Piqûre de rappel – La petite énigme de Géo Trouvetout : Lanceurs d’alerte connus et anonymes

J’ai l’impression qu’on ne sait toujours rien sur cette affaire, je ne vois pas comment attribuer le prix d’un exemplaire dédicacé de Le dernier qui s’en va éteint la lumière à celle ou celui qui trouve la bonne réponse.

A-t-on maintenant des pistes sérieuses sur 1) Qui est le lanceur d’alerte ? 2) Comment a-t-il pu disposer des moyens permettant d’accéder à des données deux mille fois plus importantes que WikiLeaks (ce que les hackeurs appellent « Trop gros pour des civils ») ?

Comment se fait-il que quand un lanceur d’alerte dont on connait le nom dénonce un scandale, il se retrouve rapidement en prison, confiné dans une ambassade, interdit de séjour, que l’armée de l’air est mobilisée pour faire atterrir sous la menace tout avion où l’on soupçonne qu’il pourrait se trouver, et que la presse est très discrète à son sujet, alors que quand on n’a pas la moindre idée qui le lanceur d’alerte pourrait bien être, on ne tarit pas d’éloges à son sujet, et la presse couvre ses révélations – ou pseudo-révélations – ad nauseam pendant des jours et des jours ?

Partager :

274 réflexions sur « Piqûre de rappel – La petite énigme de Géo Trouvetout : Lanceurs d’alerte connus et anonymes »

  1. Parce qu’il est bien plus facile d’aller contre le porteur du message – finalement un empêcheur de tourner en rond – que d’aller contre des faits – anonymes – portés sur la place publique.
    Et en portant l’effort médiatique sur le porteur du message, il est possible d’espérer que son message passé à la trappe.

    Quand le sage désigne la lune, l’idiot regarde le doigt…
    C’est toute l’histoire de Clearstream avec Denis Robert, de Julien Assange pour Wikileaks, d’Edward Snoden pour la NSA.

  2. Réponse:
    Parce qu’il y en a un qui s’appelle George Soros (« The Good ») tandis que l’autre s’appelle Julian Assange (« The Bad ») et que le premier a une dent contre le très vilain Vladimir Poutine (« The Ugly »).

    1. C’est ça et pendant ce temps les anti-Soros de la droite ricaine passent leur vie à l’accuser de soutenir, via des Soros-clones comme Omidyar, la bande des Greenwald, Poitras, Assange et Snowden pour détruire l’Amérique éternelle…
      Oui, décidément, même inversée, l’image sur le miroir réfléchit aussi connement que le gonze en face du miroir.
      http://www.mrc.org/special-reports/soros-clones-5-liberal-mega-donors-nearly-dangerous-george-soros?page=9

  3. Afin de flatter son ego pour le pousser à se dévoiler et ainsi pouvoir le mettre en prison ou exercer des pressions sur lui.

    J’ai bon ?

  4. « alors que quand on n’a pas la moindre idée qui le lanceur d’alerte pourrait bien être, on ne tarit pas d’éloges à son sujet, et la presse couvre ses révélations – ou pseudo-révélations – ad nauseam pendant des jours et des jours ?

    “Il est évident que la raison d’Etat a besoin de ces paradis.”

    « Le 17 septembre 2008, jour où le système s’est effondré, beaucoup d’argent sale a été injecté par le biais des paradis fiscaux si l’on en croit Antonio Mario Costa, qui était alors directeur de l’Office des Nations-Unies contre la drogue et le crime. Il est évident que la raison d’Etat a besoin de ces paradis. »
    http://www.pauljorion.com/blog/2016/04/05/telerama-fr-paul-jorion-economiste-les-fuites-des-panama-papers-ne-surviennent-pas-par-hasard-le-5-avril-2016/#more-84218

  5. Je me lance :
    Parce que A) cela n’engage à rien d’encenser la pratique et le dénonciateur s’il n’est pas connu et cela permet B) de gagner des points devant l’opinion en montrant son courage et sa détermination pour pas un rond C) sans devoir affronter un éventuel ami qui vous veut du bien, en particulier s’il s’agit d’un grand ami de l’autre côté de l’Atlantique, mais cela peut aussi marcher avec les petits amis que l’on se doit d’avoir à un tel poste.

    Bref, quel courage !

  6. J’espère vraiment gagner ce livre avec dédicace s’il vous plaît.
    Ma réponse: Le scandale vient lorsque le lanceur d’alerte nuit aux intérêts américains.

  7. Dans le premier cas le lanceur d’alerte a pour objectif le bien commun. Dans le second d’interet particulier.
    Moi qui ait horreur du cynisme…

  8. Le premier est un vrai signaleur. Il a seul l’iniative. Il n’est pas en service commandé et ses documents sont dérobés. Ils sont politiques: assassinat en Irak, torture, vérité sur les ADM: n’existent pas. Il est moral.

    Le second résulte d’un coup monté. Ses « doc » ne causent que du sujet qui intéresse la classe qui gagne la guerre des classes: le pognon. S’agissant d’une lutte entre crocodiles pour contrôler le marécage commun, la morale du fuiteur est négligeable ou nulle, mais cynique.

    1. Bravo, bonne réponse, Daniel !

      L’un sert les intérêts des Etats pour récupérer de l’argent en stigmatisant des initiatives privées, l’autre les déstabilise en stigmatisant les pratiques douteuses des mêmes Etats.

    2. On t’en supplie Daniel, à genoux, ne nous fais pas languir plus longtemps, divulgue les éléments secret défense à ta disposition qui te permettent de faire de telle révélations.

      1. La votre ( dérange contre arrange) est pas mal non plus…
        concision, style, assonance d’où efficacité.
        Mais je vais ( un peu) vous faire languir à genoux par cet indice:
        Poutine N’est PAS dans les petits papiers panaméens et cependant les sites des grand journaux british l’ont mis en photo de tête de l’article. ( restriction : à ma connaissance et je n’ai pas vu les journaux français.) La vraie question n’est pas ce que vaut Poutine, mais ce que valent ces torchons manipulateurs. Je dis manipulation donc tromperie.
        Content ?

    3. Je dirais comme Daniel, en ajoutant qu’un E Snowden est surtout une galère intolérable pour un état, car il est hors de contrôle, la contagion, et le périmètre de ce qu’il dévoile sont à maîtriser à tout prix.

  9. Secrecy for Sale: Inside the Global Offshore Money Maze
    https://www.icij.org/offshore

    et aussi
    Un consortium international a peut être plus de « poids » que des individus isolés comme Assange ou Snowden, ou autre affaire Denis Robert .

    ICIJ : Why we exist ?

    « The need for such an organization has never been greater. Globalization and development have placed extraordinary pressures on human societies, posing unprecedented threats from polluting industries, transnational crime networks, rogue states, and the actions of powerful figures in business and government. »
    https://www.icij.org/about
    https://en.wikipedia.org/wiki/Graeme_Wood_%28journalist%29

      1. Non, ni batman, ni superman, mais bien du collectif international à l’oeuvre et un collectif de journalistes d’investigation. Ryle est dans son « élément » et les enquêtes fiscales et autres leaks, sont loin d’être des ballons d’essais pour lui, son réseau de journalistes et d’avocats et son réseau mondial d’internautes.
        Et ils reconnaissent l’intérête économique.

        Des enquêtes sans frontières et à plusieurs, le nouveau visage de l’investigation
        « our éplucher la masse de documents de l’enquête « Panama Papers » sur les paradis fiscaux, une centaine de médias se sont associés à travers le monde, une méthode d’investigation de plus en plus utilisée par des rédactions qui n’ont ni le temps ni l’argent de se lancer seules. »

        «  »Très peu d’organisations de presse sont capables de mener seule des enquêtes de qualité sur un plan international, elles n’en ont pas la capacité », renchérit Mark Lee Hunter, professeur à l’Insead et membre fondateur du Global Investigative Journalism Network, réseau dont l’ICIJ est adhérente.

        « Les collaborations internationales permettent de traiter des problèmes de notre époque qui sont transnationaux. L’époque du journaliste qui travaille seul dans son coin est finie », estime-t-il.

        Selon lui, la collaboration internationale entre journalistes d’investigation a émergé vers 2005/2006 grâce aux réseaux montés par des associations ou des ONG. « C’est en partie l’avenir du journalisme », estime-t-il.

        « Le directeur de l’ICIJ, Gerard Ryle, voit quant à lui dans la collaboration « un nouveau modèle où les médias qui ont peu de ressources peuvent les mettre en commun afin d’obtenir de meilleurs résultats ».

        « Pour les journaux, cela permet aussi de soutenir les ventes. »

        http://information.tv5monde.com/en-continu/des-enquetes-sans-frontieres-et-plusieurs-le-nouveau-visage-de-l-investigation-100419

  10. Edward Snowden ainsi que Julian Assange qui ont demandés l’asile politique à la France, qui leur l’a refusé, ne sont pas journalistes et seuls ces derniers sont protégés par la Loi (1881 liberté de la presse )
    Il est évident par ailleurs que la Presse en général, est plus facilement gérable par le pouvoir qu’un quelconque lanceur d’alerte faisant irruption au sujet d’un thème qui fâche….

    1. Je crains que Guillaume Dasquié ne se soit pas senti vachement protégé en tant que journaliste quand on lui a fait du chantage dans les geôles de Levallois, loi ou pas.

  11. Un lanceur d’alerte est vu comme potentiellement un semeur de troubles, de l' »ordre » établi, lorsqu’il balance des informations sensibles (militaires, plans stratégiques, écoutes, personnalités politiques etc.) sur son propre pays. Ainsi la presse, par solidarité avec l’ordre établi, ne publierait pas sur ce sujet-là.

    A contrario, si on ignore l’identité du lanceur d’alerte, on ne peut identifier le semeur de troubles potentiel; on ne peut rationaliser le danger en un individu ou quelques individus. De plus, les informations qui sont tombées touchent de multiples personnalités, de multiples États, de multiples pays. Chacun en prend pour son grade, on se permet in fine d’en parler dans la presse. Pourquoi les pays ne décident-ils pas d’être solidaires et d’étouffer l’affaire ? Peut-être car le capitalisme et l’ultralibéralisme ont installé une compétition acharné entre les pays occidentaux ou en voie d’occidentalisation..?

    Paradoxe, comment savoir si la source ou les sources sont fiables lorsqu’on ignore son identité ? A croire qu’il y a de l’opportunisme et des raisons d’État !

    1. En complément du 1er paragraphe: par exemple, si on identifie un lanceur d’alerte (semeur de troubles du point de vue d’un lobby ou de l’intérêt d’État), on cherchera à rationaliser son geste : psychologie, complotisme, son enfance, sa carrière, ses fréquentations, son milieu social. Tout dépend aussi des informations qu’il a dévoilé… si la vérité ébranle l’ordre, l’ordre et/ou les lobbys ébranleront le lanceur d’alerte. On cherche à tout prix à garder la face.

      Voilà 😉

    2. Ainsi la presse, par solidarité avec l’ordre établi, ne publierait pas sur ce sujet-là.

      Plait-il ? Qui n’a pas publié sur Wikealiks, la NSA, Assange et Snowden ?

    1. Reste à démontrer au demeurant qu’il s’agit bien d’un lanceur d’alerte et non d’un simple hacker.

    2. Ce pourrait être la meilleure réponse , en tout cas la plus optimiste , mais :

      l’État , le(s)quel(s)?

  12. Parce que ce n’est pas une personne qui lancé l’alerte, mais une organisation (au moins) qui est une « ONG » par définition respectable même si très colorée (en orange par exemple).

    De plus dans cette ONG, il pourrait y avoir des amis d’un milliardaire connu, pas très ami avec Poutine, ce qui pourrait prêter a des associations fort mal venues, même si elles sont plus ou moins indirectes.

    1. Si j’étais aveugle je suivrais peut-être mon clébard d’aveugle dans la rue mais je me garderais de répéter ses élucubrations dignes de la Haute Ecole Internationale de Géopolitique pour clébards d’aveugle.

      1. Mon aide n’est pas un clébard, c’est un chien. Il m’aide pour la conduite assistée.
        Quant à vous évitez les trop longues siestes sous votre cannelle à piquette.

  13. Ma femme me souffle :
    On adule un héros masqué et on le piétine lorsque son identité est révélé.

  14. Qu’est-ce qui sépare ces deux affaires ?
    L’objet de la controverse, soit. D’un côté, le système de surveillance global. De l’autre, les paradis fiscaux. Mais encore ?
    Dans la première affaire, le bourreau est l’état américain, la victime le monde entier potentiellement.
    Dans la deuxième affaire, le bourreau est une équipe constituée de quelques riches individus ou entreprises et d’un petit pays, le Panama, la victime ce sont les états qui ne collectent pas assez d’impôts (et quelques autres évidemment).
    Dans la première affaire, impossible d’attaquer de front le maître du monde, mieux vaut s’acharner sur le bouc émissaire qui a le malheur d’avoir une identité ; dans la deuxième affaire, on coupe une branche infectée du système de blanchiment et de fraude, ainsi on fait bonne figure, et on laisse vivre tranquillement le reste du système ; cette fois-ci on veut bien sacrifier ceux qui se sont fait prendre, ce n’est qu’une petite partie du système. Comme chez les politiques : vilain Cahuzac ! Vilain Panama !

    Ainsi la queue du lézard se laisse facilement attraper, mais l’oeil de Big Brother est insaisissable.

  15. Quand on sait pas, on ne risque pas d’avoir à se mouiller pour concrétiser les belles paroles,

    tandis que si on sait, … ben il faut joindre la parole aux actes… Avec tous les problèmes que cela comporte…
    Mieux vaut alors soigneusement fermer sa gueule.

    1. Le premier va contre l’intérêt de l’État ; le second est l’État lui-même. Et pour préciser ma pensée, je dirai même que le second serait coincé entre la France, l’Allemagne, l’Autriche et l’Italie …

  16. Peut être parce que nous commençons à atteindre le fameux seuil critique d’indignation que vous citiez et que le basculement qui risque d’arriver commence à faire peur.
    (PS : j’ai commandé votre livre mais on me l’annonce indisponible jusqu’au 13 avril).

  17. Ben c’est simple : le premier décullote les journaleux et y sont pas contents, le second les habillent et y en redemandent.

  18. La réponse est en partie dans L’aventure, c’est l’aventure ! Un ‘bon’ lanceur d’alerte doit disparaitre !

  19. Est-ce parce que ? La « foule » préfère le « bruit qui cour » d »un « loup » qui hurle avec la meute lorsque la caravane passe, plutôt que la soudainement d’un cri bien audible, parfaitement identifiable, dans le silence abrutissant habituel, prédisant quand et pourquoi la caravane ne passera plus… 

  20. 1) Je ne suis pas sur que cela soit toujours vrai.
    2) Ma réponse : Si le lanceur d’alerte est connu, la loi qu’il a enfreinte l’est aussi et donc il est normal que l’appareil d’état « défende la loi ».

  21. Parce que ça remet 100 balles dans la presse-purée des curés, sans bouger leur cul, ni toucher aux carrières et que c’est meilleur quand ya du beurre.
    Tandis que l’autre risque fort de toucher le fond d’une quelconque carrière après avoir été trou de balle dans la tête ou le cœur.
    _____________________________

    Le syndrome du larbin (virus de la Mafia des riches de nos États répandu par la Loi de l’omerta)
    https://www.youtube.com/watch?v=AD1UjqJIdpA

  22. Bonjour,

    Votre question est complexe parce qu’elle sous entend peut être que dans le cas d’un lanceur d’alerte anonyme dont la presse ne tarit pas d’éloges ensuite, il n y’ a peut être pas de lanceur d’alerte.. Ce qui implique que les informations sont peut être calibrées pour que justement la presse en fasse ses choux gras ? La « presse » de toute manière aura toujours du grain à moudre en cas de scandale, révélé par un homme public ou pas..
    Il est bien difficile voire impossible de savoir d’ou viennent ces « informations » en tous les cas. A qui profite le crime n’est ce pas, toujours une bonne question a se poser.
    Bien a vous

    1. « dans le cas d’un lanceur d’alerte anonyme dont la presse ne tarit pas d’éloges ensuite, il n y’ a peut être pas de lanceur d’alerte… »

      Zut, j’ai peut-être dévoilé involontairement mon opinion secrète !

      1. Faut dire que pour Jorion ça ne peut être que l’oeuvre d’un agent bossant pour la CIA ou d’une équipe de hacker recrutée idem.

      2. « PANAMA PAPERS »: COMMENT FONCTIONNE L’ICIJ ?
        PAR FABRICE TASSEL

        « L’affaire des « Panama papers » consacre le travail du Consortium international des journalistes d’investigation (ICIJ). Depuis 1997, ce réseau transfrontières multiplie les scoops mondiaux, offrant le luxe suprême de l’enquête: le temps. Ces révélations, portées en France par Le Monde, démontre aussi la force de frappe du « data journalisme ».

