Libra : beaucoup à dire – et s’interroger, par Alexis Toulet

Ouvert aux commentaires.

1. Le libra ne sera pas une monnaie souveraine comme l’euro ou le yen – ce que dit craindre Bruno Lemaire. Il lui manquerait pour cela d’avoir cours légal sur un certain territoire, de même que l’euro a cours légal sur le territoire des Etats qui l’ont adopté comme monnaie, c’est-à-dire qu’il existe une obligation légale pour les débiteurs de l’accepter en paiement. En revanche, nul ne sera obligé d’accepter d’être payé en libras, dans aucun pays. Il n’est cependant pas acquis que cela fasse une vraie différence, tant sont populaires les médias sociaux.

2. Le libra ne sera pas une cryptomonnaie (ou cryptoactif ou cryptojeton quel que soit le nom qu’on lui donne) au sens du bitcoin ou de l’éther. En effet, cette monnaie sera gouvernée de manière centralisée par un intermédiaire auquel les détenteurs de libras devront faire confiance, non pas de manière décentralisée et désintermédiatisée comme le bitcoin – ceci indépendamment de l’utilisation pour le libra de la technologie de chaîne de blocs, qui ne suffit pas à elle seule à faire une cryptomonnaie. Le libra sera une monnaie fiduciaire, comme euro dollar ou franc suisse, « fiduciaire » dérivant du mot latin pour confiance : il s’agira bien pour les détenteurs de libras de faire confiance aux acteurs (une centaine) établis pour sa gestion. Ce sont ces acteurs qui constitueront collectivement l’intermédiaire en question.

3. Pourquoi alors utiliser la technologie de la chaîne de blocs ? Une bonne vieille base de données aurait suffi. Il y a peut-être une part de sacrifice à une idée à la mode – l’aspect publicitaire. Il y a surtout il me semble la volonté d’inspirer confiance en soulignant que non non ce n’est pas Facebook qui contrôlera le libra – voyons qu’alliez-vous croire ? – puisqu’il s’agira d’une centaine d’entreprises et institutions diverses au total. Et on comprend que Facebook se pose la question de la confiance qu’il s’agit d’inspirer, vu sa relation disons « compliquée » à la morale commune comme au respect de ses utilisateurs;

4. Est-ce crédible ? C’est à regarder de beaucoup plus près. Dans le système bitcoin, pour prendre le contrôle du réseau il faudrait rassembler plus de 50% de sa puissance de calcul. Et dans le système libra ? La régle sera-t-elle similaire ? Dans ce cas, quelle sera la répartition des puissances de calcul entre les cent acteurs à la base du système, théoriquement égaux entre eux ? Facebook, ou encore tel petit sous-groupe de firmes géantes parmi les cent, ne disposerait-il pas d’une position « plus égale que les autres », du simple fait de la puissance énorme de ses serveurs ?

5. A part l’extension de son domaine d’intervention – souci classique de toute entreprise en développement – une motivation de ce projet pourrait être le recueil des données financières et de paiement, pour utilisation en propre ou revente aux acteurs intéressés. Facebook proteste ses grands dieux que telle n’est pas son intention naturellement, là encore le système du contrôle distribué sur cent acteurs est mis en avant… mais l’infrastructure technique sera celle de Facebook, notamment pour le logiciel de paiement « Calibra » prévu pour la gestion par tout un chacun de son portefeuille de libras. Et tout « code de bonne conduite » mis en avant par une entreprise pourrait être détourné d’autant plus facilement que l’on maîtrise le soubassement technique de l’ensemble.

6. L’adossement du libra sur « un panier de devises traditionnelles et d’obligations d’Etat » se veut rassurant, par son classicisme pour une monnaie fiduciaire. Oui, mais là aussi il y a potentiellement du bénéfice et du pouvoir à « gratter ». A partir du moment où il serait suffisamment établi, d’une part le taux de couverture de la masse monétaire aujourd’hui annoncé à « 1 pour 1 » pourrait être baissé en-dessous de 100%, permettant l’émission de libras sans contrepartie, bref de se créer une « poule aux œufs d’or » similaire à celles dont disposent les banques centrales des monnaies souveraines : une planche à billets.

