M. Macron a eu quinze jours pour mettre les choses au point, il est désormais au pied du mur

Ouvert aux commentaires.

M. Macron a eu raison de dire dans l’entre-deux-tours que ce n’était pas le moment de changer de programme car ç’aurait été trahir la confiance de ceux qui avaient voté pour lui au premier tour. Il a également eu raison d’affirmer qu’il allait de soi que certains électeurs voteraient pour lui au second tour qui n’approuvaient pas pour autant son programme puisque c’était là la règle du jeu dans une élection présidentielle à deux tours, et qu’il n’y était donc pour rien.

Il a encore eu raison d’affirmer qu’il n’a pas bénéficié d’un Front républicain et là, quoi qu’on pense de sa politique passée et de celle à venir, il faut le féliciter d’avoir su créer de lui-même une dynamique de Front républicain par son attitude irréprochable dans le débat d’entre-deux-tours, ne se démontant pas devant les attaques d’une rivale incivile qui, par sa manière de se conduire, a jeté le doute parmi certains de ceux qui s’apprêtaient à voter pour elle en imaginant qu’élue elle respecterait le cadre démocratique.

Mme Le Pen visait dans le débat télévisé du 3 mai le knock-out au premier round, or il n’a pas eu lieu. Elle a remis cela au second round, sans plus de succès. Au lieu d’adapter alors sa stratégie, elle a persisté dans la pluie d’attaques ad hominem contre son adversaire, et n’a pas tardé à s’épuiser. Elle a aussitôt perdu 6 points dans les intentions de vote pour avoir fait la preuve urbi et orbi qu’elle n’était qu’une rustre, M. Macron y a gagné 3 pour avoir encaissé sans broncher. Soit au total, à peu de choses près, le verdict des urnes aujourd’hui.

Ceci étant dit, il faudra à M. Macron, aussitôt après la passation des pouvoirs, tenir compte de tout ce qu’il a pu ignorer dans l’entre-deux-tours, qu’il s’agisse des premières mesures à prendre ou d’engager la campagne des législatives qui débutent aujourd’hui même puisque, s’il peut compter sur une large fraction des cadres du Parti socialiste qui l’ont suivi dans sa dissidence, il n’a pas pour autant d’appareil de parti à proprement parler pour soutenir son effort : fait significatif, il n’a pas été possible de recruter suffisamment d’assesseurs dans les rangs réunis d’En marche ! et du FN pour assurer le service dans les bureaux de vote.

Le fait significatif du premier tour aura été une résurgence de la gauche. Devenue parfaitement inaudible dans la période pré-électorale, elle est renée de ses cendres durant la campagne. Pas toujours cependant d’une manière dépourvue d’ambiguïté, M. Mélenchon ne regagnant du terrain sur le FN qu’en faisant siennes certaine des pires manières de ces infréquentables gens là. Son « La France aux Français », en particulier, ayant fait se dresser les cheveux sur la tête de quelques-uns d’entre nous, même si le bout de phrase était très soigneusement noyé dans un flot de considérations diverses dans un vain effort d’apparaître anodin.

Il faut que la gauche ressuscitée fasse immédiatement comprendre à M. Macron ce qu’elle représente à nouveau en termes de rapport de force dans le soutien qui lui a été apporté et lui a permis de devenir président, l’ultralibéralisme auquel il s’identifie étant lui entièrement absent du tableau, une majorité de Français s’étant résolument prononcés contre – d’une manière ou d’une autre – sur l’éventail s’étendant du très subtil à l’infiniment maladroit.

Partager :

318 réflexions sur « M. Macron a eu quinze jours pour mettre les choses au point, il est désormais au pied du mur »

  1. vigneron qui continue à fanfaronner comme Hayek et Von Mises sur l’ultralibéralisme macronien…
    A pleurer.

    1. Il peut se le permettre il a gagné, il fait parti des 20% qui appuieront la politique de Macron (et je compte bien sur lui pour en assumer le résultat, rira bien…). Plus attristant par contre le pari Pascalien plus ou moins fielleux sur la gauche ressuscitée ci dessus.

  2. Depuis le début des élections, ici, je ne sais plus où je suis, pourtant lecteur anonyme depuis perpète… La position de mr Jorion est totalement contre intuitive face à son discours général sur l’urgence écologique par exemple. Mes amis, les gens de mon âge que je connais, on s’en foutait de méluche, on sait bien que son programme n’est pas parfait, pas forcément raccord….. ce qu’on voulait c’était un peu d’espoir et un pas dans la bonne direction, et pas plus de casse sociale, de « business as usual » et tant pis pour l’environnement…. Pendant 5 ans, une bonne partie de ma génération va devoir continuer de se démerder avec les contrats précaires, la vie hors de prix, le chômage fliqué, les services publics déliquescents, tout en ayant le sourire en écoutant la vieille garde vous faire la leçon ou voter FN/Fillon alors qu’ils ont bâtis ce monde…. On ne croit plus en la politique, ni au progrès, au religieux.. on n’a plus les moyens de fonder des foyers heureux, la survie n’est pas un projet en soi. Il reste l’option de regarder ce monde sombrer en mangeant du popcorn….

    1. à Bruno Giroux,8 mai,8h39
      Je vous suggère d’arrêter de vous gaver de popcorn.Et de
      reprendre courage,en dépit de tout.Regarder ce monde
      sombrer n’est ni une option ni un « futur désirable » a
      fortiori.

      1. « Regarder ce monde
        sombrer n’est ni une option ni un « futur désirable » a
        fortiori. » C’est ce qu’on fait tous pourtant, en dépit de l’hystérie, des livres écrits, des actions individuelles ou collectives… Le rapport de force n’est pas en notre faveur. On n’a pas sauvé la grande barrière de corail, on n’y arrive pas avec les abeilles ou les grands singes etc etc etc etc etc etc etc etc etc etc etc etc etc ad lib. C’est pas des rustines sur une jambe de bois, mais sur un incendie ! Alors, regarder sombrer ce monde et se préparer au suivant, pourquoi pas ?

    2. Bruno Giroux 8 mai 2017 à 9 h 39 min

      « ici, je ne sais plus où je suis »

      Vous n’êtes pas seul, mais ça ne vous consolera pas. À défaut de guide ou de panneaux indicateurs parfois trompeurs, tentez de vous repérer avec au moins un point fixe genre boussole, mais c’est connu 3 points de repères c’est mieux pour localiser où se trouve le repaire problématique.

  3. Message de Hamon reçu ce matin sur ma boite mail (je remets en gras ce qu’il avait mis en gras …) :


    Cher-e-s concitoyen-ne-s,

    Je félicite Emmanuel Macron pour son élection à la Présidence de la République. Le sens de l’intérêt général m’invite à souhaiter qu’il réussisse. Je félicite aussi les citoyens français venus nombreux lors des deux tours de cette élection faire vivre notre démocratie et choisir d’utiliser le bulletin de vote portant le nom d’Emmanuel Macron pour écarter un péril majeur pour la République : l’arrivée de l’extrême droite au pouvoir.

    Je note cependant le score historique de Madame Le Pen. Cela m’invite à aller à l’essentiel. Si 63% des Français ont voté pour Emmanuel Macron, cette majorité n’existe pas pour démanteler le Code du travail par ordonnance. Elle n’existe pas pour augmenter la CSG et supprimer l’Impôt de Solidarité sur la Fortune. Elle n’existe pas pour diminuer le nombre de fonctionnaires et laisser disparaître les services publics, dégrader l’hôpital et les écoles. Elle n’existe pas pour approuver les traités de libre-échange.

    Parce que, ce soir, nous n’avons trouvé de majorité que pour dire non à l’extrême droite, c’est à l’occasion des élections législatives des 11 et 18 juin prochains que vous allez choisir la politique que vous souhaitez pour la France, pour la France en Europe, pour vous-mêmes et vos enfants.

