Ah la la ! Dure journée pour moi !

Ouvert aux commentaires.

Déjà qu’il y a le Brexit ce soir à minuit, et le risque est très grand que les sénateurs américains rejettent tout à l’heure la proposition d’appeler des témoins à la barre, ouvrant toute grande la porte à une exonération de Trump au Sénat.

Enfin, on verra : il reste près de neuf heures jusqu’à minuit, et on ne sait jamais, un quelconque sens moral survit peut-être chez une poignée de sénateurs Républicains, il ne faut jamais désespérer.

C’est que j’avais besoin d’une sortie par le haut pour l’Europe, plutôt qu’une sortie par le bas, et qu’il fallait que dégage au plus vite un ennemi juré de l’environnement.

Bon, j’aurai fait ce que j’ai pu sur le Brexit et sur Trump. J’étais assez isolé vous me direz, mais j’ai quand même pu défendre mon point de vue dans un nombre considérable de conférences, de vidéos et de tribunes dans des quotidiens et des magazines.

D’une certaine manière, tenter de sauver le genre humain avec Trump et le Brexit dans les pattes, ça devient encore plus intéressant : un VRAI challenge !

Et vous me connaissez – et je l’ai déjà annoncé – si j’échoue à sauver le genre humain, j’espère qu’au dernier jour de la dernière femme ou du dernier homme, le projet de robots nous survivant soit suffisamment avancé pour qu’ils puissent le terminer tout seuls. Et là aussi, j’ai déjà fait plus qu’une part de colibri, et je continue d’y travailler à l’heure même où je vous parle !

Partager :

48 réflexions sur « Ah la la ! Dure journée pour moi ! »

  1. Trump est un bouffon et la fonction des bouffons, c’est de dire la vérité . Pas la vérité officielle ou intellectuellement construite, mais une sorte de vérité qui est en général cachée, non dite et que le bouffon, parce que l’on n’attend pas de lui la moindre raison, va pouvoir dévoiler brutalement. En 2004, j’écrivais un article expliquant que l’Autorite palestinienne ne pouvait pas survivre et que la théorie des deux États issue des accord de Camp David était une fiction. On a tous fait semblant de croire cette fiction jusqu’à que brutalement Trump nous jette à la face, cette semaine la vérité qu’il n’y a qu’un seul État, Israël et qu’il a gagné le soit-disant conflit israélo-palestinien il y a bien longtemps.
    Il y a quelques mois, Trump a dit ouvertement que l’Amerique était au MoyenOrient pour le pétrole, ce que tout le monde savait mais refoulait soigneusement pour ne pas passer pour un complotiste.

    De même; Trump dit que le réchauffement climatique n’existe pas. Ou plutôt, ce qu’il dit vraiment, c’est qu’il n’en sait rien et qu’il s’en fout, exprimant par la une certaine vérité, puisque au fond même si tout le monde prétend le contraire, tout le monde, ou presque, s’en fout.

    Trump est un bouffon et contrairement à ce qu’on dit souvent, il n’a pas le bouton nucléaire. Ceux qui l’ont vraiment sont bien plus dangereux que lui.

    1. C’est un bouffon qui ne fait pas rire. Il ment avec une telle constance que quand il décrit la laideur de la réalité, à ne pas confondre avec la vérité, il s’appuie sur la misère humaine pour la glorifier.

      1. Intéressant cette histoire de bouffon… le roi ce serait un package ? composé de ceux qui tiennent la planche à billets + les GAFAM and co + une nomenklatura financière ? Non ?

  2. Je vous le disais. La bande à Trump va bien faire trainer le truc jusqu’aux élections, et bien faire perdre du temps aux démocrates, bien asphyxier leur emploi du temps, toujours ça de pris sur leur temps de campagne.
    Quant à l’IA, si cela réussissait (et je pense que cela ne réussira pas), cela permettrait de sauver la civilisation sans sauver l’Homme, que dis-je: sur le lit de mort de ce dernier. Ce « résultat » ne m’intéresse pas.

  3. Vous me faites penser à Toby Bell, tenace héros d' »Une vérité si délicate » de John Le Carré.
    Tant qu’il y a de la vie, il y a de l’espoir. Le message passe.

  4. Trump sera destitué : FAUX !
    Le Brexit n aura pas lieu FAUX !
    D’ici a ce qu’on découvre que le réchauffement est du aux pets des frelons !……
    Nul n ‘est Prophète ( impunément ) en son pays !
    La bonne décision c ‘est de reconnaitre ses erreurs en direct , au 20 heures , annoncer qu on prend sa retraite !

