“Place Publique”. Fédérons, demain à Bordeaux

Ouvert aux commentaires.

Tiens, je vois que la personne qui modérera le débat auquel je participerai demain â Bordeaux aux Tribunes de la presse (j’y parlerai aussi – seul – aujourd’hui à 15h30) sera Claire Nouvian, j’en profiterai pour lui signaler que je rejoins leur mouvement “Place Publique”.

Partager :

103 réflexions sur « “Place Publique”. Fédérons, demain à Bordeaux »

  1. La majorité du peuple soutient les gilets jaunes.
    La majorité du peuple veut consommer plus.
    La majorité du peuple veut consommer encore plus.
    La majorité du peuple a choisi: Après nous les mouches !

    Laisser une planète habitable à leurs enfants ? la majorité du peuple s’en fout !

    La démocratie est le pire des systèmes, à l’exception de tous les autres… 😉 ??

  2. Chère éprouvette, cher éprouvé,

    Nous sommes le produit entre autre de la norme sociale, et quand la norme dit consommer.
    Je n’existe que si je consomme.
    Je n’existe que parque je le vaut bien.
    Je suis le gilet jaune comme je suis charli comme je suis le vent comme je suis le qu’on d’un autre comme le nous
    Ici ou là j’ai entendu parler d’un et range mouvement.
    Oui c’est étrange que d choisir le jaune qui pour mon grand père étaient les casseur de grève.
    Et puis il y a des signaux faible qui parlent.
    Pas plus tard que ce début d’après midi :

    Une femme seule,
    Une femme seule près d’un stop au bord du canal d’Orléans.
    Elle porte un gilet jaune.
    Elle regarde fixement tout les conducteurs qui s’arrêtent au stop.
    Elle manifeste en silence sauf que ces yeux portent un immense brouhaha.
    Elle vous fixe et lorsqu’elle estime que vous pouvez franchir le stop ses yeux vous autorisent.

    Avec mon épouse nous restons depuis avec cet étrangeté qui se passe dans l’air.

    Une femme 50 ans manifeste seule avec son gilet dans le fin fond de la campagne, étrange comme c’est étrange !!!

    Avec ma tendresse d’un samedi soir sur la terre, Pierre de la tribu des Queralts’.

  3. Monsieur Jorion
    La situation de vos lycéens à Bordeaux m’a tout l’air d’illustrer “le principe d’abrutissement” décrit par Joseph Jacotot. Abrutissement il y a, écrivait-il, quand une intelligence est subordonnée à une autre intelligence.
    Non pas de votre fait mais du fait de l’enseignant qui les a traînés dans ces rencontres ou bien ne les a pas préparés.
    Selon Jacotot, ce n’est jamais le savoir du maître qui va passer chez l’élève. Il va se passer quelque chose qui crée une aventure intellectuelle propre à chaque élève. Ce n’est pas un contenu.

    Par ailleurs, quand, aujourd’hui, tous les élus serinent qu’il faut de la pédagogie en politique, je crains fort qu’ils aient choisi ce principe de l’abrutissement….

Les commentaires sont fermés.