323 réflexions sur « Ouf ! On peut de nouveau discuter librement sans se faire poursuivre en justice ! »

  1. Ouf ! On peut de nouveau discuter librement sans se faire poursuivre en justice !

    Oui, jusqu’à un certain point ce soir on peut souffler.

    Lepen dans une incapacité absolue d’être élue, Fillon et sens commun vaincus nettement dans les urnes, le danger d’un pouvoir fort et fanatique est écarté. Le régime français va rester un bonapartisme bâtard et bridé, faute d’être brisé.

    Quelque soit la future majorité à l’Assemblée nationale, parce qu’il y aura forcément une majorité, de droite ou de gauche, le président Macron va être un président faible, coincé entres les directives européennes, celles des marchés financiers, qui lui tomberont dessus, de plus en plus exigeantes, et un parlement sous le contrôle des partis politiques, qui très vite ne lui reconnaîtront aucune autorité politique et morale.

    Le blocage est fatal. Si nécessaire les partis politiques (droite et gauche) mobiliseront la rue, et face à ce blocage, comme on a dit pour Bonaparte, la bourgeoisie se cherchera un sabre.

    Macron sera-t-il ce sabre ? Les paris sont ouverts.

    T où Vigneron ? On t’entend pas ce soir, pourtant ton poulain triomphe ! Félicitation pour tes pronostiques.

    1. le sabre Macron… quelle sera sa devise ? tranquillité publique, touche pas à mon compte…? beurk…

    2. Félicitations à Vigneron pour ses pronostics en effet.

      Je paie de ce pas mes 25 € au blog suite à pari perdu…

  2. Vanité des vanités, tout est vanité.
    Quel avantage revient-il à l’homme de toute la peine qu’il se donne sous le soleil ?
    Le soleil se lève, le soleil se couche, et il se hâte de retourner à sa demeure, d’où il se lève de nouveau.
    Tous les fleuves vont à la mer, et la mer n’est point remplie.
    Ce qui a été, c’est ce qui sera, et ce qui s’est fait, c’est ce qui se fera ; et il n’y a rien de nouveau sous le soleil.
    J’ai examiné toutes les œuvres qui se font sous le soleil et voici : tout est vanité et poursuite du vent.

    1. la bande son pour cette soirée foireuse , fut , pour moi , la chanson :  » soleil immonde  » ecrite par coluche pour son pote renaud… je la laisse tourner en boucle , sur les images de ces gros crétins presidentiels toutes droites confondues… salut amical à tout ceux qui ont un peu espéré l’avenement d’un autre monde en votant aujourdhui…

  3. Il ne faut jamais sous-estimer les forces de la finance. Ce sont elles qui ont le véritable pouvoir. La démonstration en été faite une fois de plus ce soir. Macron un avatar sorti de nulle part, inconnu au bataillon il y a à peine 3 ans, est en passe de devenir président de la France, grâce à un intense matraquage médiatique qui a duré plusieurs mois, et à une campagne promotionnelle qui n’a rien à envier aux campagnes de publicité et de marketing pour tel ou tel produit.
    Et ça marche ! Le temps de cerveau disponible absorbe tout cela, et le conso-électeur recrache cela dans les urnes.
    Ne reste plus au FN qu’à jouer le rôle du chien rabatteur qui lui est dévolu, pour ramener les moutons apeurés ou égarés dans l’enclos qui a été préparé à leur intention; enclos où ils seront tondus. Et le chien pourra regagner sa niche jusqu’au prochain scrutin.

    1. @Macarel, 23 avril 2017 à 22 h 57 min

      « Macron un avatar sorti de nulle part, inconnu au bataillon il y a à peine 3 ans… »

      Ça dépend du bataillon : http://www.lefigaro.fr/societes/2013/04/25/20005-20130425ARTFIG00679-les-100-leaders-economiques-de-demain.php (regardez bien la date. Merci à ‘Gilles’)

      (Avec mes chaleureux remerciements à toutvabien, lequel m’a apporté (1), enfin !, une mine de renseignements aptes à éclairer ma lanterne. Et non, non, et re-non Monsieur Julien, toujours pas de rapport avec un ancien Rite ;-))

      (1) http://www.pauljorion.com/blog/2017/04/20/presidentielle-le-nouveau-rapport-de-force-qui-sera-au-second-tour-contre-le-pen-ou-la-grande-peur-des-puissants-par-alexis-toulet/#comment-612484

      1. En tout cas, non encore sorti de l’anonymat, grâce à l’impressionnante campagne de promotion médiatique dont il a bénéficié.

    2. Grande fête Porte de Versailles/Montparnasse : distribution de brioches et multiplication des pains…

  4. J’ai voté pour Hamon .

    Je voterai évidemment pour Macron .

    L’erreur de fond ,selon moi , de la FI et de Mélenchon au milieu d’une foule de choses magnifiques : avoir pris l’Europe et l’Otan en otage d’un enjeu qui dépasse encore leur forces et leur nature , en détournant le regard des vrais caïds .

    Macron réussira une bonne part de son pari , s’il fait bouger Merkel , sinon il est mort et nous avec . Mais je crois qu’il le sait .

    Si l’on classe Macron à droite , et si on ne qualifie pas le FN , je calcule aussi que « la droite » représenterait au terme de ce premier tour , près de 50 % des votants , et « la gauche » autour de 28 % .

    Je ne sais pas faire une comparaison des poids relatifs des catégories selon Paul Jorion , mais elle ne semble pas directement assimilable à cette comparaison gauche /droite .

    1. Sauf que le FN aspire des gens qui pourraient très bien voter à gauche (si la gauche ne les avait pas laissé tomber), grâce à un discours démagogique socialisant.

      1. Il y a déjà plus de quinze ans que le FN a recyclé dans son idéologie , les voix ex de gauche ouvrières . C’est d’ailleurs ce qui a fait qu’il a pu passé de 10-15 % à 22 %. ( et des cadres CGT de terrain entre autres).
        La crainte « ouvrière » de la déchéance a aussi refuge dans Hamon et Mélenchon . A cette aune , il me semble que l’on peut estimer que la France se partage en 10 % de fachos dangereux authentiques , 45 % de désespérant de l’avenir , 45 % de confiant dans la machine économique telle qu’elle est et/ou telle qu’ils espèrent la faire évoluer .

        Macron , s’il veut être élu autrement que pour écarter le pire des lieux de pouvoir nationaux ou locaux , devra assez rapidement intégrer ces aspirations car ce seront sans doute les Fillonistes frustrés qui seront les plus enclins à lorgner du côté de Le Pen .

        Mais il aura surtout , s’il veut vraiment se donner des marges de mouvement , comme quiconque aurait été , ou sera , élu , à bousculer l’Europe .

        Et pour ça ce serait plutôt mieux s’il était « bien » élu .

        Pas pour son programme ,qui ne sera pas respecté , pas plus que tous ceux qui étaient revendiqués , mais pour cette  » mission » là .

    2. Finalement, Macron gagnant au 2 ème tour se retrouvera dans la même position que Hollande au début de son mandat, écartelé entre les exigence de l’UE (austérité) et booster l’économie interne selon les volontés du patronat au détriment des travailleurs et des services publics.

      1. Ah bon ? Pouvez vous argumenter, s’il vous plait ?
        Vous parlez d’un autre candidat, je dirais plutôt d’un candidat qui n’a jamais existé.
        Parlons plutôt du défunt programme de JL Mélenchon, ou de la façon dont s’y prendra E. Macron pour disposer d’une majorité à l’assemblée.

  5. Marcel dit : 23 avril 2017 à 21 h 39 min :

    « Bon. D’accord, je suis amer. Au fond, je sais bien que ce n’est pas vous qui avez déterminé le vote, mais je ne peux m’empêcher ce soir d’exprimer une certaine incompréhension et une certaine amertume par rapport à ce que j’ai lu ici ces dernières semaines. »
    Et du 19 février 2017 à 14 h 28 min :
    « Pourquoi le descendre en flamme ? [le= Mélenchon]
    Quel est le seul point du programme évanescent de son concurrent qui soulève l’enthousiasme ? Sa belle gueule ?
    Vous faites étalage des titres de vos livres (*) (que j’ai lu pour la plupart, même en extraits ici).
    Ils nous orientent vers la critique radicale et la rupture. Et cependant Mélenchon est votre tête de Turc.
    Mélenchon, ne représente aucune menace contre la démocratie. C’est cela l’important.
    Tout le reste s’échelonne entre l’eau tiède et l’extrême droite. »
    //——————————————————-
    (*) = « La guerre civile numérique » (2011), « Le capitalisme à l’agonie » (2011), « Le dernier qui s’en va éteint la lumière. Essai sur l’extinction de l’humanité » (2016), « Se débarrasser du capitalisme est une question de SURVIE » (2017).
    /*********************************\
    Existe-t-il seulement dans le projet Macron une réponse à l’affirmation du Maître selon laquelle il faut « se débarrasser du capitalisme » à peine de notre survie ?
    En quoi, et pour si peu qu’il le voudrait, Macron pourrait-t-il remédier à « l’extinction de l’humanité ». Son projet ne tend-t-il pas vers l’inverse ?
    Mon cher Paul, la dichotomie, ou plutôt le gouffre entre vos réflexions, rappelées par les titres de vos livres, et votre énergie à démolir le seul ayant pris en compte les risques et les remèdes que vous préconisez – le pillage ne pouvant être exclus- est incompréhensible.
    Rassurons-nous tous ensemble : « Au fond, je sais bien que ce n’est pas vous qui avez déterminé le vote ». Sans doute, n’avez-vous fait que suivre le troupeau dans sa crainte des lendemains incertains. Quant au lecteur, il devra se souvenir que le titre anxiogène ou flamboyant d’un de vos livres ne signifie rien en actions possibles ou raisonnables. L’urgence d’agir collectivement, même si peu, attendra…

  6. L’empressement de Hamon à appeler à voter Macron pour faire barrage à Marine Le Pen est bizarre:
    sachant pertinemment qu’il ne pouvait pas se qualifier pour le second tour depuis au moins 2 semaines, s’il voulait vraiment maximiser les chances de ne pas voir Marine Le Pen au second tour, il aurait tout simplement pu se retirer de la course (sans même appeler à voter pour X ou Y). Quasi aucun de ceux qui ont voté pour lui n’aurait voté Lepen à la place, la plupart se seraient reportés sur Macron ou Mélenchon, et Mélenchon aurait eu une chance de dépasser Le Pen au premier tour (il avait besoin de la moitié des électeurs d’Hamon).

    Ma conclusion c’est que le but d’Hamon n’était pas de faire barrage à Marine Le Pen, mais de ne pas faire élire Mélenchon.

    Une autre manière de poser la question: En cas de second tour Mélenchon-Macron, qu’aurait fait Hamon? Je dois bien avouer que je n’en ai aucune idée, mais que la réponse m’intéresse très fort.

    1. @Mathieu Van Vyve, 23 avril 2017 à 23 h 33 min

      « … il aurait tout simplement pu se retirer de la course … »

      … et s’asseoir sur le remboursement de 8M € promis aux candidats obtenant au moins 5% des voix …

      Oui, je sais, c’est choquant

    2. Mélenchon pourrait vous donner la réponse puisque Hamon avait indiqué , il y a déjà une dizaine de jours, que dans l’hypothèse où JLM serait au second tour et pas lui , il appellerait à voter JLM sans hésiter . Il y a même eu des militants de la FI pour l’applaudir quand il l’a dit .

      Je n’ai pas entendu JLM lui rendre la politesse , ce qui peut se concevoir quand on se sent le vent dans le dos ( assez largement alimenté par des transfuges hamonistes quand les sondages se sont fait moins bons après le débat télévisés à 5 ), mais je ne vois pas ce que la politique gagne à des aigreurs d’estomac après vote …du peuple .

      1. Merci pour l’info.
        De fait JLM semble avoir manqué de sens tactique sur la fin…Penser qu’il pouvait se qualifier pour le second tour sans le soutien d’Hamon, c’était peut-être de l’hubris, même si la dynamique lui était favorable. Pfff, c’est facile de refaire l’histoire après coup, mais…

    3. En cas de duel Macron Mélenchon, Hamon aurait demandé de voter Macron. Posez la question directement à Hamon, ça sera plus sûr.

  7. C’est le moment de remercier la vrai gauche d’avoir porté le débat sur des idées progressistes et universelles, en définissant le cadre des luttes à mener: Ecologie, droits humains et incompatibilité du capitalisme avec la survie de l’espèce.
    Brun ou blanc, le fascisme à venir représente un grand danger et le gaspillage d’un temps précieux.
    « Résistez »
    « Résistez »
    « Résistez » écrivaient les emmurées d’Aigues-mortes.

  8. Reste qu’il nous faut saluer la maestria de Hollande, je sais pas quels joueur d’échec retord l’a conseillé ou si c’est un véritable génie de la politique d’appareil mais là chapeau bas !
    Sacrifice du fou pour placer une fourchette sur l’aile gauche, la tour qui bloque la fuite sur l’aile droite et finalement le pion qui restait derrière qui vas à dame : mat en deux coup après prise de la dame sur roi mis en échec.

