Aux Citoyens de La France insoumise, par Arnaud Castex

Billet invité. Ouvert aux commentaires. P.J. : Je publierai bien entendu volontiers comme billet autonome les réponses qui lui seraient faites.

Avec pugnacité, conviction, créativité, vous avez bâti avec votre représentant à l’élection présidentielle, Jean-Luc Mélenchon, un formidable mouvement populaire. Il s’en est fallu de peu que celui-ci n’accède au second tour. Cette excellente progression, votre score et l’état du PS, vous assuraient la légitimité de refonder une gauche authentique, inventive et conquérante, pour consolider ces forces qui s’étaient rassemblées autour de vous durant le dernier mois de campagne, notamment les voix issues du « PS-EELV ».

Ce mouvement a hélas été stoppé net par les paroles de Jean-Luc Mélenchon dans la soirée du 23 avril, déviant d’une cohérence qu’il avait pourtant toujours su trouver dans des situations antérieures similaires.

Depuis dimanche soir il semble qu’une part non négligeable d’entre vous s’égarent de la même manière.

Si la douleur d’une défaite « relative » est compréhensible, elle ne doit pas vous aveugler : les risque courus par notre République et les dangers qui guettent de nombreuses catégories de citoyens, de résidents ou d’immigrés, si Marine le Pen devait l’emporter le 7 mai, sont réels. La violence économique sera également inévitable si Marine le Pen devait être élue. Et, effet collatéral politique d’un tel scénario : La France insoumise se désagrégera et tout ce que vous avez construit avec tant d’efforts et d’enthousiasme depuis le début de l’année 2016 sera balayé.

C’est pourquoi vous ne devez ni vous abstenir le 7 mai, ni voter blanc ou nul, mais voter pour Emmanuel Macron. Aussitôt vous concentrerez vos efforts sur votre seconde tâche, celle qui est essentielle : le renforcement de La France insoumise en vue des législatives à venir pour s’y révéler selon sa véritable nature : comme une force d’opposition résolue, voire même une force de gouvernement.

Partager :

627 réflexions sur « Aux Citoyens de La France insoumise, par Arnaud Castex »

  1. Mes actions ont fait 10 % depuis le premier tour.
    Je me rends à la raison et vot(r)e Macron en espérant +20 %.

  2. Ce monsieur Macron pour qui on nous appelle à voter sans foi ne donne aucun signe aux gens qui sont susceptibles de le faire. Il fait comme si de rien n’était, trouvant normal de se trouver en face de lepen… il ne rassemble aucunement les français, il prend déjà sa victoire au 1er tour comme un blanc-seing pour gouverner par ordonnance pendant 5 ans. Ce type est un pompier pyromane qui va plonger la France dans le chaos. Le seul moyen de le contrer sera de le bloquer au parlement (il s’en fout, ordonnance et 49.3) et d’occuper la rue…

    1. T’as tout compris, on n’en veut surtout pas des 10% d’indécrottables mélenchistes, sont en train de faire leurs preuves, de tomber le masque, sont salissants, on fera très bien sans, on les rangera à leur place, à la cave, à côté ou à l’intérieur du cageot Front Pénien.

      1. Et bien voilà, pour ceux qui hésitaient encore : « ils n’en ont rien à foutre des connards de la FI !! » (7 millions de suffrages)
        C’est bien de se dévoiler comme ça, moi perso, les mecs comme toi, je ne leur donne pas mon suffrage
        Encore merci 🙂

      2. Vite fait bien fait. « Le rangement », comme disait ma mamie, « plus tôt c’est fait mieux c’est, c’est comme le torchage de trou d’balle, on se sent mieux après ».

      3. @ Vigneron
        « on fera très bien sans, on les rangera à leur place, à la cave, à côté ou à l’intérieur du cageot Front Pénien. »

        Nous nous dirigeons peut-être en effet vers un système politique ternaire.

        Avec LR qui va se faire bouffer à la fois par EM et par FN-DLF, et sera peut-être réduit au final au même niveau que le PS, les trois forces seront l’alliance de gauche FI-PCF-EELV, le système FN-DLF-autres ralliés. Et au milieu EM-et ralliés. Le Cercle – celui de la raison. Le reste : poussières peut-être…

        Le Cercle n’aura besoin ni de l’alliance de gauche, ni du système des populistes de droite.

        Je vois que vous avez commencé le rangement.

    2. @ Meta
      « Ce monsieur Macron pour qui on nous appelle à voter sans foi ne donne aucun signe aux gens qui sont susceptibles de le faire. »

      Cela s’appelle un triomphe. Pourquoi César répondrait-il aux suppliques, non aux récriminations, que dis-je même aux exigences des vaincus, qui n’ont tout simplement rien à négocier ? Il sourit par devers-lui, un bienveillant sourire sur ses lèvres, et continue son chemin.

      « il prend déjà sa victoire au 1er tour comme un blanc-seing pour gouverner par ordonnance pendant 5 ans. »

      Mais c’est ce que c’est. Macron ne s’est pas caché des méthodes qu’il comptait appliquer, et les Français l’ont placé en tête du premier tour. Il n’a pas dit « la finance est mon adversaire », pour se rétracter au lendemain de l’élection. Il a annoncé la couleur.

