Philippe Poutou, l’honnête homme, par Roberto Boulant

Billet invité. Ouvert aux commentaires.

Comme le fait remarquer ce matin un journaliste de Mediapart, Philippe Poutou représenta au débat d’hier soir l’irruption du réel au milieu d’un parterre de politiciens professionnels. Et c’est vrai que ses interventions toutes de franchise, appelant un voyou par son nom et stigmatisant les ravages du néolibéralisme, faisaient plaisir à entendre. Surtout après les scènes d’humiliation dont il fut victime sur d’autres chaines !

Comment le dire plus simplement ? Voilà une personne pour qui la misère humaine provoquée par les dominants n’est pas un concept abstrait, mais une réalité vécue au quotidien. Il fut hier dans le rôle de l’enfant disant que le Roi est nu, et rien que pour cela, pour ce simple fait – mais si extraordinaire de nos jours -, de dire la vérité, il mérite toute notre reconnaissance. Assurément un homme debout à qui l’on serrerait volontiers la main !

Si nous vivions dans un monde parfaitement démocratique où les puissances de l’argent n’imposaient pas leur doxa, alors oui, nul doute que des candidats tel que celui-ci recueilleraient une majorité de suffrages pendant que d’autres, trustant aujourd’hui les plateaux de télévision, seraient renvoyés aux oubliettes (pour rester poli) de l’Histoire.

Mais nous ne vivons pas dans un monde parfait.

Sans le vexer, il convient de rappeler que M. Poutou a autant de chance d’être élu Président de la République que d’être le premier homme sur Mars. Dès lors, voter pour lui ne servira qu’à fractionner encore un peu plus les voix de gauche et à ouvrir ainsi le chemin de l’Élysée au fascisme à col bleu ou à col blanc.

Sous ces conditions, il convient de rappeler l’inutilité du ‘vote utile’. Voter Macron pour éviter MLP ne saurait être en aucune manière le moyen d’éviter le pire, mais simplement une manière d’opter pour une forme différente du pire. Opter pour la noyade plutôt que pour la corde… Car rappelons s’il en était encore besoin, combien le processus de dé-démocratisation s’est vigoureusement accéléré depuis 10 ans. En 2007, Nicolas Sarkozy, au mépris de toute décence démocratique, faisait ratifier le traité de Lisbonne malgré son franc rejet par 54,67% des votants, sur le thème désormais bien connu du « les sans-dents aboient, la religion féroce passe ». Nombreux furent ceux qui se dirent en 2012, qu’il ne serait pas possible de faire pire. Combien ils se trompaient ! L’adversaire de la finance qu’ils élurent alors, poursuivit obstinément la politique de casse sociale de son prédécesseur. Et peu importe qu’il perdit quasiment toutes les élections intermédiaires, seul compta son obéissance aveugle au dogme néolibéral.

Et, miracle sans nom, dans ce paysage politique dévasté par les inégalités, les injustices et la corruption, nous vint soudainement un sauveur ! Un parfait inconnu, qui preuve de sa nature divine, passa en l’espace de quelques dizaines de mois du néant au statut de favori aux élections présidentielles. Las, la vérité est bien sûr plus prosaïque. Notre homme ne fut porté sur les fonts baptismaux électoraux que par la volonté de François Hollande, celle du patronat (son mouvement fut initialement créé à l’adresse du directeur de l’Institut Montaigne), ainsi que par un battage médiatique à faire passer les tirs d’artilleries de la 1ère GM pour un léger crachin !

Alors Macron Président ? Si ça n’est pas certain, c’est du moins fort possible. Ce qui est certain par contre c’est que dans ce cas de figure, sachant sa majorité construite de bric et de broc fort fragile, notre homme aura tout intérêt à mettre très rapidement en place ses mesures phares. Et comme tout bon néolibéral, il pense que si les mesures économiques prises ces dernières années se sont révélées désastreuses, c’est qu’elles n’ont pas été assez loin dans l’extrémisme !
Il y a donc fort à parier qu’il utilisera les pouvoirs quasi-monarchiques que lui confèrent la Vème République pour ubériser notre modèle social… à marche forcée !