        « 110 rédactions réparties dans 76 pays, près de 400 journalistes: il fallait bien la force de frappe du Consortium international des journalistes d’investigation (ICIJ) pour se plonger dans l’immensité des « Panama papers »: 11,5 millions de fichiers, 215.000 structures offshore, des milliers de détenteurs de comptes. »

        « Après l’ »Offshore leaks » (qui décortiquait le placement dans des paradis fiscaux de fonds appartenant à des sociétés ou des particuliers), au printemps 2013, le « Lux leaks » (montrant comment des dizaines de géants de la finance, des télécoms ou du Net transfèrent leurs fonds au Luxembourg pour bénéficier d’une moindre taxation fiscale), à l’automne 2014, puis le « Swiss leaks » (un système d’évasion fiscale abrité par la banque HSBC), début 2015, qui a déjà vu des dizaines de médias mettre en commun leurs forces, ce sont donc les coulisses la société panaméenne Mossack Fonseca qui ont été mises à nu par l’ICIJ. »

        Dossier après dossier, ce Consortium s’impose comme un label, une nouvelle méthode d’enquête, et même une forme de consécration du data-journalisme à l’échelle mondiale. Né en 1997, cet organisme dont le siège se trouve à deux pas de la Maison Blanche, à Washington, est à l’origine de nombreux scoops (trafic de cigarettes ou d’organes humains, pillage des mers, évasion fiscale). La structure de base comporte un peu moins de 200 journalistes répartis dans 70 pays environ. Défini par son fondateur, Gerard Ryle, comme « un facilitateur d’enquêtes », l’ICIJ permet à ses médias partenaires de combler les deux principales difficultés de toute enquête d’envergure: le manque de temps, et le coût prohibitif qu’entraînent des déplacements nombreux et le déploiement intensif de moyens de communication aux quatre coins de la planète. L’ICIJ est financé par des mécènes et des particuliers. »

        « Les sujets d’enquêtes sont choisis pour leur dimension d’intérêt général, et leur impact mondial potentiel. Soit les informations initiales parviennent directement à l’ICIJ, qui les partage avec ses partenaires ; soit un média faisant partie du Consortium (comme Le Monde, la tête de gondole en France, dans le cas des « Panama Papers ») est le point de départ et le processus de partage s’engage avec d’autres titres. A eux, alors, d’engager une enquête dans leur pays, en choisissant les personnages ou structures sur lesquels ils souhaitent enquêter. Dans le cas des « Panama papers », c’est le quotidien allemand Süddeutsche Zeitung qui a, le premier, bénéficié de fuites en provenance d’un salarié du cabinet Mossack Fonseca. Pour le « Swiss leaks », Le Monde était à la pointe. »

        « Comme le montre l’affaire des « Panama papers », les progrès technologiques ont considérablement facilité ce type d’enquêtes tentaculaires. Dans les affaires financières, le nombre de données est tel que seuls des logiciels surpuissants, mis au point par des codeurs et des data journalistes, permettent d’y naviguer. Pour les « Panama papers » un outil conçu par l’ICIJ a permis aux 110 médias travaillant sur l’affaire de communiquer de manière sécurisée pendant près d’un an d’enquête. »

        Pour les lanceurs d’alerte, aussi, l’ICIJ représente un outil décisif pour sortir de leur isolement. Edward Snowden ne s’y est pas trompé en saluant « le plus grand leak de l’histoire du data journalisme « .
        http://www.gqmagazine.fr/pop-culture/gq-enquete/articles/panama-papers-comment-fonctionne-licij/37164

  23. La seule différence que je vois n’est pas de nature mais de degrés : quelle quantité de papier ou de temps d’antenne sera vendue ? A environ un an des grosses élections, il faut en plus vendre des bulletins de vote. En d’autres termes, cette histoire de Panama Papers, ça donnera quand même une sacrée légitimité au Président de la république grâce auquel cela n’aura pas été un coup d’épée dans l’eau.

    1. Projet de fusion Pfizer/Allergan, cris de cochons qu’on égorge de la classe politique US de Trump à Sanders depuis des mois, Panama papers —-> Annonce par Obama de projets de lois anti-tax inversion et anti-earnings stripping.
      Opportun importun.

  24. Parce que une puissante ONG qui a beaucoup de sympathisants dans le monde a décidé de frapper là où ça fait mal

      1. Non pas une organisation secrète, une ONG qui aurait choisit un nouveau mode opératoire.
        Ce qui est remarquable en l’occurrence c’est l ‘absence de fuites sur la durée et tout le travail journalistique, alors qu’il me paraît impossible que ces révélations proviennent d’une seule personne.
        Si pas une ONG, alors un ex-paradis fiscal mécontent d’une « concurrence déloyale »

  25. Quand un homme connu dénonce un scandale, l’Etat visé estime que c’est un ennemi. Et les médias font les « ni-oui-ni-non » : Ils n’attaquent pas frontalement un Etat (mais ils tirent profit du feuilleton du scandale). Quand les médias obtiennent des informations, ils les distillent en se donnant le beau rôle (un an d’enquête, de travail, etc.). Ils ont créé le consortium pour obtenir ces feuilletons. Dans le cas des Panama papers, ils parlent si peu du geste de « dénonciation » qu’on peut penser qu’ils ont acheté l’info, qu’ils sont propriétaires de l’information, mais qu’ils ne peuvent l’avouer.
    Car le lanceur d’alerte utilise les médias pour rendre publique sa dénonciation et son message. Ici les médias sont à la manoeuvre, ils s’approprient les informations et parlent de ne pas les « dénoncer » aux ETATS ! Ils ne sont au service que d’eux-mêmes et de leur bizzness. Bizarre, bizarre.

    1. Oui, c’est bizarre, non, ce lanceur d’alertes qui n’a rien à dire sur son geste ? Qui n’a aucun message à transmettre ? Qui ne cherche pas à se justifier d’une manière ou d’une autre ? Sauf qu’il ne voudrait pas qu’on le tue (une information comme ça va permettre qu’on devine qui c’est, pfff !)

      Mais qui est quand même super-équipé, pour communiquer à un journaliste… par l’Internet ! une information 2.000 fois plus grosse que les fichiers Wikileaks ! (Admirons au passage la taille de la boîte mail dont disposent les journalistes du SüdDeutsche Zeitung ! On ne rigole pas en Allemagne sur les moyens qu’on offre à son personnel !)

      1. Même sans chercher à donner dans l’open source type OnionShare, il suffit de louer un serveur Amazon S3. Ça coûte des cacahuètes et de mémoire la taille limite des fichiers à déposer est de… 5To. Alors les 2,6 To des Panama Papers…
        J’ai déjà utilisé leur service pour envoyer et recevoir des « paquets » d’environ 500Go. Littéralement comme une lettre à la poste.

      2. Vigneron, c’est juste à titre d’exemple que je cite Amazon, pour illustrer que le transfert de fichiers de cette taille est devenue chose commune via Internet. C’est évidemment pas par là qu’on va leaker des docs confidentiels !

  26. Pour paraphraser Séguéla à propos des « rolex »,
     » si t’as pas ta société off shore à 50 ans, ben, c’est que t’as raté ta vie ! « 

    1. @Julien Alexandre
      Est-ce que la location d’un serveur est anonyme ? Est-ce que cela laisse des traces ?

      1. @ Béotienne

        C’était juste un exemple, pour illustrer le fait que transférer de gros fichiers est parfaitement possible via Internet. Amazon, c’est évidemment le dernier endroit à utiliser si on veut transférer sans laisser de traces et de façon anonyme 😉

    2. Julien A, a raison, il faut des serveurs pour envoyer du téraO…avec ou sans Tor:onion, c’est evident qu’ils ont du blinder.

      1. Nous sommes traités comme des chiens il est temps de mordre; je l’ai lu sur une pancarte. Pour lire ces archives de listing, c’est un cul de sac de la conscience car qu’y a t-il que l’on ne sache pas déjà, où veut-on nous amener… notre imagination ne permet pas de nous y projeter, il faudrait du temps que l’on n’a pas si près de l’extinction mais après tout ça fait longtemps que l’alarme sonne alors sur qui va se fixer les projecteurs, pourquoi pas l’anonymat dans un listing de personnalités, c’est bien de protéger les sources, surtout pour des médias qui en dépendent. Journalistes, n’avez-vous pas l’impression d’être pris pour des chiens, il est temps de mordre.

    3. Près d’1 Français sur 5 prêt à pratiquer l’évasion fiscale (sondage). Publié le 09 avril 2016 à 23h00

      Paris, 9 avr 2016 (AFP)
      « Près d’un Français sur cinq (19%) chercherait à faire de l’évasion fiscale s’il avait beaucoup d’argent, selon un sondage Odoxa diffusé samedi, et réalisé dans la foulée du scandale des Panama Papers. »

      « Avec une situation financière aisée, près de huit Français sur dix (78%) seraient par ailleurs prêts à faire de l’optimisation fiscale, c’est-à-dire à chercher à réduire leurs impôts dans le cadre de la loi, relève aussi cette enquête d’opinion réalisée pour Le Parisien-Aujourd’hui en France. »
      http://www.lalibre.be/dernieres-depeches/afp/pres-d-1-francais-sur-5-pret-a-pratiquer-l-evasion-fiscale-sondage-57096dde35702a22d6391699

      Faites ce que je dis, pas ce que je fais. Les Français peuvent avoir une relation ambivalente avec les pratiques de fraude et d’optimisation fiscales.
      http://www.economiematin.fr/news-fraude-fiscale-optimisation-fiscale–francais-contradictions

      les gentils, les méchants.
      https://www.youtube.com/watch?v=SLo4znrh5Fo&nohtml5=False

  27. Pour atteindre la cible, « ils » n’hésitent pas à balancer les Cahuzac Balkany ou Platini, les petits barons qui se croyaient en haut et qui ne sont que des pantins qui contribuent et représentent ce système sale et frauduleux. Qui est ‘ils », anonymat orwellien car l’alerte est signée, alors que Snowden n’est qu’un anonyme (certes des services secrets). Il y a une liste blanche et une liste noire des lanceurs d’alerte, il faut voir le monde positivement, c’est ce que nous invite à faire les dominants qui menacent l’espèce, marchons tous dans la même direction, c’est marginaliser certaines alertes et en exploiter d’autres selon le calendrier, tout est en ordre pour ça.

    1. Cahuzac Balkany et Platini devraient être offshore de la politique depuis pas mal de temps ces trois là représentent bien les temps qui sont les nôtres. Des rois du pétrole sont aussi offshore de leur royaume, le paradis est toujours ailleurs. La valeur et la fraude, voilà une question des temps qui sont les nôtres, comme la création de monnaie d’une banque indépendante au service d’une union prônant la concurrence où on abolit les frontières sans mutualiser la dette. Les lanceurs d’alerte s’adressent à notre conscience, malheureusement l’humain mal outillé ne sait comment réagir à la catastrophe car il n’avait jamais connu cela. L’humain n’a qu’un seul but, copuler, jusqu’à ce qu’il éteigne la lumière, et après? Très bien ce livre, mais cette idée de deuil de l’espèce ne me sied guère, tout est convaincant mais le deuil de l’espèce trois générations avant la fin c’est prématuré.

    2. Qu’y a t-il de différent? Vu la manière dont vous le présentez, on pourrait penser que la différence de traitement de ces alertes vient de la personne elle-même du lanceur de l’alerte: plus que le message c’est le messager qui détermine l’importance de l’affaire et de la diffusion. Mais difficile d’en tirer une règle général à partir de quelques cas spécifiques.
      Alors comment se fait-il???

      1. L’exemple de Snowden montre 2 choses:

        – une personne seule et bien informée des précautions à prendre peut sortir et communiquer un grand nombre d’informations

        – même une institution comme la NSA n’arrive pas à limiter l’accès de ses membres aux seules infos dont il a réellement besoin. Ce n’est pas faute d’essayer mais ça nécessite de disposer d’un grand nombre de personnes parfaitement sures pour gérer la chose d’où un cercle vicieux évident.

        Le plus difficile c’est bien sur la traduction sous une forme compréhensible et la diffusion de ce qui a été sorti. Combien de lanceurs d’alerte y échouent, personne ne peut le savoir…

      2. Il y a des coups de pression successifs, des forces s’affrontent. Je crois que c’est une forme de chantage, une réponse aux alertes précédentes, une guerre. L’ampleur des données transmises et le traitement de l’information indique en fait que le principal n’est pas dans ces informations, c’est une démonstration et… une menace?

    1. Démocratie confiée à une alternance de  »partis  » ou Dictature :
      Mêmes résultats prévisibles –> consommation de psychotropes et/ou goulags, production d’armes, guerres de castes…..mais toujours ! par peuples interposés. Car c’est toujours le Peuple, qui n’en peut mais, qui paie le plus lourd tribut : chassé de son paradis terrestre quel que soit l’écho médiatique ( une Caste lui aussi ) fut-il biblique ( déjà …. cf la Genèse ).
      Réponse: Noè, Cincinnatus, François…..

  28. Parce que ceux qui poursuivent les vrais lanceurs d’alerte sont ceux qui se cachent derrière les fausses révélations…

  29. Ben ça dépend du timing.
    Assange pas bon, because guerre des gentils démocrates contre les méchants.
    Snoeden, because pareil.
    X, ça tombe bien, les pauvres gouvernement doivent lutter contre le terrorisme et les paradis fiscaux.
    Mais il y a 2 ans lorsqu’il était question de séparer les banques de dépôt et d’affaires s’eusse été inopportun.
    Mais j’ai mauvais esprit.

    1. La « compagnie », oui, mais pas forcément où elle était attendue…., mais est bien présente, oups, ils n’ont pas fini de dérouler le « papyrus »…..pas loin M Jorion, pas loin…bravo.

      « Selon la Süddeutsche, « des agents ont fait ouvrir des sociétés écran pour dissimuler leurs actions (…) Parmi eux figurent également des intermédiaires proches de la CIA », la centrale de renseignements américaine. »

      http://www.lalibre.be/economie/actualite/panama-papers-des-services-secrets-ont-utilise-les-services-de-mossack-fonseca-570c7a2135702a22d64c5bad

      « Dans la « clientèle » de Mossack Fonseca figurent ainsi « quelques acteurs » des ventes secrètes d’armes à l’Iran dans les années 1980 (dit « Iran-Contra »), un scandale portant sur des ventes secrètes d’armes américaines à Téhéran visant à faire libérer des otages américains au Liban et à aider financièrement les Contras nicaraguayens, affirme le journal. »

  30. Pour Assange c’est encore pire, dès que son nom est sorti du chapeau, il s’est retrovué accusé de deux viols par des filles qui ont pris la poudre d’escampette, Suede et Angleterre complices, c’était ahurissant commes spéctacle, et Mr Paul, je me pose la même question, mais tant que les populations continueront de passer 5 heures par jour devant le JT et plus belle la vie, toute révolte sempble compromise. Quand TF1 n’emettra plus, peut-être…

  31. Ce que j’ai remarqué c’est que le journaliste qui a « lancé l’affaire » était Allemand. Il semble que madame MERKEL soit depuis un « certain temps » débordée de toutes parts et avec elle bien entendu tous les plus anciens Etats de l’Union européenne. N’ont ils pas tous besoin d’urgence d’argent pour calmer le jeu ?

  32. Si le déroulé de l’opération et le timing mesuré de son orchestration ont pu faire cet effet boeuf, on imagine sans peine tout ce qu’une telle opération oblige de règles et de dispositions pour des gens aussi divers et disséminés sur plusieurs continents.
    Tout de même, on reste un brin songeur.
    Difficile d’imaginer que seule la sphère professionnelle des journalistes d’investigation soient les seuls à détenir les listings et toute la procédure qui va avec.
    Les questions attenantes ne devraient pas tarder à chatouiller le nez des premiers renifleurs.

  33. Par ce que « nos gouvernements démocratiquement élus » ne supportent pas trop ( voire du tout) qu’on vienne, nous, s’occuper de ce qu’ils font, à savoir s’occuper en fait très peu de démocratie et beaucoup, vraiment beaucoup de pouvoir.

    Voir la fin de l’ article ici

    http://www.rtbf.be/info/medias/detail_lanceurs-d-alerte-quand-edward-snowden-se-moque-de-francois-hollande?id=9261824

    Au-delà de la boutade, la question mérite d’être posée. Il y a bien un texte de loi en préparation en France, mais celui-ci ne concernera que la protection des lanceurs d’alerte du secteur économique, comme l’explique Rue89.

    Ce qui n’est, rappelons-le, pas le cas de Julian Assange ou Edward Snowden.

    Traduire donc, lanceurs d’ alerte pour l’économie passe encore, comme si les paradis fiscaux relevaient de l’ économie eux qui la piratent justement, pour la politique non.
    Mais vu comme on se fiche de nous aujourd’ hui, Assange et Snowden se seraient occupés d’ économie plutôt que de politique, ils auraient connus le même sort.

    @ Thomas ; ben non j’ ai déjà le bouquin, mais pas signé, … Et je ne joue jamais pour de l’ argent, considérant le jeu bien trop noble que pour cela.

    1. C’était juste une boutade pour saluer cette bouillonnante émulation, bien sûr au dessus des intérêts quels qu’ils soient, sauf le plaisir de partager.

  34. Wired :
    « Meanwhile, the shipments of leaked data continued piecemeal. “Over time we got more and more until we had all 11.5 million documents,” Ryle says. Obermayer declined to explain how their leaker sent Suddeutsche Zeitung hundreds of gigabytes or even terabytes of information at a time. That’s far too much to send over email, of course, though that quantity of data could easily be sent anonymously in the form of shipped encrypted hard drives. “I learned a lot about making the safe transfer of big files,” Obermayer says elliptically. »

    Autrement dit, Obermayer du SD Zeitung nous raconte des salades : tout ça est beaucoup trop gros pour passer par l’Internet mais… il ne le sait pas !

    Si vous suivez un peu l’actualité du hacking, vous avez dû voir l’opinion des experts sur certaines opérations : « Trop gros pour des civils ! »

    1. C’est sûr, c’est l’Otan ou le Pentagone, plus la NSA et la CIA, sans omettre le MI6.
      Juste ridicule.

  35. Parce que le monde du simulacre ne transige pas avec le réel puisqu’il ne peut avoir conscience d’un risque ou d’un danger menaçant son avenir sans l’intervention d’un élément exogène. Et seulement à partir de cette menace ( alerte) extérieure, un autre cadre se met en place qui pourra assurer la pérennité d’un système, au bord de l’implosion, afin de préserver ses intérêts vitaux.
    Dixit Paul Jorion : Quand les psychologues sont allés expérimenter, dans les années 1960, autour de la question de la volonté, ils ont fait la découverte sidérante que la volonté apparaît dans le cerveau après qu’a été réalisé l’acte qu’elle est censée avoir déterminé. La représentation de la volonté que nous allons poser un acte, n’intervient en fait qu’une demi-seconde après que l’acte a été posé, alors que l’acte lui-même a pu être réalisé un dixième de seconde seulement après l’événement qui en a été le véritable déclencheur.

    Merci 🙂

  36. A qui le crime profite ?
    Au Liechtenstein, au Delaware, aux anglo-normandes, etc. Pas aux Russes, pas aux chinois qui sont innocents. Ce n’est pas un lanceur d’alerte qui préfère l’anonymat plutôt que d’aller se réfugier en Russie plutôt qu’en Corée du Nord, puisque Cuba c’est terminé, et l’Équateur à Londres c’est petit. C’est un complot dont les moyens supposent une grande puissance d’espionnage et un savoir faire technologique qui délivre le message : personne n’est à l’abri sauf chez nous.

    1. Sous le nom de code Operation Just Cause, eut lieu l’invasion du Panama par les États-Unis, en décembre 1989, sous l’administration du président des États-Unis George H. W. Bush.

    2. C’est un complot dont les moyens supposent une grande puissance d’espionnage

      Quelle grande puissance d’espionnage ? C’est le Pentagone le siège de Mossack-Fonseca ? Et Snowden ? Comment il a fait, avec les semi-bras cassés Greenwald et Poitras comme seuls supports contre la NSA ?