      « Ce type est un pompier pyromane qui va plonger la France dans le chaos. »

      C’est possible. Nous ne sommes qu’au début de la crise politique, cela paraît clair.

      « Le seul moyen de le contrer sera de le bloquer au parlement (il s’en fout, ordonnance et 49.3) et d’occuper la rue… »

      Précisément, il se fichera du parlement. Quant à occuper la rue, c’est un doux rêve. Le président est garant de la bonne marche des institutions du pays, et force restera à la loi. Les grèves, ça se brise.

      La réalité est dure, mais c’est la réalité. Autant la regarder en face.

  3. Ça s’appelle, je crois, une rupture.

    Comme quand celui, qui depuis longtemps, fait tout, plus ou moins consciemment, pour que l’autre parte, multiplie au moment de la crise les arguments pour qu’il reste. Il fait appel à la raison, au passé, à ce qui pourrait rester de passion commune. Mais en fait il tient avant tout à se garder le beau rôle et à pouvoir se regarder dans la glace le matin en se rasant ou se maquillant.

    Ainsi va se défaire la centenaire alliance entre la gauche et le socialisme. Depuis longtemps la gauche cherchait grief ; l’autre n’était pas assez libéral, pas assez ouvert, pas assez moderne. Elle ne supportait plus ces colifichets venus d’une vie antérieure : lutte des classes, collectivisation, … Et depuis peu, elle ne cachait plus sa propre évolution vers des valeurs qu’elle considérait autrefois comme de droite : libre échange, alliances militaires, … Et pour dissimuler qu’elle n’était plus ce qu’elle avait été, elle remplaçait à loisir le social par le sociétal.
    Et la voilà, la gauche, qui s’apprête à voter, en toute bonne conscience libérale-libertaire, pour le plus répugnant des programmes de droite qu’on puisse envisager. Destruction du paritarisme, de la protection sociale, du droit du travail. Et la voilà qui fait mine de tenter de convaincre : ne pas voter ploutocrate, c’est voter nazi, c’est la shoa, c’est la guerre, c’est la faillite ; et puis il y a des moyens pour garder l’honneur sauf : manifester, pétitionner, …
    Mais voilà, l’autre en face, le camp du socialisme ne marche plus dans la combine. Pour lui, trop c’est trop, il a bouffé couleuvres sur couleuvres depuis des lustres à s’en faire péter la panse et pour quel résultat ? Aucun. Alors cette fois-ci, ce sera sans lui. Il n’aidera pas à renforcer un des camps de la droite face à l’autre. Et tant pis pour le pouvoir, et tant pis pour les risques (en fait nuls) qu’il y en ait un pire que l’autre qui l’emporte.
    (Étrangement, cela se déroule à vocable inversé, puisque la gauche se fait nommer Parti Socialiste, tandis qu’une des principales composantes du mouvement socialiste s’intitule Front de Gauche :=) )

    Bref, tout ça pour dire que ceux qui ne veulent pas que je vote blanc, comme tant d’autres, devraient déjà s’estimer heureux que nous ayons l’antifascisme suffisamment chevillé au corps pour ne pas être tentés de faire barrage aux projets dégueulasses de leur petit chouchou.

    1. Très joli commentaire ! Moi je l’aime encore notre démocratie, je peux pas me résoudre à l’abandonner à la blondasse. Ce sera un honneur de voter à vos côtés et de voter « utile » pour nous permettre à tous deux de continuer la lutte dans des conditions peut être un peu plus favorables. Chaque insoumis qui vote macron le fait aussi pour soutenir un compagnon qui ne peut s’y résoudre. La voila notre consigne de vote.

      1. Sortez les kleenex, ça donne envie de chialer tout cet amour chez les insoumis. Vous êtes formidablement complémentaires et presque auto-suffisant, comme en synbiose.

      2. @ Cloclo

        Ne vous moquez pas trop durement Cloclo, au second tour dans cinq ans vous ne serez peut-être pas si malheureux de disposer d’un choix alternatif au candidat (probablement la candidate) du système FN-DLF-autres ralliés. 🙂

        Que cette alternative s’appelle Mélenchon ou un autre, elle sera avant tout l’héritage et la continuation de la FI.

  4. Macron dénonçant Mélenchon de « trahir les siens » et fustigeant son supposé « ni-ni » semble jouer déjà pour les législatives … Le type étant un habile de chez habile on peut supposer que le clash ne lui fait pas peur – Gouverner par ordonnances pour nous protéger du pire !

    1. Ce sont les législatives qui diront ce à quoi il faudra faire face, de la part de Macron , s’il franchit d’abord la marche du 2ème tour .

      Elles diront aussi le type de relations entre l’exécutif et la nation via le parlement .

      C’est pourquoi chaque « vaincus » du premier tour seraient bien inspirés , après avoir enterré ses morts , pansé ses blessés et compté les survivants , de remettre de l’ordre et de l’analyse dans ses attendus et leurs principales traductions , et de les faire rapidement connaître . Sinon les vaincus le resteront , et les causes qu’ils annoncent défendre avec eux , pour quelques années .

      Avant le 11 juin .

  5. Voila pourquoi je voterai blanc:

    – Macron me fait vomir.

    – Je suis écœuré de ce que des amis qui semblaient défendre les valeurs des insoumis, aient tournés leur veste – sans la moindre explication – si ce n’est une peur irraisonnée des communisss, pffff… C’est triste de mélanger à ce point « l’Avenir en commun », et Staline.