« Je ne prétends pas être un président normal » a-t-il déclaré récemment. Nous voilà prévenus !

Non, décidément non, élire M. Macron ne servira qu’à nous enfoncer dans une société néo-féodale qui rendra in fine la prise du pouvoir par l’extrême-droite inévitable. Sauf qu’il y a fort à parier qu’après cinq années d’un régime inique, la dite extrême-droite sera encore plus extrême ! À supposer bien sûr que notre tissu social soit capable de résister à cinq ans de néolibéralisme en roue libre, sans que tout cela ne s’effondre en état policier, moyen classique de maintenir un semblant de paix civile quand les inégalités dépassent le seuil du tolérable.

Quant à ceux qui espèrent un retour du PS en 2022, disons simplement que leur foi est impressionnante.

Alors oui bien sûr, sans même rêver pouvoir voter pour un chevalier blanc, un(e) candidat(e) en tout point parfait(e) et irréprochable, j’aimerais beaucoup pouvoir retourner à ce passé en grande partie fantasmé : celui où le niveau politique était encore relativement indépendant des sphères financière et économique, celui où selon la formule de Warren Buffett, les riches n’avaient pas encore gagné la guerre des classes.

Maintenant comme Philippe Poutou hier sur le plateau de BFM.TV, la réalité s’impose, le vieux monde ne reviendra pas et le travail disparait pendant que les inégalités explosent.

Que faire alors ?

– Se faire plaisir en votant pour un ‘petit’ candidat n’ayant aucune chance ?
– Se réfugier dans l’abstention en observant l’effondrement de la Cinquième république et de sa démocratie représentative des riches ?
– Abréger l’agonie par un vote anti-démocratique ?
– Se lancer dans une Constituante pour supprimer (ou du moins réduire fortement) la courroie de transmission de la corruption systémique, en dé-professionnalisant la vie politique et en instaurant la possibilité de révoquer des élus malhonnêtes en cours de mandat ?

Trois choix négatifs, 1 seul positif. Vous aurez deviné où va ma préférence.

Partager :

50 réflexions sur « Philippe Poutou, l’honnête homme, par Roberto Boulant »

  1. Poutou dit vrai (à mon sens), mais il n’a aucun pouvoir, voilà le drame. Le pouvoir en occident est au côté de l’argent. Et on applique la tactique du « cause toujours » à tous ceux qui le critiquent. C’est lui, l’argent roi qui dicte la politique. Fillon serait son fidère serviteur, Macron aussi (lui président, le rêve du gouvernement Merkel), Le Pen je ne sais pas.

  2. Poutou est un brave gars.
    Pourquoi vouloir « raisonner » ceux qui veulent voter pour lui?
    Roberto je trouve vos arguments tortueux, ce serait plus simple de dire qu’il ne vous convainc pas et d’appeller a voter pour votre candidat? Que les gens votent par conviction au premier tour et le moins pire au second…

    1. Arnaud, je suis désolé de vous avoir donné l’impression de vouloir « raisonner » les électeurs de Philippe Poutou. Cela voudrait dire que je me sens en position de supériorité vis-à-vis d’eux, alors qu’il en est bien entendu rien ! J’essayais simplement d’expliquer les raisons qui me feront voter pour la France Insoumise.
      Sur le métier cent fois remettez votre ouvrage…

    2. Voter Poutou n’est pas un vote de conviction, c’est un vote d’expression (il dit lui même qu’il n’est pas candidat pour être président) et n’en est pas moins respectable à l’instar du vote blanc. Cependant vous ne pouvez pas reprocher à ceux qui cherchent à mobiliser les énergies avec conviction (quel que soit leur bord d’ailleurs) d’essayer de vous en détourner, c’est le jeu démocratique. On est tous des votes blanc jusqu’à être convaincus. Les candidats comme Poutou sont nécessaire précisément parce que le vote blanc n’est pas reconnu. Pour une fois, venez avec la FI pour le faire reconnaître, pour gagner le droit d’exprimer votre insatisfaction face à l’offre électorale. Le score de Poutou est le cadet de ses soucis, qu’il fasse 0,1 % ou 1% n’aura aucun impact. Par contre 0,9% de plus pour la FI ce peut être une place devant Fillon, avouez que ce serait tout aussi cinglant pour Fillon que la tirade de Poutou.