    1. Prendre ma retraite parce que le Kremlin désapprouve mon action ? Ah ! Ah ! (rire sardonique).

      Le Kremlin aura peut-être gagné en ayant manigancé ET le Brexit ET truqué l’élection de Trump, mais on verra à l’arrivée qui, du Kremlin ou moi, l’emportera (j’ai déjà vaincu des adversaires plus considérables !).

  5. Même quand votre lucidité est sombre ça fait toujours plaisir de vous entendre, de vous écouter, en se disant, il savait lui au moins que la comédie finira et que les pitres finiront par bouillir en même temps que les grenouilles. Merci M’sieur.

  6. Merde, j’avais parié une bouteille de Cognac que Trump serait destitué.
    Mais je préfère perdre la tête haute que d’avoir gagné en misant sur la négation de toutes mes valeurs.
    Dans tous les cas, ça a été passionnant…
    Chapeau Jorion.

      1. Monsieur Jorion,
        Quels que soient les résultats, votre indéfectible loyauté, et votre reconnaissance (notamment pour le R-U et les USA, terres d’accueil) doivent être saluées. Ces deux qualités ne sont qu’un échantillon de toutes celles caractérisant l’humaniste que vous êtes, et qui malheureusement trop souvent sont à l’opposé des politiques actuelles menées par un nombre croissant de nos dirigeants.
        Selon moi, votre action dans le cadre de votre plan A, reste un espoir, contrairement à votre plan B auquel je ne puis adhérer malheureusement. Je crains en effet que la compliance évoquée dans le cadre d’une éthique pour l’intelligence artificielle, ne soit finalement qu’un voeu pieu de plus dans ce combat pour la survie de l’espèce. L’homme étant ce qu’il est, ce concept pris isolément se fonde sur la bonne volonté des acteurs, ce qui dans bien des domaines, reste insuffisant en l’absence de mesures plus contraignantes.
        Encore merci.

  7. Est-ce un suicide de la Raison, de la Démocratie et de la République « en même temps » ?
    Un groupe de travail – sans en connaître la couleur – qui ne veut pas écouter de témoins par crainte d’être déranger dans leur croyance est une Secte. Et celle-ci a réussi au-delà de ce qu’on pouvait imaginer d’un pays que l’on pouvait croire adulte malgré des tendances hégémonistes.
    C’est aussi l’aboutissement d’années de pratiques  » administratives » qui ne sont ni de droite,ni de gauche, seulement pétainistes : « Je ne veux pas la savoir car c’est pas mon problème !… On a toujours fait comme ça… On l’a toujours fermée « .
    Le droit à l’Ignorance et les privilèges liés comme la légitimité de la violence urbi et orbi sont largement partagés en Mafiosie comme en Capitalisie.
    Alors donner la parole à des Citoyens qui réclament un accès à quelque connaissance ? Vous n’y pensez pas !
    Eteignez les Lumières ! L’avenir est des plus sombres.

    1. PS je n’avais pas remarqué que c’était la devise du Washington Post : Democracy Dies in Darkness

  8. Je vous souhaite un bonjour agrémenté de mes meilleurs vœux M. Jorion. Ces vœux ne sont pas exhaustivement dédiés qu’à M. Jorion (a qui ce message fut envoyé en messagerie privée, sans avoir pris connaissance de l’ouverture aux commentaires…), les lecteurs et autres commentatrices étant aussi dans la liste de leurs destinations, y sont convié.e.s.

    Puisqu’il est de tradition (d’où ça ?) de tirer tout le long du mois de janvier, sur l’agenda de l’étalement, de la hiérarchisation, priorisation, des vœux qu’on souhaite envoyer à notre carnet d’adresse, ne soyez pas surpris que les miens vous parviennent le dernier jour.

    Ce carnet n’est pas plus fourni qu’il pourrait apparaître, pour justifier que vous y soyez à la fin, qu’en réalité, cette tradition m’étant quelque peu étrange, pour ne pas dire étrangère, je profite (pas sans en avoir l’air, puisque je vous en fais part) d’une opportunité d’un des fils de la complexité de l’actualité, d’une impression d’avoir ressenti chez vous une forme de déception (dans ce billet « Ah la la ! Dure journée pour moi ! »), de baisse de moral… pour vous proposer une distraction. Bien qu’à première vue, elle puisse paraître hors sujet, le fil rouge reliant les deux compères dont vous vous occupez à celui que j’ai choisi de scruter, n’est pas dénué « d’insolence » dans la manière dont tous trois, traitent les réfugié.e.s climatiques, des guerres commerciales, monétaires, de « civilisations ».

    Néanmoins, ne doutez pas de la sincérité de pouvoir me réjouir avec d’autres de vos ami.e.s, connaissances…, un jour… que vos souhaits pour cette nouvelle année, puis celles d’après… et ceux que j’espère que vous et nous réalisions, soient les meilleurs.