    1. Pour moi, résultat pas étonnant (souvenez-vous Sanders, Clinton, et finalement Trump…). J’ai voté « utile » à gauche, c’est à dire Mélenchon, mais pas assez. Reste maintenant le problème du second tour : le résultat n’est pas écrit. Même si « l’épouvantail » FN fonctionne encore, on n’est plus en 2002. Les clivages ne sont plus les mêmes. Ultra-libéral face à « protectionnisme intelligent », « internationalisme-progressiste » face à conservatisme-nationaliste, gagnants de la mondialisation face aux autres, souverainistes face aux « mondialistes », on n’est plus dans un simple choix habituel « droite-gauche » avec une extrême droite faisant repoussoir. Frappé au passage par le vide quasi-absolu du discours délivré par Macron, et du spectacle, sur-filmée, du cortège et de sa descente au restaurant : à mon avis complètement à côté de la plaque, au vue de la situation qui aurait appelée à beaucoup plus de gravité et de retenue…ça laisse un peu songeur sur la profondeur politique du personnage et sur ses capacités réelles… Affaire à suivre….
      En tout cas, je positive quand même en pensant à la très belle campagne de JLM, avec un score inattendu, qui j’espère saura capitaliser et peser suffisamment dans la suite des évènements. Le combat continue !

    2. @Dup
      Oui, il y a pas mal de temps déjà que j’avais évoqué ce scénario, le Sieur des vignes m’avait pris pour une bille……

  9. Les électeurs de gauche sont de très mauvais stratèges. Ils ont voté Hamon aux primaires de la “Belle Alliance Populaire”, croyant ainsi sanctionner Valls et le quinquennat Hollande.
    En fait ils ont ouvert une autoroute au candidat à la succession de Hollande : Macron.
    Et en même temps ils ont fermé la route au candidat de la gauche rebelle : Mélenchon.
    S’ils avaient porté Valls en tête des primaires, c’eût été exactement l’inverse, Macron et Valls se seraient marché sur les pieds, laissant un plus large espace au candidat de la gauche dite radicale : Mélenchon.
    Les dirigeants sont toujours plus machiavéliques que les simples citoyens. C’est grâce à cela qu’ils se maintiennent en haut de la pyramide sociale.

  10. Enfin, morale de l’histoire : la démocratie est une utopie inatteignable ,du moins en ce bas monde, où se donnent libre cours toutes sortes de manipulations des esprits, à coup d’armes médiatiques de conditionnement des esprits absolument efficaces.

    1. Conditionnement ! C’est le principe de construction de notre intelligence. Et chacun subit son conditionnement car on ne peut choisir son conditionneur, privilège de mes cheveux !

  11. Je ne sais pas si c’est comme les stades du capitalisme suivant Marx, mais on est passé de présidents qui représentaient des partis (ou des ambitions affichées pour le pays et des engagements pour sa stabilité: de Gaulle) à un futur président parfaitement hors sol vis–vis des institutions censées prendre soin (« stewardship ») de la politique, je veux parler des partis.
    Car à bien regarder, l’apparence de légitimité de Macron vient presque exclusivement (i) de son temps passé à la banque (de quoi rassurer le patronat) et (ii) de son temps passé au secrétariat de l’Elysée (de quoi rassurer ceux qui viennent à la soupe, il a appris pas mal de chose chez Hollande — ce qu’il ne faut pas faire — et chez Attali (ou se placer pour avoir l’air de faire). On passe donc d’une représentation politique ordinairement biaisée en faveurs des classes respectables par mille effet d’habitus et autres (Bourdieu sort de ce corps) à un méta-copinage avec la banque et le pouvoir pour prendre les manettes.

    Espérons juste que les lois sur la transparence financière et autres promises à Bayrou n’épargneront pas les vrai-faux copains qui seront venus à la soupe un peu suspectement…

    1. A quoi ça servirait d’aller à la soupe si on n’est pas protégé ensuite ? Sûr que le clanisme et le renvoi d’ascenseur font fonctionner à fond. Probable que Bayrou devra se contenter de faux-semblant dont nos chefs de bureau de sous-préfecture ont le génie. La savonnette Macron est un porte-drapeau bien commode…

    2. Macron ne vas laisser aucun postes au législatives à ses soutiens, c’est d’ailleur comme ça qu’il vas s’assurer une cohabitation « productive » avec LR…

      1. Macron fera ce qu’il a dit qu’il ferait. Le saviez-vous ?
        Je comprends de moins en moins ces interventions où l’on invente des intentions alors qu’il y a eu des déclarations.

    3. D´accord, de nouveau.

      1. On ne peut jamais reprocher à la droite de s´organiser, de ¨venir à la soupe¨. C´est absurde et j´en suis convaincu que timiota le sait bien.

      Ni peut-on reprocher à la droite de ´copier´ des mots et des images de la gauche, de s´installer dans ´la gauche´, et de présenter un ´mimétisme´ (¨faisant semblant¨) disant: ¨c´est nous la vraie, la nouvelle gauche¨ (ce qui était le truc premièrement de Blair, et, avec des ´pas´ intermédiaires de Göran Persson, ensuite d´une façon vertigineuse de Fredrik Reinfeldt en Suède: venant de la droite, mais disant que c´était LUI la vraie social-démocratie).

      La Suède nécessitait HUIT longues années avant d´apprendre comment démanteler ce virus de la droite au sein des idées de la gauche (2006 – 2014).

      Ce que Paul Jorion nous a expliqué mille fois: le même truc était appliqué par Obama.

      2. La réponse en Suède s´appelle ¨l´unité¨, avec maintenant l´ancien président de LO (la très puissante fédération syndicale nationale de la Suède) comme premier ministre, Stefan Löfven, premier ministre du premier gouvernement féministe au monde, un gouvernement basé sur une MINORITÉ dans le Riksdag, ainsi luttant jour et nuit pour pouvoir avancer son programme, ce qui veut dire: la mobilisation permanente des forces de bases: organisations syndicales, féministes, écologistes, et, très essentielles: les coopératives des consommateurs, KF-COOP, qui controlent eux aussi a Folksam et a Svedbank.

      3. Cette réponse Suédoise, était la base des opérations de Bernie Sanders aux Etats Unis.

      La droite aux Etats Unis, jamais folle, elle aussi avait bien étudié et appris cette leçon Suédoise, et a pu bloquer, cette fois-ci, Sanders, fragmentant le parti démocrate entre Sanders et Clinton, ainsi laissant la victoire à Trump.
      Trump n´est pas fou du tout, comme nous a bien expliqué Immanuel Wallerstein.

      Et ce n´est surément pas pour rien, que les attaques de Trump se concentrent surtout contre la Suède.

      (https://www.theguardian.com/us-news/2017/feb/19/sweden-trump-cites-non-existent-terror-attack)

      Donald T sait mieux que quiconque, que le VRAI danger pour lui, pour son programme, et pour son désir de gagner deux termes, ce qui veut dire: battre Sanders une deuxième fois, serait un triple regroupement derrière ce dernier, au style Suédois: syndical, féministe et cooperatif.

      3. On peut SI reprocher le mouvement syndical Français de s´autobloquer dans cette division IX-ième et cette saintification obsolète de Marx, Lénin, Trotsky et Stalin: TOUS, sans exceptions, des centralistes extrémistes et autoritaires et militairistes cyniques.

      Oubliant la très modeste présence UNIQUE au monde de l´héritage de Proudhon, bien sur une raison pour l´auto-estime et la fierté en France et en Europe, avec l´exception de son anti-féminisme, ce qui heureusement nous protégera d´une nouvelle religion ou de trop de louanges.
      Les Françaises s´en occuperont, et avec elles nous tous j´espère.

      Il me parait logique et URGENT que Paul Jorion, appuyé par François Leclerc et nous tous, nous aidera avec l´analyse approprié des erreurs fondamentales du juriste Allemand, M. K. Marx et ses disciples, et les conséquences pour un débat dur et pur en France quant à la structure obsolète de la division ABSURDE entre CGT – CFDT en premier lieu, et en suite la fragmentation des autres.

      J´aimerais attirer l´attention de mes copains et copines au sein du CGT, que ce n´est pas pour rien que la Chine cherche révolutioner son modèle de société basé sur le modèle Suédois, et je vous rappelle aussi des contributions de Paul Jorion (et de moi) ici au BLOG, nous informant sur la position du gouverneur de la Banque Centrale de Chine quant à la nécessité urgente de la ressuscitation du program de John Maynard Keynes (ICU et bancor).

      Des idées, d´ailleurs, déjà développées par Béatrice et Sydney Webb, qui les avaient déjà lu et copié de Knut Wicksell (Suède), comme Keynes lui même racontait honnêtement à l´ambassadeur Soviètique, une soirée à l´ambassade de l´USSR de Londres avant 1940: ¨well, you know, it´s all in the minority report¨.

      (voir: https://en.wikipedia.org/wiki/Minority_report_(Poor_Law), et aussi Skidelsky)

      4. Conclusion

      Il nous faut urgemment une conférence en France discutant comment aider à la CGT de se libérer de cet héritage, de cette dictature Allemande dépassé(e) de Karl Marx, comment organiser une réévaluation de Proudon, des mutualités, des coopératives en France ET EN Europe, comment organiser une révolte des consommatrices et consommateurs de reprendre tous les supermarchés en mains des familles privées en France, et les ¨coopérativésant¨, et comment UNIFIER les cinq grandes structures syndicales en France.

      Le role des Françaises dans tout cela sera très important: elles seront les premières aussi qui termineront avec l´héritage pourri de l´ultra-machista de N. Bonaparte, elles seront les premières qui finiront l´état machiste, centraliste, néocoloniale, nucléaire, militairiste, ENARQUE masculin.

      Espérons que l´épouse sage et agée de Macron, se montrera une jument de Troyes.

      b.à.v. tous.

      1. @ Johan Leestemaker

        « Conclusion
        Il nous faut urgemment une conférence en France discutant comment aider à la CGT de se libérer de cet héritage, de cette dictature Allemande dépassé(e) de Karl Marx, comment organiser une réévaluation de Proudon »

        Il me semble qu’à cette conférence, il faudra diriger l’ensemble des travaux sur la nécessite absolue de se mettre à philosopher sur la misère, maintenant que nous sommes avec Macron, de plein pied, dans une misère de la philosophie politique extraordinaire !

    4. Même timiota qui se met à faire du Pénien/Père Castor pur jus…
      Avec guirlande clignotante bourdivine et socle en béton précontraint gaullien, il est pas beau mon arbre de Noël en toc ?

      1. Au lieu de se plaindre, au lieu de se suicider, au lieu d´attaquer Paul Jorion, au lieu de répéter consciemment ou inconsciemment ce mantra faux du néolibéralisme TINA (there is no alternative), il me parait qu´il y a bien du boulot en France, notamment après cette auto-destruction bien réussie de la trahison social-démocrate en France.

        Faux. Faux. Faux.

        Il y a des alternatives en abondance (IDAA).

        Il y des dizaines de millions de Françaises et de Français qui veulent, inconsciemment, parceque il leurs manque l´information et l´éducation politique et sociale des alternatives réelles, que ça change, que leurs supermarchés seront à elles et à eux, au lieu de se trouver dans les mains des riches pompeuses et pompeux comme Michel-Edouard Leclerc, Jean-Charles Naouri et autres.

        Il serait très intéressant de proposer a Paul Jorion et a François Leclerc de commenter aux paroles du boss de Casino:
        http://www.lefigaro.fr/societes/2016/05/09/20005-20160509ARTFIG00007-jean-charles-naouri-il-est-absurde-de-se-rebeller-contre-la-guerre-des-prix.php

        Et c´est justement pour cette raison, que la bourgeoisie pousse des types comme Obama, Clinton, Macron etc, dans un effort rusé de mensonges aimables, dans sa lutte desespérée de ralentir l´agonie du capitalisme, de continuer la consommation de luxe et de la destruction de la terre, bref: pour faire tout pourque les machines de concentration de la richesse (et son contraire: la création de la misère) puissent aller ¨EN MARCHE¨, ou même accélérer (cfm I. Wallerstein).

        Françaises, Français! Au boulot! Et unissez-vous!

        (http://www.cressidf.org/recherche/item/90-coop%C3%A9rative-de-consommation.html)

        Quelques exemples des ´forces contraires´:

        (et quant au nom du premier: quelle belle illustration de la théorie Joronnienne de la formation de prix, notamment ¨le prix social¨ avec, par exemple, toutes ces exportations de confitures de fruits français vers ce pauvre pays, la Colombie, ou les cultivateurs locaux de fruits ici à coté de Medellín, se retrouvent détruits à cause des opérations de cette maffia-casineuse française, même chose quant aux huiles d´olives, même chose, Vigneron 😉 , quant aux vins etc).