      1. On n’a pas entendu Poutou , pas plus qu’Hamon , annoncer qu’ils offraient leurs voix à la FI …

        Convaincre est plus sur que « récupérer ».

        Et plus sain .

      2. Je pensais avoir essayé de convaincre mais à la relecture de ma conclusion ok, haut temps pour moi. 🙁

      3. Maintenant que la campagne lui est ouverte, Poutou est déjà à plus de 1,5 %. Mais la tambouille des élections n’est pas le plus important. Jamais, nulle part, les urnes n’ont permis de se débarrasser de la dictature du capital, ni même de conquérir les principaux acquis sociaux.
        L’important, c’est de tourner la page du pseudo communisme et du pseudo socialisme, dont JLM est un avatar de plus.
        Pour ce, il faut reconstruire le projet et les organisations de l’émancipation. Le vote pour le programme défend par Philippe Poutou y contribue.
        Programme de P. Poutou pour l’élection présidentielle
        https://poutou2017.org/sites/default/files/2017-03/ProgrammePOUTOU-2017_WEB_0.pdf

  3. Abstentionniste, soyez Mélenchoniste ! Il ne tient qu’à vous que les votes blancs et l’abstention soient enfin pris en compte en 6 ème République ! Que demander de plus pour affirmer votre méfiance justifiée des « partis politiques professionnels » encore dénommés « le Système » ? It’s now or never !

  4. Mais Roberto, la plupart des ressources capturées sous le vocable de la « corruption » sont aussi légale que des rescrits fiscaux au Luxembourg, non ? Antoine Peillon donne des chiffres assez gros, mais cela ne comprend-il pas « l’évasion légale » ?
    Ceci dit, et pour faire le lien avec l’intervention de Paul Jorion sur La Grande Table (France Culture) ce jour, retrouver « de l’harmonie » entre le top down et le vivre ensemble (~bottom-up) peut bien passer par « régulariser » un peu tous les échelons, de façon à ce qu’aucun ne présente un risque excessif de « winner takes all », de grand groupe qui ne peut que devenir plus grand et passer au mode monopolistique etc (les GAFA et leur position « rentière » dans les médias, les livres, les taxis, l’avion qui par sa vitesse rend le train plus assez attrayant sauf un peu les TGV et encore, Tesla qui se prépare à orienter la voiture électrique vers son modèle alors que la pile à combustible semble une belle alternative, etc). Dans cet ordre d’idée, j’accorde que la constitution a son rôle à jouer dans la pyramide.
    Mais pourquoi ne pas penser d’emblée à ses deux cousines inévitables, alors : une constitution « européenne » (pas que la version Piketty/PS, of course) et une constitution… économique ! (la seule qui stabiliserait le plus gros pan de l’édifice !)

    1.  » Mais Roberto, la plupart des ressources capturées sous le vocable de la « corruption » sont aussi légale que des rescrits fiscaux au Luxembourg, non ?  »
      Absolument ! C’est d’ailleurs une des particularités du système -et tout son paradoxe-, que de permettre à ceux qui possèdent le pouvoir financier et l’entregent qui va avec, de se libérer de la loi commune… grâce à des juristes recrutés à prix d’or. Et oui, mille fois oui aussi pour penser d’emblée aux deux cousines inévitables 🙂

    2. Je me marre. Timiota qui nous trace à grand traits un modèle régulé de rêve, et, merveille des merveilles, transposable au niveau européen, modèle qui a plus que des similitudes avec… l’ordolibéralisme inscrit dans le code génétique de l’UE…

    3. « une constitution… économique ! (la seule qui stabiliserait le plus gros pan de l’édifice !) »

      Un des principaux arguments des nonistes en 2005 était, il me semble, que justement le traité proposé avait un volant économique ce qui revenait à déposséder les citoyens de chaque pays du choix de leur politique économique.