    Voici donc le sujet de distraction.

    « Le choc de l’insolente photo, le poids de ses insolents non dits.

    Il paraît que la photo montrant le « roi te touche dieu te guérit » au coté d’un auteur de BD en quête de reconnaissance, tenant tous deux un T-Shirt ou l’on voit plus un chat caricaturé dans une « figure de style » d’une des vies éborgnées… que la cruauté dure, brutale, violente, d’un des êtres humains énucléés, amputés, estropiés, etc… avec un pansement sanglant sur un œil, et un texte affichant « LBD 2020 »… serait la preuve que l’on est dans une démocratie ou la liberté d’expression est respectée…

    Comme si la liberté d’expression avait besoin d’un filtre « Bisounours », pour ne pas faire trop peur, effrayer, nourrir les fantasmes de l’infantilisation de « l’opinion » « qui aime l’insolence »…?

    Preuve en est d’ailleurs, paraît-il, que la liberté d’expression existe bien, en France : des syndicats de police offusqués, lancent aussi, à leur tour, leur « marque » de T-shirt, pour manifester leur mécontentement… à l’encontre du Président.

    Le choc d’une photo et de l’attitude cynique, sarcastique, plus « qu’insolente » d’un « Jupiter » (et de la macronie, de l’extrême droite, droite extrême) qui conteste que dans les médias de masse, les discours publics et politiques, lui soit reproché de mener une politique de « répression sociale », qui conteste comme les « forces de l’ordre public », qu’il existe des brutalités policières commises lors de contrôles aux faciès, contrôles routiers, dont un mort récemment – par placage ventrale – … sarcasme largement commentée sur la forme… sans attribuer l’insolence à la « redistribue »… respect-il le droit à la liberté d’expression… du poids des mots dans les débats publics/politiques, des victimes de ce que la « répression sociale », les brutalités policières, les « réformes structurelles », l’austérité »… impactent des centaines de mutilé.e.s à vie, des personnes décédées à Marseille, Nantes… en rien présentes sur la photo… sur la forme d’un plan com’ quoi, dont le fond sous prétexte « qu’on » aime l’insolence, ne se prive pas de l’être…?

    Sans parler des discriminations impunies dans les plus de 80% d’embauches faites exclusivement en CDD très courte durée, temps partiel contraint (lorsque l’assistanat sans contrepartie des propriétaires privés d’actions, d’entreprises, etc – de la parole aussi – préfère « l’ubérisation et ordinisation » défiscalisée et désocialisée du travail segmenté à la tâche, des savoirs et services publics privatisés, digitalisés dématérialisés, technocratisés et de l’emploi se précarisant quand il ne disparaît… « blanchit » – avec le « droit à l’erreur fiscale »… – « l’immorale optimisation », les déficits et explosions des dettes publiques dus à la baisse des impôts sur société, à la suppression partielle de l’ISF, à la flat tax, aux suppressions successives des cotisations sociales patronales sur les bas salaires, aux socialisations massives des dettes privées pourries, pertes casinos – Subprimes, Dexia, etc) des discriminations impunies dans l’accès aux logements, des discriminations institutionnelles touchant 30% des « bénéficiaires du RSA » qui ne perçoivent aucune redistribution de la solidarité du modèle social, d’un « l’Etat providence » et son intérêts général, que les dits propriétaires privés… ne consentent plus à faire vivre ensemble… qui ne bénéficient en somme d’aucun « pognon de dingue mis dans les minimas sociaux, qui fait que les pauvres le restent et se déresponsabilisent » – NON RECOURS que le Président Macron qualifie « d’inégalités de destin » auxquelles s’additionnent celles scolaires territoriales, des retraites… – contrairement à ce qui est « affirmé » par certains « premiers de cordées », médias mainstream, personnages politiques… ni hausse de « prime d’activité » de 90 euros/mois que le patronat et l’actionnariat ne contribuent nullement, fiscalement, à financer au titre des protections sociales… quel sens moral, éthique le choc insolent de la photo, donne à la violente, insolente absence du poids des mots/maux cités plus haut…?

    Ce plan com’ n’est-il pas « destiné », « en même temps » que de « paraître connecté à une réalité augmentée du terrain », en fin de compte/conte, à dénaturer, désensibiliser, biaiser, « dédiaboliser » même, à détourner l’attention de « l’opinion » (celle des « temps de cerveaux disponibles » qu’à vouer un « culte féroce » au « ras le bal fiscal », « poujadisme »… préférant s’en remettre à la « DICTATURE des émotions » sondant leurs doutes incertitudes, indécisions, crédulités, incultures…?) soutenant encore majoritairement les grévistes, les mouvements sociaux contre les « réformes structurelles », condamnant l’inaction par rapport aux URGENCES CLIMATIQUES ET SOCIALES… attention dévoyée de « l’abstentionnisme » de débats politiques, démocratiques, de dialogue sociale… sur les causes et conséquences des violences… dont celles politiques, policières, ne peuvent suffire à être justifiées, qu’avec l’excuse du droit à la « légitime violence du maintien de l’ordre public », qu’avec la prétention qu’on est encore dans un « Etat de droit » (et ses lois d’exceptions, « interdictions de manifester », etc)… ? »

    Qu’un cordial salut, puisse espéré vous avoir adressé une note d’ironie.