        * https://fr.wikipedia.org/wiki/Groupe_Casino

        * https://fr.wikipedia.org/wiki/Groupe_Carrefour

        * https://fr.wikipedia.org/wiki/E.Leclerc

        Je répète mon mantra: au boulot s´il vous plait! Les alternatives vous attendent!

        IDAA!

        http://www.cressidf.org/recherche/item/90-coop%C3%A9rative-de-consommation.html

      2. @Johan
        Il n’y a même plus besoin d’attaquer qui que ce soit. Il fut un temps où les articles liés à cette élection majeure provoquaient des centaines de commentaires, la plupart nourris d’idées et donc intéressants à lire. A comparer avec la maigre récolte actuelle alors que les résultats sont pourtant hors du cadre habituel (c’est pas ce que vous répétiez à n’en plus finir, justement, qu’il fallait sortir du cadre ?). Il faut se rendre à l’évidence. L’agonie n’est pas forcément là où on le croit.

      3. Si timiota est devenu Lepéniste, alors je suis la reine d’Angleterre 😉
        Mélenchon a beaucoup de défauts, certains rédhibitoires, mais justement en essayant de construire une alliance il y avait le moyen de désamorcer les aspects les moins reluisants du mélenchonisme.

        Mélenchon lui-même a préféré jouer une autre carte que celle d’une alliance. Mais il n’a pas été aidé non plus, au PS rien n’a été fait pour le faire sortir de son rôle. Il fallait d’abord faire de Mélenchon un épouvantable épouvantail pour réduire en bouillie l’aile gauche du PS laquelle privée de tout appui extérieur ne pouvait aller que dans le mur. Chapeau Hollande and co, opération réussie, Macron mis en orbite !

        C’est fort plaisant sans doute de taper ad libidum sur le bonhomme, mais de là à en faire un monstre, je ne franchirai pas ce pas.
        Rapelle-toi 81, c’est bien le PS français qui s’était allié avec le PC dont la ligne officielle était que le bilan de l’Union soviétique était globalement positif (dixit Georges Marchais).
        Le PC à l’époque était bien eu européen, il fallait acheter français et tutti quanti. Bref, ses postions n’étaient pas si éloignées de celle du FN actuel. Attention, je ne dis pas qu’il faut faire alliance avec le FN. Honnit soit qui mal y pense.
        Je dis simplement que lorsqu »on veut enfermer une situation, un homme dans un rôle, on finit par faire en sorte que la situation, la personne se comporte tel qu’on l’avait dit, alors qu’il suffisait peut-être de faire un pas vers cette personne, de chercher à débloquer la situation par un moyen auquel on n’avait pas pensé mais qui pourtant existait.

    5. Le duetto que j’ai initié et auquel vigneron et Pierre-Yves ont répondu signale in fine que l’enjeu, c’est de décoder dans ce que fera Macron (donc dans ce que fera son 1er ministre et son assemblée…) ce qui est « systémiquement prévisible » et ce qui est « politique », ca il en restera un bon paquet. Après, c’est comme la biodiversité. Quand tu passes d’une forêt variée avec 1000 arbres/ha à un bocage avec 70 petits arbres/ha, tu n’as pas beaucoup entamé la biodiversité (-30% ?). Puis quand tu passes aux grands champ > 20 ha, là elle prend un bon petit coup, et enfin quand tu passes à > 60 ha, sans jachère autour, ça devient grave moins divers. Avec un reste de 25% de politique, on y croit encore pas mal, avec 5%, on fait la gueule mais d’aucuns voient encore les esprits animaux de la politique s’animer, puis avec 1%, ça devient amer. Mon message était lié à ma réalisation qu’on passait de 25% (Chirac-Sarko?) à 5% dans l’ère Macron via la cure Hollande (pour lequel on aura la faible charité de rappeler que lors de l’affaire Leonarda il se piqua de faire de la politique).

      1. Très bien vu.
        Je pense aussi que Macron fera de la politique, et j’espère qu’il en fera beaucoup, c’est tout le mal qu’on peut lui souhaiter.

        Beaucoup d’arguments employés pour discréditer d’avance Macron sont pour moi bidon. On lui a reproché de n’avoir pas de programme, pourtant il existe, c’est le programme social-libéral, en quelque sorte du Hollande en dose concentrée.
        Le fait qu’il ait été banquier. Au moins on sait qu’il sait comment ça fonctionne, c’est plutôt rassurant. Sur l’inconsistance du bonhomme. Macron : formé à la philosophie, son discours est peu distancié, a-critique. Mais après tout un Lecanuet était docteur en philosophie !

        Plus sérieusement, il y a plusieurs attitudes philosophiques. Celle tranchante, intempestive à la Nietzsche, et celle professorale dans le mauvais sens du terme, où il s’agit simplement de faire de l’histoire de la philosophie, sans rien apporter de nouveau. Rien qui fasse sens dans son époque. La philosophie au service d’un système dominant, et non pas une philosophie qui transcende sa propre époque. C’est le plus gros reproche intellectuel qu’on peut faire à Macron, il nomme son livre « Révolution », mais ce qu’il propose ce sont des recettes éculées.

        Macron est clairement un adepte de la religion féroce, mais j’ajouterais, « à l’insu de son plein gré ». Parce qu’il incarne une vision de l’économie dont il perçoit difficilement les conséquences sociales. Il les voit sans doute, mais ne les « réalise pas », parce qu’il a vécu jusqu’ici dans une bulle assez protégée. Reste qu’il me semble, jusqu’à preuve du contraire, plutôt honnête. Il va donc à un moment donné — s’il demeure honnête, se cogner à la dure réalité sociale et il devra en homme de réflexion en tirer des conclusions pour lui-même et pour les politiques qu’il se propose d’appliquer.

        Nous ne connaissons pas encore tout de l’homme politique Macron, car encore inexpérimenté.
        Pour ma part, je ne le condamnerais pas absolument.

        Il est peu probable qu’il devienne soudainement critique de lui-même et de son époque, mais c’est une éventualité qu’il ne faut pas écarter d’emblée. Jugeons-le donc sur pièces, comme président, son œuvre « hollandaise » nous la connaissons déjà, je n’y reviens pas.

        Aux inquiets qui pensent peut-être que je suis devenu mélenchoniste, je les rassure, je n’ai pas changé d’un iota ma position concernant les positions de Mélenchon sujettes à caution. Je suis parfaitement donc en phase avec Hamon lorsqu’il établit une hiérarchie dans l’échelle des valeurs faisant alors de Macron son adversaire, et de Lepen une ennemie. Reste que je maintiens qu’on ne peut pas isoler Mélenchon du contexte global et l’observer comme un isolerait un virus dans un bocal. Il y a tout un éco-système politique qui favorise l’éclosion du mélenchonisme. Mélenchon est bien entendu responsable de ses actes, mais cela ne doit pas nous empêcher d’essayer de comprendre par quels biais nous avons pu en arriver là. Comme je l’ai suggéré dans mon post précédent, on aurait pu au moins essayer de désamorcer les charges les plus dangereuses du mélenchonisme en ne faisant pas au PS des frondeurs d’affreux renégats, alors qu’ils venaient simplement combler un vide de débat qui durait depuis des années. Bref, Mélenchon ne sort pas de nulle part.

      2. Macron l’ange du quinquennat. S’incarnant dans la rencontre d’un homme et d’une fonction, fascinant ?
        Fillon a négocié le traité budgétaire européen de 2012 et Macron l’a appliqué quand il était secrétaire général de l’Elysée: réduire le déficit par l’austérité par l’Uber rationalité. Grand écart; Oui Macron rêve d’un new deal Européen. Mais sans la moindre proposition de démocratisation de l’Europe. Macron sait obéir, son rêve dépasse sa propre personne… Commencer d’abord par l’impôt; tous les actifs financiers sortent de l’impôt sur la fortune, et taxation moindre des revenus financiers … imaginez que vous êtes dans le rêve du ruissellement…

      3. Toutvabien
        Ce que j’ai écrit ce n’est pas une ode à Macron, j’irai voter Macron à reculons si vous voulez savoir. J’essaie juste de repérer les petites raisons d’espérer que Macron en dépit de son programme sans ambiguïté en matière économique et sociale fera autre chose que du simple Hollande et qu’en situation il réagira différemment de ce dernier. Hollande n’avait pas l’étoffe d’un président (hormis face aux attentat), Macron est un choix par défaut, un choix conservatoire, pour ne pas avoir Lepen. Je suis également d’accord avec JuanNessy, même si Macron reste a priori dans les clous de l’orthodoxie économique de l’Union il ne détruira pas sciemment l’outil européen. Et, possiblement, dans le meilleur des cas, il pourrait même faire un peu mieux que ça. Dans le cas contraire il devra affronter l’approfondissement de la crise sociale qu’il aura lui-même contribué à accentuer, par le programme que l’on connaît.
        Il y a donc le programme Macron, mais la politique étant ce qu’elle est, les choses ne se passent jamais tout à fait comme prévues.

      4. bref statu quo, donner du temps au temps dans un espace éternel – le problème c’est que le train est déjà passé.

      5. C’est pourtant l’inverse que je dis. La réalité va rattraper Macron, pas d’éternité là-dedans.
        Il n’y aura pas de statu-quo, parce que je partage avec vous, je suppose, l’idée, que les choses ne vont pas s’arranger d’elles-mêmes.
        Que diriez-vous par contre d’une Marine Lepen qui une fois au pouvoir s’accorde les pleins pouvoirs ?
        Et ne me dites pas que le pouvoir c’est la finance. Entre la répression totale des libertés publiques et un régime économique destructeur mais où il y a encore un espace pour le débat, je choisis la démocratie libérale.
        Avec Lepen c’est aussi le risque du retour fracassant des nationalismes. Les tendances existent déjà, n’aggravons pas le mal.

      6. @Tout va bien :

        Si le train est déjà passé ( ce que je pourrais dire sans doute avec plus d’à propos que vous !) que faisons nous ici , maintenant et demain ?

        D’ailleurs , dire qu’il y aurait des rails ,ce serait intégrer et accepter le TINA .

        Si l’on apprécie les métaphores , souvent trompeuses en politique , je préférerais celle du bateau ( la nef de Noé?) sur un océan avec une terre ronde .Ça laisse plus de degrés de liberté et surtout ça correspond davantage à la nécessité de viser un rivage à peu près commun , pour que le bateau ait une chance d’arriver …quelque part .

      7. Pierre-Yves & Juan
        La différence entre nous est sans doute que je ne vois aucune « petites raisons d’espérer », tout comme je n’en voyais aucune lors de l’élection de Hollande. Nous sommes réduits au dilemme cornélien à devoir choisir des systèmes qui nourrissent la haine en faisant mine d’ignorer ses causes: on invoque alors l’effort pédagogique à faire… Du coté des différents représentants on aurait bien du mal à y trouver le moindre indice moral, morale invoquée pour inciter à aller aux urnes au second tour. Acculé au simulacre de la démocratie, Mélenchon, qu’on aime ou pas, convie à une réponse cohérente par rapport à l’attente naïve qui lui avait été accordée: instant d’expectative… Pour l’élection, plutôt que de disserter à l’infini, votez d’abord ici : http://f-i.jlm2017.fr/consultation_2nd_tour
        Moment décisif quand bien même « Politiquement, la faiblesse de l’argument du moindre mal a toujours été que ceux qui choisissent le moindre mal oublient très vite qu’ils ont choisi le mal. » Hannah Arendt (« Responsabilité et jugement »).

      8. Citer le « moindre mal d’Arendt » ici, c’est fort de café mon cher. Alors comme ça l’électeur qui va voter Macron plutôt que s’abstenir ou voter Pénien est assimilable à un fonctionnaire de l’Etat Nazi ?
        Tout est dit.

      9. @Toutvabien :

        Si vous pensez que Macron est un « moindre mal » , c’est que vous êtes bien inconscient de ce que le mal Le Pen peut être . Vous n’êtes sans doute pas le seul ,et le relatif confort occidental de ces cinquante dernières années aura tôt fait croire que la bête est morte . Chaponik , la torture et la peau des vrais insoumis n’aura servi de rien .

        Je ne trouve encore rien de mieux à exprimer que ce que j’ai pu écrire sur la Liberté , la vraie , mise sous la même mesure que la liberté capitalo-libérale .

        Le capitalisme libéral , je peux le combattre et le faire reculer par la démocratie , le vote , les communes , les associations , les syndicats , la Loi républicaine , le regroupement , la liberté d’expression , le rapport de forces par le vote et les élus de tous niveaux que je me donne , voire même par l’argumentation auprès de ceux « d’en face » qui savent reconnaître que l’Egalité et la Fraternité sont nécessaires à la Liberté pour que l’espèce survive .

        La liberté perdue , je ne sais plus qu’aller à l’abattoir parce qu’on m’y conduit, ou à la souffrance et la mort probable parce qu’il le faut pour rester « homme » . Je n’ai pas ( plus ) les moyens de ce combat là .