    3. En Chine, Xi JinPing est parfaitement innocent, mais il se sent tout de même bien coupable de quelque chose, lui et sa clique, car les Panama papers, c’est motus et bouche cousue dans les médias en Chine. Je serais un journaliste chinois soucieux de la vérité, je me réjouirais que ces panama papiers existent, complot ou pas. Idem pour les journalistes russes indépendants.
      http://www.liberation.fr/planete/2016/04/06/en-chine-xi-jinping-serre-la-vis-aux-medias_1444441

      1. C’est international…le bins

        Là l’ICIJ a dans l’idée le coup de karcher on dirait, bigrou !
        « D’UBS aux « Panama papers », une décennie de scandales financiers (et ce qu’ils ont changé)
        Le Monde.fr Les révélations des documents panaméens viennent s’ajouter à une liste de scandales financiers qui s’étend de l’Europe à la Chine, en passant par les Etats-Unis. »

        http://www.lemonde.fr/panama-papers/live/2016/04/07/suivez-les-revelations-des-panama-papers-en-direct_4897405_4890278.html?google_editors_picks=true

      2. PYD,
        J’ai tout de même lu 3 bouquins de Qiu Xiaolong alors…

        Mais mélanger Xi Jinping ou Poutine ou Fidel, avec Ben Ali qui coule des jours tranquilles grâce à la miséricorde islamique (enfin, est présenté comme ça le refus d’extradition) est plus un signe de confusion qu’un signe de vertu.

  37. Bon allez, on va dire que contre le réchauffement climatique on mise sur une bonne longue guerre froide numérique….

  38. Tain, je m’imagine la tronche du boucher de sous-préfecture ou du producteur de melon qui vient de se faire choper sur les fichiers du Panama et qui tombe sur les conjectures du Blog Jorion…

  39. Il n’y a pas de lanceur d’alerte; il n’y a que la révélation soigneusement élaborée et triée de fait réels ou suggérés, obtenus par une organisation de haut niveau.

    Tout est une combinazione.

  40. Les volumes de données de quelques terabytes et même leur transmission (en quelques heures) par internet c’est accessible à n’importe qui, même amateur. Pour ce qui est des clés USB de 1 ou 2 TO voyez vous même: http://fr.aliexpress.com/w/wholesale-2tb-usb-drive.html

    Ensuite c’est surement extrêmement difficile de s’y retrouver dans une aussi grande quantité de documents mais du point de vue de la technique informatique ça n’a rien d’extraordinaire.

    Savoir classer les informations disponibles puis savoir les interpréter c’est évidemment un travail de spécialistes mais ça ne relève pas de compétences informatiques (même si l’informatique bien utilisée peut beaucoup aider, y compris pour permettre à des personnes dispersées dans un grand nombre de pays de collaborer comme décrit dans Wired.)

    Il y a plus d’une quinzaine d’années j’avais mis le nom de cent mille personnes avec quelques informations associées sur un PC des plus ordinaire et sans même utiliser de gestionnaire de base de données ça ne posait aucun problème de trouver quelqu’un parmi 100.000.

    Donc du strict point de vue informatique aucun problème.

    Pour la difficulté d’accéder aux données sur le site de Mossack Fonseca au Panama elle est inversement proportionnelle au nombre de gens qui doivent pouvoir y avoir accès pour faire le boulot et au nombre de gens qui s’occupent du matériel informatique…

    1. « ça ne relève pas de compétences informatiques (même si l’informatique bien utilisée peut beaucoup aider »

      Vi, Nuix technologies

      « Les enquêteurs du Süddeutsche Zeitung et de l’ICIJ ont utilisé un programme appelé Nuix. Nuix est définit comme une plate-forme d’investigation construite pour le Big Data. C’est cet outil qui semble t-il a permis de creuser les données en un temps record. « Le travail d’exploitation des données a commencé en Septembre » a déclaré à Tech Radar le consultant logiciel de Nuix Carl Barron, qui a travaillé avec l’ICIJ et Zeitung pour mener l’enquête. »

      Big Data / Panama Papers : déduplication et OCR pour donner du sens à l’énorme masse de données

      Avenir de l’IT : Indexer et analyser 2,6 To de données non structurées n’a pas été une mince affaire. C’était pourtant le sous-jacent technique des révélations du Panama Papers. Le point sur les techniques utilisées.
      http://www.zdnet.fr/actualites/big-data-panama-papers-deduplication-et-ocr-pour-donner-du-sens-a-l-enorme-masse-de-donnees-39835136.htm

      Nuix Technology « an Indispensable Part » of Süddeutsche Zeitung and ICIJ Panama Papers Investigation
      Apr 05, 2016, 08:41 ET from Nuix
      http://www.prnewswire.com/news-releases/nuix-technology-an-indispensable-part-of-suddeutsche-zeitung-and-icij-panama-papers-investigation-300246261.html

  41. vigneron dit :
    6 avril 2016 à 23 h 54 min

    mdrrr 🙂
    les conjectures du blog PJ seront toujours plus agréables et oxygénées, voire censées que radiomeyssan (la cia qui manoeuvre Soros et l’ICIJ..etc …si si…) , tout de m^me….

  42. D’une pierre deux coups: l’état Big Brother étend son contrôle sur le Net pour notre plus grand bien, et enferme les loups solitaires, les traitres. La morale est sauve, et les Macron ni droite ni gauche bénissent les jeunes milliardaires…

    1. juste profiter d’un effet d’aubaine – on ferme complaisamment un oeil et le système aveugle ainsi perdure

    2. J’ai bien peur que ce soit les bonnes âmes du net qui viendront bientôt foutre leur nez partout, pour la bonne cause bien sûr. Tiens, j’ai vaguement entendu que quelques connards demandent qu’Abdeslam soit non-stop sous l’œil d’une caméra; pour éviter qu’il finisse comme un vulgaire instit accusé de pédophilie, pardine. My two cents qu’on trouverait des milliers et des milliers et des milliers de volontaires pour veiller gratos sur lui.

    1. Rectif, autre comment : voire sensées…je voulions écrire.; argh

      et

      Face au ras-le-bol évident et à l’écoeurement croissant et manifeste, je trouve que les actions concertées de ce collectif l’ICIJ, sont une véritable bouffée d’oxygène, d’espoir et de transparence qui redonne confiance en la capacité que nous avons tous, grâce à un collectif, certes bien organisée, de se battre pour sauvegarder et revendiquer une authentique démocratie. Et non pas sa sinistre caricature actuelle.

      BRAVO et MERCI à l’ICIJ, cool, ça envoie du lourd…
      Ce collectif mène un vrai COMBAT INTERNATIONAL (Us inclus…si ..si..). Des journalistes d’investigation qui redeviennent de vrais journalistes et engagés ? Lire les comments de G Zucman, comme « au temps » de Bernstein et Woodward, passionnant et génial, du trés bon taf !

      Réponse du journaliste des Décodeurs sur le Monde : « Gabriel Zucman : Je pense qu’il ne faut pas partir battu, si on a une approche sensée qui consiste à changer les incitations des gens en rendant la fraude coûteuse, quelles que soient les techniques, on aura endigué une grande partie du problème. il faut une approche radicale et partir de la richesse qu’on voit en Europe et aux Etats-Unis. »

      Gabriel Zucman : 8 % du patrimoine financier des ménages se trouvent dans les paradis fiscaux ; 7600 milliards de dollars sont détenus dans les grands centres offshore dont un tiers en Suisse, mais aussi Hong Kong, Singapour, Luxembourg

      Suivez les révélations des « Panama papers » en direct
      Venez poser vos questions en direct à l’équipe des Décodeurs.
      http://www.lemonde.fr/panama-papers/live/2016/04/07/suivez-les-revelations-des-panama-papers-en-direct_4897405_4890278.html?google_editors_picks=true

    2. Le hack ne m’étonnerait pas non plus….Doe et l’attaque des clones de Doe zaussi..

      Panama Papers : comment a eu lieu le vol massif de données ?

      « La pénétration du serveur de messagerie du cabinet d’avocats panaméenne Mossack Fonseca serait la plus grande violation de données jamais réalisée avec 2,6 To de données. (Crédit D.R.)
      La pénétration du serveur de messagerie du cabinet d’avocats panaméenne Mossack Fonseca serait la plus grande violation de données jamais réalisée avec 2,6 To de données.
      Le piratage du serveur de messagerie du cabinet panaméen Mossack Fonseca a permis à des hackers inconnus d’extraire 2,6 To de données, dont 4,8 millions de messages électroniques et 2,2 millions de fichiers PDF.
      « Pas d’attaque en force brute
      « Compte tenu du volume de données volées, les pirates n’ont pas essayé d’entrer dans les boîtes mail du cabinet d’avocats panaméen en menant des attaques par force brute », a-t-il déclaré par courriel. « Pour parvenir à compromettre autant de ressources, ils ont probablement réussi à s’introduire plus largement dans les systèmes de l’entreprise », a ajouté le consultant en sécurité. « Par exemple, ils ont peut-être réussi à entrer dans le réseau de Mossack Fonseca et à s’octroyer des privilèges élevés d’administrateur de domaine ou d’administrateur de messagerie. Ensuite, ils ont utilisé ces privilèges pour accéder et télécharger toutes les données conservées sur le serveur de messagerie ».
      http://www.lemondeinformatique.fr/actualites/lire-panama-papers -comment-a-eu-lieu-le-vol-massif-de-donnees -64426.html

      Is the hack of an email server behind the Panama Papers?
      April 5, 2016 By Pierluigi Paganini

      « According to Ramon Fonseca, the confidential documents had been obtained illegally by hackers, likely the data breach affected an e-mail server of the company last year. »
      http://securityaffairs.co/wordpress/45998/data-breach/panama-papers.html

      1. Des hackers pareils ne peuvent être que des reptiliens, nourris au sang de nourrisson tiède, c’est évident.

      2. Les lanceurs d’alertes n’étant pas suffisant pour alerter les opinions, des hackers ont décidé de jouer aux « alcooliques anonymes » pour dégriser la presse de masse… pour faire court.
        Où l’on retrouve le monde dans sa bipolarité. (;-))
        Où l’on rejoint cette notion de guerre numérique (suivez mon regard).
        Allez ! standing ovation et standing night pour le blog Jorion.

  43. Deux et deux faisant quatre (pas toujours, certes, mais enfin…), si certains lanceurs d’alerte connus sont condamnés et traqués par le « système » et que d’autres, inconnus, sont encensés et magnifiés, c’est que les responsables des dernières révélations en date sont les mêmes que ceux qui poursuivent les vrais lanceurs d’alerte. Donc, les infos actuellement montées en épingle sont une arme nouvelle (une « manip ») aux mains des vrais patrons, qui, pour des raisons que nous connaîtrons peut-être, « balancent » un peu pour préserver l’essentiel, par exemple leur crédibilité. A ce titre, nos « grands journaux d’information » perdent un peu plus la leur, non en se faisant l’écho de ces voyouteries, mais en ne se faisant pas l’écho de TOUTES ces dernières. Presque rien de neuf sous le soleil: on commence à s’agiter en « haut lieu ».

    1. « soit 2 à 3% du total des actifs financiers détenus… »

      Zucman a des méthodes de calcul différentes…

      « La question que pose l’auteur est d’importance : si les anomalies constatées correspondent effectivement à de l’argent situé dans des paradis fiscaux et que ceux-ci appartiennent majoritairement à des ressortissants occidentaux, alors il se pourrait bien que la tendance de fond suivant laquelle les déficits se localisent actuellement dans les pays développés contre des excédents présents dans les pays émergeants soit lourdement remise en cause. Laissant ainsi à croire qu’une fiscalisation adéquate de ces avoirs en déshérence pour les États permettrait d’inverser leurs perspectives financières actuelles. Pour cela, l’auteur se livre à un petit test permettant de savoir à partir de quelle proportion d’avoirs détenus en Suisse et dans les paradis fiscaux, les pays de la zone Euro seraient « créditeurs ». Ils le sont à partir de la détention de 40% des avoirs non déclarés en Suisse et d’au moins 50% des avoirs dans les autres paradis fiscaux, ou à partir d’une proportion 50%/25% autrement. »
      http://www.ifrap.org/budget-et-fiscalite/la-richesse-cachee-des-nations

    2. « nourris au sang de nourrisson tiède »
      🙂
      Koi ? Tu veux dire qu’il n’ont jamais connu le bonheur suprême de savourer un merveilleux Saint Em ou un divin Santenay ?
      Can’t believe it……Such a shame !

      Maintenant si les geckos deviennent oenophiles, faut voir…la compagnie et pas que, a du souci à se faire….

      signée : l’amie des zanimos.

  44. Les uns-es lanceurs d’alerte, plus connus-es, le sont dans le domaine des privations de liberté, de droit à la vie privée, de surveillance de masse généralisée que pratique l’Etat, les Etats avec les « Etats dans les Etats ». C’est la « morale », l’éthique, de « l’État de droit » qui est remise en cause, comme le démontre les ois d’exceptions, « Etat d’urgence », patriote-act à la française.

    Les autres lanceurs d’alerte, « devant » être moins connu, le sont, dans le domaine des infractions judiciaires, législatives, des fraudes fiscales, du blanchiment, de « l’économie » quoi. Mais selon M. Sapin, la « morale » et l’éthique déjà mise à mal de « l’Etat de droit », ne peut pas les considérer de même nature que les uns-es, même en œuvrant au bien commun, comme ne peut pas inciter à mettre en place « l’aléa moral » de la « délation » (en rémunérant ce genre de lanceur d’alerte).

    Il existe au milieu de ces deux statuts, deux domaines « semblant » dissociables et opposables, bien des libertés (à surveiller) de concevoir des mécanismes d’évitement de l’impôt (d’autres mécanisme d’optimisation), de « blanchiment d’activité souterraines », illégales, immorales (que la TINA rêve de « légaliser » et intégrer dans les calculs de point de PB), en même temps que « le » politique de la TINA applique l’austérité, les transferts du paiement de l’impôt des plus riches et sociétés vers les plus modestes et pauvres, et « impôts indirects et injustes », dont les « Etats dans les Etats », mais aussi le clientélisme, carriérisme, les conflits d’intérêts (accords type TISA, TTIP, etc) des politiques, pourraient chercher à s’en inspirer pour les intégrer dans leur « modèle économique »…

    L’identité des autres lanceurs d’alerte, des « collabos » (« économie collaborative »), des fraudeurs du fisc, des blanchisseurs, etc, pouvant générer des points de « croissance » en plus (en plus de la privatisation des services publics biens communs du monde du vivant de l’indépendance judiciaire, voire même d’une partie du bras armé veillant à « l’ordre social ») au niveau « morale » et éthique, par rapport à « l’image » de « l’Etat de droit » et sa collaboration avec les « Etats dans les Etats », puis sa virulence envers les uns-es lanceurs d’alerte dénonçant ses attaques faites aux droits à la vie privée, sa surveillance généralisé, ces autres et leur identité, sont à classer de l’aveu même de M. Sapin, dans la case : à protéger selon le risque (détournement du « principe de précaution ») d’appel à « délation »…

    1. Ainsi stigmatisée, dénigrée (accusée de voire du « complot » partout) mise en exergue et exacerbée l’identité reconnue de la la liberté d’expression des lanceurs d’alerte dénonçant les dérives dangereuses et mortifères pour le vivre ensemble, pour nos vies privées, et les démocraties, celles pratiquées par des « Etats dans les Etats » et leur « modèle économique collaboratif, etc » cautionnée par « les Etats de droit », est aliéné la citoyenneté en même temps qu’il lui est substitué à la place d’un coté le « besoin » de protection de l’identité (anonymat, etc comme pour la « dictature des émotions » sondées) des autres lanceurs d’alerte concernant des fraudes fiscales, etc, et la « liberté économique », « d’actif », etc, d’inventer tout les moyens même immoraux voire illégaux mais pouvant être « légalisé », de générer de la « croissance » et d’éviter de contourner l’impôt, la TVA, les cotisations sociales patronales, etc… pour continuer à « sacraliser » le consumérisme, la spéculation, etc.

      1. Il y a une virgule oubliée entre « …générer de la « croissance » et d’éviter », » de contourner l’impôt, la TVA….. »

  45. Parce que ce faisant, un Lanceur d’Alerte désigne des milliers de « collègues » qui auraient dû faire comme lui, qui n’en n’ont pas eu le courage, qui n’ont peut-être pas correctement fait leur boulot, eux, et qui se sentiraient méprisés si on laissait l’autre devenir un héros ou pire s’il était promu à la tête de l’Institution en question !
    A la recherche de causalités simplistes ? Cette interrogation me parait étrange de la part d’un anthropologue qui sait mieux que quiconque combien une étiologie est multifactorielle en période « normale » comme en crise temporaire ou en pathologie chronique.
    Il sait qu’il est difficile de pénétrer la vie d’une tribu, d’une caste, d’une classe, d’un syndicat ou d’une corporation, d’y rester longtemps en conservant un degré d’esprit critique, et que ce n’est même pas conseiller pour y survivre.
    En fait c’est pendant l’entretien d’embauche qu’est « jauger » la capacité de se plier aux règles internes ou le risque de dérapage. Les compétences sont très secondaires, puisque l’Institution en a déjà à revendre ! (« J’en vois un qui rigole… » (Alain Bashung)
    De fait, la seule empathie possible est celle que le membre doit avoir vis-à-vis de cette nouvelle famille pour qu’elle devienne de « l’entre soi » – et la corruption qui va avec – si la recrue a vite « tout compris ». Tout autre signe d’intelligence (= innover et créer des liens inattendus) est découragé car cela ne peut mener qu’à la trahison des références d’antan !
    Avec Beatrice Hibou (La bureaucratisation du monde à l’ère néolibérale, 2012), (http://www.yvescitton.net/wp-content/uploads/2013/09/Citton-BureaucratieNeoliberale-RdL-9-20131.pdf ), David Graeber (Bureaucratie 2015) et aussi Jean Luc Wingert (Le syndrome de Marie Antoinette, 2016) ma position « simpliste » est que le millefeuille bureaucratique normatif et administratif fonctionne comme une muraille croissante et asphyxiante, qui ne peut supporter l’idée d’une simple remise en cause à aucun moment, pour aucun détail. Ce n’est ni de droite, ni de gauche car commun à toutes les grandes organisations « qui multiplient ainsi leurs absurdités ».
    Serait-ce plus vrai en France que dans d’autres pays ? Sans doute pour des raisons culturelles et historiques. Chaque pays vit le quotidien « sociétal » et politique à sa manière dans ce qu’il dit et voit, et surtout dans ce qu’il évite de dire ou voir ( cf. Richard Lewis, When cultures collide, 2006 p. 598, très sérieux et drôle à la fois !)
    Notre Administration est née d’une organisation pontificale et la « tyrannie comptable » n’a fait qu’exagérer les processus : Elle ne se trompe jamais et s’il y avait une erreur – soit d’algorithmes, soit plan à long terme, vue de Sirius, – c’est toute la muraille qui tremble et qui se sent affaiblie, fragilisée et inutile : vous êtes un traître à …. La Cause (mais laquelle ?). Donc quand un pékin observe un détail qui cloche, une tache indélébile, il ne faut surtout pas la dénoncer mais la masquer, sinon il est immédiatement considéré comme un ennemi de l’intérieur ! L’intérêt particulier, le confort et la carrière avant « l’Intérêt général » ; voilà un gros mot qui n’a plus beaucoup de sens mais qui peut déranger le confort et la paresse acquise, d’où la vindicte contre les lanceurs d’alerte !