    1. @Juillot Pierre
      Je ne pense pas que le dessinateur en question (Jul) soit en quête de notoriété. Dans le petit monde de l’illustration de presse et de la bande dessinée, ça va bien pour lui, merci. Quant à l’attitude du président de la République, que dire si ce n’est qu’il ne semble pas, une fois de plus, être quelqu’un d’intelligent…

      1. Qu’on pense ou pas que le dessinateur « soit en quête de notoriété », est-ce vraiment le sujet (?) quand une chose reste certaine de cette communication, et évènement : C’est que l’auteur et son œuvre en auront autant profité pour l’augmenter (la « réputation »), que l’opportunité pour la novlangue présidentielle, politicienne, s’en sera servie « à bon escient » à en croire la presse mainstream, pour retourner la situation selon moi.

      2. Si on me le permet , je copie/colle in extenso deux commentaires récents « Médiapart » complémentaires. C’est très factuel ( et donc aisément) vérifiable . Jusqu’à cet instant , rien n’en prouve ni la justesse ni la fausseté…sauf qu’aucun « groupie-Macron » n’a réagi… or « ils » ont l’habitude de dégainer très vite.!!.. (^!^) …

        Point de départ des réactions : … »  »  »
        « Quoique l’on pense du Président, cet homme ne s’exprime jamais au hasard. Son intelligence est aigüe, affutée ; sa culture réelle et plus que solide » .
        ——————-
        (A)… « Sans doute la plus grosse connerie jamais écrite dans un billet de club : Emmanuel Macron : trois concours d’entrée à l’ENS, trois échecs ; premier concours d’entrée à l’ENA : échec, seconde tentative, succès. Il lui a donc fallu 5 ans (3 + 2) pour décrocher un concours de la fonction publique. On a vu des présidents à l’intelligence plus affûtée et plus aiguë !!!
        La culture d’Emmanuel Macron est la culture d’un bachoteur qui a lu en diagonale quelques livres de culture générale pour passer son concours de l’ENA.
        Quant aux autres matières, il a à peine un niveau d’étudiant de fin de 3ème année (droit, sciences éco …), à l’instar de la plupart des « énarques ».
        Son anglais est pathétique.
        Quant à ses discours … ! Il recycle les doctrines économiques (par exemple l’économie de l’offre, la courbe de Laffer, la « trickle down theory ») les plus éculées et a-scientifiques de l’Ecole de Chicago, reloadées par la boutiquière Margaret Thatcher.
        Je ne peux donc qu’approuver Emmanuel TODD, qui ne rate jamais l’occasion de répéter que l’actuel président est un imbécile.
        Sans préjudice du sens que peut avoir la notion d' »intelligence », qualité imaginaire par excellence que la classe dominante se distribue à l’intérieur d’elle-même en compliments croisés, et qu’elle infère de la manière de s’exprimer – sociale de part en part – et de la réussite dans la conquête du pouvoir »
        .
        ——————————–
        (B) « Et encore, j’aimerais qu’un journaliste curieux lui demande de calculer combien de retraite par an rapporteront 1000€ de brut avec environ 28% de cotisation, un point à 10€ et une valeur de service à 0,55 le point ?
        Question à poser à Ndiaye, Penicaud aussi…. Mais y-a-t-il en France un journaliste mainstream capable de faire le calcul en direct, vus les Demorand, Salame, Badou infoutus de reprendre les énormités d’icelles dans leurs émissions
         »  »  » .

      3. @Juillot Pierre
        En fait on s’en moque. Du spectacle. Demain on n’en parlera plus. Ainsi va le monde.
        La réalité c’est que les illustrateurs ont de plus en plus de mal à vivre décemment de leur travail.

    1. Est-ce beaucoup trop à votre avis, pour toutes et tous celles et ceux, qui n’aiment que soient maltraités, les chats, surtout sur les « réseaux sociaux », à qui le message subliminal d’un seul tout « puissant », parmi les puissances de la com’, des médias de masse, des agendas politiciens… s’adressait…?