    Je veux porter, avec toutes les forces de gauche :
    – L’urgence de solidarités nouvelles face aux mutations du travail (à l’ubérisation et la précarisation effrénée des emplois), mais aussi des existences, que nous soyons jeunes ou âgés.
    – L’urgence d’améliorer le pouvoir d’achat des salariés, des retraités, des classes populaires et moyennes.
    – L’urgence de la transition écologique, absente de manière irresponsable du débat et des projets de Madame Le Pen et Monsieur Macron, et qui représente un formidable gisement d’emplois. Cette urgence est aussi celle de la prise de conscience que nous devons et ne pouvons plus produire et consommer comme si les ressources naturelles étaient inépuisables et la planète invulnérable.
    – L’urgence de sortir d’une démocratie intermittente se résumant à un scrutin majeur tous les 5 ans, où les projets s’effacent derrière le vote utile. Il faut passer à la 6ème République.
    – L’urgence d’en finir avec l’austérité en Europe sans pour autant jeter l’Europe aux orties.

    Ces cinq points, présents dans la plupart des projets des différentes sensibilités de la gauche et des écologistes en France et en Europe, peuvent constituer la base d’une plateforme commune à toute la gauche française pour gouverner dès le 18 juin.
    Si la gauche se rassemble, elle peut être majoritaire à l’Assemblée nationale.
    Soyez en certains.

    Nous, hommes et femmes de gauche par conviction, que nos cultures soient socialistes, écologistes, citoyennes, communistes, insoumises, hommes et femmes sincèrement désireux de faire gagner la gauche, il nous appartient de surmonter les antagonismes des partis, les vieilles rancunes, les sectarismes et les stratégies de démolition. Il faut un maximum de candidatures d’union à gauche pour les élections législatives. J’y suis prêt. Dès ce soir. Je soutiendrai par delà les étiquettes les femmes et les hommes sincèrement engagés dans cette démarche de rassemblement, première étape d’une renaissance et d’une reconstruction de la gauche française.

    Nous avons fait barrage au pire. À nous de construire le meilleur.

    Fidèlement,

    Benoît Hamon

    La dernière « urgence » va être difficile je le crains …

    1. C’est parti hier en fait (d’où le 63 %… au lieu de 66 %). Aucune remise en cause, aucune réflexion sur l’échec patenté, on fait comme si rien ne s’était passé…

      1. Sur le blog ? Il me semble que ce qui a été entrepris sur le blog ces derniers mois a bien au contraire été couronné de succès.
        Je parlais évidemment de l’email de Benoit Hamon.

      2. Julien Alexandre 8 mai 2017 à 11 h 10 min

        « ce qui a été entrepris sur le blog ces derniers mois a bien au contraire été couronné de succès ».

        Je vous adresse mes félicitations, après les avoir déjà adressé au Vigneron de service.

      3. Pour l’intro (j’ai pas lu plus loin, faut pas exagérer). On dirait presque un billet de Jorion lol 🙂
        A ceci près qu’il félicite « les électeurs venus nombreux aux deux tours »!!!! ça, même Jorion à pas osé, c’est dire !

    2. Oui, ça, l’autocritique … Quand je dis qu’il leur faut un gros coup de pied au cul …

      A 66% pour Macron contre 82% pour Chirac, ça fait bien haut pour qu’ils se remettent en cause. Les 12% de blancs et nuls sont bien mais encore insuffisants (à noter en passant que le « score » des blancs et nuls fait parler de lui, alors que le hashtag #pasmonpresident, jamais entendu parlé ….)

      Pour résoudre le problème du « oui ou non » pour rester dans l’Europe si les négociations échouent, je pense que le plus simple serait qu’ils proposent, les Hamonistes comme les insoumis, que le choix soit tranché par les électeurs lors d’un référendum. C’est cela la vraie démocratie.

      1. Même avec ce taux de blancs/nuls, il fait 44 % du corps électoral, donc un peu mieux élu que Mitterrand en 81 ou Sarkozy en 2007, donc le procès en légitimité va être compliqué. Surtout que ces blancs/nuls ne disent pas tous la même chose. Pour établir un rapport de force, il faut se compter autrement.

      2. Julien, vous comparez ces 44% lors d’un vote « contre » à ceux de Mittrond ou sarko ?? Euh… comment dire…

      3. Oui, pour la « légitimité » du vote, étant donné qu’il n’est pas possible de donner de signification particulière à un vote blanc ou nul en l’état, alors sa « légitimité » ne peut être remise en cause.
        Ce qui ne signifie pas qu’il ne faille pas que s’instaure un rapport de force derrière pour peser sur la vie politique française.

      4. Ah, sa légitimité à l’intérieur du système électoral, ok. Par contre en ce qui concerne sa légitimité « populaire » on est loin du chèque en blanc…

      5. « le plus simple serait qu’ils proposent, les Hamonistes comme les insoumis, que le choix soit tranché par les électeurs lors d’un référendum. »
        « Non » en 2005 !
        et
        « Oui » un peu plus tard §
        Grâce à qui ?

      6. « Même avec ce taux de blancs/nuls, il fait 44 % du corps électoral, donc un peu mieux élu que Mitterrand en 81 ou Sarkozy en 2007, donc le procès en légitimité va être compliqué.  » Nous dit JA.

        Quand je vous disais que voter était un piège à cons. Y en a encore qui contestent ?

        En revanche moi ce mec n’est pas mon Président parce que je m’en cogne de ce pays la fRance, un vieux truc du passé de l’histoire de l’Homme ces pays et ces structures organisationnelles. Juste bon à faire de vous de gentils petits supporters minables qu’on fait gueuler au match tous les 5 ans. Même les footeux sont moins bêtes, au moins y mangent des merguez et boivent du pastaga entre eux avec plaisir. Et quand le match est truqué, ils cassent tout ! Alors que vous êtes tristes, mais tristes, bêtes, mais bêtes.

    3. @François (8/5 à 09h47)
      Et ceci : ??
      ………………………………..
      http://lelab.europe1.fr/le-ps-passe-a-la-trappe-le-programme-de-benoit-hamon-dans-sa-plateforme-legislative-3321386#utm_campaign=Echobox&utm_medium=Social&utm_source=Facebook&xtor=CS1-26&link_time=1494008578

      Le PS passe à la trappe plusieurs propositions phares de Benoît Hamon dans sa « plateforme législative »

      Publié à 20h13, le 05 mai 2017 , Modifié à 21h20, le 05 mai 2017

      Le Parti socialiste est pressé de tourner la page de la présidentielle après le score particulièrement décevant (6,35%) obtenu par le candidat socialiste Benoît Hamon au premier tour du scrutin, le 23 avril. Un peu trop, même. Désormais tourné vers les législatives, le PS a élaboré sa plateforme programmatique, sous la houlette du député de Seine-Maritime Guillaume Bachelay.

      Paris Match s’est procuré ce vendredi 5 mai ce texte de trois pages intitulé « un contrat clair pour la France, une gauche constructive et solidaire », décliné en une vingtaine de propositions. Surprise : plusieurs propositions phares du programme présidentiel de Benoît Hamon ont disparu. C’est le cas du revenu universel d’existence, du 49-3 citoyen, de la reconnaissance du « burn out » comme maladie professionnelle ou encore de la sortie du diesel à l’horizon 2025 et de la sortie du nucléaire.

      Le document du PS reprend en revanche plusieurs propositions d’Emmanuel Macron, comme « la suppression de la taxe d’habitation pour 80 % des foyers », alors que les socialistes avaient émis des réserves sur ce sujet durant la campagne.

      Selon la porte-parole du PS Corinne Narassiguin contactée par l’AFP, cette « plateforme législative » reprend des éléments « consensuels » issus des « cahiers de la présidentielle » rédigés par le PS, et du programme de Benoît Hamon. Guillaume Balas ne partage pas ce point de vue. Joint par le Lab, le député européen socialiste proche de l’ex-candidat du PS estime pour sa part que ce programme « n’est pas au niveau » en matière de « densités des propositions ». Il ajoute :

      Il y a des appels du pied à Emmanuel Macron qui sont incompréhensibles. Ils ne correspondent en rien à ce qu’était la plateforme sur laquelle les socialistes se sont engagés, celle de Benoît Hamon. Nous souhaitons discuter de cette plateforme car il n’y a pas eu de changements substantiels malgré nos remarques. Je ne pensais pas que nous serions aussi faibles par rapport à Emmanuel Macron. Certains se disent sans doute ‘on va essayer de s’en sortir en étant gentil vis-à-vis de lui’.

      Le PS lancera officiellement mardi sa campagne pour les législatives en réunissant à la Mutualité à Paris ses candidats, en présence du Premier ministre Bernard Cazeneuve qui doit la conduire. Une réunion du bureau national (BN) du parti, qui s’annonce donc houleuse, se tiendra au préalable dans la matinée. C’est à cette occasion que les membres du BN examineront une plateforme programmatique pas encore adoptée mais déjà décriée.

