Statistiques du coronavirus

Ouvert aux commentaires.

Comme je vois que vous êtes nombreux sur le blog à rechercher les statistiques en temps réel du coronavirus, je crée un lien ici.

Voici ce que vous trouverez au bout du lien [le cliché ci-dessous a été pris le 6 février à 20h20] :


Ici sur le blog :

Le 26 janvier : Coronavirus : rififi en Chine, par Pierre-Yves Dambrine

Le 27 janvier : La progression du coronavirus est jusqu’ici pratiquement exponentielle, par Alexis Toulet

Partager :

123 réflexions sur « Statistiques du coronavirus »

    1. Oui, cela fait 2 à 3 jours qu’il y a un ralentissement de la courbe le soir, pour la retrouver correcte le lendemain. C’est dû au fait que les données chinoises du jour sont principalement données ou mises à jour que le lendemain.

  1. Comme dans toutes ses épidémies, le nombre de cas est sous évalué. Tous les patients pauci ou asymptomatiques ne sont pas comptabilisés. Dès le début, les épidémiologistes ont signalé que le nombre de cas annoncé par la chine était trop bas. Le nombre de mort est lui plus proche de la réalité. On va même attribuer au virus le décès de personnes dont les causes ne sont pas claires.
    Il y a par ailleurs une diminution progressive du pourcentage de mort par rapport au nombre de cas. Il est assez probable que l’on se dirige vers une mortalité assez proche d’une grippe saisonnière standard.
    Pour autant, la dissémination du virus va se poursuivre. Les décisions de rapatrier posent problème, selon moi, dans ce cadre:
    Le personnel des avions sera t’il mis en quarantaine avec les rapatriés?
    Aurait-on fait la même chose pour des cas de peste ou d’épidémie à virus Ebola??
    Qu’est-ce qu’une quarantaine?
    On peut utilement y réfléchir. On peut aussi relire « La Peste » d’Albert Camus.
    Non, que la crainte atteigne le même niveau, mais les comportements humains y sont parfaitement décrits.

    1. « On va même attribuer au virus le décès de personnes dont les causes ne sont pas claires. »
      Ce virus affaiblit suffisamment le système immunitaire pour que d’autres maladies s’installent. Habituellement non mortelles, elles le deviennent de fait de l’état affaibli du patient. Donc, est-ce le virus ou la maladie (par exemple pneumo) qui est la cause de la mort ? Il me semble quand même que la cause principale est le virus, sans lui le patient n’aurait sans doute pas eu de pneumo.

      « Il y a par ailleurs une diminution progressive du pourcentage de mort par rapport au nombre de cas. »
      Un malade qui est « à risque » de mourir meure-t-il immédiatement après avoir été confirmé (c’est à dire au début de la période où les symptômes apparaissent ?
      Cette diminution progressive du pourcentage de morts n’est-elle pas due principalement à l’augmentation exponentielle du nombre de cas détectés ET ENCORE VIVANTS (car il y a une inertie de 15 jours entre les symptômes et la guérison ou la mort… Je vous invite à regarder le nombre de cas sévères,. Je vous invite également à regarder le ratio décès / guéris qui correspond grosso-modo à ceux qui ont été contaminés il y a 15 jours (enfin pas tout à fait, à mon avis on guérit moins vite que l’on ne meure)

      « Il est assez probable que l’on se dirige vers une mortalité assez proche d’une grippe saisonnière standard. ».
      Taux de létalité de la grippe saisonnière : 0,1%
      Taux de létalité supposé du coronavirus Wuhan : 2 à 3%

      Quant au nombre d’asymptomatiques qui circulent, il est totalement inconnu, il n’y a eu aucun sondage effectué dans la population de Wuhan à ma connaissance. Donc hypothéquer que cela est le même que la grippe, c’est donc … de la pure hypothèse, sans aucun fondement à ce jour.

      Je vous invite enfin à regarder le nombre de cas graves : 16 à 20% des cas avérés. Ces cas graves nécessitent une hospitalisation, parfois lourde. Pas sûr qu’il y ait suffisamment d’équipements et de personnels en situation d’épidémie généralisée. Le nombre de cas graves de la grippe est très très faible.

      Enfin, le taux de réplication de la grippe est de 1,3, celui du coronavirus entre 1,4 et 3,5, supposé 2,2.