  46. Dans le 1er cas, les lanceurs d’alertes dénoncent tous des faits qui nuisent à la 1ère puissance mondiale et à la presse en générale (qui sera accusée de ne pas avoir fait son travail correctement).
    –> perte d’argent, de crédibilité, de pouvoir, déstabilisation géopolitique de « l’ordre établi » …

    Dans le 2ème cas, le lanceur d’alerte dénonce des faits qui seront bénéfiques pour la 1ère puissance mondiale et pour la presse puisque c’est cette dernière qui a le « pouvoir » de diffuser les informations « à son rythme » (http://pastebin.com/YBwDSdp7)
    –> gain financier, crédibilité, pouvoir, maintien de l’ordre…

    « Les Panama Papers, en fait c’est le premier leak sous accord de non-divulgation ! »

  47. Bonjour à tous,

    Puisque les lanceurs d’alertes vous tiennent donc tant à cœur, allez donc tous soutenir cette dame (lien ci-après) au lieu de vous battre ici-même à essayer de gagner un livre que vous devriez d’ailleurs tous acheter, car comme je l’ai déjà écrit dans l’un de mes billets :

    « […] être lanceur d’alerte dans le contexte actuel, cela ne se calcule pas, cela ne se désire pas. Cela vous tombe dessus alors que vous ne vous y attendiez pas, alors que vous faisiez simplement ce que vous aviez à faire. Et la peur indescriptible qui vous gagne au moment où vous vous décidez à briser le mur du silence et des cloisonnements qui vous entoure, devient votre seule alliée, votre seul ressort, votre seul moteur dans un contexte aussi délétère, tant vous avez conscience à ce moment là que vous n’avez plus le droit de reculer. Et peu importe votre personne. Vous devez aller seul au bout de votre engagement quoi qu’il arrive, là où ni l’autocensure, ni la résignation, ne pourront vous corrompre… »

    https://www.change.org/p/fhollande-la-légion-d-honneur-pour-la-lanceuse-d-alerte-stéphanie-gibaud

    Pour ce qui est de la réponse à la question de Paul Jorion ?

    Il ne s’agit pas d’un seul lanceur d’alerte en bout de chaine, mais très probablement de plusieurs lanceurs d’alertes étalés sur plusieurs années d’enquêtes avec les recoupements de plusieurs affaires sérieuses sur le plan international et ayant permis aux enquêteurs de plusieurs Etats de converger sur la bonne personne, voire d’infiltrer directement le bon agent au bon endroit, leur permettant ENFIN de trouver les preuves suffisantes pour faire tomber la tête…

    S.P.E.C.T.R.E.

    Alors ça va en faire des légions d’honneurs à distribuer, mais au moins celles-ci seront remarquables et amplement justifiées !

    Philippe

    ps : Paul, je me contenterais des (P)ièces (J)ointes dédicacées car votre livre est déjà en très bonne place dans ma bibliothèque…

    1. N’est pas lanceur d’alerte qui veut…
      Ce qu’il y a de juste c’est que là aussi il s’agit d’une pratique banale, courante, généralisée et documentée.
      Le message (l’alerte) était : « attention les gars il y a le feu au lac ».
      La cible du message c’était les gens qui planquaient en Suisse, pour les inciter à planquer dans des lieux mieux sécurisés.
      Dans le cas présent il me semble que l’on secoue le cocotier sur les plages de l’offshore britannique et seulement là.
      Une des cibles principales, sinon peut-être la seule, ce sont les 300000 oligarques russes et ukrainiens domiciliés à Londres ainsi que ceux qui ont été ratiboisés à Chypre.
      Alors qui veut gagner des millions?

  48. Il n’y aurait donc pas de lanceur d’alerte individuel et identifiable (je n’avait pas noté votre possible « opinion secrète » citée plus haut).

    L’objet lancé est un véritable missile à tête multiple (pour ne pas dire un couteau Suisse !) tant son usage offre de possibilités :
    lutte contre la fraude et les paradis fiscaux (un au moins), dé-crédibilisation de personnes et de personnalités (y compris politiques – ou surtout politique ?) chantage contre ceux qui ne sont pas cités mais pourraient devraient l’être …etc…

    « Belle » combinazione.

  49. La séparation des pouvoirs est une fable, alors qu’elle devrait être l’un des piliers de la démocratie. Mais bon, mais bon…La déliquescence généralisée à tous les niveaux de nos sociétés entraine dans son sillage un renversement des valeurs morales. Ce que Hollywood pourrait retranscrire par : « Les forces du mal ont vaincu les forces du bien »
    Que la force soit avec vous… ou plutôt choisit ton camp.

  50. Avec PSDJ c’est no limit… C’est beau comme du Maurras. Back to AF.

    Le capital mobilier de la France d’ancien régime puis post-révolutionnaire a été pillée par la finance protestante à cause du principe d’incarnation personnelle des sociétés qui a dominé le droit français et plus généralement celui des nations catholiques européennes. (…)
    L’entrée du Royaume-Uni dans la Communauté Européenne en 1972 a eu pour principale finalité implicite de libéraliser l’usage des trusts sur le continent.

    1. En effet, les informations de Pierre S. du J. sont plutôt surprenantes. Je ne vois pas que la perfide Albion ait mis la main sur nos terres en masse par le passé, sauf récemment dans le Sud-Ouest. Par ici, ce sont les Helvètes qui rachètent la moindre grange effondrée pour en faire un havre dominical contre la pression sociale de chez eux. Mais ça n’en fait pas des accapareurs. Tout comme les Anglais actuels retraçant l’épopée de Richard Cœur de Lion, duc d’Aquitaine.

      J’ai l’impression que l’entrée de UK en CEE a fait beaucoup plus que de démocratiser le trust sur le continent.
      Pour les questions de droit comparé , je donne ma langue au chat…

  51. Nombreuses sont les responsabilités en matière de collecte de l’impôt, depuis le gouvernement jusqu’aux profiteurs, en passant par tous les intermédiaires…

    Si les responsables de cette chaîne sabotent leur travail, nous, citoyens, en payons les frais (on peut comptabiliser…).

    N’y aurait il pas juridiquement moyen de les poursuivre, puisque nous en sommes victimes ?
    (sans doute qu’on s’est déjà posé la question, auquel cas si vous avez des infos…)

    1. (Tout le monde veut s’attaquer aux fraudeurs, mais on trouve pas grand chose concernant les « responsabilités »…)

  52. Préférez-vous comme cela Julien Alexandre…?

    « Les uns-es lanceurs d’alerte, plus connus-es, le sont dans le domaine des privations de liberté, de droit à la vie privée, de surveillance Etatique et à but mercantile (numérique, etc) généralisée que pratique l’Etat, des Etats avec les « Etats dans les Etats ». C’est la « morale », l’éthique, de « l’État de droit » qui est remise en cause, comme le démontre les lois d’exceptions, « Etat d’urgence », patriote-act à la française, et autres annonces faites à la cour européenne de justice, de Valls, au sujet d’enfreindre certains droits de la déclaration universelle des droits de l’Homme (comme pour les contrôles aux faciès).

    Les autres lanceurs d’alerte, « devant » être moins connu, le sont, dans le domaine des infractions judiciaires, législatives, des fraudes fiscales, du blanchiment, de « l’économie » quoi, mais suivant la géométrie variable de « liste noire, grise… ». Mais selon M. Sapin, la « morale » et l’éthique déjà mise à mal de « l’Etat de droit », ne peut pas les considérer de même nature que les uns-es, même en œuvrant au bien commun, comme ne peut pas inciter à mettre en place « l’aléa moral » de la « délation » (en rémunérant ce genre de lanceur d’alerte). Alors que concomitamment « l’Etat de droit » et le « modèle social » sont attaqués par ces fraudes fiscales peu combattues, l’austérité combinée aux inefficaces « politiques de l’offre », et déficits publics en « croissance » avec les dettes publiques illégitimes, illégales, frauduleuses, etc, – DEXIA, LIBOR, krack financier de 2007/8, etc – n’arrangent en rien la crédibilité des politiques, des alternances, et du « contrat social ». La « croissance » des discriminations à l’embauche – aux faciès à l’âge, au sexe, au handicap, chômage longue durée, etc – , à l’accès aux droits sociaux – non recours – et aux logements sociaux manquant, en plus des inégalités, de la précarité, du chômage, le refus du droit de vote des étrangers-ères, les négociations de la dégressivité des allocations chômage, et autres « loi travail », précarisant et paupérisant l’emploi et le travail, la suppression de la gratuité des cantines scolaires pour les enfants de chômeurs-euses dans certains « territoires réformés » en féodalités, et autres « envies » d’imposer le « bénévolat contraint » sur le territoire du concordat ou le score de l’abstention est le plus élevé… attestent de la rupture du « contrat social ».

    Les risques pris par les premiers le sont par rapport aux États, vides juridiques de droits internationaux, mais aussi par rapport au « droit de réserve », etc…. pouvant mettre en danger leur vie sociale, économique, familiale par rapport aux réaction de l’Etat et des Etats, quand les risques pris par les autres le sont au sujet aussi de leurs vies privées, économiques, sociales, dépendants du « bon vouloir » « sécuritaire » de l’Etat et des Etats… et ces risques existent par rapport aux « représailles » du secteur privé, personnes physiques, entreprises, banques, etc…

    Il existe au milieu de ces deux statuts de lanceurs d’alerte, deux domaines « semblant » dissociables et opposables… Mais il me semble qu’aucuns des lanceurs d’alerte ne dénoncent ce qui touche les « secrets d’affaires », le verrou de Bercy, et/ou autre verrou d’autres administrations fiscales d’autres pays…

    D’un coté bien des libertés (à surveiller) de concevoir des mécanismes d’évitement de l’impôt (d’autres mécanismes d’optimisation dans « l’ubérisation »), de « blanchiment d’activité souterraine », illégale, immorale (que la TINA rêve de « légaliser » et intégrer dans les calculs de point de PB), en même temps que « le » politique de la TINA applique l’austérité, les transferts du paiement de l’impôt, des cotisations sociales, etc, par les plus riches et sociétés, vers les plus modestes et pauvres, et « impôts indirects et injustes », dont les « Etats dans les Etats », mais aussi le clientélisme, carriérisme, les conflits d’intérêts (accords type TISA, TTIP, etc) des politiques, s’accordent pour y trouver intérêt pour la « croissance »… et pourraient chercher à s’inspirer des alertes lancés dans l’anonymat (affaire panama papers, etc) pour les intégrer dans leur « nouveau modèle économique »… Qui ne veut pas dire « modèle social ».

    De l’autre coté, les lanceurs d’alertes dénonçant les dérives de la surveillance généralisée par les Etats et « Etats dans les Etats » à des fins politiques comme mercantiles, s’en prenant aux libertés d’expression (voire la dernière « réforme » du temps de parole pour les élections présidentielles, etc), du droit à la vie privée, semblent gêner certains arrangements entre Etats et « Etats dans les Etats », nous laissant perplexe quant à arbitrer entre quelles libertés choisir de confisquer, perdre, pour qui et pour quoi (Etats d’urgence, lois d’exceptions, etc)… Quelles pires choisir, quoi… ?

    L’identité des autres lanceurs d’alerte « fiscale », « économique », des « collabos » (« économie collaborative »), de certains fraudeurs du fisc, et blanchisseurs, etc, plutôt que d’autres, pouvant générer des points de « croissance » en plus (en plus de la privatisation des services publics biens communs du monde du vivant de l’indépendance judiciaire, voire même d’une partie du bras armé veillant à « l’ordre social ») en intégrant les mécanismes de fraudes au PIB, etc, peut poser un problème au niveau « morale » et éthique, par rapport à « l’image » de « l’Etat de droit » et sa collaboration avec les « Etats dans les Etats »,.

    La virulence de l’Etat, des médias de masse, etc envers les uns-es lanceurs d’alerte dénonçant ses attaques faites aux droits à la vie privée, sa surveillance généralisé, et des atteintes faites aux démocraties (de plus en plus souffrantes de problème de représentativité entre autre), dénote par rapport à ces autres lanceurs d’alerte, et leur identité, qui sont à classer de l’aveu même de M. Sapin, dans la case : à protéger selon le risque (détournement du « principe de précaution ») d’appel à « délation »… Aucune protection pour ceux enfreignant le « droit de réserve » en matière de dérive du « tout sécuritaire », mais par contre peut être aménager des arrangements anonymisés par rapport à d’autre infraction du « droit de réserve » de certains en matière « économiques », fiscales… ? Dit autrement si l’Etat français ou d’autres reconnaissaient un statut hautement symbolique et éminement protégé aux premiers lanceurs d’alerte (Snowden, Asange, etc), reconnus, il lui faudrait avouer la gravité que constituent les « Etats dans les Etats », leurs impuissances devant leurs ingérences coordonnées avec les USA, et désavouer alors leurs intentions pas nettes des lois d’exceptions, de négociations secrètes d’accords types TISA, TTIP, etc….

    Ainsi stigmatisée, dénigrée (accusée de voire du « complot » partout même) mise en exergue et exacerbée l’identité reconnue de la liberté d’expression des lanceurs d’alerte dénonçant les dérives dangereuses et mortifères (des conquêtes Étatiques énergétiques, etc, du consumérisme) pour le vivre ensemble, pour nos vies privées, et les démocraties, dérives pratiquées par des « Etats dans les Etats » et leur « modèle économique collaboratif, etc » cautionnée et appuyées, servant, « les Etats de droit » se délitant, est aliéné la citoyenneté en même temps qu’il lui est substitué à la place un autre semblant de liberté…

    D’un coté le « besoin » de protection de l’identité (anonymat, etc comme pour la « dictature des émotions » sondées) des autres lanceurs d’alerte concernant des fraudes fiscales, etc, libère certaines paroles, pratiques frauduleuses, dénoncées en étant calibré en feuilleton…. en suspense, etc, et de l’autre coté, la « liberté économique », « d’actif », etc, d’inventer tout les moyens même immoraux, voire illégaux mais pouvant être « légalisé », de générer de la « croissance » et d’éviter, de contourner l’impôt, la TVA, les cotisations sociales patronales, etc… sert autant les « Etats dans les Etats, que les Etats, pour continuer à « sacraliser » le consumérisme, la spéculation, le retour mythique de la « croissance » le verrou de Bercy, le « secret des affaires, », etc. »

    1. C’est beaucoup mieux.
      Cependant, sans faire d’ostracisme, ni de jubilation malséante, guidé par le désir de bien faire mais non , je ne saurais quoi de méchant, ou plus encore de mauvaise foi, ce qu’à Dieu ne plaise et par cette expression sans vouloir porter atteinte à la base laïque ou pour mieux dire athée de la République, tout en sachant que je suis rien moins qu’imposteur ou mieux dire invité si peu attendu, ni d’ailleurs monter en épingle une question qui sans cela risque de tomber en quenouille tant elle est modeste, en un mot pour résumer une question sans doute complexe, ce par quoi je ne veux absolument pas prétendre que vous ne pourriez la comprendre, enfin j’ose le dire craignant un démenti formel car cette opinion possiblement contestable est si peu assurée, en somme oserais-je le murmurer:
      Je crois qu’une virgule inutile s’est glissé entre les mots – (début de citation) […] Bercy, et/ou[…] (fin de citation).
      La ligne en cause est la 108. ième du texte, mais ce nombre peut varier selon la mise en page sur votre écran…

      En effet « et/ou » annonçant la fin d’un énumération à la fois inclusive « et » et exclusive « ou », la virgule placée avant devient superfétatoire.

    2. « etc » « etc » « etc » c’est exténuant pour vous comme pour nous et l’espèce est dépourvue d’imagination de toute façon, de même que les points de suspension suivis d’un point d’interrogation nous plongent dans une ambiance paranoïaque.
      Et vous qu’en pensez-vous?

      1. Je pense que ce qui est exténuant est d’avoir à se défendre, se justifier, de sempiternelles critiques sur la forme, la police de caractère, la virgule près, les phrases trop longues tentant que d’exprimer sommairement une complexité trop grande, etc. C’est exténuant d’avoir à excuser des « fautes » et/ou erreurs de forme, de style, d’orthographe, de grammaire, etc, tant bien que mal exprimées, sur des propos jamais débattus de fait… Comme s’il fallait sans cesse montrer « patte blanche » au symbole de la « méritocratie », pour avoir et le droit à l’égalité de temps de parole, le respect de la lecture, de la visibilité d’une liberté d’expression, le plus exténuant n’est pas d’écrire ce que je pense et ce comme j’essaie de le faire partager en m’améliorant tant bien que mal, mais d’avoir à le faire devant les abscons « représentativités » de celle ci, anonymisés-es.

      2. Je pense que les critiques comme les vôtres sont des marques d’attention.
        Il y a aussi un ou deux snipers qui ont tellement de temps à perdre et tellement d’ego à satisfaire.
        Ce lieu n’est pas un espace de réflexion mais un endroit de réaction. Il s’y échange des informations.
        Pour tout ce qui n’est pas informatif il y a la vraie richesse: celle de ta vie, celle du temps qui passe, celle des années, du vin, de la terre, des virgules, des artichauts, du temps qu’il a fallu pour relativiser le temps et l’espace et le temps pour comprendre l’espace temps, le temps de la vie des roses, des tulipes et des livres, et le temps de vie imputé à Paul Jorion à chaque temps qu’il fait.