      1. « en présence du Premier ministre Bernard Cazeneuve qui doit la conduire » : rien que ça, déjà …
        Pourquoi pas Babar tankoniais.

      2. Au premier tour, je sais déjà pour qui voter :

        1) candidat d' »Union de la vraie gauche » si elle existe ;
        2) EELV ou Insoumis, si elle n’existe pas ; l’étiquette PS sera pour moi plus que douteuse.

        Le message de Hamon montre un vrai pas en avant vers une collaboration active avec France Insoumise, chose qui était compliquée à faire du fait de la légitimité de la primaire à gauche. Pour les législatives, il n’y a pas de primaire …

        Si le PS modifie le programme Hamon pour le macroniser, il est évident qu’un candidat PS qui présenterait ce-dit programme aura toutes les chance de le retrouver dans ma corbeille à papier !

        Je crois bien qu’en faisant cela, ils visent le 0% aux élections…

      3. Pas étonnant, pourtant…
        Le PS a joué Macron dès l’investiture de Hamon. Il a fallu attendre plus d’un mois pour que Cambadélis rappelle à l’ordre (bien mollement) les « récalcitrants », Valls et tout le gouvernement notamment.
        Il me paraît évident aussi que la plupart des candidats PS seront « EM compatibles ». C’est déjà le cas chez moi !

    4. @ Hamon

      « …Nous, hommes et femmes de gauche par conviction, que nos cultures soient socialistes, écologistes, citoyennes, communistes, insoumises, hommes et femmes sincèrement désireux de faire gagner la gauche, il nous appartient de surmonter les antagonismes des partis, les vieilles rancunes, les sectarismes et les stratégies de démolition. Il faut un maximum de candidatures d’union à gauche pour les élections législatives. J’y suis prêt. Dès ce soir… »

      Oui mais de toi Benoit on s’en fout !

      Ce n’est pas de l’opinion d’un dirigeant social-démocrate que peut venir le salut: « …J’y suis prêt. Dès ce soir… », mais d’un collectif, d’un parti politique.

      Il faut une clarification au parti socialiste, entre la ligne Hollande-Valls et celle de Hamon- Montebourg. Elles sont antinomiques, elles sont incompatibles et destructrices.

      Nous n’avons pas affaire entres deux ligne de gauche, mais chez les Hollande et Valls la volonté affichée d’en finir avec la gauche et le Parti Socialiste.

      Un Congrès extraordinaire, une Conférence Nationale, une consultation des adhérents via internet, quelque chose qui permette à la direction du PS de s’exprimer clairement, d’être au cœur du nécessaire rassemblement à gauche pour gagner les élections.

      Faudra-t-il organiser des manifestations devant Solférino pour se faire entendre ?

      Ou Benoit Hamon, à la tête des socialistes mène ce combat jusqu’à sa fin logique, ou c’est lui qui portera la responsabilité de la défaite.

      la seule légitimité d’une fronde c’est son succès !

      1. Je n’ai bien sûr pas la science infuse mais je sens venir « gros comme (….) » que le PS va renaître aux législatives dans la sphère du grand parti libéral de Macron, où nous trouverons les socio-libéraux, les démo-libéraux et les ultra-libéraux, on les appelle comme on veut mais toujours des libéraux.
        Si Hamon, Montebourg et les « frondeurs » veulent redonner du sens au mot « socialisme » il faut qu’ils quittent ce parti pour rejoindre une grande alliance sociale-démocrate avec la FI de Mélenchon et les autres forces dites « socialistes ».
        S’ils ne le font pas ils restent dans la sphère libérale. Réponse imminente !

      2. Euh Eninel je sais pas comment te le dire pour pas trop te brusquer mais LA DEFAITE A DEJA EU LIEU !

      3. Dup dit :
        8 mai 2017 à 17 h 37 min
        « Euh Eninel je sais pas comment te le dire pour pas trop te brusquer mais LA DEFAITE A DEJA EU LIEU ! »

        Ah bon ! Merci docteur, vous ne me brusquez pas à me parler franchement comme vous le faites.

        Mais vous savez on rentre dans un monde où les victoires d’aujourd’hui deviennent rapidement des défaites, et inversement.

        Prédire ce soir ce qui peut se passer demain matin devient hasardeux.

        On avance, le mieux c’est d’avancer « groupir », et on voit !

        En Marx !

    5. L’avantage des cinq urgences énoncées par Hamon ( j’aurais mis la cinquième en n° 1 par ordre …d’urgence , car c’est là que se joue vraiment notre destin et celui des autres peuples européens ) , c’est qu’elles renvoient à des chantiers qui peuvent être ( et sont ) dans les préoccupations …. de tout le monde , … y compris de En marche .

      L’inconvénient , c’est que FI , LR , PS , UDI , centre , FN n’ont pas les mêmes réponses ( et parfois même opposées ) à ce quintuple questionnement .

      Un mois pour que ça s’éclaircisse ou que ça finisse de s’embrouiller .Mais les cinq sujets méritent , Ô combien , d’être dans le débat des législatives .

      Sur la  » percée » ou la victoire par défaut de Macron :

      Tous les partis auraient tort de croire que sa « marche » n’a été possible que par la qualité du bonhomme (qui n’est qu’un homme comme les autres , et les autres seraient bien inspirés pour notre bien à tous de ne rester que des hommes – ou des femmes – qui cherchent plus qu’ils ne démontrent ) , ou par la chute de Fillon et la présence du FN .

      Si comme vraisemblable , l’adhésion à EM , peut être évaluée à 22 % , et même et surtout si elle n’est pas provoquée par les arguties rationnelles traditionnelles , les trois ou quatre autres « repères » habituels doivent s’interroger sur la signification de cette appétence inattendue à un niveau ,qui , sans être une vague , se révèle plus porteur de désirs que des schémas qui oscillent entre 8 et 20 % chacun .

      1. Juannessey,

        Je pense qu’il y a à la fois du désir pour certains, du rejet des partis traditionnels considérés à tord ou à raison comme corrompus ou carriéristes pour d’autres (dont le rejet ne se manifeste pas pour autant vers un vote extrême droite).

        Je parle là de ceux qui ont voté « par conviction » pour Macron, ce qui ne correspond pas à l’ensemble des voix du premier tour. Probablement un peu plus de la moitié.

        Ce mouvement peut avoir une dynamique positive et s’amplifier, ou au contraire se dégonfler comme une baudruche…

      2. Je ne sais pas penser à la place de millions d’individus , et ne sais que repérer des grosses masses à peu près homogènes , en évitant les sous catégories que seules mes a priori partisans sauraient détecter et mesurer .
        Je sais par contre relever quand « il se passe quelque chose » qu’il ne faut pas ignorer .
        J’ignore si ça fera « boule de neige » ou si ça se « dégonflera ».
        Je sais que c’est le vote qui le dira et que ça n’a rien à voir avec mes modestes intentions .
        Et , comme c’est parti , les intentions des partis ne compteront sans doute pas trop , pour l’essentiel .
        Le pays dira ce qu’il a envie de dire , en gros , sans « simagrées » , ni hashtag , ni vote différencié autrement que par abstention , blanc , nul , candidats .

        Et que sera bien ainsi .

  4. La République (bourgeoise censitaire) est peut-être sauvée, mais la démocratie (gouvernement du peuple, par le peuple, et pour le peuple) est morte en ce soir du 7 mai 2017.

    Triste jour pour notre pays, la France n’est plus depuis longtemps le pays des « hommes libres » (Attesté à la fin du VIe siècle sous la forme latinisée francus (« homme libre »).

    Il était une fois le pays des « hommes libres »… RIP

    1. Juste retour des choses au vu de la quantité d’hommes sauvages que les hommes libres ont asservis?

  5. Un constat :
    Assurément au concours des Belles âmes Monsieur Jorion est parti dans le peloton de tête.

    Une requête :
    Monsieur Alexandre, recopiez ceci XVSJKLLs56 et prouvez que vous n’êtes pas un robot.

      1. Merci pour cette « confirmation »…
        Je ne suis pas toujours d’accord avec ce qui se dit ici mais au moins je peux le dire, donc,
        Re-merci
        à toute l’équipe.