    Merci beaucoup. On va se farcir 5 ans de Macron, et on se demande bien dans quel état il va foutre le pays… Grâce à vous.

    – Évidemment que Lepen serait une catastrophe pire encore.
    Mais même si les insoumis s’abstiennent, elle n’a aucune chance.

    De plus coller la responsabilité de la montée de Lepen aux insoumis qui sont les seuls à justement proposer un programme capable de faire revenir des égarés, c’est insupportable.

    Voter Macron après tout ça, non, beuââârk, c’est pas possible, c’est plus fort que moi.

    1.  » Vomir , écœuré, se farcir , foutre, insupportable ,beuââârk … »

      Vite , des sels pour la Baronne !

    2. Dominique Gagnot

      Ce que vous prônez c’est le « citoyen statistique » : le citoyen qui se détermine en fonction des fluctuations des sondages, qui compte sur les autres pour que ce qu’il ne souhaite pas n’arrive pas. C’est tout le contraire d’un engagement pour des valeurs.

      L’enjeu de cet élection c’est bien sûr de faire barrage au FN, mais pas seulement, c’est aussi de faire reculer les idées véhiculées par le Front National.

      Or s’abstenir, voter blanc, et laisser un espace pour le doute, c’est laisser un espace pour tous ceux qui tracent un signe égal entre Macron et Lepen.

      J’ai voté — in extremis Mélenchon au 1er tour, et maintenant je le regrette. Ce n’est pourtant pas faute d’avoir été averti. Les accents nationalistes du mélenchonisme ne datent pas d’hier. Notez je dis bien mélenchonisme pour le distinguer de tous les Insoumis qui préfèrent regarder ailleurs lorsque le leader dérivait, alors qu’il ne s’agit pas de dérive, mais d’une réelle stratégie.

      j’ai cru naïvement que le mouvement des Insoumis saurait mettre un frein aux ardeurs populistes du leader, et qu’un bon score Mélenchon inciterait celui-ci à se rapprocher de ceux qui à gauche représentent un autre courant, en gros tous ceux qui avaient pour préférence Hamon et ont apporté leurs voix à Mélenchon pour donner une chance à la gauche de l’emporter.

      Mal m’en a pris, c’est le contraire qui s’est produit. Mélenchon a préféré se replier sur son pré carré, tout à son idée de représenter par son courant et à lui seul l’avenir de la gauche, alors que la gauche avait tout à gagner au rassemblement, pour devenir plus forte, au lieu de quoi elle risque une fois de plus de se diviser, avec des conséquences qu’on pourra regretter amèrement.

      L’avenir pour les Insoumis, c’était de s’ouvrir aux autres forces de gauche, en proposant une plateforme commune qui réunirait les électeurs de gauche, de Poutou à Mélenchon en passant par Hamon. Mélenchon vient de fermer une porte.

      Puissent les Insoumis ne pas soumettre à leur leader qui les mène à de futurs désastres.

      Bref, la ligne Mélenchon c’est un mouvement qui objectivement renforce l’extrême-droite. On ne combattra pas l’utra-libéralisme avec des accents nationalistes.

      1. Cloclo
        Reconstuire la gauche sur la « ligne Mélenchon » vous paraît possible, souhaitable ?

    1. Il n’y a pas de peuple sans Constitution .

      La seule Constitution qui puisse assurer la cohérence réelle des intérêts et des affects sur un territoire non susceptible de prédation par « autrui » , c’est une Constitution mondiale qui consacrera un accord universel sur l’énoncé des enjeux incontournables pour la survie de l’humanité .

      Le défi , sur lequel les anarchistes et les philosophes humanistes
      ( merveilleuse émission cet après midi sur France inter , évoquant les échanges de correspondance entre Romain Rolland et Stephan Zweig ) se sont cassés les dents jusqu’à ce jour , reste à relever sous pression des conservatismes nationalistes et de l’extraterritorialité « économique ».

      C’est l’objectif du siècle , avec le soliton comme épée pour nous pousser dans les reins .

      Toute solution politique intermédiaire est forcément insuffisante , mais bonne à prendre si elle permet de progresser vers cette ligne d’horizon dans des conditions aussi démocratiques que Montesquieu et quelques autres les ont dégrossies .

      A notre portée , je ne peux espérer , de cœur et de raison , pour échapper à la honte des abandons des sans espoirs , aux guerres civiles ou aux guerres tout court , que dans un projet européen désiré , mesuré , financé , positionné par rapport aux quelques autres grands blocs « homogènes » du reste du monde , écrit dans ses attendus et ses outils ,par les européens qui se sentent le besoin et l’envie de le faire .

      Pour le coup , on serait vraiment  » en marche » , plutôt que  » crève » .

    1. Erratum c’est le ministre des affaires européennes polonais je sais pas comment je l’ai promu au parlement européen O!O

      1. Erratum c’est le ministre des affaires européennes polonais je sais pas comment je l’ai promu au parlement européen O!O

        Comment ? Par la même ignorance sans doute qui te fait imaginer que ça lui en touche une au Macron de se faire traiter de populiste par un bouffon d’extrême droite, polonais ou pas.