        Je voterai donc Macron au second tour .

        Je voterai pour qui pourra le mieux lui dire ce que sont l’égalité et la fraternité , lors des législatives et plus tard aux municipales .
        Mais pas pour celle et ceux qui oublient la vraie nature de la Liberté et ses deux sœurs .

      10. @vigneron (de 13 h 36 ) vous êtes toujours à dégainer plus vite que votre ombre et à coté, l’arrogance ok mais votre chien cynique est triste dans niche, sans blague soulagez vos épaules, sortez-les de la tête et du guidon, parce que l’habitude de chopper au tournant le quidam, ça va… par contre j’aimerais bien vous lire, un article de vous, quelque chose de votre positionnement (je me souviens un sur des SDF). Aucun d’entre nous on le sait n’est capable d’apporter une réponse ni de s’écarter aussi facilement de l’ordre établi. Réduire ce passage d’Arendt à l’ordre Nazi sans considérer en quoi ça parle aujourd’hui (sans duplication) reviendrait à coffrer sa pensée dans sa tombe. Walter Benjamin montrait l’ange de l’histoire le visage tourné vers le passé.
        La façon dont Arendt pose la question du « moindre mal » c’est ici la somme des possibles capables d’endiguer les nationalismes et la guerre : en tant que personnalité Macron, semble apparaître pour la France le moindre mal… je suis sérieux (autant que faire se peut ☺ quant à sa stratégie, comme celle pour démocratiser l’Europe il semble qu’on en soit à des années lumières. Vis à vis des « facteurs généraux » Européen mondiaux et financiers quel rôle pourra t-il jouer ? à priori aucun, comme tout un chacun. Sur la ligne de faille un peu de Charles Péguy : « Le déterminisme (dans la mesure où il est pensable) serait la loi de l’immense déchet. »
        Thomas Piketty vs Jean Pisani-Ferry sur l’euro : faut-il mettre un nouveau traité sur la table ?
        http://www.dailymotion.com/video/x5hypxc

      11. Juannessy 26 avril 2017 à 15 h 32 min
        (à part ce que vous dites au début -visiblement nous ne nous sommes pas compris – d’accord avec vous, quoique notre point de vue respectif ne renvoie pas une même et identique image – c’est d’ailleurs pour ça qu’on aime explorer le blog

  12. Une des propositions de Macron c’est les indemnités chomage pour tout le monde, même ceux qui démissionnent.
    Voila une mesure juste, qui sort de l’ordinaire, qui ne plaira pas aux patronat, mais qui n’a aucune raison de ne pas être mise en place.
    Attendons de voir s’il tient cette promesse rapidement…

    1. Indemnités chômage pour tout le monde, moins d’indemnités pour chacun, et in fine remise en cause du système d’assurance chômage laissé exsangue, les caisses vides. Super programme en effet…

      1. Yannick L, calcul trop simpliste comme d’hab car il suffit que moins d’argent sorte de la caisse avec la baisse du chômage pour permettre de financer la mesure.
        Pénible cette façon de faire de l’économie comme on calcule au CP.

        On aime ou on aime pas le programme de Macron, mais lisez le au moins.

        Je me suis payé 5 heures de Mélenchon. J’en ai tiré une conclusion simplissime : le rapport de force est tellement défavorable à JL M que son programme n’aurait eu aucune chance d’être appliqué car personne n’aurait voulu lui prêter de l’argent. C’est du B.A.Ba.
        Rapport de force, ça vous parle ?

      2. @ Yves Vermont

        Calcul simpliste ? Vous êtes bien candide pour ne pas comprendre ce qui se trame derrière. Lire entre les lignes ce n’est pas votre fort visiblement. La baisse du chômage pour compenser le nombre croissant de bénéficiaires de l’allocation chômage ? Doux rêveur. Ce qui va se passer c’est que le chômage ne baissera pas – ou pas dans le sens que vous envisagez (il n’est pas nécessaire d’imaginer le futur, il suffit de regarder le passé – il a baissé le chômage lors du quinquennat finissant ? et le précédent ?). Le nombre d’allocataires explosera du fait de cette mesure. On nous dira qu’il n’y a plus de sous pour tout le monde dans les caisses de Paul Lemploi. Faut tailler dans le gras. Pression accrue sur les demandeurs d’emploi que l’allocation en baisse poussera de plus en plus à accepter n’importe quel job à n’importe quel prix. C’est une mécanique de fond, chère aux libéraux, qui se manifeste à des stades différents dans de nombreux pays de l’UE : déstabilisation et/ou durcissement des règles d’indemnisation pour augmenter la ‘corvéabilité’ des chercheurs d’emploi, tout en rendant la couverture de moins en moins efficace (diminution du montant et/ou de la période d’indemnisation). Ça nous amène à des merveilles du type « jobs à 1 euro » ou « contrats à 0 heures ».
        Pendant que vous fantasmez sur un programme, les libéraux construisent depuis des années une usine à transformer les chômeurs en travailleurs pauvres, et savent mettre en place les bonhommes qui vont s’atteler à la tâche.
        Il vous échappe également que quand bien même le taux de chômage diminuait, ce serait majoritairement du fait de la multiplication de travailleurs uberisés, qui dans leur grande majorité n’iront pas alimenter les fonds de l’assurance chômage. L’usine à transformer les chômeurs en travailleurs pauvres va prendre une sacré coup d’accélérateur sous Macron. D’une main on fout le bordel dans le régime d’assurance, de l’autre on propose une fausse bonne solution (auto-entrepreneuriat précarisé). Les 1% applaudiront, pendant que le pékin moyen verra sa condition empirer, sous les assauts d’une loi « travaille ! » que le candidat propose d’approfondir.
        Et pourquoi me parlez-vous de Mélenchon ? Je vous parle d’une mesure d’un des candidats qualifiés pour le second tour, et probablement notre futur président. Mélenchon l’affaire est pliée, essayez de passer à autre chose…

      3. Tiens mon commentaire à Vermont sur les rapports de force n’a pas passé la maille !

        Je tente de nouveau sous une forme atténuée :

        Les rapports de force n’est pas suffisant en soi pour prendre une décision qui va à l’encontre de ses idéaux ! Qu’on se le dise !

        J’a bon là patron ?

      4. À l’intention des modérateurs : je ne sais pas si j’utilise les bonnes balises pour faire des citations/quotes, si vous pouvez au cas où faire le nécessaire pour que le commentaire ressorte proprement…merci 🙂

        @Yves Vermont

        J’ai lu « ce truc là » comme vous dites. Un décryptage qui repose exclusivement sur les annonces programmatiques des candidats. Du sérieux quoi. Ils font le même avec le programme écrit de Hollande en 2012 ? Histoire qu’on se fende la poire un bon coup.

        Dans le résumé de l’intro :

        (…)Emmanuel Macron veut utiliser les gains attendus du retour de la croissance pour améliorer la situation des agents (…)

        Ah ça faisait longtemps, les éternelles incantations au retour de la Sainte-Croissance ! Ce qui n’a pas fonctionné lorsqu’il était ministre de l’Économie du quinquennat va tout à coup fonctionner, parce que la croissance va revenir, eurêka ! Suffit de prier un peu plus et un peu plus fort.

        Dans le genre incantations, celle-ci est pas mal aussi :

        (…)sachant que les économies sur l’assurance chômage attendues par la baisse attendue du chômage ne peuvent être envisagées comme une réduction structurelle de la dépense publique.

        Attendus…attendues…attendue…ben oui attendons ! Attendons, anaphorisons, la croissance va revenir, le chômage va baisser. Si si, promis !

        Il n’y a pas l’ombre d’un poil de cul d’analyse dans ce document, qui se contente de prendre pour acquis ce que les candidats annoncent, et ne remet d’ailleurs en rien en cause ce que je dis plus haut sur la dégradation programmée de la couverture assurantielle chômage (à moins, comme ça semble être votre cas, d’être dans la croyance que *pof* le chômage va baisser et *pof* la croissance va revenir donc *pof* tout bénèf’, Gagnant/Gagnant, Check GIMME 5 tope là). Il n’y a aucune visée prospective dans « ce truc là », on prend les inventaires à la Prévert des candidats, on les compare, et on y rajoute des sous-titres, pour les mal-comprenants. Vous confondez le mode conditionnel – omniprésent dans « ce truc là » – avec le futur de l’indicatif de vos rêves.

        Économiquement, le quinquennat Macron sera l’approfondissement (j’ai envie de dire l’aggravation) du précédent, débarrassé des oripeaux de la ‘gauche’. Dans les grandes lignes, une politique de l’offre qui ne marche pas. Politique de l’offre, doux euphémisme pour désigner un transfert d’argent public vers le privé. On va continuer de déshabiller Pierre, déguenillé, déjà fort peu vêtu, pour agrandir la garde robe de Jacques, qui peut changer sept fois de cravate par jour. Sans rire, vous attendez quoi du candidat choisi par la phynance ? Une amélioration du sort des petites gens ? Grâce au retour en grandes pompes de la croissance et de l’emploi ? Sérieusement ?

      1. @Dup,
        Chiche, faites le ! Votre employabilité va tendre vers zéro, à moins que vous ayez un job qui ne vous procure aucun joie. Si c’est un job sans intérêt, vous augmenterez de 16,6% votre salaire horaire à l’heure travaillée mais vous aurez toutefois du mal à profiter de votre congé sabbatique.

        Dérision = manque de réflexion

        J’ai même entendu dire par un LR que ce seraient les fils des riches qui en profiteraient le plus. Ils bosseraient, comme vous le dites pendant 5 ans puis s’arrêteraient 1 an et puis miraculeusement au bout d’1 an il retrouverait un boulot aussi bien payé, et aussi pointu. Dites moi ce que vous racontez à votre futur employeur: « et ben voilà, avec Macron, je peux m’arrêter une année sur 5, j’ai pris du bon temps et je voudrais recommencer à travailler ». Mais bien sûr monsieur, me répondrait mon nouvel employeur. Nous cherchons justement des branlots !

  13. La « Patrie Bienaimée » du Chon l’a dans l’os… je me marre, moi l’anar expatrié d’origine française renégat interlope cosmopolite internationaliste. Fallait choisir quelqu’un d’un peu moins ringard pour porter les idées du changement de système. Mais sa garde rapprochée mordant les mollets des dissidents nous l’imposera encore dans 5 ans.

    Avec l’age on finit par apprécier les défaites.

    Tout ceci est ridicule. Je cois davantage à la psycho-histoire d’Harry Seldon qu’à la politique française 🙂

  14. Vive la France !
    Chers Produits, nous vous félicitons pour avoir choisi la gammes de produit Micron. Vous ne serez pas déçu par son pouvoir nettoyant.
    Par contre, si un jour vous avez la sensation que le sol se dérobe sous vos pied c’est qu’on est entrain de vous « poubelliser ».
    Petit message pour tout ceux qui n’ont pas voté « produit », je doit vous annoncer la mort de la gamme de produit « débat et politique à la française ». Son remplaçant « British » avec ses reflets financiers est beaucoup plus pragmatique. Nous vous félicitons pour votre excellent choix.

    « Fin de l’annonce » – « Bon shopping dans la chaîne Superproduit Micron ».

    1. Vous tapez dans le mille.
      « Dix ans plus tard, il repère Emmanuel Macron … » Henry Etienne Marcel Hermand, https://fr.wikipedia.org/wiki/Henry_Hermand

      et la quête du graal se poursuit :
      La fondation Saint-Simon dont membres :  » Parmi les autres membres on trouvait des chefs d’entreprises tels que Jean-Louis Beffa, Antoine Riboud, Christian Blanc, Jean-Luc Lagardère, Francis Mer, des journalistes comme Jean Daniel, Laurent Joffrin, Serge July, Christine Ockrent, Anne Sinclair, Franz-Olivier Giesbert, Jean-Marie Colombani, Michèle Cotta et Jean-Pierre Elkabbach ou encore le philosophe Luc Ferry, le sociologue Alain Touraine, le politicien Bernard Kouchner et l’économiste Thomas Piketty. »
      https://fr.wikipedia.org/wiki/Fondation_Saint-Simon

    2. Remplacer Micron par Milanchon, ça marche aussi.
      Vous n’avez pas laissé un commentaire mais un petit délire verbal. Qu’est ce qui ne va pas ? Votre cerveau a-t-il pris un électrochoc, certains neurones ont-ils pêté ?
      Ou alors, vous vous êtes fait un petit plaisir ?

  15. Tiens le soleil s’est levé ce matin!
    Si on continue à croire que seule une élection, fut elle présidentielle, peut changer le système, c’est cuit.
    Il me semble que dans l’histoire les élections ont, soit entériné des événements sociaux majeurs, soit assuré la continuité.
    Pour la énième fois, une élection a assuré la continuité du système dominant et probablement sont approfondissement (s’il ne rencontre pas d’opposition sérieuse d’ici la). Il suffit de voir les ralliements automatiques sans conditions programmatiques.