      2. Oui Oriolus mon brave,

        La dictature c’est ferme ta gueule, la démocratie c’est cause toujours.

        M’enfin vous débarquez, ici c’est la démocratie en attente de modération. C’est mieux que rien mais ce n’est pas tout.

  6. Bonjour,

    J’ai fait un infarctus hier soir,

    Puis j’ai pensé à st Exupéry : ‘l’on ne voit bien qu’avec le cœur, l’essentiel est invisible pour les yeux’

    Etant pas de gauche, plus du coté de la droite,

    quand à ce matin, Mr Le Foll qui met en garde contre ceux qui veulent rentrer dans l’opposition au PS, Ou Mr Le Maire, qui de même, met en garde contre ceux qui veulent rentrer dans l’opposition au LR, soit disant pour l’intérêt général.

    Pour ma part, depuis 20h01 hier soir, je suis dans l’opposition, c’est mon cœur qui parle, et c’est pour l’intérêt général de mon pays.

    Personne

    1. L’infarctus , c’était au ventricule gauche ou droit ?

      Pour l’intérêt général , on lui laissera compter les voix et les cœurs à chaque élection .

      1. Visiblement, c’était sur le droit … pourtant, le portefeuille n’aura rien à craindre, vue les futures mesures de Mr Macron !

  7. Etat du pays appelé France au lendemain du 7 mai 2017, et désormais étiqueté « Marque France ».
    Un bon tiers des inscrits se sont soit abstenus, soit ont voté blanc ou nul. En ce qui concerne les premiers ce comportement exprime soit un désintérêt pour la chose publique, soit une manière de protester en refusant de légitimer le choix final. Pour les blancs ou nul, il est clair que ce sont des électeurs citoyens actifs qui expriment ainsi leur refus du choix proposé.
    Maintenant, si l’on regarde ce qui s’est passé du côté des exprimés : un bon tiers, victimes réelles ou imaginaires, du système économique en place ont protesté en votant pour la candidate présentée comme un péril sans retour pour la République. Dans les deux tiers qui ont voté pour le candidat de la « mondialisation heureuse », une bon tiers sont inclus (bien qu’à des degrés divers) dans le système et tiennent à ce qu’il se perpétue, quant au deuxième tiers il navigue entre deux eaux, et se mobilise pour le candidat « du moindre mal », bien qu’il le fasse souvent à contre coeur, sachant que le moindre mal n’en demeure pas moins un mal.

    Voilà, je souhaite bon vent et bonne mer au capitaine Macron, qui représente moins d’un français sur cinq si l’on se réfère au premier tour. Car vu les divisions de l’équipage, des passagers du « navire France » au soir de ce deuxième tour, et l’état de grosse mer qui s’annonce au niveau international, il va falloir un vrai homme d’Etat à la barre, et pas seulement un manager, ou un chef de projet de « startup ».
    .

  8. Plus de 170 commentaires après suite à l’élection d’un jeune de 39 ans, certes formaté et tout…

    Mais pas une seule fois le terme « élan ».

    Dingue

    1. Comment évoquer l’élan d’un homme qu’on aurait vu fêter la victoire dans les labyrinthes de la Défense et qui y imagine un pont avec le palais de chasse d’un Louis.

      Certainement il s’agirait d’un autre élan

    2. Yacoute combien la domestication des élans surtout regroupés en troupeaux ? L’Evène-ment est à vérifier en cyberie. Mais un élan de 35 ans, l’évène vous dira à quoi il reste bon.

      1. « Les gaulois n’ont pas changé. Leurs chefs détestent obéir. Mais ils adorent discuter. »

        Charles de Gaulle

    3. Le seul élan que je vois, c’est qu’avec la loi travail II par ordonnance (ah la démocratie, quelle plaie ! Heureusement qu’il y a les ordonnances comme au temps de notre bon roi Louis …) on va assister effectivement à un nouvel élan de désespérés vers le Front National, qui ne sera plus à 23 % au premier tour, mais à bien plus, 30 à 35 %.

      Donc si c’est de cet élan là dont vous voulez parler, et bien, comment dire, …

      Merci pour l’élan ? 🙁 🙁 🙁 🙁

    4. Tenir l’âge du candidat pour un critère politique d’excellence.
      Et certains, plus haut, parlent de rationalité …
      La décadence et la médiocrité gagnent du terrain partout.

      1. Merci.
        D’autant que politiquement pour l’instant, à part prendre des mesures catastrophiques pour les travailleurs et négocier des deals contraires aux intérêts nationaux, il n’a strictement rien fait.
        M’enfin, il échappera peut-être à ses maîtres, sait-on jamais…

    5. Y a de jeunes vieux et de vieux jeunes. Vous aussi vous succombez aux mathématiques stupides ?

      En revanche si Elan était un clin d’oeil à sociale démocratie scandinave, bravo !

  9. @ JC Mailly

    « …Mailly (FO) inquiet de voir Macron « légiférer par ordonnances »
    Par Le Figaro 08/05/2017.
    Jean-Claude Mailly, secrétaire général de Force Ouvrière (FO), a prévenu lundi qu' »il y aura problème » si le président élu Emmanuel Macron persiste à vouloir légiférer par ordonnances cet été sur le droit du travail… »

    Mais oui JC Mailly , exprime tes inquiétudes, comme tu le faisais le printemps dernier vis à vis du 40,3 de Valls. Et convainc toi d’une chose: c’est parce que tu as cané devant Valls, que Macron peut annoncer la couleur en toute tranquillité !

    « …S’il persiste dans l’idée de faire des ordonnances au mois de juillet, ça veut dire qu’il va balayer le dialogue social et la concertation: il y aura problème d’une manière ou d’une autre, donc on attend de voir…. »

    Plutôt que d’attendre « de voir » JC Mailly, que la foudre te tombe sur la tête, bouge toi un peu le cul ! Il n’y a aucune espèce de doute à avoir quant à la volonté de Macron de procéder à la casse du code du travail par ordonnances. Sa belle victoire d’hier ne peut que l’encourager dans ce sens. Ton attente est aveu, ou d’une ignorance crasse, ou d’une complicité et d’une trahison de tes mandants et des intérêts des travailleurs.

    « ….Je ne vois pas quelle est l’organisation syndicale, quelle qu’elle soit aujourd’hui, sans parler du fond, qui peut accepter que ça passe à la schlague avec des ordonnances…. ».

    Toutes à l’instant, sans exception, même la tienne, puisque tu nous affirmes qu’il est urgent d’attendre !

    « ….Comme les autres centrales nationales, FO ne participera cependant pas au rassemblement organisé par le collectif « Front social », ce lundi à 14H00 Place de la République à Paris. « Chaque chose en son temps »…. »

    Chaque chose en son temps. Il y a un temps, pendant les élections, à refuser net d’appeler à un vote de classe, à tout le moins à appeler pour des candidats qui se prononcent pour l’abrogation de la loi travail, aide indirecte aux candidats libéraux; et puis il y a un temps à faire visiter aux travailleurs Paris, en organisant la grande bousille et les manifestations Bastille-Bastille. Quand je pense JC Mailly que tu nous sert ces plats épicés depuis 2003 !

    « …Pour le moment, il est à peine élu, on va regarder ce que ça donne », et notamment « est-ce qu’il veut faire une loi El Khomri puissance XXL?… ».

    Attendre, attendre attendre, jusqu’à ce que Macron ait le temps de peaufiner son dispositif et de faire élire au parlement une majorité de députés macronistes, qui ne pourront rien lui refuser puisque ils seront sa création la plus aboutie.

    « …Il faut voir si Emmanuel Macron « va rester rigide sur ce qu’il a dit sur le plan social pendant la campagne électorale… »

    Voir, voir, voir , attendre attendre attendre, voilà l’alpha et l’oméga du syndicalisme de collaboration de classe à la mode Mailly. Il est certain qu’il faut une prise de conscience et une réaction énergique à la base des partis ouvriers, il faut la même chose chez les syndicalistes. Mailly est la honte du syndicalisme Force ouvrière ! Dehors les attentistes ! Dehors les traîtres !

