LA PENTE DESCENDANTE DE LA RÉGULATION FINANCIÈRE, par François Leclerc

Billet invité.

Goldman Sachs constate dans une étude une importante baisse des revenus des banques américaines, trois facteurs se conjuguant pour les affaiblir au point d’éroder de plus de 7 % leurs profits annuels, qui sont captés par le secteur du shadow banking. En cause : les bas taux d’intérêt, la régulation financière et l’apparition de nouveaux concurrents. Les énormes amendes auxquelles elles ont été condamnées ne sont pas mentionnées.

Impulsés par une Fed qui ne les augmente toujours pas, les bas taux d’intérêt persistants font d’ailleurs d’autres victimes, aux États-Unis et ailleurs, dans le secteur clé des compagnies d’assurance. Celles-ci sont prises dans un étau qui se resserre progressivement, ayant garanti des rémunérations fixes à leurs clients tout en subissant une baisse de leurs revenus obligataires. Seul leur matelas de titres n’étant pas arrivés à maturité et bénéficiant des rendements d’avant freine cette érosion qui va se poursuivre tant que les taux ne remonteront pas. Ce qui n’est pas à l’ordre du jour en Europe avec le démarrage du programme d’achat de titres de la BCE. Côté régulation, les lobbies bancaires courtisent activement la majorité républicaine du Congrès afin que soit détricotée la loi Dodd-Frank de régulation financière, dans la perspective des prochaines élections présidentielles américaines. Mais ils sont également préoccupés par l’émergence sur Internet de nouveaux acteurs P2P (pair à pair), qui contournent les banques sur des marchés très profitables et en plein développement comme celui des prêts étudiant.

L’explosion du coût des études supérieures est à l’origine de son expansion, aboutissant à ce que 40 millions d’Américains bénéficient d’un prêt étudiant pour un montant global de 1.160 milliards de dollars (un encours dépassant celui du crédit automobile). La Fed s’inquiète de cette nouvelle bulle financière ainsi que de l’accroissement du poids du remboursement des prêts et du taux de défaut. Les banques cherchent à se rattraper en finançant les acteurs émergents, mais les revenus qui proviennent des lignes de crédit qu’elles leur ouvrent sont loin d’égaler ceux qui leur échappent. Elles pourraient par contre être atteintes, si cette nouvelle clientèle peu surveillée connaissait des accidents de parcours…

Le monde financier bouge mais ne gagne pas en stabilité, tout au contraire : le secteur non régulé prend des parts de marché au détriment des banques, qui protestent devant cet avantage concurrentiel afin d’obtenir un assouplissement réglementaire. Nous sommes engagés sur une pente descendante.

Le propos n’est d’ailleurs pas réservé aux banques américaines (et européennes, toutes aussi actives). Les acteurs de l’énorme marché des produits dérivés s’inquiètent des velléités de régulation des chambres de compensation européennes – les réglementations EMIR et MIFID 2 – et prédisent l’exil des transactions de leur plus important centre mondial, la City, vers des centres financiers asiatiques plus accueillants comme Singapour : destinées à renforcer financièrement ces chambres de compensation, les exigences d’appel de marge et de fourniture correspondante de collatéral vont accroître de manière importante le coût financier des transactions de produits dérivés qu’elles accueilleront. Des démarches sont en cours auprès de l’ESMA (European Securities and Markets Authority), afin d’obtenir des assouplissements réglementaires, menées par un grand acteur de premier plan du marché des dérivés, ICE (Intercontinental Exchange), une compagnie américaine ayant choisi Londres comme tête de pont de ses activités en raison des contraintes réglementaires à l’époque moindres qu’aux États-Unis.

Ce n’est pas une découverte, mais cela s’accentue : la finance à risque se déplace d’un secteur d’activité à un autre, et d’une région à une autre, afin d’échapper à une réglementation qui tente péniblement d’endiguer le risque. Ou bien elle se contente de menacer de le faire en s’appuyant sur un moins-disant afin d’obtenir gain de cause. La régulation a atteint ses propres limites avant même d’être achevée, après avoir eu tant d’années à sa disposition…

14Shares