  16. Vivement les élections allemandes, qu’on sache qui va diriger ce pays-ci !

    Euh… en fait, même pas la peine, la mère Angèle et Herr Nein sont aux ordres de leur patronat, et ce sera pareil si Schulz gagne.

  17. Avec Macron, c’est la politique-politicienne qui va occuper les esprits pendant les 5 prochaines années en France. Et ça commence dès aujourd’hui ! Ca va divertir les gens, mais pas leur trouver des emplois. Les financiers vont continuer a s’amuser, les robots travailler. Super. De toute manière on sait déjà que la structure du monde actuel n’a plus besoin des gouvernements pour fonctionner ‘bon an mal an’. Les belges nous l’on démontré il y a quelques années de manière flagrante. Leur situation économique s’était même améliorée pendant cette période sans gouvernement (c’était vers 2011-2012?). Allons, ça pourrait être pire! Le magicien Macron entre en scène, pop-corn!

  18. Un enseignement de la campagne et du résultat, c’est que, contrairement à ce que tout le monde disait, une alliance Hamon-Mélenchon serait passée au second tour.
    En effet, on voit bien que la somme des deux scores depuis février a toujours fait à peu près 25%, alors qu’on est passé de 15% Hamon – 10% Mélenchon à 20% Mélenchon – 5% Hamon. Le fait que la somme soit restée aussi constante alors que le poids des deux parties a radicalement évolué montre bien qu’il y a 25% d’électeurs de la vraie gauche.
    Beaucoup disaient « le tout ne fait pas la somme des parties », mais le fait est qu’ils se trompaient, et jouaient donc contre le camp de la gauche.
    Mon grand regret sera celui-là: qu’il n’y ait pas eu de candidat unique pour la vraie gauche. Je ne vais pas jeter la pierre à l’un ou à l’autre, mais c’est très triste.
    J’espère bien que dans 3 ans, il y aura qqn à gauche qui commencera à essayer de rassembler tout le monde pour être prêt 1 an et demi plus tard pour la campagne.

    1. @ Mathieu Van Vyve

      « …J’espère bien que dans 3 ans, il y aura qqn à gauche qui commencera à essayer de rassembler tout le monde… »

      Comment ça dans 3 ans ! Tout de suite, la lutte des classes ne souffre aucune interruption.

      Mais ce « qqn », c’est toi, c’est moi, c’est nous, c’est l’électorat de gauche, c’est les 25% comme tu nous nommes.

      Ensemble, et chacun dans sa sphère d’influence, nous devons demander des comptes à la stratégie désastreuse de Hamon comme de Mélenchon.

      Je ne parle même pas des syndicats de jeunes et des syndicats ouvriers, qui n’ont même pas été capable, de prolonger leur combat contre la Loi Travail, en appelant clairement à faire voter leurs adhérents pour des candidats se prononçant pour son abrogation.

      Macron va être élu. Il va être le président d’une population dépolitisée, abrutie, et sous l’influence des médias.

      Il faut politiser cette population. Dire à cette population que leur illusion consumériste va se terminer avec la plus grande catastrophe humaine de l’histoire de l’humanité.

      Le capitalisme est condamné. Une crise financière terrible arrive. Il est encore temps, mais il faut se projeter dans un après capitalisme.

      Il faut l’unité de la gauche aux Législatives. Il faut gagner les élections, et pour gagner les élections il faut exiger des directions ouvrières, non seulement d’arrêter de se faire concurrence, de se répartir intelligemment et équitablement les circonscriptions gagnables, il faut aussi exiger d’elles une clarification idéologique de la gauche. La gauche c’est le socialisme, ce n’est pas le libéralisme !

      A bas les sous-marins du libéralisme et des marchés financiers que sont Hollande, Valls et les macronistes. Il faut les exclure de la gauche !

      Vive un front unique ouvrier électoral Hamon-Mélenchon.

      On ne peut aller de l’avant si l’on craint d’aller vers les Etats Unis Socialistes de l’Europe. La lutte ne fait que commencer !

      Pas dans trois ans, immédiatement !

    2. C’est ça c’est ça, et en attendant les Travaillistes corbynisés vont prendre une veste historique dans un mois et laisser le champ libre à May.

      1. @ Vigneron

        Maestro, conjoncturellement je paris que tu as raison, c’est plus prudent et moins onéreux.

        Mais il va y avoir un krach boursier, ou une guerre, ou une dislocation du marché mondial, suite à une overdose de protectionnisme. On ne se baigne jamais dans la même Oh !

        Et là, on recommencera les paris, et c’est Corbyn qui gagnera.

        Profite bien de ton Macron, il ne fait que passer.

        Tu es bien trop éveillé pour ne pas te rendre compte que Macron est le prince charmant de la belle au bois dormant !

      2. @ Vigneron.

        « ..Emmanuel Macron – le candidat d’En marche ! – est qualifié pour le second tour face à la candidate d’extrême droite, Marine Le Pen. « C’est le scénario parfait dont le marché rêvait désespérément », a commenté, pour l’agence Bloomberg … » (Le Monde)

        Tu veux me parler de ces gens là ? Mais je sais pertinemment que Macron fait partie d’une aristocratie financière qui rêve désespérément de voir le monde continuer à leur remplir les poches.

        La France n’aime pas les aristos .
        Ah ça ira, ça ira, ça ira !

    3. Si ce quelqu’un existe , il ferait bien de commencer tout de suite à se demander sérieusement pourquoi le mariage n’a pas pu avoir lieu , et , si les enjeux diagnostiqués étaient les mêmes , quels étaient les éléments de stratégie de chacun qui restaient inconciliables dans leur nature ou leur timing .

      1. Légitimité donner par les votes et adhérents, fierté de personnes, calcules tronqué! Leurs histoires personnels rendant le mariage impossible et favorisant même la négation de l’autre, ma foi

  19. Et si, au lieu de blablater, on faisait de l’économie politique au service d’une politique. Pas de l’économie hors sol, à la merluche svp.

    Dans les faits, il y a des choses possibles, et de choses impossibles, aujourd’hui. Mais ce qui est impossible sera possible demain en faisant des choix aujourd’hui.
    Sans ces choix, l’impossible restera toujours impossible et on dira que la société française est bloquée, que …

    Les mots finissent par devenir des maux, sans jeu de mots.
    Si vous connaissez un seul économie de renom ayant démonté de façon didactique le programme de J. Généreux, publions son analyse sur le blog et discutons en.

    Bonne journée

  20. Ceux qui doivent l’avoir mauvaise c’est les militants socialistes qui ont jouée le jeu de la primaire et élu majoritairement Hamon , voir les caciques de leur parti déserter en masse peu après vers Macron , de toutes façons le PS est mort faudra le relooker , voyons « Parti Progressiste » , ça fait un peu république bananière sud-américaine , plutôt Les Démocrates , ça ça sonne bien

  21. ♪♫♫♪♪♪♫♫♫♪♫
    Dans les supermarchés « Superproduit Micron » tout est bon.
    ♪♫
    Au rayon électroménager, M. Fillon vous attend pour vous conseiller sur les super piles de la marque Matrix.
    ♪♫
    N’hésitez pas à vous arrêtez au rayon cosmétique où notre charmant collaborateur M. Mélanchon vous fera une démonstration des savons FC justement en action.
    ♪♫
    Vous savez certainement que nous somme très actif dans la promotion des emplois vieux. Justement, au rayon des alimédicaments, une bande de vieux est à votre disposition pour notre semaine de promotion des produits Soylent Green,
    ♪♫ pour rester vieux dans un corps jeune.. ♪♫

    En exclusivité mondial, venez profitez de rabais extraordinaires dans la nouvelle section réservée aux produits du terroirs Lapen.
    ♪♫ En vous donnant de Lapen, vous contribuez à la vitalité de votre supermarché préféré.. ♪♫

    ♪♫♫♪♪♪♫♫♫♪♫
    Références : http://www.pauljorion.com/blog/2017/04/23/ouf-on-peut-de-nouveau-discuter-librement-sans-se-faire-poursuivre-en-justice/#comment-612798

  22. Donc, les plus riches vont gagner – comme d’habitude.

    Normal : ils sont plus malins et moins scrupuleux que les pauvres – c’est pour ça qu’ils sont plus riches.

    Vous vous attendiez à autre chose ?

    1. Sans régulation, le système capitaliste privilégie les plus riches. C’est pas un scoop.

      Comment savez-vous que Mme Bettencourt a voté Macron ? Dites moi tout. Mes « copains » riches ont tous voté F. Fillon, je n’ai jamais réussi à leur vendre Macron. Je généralise avec Mme Bettencourt, mais je me trompe peut-être.

  23. Eh bien, il y en a qui doivent être content, après avoir flingué Mélenchon à tout va, persister à vouloir qui s’allie à Hamon, pour être mieux dépossédé de tout le boulot fait jusque là.
    Vous n’avez donc pas compris que la candidature Hamon était là pour empêcher le maximum d’aller vers Mélenchon, que toute cette stratégie est hollandiste.
    Cela aurait été plus simple d’orienter la politique des insoumis, alors que là, réjouissez vous vous aurez Macron, ou ‘autre folle qui sait, au point où nous en sommes, vous pouvez jubilez

  24. Et dire que JLM prétendait accéder à la fonction présidentielle… JLM un « homme d’Etat » défenseur des valeurs républicaines ?
    AH ?????
    Déjà, convenez que le fait que JLM ne se soit pas prononcé, effectivement, est plus que douteux ie lamentable face aux dangers du 2ème tour. En outre , sachant qu’il y a des lignes fortes de convergence entre le programme de la FI et celui de MLP, puisqu’ils ont tous deux essayé de glaner les déçus et les plus malheureux des électeurs ie les plus en souffrance, ne trouvez-vous pas cette « non-consigne » inquiétante de la part de celui qui prétendait, pas plus tard qu’hier à la magistrature suprême ?
    Qu’attend-il ? Que MLP finisse le travail de démolition et de fossoyeur de la démocratie en venant draguer la FI, l’électorat de JLM indécis ? Par son mutisme et son laisser faire relatifs aux consignes de vote, sous des prétextes soi-disant démocratiques , dont, effectivement, il ne s’est pas embarrassé quand il a fallu tourner le dos à B. Hamon et l’éjecter (nuit d’ivresse !) qui et quels intérêts JLM défend-il : ceux de son ego et de son orgueil blessé ou ceux des valeurs républicaines ?
    https://www.lesechos.fr/elections/presidentielle-2017/0212005698788-lappel-du-pied-de-le-pen-aux-electeurs-de-melenchon-2081749.php

      1. « Et dire que Gudule voulait voter » Fillon l’ honnête homme »  »

        C’est plus un biais cognitif, à ce stade, c’est l’HP direct…

        Marine sort de ce corps !

    1. La logique Gudule, la réflexion Gudule ! Une merveille de boussole, elle indique le fond. Attention, elle peut mordre si vous ne rester pas dans le sentier, une bonne chienne de berger !

      1. « Attention, elle peut mordre si vous ne rester pas dans le sentier, une bonne chienne de berger ! »

        Pire ! SATAN m’habite ! 🙂

  25. C’est bien de parler de vertu, c’est encore mieux de l’incarner , surtout avec un 2ème tour face à MLP non ?
    Pour JLM, n’était ce pas la bonne occasion de prouver sa « vertu » républicaine ? Même pas !

    1. Tssss, y aurait une vertu « républicaine » à voter Macron contre MLP ?

      Bah mon colon, à ce niveau de vertu autant rester à la maison de passe dimanche en quinze.

      Non la vrai vertu républicaine ça serait d’interdire le FN ! Mais y a personne pour ça, tous des lâches que ça arrange bien cette histoire. La preuve par le 23 avril 2017 bis repetita.

      Mais maintenant que tous l’ont laissé monter à quasi 1/4 de l’électorat, ils ne peuvent plus que nous demander à chaque saison de glisser notre petit bulletin dans l’urne. Trop facile, tout ça, rien à voir avec la vertu. Quand ça leur pétera vraiment à la gueule, je ne sais pas quand, mais question de temps, ils pleureront comme des madeleines et jureront au grand jamais qu’ils n’y sont pour rien.

      Interdiction du FN point barre !

      1. Voter contre, c’est reconnaître sa légitimité démocratique et républicaine en participant à cette mascarade !

        Voilà pourquoi plus personne ne s’étonne de voir cette bande d’enflure facho habiter le paysage public.

        Interdiction du FN , point barre souligné en gras trois fois.

      2. Sympa votre façon de régler les problèmes !

        Interdiction de la démocratie point barre !
        ou encore mieux
        Interdire d’interdire d’interdire, vous me suivez ?