    « …Parmi les points d’inquiétude, le responsable syndical a cité la volonté de M. Macron de « remettre en cause à nouveau la hiérarchie des normes, c’est-à-dire les négociations au niveau des branches ». « Je le dis clairement: remettre en cause le niveau national de négociations, c’est pas républicain »… »

    Et moi je te le dis clairement JC Mailly, au stade de compromission et de foutage de gueule où tu es vis à vis de la classe ouvrière, ne te revendique même plus d’être un républicain bourgeois ou un franc-maçon, parce que tout simplement tu es en deçà, tu es entrain de servir la soupe à un jeune bonapartiste ambitieux, volant de victoire en victoire, seulement parce que s’enfonçant dans le ventre mou des syndicalistes corrompus de ton espèce.

    Je le dis clairement: remettre en cause le niveau national de négociations, c’est pas républicain. Na !

    Quelle honte !

    1. à Eninel,8 mai 2017,12h10
      Ce n’est pas parce que vous vous prenez pour Lénine (?)
      que vous avez raison d’insulter « nos » responsables
      syndicaux.Nous leur devons à tous le minimum de
      respect que nous devons à chacun.Calmez-vous!Seriez
      vous un violent genre droite extrême? Un effort,SVP!

      1. devillebichot guy dit :
        8 mai 2017 à 14 h 16 min
        à Eninel,8 mai 2017,12h10

        « …« nos » responsables syndicaux.Nous leur devons à tous le minimum de respect que nous devons à chacun.

        Calmez-vous!

        Seriez vous un violent genre droite extrême?

        Un effort,SVP! … »

        Mais écoutez monsieur, vous qui vous prenez pour Lénine, et qui montrez à tous que vous seriez plutôt un genre violent type extrême droite (merci !), un effort, calmez-vous un peu, et montrez un minimum de respect pour ces élus du peuple, qui hier encore en 36 « front populaire », vote aujourd’hui en 1940 les pleins pouvoir au maréchal Pétain, et condamnent les juifs de France à aller méditer à Dachau les bienfaits de la bienséance en politique !

        M. Guy, j’apprécie vos post pleins d’à-propos et de retenus, de quelqu’un qui observe la lutte des classes comme on suit un match de tennis à la TV. Essayez de nous comprendre vous.

        Je ne sais pas si vous étes ou avez été syndiqué à FO, mais moi qui suis un acteur de la lutte des classes, syndiqué à la CGT et à la CGT-FO depuis mes 17 ans (j’en ai 56), je peux vous affirmer ici que ma colère n’est rien au regard de ce que j’observe autours de moi.

        La première de la décence est il me semble de respecter l’essence de sa fonction, pour un dirigeant syndicaliste c’est de défendre inconditionnellement les intérêts matériels et moraux, économiques et professionnels des travailleurs.

        Chose que les directions CGT et FO ne font pas. Elles ne sont même pas foutus d’éjecter les militants FN de nos rangs !

        Alors si dans les prochains jours ils nous faut les secouer un peu, nonobstant le grand respect que nous leur devons selon vous, nous le ferons, au titre d’assistance à république et prolétariat en danger.

    2. @Eninel (8/5 à 12h10)
      En miroir ce célèbre précédent (à une époque en phase d’expansion économique sur la surface européenne… ce qui change tout..) :
      … »Après avoir tenté, sans succès, pendant plusieurs années, de négocier un accord tripartite entre gouvernement, syndicats et patronat, visant à adopter des réformes, Schröder décide que c’est au gouvernement d’agir. Peter Hartz, directeur des ressources humaines de Volkswagen, est désigné pour proposer des mesures. Membre à la fois du SPD et d’IG Metall, le plus grand syndicat allemand, il possède le réseau et le sens tactique indispensables. Il prend soin de nommer des représentants des syndicats dans ses commissions de réflexion…

      Les représentants choisis par Hartz sont convaincus que des réformes sont indispensables pour donner un nouvel élan au pays.

      Affaiblis par leurs divisions et par une baisse de leur représentativité, les syndicats ne demandent pas le retrait pur et simple de l’Agenda 2010. Leur stratégie consiste à négocier un adoucissement de la potion avec le gouvernement en s’appuyant sur l’aile gauche du SPD, son allié traditionnel. Les manifestations de chômeurs et de protestataires rassemblent plusieurs dizaines de milliers de personnes à travers toute l’Allemagne pour les «manifestations du lundi». Mais les syndicats ne sonnent pas la mobilisation générale et le pays n’est pas paralysé par les grèves. Schröder a tenu bon jusqu’aux élections législatives de 2005, qui ont porté Angela Merkel au pouvoir. »
      dans :http://www.lefigaro.fr/social/2013/03/17/09010-20130317ARTFIG00183-les-syndicats-allemands-ont-negocie-l-agenda-2010.php

      1. Merci de mettre en ligne ce précédant qui parle de lui même.

        Les bureaucraties syndicales ont beau jeu de dire aux travailleurs qu’elles ne font pas de politique.

        Elles en font, et pas la meilleur !

    3. Et ben non, il ne légiferera « jamais » par ordonnance, sauf peut-être sur la moralisation de la vie publique.

    4. Je crois ( je suis sur ) pourtant que les salariés ont plus à attendre de FO , CGT , CFDT , Solidaires… que d’Eninel .

      1. @Juannessy

        Tout à fait, les travailleurs ont bien raison d’attendre beaucoup de leurs organisations CGT et CGT-FO.

        Merci d’appuyer ma requête.

        Pour Marx, par delà la conjoncture et les vicissitudes des combats de classes, le plus important pour les ouvriers c’étaient qu’ils se constituent leurs organisations, et de les défendre contre leurs ennemis extérieurs, comme de leurs ennemis intérieurs.

        Objectivement, comme pour les partis ouvriers, les directions syndicales fragilisent par leur attentisme, la CGT et la CGT-FO.

        Pour ce qui est de la CFDT et l’un de ses rejetons SUD et Solidaires, je vous conseille d’approfondir vos recherches et de découvrir les véritables finalités de ces organisations strictement étrangères au mouvement ouvrier initial.

      2. Quelque part c’est un peu idiot Juannessy comme phrase, malgré tout le respect dû à ta personne, et je te demande pardon d’avance pour cette critique acerbe.

        Bon maintenant, je ne suis pas du tout d’accord avec Eninel, c’est le pire syndicaliste que tu puisses trouver à mon avis, un idéologue endoctriné complètement formaté, autant te dire que les négociations ou le dialogue sociale avec lui c’est comme jouer aux échecs avec un pigeon (il renverse les pièces, il chie sur l’échiquier et il se pavane comme si il avait gagné) mais c’est un syndicaliste, un homme quoi, alors que FO CGT CFDT bla bla c’est des noms d’organisation sans intérêt ! Ils ne sont que la résultante des sommes des Eninel et consorts.
        Voilà il fallait te le dire Juan, et pardon encore.

      3. à Juannessy(suite Eninel),8 mai 2017,15h18
        D’accord avec vous;a fortiori quand Eninel tend à
        « péter les plombs ».Ce qui ne fait plaisir à personne.
        Quand j’étais tout jeune étudiant,vacataire au CNRS,
        j’étudiais le mouvement des grèves en France.Plus
        tard,universitaire,je fus syndiqué CFDT,ce qui me valut(et je m’adresse maintenant à Eninel)
        d’ailleurs beaucoup d’inimitié.Pourquoi m’accablez-vous d’un baratin sans queue ni tête?A quoi ça sert?
        A quoi ça VOUS sert?Vous valez mieux que cela,j’en
        suis sûr.

      4. CloClo dit :
        8 mai 2017 à 16 h 53 min

        « … FO CGT CFDT bla bla c’est des noms d’organisation sans intérêt ! Ils ne sont que la résultante des sommes des Eninel et consorts… »

        Ben voyons ! mais expliquez nous CloClo se que vous entendez par « dialogue sociale » ou « négociation » ?

        Les syndicats doivent-ils accompagner les projets de lois libéraux consistant à remettre systématiquement en cause les acquis sociaux ?

        En gros, je te laisse ton pantalon si tu me donnes ta veste !

        Est-il inimaginable pour vous d’entendre une organisation syndicale ouvrière dire au patronat et aux gouvernements bourgeois: « stop ! Çà ce n’est pas négociable, c’est un acquis ! ».

        Mais demain si l’Allemagne demande à la France d’ouvrir des négociations en vue de récupérer l’Alsace et la Lorraine, peut-on douter un seul instant de la réponse du gouvernement français ?