        Sérieusement, tu l’as lu l’article ? Si Macron pouvait en avoir un neuneu ultra-conservateur comme ça tous les jours, on aurait plus besoin de se démener pour barrer la pénienne.

      2. Un peu facile de rebondir sur un erratum, mais bon je ne peut m’en prendre qu’à moi même. Reste qu’on a la preuve qu’on peut renvoyer dos à dos Macron et Lepen avec des arguments 100% libéraux et compatibles avec les traités, fallait oser mais c’est faisable.

      3. Des arguments « libéraux » compatibles avec les traités ? Non, du bon ultra conservatisme d’extrême droite. Ça devrez vous rassurer que le Macron s’en aille en guerre contre ça.

      4. Me rassure pas qu’il s’en aille en guerre contre quoi que ce soit. Les commentaires ne fonctionnent pas sur le billet de C. Mas. Dommage j’aurais bien aimé lui souhaiter la bienvenue à la FI….

  6. « A notre portée , je ne peux espérer , de cœur et de raison , pour échapper à la honte des abandons des sans espoirs , aux guerres civiles ou aux guerres tout court , que dans un projet européen désiré , mesuré , financé , positionné par rapport aux quelques autres grands blocs « homogènes » du reste du monde , écrit dans ses attendus et ses outils ,par les européens qui se sentent le besoin et l’envie de le faire . »

    « Pour le coup , on serait vraiment » en marche » , plutôt que » crève  »

    Oui Juan, merci ! Et comme trés bien argumenté par S. Goulard, dont j’ai aussi beaucoup apprécié l’aptitude, effectivement, face aux lepénistes (vu sur bfm il y a peu ).

  7. Les insoumis ont dépassé ce soir le demi-million.
    Pour répéter PJ : pourvu que ça dure…
    Merci à ce blog d’avoir tant fait pour ce résultat même à l’insu de son plein gré…

    1. @Rosebud,
      Merci à ce blog d’avoir laisser s’exprimer une parole libre autour du débat présidentiel surtout non ?
      Mon petit RoseBouton si vous cherchiez auprès de Paul un deuxième papa pour adouber votre liaison coupable avec Jean-Luc, notez que c’est râpé …

      1. Sapristi 30 avril 2017 à 3 h 19 min

        « une parole libre » ?

        Libre de quoi ?

        La campagne (terme guerrier) d’un lobby anti-insoumis ici, a montré jusqu’où il pouvait la battre (la campagne !).

        Aucune réaction dite « psychologique » de ma part, celle qui consiste à refuser d’embrasser qui vous a maltraité, puisque depuis la prise en otage Le Pen-Chirac j’ai toujours annoncé mon refus à venir des courtisans.
        Pourquoi pas le « baiser de la mort » c’est affect tueux.

        Les rapports de force vont continuer. Votre psychologie à 2 balles éclaire votre approche.

        Si MLP est élue, ce sera la faute aux Insoumis, et à M. Mélenchon. Enfin, écrira le « lobby ».

        « Si tant de prélats mitrés Successeurs du bon saint Pierre, au paradis sont entrés Par Sodome et par Cythère, des clefs s’ils ont un trousseau, c’est la faute à Rousseau ; s’ils entrent par derrière, c’est la faute à Voltaire. »

      2. karluss 30 avril 2017 à 10 h 50 min

        Oui, c’est récurrent ici comme ailleurs de remarquer que ce type de propos, souvent qualifié d’attaques ad personam ont majoritairement une structure projective, à savoir d’attribuer à l’autre ses propres affaires méconnues. D’où une certaine difficulté :
        1/ si comme accusé vous répondez « oh ben non, pas du tout, vous vous trompez …», l’accusateur dans le fil de son aveuglement propre à l’égard de lui-même, y trouve la confirmation que vous êtes un menteur, un dissimulateur, un manipulateur, ou que sais-je encore etc.
        2/ si vous répondez « vous avez raison » l’accusateur est content. Comme quoi il avait bien raison ! C’est le plus simple à faire, mais au prix de l’opportunisme.
        3/ Si vous répondez : « peut-être » il va harceler jusqu’à la conclusion plus haut 1/ ou 2/.

        Il n’y a pas que le champ du politique qui n’est pas transparent, le champ de la personne dite privée également.

        Bref si je répondais à « Sapristi » qu’il parle inconsciemment de son transfert à Jorion, comme papa rassurant et guide pour ses propres énigmes, et qu’il suit la voix de son maître (pour rappeler le logo du chien gramophone), ça lui serait insupportable à reconnaître, et donc j’en reprendrai pour un service, voir sévice.

        Pareil, si je répondais à son affaire de parole libre, en lui demandant de m’indiquer où je peux me rendre pour éviter représailles, policières, politiques, psychiatriques, professionnelles, amicales, amoureuses, familiales, juridiques, financières, etc. je doute qu’il puisse en faire quelque chose d’autres que de m’envoyer en Corée du Nord, à Cuba, ou au Venezuela. L’avantage de ma position est que je fais la demande et la réponse, l’inconvénient est qu’évidemment je risque l’accusation d’empêcher la liberté d’expression, et l’accusation de totalitarisme…Mais au moins je fais de la pédagogie comme Jorion et Mélenchon.