      Conclure que ce virus n’est « pas plus dangereux que la grippe » est très très dangereux. Car sur tous les paramètres, ce virus est plus dangereux qu’une grippe.

    2. « Le personnel des avions sera t’il mis en quarantaine avec les rapatriés? ».
      La meilleure protection, c’est que le malade porte un masque filtrant FFP3 ou FFP4 d’après ce qui est dit (les masques chirurgicaux ne sont pas suffisants), d’éviter de toucher le malade, de ne pas mettre la main sur les « portes d’entrée » (nez, oreille, bouche, yeux, …) et se laver les mains régulièrement et consciencieusement. Dans ces conditions, pas de risque d’être contaminé.
      Donc si tous les passagers portent un masque, et que le personnel naviguant respecte les règles ci-dessous, pas de risque.

      « Aurait-on fait la même chose pour des cas de peste ou d’épidémie à virus Ebola? »
      Pour Ebola, bien sûr qu’il y a eu des quarantaines. Et ça a fonctionné.

      Donc oui, psychologiquement parlant cela rassure de penser que ce virus n’est pas plus dangereux que la grippe… mais les faits montrent le contraire.

    3. Depuis que j’ai découvert ce site, je calcule chaque jour le taux de létalité. Il a d’abord oscillé entre 2 et 3%, pour se stabiliser entre 2,1 et 2,3, puis il a baissé jusqu’à 1,99 ce 6 février mais ce 7 février il est remonté à 2,02… C’est quand même 20 fois plus que la grippe saisonnière…
      Si la moitié des Chinois choppaient le virus, cela ferait quand même 12 millions de décès. On comprend que les autorité mobilisent touts leurs forces.

  2. C’est impressionnant.
    Mais est-ce inquiétant ?
    Quelles différences y a-t-il entre cette épidémie et l’épidémie hivernale habituelle de grippe ?
    Celle-ci est connue, celle-là est nouvelle et inconnue, et l’inconnu fait peur, c’est normal mais est-ce à raison ?
    Le taux de mortalité de ce nouveau virus n’est pas très élevé, si j’ai bien lu. Il y a toutes les raisons d’observer ce qui se passe, de se protéger, de soigner les personnes contaminées, de chercher un vaccin, etc, mais n’en fait-on pas trop dans l’étalage du danger ?
    Que donneraient les mêmes tableaux et statistiques appliqués à la grippe courante ?

    1. Il faut voir les taux de contagion et le taux de létalité (mort des contaminés, il faudrait voir par tranche d’âge, très peu d’enfant, alors que la grippe espagnole touchait les jeunes par exemple, ainsi que la vague 1958 quand les immunisés de 1920 se raréfièrent assez dans la population (la « community » du jargon médical…) ) . Ces taux, donc, semblent un peu plus grand. S’agissant d’exponentielles, passer d’un taux de contagion de R=1.5 à 2.5 (le « R » de l’article mentionné https://www.nejm.org/doi/full/10.1056/NEJMoa2001316#.XjTQzGLIkts.twitter) fait une grosse différence. Quant à la létalité, c’est aussi un peu plus grand, apparemment, mais un peu moins que le SRAS.
      La grippe saisonnière est un faucheuse connue avec contre-mesures déjà établies (vaccins annuels, prophylaxie, système hospitalier rodé), comme les accidents de la route etc. (SAMU, airbag, ceinture, crash-tests, etc.), mais une faucheuse de plus contre laquelle on n’a pas d’arme précise, on se dit qu’il faut faire quelque chose.

      1. J’ai lu.
        Merci pour cette comparaison : plus de contagiosité, plus de cas graves, plus de morts que la grippe ordinaire et encore des inconnues…

        Pas de quoi s’affoler mais toutes les raisons de faire attention et de continuer à chercher, et d’être rigoureux et cohérent. Protéger les pays mal armés pour dépistage et soin semble essentiel.

      2. Savoir est la meilleure protection.

        Pour l’instant par chez nous, le virus semble contrôlé. Je dis bien semble, car je ne suis pas convaincu des mesures prises aux frontières.