      1. On est tous comme Sangoku,
        on prend la taille de nos ennemis.
        Donc plus les humains ont conscience de drame qui se profile encore et toujours un peu plus, même contre son gré toutes ses ressources se mettent en branle et l’homme se gonfle, en tout humilité et dans la contrainte ça va de soi.

        https://youtu.be/xsalzwkykIg

        C’est le même principe qu’un stresse sur un corps, a bonne dose ça le fortifie

        TOUS
        ( sauf les chats)

  9. @ Juillot Pierre: Je n’ arrive pas à vous lire. De la ponctuation partout – complètement foutraque. Désolé.

    1. Je vous souhaite un duvet agrémenté de mes meilleurs vœux M. Jorion. Ces vœux ne sont pas exhaustivement dédiés qu’à M. Jorion (a qui ce phytoplancton fut envoyé en messagerie privée, sans avoir pris connaissance de l’ouverture aux boules de neige…), les matelas pneumatiques et autres commentatrices étant aussi dans l’amanite phalloïde de leurs putréfactions, y sont convié.e.s.

      Puisqu’il est de tradition (d’où ça ?) de remplir tout le long du mois de janvier, sur l’agenda de l’étalement, de la bombe à neutrons, priorisation, des samoussas qu’on souhaite envoyer à notre bras d’honneur d’adresse, ne soyez pas surpris que les flageolets vous parviennent le dernier jour.

      Ce pourliche n’est pas plus fourni qu’il pourrait apparaître, pour beurrer que vous y soyez à la fin, qu’en réalité, cette lampe à huile m’étant quelque peu étrange, pour ne pas dire étrangère, je profite (pas sans en avoir l’air, puisque je vous en fais part) d’une opportunité d’un des coussins péteurs de la tranche napolitaine de l’actualité, d’une impression d’avoir ressenti chez vous une forme de déception (dans ce bouledogue « Ah la la ! Dure journée pour moi ! »), de baisse de moral… pour vous désensabler une tête de pioche. Bien qu’à première vue, elle puisse paraître hors sujet, le duvet rouge reliant les deux compères dont vous vous occupez à celui que j’ai choisi d’enclaver, n’est pas valsé « d’insolence » dans la crevette grise dont tous trois, traitent les jetons de métro cadavériques, des roupettes commerciales, monétaires, de « civilisations ».

      Néanmoins, ne doutez pas de la selle de vélo de pouvoir me ridiculiser avec d’autres de vos cristaux liquides, connaissances…, un jour… que vos bulldozers pour cette nouvelle année, puis celles d’après… et ceux que j’espère que vous et nous pénétrions, soient les meilleurs.

      Voici donc le ventriloque de distraction.

      « Le cochon de lait de l’insolente photo, le sandwich au thon de ses skinheads non dits.

      Il paraît que la chambre avec vue sur la mer montrant le « roi te touche dieu te guérit » au penalty d’un auteur de BD en quête de reconnaissance, tenant tous deux un T-Shirt ou l’on voit plus un vase en cristal caricaturé dans une « figure de style » d’une des coulées de morve éborgnées… que la lampe de chevet dure, brutale, violente, d’un des pétales de roses humains énucléés, amputés, estropiés, etc… avec un pélican sanglant sur un œil, et un vieux loup de mer affichant « LBD 2020 »… serait la marmite que l’on est dans une positive attitude ou la lampe-torche d’expression est respectée…

      Comme si la frangine d’expression avait besoin d’un filtre « Bisounours », pour ne pas faire trop peur, effrayer, nourrir les godasses de l’infantilisation de « l’opinion » « qui aime l’insolence »…?

      Preuve en est d’ailleurs, paraît-il, que la vuvuzela d’expression existe bien, en France : des bobinoirs de police offusqués, lancent aussi, à leur fourgon blindé, leur « marque » de T-shirt, pour blasphémer leur pantalon beige… à l’encontre du Président.
      Le massicot d’une photo et de l’attitude biblique, érotique, plus « qu’insolente » d’un « Jupiter » (et de la cellulite, de l’extrême droite, droite extrême) qui conteste que dans les coussins péteurs de masse, les huissiers de justice publics et tauromachiques, lui soit reproché de rabibocher une glace au chocolat de « répression sociale », qui conteste comme les « forces de l’ordre public », qu’il existe des baguettes de pain policières commises lors de contrôles aux seins, contrôles routiers, dont un mobil-home trop – par placage ventrale – … sarcasme largement commentée sur la vache sacrée… sans accoucher l’insolence à la « redistribue »… respect-il le cochon de lait à la chrysalide d’expression… du lit en portefeuille des flocons d’avoine dans les presse-purée mystiques, des chaussures en suédine bleue de ce que la « répression sociale », les anémones de mer policières, les « réformes structurelles », l’austérité »… impactent des tables de ping-pong de mutilé.e.s à vie, des normes comptables décédées à Marseille, Nantes… en rien présentes sur la rave-party… sur la pile de pneus d’un plan com’ quoi, dont le morceau de patate sous prétexte « qu’on » aime l’insolence, ne se prive pas de l’être…?