    1. Bon d’un autre côté, le résumé qu’il en donne n’est pas faux :
      « expliquant que l’une représentait « la droite forte » et qu’il ne savait pas d’où venait l’autre »

      Effectivement, d’un côté une représentante de « la droite forte » suivant l’expression de François, de l’autre… un inconnu, lequel sera très probablement le gagnant.

      Ouverture du paquet surprise après le 8 mai.

  8. J’invite tout le monde à regarder la dernière émission d’arrêt sur images avec Emmanuel Todd. Ce dernier n’a pas la même lecture que vous…

  9. Je pense qu’il est vain de calculer pour chercher à faire élire Macron le plus haut possible ou le plus bas possible. Dans le premier cas, je crois que c’est aussi politiquement stupide : s’imaginer que Macron va gentiment renoncer à ses projets s’il a une majorité plus ou moins propice, parce qu’il serait conscient que beaucoup de ses électeurs l’auront élu par défaut, c’est délicieusement naïf. Mais dans le second cas, c’est potentiellement très dangereux, et peut-être aussi stupidement calculé, puisque ça donne des chances à Le Pen d’être élue tout en offrant une dynamique au FN pour les législatives.

    Le seul et simple raisonnement reste : on ne remet pas le pouvoir, la police, l’armée, la possibilité des pleins pouvoirs en cas de crise (et ça se fabrique, une crise) au parti de l’extrême-droite nationaliste. Et on fait tout pour l’empêcher, y compris voter pour que rien ne change à part quelques visages. Parce que tout changement n’est pas bon à prendre. Parce que si les gens du FN ne sont même pas foutus de trouver dans leurs rangs ne serait-ce qu’un type vaguement présentable pour un poste de président intérimaire, alors même qu’on est dans l’entre-deux-tours, qu’ils savent qu’ils sont scrutés comme jamais et qu’ils doivent rassurer pour ratisser plus large… alors on a le droit de frémir en imaginant le gouvernement qu’ils composeraient, et les conseillers qui iraient avec. En fait, avec Macron, on peut au moins être certain qu’il y aura des législatives.

    Sans approuver, je comprends que la rage et le désespoir pousse certains à refuser de choisir. En fait, après une pensée de type réflexe devant les pourtant prévisibles résultats (« il faut voter Macron »), je suis ensuite moi-même passé par une phase de doute, sous le coup de la déception et de la colère, parce que j’avais fini par y croire. Quel gâchis tout de même : il a manqué 2%. Bien sûr que ça enrage, après toutes ces années de trahisons sociales-libérales. Bien sûr qu’on enrage d’avance en imaginant le nouveau défilé des mêmes visages répétant que « cette fois-ci, on a reçu le message » tout en reprenant le « business as usual ». Mais la rage, la colère, la désespérance sont de mauvaises conseillères. On ne fait pas sauter ses chaînes avec une bombe atomique.

    Quant à la polémique sur Mélenchon et son positionnement… Malgré ce que je viens d’écrire, je peux encore le comprendre, en l’état actuel des probabilités sondagières, parce qu’il n’est pas un simple électeur, parce qu’il mène un combat politique et que, pour le futur, il est en situation de devoir calculer les effets de ses choix sur ceux pour qui la rage et le désespoir l’emportent sur la raison (ce qui ne veut même pas dire que ses calculs sont bons, notamment si des électeurs plus « raisonnables » retournent vers le PS). Néanmoins, c’est risqué, pour lui comme pour le pays, et si les sondages évoluaient dangereusement (pour le moment, ça semble s’en tenir à du grignotage), je pense que cette attitude deviendrait incompréhensible et irresponsable (son problème étant certes que s’il changeait d’avis, il avouerait implicitement l’aspect calculateur de sa posture, mais ce problème devrait alors s’effacer face au danger pour le pays, s’il est patriote et démocrate).

  10. « Ce dernier n’a pas la même lecture que vous… »

    C’est ça ! Perdu ! : Todd ou l’appel du caniveau pétainiste.

    Todd l’a dit : Dupont-Aignan est un patriote…..pas un collabo de m…!

    « Aucun candidat ne trouve grâce à vos yeux?
    « Si je décidais de voter, les deux candidats vers qui je pourrais éventuellement me tourner seraient Jean-Luc Mélenchon et Nicolas Dupont-Aignan. Ils ressemblent à des êtres humains. Jean-Luc Mélenchon est un homme de gauche, courageux sur la question allemande, mais mou sur les priorités : échapper à l’euro mortifère et passer au protectionnisme raisonnable. Mélenchon papote trop sur des sujets secondaires comme les institutions. Il n’est pas réaliste sur le plan géopolitique. Sortir de l’Otan? Surtout pas! Si l’on veut échapper à Berlin, il va falloir s’appuyer sur Washington. C’est juste le moment d’être pro-américain. La réflexion de notre gauche sur les États-Unis frôle le degré zéro : « Trump est méchant. » Aucun intérêt. En ce qui concerne Dupont-Aignan, sa constance patriotique force l’admiration et il a une netteté comme personne qui manque à Jean-Luc Mélenchon. Il y a un problème pour moi avec Dupont-Aignan : il est de droite et je suis de gauche. Mais j’adorerais que les électeurs de droite, touchés par la grâce patriotique et sociale, votent en masse pour Nicolas Dupont-Aignan! »
    http://www.lejdd.fr/Politique/Emmanuel-Todd-L-election-est-une-pure-comedie-857597

    1. Un peu d’honnêteté. L’interview de Todd date de début avril. Entre-temps, NDA s’est effectivement révélé être un crétin ou un pétainiste (ou les deux) mais, à l’époque, Todd pouvait encore le voir tel qu’il le décrit (avec une certaine ironie perceptible quand on a déjà écouté du Todd). C’est juste sa réputation de prophète qui en prend un coup (ou seulement en son pays ?).