  5. Avec l’honnête plagiaire pizzavore et ex AntiK Boulant poussant à répétition au cul de Monsieur chez Jorion (comme s’il y croyait au Monsieur le Boulant, autant que Poutou qu’il y croit au Monsieur, que t’chi quoi), on n’est plus chez Jorion là, on s’croirait sur Bellaciao.

    1. Allons, allons, c’est quoi ces yeux exorbités, ce tient rougeot, cette mâchoire crispée et ce cheveux hirsute. Tu me rappelle un monsieur face à certains journalistes. Une petite tisane pour toi aussi peut-être?

      1. @ Dup concernant vigneron
        Pour les cheveux, passe encore. Mais pas pour la mâchoire crispée ni pour les yeux exorbités ; et encore moins pour le teint rougeot !
        Et si c’est de rougeau dans sa vigne dont vous voulez parler, alors là, tovarich, c’est niet ! niet ! niet ! La pravda si je mens !
        Tout ça en russe mais sans pour autant être poutinophile car le Maître du chai n’est pas un buveur de vodka.

      2. Je suis précisément Maitre de chai et quand on me demande pourquoi je sirote un Cuba Libre au comptoir j’ai pris l’habitude de répondre : « tu vois pas que je me repose ». Pour ce qui est de la Vodka, jamais sans caviar. 😉

  6. Je crois hélas que tout ce cirque est de peu d’importance au regard de ce qui se passe à l’échelle de la planète. L’impasse démocratique que nous vivons en France est révélatrice : l’humanité a pris conscience des dangers qui la menace mais le train est lancé à trop grande vitesse. Personne n’osera sauter. Aucune élection ne changera démocratiquement la donne. Aucune révolution n’aura lieu avant qu’il ne soit trop tard. Il faudra attendre que les désastres écologiques nous contraignent à disparaitre. Destin de l’espèce. L’homme mort de son égoïste bêtise. Les scénarios on déjà été écrits par de nombreux auteurs de SF. Amen.

    1. Je ne vous en veux pas, moi aussi il m’arrive d’écrire ici sur ce genre de registre. Mais à la réflexion, si « on va tous crever » à quoi bon perdre un temps précieux à l’écrire?

      1. Ben du temps j’en ai ; un autre aspect de nos sociétés électroniques, c’est que non seulement on va tous crever, mais qu’en attendant, on s’ennuie à mourir 🙂

    2. @ Joko

      Pas d’accord.

      Premièrement nous vivons une époque de crise, de plus en plus instable. Cette élection présidentielle « jamais encore vue » n’en est qu’un signe parmi bien d’autres.

      Or qui dit instabilité dit à la fois danger ET déséquilibre permettant potentiellement d’accélérer un mouvement et d’aller plus vite vers une solution.

      Deuxièmement si quelque chose est imprévisible, c’est bien la psychologie collective. Notamment ce qui s’appelle une « prise de conscience », le moment où un certain élément de connaissance est accepté par la majorité.

      1. D’autant qu’on ne sait pas ce qu’est une psychologie collective , ni même si ça existe .

        Et la psychosociologie a plus d’écoles que le trotskisme !

        J’ai la mienne , qui se conjugue à quatre temps , mais qui n’est qu’une tentative de repérage et de remise en avant plus qu’une science prédictive , imparfaite mais pas trop décevante jusqu’à ce jour , en attendant mieux .