  53. Peut-on mettre des noms à ce qui nous aveugle
    Ou nous subjugue par un jeu de miroirs glaçant
    Notre appétence à définir des règles
    Au coeur des intérêts et des enjeux sous-jacents

      1. Laquelle ?
        Celle des régions des catholiques zombies a plus de chances d’avoir entendu parler de l’anthologie de la poésie française par G. Pompidou, à défaut d’en avoir lu.
        Alors que la crémière cellophanée aux normes pasteurisées et à la voix métallisée à la JC JUNCKER n’en a sûrement jamais ni lu ni entendu parler de près ou de loin.
        Aussi face à vôtre incertitude sur ce que vous lisez, faites comme Flaubert pour vérifier l’impact de ses mots : dîtes-les à Haute voix.
        Merci de m’avoir répondu et encore un effort……

  54. Ces alertes sont bienvenues, certes, mais ont-elles plus d’influence qu’en France sur la vie politique des autres pays ? Si mes souvenirs sont bons, l’existence de comptes secrets de N.Sarkozy au Luxembourg , sous ses trois noms de Sarkozy, Nagy, Bocsa, fut dévoilée lors de l’affaire Clearstream et sans aucune conséquence judiciaire car il jouissait alors de l’impunité présidentielle . Apparemment, cela ne l’empêche pas de prétendre encore aujourd’hui à une carrière politique. Maintenant qu’il n’est plus président, est-il aujourd’hui passible d’une bonne amende qui remplirait un peu les caisses de l’Etat et même de prison ou verra-t-on une fois de plus tous ces gros fraudeurs fiscaux échapper à tout châtiment ? Par contre, le malheureux petit contribuable qui oublie de comptabiliser une centaine d’euros dans sa déclaration de revenus est lourdement pénalisé. Egalité devant la loi ?

  55. Les putiniens de chez WikiLeaks Inc (la bande à I. Shamir sans doute) ont trouvé la réponse qui leur convenait, celle de Putin of course.

    The attack on Putin was “produced by [the Organized Crime and Corruption Reporting Project] OCCRP which targets Russia & former USSR and was funded by [the U.S. Agency for International Development] USAID & Soros,” the WikiLeaks tweet said.

    http://www.themoscowtimes.com/news/article/wikileaks-panama-leak-is-attack-on-putin-by-us-and-soros/564879.html

  56. La différence essentielle est qu’un petit ou un isolé sera vite identifié et jeté en pâture à l’opinion mondiale. A l’inverse, un gros (genre Soros, mais justement, il est un peu trop évident…) ou l’officine bien connue -à défaut, une de ses annexes- d’un Etat qui se croit tout permis et qui nous espionne de fond en comble, ne s’exposera pas et se protégera en déniant toute responsabilité.
    Soumettons les révélations de cette affaire lancée bruyamment sur le devant de l’actualité à deux cribles très simples et successifs : qui apparaît dans la liste*, et qui n’y apparaît pas**. Laissons de côté les dégâts collatéraux qui noient le poisson***. Il nous reste trois cas probables. L’un n’agit pas sans l’aval de l’autre, et le troisième n’a pas recours à cette forme de guerre médiatique.
    * : le Brésil, la Syrie, la Russie… On peut rajouter le Panama (!), et même l’Equateur par le biais d’Infantino (!!!).
    ** Quelques Etats qui ont leurs paradis fiscaux respectifs bien cadenassés. Essentiellement trois, sachant qu’un quatrième -à l’origine de la révélation de la faillite grecque- n’est pas exclu, mais sa raison de ce faire ne m’apparaîtrait pas clairement.
    *** Probablement les seuls qui paieront les pots cassés. Pour l’instant, ils agitent le landerneau médiatico-judiciaro-politique. Encore que le Brésil de DR est sous forte pression parce que non collaboratif…
    Pour conclure, je n’ai pas la réponse -comment l’aurais-je !-; mais je suspecte très fortement une certaine officine en trois lettres à l’instar de beaucoup d’autres.
    Elle jouerait sur le fait qu’un lanceur d’alerte est trop exposé vu les lois actuelles et donc n’a pas d’intérêt à se dévoiler. Ce faisant, elle se ferait passer pour tel. Billard à trois bandes ou plus.

      1. Tu comprends rien Pierre-Yves, la branche européiste des reptiliens a demandé qu’on mouille le semi-européiste semi-reptilien Cameron, because Brexit of course.

  57. La SG vient d’attaquer Méluche, Kerviel et Koubbi en diffamation. A raison, elle va gagner. Y’a rien contre elle dans les papers.

    1. Tu te bases sur le fait que les papiers ne sont actuellement pas en possession de Bercy (dixit Sapin), que le Monde ne produit aucune pièce concrète (preuve) lorsque le journal implique la Société Générale, ne faisant que rapporter ce que ses journalistes ont lu, pour dire ça ? De même que lors du procès Kerviel, rien ne fut fait pour favoriser l’éclosion de la vérité coté pouvoirs publics, il en irait de même cette fois, raison d’Etat oblige ?

      http://www.lemonde.fr/panama-papers/article/2016/04/07/panama-papers-les-banques-francaises-sommees-de-declarer-leurs-activites-offshore_4898119_4890278.html

      1. Le Monde implique SG ? Pour une soixantaine de sociétés créées par MF pour des clients SG encore actives ? Je sais que tout est bon pour Mélenchon mais là…

  58. De toute façon on aura pas le fin mot de l’histoire selon Jorion. On l’attend encore dans la précédente énigme proposée (Aleynikov – contre qui Cyrus Vance vient encore de faire appel y’a trois jours, neuf mois après son énième acquittement…).

      1. Mon problème c’est bien de débusquer la vérité. On est des pirates. Et Charles en transfert me ment, comme il ment à tout le monde. Donc ce n’est pas mon problème.
        Charles haka et Charles AK pourquoi pas.
        Est-ce que ça sonne juste?

      1. Un Sith dark Sidious « pur jus », ami des zarts de l’église orthodoxe et de la poésie, mais bien sur, peinturluré l’oiseau,
        l’eût tu cru..? Non, cuit, voir fumé l’oiseau et avec des pruneaux , c’est ça, merci. On sait comment ça se termine cette « poésie ».., avec des rafales qui sifflent sur les têtes et dans le poitrail. Ah…Du vent ? Des rafales ?
        Non, non, ce n’est pas Mcléod qui danse avec son kilt et sa magical sword dans les Highlands, là ça ne rigole plus.
        Vigneron, on ne peut pas décemment remplacer Oudéa par un « poète Sith » en « sursis ».
        Comme s’il n’y avait déjà pas suffisamment de turn-over dans les banques….

    1. Panama Papers: des «amalgames», vraiment, Monsieur Oudéa?

      « Mais là où on n’a plus du tout envie de rire, suite à cette sortie – disons osée – du patron de l’une des plus grandes banques françaises, c’est en se remémorant le passé pas si lointain de la crise financière de 2008. La banque, comme Dexia du reste et bien d’autres de leurs pairs, a bénéficié du soutien de l’Etat – l’argent du contribuable, donc – pour ne pas sombrer. Et pendant ce temps, elles « détroussaient » encore un peu plus les Etats en leur soustrayant leurs contribuables les plus nantis. Quand on voit aujourd’hui l’état des finances publiques, et les désinvestissements importants que cela génère dans notre société au jour le jour, on a juste envie de dire à monsieur Oudéa de se replonger dans le dictionnaire au mot amalgame. Et aux autres banques de continuer à faire profil bas… »

      http://www.lesoir.be/1176073/article/debats/editos/2016-04-09/panama-papers-des-amalgames-vraiment-monsieur-oudea

      1. Non dit du rédac-adjoint du Soir : « Comment ? Avec tout ce qu’on a fait pour faire de la Belgique un endroit fiscalement accueillant pour les fortunes et les sociétés offshore y’a encore des banques françaises ou belges pour oser envoyer leurs meilleurs clients ailleurs ? Honte sur elles ! Shame shame shame ! »
        https://youtu.be/qCncupnwYDQ

    2. Haka maori est chamanisme maori en action.

      « The haka is a type of ancient Māori war dance traditionally used on the battlefield, as well as when groups came together in peace. Haka are a fierce display of a tribe’s pride, strength and unity. Actions include violent foot-stamping, tongue protrusions and rhythmic body slapping to accompany a loud chant. The words of a haka often poetically describe ancestors and events in the tribe’s history. »

      « Today, haka are still used during Māori ceremonies and celebrations to honour guests and show the importance of the occasion. This includes family events, like birthdays and weddings »

      http://www.newzealand.com/nouvelle-zélande/feature/haka/

  59. Il faut retourner la question. Le lanceur d’alerte qui est vilipendé est un inconnu, avant son action, avant sa rentrée sur la scène publique. Le lanceur d’alerte qui recoit louanges etc. est, justement, connu. (Par un petit groupe, pas le grand public.)

    1. mdrr.. 😉 « Shame shame shame ! « la tigresse » en action, génial !

      Vi, il y a de ça…mais comme dirait Coluche, ne rigolez pas c’est avec votre pognon….

      C’est vrai, que le panama papers, arrive à point nommé pour inciter les peuples à faire pression sur les politiques et ce au moment où ils semblent tous empêtrés dans leur immobilisme d’arrière garde. Pour le reste, et les suites , quels sont ceux qui iront « au pénal  » ? Faut voir….

      Zone euro : pourquoi elle ne nous garantit plus la croissance

      « « L’homogénéisation des économies est la seule voie possible, mais nous n’avons pas encore eu le courage de l’emprunter, car personne n’y voit son intérêt », regrette Michel Dévoluy, professeur à l’université de Strasbourg. Dans tous les cas, il va falloir faire vite. »
      http://www.capital.fr/enquetes/economie/zone-euro-pourquoi-elle-ne-nous-garantit-plus-la-croissance-1111475#

      1. Mais où sont les grands hommes politiques?
        Publication: 10/04/2016 07h43 CEST

        « Que dire d’Elon Musk, le brillant ingénieur, créateur des voitures électriques Tesla et de SpaceX, dont l’ambition est de rendre les voyages spatiaux accessibles, pour ne citer que ses deux inventions les plus connues. Certes, il y a un côté techno-utopiste dérangeant, chez tous ces leaders issus de la Silicon-Valley, mais la sagesse est toujours au coin de la rue. Ainsi Musk, méditant sur les développements de la robotique et de l’intelligence artificielle, s’est inquiété dans une lettre ouverte signée avec Steve Wozniak et Stephen Hawking, des possibles ravages que pourraient causer l’utilisation de ces technologies par l’armée. Ils ont été rejoints dans cette cause par Bill Gates, un autre grand, qui utilise désormais sa fortune pour investir dans une quantité de causes profitables pour l’humanité. »
        http://www.huffingtonpost.fr/jeanpaul-oury/politique-grands-hommes_b_9631138.html

        Elon Musk : l’homme le plus audacieux du monde
        Laurent Guez / Directeur délégué de la rédaction des Echos Week-End et des Echos Business | Le 05/02 à 07:00, mis à jour à 09:13
        http://www.lesechos.fr/week-end/business-story/enquetes/021670076948-elon-musk-lhomme-le-plus-audacieux-du-monde-1198009.php

        Magnifique !
        http://www.courrierinternational.com/video/transport-spatial-spacex-pose-son-falcon-9-sur-une-barge-en-pleine-mer

  60. lanceur d´alerte, c´est un bien beau sentiment. le probleme est ; quand on ne sait pas quelle est la finalite d´un systeme, on peut fragiliser une prcedure en cour qui parait scandaleuse, alors qu´elle n´est peut etre que la seule et derniere solution.
    en 80 ans on multipli l´humanitee par 3 et ca gratte personne.
    tous nos models sont depasses…et le monde devrait pouvoir resister avec bientot 8 millard d´inconscients.
    les vrais decideurs le savent et preparent.
    notre race ne vie plus d´une facon naturelle, et de ce fait ne poura plus continuer a ce reproduire de facon naturelle.
    les vrais decideurs ont encore besoint de 15 a 20 ans …apres plus personne a part eu pouront decider de l´avenir. heureusement pour la race humaine.
    un lanceur d´alertes est un type qui ce tire une bale dans le pied sans s´en rendre compte. des utopistes qui refusent de voir le monde tel qu´il est.

  61. M. Junker ? Mme Merkel ? M. Schauble ?

    The Guardian: « In February 2015, records from the company’s Luxembourg office were passed to Germany’s Süddeutsche Zeitung, and the German tax authorities got hold of them, too. Investigators raided the offices of Commerzbank as well as private residences, looking for evidence of tax evasion.

    This latest leak, from an unknown source, spans Mossack Fonseca’s entire global database. It has put the firm at the centre of a global scandal. »

    C’est à la fin de l’article: http://www.theguardian.com/news/2016/apr/08/mossack-fonseca-law-firm-hide-money-panama-papers et il semble bien y être indiqué que la fuite a eu lieu au Luxembourg, qu’elle a abouti en Allemagne (ce qu’on savait déjà) et que les autorités fiscales allemandes étaient au courant de la fuite depuis longtemps.

  62. Puisqu’aucun américain ne figure sur cette liste, il semble évident que la I.R.S. soit à l’origine de la fuite dans le but de voir comment le reste du monde sous-développé réagit, ou non. Alors, Big Brother saura ce qui lui reste à faire avant d’éteindre les lumières.

    1. « Aucun Américain »… Il y a 211 adresses aux États-Unis dans les Panama Papers. Alors certes, toutes n’ont pas forcément des « citoyens américains » comme ayants droit, mais le contraire n’est pas prouvé non plus.
      Et puis pourquoi s’emmerder avec Panama – qui est dans le viseur du Trésor – quand on a le Delaware, le Wyoming ou le Nevada sous la main ?

  63. Bien,
    Le premier qui dit se trouve toujours sacrifié
    D’abord on le tue puis on s’habitue
    On lui coupe la langue on le dit fou à lié
    Après sans problème parle le deuxième

    C’est logique

  64. Bonjour à tous,
    Chouette une devinette!
    J’ai personnellement beaucoup de peine à avaler l’événement M&F, comme une fuite motivée par un lanceur d’alerte épris de justice.
    Chacun connait le sport très à la mode qui consiste dans le milieu des affaires à vendre son entreprise quand sa valeur atteint son optimum pour en ouvrir une nouvelle peu après et un peu plus loin, sous un autre nom.
    Mais la pratique de ce sport est surtout possible avec des entreprises ayant un avenir sain, sans menace à court terme…
    Dans le secteur de la finance occulte ou seul le profit maximum compte, il est facile d’imaginer que la direction de M&F aurait tout à fait pu avoir intérêt (surtout si son activité menaçait d’être un peu plus réglementée voire notablement réduite), non pas à céder son officine, mais à vendre à prix d’or (et de préférence à plusieurs acheteurs, on ne tardera donc pas à le savoir!), ses propres fichiers, en laissant croire à une fuite ou à une intervention étrangère…
    Bien sûr, l’entreprise, malheureuse victime d’un acte de piraterie informatique, ne sera pas secourue, car dénoncée publiquement comme principale responsable des malversations de nos cher banquiers internationaux.
    Ces mêmes banquiers auront, rassurons nous, la possibilité de poursuivre leurs malversations grâce au concours d’une nouvelle officine probablement déjà ouverte sous des cieux plus cléments, et n’ayant rien de commun avec la précédente, hormis la même riche clientèle et une même direction reconfigurée!
    On peut donc ainsi imaginer voir fleurir prochainement si ce n’est déjà le cas), aux Seychelles ou ailleurs, une firme irréprochable répondant au joli nom de Fonseca&Mossack.
    Simple comme bonjour!
    A plus, Eric.

  65. Il faut espérer qu’un jour dans un monde véritablement démocratique quand on aura vaincu les « fascistes en col blanc » on pourra dire des lanceurs d’alerte connus et qui feront désormais partie de l’Histoire, comme Churchill au sujet des pilotes de la RAF : « jamais dans le cours des conflits humains autant d’hommes n’ont contracté pareille dette envers un si petit nombre. »

  66. Dans un cas, les interets de l’oligarchie us sont menacés car exposés au grand jour. Dans l’autre, les intérets de cette même oligarchie sont favorisés (élimination des paradis fiscaux concurrents: après le lichtenstein et la suisse, le panama…, déligitimation de l’oligarchie du camp des méchants…).

    Non je plaisante. Il s’agit bien sur d’une opération montée de toute pièce par les services secrets russes pour détruire la campagne Hillary Clinton, faire croire à l’amateurisme des services de renseignement US (vu la grossiereté de la ficelle) et, cerise sur le gâteau, décridibiliser par avance toute fuite susceptible de le destabiliser vraiment.
    Poutine a même poussé le vice jusqu’à se désigner lui-même à la vindicte populaire (en sachant qu’il n’aurait aucun mal à se sortir du piège), tout en évitant que la presse française ne titre « Des proches de François Hollande détiennent des comptes au Panama »), afin que le tout reste crédible.

  67. Bonjour à tous,
    Pour finir et pour faire court…
    La droiture proverbiale de l’hommo-legalistus-avocatus étant posée, sachant que les plus réputés finissent en politique ou en prison, et parfois les deux, pourquoi donc s’acharner à chercher un lanceur d’alerte?
    Cherchons plutôt qui vendrait père et mère pour faire d’avantage de profit (ou simplement pouvoir continuer à en faire).
    La réponse me parait toute trouvée, et l’on verra bientôt, qu’au sein de la direction de l’officine « piratée », un collaborateur important récemment écarté, fera office de bouc émissaire idéal, pendant que le véritable auteur de la « fuite », complice de la direction, et dûment récompensé pour service rendu, ouvrira ailleurs et sous son nom une antenne nouvelle spécialisée dans la même activité.
    Vous me trouvez un peu cynique?
    Bon, je vous laisse. Voulez vous que j’éteigne la lumière?
    Eric.

  68. Salut la foule en délire !

    Bon ces révélations de Barananama c’est quand même pas extra-ordinaire. Si ? Non !

    Le plus drôle ce sont les commentaires de ceux, en fait plutôt nombreux dans la vraie vie, qui défendent les types du coin qui ont placé un peu de pognon là-bas. Oui mon bon Monsieur, avec toutes ces taxes et ces impôts c’est bien normal d’en passer à l’as ! En fait c’est tendance d’avoir son nom dans ce genre de listing…

  69. Je reste persuadé qu’il s’agit d’un État. J’avais pensé en premier à la Suisse, qui a réellement fait beaucoup pour rentrer dans le rang et qui a besoin, pour garder son « industrie financière », que les grandes fortunes « honnêtes » restent chez elle –> Il faut donc supprimer la concurrence déloyale.

    Mais je pense que l’ordre de hacking peut venir aussi de Barack Obama, qui, avant de partir, souhaiterait nettoyer devant sa porte, à savoir le Delaware.

    C’est en tout cas un paradis fiscal.

    1. Si c’est une affaire entre Obama et le Delaware c’est complètement raté parce qu’il en est relativement peu question de cette affaire dans les médias US et que c’est les conséquences (ou l’absence de conséquences) sur les nombreux gouvernements étrangers concernés qui font les gros titres.

      Au passage, la NSA, le FBI, le GHCQ et beaucoup d’autres devraient s’ils font correctement leur boulot savoir énormément de choses et pouvoir perturber efficacement les transferts de fonds, les commerces d’armes ou de drogues de ceux qu’ils sont censés combattre.