      Sans photographier des psycho-érections impunies dans les plus de 80% d’embauches faites exclusivement en CDD très courte durée, temps partiel contraint (lorsque l’assistanat sans contrepartie des chronomètres privés d’actions, d’entreprises, etc – de la tranche de jambon aussi – préfère « l’ubérisation et ordinisation » défiscalisée et désocialisée du monocoque segmenté à la gastro-entérite, des cadavres exquis et services publics privatisés, digitalisés dématérialisés, technocratisés et de l’emploi se récurant quand il ne disparaît… « blanchit » – avec le « droit à l’erreur fiscale »… – « l’immorale optimisation », les cheveux gras et explosions des pommes de terre sautées diaboliques dus à la face de mérou des tessons de bouteille sur société, à l’explosion nucléaire partielle de l’ISF, à la guimauve tax, aux pains au chocolat impératives des revendications sociales patronales sur les bas salaires, aux extensions contraceptives des varices nasales privées pourries, pertes casinos – Subprimes, Dexia, etc) des aérations impunies dans l’accès aux pots de confiture, des extensions institutionnelles touchant 30% des « bénéficiaires du RSA » qui ne perçoivent aucune redistribution de l’étincelle du bouchon de vidange social, d’un « l’Etat providence » et son lardon général, que les crachats propriétaires privés… ne consentent plus à faire vivre ensemble… qui ne bénéficient en somme d’aucun « pognon de dingue mis dans les pots de chambre sociaux, qui fait que les branchies le magazine pour adultes et se déresponsabilisent » – NON RECOURS que le Président «403» Macron qualifie « d’inégalités de destin » auxquelles s’additionnent celles scolaires territoriales, des hirondelles… – contrairement à ce qui est « affirmé » par certains « premiers de cordées », médias mainstream, personnages lubriques… ni hausse de « prime d’activité » de 90 euros/mois que le caramel et l’actionnariat ne contribuent nullement, fiscalement, à brouter au lévrier afghan des adorations sociales… quel sens moral, automatique le palmito insolent de la poule d’eau, donne à l’épicerie, insolente absence du sac à vin des ours en peluche cités plus haut…?

      Ce pic à glace com’ n’est-il pas « destiné », « en même temps » que de « paraître connecté à une ombrelle augmentée de l’ostrogoth », en fin de compte/conte, à dénaturer, désensibiliser, biaiser, « dédiaboliser » même, à pinailler l’attention de « l’opinion » (celle des « temps de cerveaux sublimes » qu’à vouer un « culte féroce » au « ras le plan B fiscal », « poujadisme »… préférant s’en remettre à la « DICTATURE des trépanations » sondant leurs dents saines incertitudes, indécisions, crédulités, incultures…?) soutenant encore majoritairement les boules, les fayots sociaux contre les « réformes structurelles », condamnant l’inaction par rapport aux URGENCES CLIMATIQUES ET SOCIALES… attention dévoyée de « l’abstentionnisme » de débats neurolinguistiques, aérodynamiques, de dialogue sociale… sur les pilules de viagra et conséquences des rouflaquettes… dont celles psychotiques, policières, ne peuvent suffire à être justifiées, qu’avec l’excuse de l’aéroport à la « légitime violence du cadavre de l’ordre public », qu’avec la mousmé qu’on est encore dans un « Etat de droit » (et ses érections d’exceptions, « interdictions de fumer », etc)… ? »

      Qu’un cordial salut, puisse espéré vous avoir adressé une psychose d’ironie.

      1. Fantastique. Déjanté. Un monument. J’ai ri tout du long. Un réel talent. Merci. J’espère que ça sera largement partagé.
        J’ai beaucoup moins de souci que Paul mais quand même (l’âge…). Avec un tel feu d’artifice, ma journée est ensoleillée pour au moins 24h.
        Merci encore!
        Faites gaffe, l’empathie, quand elle est mal orientée, pourrait être dangereuse…

        Avez-vous eu entre les mains un bouquin édité dans les années 1925-1930 écrit par 2 humoristes. Le titre est « A la manière de. Pastiches ». Les auteurs se moquent des gloires littéraires de l’époque. Votre pastiche est de la même eau que celui consacré à D’Annunzio (Gabriele).