7. D’autre part, l’arbitrage entre telle ou telle monnaie pour la constitution des réserves fournirait un levier de pression plus qu’intéressant sur tel ou tel pays ou bloc économique même les plus grands. Si on imagine le libra utilisé quotidiennement par 1 à 2 milliards de personnes, sa masse monétaire énorme générera une forte capacité de pression sur tout Etat. Voir cette remarque intéressante sur « Capital ».

« [Avec Libra] Facebook ne va pas concurrencer les États mais plutôt organiser la concurrence entre eux. Projetons-nous dans 10 ans quand le Libra sera utilisé par 1,5 milliard de personnes, soit plus que le yuan et plein d’autres monnaies. Il y aura une masse monétaire monstrueuse et le rapport de force sera totalement inversé.

En cas de conflit avec la BCE, Libra pourra réduire la part de l’euro dans son panier de devises au profit d’autres monnaies. Ça fera chuter le cours de l’euro, du CAC 40 et aura des conséquences sur la zone euro, comme lorsqu’un fonds de pension fait pression sur des États, mais en version XXL. On se retrouvera sur un marché où le dollar ne sera plus l’étalon – ce que l’on peut regretter ou pas -, remplacé par le Libra, de dépit de sa fonction de panier de devises. »

 8. Ce méga-projet de Facebook peut rencontrer des obstacles, et d’abord le risque d’une régulation, voir la Banque de France qui agit, par l’intermédiaire de l’Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (APCR), pour pousser à la discussion au G7 de la régulation des « stable coins »…

« Je souligne à ce propos que nous venons, avec Bruno Le Maire et au nom de la présidence française du G7, de décider la mise en place d’une task-force sur les projets de « stable coins » : le » libra », dont on a beaucoup parlé ces derniers jours, mais pas seulement lui. Au demeurant, ce terme de » stable » devra être précisé: stable contre quoi (si c’est un panier de devises, quel panier ?); et stable jusqu’à quel point (fixe, ou partiellement flexible ?). Dirigée par Benoit Coeuré avec des représentants des banques centrales, elle devra dans les prochains mois examiner les exigences anti-blanchiment, mais aussi celles de protection des consommateurs, de résilience opérationnelle, ainsi que les éventuelles questions de transmission de la politique monétaire. Nous voulons allier ouverture sur l’innovation et fermeté sur la régulation : c’est l’intérêt de tous. Et nous devons parallèlement améliorer encore l’efficacité des systèmes de paiement existants, en transfrontières : la Banque de France promeut activement une stratégie européenne en la matière. »

Les Etats « bougent encore ». Mais sauront-ils et voudront-ils accorder leurs visions et leurs pratiques pour établir une régulation suffisamment stricte ? Il est permis de ne pas être excessivement optimiste, à considérer l’influence des théories du type « dérégulation quoi qu’il arrive » ou encore la montée des tensions géopolitiques : quand on s’inquiète de passer ou de rester devant son voisin, on s’occupe moins des éventuels intérêts communs, à supposer encore qu’on en soit conscient.

9. Une autre limite éventuelle à ce projet, c’est la concurrence. Si d’autres parmi les grands médias et maîtres d’Internet montent des projets semblables, il est envisageable que la concurrence entre plusieurs monnaies privées attachées chacune à un réseau social limite le pouvoir de chacune d’entre elles, du moins pour ce qui est des aspects « planche à billets » et « levier de pression sur les Etats ».

Cependant, rien n’est moins sûr. D’une part il pourrait y avoir un avantage objectif à utiliser une seule monnaie – c’est l’un des projets de monnaie privée qui l’emporterait et marginaliserait tous les autres, comme Google l’a fait pour les moteurs de recherche. D’autre part, le monopole n’est pas la seule forme de contrôle capitalistique menaçante… il y a encore le cartel. Rien n’empêcherait les institutions contrôlant un petit nombre de monnaies privées adossées à des médias sociaux… de s’entendre entre elles !

