Envoyez par mail '5Stelle et la Lega pourraient gagner leur pari, le 22 mai 2018 - Retranscription' à un ami

Envoyez une copie de '5Stelle et la Lega pourraient gagner leur pari, le 22 mai 2018 - Retranscription' à un ami

* Required Field






Separate multiple entries with a comma. Maximum 5 entries.



Separate multiple entries with a comma. Maximum 5 entries.


E-Mail Image Verification

Loading ... Loading ...
8Shares

12 réflexions sur « 5Stelle et la Lega pourraient gagner leur pari, le 22 mai 2018 – Retranscription »

  1. P.J. : … » il y a un excellent article de Monsieur Wolfgang Münchau qui dit : si l’Italie devient véritablement populiste et de gauche dans les faits, c’est un problème pour les marchés financiers. Il fait la remarque à propos du fait qu’on aurait enlevé l’idée de se retirer de la zone euro du programme mais qu’en réalité, dit-il, ça ne fait aucune différence. Ça ne fait aucune différence. Il dit qu’il est bien possible même que Monsieur Salvini espère que les marchés financiers attaquent son gouvernement. Parce que, dans ce cas-là, ça provoquerait une crise telle (éventuellement : s’ils essaient de faire ce qu’ils ont fait à la Grèce) qu’elle permettrait au gouvernement italien de dire : « Eh bien, dans ce cas-là, ce n’est pas nous qui avons choisi de sortir de la zone euro, nous sommes obligés de créer une monnaie parallèle ! ». Souvenez-vous, c’est une chose que moi, je recommande de temps en temps – chut, il ne faut plus en parler ! – mais qui avait été proposée aussi par Varoufakis en Grèce. Si l’Italie dit : « Poussez-nous donc, poussez-nous donc en dehors du système financier, et là, on se tournera vers le peuple qui nous a élu (à 49% des voix, ce qui n’est quand même pas mal au total), et on dira : eh bien, écoutez, les marchés financiers sont contre nous, on crée une autre monnaie qu’on appellera le je ne sais pas quoi (le « IOU », comme on dit en américain = « Je vous dois quelque chose »), et on vous paiera, vous et les fonctionnaires, tout le monde, avec cette monnaie-là en attendant que les marchés financiers nous laissent tranquilles mais vous voyez bien, on ne peut pas rester dans l’euro, il faut en sortir ! »

    Et là, Monsieur Münchau, il ajoute encore autre chose, il fait allusion à des choses que des gens comme moi racontent depuis un certain nombre d’années : que ce ne serait pas si grave, nécessairement, de sortir de ce système, qu’il y a même moyen de faire autrement « …..

    Il me semble avoir entendu cela en France, il y a environ un an..?.. Et, sauf mauvaise ouïe personnelle, la musique des responsables du ci-devant blog ne correspondait pas vraiment(euphémisme délibéré) à l’air du dernier paragraphe rappelé… Le temps écoulé et un an d’expérimentation de la « flexi-sécurité » jupitérienne amènent-ils à certains regrets..??

      1. … » Allez, j’ai quand même prévu la crise des subprimes : 5Stelle (32%) + Liga (17%) ont fait 49% ensemble aux dernières élections. Je me mouille : ils feront 65% aux prochaines. Bonne chance à tout le monde, à l’euro et à l’Union européenne y compris « .
        ( Paul JORION ; 27 mai 2018 : « Italie : Giuseppe Conte renonce à former un gouvernement »)
        Une projection française à 4 ans à politique constante?

    1. Julien a l’air de comprendre ce que vous dites mais ce n’est pas mon cas.

      Je n’aurais pas dit il y a un an, ce que je dis … depuis 10 ans ?

  2. Le nouveau Premier Ministre ne sera qu’une interface entre les deux acteurs principaux – c’est fait pour, donc son manque d’expérience politique ne sera pas gênant. L’Italie a fait un grand pas en terme de révolte contre le système de l’Europe de Bruxelles. Les Italiens, tels je connais, ne sont pas du tout des anti-européens, mais ils ont en marre de la politique actroyée par l’Allemagne (austérité) et son subordonné, la France.
    En Allemagne on dit que l’Italie veut se refaire une santé financière aux frais de l’Europe (crainte majeure des Allemands) , qu’elle devrait faire en sorte de mieux encaisser les impôts non-payés. Mais la mondialisation offre de nombreuses possibilités pour mettre à l’abris des capitaux, ce n’est pas une spécialité italienne.
    Je salue le nouveau chapitre que les électeurs italiens ont ouvert; ce sera peut-être le début d’une expérience passionnante.