        Le problème, c’est que notre gouvernement part du principe que tout résultat positif ne peut venir que de personnes provenant de Chine. Il ne fait donc aucun test (ou très peu) sur ceux qui pourraient l’être via un contact non connu avec une personne déjà porteuse du virus. Ni de test sur les personnes en provenance de Chine et qui sont asymptotiques. Il y a une sous-estimation grave de la part du gouvernement du risque de transmission du virus d’homme à homme. Mais faut pas toucher à l’économie ! Mauvais calcul court-termiste.

        Le risque est donc que des personnes porteuses du virus de manière asymptotique en entrant chez nous circulent librement (et comme ce sont des touristes, qu’ils aillent là où il y a du monde). Par la suite, ceux qui auront des symptômes, contaminés par ces touristes, seront considérées à tord comme grippées, et laissées non confinées, puisqu’ils ne viennent pas de Chine. Ils contamineront donc d’autres personnes (et beaucoup n’auront pas les yeux bridés). Ce n’est que lorsque la situation de ces personnes se dégradera, soit 7 jours après l’apparition des symptômes, qui eux-mêmes apparaissent entre 5 et 10 jours après la contamination, que des tests seront faits. Mais bien trop tardivement.

        Si mon hypothèse est vrai, en partant du principe que les risques ont commencé à être important, au niveau de notre frontière, vers le 24 janvier, alors les cas graves devraient apparaitre vers la fin de la semaine prochaine.

        Dans tous les cas, si le nombre de cas graves en France est supérieur à 16 à 20%, cela signifiera que les tris entre grippés et coronavirusés ont été mal faits… et qu’il sera alors bien tard pour juguler le virus. Car le nombre de personnes contaminées sera déjà trop important… et dispersé on ne sait où !

        A la décharge du gouvernement, nous sommes en pleine grippe saisonnière, maladie qui a les mêmes symptômes de départ. Donc le tri est compliqué à faire. Mais ce n’est pas en disant à tout va que toute personne qui n’a pas été en Chine est hors de danger que l’on protègera la population.

        Savoir et comprendre sont les meilleurs protections !

    2. Ce qui est effrayant, c’est :
      – Qu’on est incapable d’évaluer la qualité de la gestion du gouvernement chinois.
      . D’un côté, on parle d’une gestion catastrophique, d’univers concentrationnaires, de rétention d’information et d’incapacité prévisible (et prévu semble t-il il y a quelques années par des chercheurs anglais?) à gérer la sécurité de labos de recherche en bactériologie (d’où la soit-disant coopération de la France).
      . De l’autre, on indique que jamais un gouvernement n’est parvenu à séquencer aussi vite le génôme d’un virus (une semaine) et à le rendre accessible aux équipes de chercheurs du monde entier.
      Alors?

      – Que la crise est un enjeu de guerre de l’information totale (complotisme – pas complotisme…):
      . D’un côté on accuse des doctorants chinois d’avoir volé une souche de virus à un labo de recherche canadien
      . D’un autre côté, on parle de brevets déjà existants déposés par les occidentaux sur des coronavirus de ce type.
      . Wuhan héberge un labo franco-chinois(?) destiné à étudier les souches bactériologiques les plus dangereuses.
      . Couche de complotisme sur couche de complotisme, certains avancent que des agents britanniques ont libéré sciemment la souche à Wuhan pour faire du tort au gouvernement chinois.

      Ce qu’on sait:
      . Il y a des éléments de VIH dans ce virus, qui est donc le produit délibéré d’un labo.
      . un chercheur chinois exerçant à Wuhan, qui travaille sur l’exceptionnelle capacité de certaines espèces de chauves souris à survivre à l’inoculation des virus les plus hardcore (ebola, etc.), a trouvé malin d’essayer de créer des virus capables de les tuer quand-même ( but… hey!…what could possibly go wrong ? Duh !).

      Ce qui est inquiétant donc, c’est que ces labos font peser sur l’espèce humaine une menace jusque là sous-estimée par les popuations.
      Sans parler des relents de guerre bactériologique qui sont partout (ne nous voilons pas la face : la plupart des grandes puissances se livrent à ces jeux dangereux, la visée étant de s’appuyer sur la génétique des populations pour « s’assurer » que seule la population cible sera impactée, ou a minima « plus durement impactée »).

      Donc pour autant que le virus ne mute pas dans une forme plus léthale, ca va encore.
      Toutefois, rien ne dit que la prochaine fois, ce ne sera pas une forme d’ébola qui ne sera pas relachée dans la nature… l’origine humaine de la souche ne faisant plus, à l’heure actuelle, aucun doute

      1. « certains avancent que des agents britanniques ont libéré sciemment la souche à Wuhan pour faire du tort au gouvernement chinois »

        Certains oui. Mais pas les mieux informés.