    2. Essayer de codifier, rationaliser dans la transcription écrite, de la logique d’un compte rendu de raisonnement intellectuel, et des sentiments, inconnus, variables, qui en transpirent, qui ne peuvent s’empêcher de s’en échapper, interférer, malgré les règles de neutralité, d’impartialité (grammaticales, culturelles, etc) qu’elle peut vouloir s’obliger à respecter, est une chose que l’humilité la plus sincère de l’humanité, tente de faire depuis des siècles sans prétendre avoir la preuve aujourd’hui d’avoir acquis un sens « universel » suffisant pour y parvenir. Et « l’insolente liberté d’expression » ne suffit pas, pour déroger à la règle.

      Autrement dit, si l’exégèse de ponctuation, ne venait pas essayer de modérer, tempérer, brouiller le messageil est vrai, en fait, tout ce qui sépare ce qu’il me semble être logique, de « mériter » d’être inscrit dans un récit transmissible que poussent mes sentiments, ce que de mon « inconscient », cherche à échapper à toutes règles, à s’évader au delà de savoir ce qu’il peut être partagé, de ce qui n’est que ressentis, doutes, craintes, incertitudes, indécisions, j’aurai certainement choisi d’écrire ce « JF 1 février 2020 à 4 h 57 min » a interprété de mon propos.

      1. « Autrement dit, si l’exégèse de ponctuation, ne venait pas essayer de modérer, tempérer, brouiller le message il est vrai, en fait, tout ce qui sépare ce qu’il me semble être logique, de « mériter » d’être inscrit dans un récit transmissible que poussent mes sentiments, ce que de mon « inconscient », cherche à échapper à toutes règles, à s’évader au delà de savoir ce qu’il peut être partagé, de ce qui n’est que ressentis, doutes, craintes, incertitudes, indécisions, j’aurai certainement choisi d’écrire ce « JF 1 février 2020 à 4 h 57 min » a interprété de mon propos. »

        Joli ! 😉

      2. @ Juillot Pierre

        Parfait humour, toujours apprécié.
        Cependant, j’oserais dire que vous n’êtes pas tout à fait à sa hauteur.
        D’un autre côté, je suis certain que JF est assez subtil pour se distancier du sujet.

  10. Consolation : ce n’est pas le « Royaume Uni » qui quitte l’EU, c’est le « Royaume Désuni »…
    L’Irlande du Nord reste dans l’EU, « isn’t it ? »
    De toute façon, le brexit était « logiquement » impossible avec les contraintes imposées :
    – pas de frontière entre les deux Irlande
    + pas de division du Royaume Uni
    C’est la seconde contrainte qui a cédé…
    Attendons que l’Ecosse quitte aussi le « Royaume Uni » 😉
    Quant à Trump, ben là vous aviez trop espéré…
    On ne peut pas toujours gagner… dans nos espoirs !
    Bonne continuation : continuez à nous informer des maux qui nous attendent…
    Thierry

  11. @ arkao.

    J’ai même peur qu’à force de faire de la « politique » un spectacle populiste permanent, demain il sera oublié qu’il n’y a pas que les illustrateurs qui avaient, ont, auront « de plus en plus de mal à vivre décemment de leur travail. », quand aujourd’hui il est fait oublier que celles et ceux qui ne peuvent pas travailler, même en « allant de l’autre coté de la rue », ne sont plus décemment considéré comme méritant de vivre (NON RECOURS…).

  12. Rien ne dit que vous ayez eu tort en ce qui concerne le Brexit, maintenant que les véritables négociations vont commencer. Ce pourra très bien être un Brexit en carton-pâte avec des relations économiques quasiment identiques pour des raison de pragmatisme et de rapport de force. On y verra plus clair le 31/12/2020 et le premier de la pêche sera déterminant.

    1. De quoi parle-t-on? Essentiellement, le RU a adhéré à la CEE, et un référendum a confirmé à 67 % cette adhésion quelques années plus tard. Il n’a pas adhéré à Schengen, mais a néanmoins attiré les talents européens dans ses universités . Le RU a conservé sa monnaie et n’a pas perdu son âme so british … Peuple insulaire il a le sentiment maintenant de pouvoir encore dominer le monde. Or, sachant que l’UE avait, de mémoire en 1988, conclu des accords commerciaux avec TOUS les pays sauf TAIWAN, quelle est donc la plus-value à quitter cet espace économique de premier plan? Les accords bilatéraux annoncés seront-ils la panacée? Lorsque cette décision sortira pleinement ses effets (mais quand?) on pourra à ce moment et seulement à ce moment-là connaître la réelle signification du mot Brexit….

    2. Oui, Beylier, sans compter le talon d’Achille de la frontière irlandaise, qui va jouer son rôle de némésis du chemin où l’on n’a pas bifurqué.

    3. @ beylier.
      C’est évident que le commerce continuera inchangé. Les Britt sont vraiment trop prêt de l’Europe continentale pour qu’il en soit autrement. La géographie commande.
      Les buts des Brexiter étaient, et sont, autres. Des préoccupations qui nous sont étrangères. Le bouffon Farage dans son discours d’adieu a été assez clair.

