L’économie pour les neuneus – Chapitre 2 : La compétitivité, Macroéconomie, par Jean-Baptiste Auxiètre

Billet invité.

Le principe de la compétitivité est d’être plus compétitif et donc cela sous-entend que l’on est plus productif, c’est-à-dire faire plus avec autant ou autant avec moins ou enfin plus avec moins.

Les entreprises en France produisent majoritairement pour le marché intérieur : environ 73% et seulement 27% à l’export. Imaginons que chaque entreprise plus compétitive remplace 10 personnes par 5 personnes.

Pour 100 entreprises schématiquement :
On a 27 entreprises x 5 personnes qui exportent donc 135 personnes de plus qui ont du travail en net pour le pays.
On a 73 entreprises x (10-5) personnes qui vendent sur le marché intérieur et donc 365 personnes de moins qui ont du travail.

Donc on a plus de chômage de 365-135=230 personnes ! Pour que la compétitivité produise plus d’emploi qu’elle n’en détruit ; il faudrait au moins exporter à 50%.

Pour autant si on ne maintient pas non plus une certaine compétitivité on perd là aussi des emplois qui sont gagnés par d’autres pays, même si les pays qui gagnent ces emplois n’en gagnent pas forcément autant (c’est même rare).

L’effort de compétitivité doit donc être fortement orienté vers les entreprises qui exportent ou pourraient exporter sinon on précipite les travailleurs au chômage, même si le problème global reste entier : comment faire travailler tout le monde si on produit plus avec moins de personnes en n’ayant pas seulement une vision nombriliste de ne voir que son pays exportateur net et en en laissant d’autres – mais surtout pas nous – être importateur net ?

Dans tous les cas, même si le progrès est souhaitable, la compétitivité ne sera pas du tout un remède à l’emploi bien au contraire. Les dirigeants d’entreprise le savent d’ailleurs et savent aussi que ce n’est pas le rôle des entreprises de payer les gens à ne rien faire pour flatter un gouvernement même si déjà dans un certains nombre de secteurs on garde des personnes qui pourraient être remplacées par moins ou par des machines pour éviter de faire des vagues.

Partager :