      1. T’es sérieux là Marcel ? En avril 2017, on pouvait encore voir le conspirationniste Dupont gnangnan, soutien d’Assad, prêt à s’allier avec la pénienne depuis 2015, comme autre chose que le futur paillasson / marche-pied de la pénienne ? Non, pas plus qu’on pouvait trouver la moindre circonstance atténuante à la défense par Todd de l’actuaire Berruyer et de sa propagande poutiniste jusqu’au bout des ongles. Rien, pas la moindre excuse.

      2. Je suis sérieux, parce qu’à vrai dire je ne suis pas toujours attentif, et que je n’ai pas suivi grand chose des différentes prises de position de NDA au fil des ans, tout simplement, vu qu’il me semblait anecdotique et inintéressant pour moi jusqu’ici. Donc, il y a peu, je croyais encore a priori et en toute bonne foi qu’il était un honnête homme. Et j’imagine que Todd pouvait le croire aussi, car je me souviens d’une interview où il expliquait qu’il ne s’informait plus qu’en consultant des sites de journaux anglais, un de gauche et un de droite, qui doivent peu s’intéresser aux déclarations de NDA. Bref, je ne suis pas porte-parole de Todd et aurais peut-être dû m’abstenir de répondre à Gudule, mais l’accuser de pétainisme me semble délirant.

      3. Camille 1 mai 2017 à 1 h 43 min

        Todd, à 1h20 mn justifie d’avoir hésité entre NDA et JLM au 1er tour parce qu’il est « un dur politiquement ».

        C’est une logique qui m’apparait aussi problématique que celle défendue par les porte-voix officiels de ce blog, à savoir :
        2015 : remarquer que le FN recycle des propositions de PJ. Et se plaindre que pas la « gauche ». je cite : [C’est vrai : c’est l’expérience de Lordon, de Sapir, de Todd, de mes amis, de voir que leurs arguments – les miens aussi bien entendu – sont repris essentiellement, par quel parti ? eh bien essentiellement par le Front National en France.].voir ici :
        http://www.pauljorion.com/blog/2015/04/25/le-temps-quil-fait-le-24-avril-2015-retranscription/
        2017 : temps 1 : exprimer que le programme des Insoumis est « excellent » même si incomplet.
        2017 : temps 2 Se démener pour le vote Hamon d’abord sous prétexte de premiers sondages post primaire PS, puis de désaccords égrenés sur le manque de radicalité du programme FI, sa politique étrangère, Russie, Otan, Syrie, la diversion de la VIème etc.
        2017 : temps 3 Passer carrément au dézingage du seul programme pouvant faire revenir à gauche des égarés au FN, offrant une alternative au second tour soit au FN soit à Macron.
        2017 temps 4 : Tout en poursuivant la campagne anti-mélenchon et donc anti-FI, (ce type pas clair qui n’appelle pas à voter Macron) promouvoir le seul acte démocratique : « voter Macron ».
        Ce jeu d’usinage (de tourneur fraiseur) a un point commun avec celui de Todd, celui d’être difficilement qualifiable de « dur politiquement ».
        Pas forcément besoin d’être un intellectuel pour remarquer que les propositions du FN sont largement inspirées par des récupérations inspirées d’une ligne de « gauche ». Au point que le main stream médiatique s’offusque de parentés, au point que le FN fait un faux tract de vraies parentés etc.
        Pas besoin d’être forcément un intellectuel pour savoir que l’extrême droite depuis la Révolution d’Octobre à calqué partie sociale de ses programmes, son mode d’organisation sur l’expérience bolchevique mais in fine pour tromper ses adhérents et servir la bourgeoisie.
        Au final, l’incidence concrète des mots d’ordre circulant sur ce blog est de quelques centaines de voix, donc négligeable, au contraire des solutions techniques de réformes bienvenues mais dont seule la FI a fait son miel malgré tout l’entregent mis en œuvre ailleurs depuis des années, à commencer par Attali.

      4. 1/ Y a pas de « porte-voix officiels » du blog, c’est le blog de Paul Jorion et de lui seul ;
        2/ les positions que vous résumez grossièrement sont celles exprimées par Paul Jorion.

      5. Rosebud1871 1 mai 2017 à 11 h 06 min

        1/ PJ fait publicité de ses opinions sur son blog, que d’autres reprennent en chœur. Je nomme ces reprises porte-voix, qu’il s’agisse de l’interdiction des paris, ou des critiques grossières sur la FI et son porte-parole. En tant que modérateur officiel, vous modérez de façon très engagée, pas du tout sur le mode de votre non-engagement auprès de partis, à savoir « pour garder mon objectivité sur tous, je ne suis d’aucun ».

