Finalement l’affaire Kerviel est bien l’affaire Société Générale !, par Roberto Boulant

Billet invité.

« Quand vous en parlez, tous les gens qui sont un peu dans la finance, ils rigolent, sachant très bien que la Société générale savait. (…) La Société générale savait, savait, c’est évident, évident », c’est selon Médiapart et 20 minutes ce que déclare dans un enregistrement fait à son insu, Chantal de Leiris, ancienne vice-procureure au parquet de Paris.

Si la véracité de cet enregistrement est confirmée, il faudra maintenant répondre à une question supplémentaire : la Justice fut-elle la victime des manipulations de la Société Générale, ce qui interrogerait le professionnalisme de la section financière du parquet, ou bien devant les enjeux colossaux en termes de crédibilité et de confiance pour le champion bancaire français, fit-elle preuve d’une certaine complaisance ?

Jusqu’à faire volontairement pencher les plateaux de la balance ?

Partager :