  7. C’est vrai, un vent printanier soufflait l’autre grand soir sur le plateau des 11 et les petits candidats ont fait la nique aux grands.
    Les téléspectateurs ont pu à cette occasion entendre avec surprise des voies dissidentes, des propos que l’on n’a pas l’habitude d’entendre tellement les médias sont devenus des fabriques d’opinions finement construites.
    N.Arthaud avouait ne pas prendre plus de plaisir à se faire exploiter par un patron battant pavillon français qu’étranger, tandis que J.Cheminade annonçait un futur crac financier, qualifiant la dette d’immorale et d’inique, annonçant au surplus qu’elle ne serait jamais remboursée (ce qui ne faisait pas les affaires de F.Fillon). Voilà qui devenait intéressant. F.Asselineau martelait que le bonheur était dans le Frexit alors que Dupont-Aignan ne pensait qu’à prendre des voix dans les poches de Dupont-Fillon, pendant ce temps, J.Lassalle jouait d’une manière très citoyenne avec ses lunettes passant du grave à l’aigu en prenant tout son temps ce qui semblait exaspérer les deux ogresses blonde et brune chargée d’organiser les échanges.
    Enfin P.Poutou fut le point de mettre au chômage longue durée l’un de ses adversaires, pressant l’autre à revenir à la case départ.
    En vedette donc ces petits candidats qui semblaient animés d’un commun et même esprit frondeur et l’on pouvait goûter quelques instants la saveur d’une parole libérée.
    Frémissement sur le plateau et éclats de rire.
    La politique-spectacle tenait sa revanche.

  8. Philippe Poutou a eu raison de dire clairement & courageusement ce que beaucoup de citoyens n’osent dire tout haut à 2 candidats qui s’affranchissent des lois, des règlements, des principes les plus élémentaires de la morale et déshonorent la république & la démocratie.Merci donc à M.Poutou qui redonne un peu de dignité à la politique.Nous avons eu un peu moins honte du comportement indigne de ces 2 candidats (Fillon & Le Pen) à la présidence de la République française.

  9. Et Nathalie Arthaud une femme honnête, ces deux candidats sont là pour la beauté du geste, débattre, dommage que ce débat était si peu intéressant et pour cause, cette élection et ce débat BFM est une catastrophe de fin du monde. Ceux qui proclament vouloir être Président de la République montrent qu’ils ne seront pas de bons Présidents, c’est ainsi.

    1.  » …dommage que ce débat était si peu intéressant … »

      Si peu intéressant pour toi, mais je pense que beaucoup de gens en on profiter pour découvrir un nouveaux candidat.

      « Ceux qui proclament vouloir être Président de la République montrent qu’ils ne seront pas de bons Présidents .. »

      et j’ai trouvé que ce nouveaux candidat connaissait bien ses dossiers, avait de l’expérience et était lui aussi un honnête homme contrairement a ce que laisse entendre le titre de cet article.

      1. Yep, le rain man conspirationniste. Rain man, il comptait les cartes et apprenait le bottin téléphonique. Notre homme de pluie bien de chez nous, il apprend les articles constitutionnels par coeur. Ça fait vachement sérieux. Bon, il les comprend pas les articles, mais il les connait, et ça, franchement, chapeau l’artiste.

        On mesure là encore une fois le drame de la robotisation et de la logicielisation : ce brave homme a été mis au placard par Legifrance et europa.eu. Les salauds, compiler tous ses savoirs essentiels et les offrir à tous d’un clic…

      2. Te moque pas Julien, on se moque pas des artistes et/et autistes. Surtout du premier artiste/autiste politico-conceptuel purement warholien de l’Histoire. Son chef-d’œuvre est achevé, l’air de pas y toucher, une vie de labeur, sommet du happening, le happening furtif de l’inarrivé bien arrivé, soit nulle part, l’apothéose des 15 minutes of fame, les 15 minutes of shame.

      3. A ton tour d’être moqueur julien !
        C’est quoi ce traitement de conspirationniste, un taseur idéologique pour éviter précisément de parler du fond.
        Tu m’as habituer à mieux dans ton difficile et plutôt bien mené, rôle de modérateur.
        Tu ne dois pas chaumer ces temps ci. Merci pour le service.