      1. J’ai été interrompu avant de pouvoir finir le message tout à l’heure…

        Pour Obama, cette affaire fait suffisamment de bruit pour qu’il puisse proposer une petite loi qui permettrait de supprimer le Delaware comme paradis fiscal (ça c’est la version optimiste, que je souhaite être la bonne) ; ou qui permettrait au Delaware de conserver la première position comme paradis fiscal (ça c’est la version pessimiste).

        C’est en tout cas probablement un paradis fiscal occidental, qui souhaiterait, en se la jouant liste grise plutôt que liste noire (autrement dit optimisation fiscale plutôt qu’évasion fiscale, subtilité classique du discours de nos voisins suisses par exemple), garder ses clients et supprimer toute concurrence déloyale de pays plus exotiques et beaucoup moins soucieux de bonnes relations avec les grandes puissances économiques.

        Le Panama est vite retourné en liste noire, alors que fondamentalement il n’y a aucune différence entre hier et aujourd’hui excepté le fait qu’hier on n’en parlait pas, et aujourd’hui si !

        Étonnant non ?

      2. Je viens d’écouter l’extrait vidéo de Paul interviewé par le magazine Le Soir : il semble penser qu’il s’agit effectivement d’Obama (version optimiste, c’est-à-dire de lutte contre les paradis fiscaux).

        Ne nous leurrons pas cependant sur les objectifs : même s’il y a un objectif moral, je crains qu’il ne soit pas en tête ; le premier objectif à mon avis est de faire en sorte que tout l’argent créé ces dernières années avec les QE des banques centrales restent dans les pays riches. Et si possible de repasser par le fisc, mais cela n’est pas forcément encore la priorité.

  70. @ Charles. Merci pour la votre attention, votre soutien, et vos compléments d’informations et éclairciements.

  71. Je retiens deux événements dans l’actualité de la semaine du 1er au 8 avril 2016 : Elle a commencé avec le lancement de la Tesla 3 et ses 325 000 précommandes à ce jour (soit 325 millions de dollars en acomptes de financement gratis…) et s’est terminée avec l’atterrissage de la Falcon 9 de 70 mètres sur une barge quelque part sur l’océan Atlantique.
    Elon rules the world.

    1. Bon, t’as juste oublié La nuit debout, où je suis allé ce soir. Tu sais bien, Paul ne peut être au four et au moulin !

      Cette nuit debout c’est vraiment quelque chose de formidable, j’étais pas au top de ma forme ces derniers jours, et là je peux te dire, ça m’a requinqué. D’abord, imagine le tableau, si t’as pas vu les photos : deux banderoles sont accrochées à bonne hauteur sur la statue, la première témoigne encore de la saine réaction des parisiens suite à aux attentats de novembre : « Même pas peur » et la seconde : « Où est la démocratie ? » comme réponse cinglante de la jeunesse et autres empêcheurs de tourner en rond à un état d’urgence très mal placé, à tout un jeu politicien qui se perpétue en circuit fermé.
      Dommage que la vie ce ne soit pas comme ça tout le temps, car les gens se parlent, les regards sont beaux et francs. Des débats animés parfois, mais surtout une joie sereine seulement parce qu’on est là, ensemble, à se dire ce que l’on pense de ce monde, et de la place que nous y occupons. Oui, quelque chose se passe.
      Dans l’assemblée les intervenants prennent tour à tour la parole, l’assistance écoute attentivement quand bien même les opinions qui s’expriment sont très diverses, un intervenant dira même « nous sommes divisés » et pourtant, le courant passe. Aucune direction ne se dégage, et d’ailleurs s’est revendiqué. Il est trop tôt de toute façon. Dans les petits groupes qui se forment au hasard sur la place, on cause de l’utilité d’aller voter, on évoque la révolution, on parle de l’argent qui gouverne notre monde, mais aussi de l’après qu’il faudrait penser, car le système s’auto détruira de toute façon. Bref, les débats à debout la nuit ce sont un peu, beaucoup, tous les débats qu’on a pu avoir ici-même sur le blog depuis quelques années déjà, sauf que maintenant une parole se libère collectivement, sur un lieu public, que dis-je des lieux publics, à travers tout le pays, et même au delà, avec des gens en chair et en os. On pourrait dire qu’est rattrapé là tout le temps perdu chacun dans coin, rien de vraiment neuf donc pour l’instant dans le débat d’idées, mais c’est vivant ! Une assise tranquille qui pourra en désarçonner plus d’un ! Car les idées et les corps sont en marche.

      1. PS. pour être tout à fait exact, sur la banderole c’est marqué : « Démocratie t’es où ? »
        Quant à « Même pas peur », bien entendu, c’était une réponse aussi bien aux attentats de janvier que de novembre.

      2. Où est la démocratie?

        Une analyse de Pablo Servigne
        http://www.barricade.be/sites/default/files/publications/pdf/2015_-_quelle_democratie_pour_l_apres_petrole.pdf

        Extrait:
        Le mouvement de la transition doit dès à présent renouveler sa pensée de la démocratie, non pas dans le sens d’une démocratie de masse encore plus « liquide» (grâce à un monde numérique qui n’a pas d’avenir), mais dans le sens d’une démocratie disposant de moins d’énergie, compatible avec les basses technologies, et s’épanouissant dans un monde décentralisé et moins interconnecté. Les optimistes diront que c’est l’occasion d’aller (enfin !) vers des systèmes de démocratie directe et de sortir de nos vieilles structures politiques fondamentalement oligarchiques

      3. Oui, les alternatives dynamiques sont en marche .

        Créer votre propre réseau d’alimentation locale ? C’est facile, grâce à cette plateforme
        Par Jean-Jacques Valette I Publié le 24 Février 2016

        Open Food France permet en quelques clics de créer un réseau entre producteurs et consommateurs. Le tout facilement et en open source, afin d’accélérer l’éclosion d’alternatives à la grande distribution.

        https://www.openfoodfrance.org/

        « La force du système réside aussi dans la possibilité de se mettre en réseau. Le même agriculteur peut visualiser sur une carte les autres producteurs de sa région et décider, par exemple, de vendre en commun en créant un magasin de producteurs ou de rejoindre une Amap. »

        « Open Food existe déjà ailleurs dans le monde. « L’idée est venue d’Australie, où a été fondée la Open Food Foundation qui coordonne le projet ». En plus de la France, celle-ci essaime aujourd’hui au Royaume-Uni, en Norvège, au Canada et en Afrique du Sud. Opérationnel depuis seulement huit mois en Australie, le réseau y fédère déjà 400 producteurs. Une trentaine seraient déjà intéressés par le concept en France. »
        http://www.wedemain.fr/Creer-votre-propre-reseau-d-alimentation-locale-C-est-facile-grace-a-cette-plateforme_a1684.html

        « Et si la solution résidait dans la vente directe du producteur au consommateur, afin de s’assurer de la qualité et de la provenance des aliments ? C’est le créneau de Okadran, une plateforme de circuits courts qui se lance début mai. Mais ici, pas de fruits et légumes, uniquement de la viande.  »

        « Le problème en France, c’est que pour 100 000 éleveurs il y a seulement cinq centrales d’achat qui imposent leurs prix », explique à We Demain Alexandre Mechri, l’un des deux cofondateurs de la plateforme. Avec ce nouveau service, cet ancien ingénieur de Paypal espère apporter une nouvelle source de revenus à ce secteur en crise »

        http://www.okadran.com/

        http://www.wedemain.fr/Circuits-courts-et-lutte-contre-la-maltraitance-animale-ils-inventent-le-Airbnb-de-la-viande_a1759.html

      4. Long live the pioneers
        Rebels and mutineers
        Go forth and have no fear
        Come close lend an ear

        And I say
        Hey, hey hey hey
        Living like we’re renegades

        All hail the underdogs
        All hail the new kids
        All hail the outlaws
        Spielbergs Kubricks

        It’s our time to make a move
        It’s our time to make amends
        It’s our time to break the rules
        Let’s begin…

        Renegades
        https://www.youtube.com/watch?v=FOnnBK8esaQ

      5. Le regroupement des agriculteurs aura comme conséquences :
        – économie des marges de la grande distribution,
        – coût de leur propre distribution.

        Mais, puisqu’ils sont toujours tous en concurrence, et en surproduction, et à défaut de pouvoir fixer des prix plancher, ce sont les consommateurs qui le fixeront, au plus bas donc.

        Ce qui en définitive ne change rien, pour eux.

        Gudule, ne criez pas victoire trop tôt. Le problème est dans le Système économique capitaliste des rentiers et banquiers. Encore faut il le comprendre, et ça, c’est pas gagné.

        Quoique à « nuit debout » on se pose – enfin – les bonnes questions. (merci Lordon)

      1. Qu’il est vilain ce monde quand on le regarde comme vous le faites Daniel par le petit bout de la lorgnette.
        Comme disait Bossuet, « l’illusion que les choses sont ce qu’on veut qu’elles soient est le pire dérèglement de l’esprit ».
        Heureusement tout le monde ne partage pas ce pessimisme.

  72. Selon Craig Murray:
    Les « éditeurs » des Panama Pa(m)pers(*) ont pris soin de proclamer qu’ils ne rendront pas public les documents, sauf ceux sélectionnés par eux. Nul doute que les « services » ( recouvrement des impôts par exemple ) auront accès aux documents, en tout ou partie.

    L’ “International Consortium of Investigative Journalists” est organisé et subventionné par l’ USA’s Center for Public Integrity.
    Wikipédia note:
    « La question de l’indépendance réelle du Center for Public Integrity en dépit des subventions importantes apportées par les fondations de George Soros a été posée par Jennifer Rubin dans le Washington Post . » ( Article: Is the Center for Public Integrity’s work advocacy or journalism? [archive], washingtonpost.com, 2 septembre 2011.)
    [ « en dépit » est curieux dans le contexte. C’est parce que Soros investit massivement dans le C.P.I. qu’il y a suspicion sur l’intégrité du machin.]

    Cet « organisme » a à son actif différents trucLeaks qui ont été des enterrements de 1.ère classe envers leurs responsables, comme Juncker, toujours en poste, avec le LuxLeak.

    Tout cela procède d’une conception du journalisme plutôt curieuse. Une équipe, genre gardien d’écluse, décide en toute souveraineté qui dénoncer et qui préserver. L’opacité et l’arbitraire sont évidents.

    C’est donc potentiellement un outil de chantage soft : « vous faites ce que je demande , ou bien… »

    Rendre accessibles ces documents comme, ou avec, Wikileaks rendrait un fier service à la démocratie et la justice. Les investissement réels dans les paradis fiscaux, nus comme la main en matière d’activité économique, sont excessivement rares. Tous les autres investissements sont illégaux en regard de la Justice admise, quand bien même ils soient classés licites par la compréhension infinie de certain pays envers l’évitement fiscal, la France en particulier.

    (*) Pampers: couche anti-fuite.

    1. Te fatigue pas Daniel, Aurélien Legrand et Thierry Mariani, tout comme Wikileaks, se sont déjà abondamment répandus sur ce thème. Le Monde et d’autres avaient anticipé l’intox.
      http://www.lemonde.fr/evasion-fiscale/article/2016/04/05/ces-intox-qui-veulent-repondre-aux-panama-papers_4896178_4862750.html
      http://www.arretsurimages.net/contenu.php?id=8627
      Quant à l’exemplaire Wikileaks, tu te souviens des cables et du sieur Israel Shamir (je te recommande son site, tu vas adorer, mais je sais que tu connais déjà, un exemple : http://www.israelshamir.net/French/BenisTrumpFanatisme.htm) ?
      http://www.theguardian.com/media/2011/jan/31/wikileaks-holocaust-denier-handled-moscow-cables

      1. Pénible, vraiment.
        1) Guardian : classé parmi les torchons manipulateurs dans ces affaires . Il est même torchon manipulateur 1.er de la classe. Ce qu’il écrit est à prendre avec des pincettes.
        Le Guardian est un journal qui a accepté de détruire le travail d’un de ses enquêteurs ( matériaux Snowden) pour complaire aux services de police anglais. Difficile de croire que le royaume était en danger. Détail horrible: la destruction était physique,meulage et perçage.
        Impardonnable.

        2) Shamir: connaît pas. Maintenant que je sais: je ne connaîtrai pas.

        3) Thierry Mariani: j’ai connaissance d’un député de ce nom qui s’agite beaucoup. Il est allé en Crimée ou projette d’y aller. Il est contre les sanctions visant la Russie ( moi aussi, mais sans doute pas pour les mêmes raisons.) SI je me suis trompé -ce ne serait pas le bon- annulez tout ce que j’ai écrit et restons-en là à ce sujet.

        4) Le Monde: j’ai lu le début, plutôt attentivement, ensuite limité aux titres. Ce n’est pas convainquant, c’est lourdingue. Les réactions des lecteurs sont à retenir; en majorité, ils doutent. Extrait : « Dans le cas présent, la fuite est bien organisée : au lieu d’être révélée au grand public et mise en ligne, la fuite est « traitée » par des journaux triés sur le volet…. De la belle ouvrage. » et en en allongeant la sauce. Cette critique, qui n’est pas une « intox », est essentielle ( évident; nous sommes du même avis!)
        Les « intox » sensées dévaloriser les papiers sont de bas niveau. Ce ne sont que des affirmations et critiques sans preuves trop facile à réfuter.

        5)- Si Wikileaks est douteux, il reste un bon exemple. Le moyen est de tout mettre sur la table. Difficile ?
        Pampers, donc.

  73. Petit mouvement d’humeur à propos de l’état civil et du cadastre

    Nos États se sont donnés progressivement des lois qui permettent à des personnes fictives (nous les appelons en français « personnes morales ») d’acquérir une puissance économique ou financière inégalée et d’échapper aux lois qui nous permettaient de vivre ensemble selon des compromis qui étaient en règle générale plus facilement acceptables par tous.

    Nous devrions tous avoir appris des leçons de l’histoire que sans un état civil bien tenu les lois d’un pays ne peuvent pas être réellement appliquées et que sans un cadastre les impôts ne peuvent être perçus que de manière très inéquitable.

    Avant que nos Républiques n’y mettent bon ordre, les titres de propriété n’avaient de valeur qu’en fonction du rapport de force entre ceux qui revendiquaient un même bien et, parce que les impôts étaient perçus au niveau de la paroisse, les bourgeois des villes voisines se trouvaient à certaines époques dispensés de les acquitter pour les domaines qu’ils possédaient à la campagne. Au contraire, d’après wikipedia, le cens était une des institutions fondamentale de la Rome antique, il était destiné à établir la liste hiérarchisée des citoyens et de leurs biens. Le devoir de rédiger la liste était confié aux censeurs. Le cens servait de base au recrutement dans l’armée romaine, à la délimitation des droits politiques, au calcul des impôts, puis à l’élaboration d’un état civil.

    Les Panama papers nous montrent beaucoup d’exemples concrets et faciles à comprendre des conséquences de la désorganisation résultant de la mondialisation. L’absence d’une identification complète et cohérente des personnes morales, des biens dont elles disposent et des citoyens souvent de nationalités différentes et lointaines qui les dirigent provoque un retour en arrière de plusieurs siècles ou de plusieurs millénaires. C’est aussi ridicule que débile si on tient compte des moyens techniques disponible pour gérer ce genre de choses.

  74. Voici pourquoi les « fuites » auraient fuitées maintenant :

    L’économie est partout en voie d’effondrement, ce qui fout la trouille à ceux qui vivent très bien du système, à commencer par ceux qui le dirigent. Ils ont pas envie d’une Révolution, ces braves gens.

    Pour retarder l’échéance fatale, les banques centrales tentent d’injecter du fric à qui mieux mieux.
    Hélas, ce fric ne va pas dans des projets d’investissement susceptibles de relancer la croissance, mais part illico gonfler les bulles spéculatives, pour finir par s’entasser … à Panama.

    Pour véritablement réinjecter ce fric dans l’économie réelle, (via les administrations fiscales) il fallait donc faire sauter Panama.

    Mais comme ce n’est guère avouable, les autorités qui suivent les activités panaméennes (ben oui, ils savent ce qui s’y passe, depuis le temps qu’on en parle… 😉 ), ont mis en scène un pseudo lanceur d’alerte, et alerté dans le même temps les gros médias du monde entier!

    D’où le surprenant intérêt – très exceptionnel – et pour cause, suscité par ces « fuites ».

  75. La réponse de la Brookings Institution de Soros aux complotistes putiniens et aux naïfs jorioniens vaut son pesant de caviar beluga de contrebande servi au Kremlin… Et le pire c’est que ça tient la route.
    La conclusion :

    If the Russians are behind the Panama Papers, we know two things and both come back to Putin personally: First, it is an operation run by RFM, which means it’s run by Putin; second, it’s ultimately about blackmail. That means the real story lies in the information being concealed, not revealed. You reveal secrets in order to destroy; conceal in order to control. Putin is not a destroyer. He’s a controller.

    http://www.brookings.edu/blogs/order-from-chaos/posts/2016/04/07-panama-papers-putin-gaddy

  76. Assuré, même et ça paraît d’autant plus incroyable, et pourtant……graves ils sont !

    « Même s’il n’est pas encore confirmé que les vulnérabilités dans ces systèmes de gestion de contenu (CMS) sont à l’origine du piratage évoqué, cela témoigne d’une politique de sécurité déplorable chez le cabinet juridique panaméen, et montre à quel point certaines entreprises peuvent accorder peu d’intérêt à l’aspect IT et sécurité de leurs activités. »
    http://www.developpez.com/actu/97688/Panama-Papers-des-versions-vulnerables-de-WordPress-et-Drupal-auraient-elles-contribue-a-la-plus-grande-fuite-de-donnees-de-l-histoire/

  77. Ultime dernier fin mot de l’histoire.
    Putin a trouvé le coupable.
    C’est Goldman Sachs.
    Puisque l’habituel suspect Goldman Sachs n’est pas du tout propriétaire du Süddentsche Zeitung c’est donc que Goldman Sachs est le véritable propriétaire du Süddentsche Zeitung et par voie de conséquence le responsable de l’opération anti-Russe Panama Pappers.
    http://www.bloomberg.com/news/articles/2016-04-14/putin-sees-u-s-goldman-sachs-behind-leak-of-panama-papers
    PS : Goldman Sachs n’a pas réagi (c’est dire s’ils sont coupables !)
    PS bis : Goldman Sachs est payée depuis trois ans par la Russie pour améliorer son image business-friendly et lui trouver des gogos-investisseurs (c’est dire la fourberie renouvelée de Goldman Sachs envers ses honnêtes clients).

