Un non-Brexit, mais le pire de tous ? le 10 juillet 2018 – Retranscription

Retranscription de Un non-Brexit, mais le pire de tous ? le 10 juillet 2018. Merci à Marianne Oppitz !

Bonjour, mardi 10 juillet 2018 et une petite vidéo, juste un supplément à ma vidéo d’hier : Un Brexit en forme de non-Brexit – j’ai fait ça hier matin et je vous annonçais qu’il y aurait sûrement des événements dans la journée. J’envisageais même la possibilité d’une démission de M. Boris Johnson, le Ministre des affaires étrangères, en lui recommandant de ne pas le faire… il l’a fait quand même, dans l’après-midi.

Pourquoi il ne l’a pas fait avant ? On n’est pas très certain. C’est peut-être la démission dans la matinée (ou plutôt dans la soirée de dimanche) de M. David Davis, le Ministre spécialisé dans les affaires du Brexit qui l’a encouragé à faire ça, Peut-être une évaluation du rapport de force…

Je lui conseillais de rester au gouvernement et d’essayer de saboter le gouvernement de Mme May, mais il a peut-être jugé que ce n’était pas possible. Comme j’avais dit dans la petite remarque que j’ai faite par la suite, ce n’était pas dans mon intérêt puisque moi je disais que le Brexit n’allait pas avoir lieu, et que M. Johnson en a été un grand partisan, mais ce qui est apparu dans la journée, c’est qu’après sa démission, une évaluation a eu lieu par les différentes parties, et ceux qui étaient en position… ceux qui auraient pu espérer se débarrasser de Mme May à la tête du gouvernement, ont fait une évaluation du rapport de force et ont décidé que ce n’était pas en leur faveur, c’est-à-dire pas en faveur d’un Brexit dur, et donc ils ont hésité à le faire.

Et ce matin, aujourd’hui, on nous dit que la position de fait de Mme May est confortée, c’est-à-dire une position en forme de faux Brexit, c’est-à-dire qu’il ne se passera en réalité pas grand-chose de différent de ce qui se passait avant, si ce n’est, et là il est intéressant que le commentateur – j’oublie malheureusement son nom, mais je le mettrai en dessous de la vidéo – du Financial Times [James Blitz] qui fait des rapports sur le Brexit en direct, fait une analyse dans le même sens que ce que je disais hier matin (je suis certain qu’il ne m’a pas lu mais les grands esprits se rencontrent) que si l’on reste dans la solution proposée par Mme May, on n’aura pas simplement un faux Brexit, mais on risque d’avoir, et c’est ça que je mettais en évidence, que finalement, la stratégie de ceux qui étaient en faveur du Brexit, c’est-à-dire d’obtenir tous les avantages de se trouver dans l’Union européenne sans les inconvénients, est en train de se renverser et qu’ils vont se trouver dans la position absolument inverse, c’est-à-dire d’avoir tous les inconvénients sans avoir les avantages, en particulier, comme souligne ce commentateur, le fait d’être soumis à certains types de règles, mais sans avoir le pouvoir d’intervenir quant aux décisions qui seront prises, quant à l’évolution de ces règles.

Voilà… comme j’ai dit, juste un tout petit point, un complément par rapport à ce que j’ai dit hier matin.

Et je vous mettrai le nom du commentateur, parce que ce ne serait pas très correct de ne pas le mettre. Je vous mets ça en dessous.

A bientôt !

Partager :