  3. Bonsoir !
    très intéressant ce que vous écrivez. Je suis à la BnF depuis 2003 et mon cousin fabrice lelouvier, qui a fait l’INSA de Lyon et est à Paris, et grand voyageur m’a parlé (en bien) de vous.
    A bientôt,
    HG Muller

  4. Je viens d’apprendre que le Premier Ministre Ialien renonce à ses fonctions; son rôle de l’interface n’était probablement pas une splendide idée.

  5. Curieuse institution que ce système italien où le président a un droit de véto sur la nomination des ministres.
    Une sorte de verrou institutionnel, d’aucuns diront non moins justement garde-fou institutionnel pour éviter les extrêmes. Les Italiens devront-il revoter jusqu’à ce qu’ils fassent le « bon choix » ? En l’occurrence celui qui va dans le sens du dogme ?
    Décidément la démocratie est le plus mauvais système à l’exception de tous les autres comme disait un certain Churchill. L’institution démocratique aime la démocratie mais toujours jusqu’à un certain point, et ce point c’est en principe celui au delà duquel la démocratie est mise en danger. Mais est-ce toujours le cas ? N’est-ce pas parfois le verrou-garde-fou qui met la démocratie en danger ? A moins que ce soit les dogmes au nom desquels on prétend agir dans le cadre démocratique qui causent la ruine de la démocratie.

  6. Première importante remontée en surface du combat à mort engagé depuis les années 70 entre marché et démocratie .

    Un peu peur que la démocratie soit paradoxalement la seule victime de qui veut la peau du marché sans avoir la structure de la suite de la bataille .

    Les italiens ont besoin de n’être pas seuls pour que la vraie bataille commence et ait un sens historique .

    Les demos trop isolés dans la mondialisation ne peuvent garder seuls la flamme de la vie possible .

    1. Le président de la République Italienne est un larbin des marchés financiers et aussi du Gouvernement Merkel.
      On peut dire qu’il n’y a plus de démocratie, ceci est un coup monté: pour soulager les appréhensions des marchés financiers, on méprise la volonté exprimée par le peuple italien.

  7. L’émission phare de l’écologie de France Culture « De cause à effets » (ex Terre à terre) a donné la parole en seconde partie à Stéphane Foucart pour la sortie de son livre « Des marchés et des dieux ».
    A partir de la minute 40’, la parole est à Stéphane Foucart.

    https://www.franceculture.fr/emissions/de-cause-a-effets-le-magazine-de-lenvironnement/planete-villes-inventer-pour-le-meilleur

    Le livre
    https://www.grasset.fr/des-marches-et-des-dieux-9782246861010
    Des marchés et des dieux – Quand l’économie devient religion – Stéphane Foucart
    « 2007-2008 : la crise des subprimes plonge le monde dans la stupeur. Personne, ou presque, ne l’a vue venir, et surtout pas les économistes mainstream. L’économie n’était-elle pas censée être une science infaillible ?
    Peut-être est-ce tout le contraire. Dans l’Occident post-religieux, le discours économique semble avoir pris la place du sacré. Ce culte a pour principe divin le Marché, incarné par une multitude de Marchés dont l’appétit n’est apaisé que par la croissance. Il a pour valeur cardinale la liberté d’entreprendre, pour idéal l’équilibre et pour credo l’infinitude du monde, condition à la satisfaction des dieux. Il a ses temples, ces grandes bâtisses d’allure gréco-romaine où valsent les indices, reflets des humeurs divines changeantes . Il a ses rites de consommation ; il a son clergé, la finance, et ses archiprêtres, les grands banquiers centraux, seuls capables d’apaiser la colère des dieux.
    Progressivement, depuis le XVIIIe siècle, l’économie a acquis l’autorité dont était investie la religion. Elle ne s’attaque plus à l’astronomie et à la biologie, comme le christianisme avant elle, mais s’en prend à l’écologie et à toutes les sciences qui fixent des limites au Marché. Le nouveau Jupiter, c’est lui.
    Une fascinante enquête historico-économique à la recherche des ressorts profonds du système économique qui nous régit. »

    Le Marché, les marchés ?
    Ils sont multiples et pas vraiment invisibles.
    Un exemple criant en encore donné pas plus tard que hier à travers les péripéties du groupe Lagardère.
    Quand va-t-on maîtriser ces hydres, s’en débarrasser ?

    Lagardère se désengage des médias et du sport
    https://www.lemonde.fr/economie/article/2018/05/03/lagardere-se-desengage-des-medias-et-du-sport_5294000_3234.html

    Les schémas de l’édition papier sont très explicites, mais l’hydre perd des bras, certains se raccourcissent, d’autres poussent.

Les commentaires sont fermés.

*Le seul Blog optimiste du monde occidental*