        Je n’est pas prétendu, moi, bien connaitre le fonctionnement de la constitution française, de l’ONU (l’Organisation des Nations Unies) , du TUE (Traité de l’Union Européenne ) et du TFUE ( Traite du Fonctionnement de l’Union Européenne ) de l’Euro et des 6675 autres traités que la France a, avec le reste du monde, mais je m’y intéresse, prenant conscience de leur importance dans ma vie, mon avenir, de celui mon village et ma mairie et de mes proches.

        J’essais de trouver ici, 2 choses :
        – 1 – Des contradicteurs constructifs dans ma compréhension du fonctionnement de nos institutions.
        Je ne cites pas les numéros d’article pour paraître, mais pour comprendre.
        Etant légaliste puisque sinon c’est la lois du plus fort, il faut en passer par la.

        – 2 – Comprendre pourquoi le nom de ce candidat est interdit ici.
        Pour moi c’est une aberration du à un mal entendu dans le sens ou sons programme Présente de nombreuses solution (sans doute imparfaites) aux problèmes qui sont traités sur ce blog.

        Je suis sur que de nombreux points commun existe entre les revendications du blog PJ pour un candidat à la présidentielle expose ici (je n’arrive pas à retrouver le lien du post, merci) et les solutions présentés pas cet homme intègre, désintéressé par le veaux d’or, compétant, indépendant du tout parti politique. polyglotte et globe trotteur comme PJ, qui me parle de l’ONU et de la Francophonie avec intérêt.

        Qui me parles de tous les pays du Globe, de leur proverbes, leur richesses, et de l’histoire de la France, en m’expliquant pourquoi ma mairie et mon pays risque de disparaître rapidement à cour thermes et comment faire pour y remédier.

        Ce sont, me semble t il, des questions qui méritent d’être discuter ici de façon sereine et argumenté.
        Je fais ma part de citoyen qui participe à la cité et la nation.
        Une opportunité se présente à nous dans 2 semaines, c’est le moment d’en discuter.

        Par exemple PJ propose d’interdire la spéculation (les paris sur les fluctuations de prix sur les marchés financiers )
        http://www.pauljorion.com/blog/2014/12/24/la-speculation-mon-bon-monsieur-mais-ca-a-toujours-existe-non-et-dailleurs-ca-suffit/

        Ce candidat propose de  » réguler la spéculation sur les produits alimentaires « .
        Pour vous, techniciens de la finance, l’expression a-t-elle un sens et que signifie elle concrètement.
        Est ce que ça peut réellement stabilisé le cours des céréales mon gagne pain et arrêter la taxation de la finance sur ses produits, tanto sur le producteur, tanto sur le consommateur que je suis aussi ?
        Ou est-ce du vent, juste fait pour attirer le chaland ?
        Il ne me semble pas.

    2. … »Beaucoup de gens en ont profité pour découvrir un nouveau candidat »…

      Et puis voter pour lui pour se dire que bon tant pis c’est la loi du plus fort et de la majorité, on a quand même entendu de jolies choses, les communicants ont bien fait leur boulot, liberté d’expression pour finir par la fermer définitivement. C’est marrant, c’est viril, c’est sain de voir un ouvrier dénoncer les malversations d’autres candidats professionnels mais ça ne sert à rien, il faudrait sortir de cette démocratie (cette conception de la démocratie provoque le cataclysme où nous en sommes). Les petits candidats apportent de la légitimité car il en manque pour les gros, ils témoignent et si malgré ce qu’ils en disent les choses vont de mal en pis il reste une lueur d’espoir tant que le compteur du temps de parole doit être équitablement partagé pour aborder les principaux sujets qui intéressent les Français. Nous votons à notre mairie de rattachement, nous ne devrions plus nous rattacher à un territoire aussi restreint pour des sujets aussi complexes. Nous voyons le temps et le monde comme allant de l’avant, nous avons une identité d’après une nationalité, maintenant imaginez ce monde et ce temps d’après la terre de votre mort, c’est beaucoup plus concret, cela nous invite à agir vite tous ensemble.