10. Une potentialité intrigante, c’est que « Zuck soit l’idiot utile de Satoshi ». C’est-à-dire que le PDG de Facebook Zuckerberg découvre qu’au final son projet ne serve que de marchepied à une cryptomonnaie (cryptojeton) au sens propre, c’est-à-dire décentralisé et sans intermédiaire, que ce soit le bitcoin créé par Satoshi Nakamoto ou une autre. En effet, ce qui bloque actuellement l’extension du système cryptomonnaie n’est plus la limitation technique du nombre de transactions que le réseau peut prendre en charge par seconde : l’obstacle a été levé avec le réseau secondaire Lightning. En dehors d’une stabilisation de la valeur du bitcoin et des autres – qui pourrait arriver avec le temps – il manque surtout l’extension du nombre de personnes « initiées » au-delà des quelques millions qui y ont déjà « touché » voire possèdent des bitcoins ou d’autres cryptos. Or, le libra promet de faire passer le nombre d’initiés de millions… jusqu’à des milliards ! Rien n’empêchera que ces personnes ne s’intéressent ensuite à un système qui leur procure essentiellement les mêmes bénéfices, mais sans le contrôle par l’intermédiaire privé que serait Facebook même rejoint par 99 autres.

On pourrait dire que le libra, n’ayant que l’apparence d’une cryptomonnaie sans intermédiaire, sera au bitcoin ce qu’est le Canada Dry à l’alcool. Un scénario, c’est que consommer du Canada Dry ne soit que le premier pas vers la consommation d’alcools à proprement parler.

Partager :

16 réflexions sur « Libra : beaucoup à dire – et s’interroger, par Alexis Toulet »

      1. Une force armée doit elle être considérée de ce fait comme une richesse ? Sinon le dollar est mal barré 😉 La richesse de Facebook est à peu près aussi tangible que celle des US si on décompte leur dette ( dont une partie serait détenue par Facebook en bond que ça m étonnerai pas lol )
        Et pendant ce temps le bac ni vu ni connu qui remonte à 8000 euros…

  1. C’est peut être aussi un nouvel ordre monétaire qui se met en place.
    Une sorte de DTS électronique privatisé.
    C’est aussi préparer le post dollar, les accords monétaires entre Brics, l’extension du’droit à toutes les transactions en $ commencent à monter la fragilité du privilège exhorhitant.
    Une fois le US$ remplacé par la libra, la puissance des géants Internet US remplacera la puissance militaire nécessaire à l’acceptation du dollar. Bientôt la Comex ou le Brent en Libra ?
    Fini le dileme de Trifin, les US pouraient enfin avoir une balance commerciale en équilibre ce qui sera favorable à l’industrie et à l’emplois local.
    Mais Quid de l’immense dette US avec des milliers de milliards de dollars qui servent à l’économie internationale et qui seront échangé contre des libras ? Cela me semble inflationniste voir hyper inflationniste pour le US$.

  2. Un des « commentaires » les plus complets que j’aie pu lire depuis trois jours… Merci.
    Manque , à mon (très) humble avis, l’aspect « monopolisateur » du marché du paiement électronique, étant entendu que , nécessairement, un  » incitant  » (réduction unitaire sous condition, réduction par limite d’accumulation d’achats sous « libra », cadeau « porte-clef » = entrée réduite chez un autre adhérent.. etc) sera utilisé pour « persuader » les centaines de millions de petits « utilisateurs » de « convertir » les « vraie » monnaie en « libra ».
    Et donc, à terme (inéluctable..) une déstabilisation de la notion classique de « commerce »…. (amha)

  3. Par souci de symétrie à la Paul A. M. Dirac (inventeur des antiparticules, ou plus exactement d’équations offrant la symétrie entre une solution de type « particule » et une solution de type « antiparticule »), on pourra avoir d’une part le « libra » et d’autre part le « prisonna » (ou « carcera »).

    De même que la nécessité de produire des biens sans en avoir la moindre finalité, (le capitalisme productiviste qui s’impose au XIXè siècle, sur tous biens jusqu’au bétail) a résulté en une « libération » de la contrainte d’autosuffisance plus ou moins locale, mais s’est accompagné d’un asservissement à la production machinique, je fais l’analogie.