        2/Oui j’en suis d’accord, mais quand à plusieurs reprises je les questionne, je vous rencontre à la place qui devrait rester vide puisque silencieuse de PJ. (Et garder le silence est un droit de l’accusé dans tout procès, même d’intentions politiques !). Bref vous répondez à sa place, au sens topologique, mais à coté au sens politique.Julien Alexandre 17 avril 2017 à 18 h 23 min

        3/En quoi êtes vous empêché de faire comme lui : garder le silence ? si ce n’est que quelque chose vous autorise et vous pousse à répondre…mais de quelle place ?

      6. C’est relativement simple : je lis plus de commentaires que quiconque parmi les parties prenantes au blog. Donc j’ai l’opportunité d’y répondre car je suis en première ligne. CQFD.

        Quant à cette pseudo-neutralité que vous voudriez voir appliquer aux commentaires, vous êtes bien placé pour savoir depuis de nombreuses années que ce n’est pas et ce ne sera jamais le cas ici. Sans faire un parallèle entre les fonctions qui sont bien évidemment différentes, celle de journaliste étant autrement plus importante, une bonne modération n’est pas une modération « neutre », c’est une modération qui permet d’entretenir le débat dans les clous fixés par le média qui y accueille les commentateurs volontaires. En cela, la chimère de la modération « neutre » rejoint la chimère du journalisme « neutre » qui ne ferait que rapporter des faits.

      7. « Emmanuel Todd peut en remontrer tous les jours  »

        Sur. Exemplaire le souverainisme façon mlp, oup E.Todd…
        E. Todd, J Sapir, Villain, etc..etc Intellectuels dont les thèses sont reprises par certains groupes qui baignent dans le complotisme confusionisme néo-fascisant, si si…
        Intellectuels qui n’ont jamais contredit la reprise de leurs « brillantes » thèses nauséabondes, qui n’ont rien à envier à celle de mlp, sur ces m^mes sites ie goupes néo-fascisant : cherchez l’erreur !!!

        Bloc identitaire….une paille…
        https://www.youtube.com/watch?v=DL1lobXZsUs

        https://www.les-crises.fr/l-europe-apres-la-democratie-todd/

      8. Julien Alexandre 1 mai 2017 à 13 h 36 min
        Je ne suis pas possédé par votre relative simplicité et je n’ai aucune illusion sur la neutralité politique, ce qui ne m’a pas empêché à répétition de constater en creux sur ce blog auquel vous collaborez, un faire valoir de [c]entrisme notamment par une protection rapprochée par censure de critiques de positions outrancières exprimées par certains ; quand à « entretenir des débats », je préfère participer à les trancher plutôt qu’à les entretenir, mais je ne suis pas modérateur ni n’ai la même conception de cette notion de modérateur.

  11. Exactement, Todd n’a rien fait de mieux que d’aller donner sa caution
    malsaine à NDA qui est lui aussi allé, peu après, jusqu’au bout de sa
    ligne ultra et collabo de 1ère en rejoignant MLP avec futur poste de 1èr ministre mlp-putinien à la clé en bon vendu qu’il est !!!

    1. Le souverainisme en tant que tel est une opinion parfaitement respectable. Si vous me dites qu’il suffit d’être souverainiste pour être pétainiste ou fasciste, alors, oui, j’estime que vous êtes gravement atteinte de délire.

      Et j’irai même plus loin, vous faites le jeu des pétainistes et des fascistes en faisant perdre leur signification aux mots, comme dans la vieille histoire du garçon qui crie aux loups et que personne ne croit quand de vrais loups se présentent.

      Quand n’importe qui se fait traiter de fasciste, ça ne profite qu’aux fascistes. Si l’extrême-droite nationaliste d’origine pétainiste est aux portes du pouvoir, c’est aussi un peu grâce à ça.

      1. C’est surtout que n’importe que fasciste , pétainiste peut s’afficher souverainiste …

        Si souverainisme veut dire être « maître » de son destin , je n’en vois qu’un aujourd’hui qui soit en responsabilité réelle de répondre à l’écueil fasciste et au creusement des inégalités , porteur de l’ambition démocratique qu’il avance et des idéaux de notre devise : il passe par le niveau européen .

      2. Merci aux yeux ouverts de François Leclerc.

        On vote aussi en Allemagne bientôt . Si ce qu’il a synthétisé pouvait être aussi l’enjeu des choix allemands , l’année 2017 n’aura pas été inutile . On y verra aussi plus clair sur ce qu’on attend vraiment des négociations sur le Brexit .

        Pour tous ceux qui ont les yeux ouverts , dont les députés européens qui ne font pas de l’Europe une source de revenus pour leur propagande , c’est le moment de se faire entendre , et aux leaders , ou simples porte parole , d’en tenir compte .

        Vite .

  12. « Le souverainisme en tant que tel est une opinion parfaitement respectable. »

    La version souverainiste selon E. Todd, dont il s’agit, je vous le rappelle dans ce comment, et qui soutient également les propos de NDA (collabo de mlp de fait !), vous paraît « respectable » ?
    Par ce biais de qui faites vous le jeu ? De quels souverainistes candidats vous réclamez vous ?
    NON la position d’E.Todd ne me parait pas plus respectable que celle de NDA : allez dire à ceux qui ont vécu l’occupation ie la déportation et le souverainisme « exalté » des gens ordinaires et qui en ont combattu les conséquences délétères qu’ils « déliraient »….! Inutile d’essayer maladroitement et ce, par des contorsions rhétoriques douteuses et biaisées, de vous dédouaner de votre propre strabisme confusioniste-souverainiste Toddien : NDA est un collabo ! Je respecte mes adversaires politiques, mes ennemis je les combats. Ils sont, aussi, en général, et en particulier, trés doués pour s’enfoncer eux-même avec brio dans le marais glauque de leur propre aveuglement, comme vous le faites si bien. Inch’allah!