      3. Ah bah oui Vermont, plus réaliste c’est sur que les petits papiers tous les 5 ans pour soigner un cancer qui se répand. Mais laissons les amateurs de médecine douce avec leur recette de grand mère, c’est ton problème pas le mien.

        https://www.youtube.com/watch?v=xt8NEsOjjsI

        Moi je n’ai aucun problème avec les interdictions et les mises hors d’état de nuire de partis néfastes et dangereux. Aucun soucis, si on met en place des systèmes ou on promeut des idées discriminantes ou dégradantes, je suis pour leur interdiction par la Loi. Si la majorité veut mettre en place des idées discriminantes, je les enferme tous. Clair, simple et précis.

        Le vote ce n’est pas la démocratie bande de pomme. C’est la Loi et le droit qui forme la démocratie. Moi je m’abstiens parce que je suis libre de le faire, c’est mon droit z’espèce de démocrates de pacotille !

      4. Attendez rassurez moi les gens, vous n’êtes quand même pas entrain de m’expliquer ici avec vos petites crottes composées de lettres et de ponctuations que pour vous la démocratie c’est : le vote ? Naaaaan ??? Ma parole, c’est la porte ouverte à toutes les fenêtre !

        Allez, les intellos du vote, sérieux vous n’êtes pas entrain de me faire cette démonstration ? Si ? Ah bah oui alors, on va avoir du boulot pour vous faire comprendre que le FN aurait du, doit, devra être interdit… M’en fout moi d’être démocrate dans une démocratie fascisante ou discriminante. Donc je ne fais pas barrage au FN par le vote mais par la Loi. Ce parti prône à la longueur de journée la haine, la discrimination, la violence, la restriction des droits, envers des citoyens ou des individus ce qui fait qu’on ne peut que démocratiquement parlant l’interdire. Compris ?

        1. «Le vote d’extrême droite doit être réduit au minimum par nos propres forces. Quelle conscience de gauche peut accepter de compter sur le voisin pour sauvegarder l’essentiel parce que l’effort lui paraît indigne de soi ? Ne pas faire son devoir républicain en raison de la nausée que nous donne le moyen d’action, c’est prendre un risque collectif sans commune mesure avec l’inconvénient individuel.»

          Mais bon, ça c’était « avant »…

      5. Quand à la position de Mélenchon, je l’approuve entièrement. C’est le seul dans cette histoire qui a respecté et qui continue à respecter ses électeurs. C’est ça la vraie démocratie !

      6. @François :

        Je n’ai pas dit autre chose que Benjamin Franklin .

        Relisez le à tête reposée et le cœur moins battant .

    2. La vertu c’est d’abord de respecter ses électeurs, notamment en soutenant sans réserve le candidat qu’ils ont choisi. Car si tous ces pseudos socialistes avaient soutenu Hamon plutôt que lui tirer dans le dos pour obtenir qui un strapontin à l’assemblée, qui un maroquin à l’Elysée, nous aurions eu un transfert d’une partie des voix de Mélenchon, suffisantes pour passer au second tour.
      Mais non, ces gens ont préféré soutenir le candidat des banquiers, libéral et antisocial, casseur du droit du travail et de la hiérarchie des normes juridiques, fils spirituel de «l’ennemi de la finance». Lol !
      Et bien non, je n’accepte aucunement ces fourberies qui nous obligeraient à voter contre notre idéal de société. Si Lepen passe, je n’aurais aucun remord, les coupables sont tous ces manipilateurs…
      Et merci de ne pas me faire le coup de la mort de la démocratie, la manipulation qui a été mise en place l’a déjà tuée.

      1. Si Lepen passe, je n’aurais aucun remord, les coupables sont tous ces manipilateurs…

        On pourrait être surpris en lisant François ci-dessus, mais on pouvait déjà lire en 1944, dans « La vérité » (sic), le journal trotskiste distribué sous le manteau :

        « En réalité, la libération de Roosevelt vaut tout autant que le socialisme de Hitler.»

      2. On a affaire là à des pyromanes, qui, ayant foutu le feu depuis des dizaines d’années en abandonnant lâchement les idéaux de gauche et surtout les travailleurs, ouvriers, etc, viennent maintenant pleurnicher à la télé en nous demandant de réparer leurs conneries, avant d’aller s’empiffrer de petits fours à La Rotonde en compagnie du banquier. Quelle honte ! Elle est où la vertu là ?

      3. « Mais bon, ça c’était « avant »… » nous dit Julien Alexandre.

        Oui, c’était il y a 15 ans. Qu’ont-ils fait nos politicars de gauche pour changer ça ? RIEN. Ils ont continué comme avant, leurs petites ou grandes magouilles, considérant que l’électeur sera toujours un bon pompier.
        Maintenant c’est à eux de prendre leurs responsabilités.

      4. Julien,

        Deux réponses sous forme de question ; d’abord suite à ta remarque du journal trotskiste « En réalité, la libération de Roosevelt vaut tout autant que le socialisme de Hitler.»
        De Gaulle, en refusant la vassalisation par dollarisation de la France par les USA, pendant la deuxième guerre mondiale, est-ce parce qu’il souhaitait garder celle d’Hitler ? » Et souhaitait-il la dictature de Staline lorsqu’il a quitté l’OTAN et demandé aux militaires américains de quitter la France ?
        https://www.monde-diplomatique.fr/2003/05/LACROIX_RIZ/10168

        La seconde, suite à ta question François, punir les politiciens, why not, mais punir la France, quel intérêt ? : Que vaut-il mieux faire, entre continuer les mêmes conneries et renforcer mois après mois le FN jusqu’à qu’il prenne réellement le pouvoir, démocratiquement (comme Hitler) mais qu’il soit trop fort pour l’en déloger, ou lancer un avertissement de grande ampleur à nos politiques en espérant que cela n’amène pas au pire (qui sera de toute manière plus maîtrisable maintenant que plus tard) ?

        Munich, Munich, Munich, rappelons-nous bien de Munich …

        Et pourtant, il y avait une loi extrêmement simple à écrire ; allez, aujourd’hui c’est bonus, je la donne ; deux articles et quelques lignes :
        Article 1 : Le vote blanc est un suffrage exprimé.
        Article 2 : En cas de victoire du vote blanc, l’ensemble de l’élection est à refaire dans les trois mois, tous les candidats précédents à cette même élection n’ont plus le droit de s’y représenter.

        C’est pas difficile, non ?

        Mais l’égo de nos politiques ne supporte pas de se voir « doubler » par une feuille vierge. Alors ils « jouent » avec la peur des électeurs, en leur imposant des candidats qu’ils ne veulent pas face à une menace de peste noire, et en les suppliant / menaçant de « bien voter ».

        Stoppons cette mascarade, votons blanc !

        1. François, ça part dans tous les sens. Je vais commencer par rappeler que je plaide pour le vote obligatoire et la reconnaissance du vote blanc comme corollaire. Comme ça on sera plus ou moins d’accord sur un point.

          Pour le reste, tracer un signe égal entre Hitler et Roosevelt, c’est la gerbe. Je ne vivrai pas dans un monde où tout se vaut, où il n’y a plus aucune échelle de valeur. Non, précipiter le chaos le plus rapidement possible n’est PAS un pari acceptable. La France n’est pas les États-Unis, et il n’y aura pas la même résilience que le système américain à l’incursion d’un psychopathe d’extrême droite comme Trump.

          Mélenchon est le seul responsable de sa défaite. Personne ne l’a obligé à avoir l’approche géopolitique qui fut la sienne, personne ne l’a forcé à foutre cette connerie d’Alba dans son programme, personne ne l’a forcé à insulter journalistes ou dirigeants politiques ou à faire dans le « tous pourris » qui lui avait valu ce dessin prophétique de Plantu, personne ne l’a forcé à faire miroiter aux péniens la sortie de l’Euro et de l’UE. Enfin et surtout, personne ne l’a forcé à amender son discours sur l’immigration pour se positionner sur le terrain de la pénienne, applaudi par toute la fachosphère intellectuelle. Et aujourd’hui, Mélenchon porte la responsabilité de ce signe égal qu’il trace entre le « banquier et le fasciste » que l’on voit fleurir partout dans les recoins zinsoumis du net. Trop, c’est trop.

      5. La vertu c’est se respecter soi même et ses expériences , et s’identifier de cœur ET de raison à ses choix .C’est pour ça que je vote Macron au second tour sans état d’âme .

        La seule vertu et respect qui vaillent pour un leader ou qui prétend l’être , c’est d’entendre ce que les électeurs expriment et de tenter de mettre en œuvre dans le temps imparti les solutions capables de répondre , sinon à toutes les sensibilités partisanes , mais à ce qui peut faire l’âme ou le génie d’un peuple dans le cadre de la République et de la Démocratie . Soit , pour nous , notre devise nationale .

        De ce point de vue , qui devrait être le plus important , je trouve plus d’intérêt dans les analyses portant sur les « fractures » que révèle ce premier tour de scrutin , que dans les biens compréhensibles frustrations enragées ( mais heureusement , j’ai appris depuis longtemps que la colère aveugle n’est pas un état durable).

        Paul Jorion ne voit qu’une fracture en deux , autour de la notion de confiance ou pas , confort ou pas . Elle est certainement la plus visible et quantifiable , mais je ne suis pas sur que la fracturation ne soit pas plus multiple qu’ainsi schématisé .

        D’ailleurs , à regarder même bestialement les résultats du premier tour, la France est coupée en 4 , voire en 5 si on tient compte des abstentions .

        La vertu et le respect est alors de trouver les moyens philosophiques ,managériaux , financiers , techniques et humains , pour que la maison soit en meilleur état du point de vue de toutes les sensibilités révélées , au bout de cinq ans .Les législatives seront le premier exercice pratique de ce point de vue .

        Mais je reste convaincu qu’il n’y a d’horizon positif possible , ici et ailleurs , que si le fonctionnement du monde change, et que pour ça la seule France ne peut être seule à faire une révolution ou des ruptures brutales d’alliance , qui ne soient pas un désastre .

        Mais si ce changement n’advient pas , ni la Loi , ni la Démocratie , ni le respect de qui , ou quoi que se soit , ni la terre qui nous porte ne survivront à la violence sans issue à laquelle seront portée, aussi bien les « confortables » que les « mal à l’aise » ( qui seront alors les premiers décimés) .

      6. « Julien Alexandre dit :
        25 avril 2017 à 0 h 35 min
        Si Lepen passe, je n’aurais aucun remord, les coupables sont tous ces manipilateurs…
        On pourrait être surpris en lisant François ci-dessus, mais on pouvait déjà lire en 1944, dans « La vérité » (sic), le journal trotskiste distribué sous le manteau :

        « En réalité, la libération de Roosevelt vaut tout autant que le socialisme de Hitler.» »

        Source , référence, quel numéro ?
        Je suis très étonné de ce « socialisme de Hitler » !!!!!!!

        1. Eninel,

          La source ? Le journal « La vérité », éditorial titré « Ils se valent tous », daté du 22 juin 1944.

          Évidemment, on va crier encore à la désinformation, au mensonge, à la propagande dégueulasse, blablabla. Alors j’invite à vérifier par soi-même : les archives sont TOUTES disponibles.

          http://www.association-radar.org/IMG/pdf/02-006-00067-01.pdf
          (page de droite, édito « Ils se valent tous », la fameuse phrase est au 7ème paragraphe)

          Dans la numéro de la semaine suivante, on avait droit à « La victoire des alliés, c’est l’asservissement de l’Europe« …

          Deux semaines plus tôt, on pouvait y lire « Fraternisons, main tendue aux soldats allemands ! »

          Je continue ou c’est bon comme ça ?

          C’est intéressant l’Histoire…

      7. Julien,

        Bien sûr que Roosevelt n’est pas Hitler. Mais il n’est pas « tout blanc » loin de là, même si l’autre était « tout noir ».

        Prenons ton hypothèse, que je ne partage pas, que « la France n’a pas la même résilience que le système américain à l’incursion d’un psychopathe d’extrême droite comme Trump.« , alors elle l’aura encore moins plus tard, lorsqu’Elle, mais aussi d’autres hélas, seront dans la situation d’être gouverné par des psychopathes. Nos hommes politiques n’ont rien fait en quinze pour résoudre le problème, crois-tu honnêtement qu’ils vont faire quelque chose demain ?

        Parce qu’avec les prochaines lois de ce « cher » Macron, le bataillon des lepenistes va grossir à vue d’œil. Voilà ce qui va arriver. Le FN sera plus fort.

        Alors oui, il est facile d’accuser le thermomètre Mélenchon plutôt que le virus Hollande and co. Mélenchon a son style, que je n’approuve pas, et son programme, nettement plus sérieux que ce qui a été caricaturé par la presse, caricatures que tu reprends gaiement sur l’air par exemple de la « connerie d’ALBA » Hé bien perso, je préfère 1000 fois que la France signe le traité ALBA plutôt qu’Elle ne signe le TAFTA. Va voir au moins ce que c’est que ALBA.