    Le « bon libra » ou « libra » tout court donne de la trésorerie facile partout, vous devenez, vous particulier, un « opérateur de flux » parmi 5 milliards d’autres, et tant que votre flux a une contrepartie dans votre coin du système (ou votre coin du monde), vous êtes libéré de la pesanteur d’une « auto-cohérence monétaire ».
    En revanche, comme le couplage réalisé par le capitalisme productiviste entre rapport de force inter-humains et production, s’il s’établit un régime où votre rôle dans la société n’est pas d’être un opérateur de flux anonyme mais une marionnette poussée à mettre son flux là où Big Uncle le juge bon (comme le prolétaire devait mettre sa force de travail là où Krups ou Schneider le jugeait bon, sans parler des colonies, des africains ou des « indentured servants ») , alors, vous aurez la joie d’utiliser de facto le « carcera » même si en apparence, ce sera du « libra ».

    Le consumérisme était censé vous rendre libre en vous détachant de certaines contingences, modulo un rôle adéquat dans le grand tout (Marcuse, l’homme unidimmensionnel, par exemple). C’est devenu un système de perte de sens pour une majorité, et un allié du capitalisme qui amplifie sa face aliénante.

    Le « libra-isme » ne sera-t-il pas « que » le troisième ou quatrième étage de la fusée « Hubris » ? Celle dont la Lune est une Terre pas très hospitalière.

    1. Un peu lyrique et bien vu.
      Le pognon est chose trop délicate pour le laisser gérer par des financiers. Il est donc prévisible que libra deviendra carcera pour la majorité. Et pour les Harpagon, cassetta.

      Une idée facebouque d’origine est forcément suspecte. Un bonneteau évident, pas la peine de se demander où est l’embrouille.

      Dire ‘Non’ est comme d’hab le début du bon sens. Populiste, le bon sens ? Non, populaire.

  4. Un pas de plus vers l’artificiel: un outil dont on n’a pas besoin, pour payer des choses dont on n’a pas besoin.

    Comme d’habitude, on ignore totalement, entre autres, l’impact écologique de son utilisation (extrêmement énergivore) et les nouvelles exigences créées (possession d’un appareil compatible, apprentissage de son utilisation, mises à jour)…

    En Suède, on m’avait déjà forcé à créer un compte Facebook pour des raisons professionnelles… et bientôt, on nous forcera à payer nos impôts en libras? Donc à avoir de l’électricité, une connection internet, un appareil à jour, à savoir s’en servir et à avoir un compte approvisionné?

    Jusqu’où va-t-on empiler les exigences pour un truc aussi primitif, qui existe depuis des milliers d’années – le paiement?? Et je m’estomaque qu’on passe même du temps à en parler, à tourner autour du pot, alors qu’il est évident que cette créature est encore une chimère technocrate juste bonne à nous faire croire qu’on a davantage besoin de wifi que d’eau potable…

  5. Ce qui apparaît surtout très clairement à travers ce projet, c’est qu’il constitue un pas de plus vers les démantèlement des États – soit une communauté politique inscrite dans un territoire donné – au profit des entreprises – soit des entités libérées des contingences de localité et mues par une seule finalité, la recherche du profit (et tous les cache-sexe du type « codes de bonne conduite » n’y changeront rien). L’une des dernières fonctions régaliennes des États, ou des communautés d’États, s’effondre: battre monnaie.

    Nous y voilà, donc : l’organisation des sociétés humaines livrée aux seuls appétits des mercanti. L’horreur intégrale. Aristote doit se retourner dans sa tombe…

    Le seul motif d’espoir, c’est que bien entendu le système finira tôt ou tard par se faire hacker – plutôt tôt que tard. D’ailleurs, on connaît déjà le coupable : les russes, bien entendu.

  6. Peut être un problème aussi du coté puissance de calcul … et surtout cout énergétique… la thermodynamique connaît pas la loi de Moore….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.