        Bon allez, on vous laisse la Lorraine, mais on prend l’Alsace. Arrêtez donc d’être psycho-rigide enfin ! Vous n’êtes quand même pas des sommes des Eninel et consorts !

        C’est quand même incroyable à tel point nous sommes conditionnés à accepter de demander toujours plus de sacrifices aux petits, à partir du moment où ils sont démocratiquement négociés, et jamais rien aux puissants.

        Demandez-donc au MEDEF si il est d’accord pour ouvrir une négociation sur un légitime rattrapage du pouvoir d’achat des travailleurs, une augmentation des salaires ?

        Quarante ans de syndicalisme, jamais vu ça !

        « …Bon maintenant, je ne suis pas du tout d’accord avec Eninel, c’est le pire syndicaliste que tu puisses trouver à mon avis… »

        Vous en avez connu beaucoup des syndicalistes M. CloClo dans votre vie ?

      5. T’emballes pas Eninel, je parlais à Juannessy qui listait ainsi la réalité « FO , CGT , CFDT , Solidaires… que d’Eninel ».

        Ce à quoi je disais donc, que FO, CGT … ne sont que des noms pas des réalités en tant que tel. La personne qui écrit sous Eninel existe bien et je peux interagir avec. FO CGT ça m’étonnerait ! Tu captes ou pas le Marxiste ?

        Sinon jamais vu un seul syndicaliste CGT libre de sa parole mon chou. Jamais. Je les ai pas tous vu non plus hein attention.

        Mais oui, la plus part à la CGT, incapable de venir manger un bout ou boire un coup entre humains à la suite d’une réunion, comme tu dis, dans un organisme paritaire par exemple. De vrai machine à répéter la Parole venant d’en haut. Le pire syndicalisme qui soit. Mais de bon gars sinon, un peu psychorigides, mais de bon gars, y notent tout en réunion, tout. Y votent contre, tout le temps, contre, ou s’abstiennent, parfois.

        Mais ne généralisons pas j’ai du rencontrer une faction très infime de marxiste léniniste dure.

        Ca va sinon ?

      6. @devillebichot guy dit :

        8 mai 2017 à 18 h 06 min

        « …à Juannessy(suite Eninel),8 mai 2017,15h18
        D’accord avec vous;a fortiori quand Eninel tend à
        « péter les plombs ».Ce qui ne fait plaisir à personne(…) Vous valez mieux que cela,j’en suis sûr. »

        Guy ne vous inquiétez pas pour ma santé mentale, et soyez certains, que parce que je ne suis pas le type d’affreux qui vous ont enquiquiné lorsque vous étiez jeune, je peux me permettre une petite colère légitime de temps à autre contre un dirigeant ouvrier.

        Mais c’est drôle qu’on se prenne le bec sur les tenants et aboutissants du dialogue, à un moment où le pouvoir s’apprête à gouverner le pays à coup d’ordonnances !

        Bonne soirée.

      7. @Clo Clo :

        Je n’ai pas compris sur quoi devait porter le pardon , mais c’est bien volontiers que j’oublie tout !

      8. CloClo dit :
        8 mai 2017 à 19 h 55 min
        T’emballes pas Eninel, je parlais à Juannessy qui listait ainsi la réalité « FO , CGT , CFDT , Solidaires… que d’Eninel ».

        Ce à quoi je disais donc, que FO, CGT … ne sont que des noms pas des réalités en tant que tel. La personne qui écrit sous Eninel existe bien et je peux interagir avec. FO CGT ça m’étonnerait ! Tu captes ou pas le Marxiste ?

        Sinon jamais vu un seul syndicaliste CGT libre de sa parole mon chou. Jamais. »

        Ah recommence pas s’il te plait camarade CloClo, tu cherches à me remettre en colère ou quoi ?

        Je t’ai déjà dit: « mon chou » en public il faut éviter.

        Tu cherches à me mettre en porte à faux avec mes camarades les cégétistes, c’est ça ! Peine perdue, je les connais mieux que toi, et un simple petit détail, ils ne sont pas tous comme tu les décrits. Beaucoup sont des brillants libres penseurs, brillants parce que eux mettent leurs capacités au service d’un collectif et d’une cause inattaquable, défendre les travailleurs.

        Ça leur évite de sortir de grosses bêtises :  » FO, CGT … ne sont que des noms pas des réalités en tant que tel. », parce que le jour qu’ils vont décider -vraiment- de bloquer les raffineries de pétrole, la pénurie de tout qui s’en suivra, elle, elle sera tout sauf virtuelle.

        Ça va sinon ? Tu commences à capter la réalité de la lutte des classes mon camarade ?

        A la base des syndicats montent une colère sourde vis à vis des directions attentistes, parce que autant fait celui qui tient le pied que celui qui écorche.

        La CGT et FO ne sont pas simplement acteurs, mais objets de la lutte des classes.

        « …Mais de bon gars sinon, un peu psychorigides, mais de bon gars, y notent tout en réunion, tout. Y votent contre, tout le temps, contre, ou s’abstiennent, parfois… »

        Si tu le dis ! On ne va pas s’empêcher de continuer à refuser de signer l’inacceptable au détriment de la qualité de vie et de travail de nos collègues.

        On laisse ce sale boulot à la CFDT.

  10. Ceci n’est pas un commentaire, mais une QUESTION.

    Pourquoi tant de pessimisme ???

    A en lire les lepenomelenchonistes, les Francais seraient misérables mourants de faim, sans soin, esclaves subissant le knout (- pardon Poutine est si gentil) la shlague d’oligarques germaniques, bruxellois ou judéo-américains (rotschild).

    Or, ce pays, je n’y vois que luxe, calme et volupté 😉

    Certes, 10% de chômeurs (+- 5% de la population) participent mal au banquet. Est il impossible d’attaquer ce problème sans oeillères ?
    Macron, ni de droite, ni de gauche n’est il pas une opportunité pour ce faire.

    1. Hadrien 8 mai 2017 à 12 h 45 min

      Un ni de droite ni de gauche, ça s’appelle un centriste.
      Un centriste, ça gouverne au centre.
      Ça signifie que quand la droite a besoin de taper, le centriste fait le job avec le soutien de la droite.
      Après il obtient le soutien de la gauche qui apporte les pansements.

      Vous n’avez jamais vu un centriste dans le rôle de l’inspecteur de police avec ses deux acolytes, le méchant qui cogne, et le gentil qui passe après se plaindre aussi de son méchant collègue, en apportant les pansements et en tentant la relation de confiance avec l’accusé ?

      Oui l’accusé est pessimiste.

    2. « participent mal au banquet »

      Typiquement le niveau d’analyse d’un Macroniste de base. Ils voient le monde comme un « banquet » où certains seraient mal assis ou pas convié. Voilà, le Big Bang, l’Evolution, 20 000 ans d’Histoire, 4000 milles de philosophie, Internet, tout ça tout ça, pour CA.

      Passez moi un fusil un pompe !

    3. « Macron, ni de droite, ni de gauche »
      Historiquement ce sont toujours les gens de droite qui ont revendiqué cette « formule ».
      Plus sérieusement, que savons nous de macron ?

      Voici les premières mesures de son programme, page 6 :
      – nous réduirons les cotisations payées par les salariés, par les indépendants et par les fonctionnaires
      traduction : détricotage de la sécurité sociale et de l’assurance chomage
      – Nous rétablirons les exonérations de cotisations sociales sur les heures supplémentaires.
      traduction : ce sont nos impôts qui payeront le manque à cotiser des employeurs
      – Nous ouvrirons les droits à l’assurance-chômage aux salariés qui démissionnent. Ce droit ne sera utilisable qu’une fois tous les cinq ans. En contrepartie, l’insuffisance des efforts de recherche d’emploi ou le refus d’offres raisonnables entraîneront la suspension des allocations.
      traduction : le chiffre du chomage baissera au prorata des gens qui seront foutu dehors de la protection sociale
      _____________________________________________
      Tout n’est pas à jeter, loin de là, mais ces mesures ne sont pas de gauche . . .

    4. Hadrien,

      « Pourquoi tant de pessimisme ???
      A en lire les lepenomelenchonistes, les Francais seraient misérables mourants de faim, sans soin, esclaves subissant le knout (- pardon Poutine est si gentil) la shlague d’oligarques germaniques, bruxellois ou judéo-américains (rotschild).
      Or, ce pays, je n’y vois que luxe, calme et volupté  »

      Il paraît absurde de comparer la situation à celle de Germinal d’un Zola. Aujourd’hui, un confort de vie existe bel et bien: la majorité peut se vanter de boire chez soi une bière en regardant la télé.

