La grenouille et les vases communicants, par Jacques Seignan

Billet invité.

Les vases communicants sont une expérience de physique amusante. Deux ou plusieurs vases reliés à leur base par un tube maintiennent un niveau d’eau (ou de tout fluide) à la même hauteur – quel que soit leur volume ou leur forme. C’est une application de l’hydrostatique, c’est-à-dire l’étude des fluides immobiles. Si l’on installe une pompe (on quitte donc l’hydrostatique), il est clair que l’on peut obtenir cette fois-ci des volumes remplis à différentes hauteurs, les uns alimentant les autres…. Sur la base d’un système de ce type, en 1949, un économiste néo-zélandais, William Phillips (1914-1975), construisit un ordinateur analogique (1) pour montrer le fonctionnement des flux monétaires dans une économie grâce à un système sophistiqué comprenant des réservoirs, des tuyaux, des vannes, des pompes etc. ; l’eau représentant la monnaie et le tout étant paramétrable par le réglage des vannes et dérivations. Aujourd’hui on peut voir cette belle machine fonctionner au Science Museum à Londres et, d’une façon peut-être biaisée, elle donne à voir la circulation et l’allocation des richesses dans une société selon diverses stratégies (taux d’intérêt, d’imposition etc.).

Laissons la macroéconomie et examinons le cas des retraites : relèverait-t-il des vases communicants ?

Environ un million de personnes en France ont la chance de bénéficier d’une « retraite chapeau » (2): une pension complémentaire financée par l’entreprise. Mais il y a une astuce : les arbustes cachent des séquoias ! La moyenne perçue pour cette rente annuelle est de 3.875 € alors que pour une minorité elle atteint des sommes équivalentes à plusieurs fois des salaires annuels élevés (par exemple entre 300.000 € et plus de 600.000 € pour les premiers pensionnés). Bien sûr il faut consoler ces géniaux dirigeants de partir à la retraite après avoir consenti à offrir à une firme leurs capacités surhumaines (ou multi-humaines puisqu’ils valent en salaire des centaines de fois plus que leurs employés, simples humains). Par contre il arrive que des patrons ayant échoué, des nullards pour certains, partent quand même avec une retraite super-sombrero : ça fait désordre pour le bon peuple et magnanimes (enfin un peu forcés) ils renoncent ou réduisent les sommes dues (3).

Qu’en est-il des retraités ordinaires ? Leurs pensions sont variables, de très basses à très élevés, mais tous, en tout cas, devront subir cette année une baisse mécanique de leur montant puisque la revalorisation du 1er avril est reportée au 1er octobre. Certes l‘effet est faible car une désindexation de six mois avec une inflation faible semble presque insensible. Un gouvernement labelisé de « gauche » comme les lasagnes au cheval étaient étiquetées « pur bœuf », va obéir aux injonctions néolibérales pour faire des réformes structurelles. Traduire : « démolissez tous les acquis sociaux ; par exemple, baissez les retraites ».

Pourquoi ? Ce n’est évidemment pas les quelques cacahouètes prises sur les retraités ordinaires qui se transmuteront en caviar pour les retraités aux très grands chapeaux. En ce sens la réponse à la question posée est : non, il n’y a pas de vases communicants ! Mais puisque nos États ont dû rembourser les énormes pertes spéculatives des banques, renoncer à redistribuer quoique ce soit des richesses produites, créer une énorme dette, il faut donc ponctionner tout le monde pour que de toutes petites rivières fassent des fleuves, des Amazones de liquidités qui coulent dans les poches sans fond de quelques malheureux possédés par le Démon de l’Or. Il y a donc bien d’une certaine manière des vases communicants mais ils sont si nombreux, si complexes et si opaques, que nous n’en voyons rien directement, au contraire des flux dans la Machine de Phillips. Un tour d’escamotage comme toujours.

Et la grenouille dans cette histoire que vient-elle faire ?

L’apologue est connu : dans une casserole, on met une grenouille et de l’eau. On chauffe tout doucement. La grenouille au début est si bien dans cette eau tiède, prise de torpeur. Et quand l’eau arrive près de l’ébullition, il est trop tard pour sauter et s’enfuir, elle est cuite ! Le résultat final serait le même en jetant la grenouille directement dans l’eau bouillante ; c’est rapide et brutal. Les deux méthodes ont applicables à une réforme des retraites. La version brutale est mise en œuvre par la Troïka en Grèce (4) ou au Portugal (5).

En France, c’est la version douce – pour le moment… Nos subtils gouvernants font chauffer l’eau et nous sommes les grenouilles. Pareil pour toutes les réformes budgétaires, c’est une petite désindexation par-ci, une diminution d’allocation par-là… Ces économies mesquines accumulées et accentuées par le Pacte de Responsabilité (selon la formule de Communicants vaseux) aggravent la récession mais, qu’importe, l’essentiel est que des fortunes insolentes et inutiles continuent de croître, sans but, sans fin. Il y a pourtant un problème évident que pourrait démontrer l’ordinateur de Phillips : si toute l’eau s’accumule dans un seul réservoir, ça ne marche plus ! Les Shadoks, ces volatiles ‘bêtes et méchants’, ont gagné… mais finie leur unique raison de vivre, ils n’ont plus rien à pomper (6).

La majorité des Français accepte cependant plus ou moins résignée cette transformation de leur mode de vie en celui d’une société à castes, ces discours sur la dette, les économies, tenus par nos gouvernants dont les décisions s’alignent de plus en plus sur les intérêts des détenteurs de ces fortunes insolentes et inutiles. Quand donc les Français décideront-ils de s’adresser à ceux-ci dans les termes qu’utilise Paul Jorion : « Vous avez vécu (et vous le faites chaque jour davantage !) au dessus de NOS moyens ! ».

============

(1) –  Phillips’ economy analogic computer : ordinateur analogique pour démontrer le flux circulaire de monnaie dans l’économie et une vidéo sur son fonctionnement

Photographie : Phillips’ economy analog computer, Science Museum, London, UK.

(2) – Retraite chapeau dans ‘Finance pour tous’

(3) –  Les Retraites chapeau revues à la baisse chez PSA  Rassurez-vous, il leur restera encore 16 millions d’euros.

(4) – En Grèce, « Les retraites supérieures à 1 200 euros par mois seront réduites de 20 %. De même pour les retraites des fonctionnaires partis avant 55 ans, également diminuées ».

(5) – Au  Portugal, « la tension dans le pays très perceptible après de nouvelles coupes de 10% dans les retraites des fonctionnaires décidées pour y suppléer », écrit  François Leclerc.

(6) – Le Moteur perpétuel Shadok   pour le plaisir et en hommage à ce chef-d’œuvre de la création française au XXème siècle.

Partager :