      1. Ouais, les « évadés fiscaux légaux » territorialisés ont soudainement perdu toute conscience de leur identité fiscale. Je pense aux investisseurs locatifs, aux accédants à la propriété pré-2011, aux assurés-vie, aux épargnants plan-plan gnan-gnan, aux zinvestisseurs Malraux, Dom-Tom, Bouvard, Girardin, Sofica, œuvres d’art, etc.

  78. Car les intérêts qu’a le lanceur d’alerte inconnu à dénoncer sont bien plus importants que les pertes panaméennes.
    De la justice même dans le profit ? Que l’homme est beau !

  79. Parce qu’il a pas de visage non plus, ce lanceur d’alerte !
    Je pense alors à Charlie India Alpha (CIA) qui a fait une école économique à Chicago.
    Bon d’accord, je jette le livre de Naomie Klein, la stratégie du choc ! Mais une fois le votre, dédicacé ou pas, recu…

  80. Une menace importante plane sur la suprématie du dollar US utilisé dans le commerce mondial, le monde est inondé de papiers verts, la dette US est colossale.
    -La Chine détentrice de beaucoup d’avoirs en dollars s’est débarrassée d’un maximum de ceux-ci en achetant des tonnes d’or et récemment a lancé un nouveau yuan adossé à l’or mais non convertible en dollar.
    -La Chine toujours, a conclu également un accord avec le Nigéria, le plus gros producteur africain de pétrole, prévoyant le paiement des fournitures de pétrole en yuan, à l’exclusion du dollar.
    -L’Iran depuis la levée des sanctions vendra également son pétrole dans d’autres monnaies que le dollar.
    -Les Panamas papers dévoilent l’implication de nombreux responsables chinois et russes proches de Poutine.
    La Chine et la Russie ont également conclus des accords visant à exclure l’utilisation du dollar dans leurs transactions.
    -les Panama papers n’attaquent que mollement tout ce qui relève du monde anglo-saxon.
    -Enfin, les moyens de collecte et de tri, sont tellement élaborés que cela ne peut être que l’oeuvre d’un état puissant disposant des moyens adéquats.
    Il faut sauver le soldat dollar à tout prix…….!
    Le USA ne seraient-ils pas derrière cette opération?

    1. De source sûre, tout vient d’une action conjointe Zimbabwe/Corée du Nord, mais le répétez pas, on sait pas encore quels reptiliens manipulent les Coréo-Zimbabwéens, ni qui finance les reptiliens, ni pour qui (ou quoi ou qu’est-ce) bossent ces financeurs cavernicoles. Je continue à creuser le truc.

      1. « Si les complotistes n’existaient pas , il faudrait les inventer…d’ailleurs nous avons ouvert plusieures antennes performantes dans divers protectorats…inutiles de vous dire que depuis c’est une autre ambiance à la cantine du service information ! les agents fonts des concours , avec des nominations et des oscars… la categorie  » je me suis tiré une balle dans le pied » à donné lieu à des montages positivements hilarants…trés creatifs … »
        CIA-1968-Rapport de l’agent Snowden (pére) à la Maison Blanche.

      2. Fichtre! ça c’est un scoop! continuez de creuser, vérifiez bien toutefois que votre équipement est intact, un coup de dents des reptiliens sur une corde de rappel serait fatal lors de la descente vers le fond de ces grottes……

      3. Ce n’est pas la Curée, quoique, mais la purge : les marchés aussi….

        Et les révélations ne sont pas terminées, augurant de nouvelles purges.
        « Plus précisément, les entreprises qui ont des filiales dans les principaux paradis fiscaux utilisés par le cabinet Mossack Fonseca ont vu leur action chuter de 0,5% à 0,6% par rapport à des sociétés comparables mais «vertueuses». Une chute qui s’est produite essentiellement le 7 avril, premier jour d’ouverture des marchés après les informations divulguées le dimanche soir.

        Réputation affectée
        « Les investisseurs voient dans ces révélations un risque de réputation pour les sociétés incriminées avec à la clef de possibles enquêtes (corruption, détournement, fraude fiscale…), procès et action collective («class action»). Ils ont aussi sanctionné et vendu les titres de groupes implantés dans certains pays dont les dirigeants ont été mis en cause dans ces révélations (Soudan, Qatar, Jordanie, Emirats arabes unis, Islande) »

        « Après les nouvelles informations plus précises qui viennent d’être rendues disponibles mardi, les marchés et les grands investisseurs institutionnels (fonds souverains, fonds de pension…) vont peut-être de nouveau sanctionner les groupes incriminés. Le fonds souverain norvégien (860 milliards de dollars de capitaux) a notamment une politique d’exclusion stricte de son portefeuille de sociétés qui contreviendraient à ses critères éthiques (corruption…). » Nessim Aït-Kacimi, Les Echos

        http://www.lesechos.fr/finance-marches/marches-financiers/021918300351-panama-papers-une-sanction-a-230-milliards-de-dollars-1221027.php

  81. Si tu vois les shadocks dans le coin, passe leur le bonjour….m’enfin, j’ai ouï dire qu’ils z’étaient pas trés potes avec les rampants itou. Ni les coréens d’ailleurs. Enfin ceux du Nord, par ce que ceux du sud de la terre creuse sont plus affables parait il, faut voir…
    En tout cas, à Cuba, ils ont été ubérisés et depuis ils vont mieux, ils font du bénèf les saligauds, ça roule ma poule…. et pourtant ils ne connaissent pas N Baverez.

    « à Cuba où les habitants se font plus d’argent en louant leur logement qu’en travaillant.  »
    http://www.franceinter.fr/emission-l-instant-tele-leffet-papillon-sur-canal

  82. à Cuba….par ce que sous d’autres contrées, Uber, c’est aussi 10 heures par jour, à la demande, et pour des clopinettes ….Big-ba-da boum..donc…

    Le reportage est équilibré, intéressant, bilan plutôt mitigé selon l’entreprise et le pays….
    « Daphnée Roulier demeure le fil conducteur de ces mises en perspectives. La voici partie à la rencontre des sorciers du portable. Ces entrepreneurs précoces, visionnaires, cools et cyniques, inventeurs d’Uber, AirBNB, BlablaCar, Tinder. »
    http://www.franceinter.fr/emission-l-instant-tele-leffet-papillon-sur-canal

  83. @ Gudule, en réponse à votre 25 avril 2016 à 12 h 26 min
    (je vous propose d’en rester là, pour le repos d’Alexandre !)

    Un vote pour le parlement s’est tenu dans les régions sous contrôles gouvernementales. Les USA ayant déclaré que cette consultation était une blague, l’info a été censurée.
    J’ai trouvé un blog US qui en cause ( j’ai perdu ses références).
    Rapido:
    80% de la population pouvait voter. La participation a été de 58% des possibles.
    Le vote a été libre. Il y avait des queues d’attente, des bureaux ont été prolongés , quelques autres ont fermé à minuit.
    Tout laisse penser que le vote est valable (sincère).
    On comprend que les oppositions, toutes religieuses, et les USA, ont d’avance déclaré nul ce vote.

    Les élus représentent la composition de la population: 80% de Sunites, 7% d’Alaouites , 5% d’Alévis, quelques chrétiens ( je m’y perds dans les différentes églises chrétiennes…), quelques Chiites et 1 athée, les Kurdes ayant refusé l’installation d’urne sur les territoires qu’ils contrôlent. C’est évidemment un triomphe pour le parti Baath. Il n’y a aucun doute que Bachar est légitime. En tout cas, tout le monde est persuadé que si des « modérés » islamistes avaient pris la pouvoir ça aurait été un bain de sang pour les minorités. C’est le sens du vote: un refus du extrémisme politico-religieux et la promotion de la laicité. Ce vote peut s’analyser comme les 80% en faveur de Chirac qui a cru que c’était pour lui. On peut souhaiter qu’à la différence de Chirac, Bachar sera plus lucide.
    Bientôt, les oppositions agrées à Genève n’auront plus de base territoriales et leur commanditaires les abandonneront. Bon débarras, un vrai dialogue entre laiques, pacifiques et Kurdes permettra enfin de reconstruire les structures politiques du pays. Pour la matérielle, plusieurs alliés sont déja sur les rangs tel Chine, Iran, Russie etc…
    Reste le mystère Kurde. J’ai déja dit que pour les femmes du YPJ, un échec de leurs projets serait une catastrophe. Le PYD a fait proclamer et implante une organisation qu’il dénome « système fédéral » tout en étant favorable à l’unité de la Syrie. C’est malheureux et contradictoire. Il faut comprendre que la « fédération » est interne. Les différentes composantes du Rojava sont « fédérées » sous une constitution locale unique. « Décentralisée » correspond mieux à ce qu’ils organisent. Mais ils sont exclus de Genève…

    Vous êtes libre de croire que Bachar est à l’origine de cette guerre. Il a commis des fautes : libération de ses prisons des coupeurs de tête, non dénonciation des provocations type Maidan et non contrôle des chefs policiers et militaires. Dans le domaine économiques, ses réformes « libérales » exigées par Washington représentaient le maximum possible vu l’état du pays. A-t-il cru que les USA s’en satisferaient ? Il n’a pas vu que l’Occident réclame toujours plus et attaque quand le pays s’est enfin désarmé, les tribulations Libyennes le prouvent. Il a oublié aussi que les USA ni n’oublient ni ne pardonnent quand vous êtes faible.
    Enfin, la Syrie est à la confluence, géographique surtout, d’intérêts multiples ( Religion-athéisme, Sunnisme-Chiisme, Occident-Israel, gaz et pétrole étiquetés « russe » ou « US », bases russes…) . L’éradication du Baathisme arrangeait beaucoup de monde. En tout cas, l’intervention étrangère s’est alourdie quand Bachar a refusé le pipe-line gazier d’un pays du Golf, ce qui avantageait automatiquement l’Iran et la Russie, la question étant de savoir qui alimenterait dans le futur l’Europe, et même se substiturait aux Russes, le graal US.

    Une info de dernière minute:
    Former Qatari Foreign Minister, Hamad Bin Jassim Bin Jabr Al Thani, revealed his country’s vile role in igniting and fueling the Syrian uprising in March 2011, which has eventually turned into one of the world’s bloodiest proxy wars. Bin Jassim’s remarks came as he was interviewed by the Financial Times days ago. Even though the facts unveiled are tremendously shocking, the interview has been suspiciously ignored and undervalued by most of Arabic and western media outlets. The former foreign minister made it clear that what has happened in Syria is not a ‘revolution’, rather an ‘international gameplay’ whereby the United States has given ‘the green light’ to both Saudi Arabia and Qatar to intervene in Syria’s affairs.

    https://www.almasdarnews.com/article/qatar-saudi-arabia-fueled-syrian-war-former-qatari-fm/

    Au sujet de la Démocratie, mon avis.
    Pour faire court: nous n’avons pas le droit de nous substituer à l’opinion publique sur place. « Notre » démocratie n’est pas exportable . Elle représente un aboutissement fragile. Et elle n’est qu’un paravent pour le bon vieux impérialisme.
    Il faut se mettre à la place des mères de famille sur place: la démocratie n’allège pas automatiquement le fardeau qui pèse sur elles. Alors qu’une dictature modérée et cohérente, limitée au combat entre hommes pour savoir qui pourra se dire le chef, n’interdit pas d’assurer une vie familiale décente et un espoir d’avenir pour les enfants.
    Un contre-exemple parlant: l’Ukraine. Le salaire de base y est de l’ordre de 100/150 Euros et les retraites de base ont été baissées à 45 Euros, les prix de l’énergie étant augmenté au niveaux européens.
    Une vie décente y est impossible. Pourtant la démocratie est satisfaisante mais pourrie par la corruption. Un dernier indice négatif : le niveau de violence civile est très élevé. Une tragédie crée de toute pièce par nos promesses.

    S’agissant du haut comité machin, machiné par les Saoud et que vous citez, je vous propose:
    http://www.madaniya.info/2016/04/01/syrie-riad-hijab-bouffon-roi/
    Attention , l’auteur sent le souffre mais il a de bonnes infos dans les coulisses et connait son sujet.

    1. Je lis avec une gourmandise toujours renouvelée les analyses en forme de Lettres Perce-ânes des spécialistes es tribulations de Put-in dans le golf persique. Si ça te scie, ris.

      1. Ça c’est du lourd, coco !
        Les panama pa(m)pers ont fait flop. Y’a des américains, paraît-il, ben voyons! de minables clampins, des gagnes petits égarés. Z’ont du être payé pour faire de la figuration. Hollywood un jour, Hollywood toujours.
        Les gros finauds, au moins y z’ont le Delaware. Manque de pot pour nous, le Delaware n’a pas besoin d’intermédiaires véreux. Clair et directe, ça c’est de la transparence. Que serait une démocratie sans une presse fouineuse ? Faut l’aider.
        Résumons, y’a pas plus de Poutine dans les torchons du Panama que de beurre en branche, comme dans le Golf arabo-persique , (délicatesse du langage préservant la neutralité. Ils sont super-susceptibles dans ce coin, super-armé et super-violent.) Donc pas de Poutine mais plein de Cameron et copains. Les journaux ont menti et les tacherons de l’intox pleureront sur leur honneur perdu et les lecteurs en fuite. Va falloir augmenter la subvention… pour chanter les vertus de la religion féroce.

  84. Ah. , en fait , il est là.. ah ça c’est de l’ accueil, super.., merci vigneron…

    @Daniel
    Ok Daniel, no problemo.
    Merci pour cette réponse . Je pense que les chemins et les rythmes qui mènent vers la démocratie sont trés différents d’un peuple à l’autre et nous devons respecter cela et nous prémunir de tout ethnocentrisme . C’est la moindre des choses. Merci pour ces infos. Je ne suis pas en accord avec vous sur les rôles respectifs des protagonistes, mais je suis contente de partager avec vous ces infos et notamment celles concernant les kurdes et les réfugiés. Merci pour cet échange cordial.
    ET Oui merci à JA, plus que jamais..!

    1. Je souhaite, surtout, que Nuit Debout continue à bien se défendre des zozos qui leur font du tort….nabotzybocsa ou pas…

      Denis Robert, journaliste à l’origine des révélations sur le scandale « Clearstream » dénonce sur Europe 1 la tenue du procès d’Antoine Deltour.

      «  »Un procès « injuste », « kafkaïen ». Denis Robert, journaliste à l’origine des révélations sur le scandale Clearstream, a dénoncé avec vigueur sur Europe 1 la tenue du procès d’Antoine Deltour. Cet ancien employé du cabinet de consultants PricewaterhouseCooper comparaît depuis mardi devant la justice du Luxembourg dans le cadre de l’affaire « Luxleaks ». Il est poursuivi pour avoir fourni à la presse des documents révélant des accords entre le fisc luxembourgeois et certaines multinationales.  »
      http://www.europe1.fr/international/luxleaks-le-juste-cest-celui-qui-est-sur-le-banc-des-accuses-2729893

    2. M Jorion, merci beaucoup de me faire découvrir Max Weber; sur la èvidéo du temps qu »il fait du 5 mai. Vraiment très trés intéressant.

      « Adversaire aussi bien du positivisme que de l’historicisme relativiste (2) », il accorde une grande importance aux valeurs. Dans un monde où la religion perd peu à peu son pouvoir englobant, M. Weber formule l’hypothèse que ces valeurs, loin de s’éteindre dans un monde désenchanté, basculent alors dans un régime polythéiste : ce dernier terrain d’analyse, qui postule une « guerre des dieux » suite au retrait de tout sens religieux unificateur global (chrétienté médiévale), reste aujourd’hui d’une actualité brûlante.
      http://www.scienceshumaines.com/max-weber-et-les-religions_fr_15040.html

      « Pourquoi, parlant du taoïsme, faites-vous automatiquement allusion au chamanisme ?
      – On a du mal à réaliser : la Chine est la seule civilisation dont les racines originelles n’ont jamais été rompues, malgré les plus subtiles sophistications du taoïsme devenu tradition écrite, qui a donné naissance à la médecine chinoise, à l’acupuncture, etc. Une continuité en droite ligne depuis la préhistoire ! »
      http://www.cles.com/enquetes/article/meme-sous-mao-la-chine-n-jamais-cesse-d-etre-taoiste

      1. La pratique aussi bien du taï-chi que de l’aïkido m’ont également orienté vers des recherches personnelles liées à ces pratiques qui sont, bien évidemment, totalement imprégnés de la philosophie du Tao. Et voir surtout la conclusion riche et dense de cette conférence de M. Barbier.

        La pensée chinoise
        Comme le signale un grand philosophe chinois contemporain Fong Yeou-Lan (1895-1990),  » la place que la philosophie a occupée dans la civilisation chinoise est comparable à celle de la religion dans d’autres civilisations  » (Précis d’histoire de la philosophie chinoise, p.23, 1985, Payot)
        En Chine, depuis l’origine, la philosophie a toujours été une réflexion sur la vie concrète. Toute réflexion est liée à une efficacité possible. La pensée chinoise est avant tout pragmatique et praxéologique. La Chine est un pays essentiellement rural. La pensée chinoise est profondément marquée par cette inscription de toute réflexion dans le cadre naturel, de ses rythmes, de ses aléas, de sa beauté tranquille et de son tumulte soudain. La pensée chinoise est d’abord un naturalisme qui s’étend au cosmos tout entier.
        Selon le philosophe américain Northrop, la pensée chinoise est avant tout une pensée alimentée par des concepts par intuition, en particulier dans le taoïsme (par exemple le bleu comme objet de sensation).La pensée chinoise fait bien la différence entre la réflexion et les retombées proprement religieuses. En fait les Chinois ne sont pas religieux parce qu’ils sont philosophes et leur philosophie a toujours beaucoup plus à voir avec l’éthique d’origine sociale qu’avec une transcendance, un dieu révélé.
        Pour Mencius, un disciple de Confucius,  » le sage est le plus haut sommet des relations humaines  » (Fong Yeou-Lan, p.29).
        http://www.barbier-rd.nom.fr/SagChinUNESCO.html

      2.  » Et pourtant, entre querelles d’experts, conflits d’intérêts, rivalités économiques, embroglios politiques, problèmes de gouvernance, analyses et commentaires innombrables sur les mesures utiles, inutiles, demi-utiles, sans oublier leur coût, leur rythme, leur efficacité (évidente, douteuse ou nulle)… l’essentiel a de bonnes chances de rester inaperçu. D’autant qu’il est à la fois subtil et profond : ce qui change dans la nature exige une mutation de notre carte mentale. »

        « Cette cohabitation du lointain et de l’actuel, du présent visible et de l’avenir prévisible-invisible est tout fait inédite à ce degré d’acuité et de gravité. C’est en fait toute notre pensée habituelle et ses axes qui se trouvent décalés, décentrés, décontenancés. Au lieu de ne penser qu’en nous-mêmes et pour nous-mêmes, nous devons en permanence inclure dans nos réflexions une altérité (nature, biodiversité, générations futures). »

        http://www.rpdroit.com/index.php/le-echos/523-le-climat-change-pas-les-esprits

  85. « un coup de dents des reptiliens sur une corde de rappel serait fatal lors de la descente vers le fond de ces grottes…… »

    mais non, mais non, avec les reptiliens, en bon aïkidoka, je choisis la voie diplomatique : donc il suffit juste de leur enlever les ratiches. Effet libérateur : par la suite il respirent mieux.

    et vigneron peut continuer à explorer la caverne….à Bloomberg , par exemple. Vi vi il s’y passe des choses, les traders volent comme des chauve souris…

  86. Cela me fait penser à René Girard et son analyse du bouc émissaire. Tant que le lanceur d’alerte n’est pas identifié, il ne peut jouer un rôle face à la foule. Par contre, une fois identifié, il peut être celui sur qui se déchaine la violence collective. C’est symboliquement celui par qui le malheur arrive, contre qui il est plus facile de lutter que de chercher à résoudre le problème de fond, à savoir la violence financière endémique de notre société.
    Cela étant, cela suppose que le rituel du bouc émissaire reste caché, ce qui n’est plus le cas, quoi qu’en pensent nos élites. C’est pourquoi les lanceurs d’alerte comme Assange et Snowden sont pour elles comme le sparadrap du capitaine Haddock.