      Le problème doit être ailleurs… Les rapports sociaux?

      Lorsque tout est basé sur la famille, le parcours scolaire, le réseau de connaissance, et la consommation, les « actes Marie Antoinette » sont légion.

      Difficile de sympathiser avec des parents d’enfant du même âge que les vôtres, quand eux lâchent 200.000 € pour que chacun de leur gosse est une chambre, alors que de son côté, avoir une maisonnée c’est déjà une victoire sur la vie.

      Difficile de boire une bière avec un ami de fac, qui est au chômage et qui lui, du fait de sa carrière en dent de scie, n’a pas pu fonder sa maisonnée.

      Que dire de ceux rencontrés plus jeune, et qui sont devenus matons, parce que pas de sous dans la famille, et pas possible de poursuivre les études?

      Si encore il y avait un ascenseur social… Mais non! Pas de perspective d’avenir. On se maintient finalement dans l’état initial de celui de nos parents, quand c’est possible.

      Et en l’absence d’ascenseur social, l’employeur devient une vache sacrée. Du coup, le turbin, ça devient « gloire à celui qui me donne de quoi glander les soirs, week ends et jours fériés ». Prêt à faire des kilomètres pour bosser, à pas compter ses heures, et à jouer les peigne culs…De là à se faire enfiler pour être dans les petits papiers…

      Tout ça mis bout à bout, ça ne nourrit finalement que la rage, et la haine de son voisin mieux loti. Guère mieux que Germinal finalement.

    5. T’as raison, gars.

      Vivre avec 80 € par mois, c’est « mal participer au banquet ».

      Quand donc cesserez-vous de vous payer de mots ?

      1. Ils ne cesseront pas Didier. Ca va même empirer.

        Il faut bien voir ce que recouvre ce genre de phrase pondue par Hadrien :

        « Certes, 10% de chômeurs (+- 5% de la population) participent mal au banquet. »

        C’est exactement le même raisonnement froid et calculateur de vigneron, fut un temps dans un autre échange, sur la baisse en pourcentage des affamés de la faim dans le monde. Des chiffres, toujours des pourcentages en rapport au global. Des raisonnements de comptables libéral libertaires à vomir.
        Là l’astuce c’est de dire « bah quoi les mecs, 10% de chômeurs qui mangent pas au banquet de la richesse et de la croissance, c’est quoi ? Juste 5% de la population ! Ca va quoi les mecs ! Ca pourrait être pire. Soutenons Macron »

  11. Je me reconnais dans le cheminement de l’analyse de fond de Dominique Temple , mais pas dans son titre .

    Le pouvoir n’est pas nu . Il existe et il est brutal .

    Le vide n’est pas immense . Nos sociétés sont pleines des inégalités et des souffrances générées par l’ignorance et les erreurs .

    Le progrès ,sinon la survie de l’espèce , consiste alors aussi bien dans les outils pour domestiquer le pouvoir , que dans la révélation majoritaire des ignorances et des erreurs.

    La propriété est sans conteste la pièce principale à ré-usiner .

    Comme Dominique Temple le note en fin de billet , la clé de la solution est universelle . C’est ce qui a pu me faire écrire après bien d’autres que la seule Constitution qui vaille est mondiale .

    C’est ce qui me rend dubitatif sur l’illusion du poids d’une simple Constitution nationale comme baguette magique pour remplir les vides et habiller correctement le Pouvoir .

    Je crois plus aux regroupements intermédiaires de solidarités fondées et désirées à un niveau repérable et respectable dans le monde .

    Un TCE , un vrai , avec Constituante parlementaire européenne , et vote au suffrage universel partout , le même jour , à la même heure .

    D’ici là : des avancées solidaires fortes sur la dette des pays européens , des grands chantiers communs sur le numérique , les transports , la fiscalité , la réglementation du travail , les énergies renouvelables , la politique d’accueil des migrants ,la synchronisation des horloges d’expression démocratique et du contenu des enjeux qui y sont soumis .

  12. Intéressant de voir comment EM va reprendre le dossier Notre Dame des Landes……ça donnera un bel espace d’expression pour l’insoumission en général, et une certaine idée de l’avenir, comme dirait l’autre…..

    1. Si j’étais lui , je confierais le dossier à Ségolène Royal .

      Mais en fait , c’est un sujet pour le premier ministre , et je ne vois pas pourquoi il s’emmerderait à en faire un dossier prioritaire .

      Sauf à en faire une pièce de négociation .

  13. Le principe d’efficacité, pour la gauche, aux élections, c’était Mélenchon. Beaucoup de personnes se sont fourvoyées pour ne pas l’avoir compris.
    Personnellement, je n’ai pas entendu « la France aux Français ». Ou alors est ce par référence à l’article 3 de la DDHC de 1789 ? (« Le principe de toute Souveraineté réside essentiellement dans la Nation. Nul corps, nul individu ne peut exercer d’autorité qui n’en émane expressément »).
    Il a fait une très belle campagne, enthousiasmante, qui a fait venir des jeunes, des personnes qui depuis des années ne votaient plus. Il a rassemblé plus de 30% des jeunes de 18-25 ans, et est présent à 25% chez les ouvriers, les employées, les classes intermédiaires.
    Il a CONCRETEMENT fait reculer le FN.
    Je ne connais pas la personne de Mélenchon et ne me permets donc pas de juger son caractère. Quel image de lui a-t-il ? et Macron ? Et Hamon ?
    S’il est narcissique, je crois que c’est un trait assez répendu chez ceux qui font de la politique.
    L’essentiel est qu’il est le seul à porter auprès du grand nombre une vrai critique du capitalisme. Est-ce une illusion à la Syriza ? Cela, ça dépend (aussi) de la combativité du peuple.
    Mais il avait raison depuis plus d’un an de dénoncer l’arnaque des primaires, de refuser la tambouille politicienne (surtout quand on voit que le projet de Hamon est abandonné aux législatives, argument qu’il avait d’ailleurs exposé pour expliquer son refus de ralliement), et il avait analysé depuis longtemps, lui, que MLP était « le diable de confort du système ». Dans un livre écrit en 2007, il dénonçait déjà le projet de Hollande de transformer le PS en parti « démocrate ». Nous y sommes. Il a donc une vision claire des rapports politiques, beaucoup plus claire que celle des intervenants de ce blog. C’est normal d’ailleurs, car ce n’est pas votre domaine d’expertise.
    Enfin, Mélenchon a eu raison de permettre à ses électeurs de choisir entre l’abstention, le vote blanc ou nul ou le vote Macron, car aujourd’hui ce dernier ne peut se prévaloir d’aucun plébicite et la méfiance du peuple est marquée, avec le record historique des votes blancs et nuls et l’abstention la plus élevée depuis 1969 au second tour des présidentielles.
    Hier, c’était d’ailleurs les seuls résultats que j’attendais, car l’identité du vainqueur ne faisait aucun doute, et ils m’ont réjoui.

    1. Il a CONCRETEMENT fait reculer le FN.

      C’est le recul dans l’avancée : presque 11 millions de voix, deux fois plus qu’en 2002, 34 % au second tour, 21 % au premier. Bonjour le recul.
      On peut par contre avancer qu’il a légitimé une partie du programme du FN.

      1. @Julien Alexandre(8/5 à 19h45)
        Décidément..!
        Votre premier paragraphe me laisse sans voix. Un « raisonnement » déraisonnable..il y a tellement d’adjectifs agressifs pour le qualifier qu’il est opportun de s’en abstenir .
        Quant au second… !! la candidate MLP avait devant elle un boulevard (fût-il même trop souvent démagogique..) lors du pseudo-débat pour mettre à mal EM dans l’esprit de la masse des téléspectateurs sans emploi et surtout sous contrat d’emploi… avec le fait qu’entre le mercredi minuit et le vendredi minuit il n’y avait aucun moyen efficace pour rectifier le tir.. Un jour de pluie , si MLP déclare qu’ « il pleut » , il n’y a aucun motif raisonnable de suggérer que JLM aurait dû déclarer qu’ « il fait un grand soleil ».
        Elle n’en a pas profité , révélant , à ma (votre , j’en suis persuadé) grande surprise , le visage hideux trop bien refoulé de la pratique de sa « formation ».
        Je m’en félicite , et vous aussi. Et maintenant…!?!

