Finalement l’affaire Kerviel est bien l’affaire Société Générale !, par Roberto Boulant

Billet invité.

« Quand vous en parlez, tous les gens qui sont un peu dans la finance, ils rigolent, sachant très bien que la Société générale savait. (…) La Société générale savait, savait, c’est évident, évident », c’est selon Médiapart et 20 minutes ce que déclare dans un enregistrement fait à son insu, Chantal de Leiris, ancienne vice-procureure au parquet de Paris.

Si la véracité de cet enregistrement est confirmée, il faudra maintenant répondre à une question supplémentaire : la Justice fut-elle la victime des manipulations de la Société Générale, ce qui interrogerait le professionnalisme de la section financière du parquet, ou bien devant les enjeux colossaux en termes de crédibilité et de confiance pour le champion bancaire français, fit-elle preuve d’une certaine complaisance ?

Jusqu’à faire volontairement pencher les plateaux de la balance ?

Partager :

Contact

Contactez Paul Jorion

Commentaires récents

  1. Coluche : « Homme politique, c’est une profession où il est plus utile d’avoir des relations que des remords. » « La moitié…

  2. Bonjour Isabelle Réponse de Copilot: Non, l’équation que j’ai présentée n’est pas spécifique au COBOL ou à tout autre langage…

Articles récents

Catégories

Archives

Tags

Allemagne Aristote bancor BCE Bourse Brexit capitalisme centrale nucléaire de Fukushima ChatGPT Chine Confinement Coronavirus Covid-19 dette dette publique Donald Trump Emmanuel Macron Espagne Etats-Unis Europe extinction du genre humain FMI France Grèce intelligence artificielle interdiction des paris sur les fluctuations de prix Italie Japon John Maynard Keynes Karl Marx pandémie Portugal psychanalyse robotisation Royaume-Uni Russie réchauffement climatique Réfugiés spéculation Thomas Piketty Ukraine ultralibéralisme Vladimir Poutine zone euro « Le dernier qui s'en va éteint la lumière »

Meta