaines plus tard si Broadwell a révélé une info équivalent secret-defense, alors qu’elle n’a fait que haut parleur à leur propre « info » (j’éviterais soigneusement de me prononcer sur la véracité des faits en eux-meme, je m’occupe juste de la chronologie ^^ )

    http://www.foxnews.com/politics/2012/11/12/petraeus-mistress-may-have-revealed-classified-information-at-denver-speech/

    sauvegardez la page du 26 octobre des fois que l’avant-dernier paragraphe disparaisse un de ces 4…

    1. L’article de Fox parle de trois prisonniers libérés par les assaillants, mais affirme que ce seraient trois prisonniers faits par la CIA parmi les assaillants, pas faits prisonniers avant l’attaque…

  26. A Paul:
    SVP, transmettre à LISZTFR qui recherche un « bon » scénario pour HOLLYWOOD…
    avec une James Bond girl qui nous fait un magnifique double jeu (si j’ai bien compris l’histoire) et une concurrente qu’on hésitera tout au long du film à classer dans les bons ou dans les méchants.

  27. Le 2 Novembre, François Leclerc nous avait offert  » Grandeur et décadence » ( http://www.pauljorion.com/blog/?p=43101#comments )
    avec cette phrase remarquée :  » Le lent déclin de la première puissance militaire mondiale ne peut plus être enrayé.  »

    Magnifique confirmation: ce n’est pas seulement le pognon ou le matériel qui font défaut par manque ou inadaptation aux guerres préférés des USA. Petraeus et ses acolytes de la « brass » ( les étoiles en laiton) montrent que les hommes à la tête, minables et manipulateurs, sont aussi en cause.

      1. Super.
        Où trouvez-vous toutes ces sources ? Comment faites-vous ? vous dormez de temps en temps ?
        D’un autre côté, on peut admirer une nouvelle fois la transparence américaine.

  28. Que des secrets d’Etat circulent sur l’oreiller confirme formidablement un certain site « anti-américaniste » que je ne nommerai pas, mais qu’un certain vigneron comprendra tout de suite celui dont auquel cette allusion voilée fait allusion. 🙂

  29. La presse parlait d’un attentat à Benghazi et d’un assaut contre l’ambassade américaine en Tunisie, y aurait-il eu désinformation?

  30. SEC, AMOUR ET FANTAISIE

    Weber (former chief investigator for the SEC Inspector General’s office) claims that in recent years, while the SEC Inspector General’s office has been attempting to investigate the agency’s seemingly-negligent responses in such matters as the Bernie Madoff case and the less-well-known (but nearly as disturbing) Stanford Financial Ponzi scandal, two of the IG office’s senior officials – former Inspector General David Kotz and his successor, Noelle Maloney – were sleeping together.

    http://www.rollingstone.com/politics/blogs/taibblog/sec-rocked-by-lurid-sex-and-corruption-lawsuit-20121119

Les commentaires sont fermés.