De nouvelles précisions sur les faits reprochés à BNP Paribas par les autorités américaines

Dans un article publié hier soir, le Wall Street Journal apporte de nouvelles précisions sur les sanctions que les autorités américaines envisagent de prendre à l’encontre de BNP Paribas.

Ce serait ainsi tout particulièrement le contournement de l’embargo financier sur le Soudan qui serait visé. Des individus particuliers seraient par ailleurs dans le collimateur des autorités américaines. Le journal parle d’« au moins une douzaine » de personnes qu’elles chercheraient à faire révoquer (« to be axed » ; « for heads to roll »), dont il est précisé qu’il s’agirait pour certains d’« executives », c’est-à-dire de dirigeants de la firme.

Le New York Department of Financial Services, qui est à la pointe de la recherche de sanctions, réclame une suspension temporaire de la capacité de la banque à effectuer des opérations de compensation en dollars, ce qui constituerait un handicap majeur pour une banque à vocation internationale, et paralyserait en particulier l’activité des filiales de BNP Paribas aux États-Unis puisqu’il leur serait interdit durant la suspension d’effectuer des opérations aussi banales que le versement des traitements des employés d’une entreprise dont elle gérerait le compte, ou le règlement de paiements à ses clients.

Partager :