AUTRES TEMPS, AUTRES MŒURS

Quand j’étais petit, les rues étaient pleines de femmes voilées.

Nous les enfants, nous étions curieux, et souvent nous nous retournions, parfois en gloussant. Les adultes eux n’y prêtaient aucune attention.

Et puis, peu à peu, les nonnettes ont disparu.

0Shares