        Mais ton argumentaire, dans tous les cas, ne répond pas à ma question : sommes nous dans une situation de Munich électoral, où chaque électeur doit soit décider de continuer dans la même voie que ce qui a été fait jusqu’à présent (et notamment ces 15 dernières années, c’est-à-dire depuis le premier avertissement de 2002) ; soit dire « non » à ces conneries maintenant, pour éviter que ça nous coûte beaucoup beaucoup beaucoup plus cher plus tard.

        L’Histoire nous a déjà donné la réponse.

        1. François, si on comprend bien, il faut élire la pénienne maintenant donc… Quelle tristesse que cette gôche qui veut faire élire l’extrême droite. Monde de merde.

          Quant au « Munich », désolé mais non, Munich, c’est l’esprit des positions mélenchoniennes en matière internationale, rien à voir, mais alors rien à voir avec la situation politique en France. Faut savoir raison garder.

      8. @ Julien Alexandre.

        Je viens de faire mes recherches. C’est « La Vérité » numéro 67 du 22 juin 1944, dans un article « ils se valent ».

        Non Roosevelt et Hitler ne se valaient pas à mes yeux. Quelque soit la sauvagerie de l’impérialise US, il ne peut pas être comparé à la barbarie nazi. Même le génocide contre les indiens n’égale pas l’extermination froide et organisée de la Shoah.

        Le rédacteur de l’article n’est pas rigoureux quand il parle de « socialisme de Hitler ». C’est une faute, même si il veut peut-être parler au second degrés, mais alors il faut mettre socialisme entre guillemet.

        Je mets ces errements sur le fait que les militants trotskystes expérimentés ont été presque tous, physiquement éliminé par le stalinisme et le nazisme, que les quelques survivants, jeunes pour la plupart, manquaient de qualité et de rigueur.

        Ta citation Julien est juste. Personnellement je ne mets pas sur le même plan Macron et Lepen.

        1. Je viens de voir ton commentaire Eninel, je t’ai répondu avec les sources exactes et la collection des PDF de La Vérité, consciencieusement archivée.

          Personnellement je ne mets pas sur le même plan Macron et Lepen.

          C’est heureux à entendre dans un fil pourri par les commentaires aigris des zinsoumis devenus complètement fous…

      9. Juanessey,

        Tu dis très justement « La seule vertu et respect qui vaillent pour un leader ou qui prétend l’être , c’est d’entendre ce que les électeurs expriment et de tenter de mettre en œuvre dans le temps imparti les solutions capables de répondre. »

        Y-a-t-il eu une once d’action positive pour éviter un second 21 avril depuis quinze ans ? NON.

        Les hommes politiques, de droite comme de gauche, qui auraient cette vertu sont systématiquement mis de côté par les leaders de chaque parti. Des exemples ? Eva Joly, tiré dans le dos par ses camarades il y a 5 ans ; Corinne Lepage, idem ; Hamon, idem ; et il y en a bien d’autres. De tous les côtés.

        La raison que tu invoques ne peut fonctionner, car ceux qui sont « leaders » resteront sourds, comme ils l’ont été depuis 15 ans.

        Au contraire, voter « Macron » c’est leur dire « vous avez raison, le FN finalement n’est pas un danger, il suffit juste d’éteindre l’incendie ».

        Non, je ne suis pas un frustré enragé, j’ai juste compris que la solution que l’on nous demande de mettre en place est la meilleure à très court terme, la pire à plus long terme. Moi je regarde l’avenir de mes enfants, je veux qu’à long terme il n’y ait pas pire que ce que l’on pourrait avoir éventuellement à court terme.

        Donc c’est avec calme et détermination que je voterai blanc au deuxième tour. Car il vaut risquer une « pas trop grosse » catastrophe qu’obtenir avec certitude ‘une « énorme » catastrophe.

      10. Julien,

        « François, si on comprend bien, il faut élire la pénienne maintenant donc…Quelle tristesse que cette gôche qui veut faire élire l’extrême droite. Monde de merde.  »

        Hé bien, relis mes interventions, je n’ai JAMAIS dit cela. JAMAIS je n’appellerai à voter pour l’extrême droite.

        J’ai simplement dit que le message des électeurs du 21 avril 2002 n’avait non seulement pas été compris, mais avait été réutilisé comme étant « une assurance tout risque à toutes les conneries ». –> en gros, on peut faire ce qu’on veut, manipuler l’électeur, il suffit de lui sortir le chiffon noir et il rentrera dans le rang. Belle démocratie !

        J’ai dit que si l’on continuait ce scénario, c’était de manière CERTAINE l’élection du FN.

        J’ai dit que les hommes politiques continueront ce scénario, car c’est ce qu’ils veulent.

        Et donc j’ai dit que la seule manière d’arrêter cette mascarade, c’était de voter blanc.

        OUI, du coup il existe UN RISQUE que Marine Le Pen passe, mais comme partout, l’immobilisme est pire que tout. Et voter Macron PAR OBLIGATION, c’est dire oui à cet immobilisme. Alors j’ai dit « prenons le risque – c’est un risque, non une certitude – maintenant, plutôt que d’en avoir la certitude plus tard.

        Dans tous les cas, un président élu avec un gros taux de vote blanc (même non exprimé) aura son pouvoir diminué, de base.

        Quant à la question sur Munich, tu as très bien compris ce que je veux dire, mais tu détournes le sujet en renvoyant sur les positions internationales de Mélenchon. Si, bien sûr que si, nous sommes nous électeurs dans la même position que l’étaient les représentants français et anglais face aux allemands.

        Mais rassure-toi, l’immobilisme qui en est sorti a été très majoritairement applaudi à leur retour au pays. Ce qui sera le cas si, comme en 2002, les électeurs suivent les consignes.

        « Ils devaient choisir entre le déshonneur et la guerre. Ils ont choisi le déshonneur, et ils auront la guerre » Winston Churchill.

        Oui, l’Histoire, c’est très intéressant.

        NB : Tu as écris les commentaires aigris des zinsoumis devenus complètement fous… C’est bizarre, à te lire j’ai l’impression que l’aigreur n’est pas là où tu penses qu’elle est … Quant à la folie ma foi !
        Sache pour ta gouverne que j’ai voté Mélenchon parce que j’ai considéré que, des quatre possibles qualifiables, deux ne devaient absolument pas l’être (j’ai perdu pour l’une), et que le second qualifié n’est pas, à mes yeux, une solution pour la France et l’humanité en général. De plus, son programme était, notamment pour le côté écologique et rénovation politique, très intéressant. Ses questionnements sur l’Europe le sont aussi (revenir à une Europe sociale, qui était un des objectifs forts lors de sa création, ou en sortir sinon … car là aussi, la politique européenne plus occupée par le confort des financiers que par celui des salariés donne de nombreuses voix à Lepen).
        Je ne me sens pas encore « zinsoumi », mais si cette mascarade continue, je vais finir par l’être …

        NB2 : Eninel, nazi signifie « Nationalsozialismus », en français « national-socialisme ». Comme le programme de LePen actuel.

        1. OUI, du coup il existe UN RISQUE que Marine Le Pen passe, mais comme partout, l’immobilisme est pire que tout

          Donc plutôt Le Pen que Macron, pour éviter le « pire que tout », l’immobilisme. C’est pas grave hein, faut assumer, c’est tout.
          Le pire n’est jamais certain, sauf si on le précipite. Cette idée qui court dans le Discord insoumis que Le Pen, c’est plus facile à combattre en 2017 qu’en 2022, c’est quoi, si ce n’est une stratégie pour la faire élire ? Je reviens pas sur ton délire munichois, c’est juste absurde.

      11. @ Julien Alexandre.

        Oui enfin il ne faudrait quand même pas que votre combat, notre combat, mon combat, contre le populisme de gauche tourne à un énième procès de Moscou contre Trotsky et le trotskysme.

        Lorsque tu écris en parlant du journal la Vérité de 1944:

        « …Dans la numéro de la semaine suivante, on avait droit à « La victoire des alliés, c’est l’asservissement de l’Europe« …

        Deux semaines plus tôt, on pouvait y lire « Fraternisons, main tendue aux soldats allemands ! »

        Je continue ou c’est bon comme ça ?

        C’est intéressant l’Histoire… »

        Tu laisses supposer que les trotskystes, afin que l’Europe ne soit pas asservie par les yankees, pactisaient avec les nazis.

        Ce sont des amalgames inacceptables.

        Evidemment les trotskystes voyaient d’un bon œil l’avancée de l’armée rouge en Europe. A ce titre ils s’alarmaient de ces armées de cet l’impérialiste US « libérateur » !
        Ils s’imaginaient que la guerre et ses destructions allait, comme en 1917, provoquer la révolution mondiale, d’abord en Europe, sociale à l’ouest de l’Europe, politique à l’est de l’Europe.

        Mais leur volonté de fraterniser avec les soldats allemands (ouvriers en uniforme) n’était en aucune manière, une volonté de résister avec les nazis contre les américains. C’était un acte internationaliste de très haute importance politique, à un moment où les staliniens avec leur célèbre: « à chacun son bôche ! » suggéraient que le peuple allemand était coupable du nazisme.

        Fraterniser, main tendue avec les soldats allemands, c’est exactement ce que les soldats français, communistes, faisaient dans les tranchées, pour mettre fin au plus vite à la boucherie impérialiste !

        Tu aimes l’histoire et la morale, nous aussi, ouvriers communistes nous l’aimons. La seule morale que nous connaissons c’est celle présentée de manière générale et géniale par Trotsky, dans son : « Leur morale et la notre ».

        « … Deux classes décident du sort de l’humanité : la bourgeoisie impérialiste et le prolétariat. La dernière ressource de la bourgeoisie est le fascisme, qui remplace les critères historiques et sociaux par des normes biologiques et zoologiques de façon à se libérer de toute restriction dans la lutte pour la propriété capitaliste. La civilisation ne peut être sauvée que par la révolution socialiste. Pour accomplir ce bouleversement, le prolétariat a besoin de toutes ses forces, de toute sa détermination, de toute son audace, de toute sa passion impitoyable. Par-dessus tout, il doit être entièrement libéré des fictions de la religion, de la  » démocratie  » et de la morale transcendantale – autant de chaînes forgées par l’ennemi pour le mater et le réduire à l’esclavage. Seul est moral ce qui prépare le renversement total et définitif de la bestialité capitaliste, et rien d’autre. Le salut de la révolution – voilà la loi suprême ! … »

        1. @ Julien Alexandre.

          Oui enfin il ne faudrait quand même pas que votre combat, notre combat, mon combat, contre le populisme de gauche tourne à un énième procès de Moscou contre Trotsky et le trotskysme.

          Lorsque tu écris en parlant du journal la Vérité de 1944:

          « …Dans la numéro de la semaine suivante, on avait droit à « La victoire des alliés, c’est l’asservissement de l’Europe« …

          Deux semaines plus tôt, on pouvait y lire « Fraternisons, main tendue aux soldats allemands ! »

          Je continue ou c’est bon comme ça ?

          C’est intéressant l’Histoire… »

          Tu laisses supposer que les trotskystes, afin que l’Europe ne soit pas asservie par les yankees, pactisaient avec les nazis.

          Ce sont des amalgames inacceptables.

          Pardon Eninel, on peut se retrouver sur pas mal de choses, mais là en l’occurence il ne s’agit pas d’amalgames mais de citations verbatim !

      12. François , le père , grand -père et bientôt arrière grand père que je suis , peut comprendre la répulsion du militant à donner le sentiment de plébisciter un programme dont le substrat libéral représente ce qu’il combat viscéralement ( mais pas que lui ) .

        J’ai déjà dit pourquoi , alors que le programme de la FI était sans doute l’un des plus prospectif et vaste , ce n’a pas été mon choix final ., et pour qui j’ai voté .

        Mais le vote a eu lieu et il montre d’ailleurs , pour qui sait lire sans lunettes trop teintées, que le rejet d’un système économique mortifère est devenu majoritaire .

        Mais ça ne suffit pas , car la vraie bataille ne se joue pas sur le sol français et avec des forces nationalistes .

        C’est donc bien à la fois pour repousser qui l’on sait , et pour conforter celui qui aura à représenter la France là où ça sert à quelque chose que je voterai pour Macron au deuxième tour . J’aurais aimé le faire pour Hamon appuyé par qui aurait voulu , car il m’était apparu comme le plus apte à faire germer les solutions nouvelles permettant d’échapper à l’extermination finale entre nantis et laissés pour compte .

        Pour les législatives , faudra voir ce qui se raconte et si ces messieurs dames pensent vraiment d’abord au peuple qu’ils s’arrachent .

        Peut on faire confiance à Macron ainsi « qu’aux autres » ? Surement pas .

        Mais , s’il en a compris la nécessité , il est un de ceux qui a quelque chance de faire bouger concrètement un peu les choses en Europe . Pas tout seul .

        Si cette espérance était vaine , et bien mes descendants n’auraient que mon 2P+C et ma 206 Peugeot à se partager pour survivre un ou deux mois de plus .

        Mais du moins ne feront ils pas dans une société caporalisée , morte avant l’heure .