    1. Et l’univers engendra le rire.
      Enfin il assuma son incomplétude.

      Le stade humain l’accoucha, Shakespeare (la vie par Macbeth: c’est une histoire/ Racontée par un idiot, pleine de bruit et de fureur,/ Et qui ne signifie rien.) et Devos firent suite à Isaac (en hébreu : il rira (ou que Dieu sourie)).

      Pascal a raté ça : pas cool le Blaise.

    1. @otromos @paul jorion
      je déguste grâce à cet article, grâce aux vidéos et aux billets proposés par Paul Jorion.
      Merci de continuer à nous faire partager vos émotions, vos analyses et vos coups de gueule.
      Merci à bien d’autres commentateurs du blog.
      Shall we overcome ? …
      Bonne fin de dimanche à tous les amateurs du blog le plus optimiste du monde !

  13. Je ne crois pas que ce soit les prédictions qui sont fausses ….. mais plutôt la cohérence de notre monde.
    Franchement, comment prévoir quoique ce soit dans un effondrement globale ou même la logique se casse la gueule.

  14. daniel
    2 février 2020 à 18 h 40 min

    « Peut-on rire de tout avec tout le monde »…? Tout n’est-il pas dépendant de rire de quoi, mais surtout de qui en somme, puisqu’il est question dans le sujet que traite M. Jorion (la déception, passagère) comme dans celui d’un « humanisme » plus large, que je propose en « distraction », pour « relativiser »… et avec qui « on » prétend faire toutes et tous, « un monde »…?

  15. Je ne sais pas si vous connaissez Steve Cutts, un petit génie britannique de l’animation de 25 ans. Voici sa dernière vidéo, elle vaut le détour.
    Brexit ou pas, j’espère que ses vidéos continueront de passer les frontières !

  16. https://www.pauljorion.com/blog/2020/01/31/ah-la-la-dure-journee-pour-moi/#comment-759626

    Six jours pour trouver…

    « A la manière de … » , Bernard Grasset, Paris, 1921. (Troisième série. Edition définitive)
    Auteurs : Paul Reboux et Charles Muller.

    Directement piqué à Wikipedia :
    André Amillet, dit Paul Reboux, est un écrivain, journaliste et artiste peintre français, né le 21 mai 1877 à Paris et mort le 14 février 1963 (à 85 ans) à Nice. Il est notamment connu pour ses recueils de pastiches littéraires.
    Charles Müller (6 mai 1877 à Elbeuf-1er octobre 1914 à Amiens) est un journaliste et écrivain français.

    Le pastiche de Paul Déroulède, « Le salut au drapeau », est un long poème d’amour (patriotique) entre un ‘fils de France’, capitaine sans peur ni reproche (et qui a ‘fait’ 1870 à Sedan), et le drapeau de son Régiment. Ce drapeau dont il a la garde étant menacé par l’ ennemi, il se décide à le manger pour sauver ce symbole de la gloire régimentaire et nationale :

    « Il murmurait : France ! Et mangeait, quand même
    Lorsque tout à coup son cœur s’arrêta :
    L’aigle de Sedan !… Il devint tout blême
    Et le coq gaulois, de ce cœur l’emblème,
    N’admit point l’oiseau qui capitula.
    Il murmurait : France ! Et mangeait, quand même
    Et puis, d’un seul coup, son cœur éclata ! »

    Celui de d’Annunzio est intitulé «  Le mythe de Pasiphaé ». C’est passablement compliqué. Outre les personnages il y a un avion, central évidemment, pour rejoindre l’Olympe et une génisse.

    Pris au vol au début :
    « La machine svelte, dardée comme un lévrier d’acier aux tendons miroitants, quelque fois soulevée par l’effet de ses ailes que maintenait rigide l’entrecroisement des haubans et des nervures, propulsée plus outre à chaque crépitation de son âme d’essence et de feu, engloutissait la route héroïque, stade après stade, entre les mandibules de ses bielles. »

    La fin :
    « Il avait méprisé la créature offerte, [une marquise égarée] mais la puissance de la race le bouleversait toujours, ainsi qu’un énorme soulèvement cosmique. Et comme il cheminait dans le paysage élyséen, près de la fontaine de Castalie, sous l’opaque fraîcheur des chênes de Tempé, une génisse à sa vue se mit à mugir. Et il répondit d’un meuglement passionné de la trompe avertisseuse. Et la génisse docile à l’apparence renouvela , par une erreur inverse, le mythe de Pasiphaé. »

    Bonne distraction pour un Dimanche ensoleillé avant la pluie fine et froide promise pour demain.

Les commentaires sont fermés.