      1. Les électeurs en profitent pour se rassembler, pour un petit candidats 5% et c’est réussi, la droite et l’extrême droite au second tour.
        La primaire de gauche est rendue caduque par le non-respect et les engagements du candidat Valls, abandon du ps, Mélenchon président.

      2. Non. Car Mitterand se prenait pour Dieu.

        Ce qui n’est pas le cas de Mélenchon qui se met au service des insoumis. (dont il partage les idées, au point de se retirer…)

      3. Mélenchon veut inscrire le suicide dans la constitution et Mitterrand a aboli la peine de mort, les destins se croisent et la Victoire est à la portée de nos efforts. C’est la mesure du vote obligatoire qui pourrait me dissuader de participer à ce qui s’appelle du fanatisme, un terrible engrenage.

      4. Les deux se valent, en promesse…
        et comme on va le voir bientôt en renoncement.

        Mitterrand, croyant, se prenait pour Dieu.
        Mélenchon, mécréant, se prend pour César.

        « Sommes-nous capables de transformer en énergie positive les miasmes de la décomposition politique en cours ? » demandait Mélenchon sur son blog invitant à la « Marche pour une 6ème république ». Réponse à l’occasion du « sommet du plan B », habillé de bleu-blanc-rouge, il chantait depuis Rome les louanges de César, « figure populaire, assassiné par les ennemis du peuple » : « nous sommes les héritiers de ça, les tribuns du peuple. C’est ce que je voudrais incarner ». Une façon très personnelle de sortir des « miasmes de la décomposition politique »…

  10. Sun Tzu disait:
    « Ne barrez pas la route à un ennemi qui regagne ses foyers.
    À un ennemi cerné il faut laisser une issue. »

    Uber bnb Amazon
    Particules fines et jambes en l’air,
    Libres, raidis par la racine en survol terre,
    Mère patrie nourrice hier de ces vices éternels,
    Sanglot coup de poker
    Force insoumise contre tous les paris perdus du capitalisme,
    Voter, sonder, spéculer,
    Alternez, souriez,
    Suffrage exprimé, rage et souffrance, parrainage de désillusions.
    Désir, discourir un langage imagé pour jouir de ses effets de manche.
    Voter pour ne pas se faire tondre, tous corvéables à merci le dimanche.
    Des mots témoignent du quotidien, permettent d’aller à l’idéal et de comprendre le réel (ce que Jaurès appelle le courage),
    Démocratie démoniaque, Hamon devrait rejoindre Mélenchon.

  11. M. Hamon il s’agit maintenant de comprendre le réel et d’aller à l’idéal, abandonnez-vous à l’insoumission.

  12. Après un débat télé dire « merde au vote utile » et s’imaginer voter Poutou sans que cela soit possible par la naissance, pour le style vestimentaire décontracté et cette belle attitude revancharde bien remarquables du candidat derrière ce pupitre, c’est du nihilisme utile, pitrerie attentatoire qui joue contre la victoire de la gauche elle aussi revancharde, et qui ne réagit pas sous le coup de l’émotion suscitée par une mauvaise émission télé.

  13. Jean Lassalle a pour série préférée Desperate Housewives, tiens si je votais Jean Lassalle? Et il a beaucoup aimé la saga du Parrain. Bullshit! Fuck the système!

  14. Et la série préférée de ceux qui ne voteront pas parce que leur identité ne permet pas la participation au scrutin mais auraient voté Poutou en arguant d’un « merde au vote utile, laquelle est-ce?

    1. Utopie ou autorité, quelle tendance allez-vous porter cet été?
      Lors de la Grande Table PJ a évoqué cette tension historique en marquant sa préférence pour Keynes à Marx qui renvoie trop à l’urss, ailleurs il minimise le rôle des colibris qui promeuvent pourtant un socialisme non-autoritaire, quel socialiste êtes-vous à quelques jours des élections?

Les commentaires sont fermés.