    1. Qui pisse contre le vent mouille sa chemise.

      René Girard.

      Malheur à celui par qui le scandale arrive.

      J.C. (Van Damme ?)

  87. daniel dit : 27 avril 2016 à 22 h 17 min

    daniel , les données vont être accessibles au public le 9 mai prochain.

    « Dans un communiqué, le Consortium international des journalistes d’investigation (ICIJ) a indiqué qu’une base de données inclura des informations sur plus de 200.000 sociétés, trusts et fondations immatriculées dans 21 paradis fiscaux, de « Hong Kong au Nevada, aux Etats-Unis ». »

    « Dans son communiqué, l’ICIJ affirme que les investigations sur ces documents « continuent » et que de nouveaux articles seront publiés « dans les semaines et les mois qui viennent ». Basé à Washington, ce consortium a déjà mis en ligne en 2013 une base de données sur ses précédentes révélations baptisées « Offshore Leaks ». »

    http://www.latribune.fr/economie/international/les-panama-papers-bientot-accessibles-au-public-567396.html

  88. Il est des méthodes dénoncées dans certains domaines que l’on admet par ailleurs.
    Le quidam cherchant à s’informer sur les questions de climat se rend vite compte que l’on a délibérément exclus des statistiques les zones du globe ayant connu un refroidissement, l’hémisphère sud en général.
    Lorsque la pratique ne correspond pas à la théorie, on prend quelques libertés. C’est bien normal.

    La science météorologique revendique sa paternité avec la science économique…

    Enfin, lorsque l’on parle de réchauffement, on ne parle plus de pollution.

  89. Le ciment, trop polluant ? Deux Français inventent une argile aussi solide que du béton
    Par Lara Charmeil I Publié le 27 Avril 2016
    http://www.wedemain.fr/Le-ciment-trop-polluant-Deux-Francais-inventent-une-argile-aussi-solide-que-du-beton_a1805.html

    À Brooklyn, les habitants échangent de l’énergie solaire locale grâce à la blockchain
    Par Lara Charmeil I Publié le 18 Avril 2016
    http://www.wedemain.fr/A-Brooklyn-les-habitants-echangent-de-l-energie-solaire-locale-grace-a-la-blockchain_a1780.html

  90. J’entends, j’entends
    JEAN FERRAT

    J’en ai tant vu qui s’en allèrent
    Ils ne demandaient que du feu
    Ils se contentaient de si peu
    Ils avaient si peu de colère

    J’entends leurs pas j’entends leurs voix
    Qui disent des choses banales
    Comme on en lit sur le journal
    Comme on en dit le soir chez soi

    Ce qu’on fait de vous hommes femmes
    O pierre tendre tôt usée
    Et vos apparences brisées
    Vous regarder m’arrache l’âme

    Les choses vont comme elles vont
    De temps en temps la terre tremble
    Le malheur au malheur ressemble
    Il est profond profond profond

    Vous voudriez au ciel bleu croire
    Je le connais ce sentiment
    J’y crois aussi moi par moments
    Comme l’alouette au miroir

    J’y crois parfois je vous l’avoue
    A n’en pas croire mes oreilles
    Ah je suis bien votre pareil
    Ah je suis bien pareil à vous

    A vous comme les grains de sable
    Comme le sang toujours versé
    Comme les doigts toujours blessés
    Ah je suis bien votre semblable

    J’aurais tant voulu vous aider
    Vous qui semblez autres moi-même
    Mais les mots qu’au vent noir je sème
    Qui sait si vous les entendez

    Tout se perd et rien ne vous touche
    Ni mes paroles ni mes mains
    Et vous passez votre chemin
    Sans savoir que ce que dit ma bouche

    Votre enfer est pourtant le mien
    Nous vivons sous le même règne
    Et lorsque vous saignez je saigne
    Et je meurs dans vos mêmes liens

    Quelle heure est-il quel temps fait-il
    J’aurais tant aimé cependant
    Gagner pour vous pour moi perdant
    Avoir été peut-être utile

    C’est un rêve modeste et fou
    Il aurait mieux valu le taire
    Vous me mettrez avec en terre
    Comme une étoile au fond d’un trou

      1. Le décor dans lequel ça a été tourné est étrange!

        C’est quoi ce truc ? Le centre de contrôle d’une centrale hydro électrique ? ou nucléaire ? avec le type qui surveille ses cadrans seul devant son micro et un téléphone!

        Rapport avec la chanson ?

  91. Tout ce que vous avez toujours voulu savoir (ou toujours deviné) sur ZeroHedge enfin révélé…
    http://www.bloomberg.com/news/articles/2016-04-29/unmasking-the-men-behind-zero-hedge-wall-street-s-renegade-blog

    By April 2—the day Lokey left Zero Hedge—their relationship had deteriorated significantly, according to the messages provided by Ivandjiiski.
    “I can’t be a 24-hour cheerleader for Hezbollah, Moscow, Tehran, Beijing, and Trump anymore. It’ s wrong. Period. I know it gets you views now, but it will kill your brand over the long run,” Lokey texted Ivandjiiski. “This isn’t a revolution. It’s a joke.”

    1. Judith Peraino, professeure de musicologie à l’université Cornell, remarque que Prince s’est entouré de femmes musiciennes qu’il a largement mises sur le devant de la scène, et se mettait en scène dans les paroles de ses chansons comme le partenaire sexuel passif face à une femme (« Do me baby »).

      « C’était très révolutionnaire, de se présenter comme masculin, hétérosexuel, mais avec un côté passif, une masculinité féminisée », souligne-t-elle. Prince a ainsi créé une façon pour les hommes afro-américains d’être « sexuels, masculins, mais non agressifs, sans dénigrer les femmes, et en leur donnant au contraire le pouvoir ».

  92. Aujourd’hui un commentaire sur Youtube sous un live (Darling Nikky, la préférée de Zappa…) de Prince :

    Safe Nabors il y a 16 heures
    Prince (along with a highly organized Zionist media) began the mass psychological brainwashing of weak-minded Caucasian women that began the horror of race mixing that swept amerika during the 80’s and into the late 90’s when it finally withered somewhat. Where do you think all of these Obama-babies came from? Racial suicide for both races.

    https://youtu.be/Qq5WTKX8fFA
    Même jour, autre lieu, autre auteur, autre style :

    Une daube pareille, et … il faudrait ne pas s’inquiéter de l’avenir de l’humanité !

    1. le « Top du top » des « daubards » de la «  »culture de masse » rend hommage au dead « daubard » : Springsteen, Clapton, Zappa, Gilmour….j’adore la vraie daube (et les « daubards »), bien faite, hummmm, bien cuisinée c’est un vrai plaisir…

      « Interrogé sur ce que cela fait d’être le plus grand guitariste vivant, Eric Clapton aurait ainsi répondu: « Je ne sais pas, il faut demander à Prince ».

      VIDEO. Bruce Springsteen reprend « Purple Rain » de Prince sur scène à New York

      C’était samedi soir au Brooklyn’s Barclays Center (New York). Baigné de lumière de violette, un foulard de la même teinte autour du cou, Bruce Springsteen, entouré de son E Street Band, a ouvert le show avec « Purple Rain » de Prince. Un hommage poignant du « Boss » au Kid de Minneapolis. De son côté, Eric Clapton a raconté samedi sur Facebook combien « Purple Rain » avait compté pour lui.

      http://culturebox.francetvinfo.fr/musique/rock/video-bruce-springsteen-reprend-purple-rain-de-prince-sur-scene-a-new-york-238495

      VIDÉO. L’hommage de David Gilmour de Pink Floyd à Prince au beau milieu de son solo
      Le HuffPost | Par Lauren Provost

      MUSIQUE – Voici comment une légende de la guitare rend hommage à une autre.
      « David Gilmour, le guitariste chanteur de Pink Floyd, a joué en hommage à Prince dimanche soir au Royal Albert Hall de Londres. Et pas besoin de chant ou de discours pour cela, le rockeur n’a eu besoin que de sa guitare. »

      http://www.huffingtonpost.fr/2016/04/26/david-gilmour-prince-purple-rain-solo-video-pink-floyd_n_9776634.html

      1. Je crois que Paul faisait de l’humour culinaire… Non ? ! Ah bon ! Attention en entrée le melon, ça ne pardonne pas non plus.

  93. Une interview de Julien Assange sur ARTE dans l’excellent magazine « Reportage » complète des infos transmises il y a déjà presque 1 mois par Reynaud Bouchard, Vigneron, Gudule et d’autres.
    Les habitués de l’émission Reportage de ARTE diffusée chaque samedi soir ont pu apprendre parmi bien d’autres vérités révélées par Julien Assange des éléments concernant les Panama Papers.
    « LES VÉRITÉS DE JULIAN ASSANGE
    Depuis l’ambassade d’Équateur à Londres, où il est confiné depuis bientôt quatre ans, le cyber-activiste Julian Assange se confie.
    GUATEMALA : LA BARBARIE AU NOM DE LA JUSTICE Le Guatemala est en proie à une criminalité de plus en plus grande. Face à des forces de police défaillantes et corrompues, des habitants se font justice eux-mêmes. »
    http://www.arte.tv/guide/fr/030273-565-A/arte-reportage
    « Le 11 avril dernier, une équipe du collectif d’investigation Slugnews a fait entrer les caméras d’ARTE Reportage dans l’appartement de l’Ambassade d’Équateur à Londres, où Julian Assange est confiné depuis bientôt quatre ans. »
    ……………………….
    « Le cyber-activiste aborde également plusieurs sujets qui font la Une de l’actualité : l’après 13 novembre 2015 en France, la création de l’organisation Etat Islamique en Irak ainsi que les Panama Papers, révélés par le consortium international de journalistes ICIJ. »

    A partir de la minute 21
    Points forts.
    11 millions de fichiers, ce n’est pas wikileaks, bon travail….mais !
    C’est l’un des plus petits leaks, il n’y a que 160 documents publiés sur 4,5 millions de mails.
    L’ICIJ a fait du bon travail mais sujet à caution.

    Opération dirigée depuis Washington, financée par des fondations dont Rockefeller, Soros, etc, ….

    Tout n’est pas publié sur le site.
    90% des documents auraient dû être publiés et non 152.
    Il n’y a pas assez de journalistes afin de tout rendre public.

    Conclusion : ce n’est effectivement que le haut de l’iceberg.
    A quand la suite ?

    1. « Game of thrones » : choisis ton camp, brother ..la guerre de l’info fait rage..

      « Panama papers » : passe d’armes entre WikiLeaks et le Consortium international de journalistes. LE MONDE | 06.04.2016 à 15h24 • Mis à jour le 06.04.2016 à 15h58 |
      http://www.lemonde.fr/evasion-fiscale/article/2016/04/06/panama-papers-passe-d-armes-entre-wikileaks-et-le-consortium-international-de-journalistes_4897082_4862750.html

      « Pour qu’il y ait « manipulation » à grande échelle des leaks, il aurait fallu expurger ces 11,5 millions de documents de toutes informations gênantes. Ce qui paraît improbable, compte tenu de la complexité et du volume de ces données parce que le travail pour les manipuler serait colossal. De même, faire taire certaines informations aurait nécessité de museler pas moins de 109 médias du monde entier. »
      http://www.lemonde.fr/evasion-fiscale/article/2016/04/05/ces-intox-qui-veulent-repondre-aux-panama-papers_4896178_4862750.html

      http://information.tv5monde.com/en-continu/les-panama-papers-ouverts-au-public-partir-du-9-mai-icij-104453

  94. Mais qui est donc John Doe, fichtre de bigrou ?

    « La révolution sera numérique » : le manifeste de John Doe, le lanceur d’alerte des « Panama papers »
    http://www.lemonde.fr/evasion-fiscale/article/2016/05/06/la-revolution-sera-numerique-le-manifeste-de-john-doe-le-lanceur-d-alerte-des-panama-papers_4915025_4862750.html

    Saperlipopette, game of thrones, saison 2 !

    « La triste vérité est qu’aucun des médias les plus importants et compétents du monde n’a montré de l’intérêt pour cette histoire, regrette-t-il, sans doute en référence au désintérêt de grands médias comme le New York Times. Même Wikileaks n’a pas donné suite à de multiples sollicitations par le biais de son formulaire de signalement. » Selon John Doe, Wikileaks, qui accuse aujourd’hui l’ICIJ de partialité dans son traitement des Panama Papers, aurait donc tout simplement refusé de donner suite à ses sollicitations. »
    http://www.arretsurimages.net/breves/2016-05-07/Lanceur-d-alerte-Panama-Papers-Les-medias-ont-echoue-id19859

    1. La boite à Assange et Shamir/ Jermas a-t-elle jamais offert au monde enténébré quelque lumière tant soit peu sensible sur la Russie de Poutine ?

      1. Oui, Vigneron, me voilou.
        La Russie ? oui, mais ça c’était avant :
        Wikileaks est-il objectif ou son anti-américanisme l’a-t-il poussé dans les bras de la Russie?
        mai 6, 2016 Écrit par Francis Rozange

        « Rappelons brièvement que Wikileaks est une organisation fondée en 2006 par John Young et Julian Assange, son porte-parole depuis 2007. Ironiquement, les cibles privilégiées de Wikileaks sont alors la Chine, le Moyen-Orient et… la Russie. Mais c’est en 2010 que Wikileaks acquiert une notoriété internationale grâce à des documents visant les Américains : Le 5 avril 2010, tout d’abord »

        « Clarifions les choses : l’ICIJ qui a sorti les Panama Papers est une émanation du CPI, Centre pour l’Intégrité Publique. La liste des donateurs est affichée, en toute transparence, sur leur site, à l’adresse https://www.publicintegrity.org/about/our-work/supporters. Parmi ceux-ci figurent en effet les fondations de George Soros, ainsi que celle de la famille Rockefeller, mais aussi… les cornflakes Kellogg. C’est à partir de ces maigres détails que Wikileaks a décrété que Georges Soros avait décroché son téléphone pour exiger des 120 journalistes du consortium qu’ils cassent du Poutine, quoique ceux-ci aient en réalité sorti des affaires dans quarante pays. Quant à l’oligarchie russe, il est vrai qu’il s’agissait d’une vraie surprise, un choc terrible : qui eut cru que ces parangons de vertu sortaient de l’argent de Russie ? Voilà qui méritait bien l’intervention des Illuminati pour dénoncer le scandale…  »
        https://www.lafactory.com/monde/wikileaks-est-il-objectif-ou-son-anti-americanisme-l-a-t-elle-pousse-dans-les-bras-de-la-russie.html#!Voila_Capture_2016_05_05_04_38_20_AM

        « Alors traitons les équipes de Wikileaks comme les journalistes qu’ils prétendent être et posons la question posée par Yulia Latynina, la journaliste de la Novaya Gazeta : sur l’ensemble des journalistes compétents qui ont de la sympathie pour la mission que s’est assigné Wikileaks, pourquoi avoir choisi de confier à Wahlström et à Shamir – c’est-à-dire à un journaliste discrédité et à un extrémiste raciste – la fuite de télégrammes diplomatiques la plus importante de l’histoire ?  »
        http://www.conspiracywatch.info/Pourquoi-Wikileaks-travaille-t-il-avec-un-negationniste-notoire_a601.html

  95. Edward Snowden : Nous devons cesser d’alimenter Google !
    11 mai 2016
    Le célèbre lanceur d’alerte de la NSA appelle à une action populaire radicale pour prendre le contrôle des technologies de l’information

    « Un parterre de journalistes, de hackers et de lanceurs d’alerte ont pu entendre ce week-end à Berlin l’ancien agent de la National Security Agency (NSA), Edward Snowden, appeler les citoyens à trouver les moyens de prendre le contrôle des technologies de l’information qu’ils utilisent au quotidien. »

    « Le Logan Symposium, organisé par le “Center for Investigative Journalism (CIJ)” à l’université Goldsmiths de Londres, a aussi été suivi par Julian Assange, l’éditeur des Wikileaks, et les lanceurs d’alerte de la NSA Thomas Drake et William Binney ».

    « Les métadonnées de nombreuses sources électroniques, y compris les médias sociaux, sont de plus en plus considérées par le Pentagone, ainsi que par les agences de sécurité du Royaume-Uni et de l’Union européenne, comme un vaste dépôt d’informations “open source” facilement accessible pour tenter de prévoir et contrôler le comportement des populations. »

    « Cette inégalité du pouvoir, dit Snowden, signifie que « ce sont les minorités qui sont les plus touchées » par l’impact de la surveillance de masse. »

    « Il ne suffit pas d’y réfléchir, il ne suffit pas d’avoir des convictions, » a conclu Snowden sous des applaudissements nourris. « Vous devez vraiment vous battre pour quelque chose, vous exprimer, courir un risque, si vous voulez que cela aille mieux. »
    https://blogs.mediapart.fr/annette-benmussa/blog/110516/edward-snowden-nous-devons-cesser-d-alimenter-google

    The Pentagon is building a ‘self-aware’ killer robot army fueled by social media
    Official US defence and NATO documents confirm that autonomous weapon systems will kill targets, including civilians, based on tweets, blogs and Instagram
    https://medium.com/insurge-intelligence/the-pentagon-is-building-a-self-aware-killer-robot-army-fueled-by-social-media-bd1b55944298#.bqg7guma3

Les commentaires sont fermés.