      2. « On peut par contre avancer qu’il a légitimé une partie du programme du FN. »
        Et même si on vous l’accordez, ce que je ne fais pas, serait-il bien le seul sur l’échiquier politique à qui vous pourriez faire ce reproche ?
        La campagne des législatives est en marche à ce que je vois,
        rien que de bien normal . . .
        ________________________________________________
        2002 inscrits : 41 191 169
        JMLP 4 804 713 // second tour 5 525 032
        2017 inscrits : 47 568 884
        MLP 7 678 491 // second tour 10 643 937
        _________________________________________________
        2012 inscrits : 46 066 307
        MLP 6 421 426 /// JLM 3 984 822
        2017 inscrits : 47 568 884
        MLP 7 678 491 /// JLM 7 059 951
        source : http://www.france-politique.fr/elections-presidentielles.htm

      3. Et même si on vous l’accordez, ce que je ne fais pas, serait-il bien le seul sur l’échiquier politique à qui vous pourriez faire ce reproche ?

        Vous avez parfaitement raison : il n’est pas le seul. Mais il y a une différence majeure par rapport à un Fillon ou un Dupont-Gnangnan : Méluche est censé être de gauche. Reconnaissez que c’est plus embêtant quand ça vient de ce côté-ci, non ?

      4. Et bien non puisque je ne vous suit pas dans votre raisonnement.
        Diriez vous que les USA accréditent les thèses du FN au motif qu’ils pratiquent la préférence nationale ? (si c’est bien de ça dont vous parlez)
        http://www.latribune.fr/economie/international/protectionnisme-les-etats-unis-n-ont-pas-attendu-donald-trump-pour-en-faire-632036.html
        Vous interdiriez vous de promouvoir la retraite à 60 ans au motif que ce serait accréditer les thèses du FN ?

  14. Oui, concrètement, un FN annoncé à 30% dans les sondages quelques semaines avant l’élection. Et des électeurs de la France Insoumise qui se sont très peu reportés sur le FN au second tour, à la différence de ceux de François Fillon !

  15. Bonsoir
    Après les embrassades, retour au réel:
    Juncker: Les français dépensent trop !*
    Vous savez maintenant dans quelle direction pointe l’élan!
    Juncker et ass.: fourriers du FN pour 2022!
    Cordialement
    PS: Une info à prendre avec les dents: en Espagne, il y a désormais des écoles de dentisterie payantes. Avec 70% de formation pratique en moins que dans les facs françaises. Sortis de là par centaines les « diplômés » inondent le marché en cassant les prix.
    Avec la déréglementation des professions et les travailleurs détachés au programme, vous comprenez ce qui nous attend en général.
    Alors un conseil: si vous avez + de 50 ans et des ratiches pas terribles, faites les vous toutes arracher tout de suite par un bon dentiste et achetez un bon dentier: ça vous coûtera moins cher au final et ce sera moins douloureux à long terme. Sauf , évidemment si vous avez les moyens de vous payer un vrai dentiste pendant encore 30 ans. Ce qui vous placerait dans les 5% du top social.

    1. à tous,
      Les choses sérieuses vont commencer avec la préparation
      des législatives.Il faudra être clair,les uns et les autres.
      Mais,auparavant,je voudrais faire suite à l’étonnement
      de gaillard,du 8 mai 2017,11h13,après qu’il a pris
      connaissance de ….170 commentaires. »jeune,39 ans,
      certes formaté,mais pas une seule fois le terme ‘élan' »Et
      d’ajouter « dingue ».Je pense que la réaction de gaillard
      est saine.Elan il y a eu,dans les urnes et pour contrer la
      droite extrême.Et un gars de 39 ans,c’est une chose qui
      n’est pas sans intérêt.Bien sûr que ce président est « haï ».On craint l’adepte de la finance mondialisé,de
      l’ubérisation de l’économie,du bradage du droit du
      travail….etc.Mais ne perdons pas un minimum le sens
      de la mesure(tout en restant axé législatives).Un homme qui aime la littérature,qui sait jouer du piano,
      qui parle anglais mieux,bien mieux que le paresseux
      Chirac,et qui a passé quelques années auprès de l’un
      des plus grands philosophes français du siècle à savoir
      Paul Ricoeur,ne saurait A PRIORI être suspecté d’être
      un affreux jojo,pourri jusqu’à la moelle.On va bien voir
      ce qu’il va « faire ».Il doit savoir qu' »on » le tient à l’oeil.
      Merci,gaillard.Dont le propos,sauf par Armelle,est passé
      inaperçu sur ce Blog.Mais il a le mérite d’exister.Merci
      Paul Jorion.

      1. devillebichot guy 9 mai 2017 à 9 h 34 min

        Désolé de vous contredire, mais ma réponse moqueuse ne lui est pas passée inaperçue au Gaillard.

        L’élan d’une jeunesse dorée qui roule pour sa reproduction, et des suivistes de la mode dont les médias les informent cela fait t-il la promesse un changement de paradigme, quand le programme annoncé et reconnu même sur ce blog est transparent ?

        Le Gaillard me répond par une citation énigmatique de De Gaulle.

        J’aurai préféré du Raymond Devos : « Mon pied droit est jaloux de mon pied gauche. Quand l’un avance l’autre veut le dépasser Et moi comme un imbécile, je marche. »

      2. devillebichot guy

        Il ne vous a pas échappé que je n’ai fait, sciemment, aucun effort d’objectivité au lendemain du deuxième tour. Je communiquais mon humeur aux motifs que vous énoncez et d’autres. Evidemment, il va bien falloir passer assez vite à autre chose au risque de nous enfoncer dans le contre productif. Décidément, ces élections sont l’exercice du faire sans élan, celui de la seule raison.

  16. Dup dit :
    9 mai 2017 à 14 h 00 min
    « … Il n’y a ensuite qu’un pas de l’optimisme à la foi… »

    Bien, alors on dira que les optimistes on la foi dans la capacité du genre humain de se sublimer et aller de l’avant.

    Les autres, les pessimistes: les foies !

    Peur du combat, peur du changement, peur de l’inconnu, peur de leur ombre !

    Mais comme l’a dit Spinoza: ne pas rire, ne pas pleurer, comprendre !

    Nous aussi on va créer notre parti politique: En Marx !

    1. à tous,
      Bon. Ce prochain lundi,c’est la rencontre de « Précoce
      premier » avec Dame Merkel.A-t-il conscience,notre
      Président,que l' »ordo-libéralisme » est solidement ancré
      dans la tête des dirigeants d’outre Rhin?Le ver dans le
      fruit se trouve bien là.C’est celui-la même qui compromet
      la construction européenne.Bref,il faut choisir:ou
      s’aligner(continuer à s’aligner)sur le « libéralisme à
      l’allemande »,ou réorienter et faire revivre enfin la
      construction européenne,et faire comprendre à la
      chancelière (docteur d’état en sciences physiques)
      qu’elle fait fausse route,non seulement pour l’Europe,
      mais pour son propre Pays.

      1. Si les choses doivent bouger , et sauf énorme surprise , ça n’est pas là et ce jour là que la partie se jouera .
        Il faudra combiner les volontés de part et d’autre , les forces politiques ( Assemblée pas encore élue pour Macron , contexte de précampagne électorale pour Merkel ), les alliances et convergences avec d’autres pays européens , le contexte international et les prochaines rencontres G7 et G20 … Du boulot donc en coulisses et pour les sherpas .

        Par contre , si ça doit décoller , j’en reste à l’idée qu’il faut un premier acte avant la fin de l’année , avec ou sans recours à la dramatisation .

        Mais le vrai drame serait qu’il ne se passe rien ,car nous n’aurions plus qu’à subir le poids des accords Sino – américains , pour savoir quel destin nous est réservé par d’autres .

    2. @Eninel :

      Au passage , ça n’est pas étonnant que Emmanuel Macron ait choisi
       » En marche » comme maxime , car , si j’ai bien lu sa déclaration de patrimoine parue au JO du 11 mai 2017 , il n’a pas de véhicule automobile !

Les commentaires sont fermés.