      13. Julien,

        Ce n’est pas une stratégie pour la faire élire, c’est une stratégie pour qu’elle ne le soit pas dans quelques années et qu’entre temps les politiques ayant eu une bonne trouille, sous la pression des électeurs, réagissent enfin.

        La probabilité qu’elle passe maintenant avec cette stratégie est très faible.

        Le pire n’est jamais certain, c’est sûr, mais il l’est quasiment lorsque l’inertie est présente. Or l’inertie politique est présente, et est bien présente.

        Dans quelques années je le crains, tu repenseras à Munich … et à sa prétendue absurdité…

        1. Bisounours va, François ! Tant qu’ils gagnent, les politiques, ils s’en foutent de savoir si c’était avec 50 % des voix ou moins comme Chirac ou Hollande.
          La seule chose que vous allez réussir à faire, c’est foutre tout le monde dans la merde maintenant et tout de suite.

      14. Juannessy,

        J’ai considéré et je considère toujours que le programme de Hamon était de loin le meilleur de tous. Il est juste trop en avance sur son temps.
        Je comprends tout à fait ta position et la respecte, mais j’ai personnellement de forts doutes sur la volonté de Macron de mettre du social dans l’Europe, vu d’une part la loi El Khomery dont il aurait aimé avoir une version 2 plus hard, d’autre part ses opinions libérales trop prononcées pour être « social-compatible ». Car dans la trilogie « Liberté – Égalité – Fraternité », il y en aura toujours une favorisée au détriment des deux autres… je laisse à chacun le soin de chercher laquelle lorsqu’on est un libéral …
        Ce n’est donc pour moi qu’une vague promesse de campagne, qui sera vite oubliée.

        Quant à ceux qui auraient des doutes sur le non changement des habitudes politiciennes, je les invite à regarder cet article :
        http://www.leparisien.fr/elections/legislatives/legislatives-les-petits-arrangements-du-ps-qui-menagent-en-marche-16-04-2017-6859842.php

      15. Julien,

        Hé bien non justement, ils s’en soucient beaucoup de ces chiffres. Ce sont des ultra-narcissiques. « C’est moi qui est eu le plus gros, j’ai droit à un gros maroquin … » Il n’y a qu’à voir le nombre de sondage qu’ils commandent chaque semaine … demande à Valls tiens …

        La comparaison d’avec 2002 sera immédiatement faite, commentée, décortiquée. S’ils comprennent que c’est la dernière fois qu’ils ont le « joker pompier électeur », crois-moi, ils se bougeront les fesses.

      16. @François :

        Je crois que j’ai compris aussi votre position et je respecte l’homme tout en regrettant sa décision, non pas parce qu’elle serait honteuse , mais parce que , sans le savoir elle accompagne une tendance historique depuis le début de ce siècle qui accepte de mettre la liberté ( celle de la devise républicaine sœur de la DHC) en balance avec la liberté du capitalisme libéral .

        Dans ce jeu là , il n’y aura pas d’avenir ( c’est ce que j’ai voulu dire en écrivant « mort avant l’heure » , dans un commentaire précédent ).

        On ne sort du cercle vicieux d’une liberté trahie par ses traductions , qu’en retrouvant simultanément se dux aautres sœurs utérines , égalité et fraternité .

        Disons qu’il y a un survivant du premier tour plus susceptible que l’autre de ne pas trop l’oublier , surtout si une assemblée parlementaire digne de celles et ceux qu’elle représente sait le rappeler .

        Si Macron veut utiliser sa jeunesse et son énergie à profit , il ne devra d’ailleurs pas se contenter de moins de « rigueur » budgétaire et de « social » , dans l’Europe telle quelle va rapidement devoir changer . J’espère que ses ambitions propres et celles de ses mentors sont autrement plus profondes .

        Sinon , nous n’aurons plus pour perspectives que celles de nous accrocher aux wagons à bestiaux des trains que d’autres programmeront …tant qu’ils croient pouvoir le faire .

      17.  » Moins de rigueur et Plus de social » bien sur .

        J’en profite pour ajouter , pour vous , mais aussi pour celles et ceux du côté des fillonistes , hamonistes , NPA , LO …a minima , qui s’interrogent sur leur attitude à venir :

        Votre choix , si possible avec quelques jours de recul sur ce premier tour , sera le bon si , en responsabilité , c’est le vôtre .

        Le plus difficile est de se mettre en responsabilité , c’est à dire tenter cet exercice impossible ( ce n’est pas Paul Jorion qui me contredira ) qui consiste à se « convaincre » que l’on décide au delà du premier choix du « corps ».

        Il y a des choses que j’ai faites  » en conscience » à quarante ans , dont je n’ai vraiment compris les motivations profondes que quinze ans plus tard . Sans en être systématiquement  » content » , a posteriori .

        Liberté , Egalité , Fraternité étendue au vivant .

      18. Juannessy,

        Tant que le FN est à 25% au premier tour, le risque du coup d’état reste pour moi faible, car de nombreux fonctionnaires, dans la police, gendarmerie ou armée, n’obéiront pas, voire même, et ils en ont constitutionnellement le droit, iront contre ce coup d’état. Je ne crois pas non plus qu’ils soient prêts à cela, dans ce parti. Je parle là au niveau organisationnel, pas au niveau de volonté politique. Par contre, rien ne dit qu’ils n’en seront pas capable dans quelques années.
        C’est pour cela que je pense que l’alerte par les électeurs citoyens doit être donnée maintenant, parce qu’après, ce sera trop tard. Ils seront trop puissants. Ne restera alors plus que l’article 35 de la DHC de 1793 !

        Je fais donc mon choix en conscience, de manière responsable, en jugeant des risques et profits que cela pourrait apporter à la communauté.

        Oui, j’ai utilisé le mot Liberté dans son sens restrictif « entreprenarial » car c’est cette notion qui est mise en avant par les politiques. La Liberté au sens noble du terme est elle plutôt malmenée, il n’y a qu’à regarder les lois « sécuritaires » de ces dernières années.

         » Un peuple prêt à sacrifier un peu de liberté pour un peu de sécurité ne mérite ni l’une ni l’autre, et finit par perdre les deux. » Benjamin Franklin.

        1. C’est une stratégie qui a vachement bien marché aux États-Unis, François.
          Tellement « délégitimée » dans sa fonction de présidente la Clinton qu’elle s’occupe de son jardin maintenant. Et on a la chance de goûter à la joie d’une présidence par un psychopathe misogyne impulsif.
          Les paris comme je les aime !

          Plus sérieusement, j’admets sans difficulté le vote blanc ou l’abstention au second tour, mais certainement pas au prétexte que Macron et la pénienne, ce seraient du pareil au même.

      19.  » Liberté , Egalité , Fraternité étendue au vivant . »

        Très vaste, juste et très beau programme, qui, le jour où il sera appliqué, montrera enfin la bonne utilisation de l’intelligence humaine. Je ne suis pas sûr que l’on ne se soit pas autodétruit avant, quand on voit l’avidité qui prévaut dans ce monde …

      20. Julien,

        Je ne suis pas au clair sur ce qui s’est réellement passé au sein du parti démocrate, mais il me semble avoir lu quelque part que Clinton n’était pas vraiment appréciée des électeurs mais beaucoup plus des financiers, ce qui a amené une campagne de dénigrement contre Sanders d’une part, un « achat » de grands électeurs fédéraux d’autre part. Bref, une belle grosse magouille. Voilà ce que ça fait lorsque l’on tente de manipuler l’électeur en lui proposant un candidat qui ne lui plait pas.
        Qui sont les coupables: les électeurs qui rechignent à voter pour des personnes qu’ils ne veulent pas, ou ceux qui tentent de les manipuler ?
        Crois-tu que notre président actuel et le ps ont tenu compte de cette leçon et ont accepté le choix des électeurs de b la primaire ?

        Quant à la qualité du candidat Macron: moins pire que Lepen oui, mais un programme social qui permettra à cette dernière d’obtenir de bien nombreuses nouvelles voix. Car casser le code du travail, inverser les normes juridiques, supprimer 150.000 postes de fonctionnaires, saupoudré d’une rigueur budgétaire dont seuls les plus faibles vont en pâtir, ce n’est pas vraiment la meilleure manière de faire revenir les électeurs du FN à la raison.

      21. @ Julien Alexandre.

        « Pardon Eninel, on peut se retrouver sur pas mal de choses, mais là en l’occurence il ne s’agit pas d’amalgames mais de citations verbatim ! »

        Verbatim à bon dos, lorsqu’il cache une pensée métaphysique, reposant sur un amalgame faux, un pur syllogisme !

        La victoire des alliés (contre Hitler), c’est la victoire du monde libre, or les trotskystes fraternisent avec les soldats de Hitler, donc les trotskystes sont contre la démocratie et la liberté.

        Et par extension, de manière subliminale :

        Macron est le candidat contre Lepen, or la France insoumise ne veut pas voter pour ce candidat, donc Mélenchon est un ami caché du FN.

        « Tous les chats sont mortels, or Socrate est mortel. Donc Socrate est un chat »

        Nous disait Ionesco dans sa pièce le rhinocéros, pour dénoncer ce type de raisonnement moyenâgeux consistant a utiliser, un syllogisme composé de deux prémisses et d’une conclusion farfelue, un paralogisme.

        Alors Julien, si tu veux que les ouvriers se mettent à voter pour ton banquier, soit un peu moins rosse avec eux !

        1. 1/ C’est pas « mon banquier »
          2/ J’ai pris des citations au hasard, pour certaines tu apportes des explications parfaitement recevables. Pour celle qui fait de la libération de Roosevelt l’équivalent du « socialisme de Hitler », non. That’s it.

  26. la vertu dans la république.

    « Montesquieu a dit que la vertu est le fondement du gouvernement républicain, comme la peur est celui du gouvernement despotique. »

    « La vérité de cette pensée ressort clairement de ce que nous avons exposé jusqu’ici. »

    « Le gouvernement républicain est, avons-nous dit, celui de la chose publique, administrée par tous dans l’intérêt de tous. Il exige, par conséquent, que les citoyens dont il se compose consultent, dans la part qu’ils sont appelés à y prendre, non tel ou tel intérêt particulier, mais uniquement l’intérêt général, et qu’ils sachent y sacrifier au besoin leur intérêt. Sans ce désintéressement et ce dévouement à la chose publique, c’est-à-dire, en un mot, sans la vertu civique, il n’y a pas de république. Elle cesse d’être la chose de tous pour devenir la proie des intrigants ou des ambitieux, exploitant au profit de leurs convoitises la portion de pouvoir qui leur est dévolue. Elle est dès lors perdue, et son nom même ne tarde pas à disparaître. Le despotisme vit d’égoïsme et de corruption, mais les républiques en meurent. »
    https://fr.wikisource.org/wiki/Les_Principes_et_les_Mœurs_de_la_République/Les_principes_républicains/V

    1. Bravo Gudule, en postant ce message dans le but d’expliquer gentiment aux électeurs qu’il faut voter comme des moutons, vous avez donné en fait la plus belle justification à mon argumentaire précédent (voir la discussion avec Julien Alexandre ci-dessus). Car je pose ici la question : qui sont réellement les « intrigants ou les ambitieux, exploitant au profit de leurs convoitises la portion de pouvoir qui leur est dévolue. […] Le despotisme vit d’égoïsme et de corruption, mais les républiques en meurent. » Qui sont là les vrais despotes, ceux qui sont les moins visibles de tous mais hélas les plus actifs ?

      1. François , 25 avril 2017 à 10 h 37 min

        ce n’est pas terrible d’essayer de récupérer mes propos pour justifier votre propos, plutôt tendancieux, lié à votre échange avec Julien. Sachant, en outre, que je ne partage pas du tout votre opinion. Ce que je trouve de réellement délétère, avant tout et de grave, c’est bien, effectivement, que malgré les élections précédentes, annonçant clairement la montée en puissance du vote d’extrême droite; il n’y ait pas eut un seul parti, ni un seul candidat qui prenne acte de ces étouffoirs ie des coquilles vides que sont devenus les partis traditionnels. Sauf que, MLP est bien, cette fois, au second tour. La rhétorique mouton, pas moutons, m’indispose et me gave au plus haut point. En outre, je n’ai pas le culte du chef et je n’ai jamais cru à un sauveur, et ce, quel qu’il soit. Ce que je vois, de possible, avec ces effondrements, c’est qu’ils vont peut-être nous donner l’occasion de prendre notre avenir en main de façon constructive et enfin nous donner l’opportunité de nous débarrasser des idéologies sclérosantes, étouffantes et mortifères et surtout de les dépasser. Les despotes ne le sont et ne le deviennent que par ce que vous leur avez donné et abandonné votre pouvoir, de décider et de discerner ! Je ne partage pas ce choix avec vous non plus.
        Qu’est-ce qui est important ? Ce qui nous unit ? Où ce qui nous divise ?

Les commentaires sont fermés.