Certains vrais Prix Nobel n’ont rien à envier aux faux

Ouvert aux commentaires.

Pour me mettre de bonne humeur, je lis en ce moment les œuvres de Jacques Tardi consacrées à la Grande guerre.  😉

Je lis ainsi dans Putain de guerre ! 1917-1918-1919 (Casterman 2009), à la page 30 :

En décembre [1918], l’Allemand (*) qui avait mis toute sa science durant quatre ans, à rendre plus efficaces les gaz de combat allait recevoir le prix Nobel de chimie !

Nous nous plaignons amèrement ici des Prix Nobel d’économie attribués à des canailles (von Hayek en 1974, Milton Friedman en 1976), des margoulins (Becker en 1992) ou des faussaires (Scholes en 1997), supposant que la raison en est peut-être qu’il s’agit avec le Prix Nobel d’économie, d’un « faux » Nobel, en l’occurrence, d’un « Prix de la Banque de Suède à la mémoire d’Alfred Nobel », mais certains vrais Prix Nobel n’ont apparemment rien à envier aux faux. Sans compter  un fameux Prix Nobel de la paix attribué de manière prématurément anticipée en 2009…

========================================================

(*) Fritz Haber (1868 – 1934)

Partager :

22 réflexions sur « Certains vrais Prix Nobel n’ont rien à envier aux faux »

  1. Pour continuer à rire (jaune) je propose d’ajouter encore un autre exemple à cette liste, l’inventeur de la lobotomie Egas Moniz…cette fois-ci en médecine :

    http://www.cerveauetpsycho.fr/ewb_pages/a/article-la-lobotomie-erreur-ou-progres-22164.php

    Vraiment il y a un truc pervers dans ce type de prix.
    Quant au Nobel de littérature, quelle farce de primer tel ou tel ! Jamais JL Borges qui a osé être anti-péroniste n’a eu ce prix en littérature — pas assez à “gauche” aux yeux du jury Nobel…
    Quant au prix Nobel de la Paix : Obama ah ah !
    Enfin les Nobel c’est devenu un truc mondial comme les JO ou le Mondial de foot ou Miss Monde… Au moins il ne semble pas qu’il y ait abus de produits dopants ou chirurgie plastique, mais sait-on jamais ? 🙂

  2. Il y a quelque chose relevant de la tragédie grecque dans la vie et « l’œuvre » de Fritz Haber, une sorte de malédiction ancestrale :
    – Croyant servir la patrie, il met son talent scientifique au service de la mort industrielle des champs de bataille de la 1ère GM.
    – Sa femme, amour sincère et scientifique brillante, révoltée par l’asservissement de la science à la barbarie, s’immole avec le révolver d’ordonnance de son mari.
    – Arrivés au pouvoir, les nazis l’obligent à quitter sa patrie car il était d’origine juive (si la science ne peut se passer des juifs, alors nous nous passerons de la science).
    – Un de ses proches collaborateurs, Walter Heerdt, s’inspirera très directement de ses travaux pour mettre au point le Zyklon B qui sera utilisé massivement dans les camps d’extermination nazis.

    Inutile de courir et de te débattre petit homme, les dieux cruels ont décidé de ta perte…

  3. Ah, mais Haber-Bosch (synthèse de l’ammoniac à partir de l’azote de l’air), c’est la source de 50% de nos protéines à vous et moi, sauf si vous mangez grenouilles et escargots cueillis par vos soins (via les nitrates et les engrais et éventuellement les animaux qui mangent le fourrage poussé aux engrais).
    Bosch plus intéressant que Haber, non ? Voir la structure actuelle de la fondation Bosch, qui évite certaines dérives du capitalisme (découplage droit de vote / droit de propriété, grosso modo).

    1. Tout à fait ok Timiota. Le procédé Haber méritait en soi un Nobel, gaz de combat ou pas. Carl Bosch a eu aussi le Nobel de chimie (1931) mais il n’a rien à voir avec l’entreprise Bosch de son oncle Robert; lui la boîte qu’il a fondée (1926) et présidée (1935), c’est… IG Farben…

      1. Le pocédé Haber a surtout libéré la chimie allemande de la nécessité de se procurer du nitrate organique outre mer et donc permis la fabrication d’explosif à tout va.
        Pendant la seconde guerre mondiale , les usines d’azote avaient été un objectif de choix pour l’aviation anglo-américaine. A la fin, les allemands étaient obligés de compléter les charges des obus avec du sel par manque d’explosif, les rendant moins “effectifs” – Speer en parle dans ses mémoires.
        Pendant la guerre de Sécession, le Sud avait été pénalisé par la rareté du nitrate. Le blocus imposé par le Nord avait été payant à cet égard.

