Le non-Brexit – Dernières nouvelles !

Le Monde : Royaume-Uni : le ministre des affaires étrangères, Boris Johnson, craint un « effondrement » du Brexit, le 8 juin 2018

Evoquant Bruxelles, le ministre parle d’« ennemi », d’après The Times« Nous allons combattre l’ennemi, tout à fait. Nous devons et nous allons le faire. » Mais « vous devez accepter le fait que cela puisse s’effondrer maintenant. OK ? Je veux que personne ne panique durant cet effondrement. Pas de panique. Pro bono publico, pas de foutue panique, tout va bien se passer à la fin », a-t-il ajouté, rapporte BuzzFeed. Selon M. Johnson, le Brexit sera « irréversible », mais « il risque de ne pas être celui que nous voulons », poursuit-il, fataliste.

Retranscription de Paul Jorion pense tout haut l’Europe le 30 octobre 2016.

… pour avoir travaillé dans la finance, je sais qu’un retour en arrière par rapport à une structure comme l’Union européenne ou une structure comme l’euro, ça coûte trop cher. Ça coûte trop cher ! On n’est plus assez riche pour faire des choses comme ça. L’Angleterre est en train de le vivre en ce moment, d’essayer de faire machine arrière… leur paradoxe, évidemment, c’est qu’ils ont maintenant des politiciens, des politiques qui sont là et qui vont dire : « Oui, eh bien, on va le faire ! », et qui sont dans la situation qu’on connaît à la sortie des bars : « Retenez-moi ! Retenez-moi ! », voilà, ils ne peuvent pas le faire, ça coûte trop cher le Brexit.

Pourquoi je suis convaincu que le Brexit n’aura pas lieu, le 22 juin 2017

L’un de vous m’a écrit aujourd’hui :

Je voulais vous demander d’expliciter un peu plus votre affirmation de l’impossibilité du Brexit, qui m’étonnait dans sa formulation.

Je lui ai répondu :

Je suis quotidiennement l’actualité du Brexit, qui constituerait une telle catastrophe économique pour le Royaume-Uni que ses dirigeants, aussi incompétents qu’ils soient, l’épargneront à leur peuple.

J’aime bien les prophéties ! le 5 mars 2018

Comme vous le savez, j’aime bien les prophéties :

2005 : il y aura une crise causée par les subprimes
2009 : le quantitative easing provoquera la fin du capitalisme
2009 : la Chine nous sauvera tous
2016 : le Brexit n’aura pas lieu

Mais aussi le 10 mars 2016 : « L’establishment du Parti républicain entend bien avoir la peau de M. Trump – trop peu présentable ».

6Shares