    D’anciens déportés dénoncent « les diables ordinaires qui préparent l’enfer »

    « Détourner le pouvoir républicain »
    « Nous ne supportons pas l’idée que les héritiers des politiques antirépublicaines que nous avons connues, puissent à nouveau exercer et détourner le pouvoir républicain. (…) C’est aujourd’hui l’extrémisme nationaliste qui risque de conquérir le pouvoir dans notre pays, et qui présente donc le danger le plus immédiat pour nos libertés et pour l’unité de notre peuple », ajoutent-ils. »

    « Peu importe que l’on nous accuse de diabolisation. Car nous avons connu les diables ordinaires qui peuvent préparer l’enfer. Nous savons jusqu’où mènent l’intolérance et l’exclusion au pouvoir. Nous en connaissons la dynamique meurtrière. »
    http://www.lexpress.fr/actualite/politique/fn/des-anciens-deportes-appellent-a-refuser-le-risque-mortel-de-l-extreme-droite_1903964.html

    1. J’avoue que j’ai du mal à vous suivre et que je l’ai l’impression que vous mélangez tout. On dirait que vous faites du mot souverainisme un synonyme de nationalisme, voire carrément de fascisme. Je ne vois que cette raison pour que vous m’envoyiez à la figure les horreurs de la seconde guerre mondiales quand je dis que le souverainisme est une opinion respectable. Mais c’est absurde : la Norvège ou la Suisse sont souveraines, que je sache ; sont-ce des pays fascistes ?

      Pouvez-vous me donner un lien vers une prise de position de Todd dans laquelle il se déclare en faveur d’une forme de souverainisme infâme et justifiant votre indignation ? Franchement, je crois que vous pouvez chercher. D’ailleurs, comme vous le citez vous-même, il est pro-américain et pro-OTAN, c’est assez rare dans le « caniveau pétainiste ».

      De toute façon, pour répondre à votre question, je ne me « revendique » d’aucun candidat souverainiste. Je suis plutôt un ex-cabri fédéraliste devenu assez sceptique au fil du temps, mais pas anti. Je ne « biaise » pas et j’essaye de « faire le jeu » d’une France et d’une Europe démocrates et progressistes. Mais pour ça il faut rassembler la vraie gauche, et ce n’est pas gagné si on se traite tous de fascistes, de rouges-bruns, de pantins du système ou de je ne sais quoi d’autre, au moindre désaccord.

      Rappelons que cette élection était gagnable, finalement. Que les législatives le sont encore. Et les suivantes. Mais il faut rassembler les électorats de Mélenchon, Hamon, EELV, et une part du vote utile de Macron, voire même du vote désespéré et peu éclairé de Le Pen. C’est potentiellement le premier parti de France. Bonne nouvelle quand même.

  13. @Marcel.
    Je PRECISE DE NOUVEAU, que si je respecte la souveraineté norvégienne, je n’accepte pas pour autant les dérives actuelles du souverainisme, version repli identitaire paranoïaque SELON E. Todd. Comme précisé, dans mon comment précédent.
    Est-ce clair ?

    Si le soutien d’E. Todd à NDA ( même avant son choix de s’allier à MLP) ne suffit pas à vous éclaire, oups…, au moins évitez de mettre sur un m^me niveau plan le souverainisme norvégien type monarchie constitutionnelle « respectable », et le souverainisme SELON E. Todd ou J. Sapir, néo-fascisant, ce sera un bon début….! Faites-vous SEULEMENT la différence ???

    « et ce n’est pas gagné si on se traite tous de fascistes, de rouges-bruns, de pantins du système ou de je ne sais quoi d’autre, au moindre désaccord. »

    Tout à fait. Demandez à E. Todd….

    [Immanquable] Todd : “L’optimisme de Manuel Valls, c’est l’optimisme de la révolution nationale et du maréchal Pétain. Lui aussi accusait les Français résistants d’être des Français pas bien !”
    « Il a également dénoncé les “interventions de l’exécutif français dans la vie intellectuelle du pays”. “Ça aussi, c’est du pétainisme. »
    http://www.huffingtonpost.fr/2015/05/08/emmanuel-todd-manuel-valls-marechal-petain-politique-videos_n_7240952.html

    Quand Emmanuel Todd accuse Hollande d’instaurer un « fascisme rose »
    Le 02.06.2016 à 12h51 | Mis à jour le 02.06.2016 à 12h51

    « Après s’en être pris à l’esprit du 11 janvier, le démographe Emmanuel Todd dénonce le fascisme rose que François Hollande serait, selon lui, en train d’instaurer en France. Une accusation porteuse de paranoïa politique et de complotisme médiatique ? »
    https://www.challenges.fr/politique/quand-emmanuel-todd-accuse-hollande-d-instaurer-un-fascisme-rose_21054

    « voire même du vote désespéré et peu éclairé de Le Pen »

    Et c’est JLM « l’éclaireur  » putinien de service ? Non merci !

Les commentaires sont fermés.