    2. Oui, vigneron, j’ai fait le raccourci un peu vite, la famille Bosch est compliquette.

      Il est par ailleurs compréhensible (mais non excusable) que les succès de la chimie allemande, bien en avance dans plein de domaine, ait donné une impression de toute-puissance à ses acteurs.

  4. Dans « Un empoisonnement universel » de Fabrice Nicolino (rescapé de Charlie Hebdo), on peut lire page 55 :
    « Haber réunit à Dahlem un aréopage de chimistes, dont quatre futurs prix Nobel de physique ou de chimie. Cela fait cinq avec lui. Otto Hahn, James Franck, Walther Nernst et Gustav Hertz vont mettre leurs compétences au service de la mort, ce que refuse en revanche de faire Max Born, qui sera lui aussi prix Nobel de physique en 1954.”

  5. A mon avis, le prix Nobel n’a pas une valeur suprême, d’autant plus que certains prix sont motivés exclusivement par des considérations politiques.

  6. Le prix Nobel , comme le prix tout court, serait donc le résultat d’un rapport de forces .
    Chacun imaginera selon son inclination les forces en présence .

    Mais à quoi sert un prix Nobel ou une distinction quelconque , si ce n’est , pour celui qui donne ce salaire , à pérenniser son propre conservatisme ou l’idée qu’il se fait de l’inouï dans le meilleur des cas ?

    ” Sors vainqueur d’un combat dont Chimène est le prix ” reste plus motivant ( et risqué !).

    1. Je ne vous persécute pas, soyez en assurez. Mais Chimène a-t-elle son mot à dire ? Etre le trophée du vainqueur ? Ou bien, autre point de vue, l’amour est-il un combat ? Corneille et les autres sont des vieux croutons. Je crois et j’espère que les Chimènes actuelles ( modernes ?) sont d’une autre trempe et elles ont bien raison. Effet miroir: qui,parmi les vrais mâles, pourrait rêver d’être la récompense du combat de deux amazones ?

      1. Bien que je ne me fasse pas d’illusion sur l’avis des Chimène d’aujourd’hui , d’hier et de demain , je risquerai que le fond de l’affaire est plus trouble .

        D’abord , je n’aurais aucun obstacle personnel à me considérer comme la récompense d’un combat d’amazones .

        Ensuite , si j’ai un peu compris les femmes , il me semble qu’elles sont sensibles aux efforts que l’on fait pour les approcher ou les comprendre , traduction un peu pauvre de l’amour courtois.

        Ce en quoi , de façon sans doute involontaire , elles nous aident à sortir de nous .

        La nature est bien faite , et nos amazones mériteraient le prix nosbelles .

  7. Les titres et les honneurs ne valent que ce qu’ ils valent.
    Je ne sais pas comment les Nobels se nomment entre eux ; mais je sais comment avocats ou médecins s’ interpellent. Honoré confrère, Cher maître…
    Laissez moi rire (malheureusement) car le titre ne fait pas la profession, c’ est certain.
    Je ne suis pas universitaire, sans doute beaucoup ici le sont, pour ma part, je dirai tant mieux ou tant pis.
    Des médecins ou autres assimilés à la profession, j’ en ai fréquenté beaucoup, même des chefs de clinique, et les ai virés presque tous tant ils étaient incompétents.
    Ils détestent ça parce que personne n’ ose le faire en général tant ces professions sont entourées de prestige.
    Me concernant ils ne méritent pour la plupart ni celui ci, ni même trop le titre ; étudier est une chose, pratiquer l’ art une autre (j’ assimile la médecine a une science et un art).
    Entendu hier (France Inter journal de 19 ou 20 h) : Madame Bettencourt, femme la plus riche de France, était entourée de vingt médecins, pas moins. Les experts viennent de conclure qu’ elle avait été très mal soignée.
    L’ entendre ne m’ a pas étonné.

  8. Allons bon , Haber n’a pas eu le prix Nobel pour sa contribution aux gaz de combat mais pour la synthèse de l’ammoniac à partir de l’azote atmosphérique , c’est grace à lui qu’on peut avoir tant d’engrais et nourrir des millions de gens

Les commentaires sont fermés.