        D’autres soulignent que cette épidémie d’un nouveau coronavirus arrive à point nommé pour aider un certain dirigeant à faire contrefeu à la tentative de le destituer.

        Si on ajoute ce que l’on sait, c’est-à-dire qu’une moumoute orange a été trouvée sur le marché à Wuhan d’où tout est parti, si on remarque que seuls deux cas ont été observés en Russie ce qui prouve que le virus est conçu pour épargner les populations d’ascendance slave, il n’est pas difficile d’en tirer les conclusions qui s’imposent.

        Le coronavirus de Wuhan a été introduit par l’agent du FSB Trumpov avec aide technique du bureau de guerre biologique Smerch situé dans les sous sols secrets de la Loubianka.

      2. pas déjà panique, déjà nous n’avons sûrement pas les bons chiffres car, je trouve que notre situation en France est beaucoup moins inquiétante que partout en Europe BIZARRE non?
        pourquoi en France finalement il n’y a pas de test positif alors’que ailleurs les tests indiquent tout le contraire ?
        je trouve les ministres un peut silencieux sur le problème mondial.
        les rapatriements se succèdent mais toujours pas de cas positifs
        on se fout du monde !avons nous une bulle qui nous protège de tous ,c’est un peu comme Tchernobyl ou le nuage s’est arrêté à nos frontières .
        à quand la vrai vérité dans deux ans quand le monde financier ira mieux ?ou quand la fabrication des soi disantque les vaccins serons vendu à bon prix ? ou pour faire bénéficier un labo en particulier?
        À VOIR
        perso je crois que c’est une grande fumisterie de la manipulation des gens de grande ampleur

        merci pour tous ses mensonges de tous les jours,merci aux médiats de jouer avec tout cela ,les ordres de Madame la ministre de la santée ,ça marche bien de faire croire que enfin une ministre travail durement un dossier unique ,toute sa carrière

      3. Pourquoi croyez-vous que c’est « une grande fumisterie » ? Est-ce lié à ce cas particulier ? Ou bien est-ce une vue générale, que « on nous ment » – jusqu’à preuve du contraire ?

  3. l’OMS l’urgence de santé de portée internationale tout en précisant :

    « Notre plus grande préoccupation est la possibilité que le virus se propage dans des pays dont les systèmes de santé sont plus faibles (…). Il ne s’agit pas d’un vote de défiance à l’égard de la Chine », a déclaré le directeur général de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus. Il a estimé qu’il n’y avait pas lieu de limiter les voyages et les échanges commerciaux avec la Chine :

    « L’OMS ne recommande pas de restreindre les voyages, les échanges commerciaux et les mouvements [de population], et s’oppose même à toute restriction aux voyages. »

    N’est-ce pas contradictoire avec l’urgence de santé affichée ? On semble y lire : c’est urgent, mais le business doit continuer.
    C’est aussi d’une grande hypocrisie, car les pays africains ont moins de résistance à opposer à la Chine.
    http://zenga-mambu.com/2020/01/29/sante-le-coronavirus-aux-portes-du-congo-brazzaville/

    1. « N’est-ce pas contradictoire avec l’urgence de santé affichée ? On semble y lire : c’est urgent, mais le business doit continuer. »
      Bien d’accord.
      Ah, ce sacro-saint business ! Et cette sacro-sainte liberté de circulation !

    2. Et c’est aussi contradictoire, parce que la Chine a donné l’exemple en matière de confinement, à l’intérieur de ses frontières, ce qui permet de limiter les dégâts.

      1. Angoissé bipède, Si je vous ai compris, À ma première bouffée d’oxygène c’était déjà le cas.

        Ps. Il me semble que Lacan disait que la paranoïa était la plus cohérente des névroses alors ne vous inquiétez pas trop.

      2. Il disait bien ça. A un mot près. Mais quand on parle plusieurs langues comme vous c’est vrai qu’on est très à cheval !

  4. Dans son dernier bulletin, l’OMS indique que la période où le malade est asymptomatique est celle où le risque de contagion est le plus faible. C’est logique, vu qu’il n’excrète pas de gouttelettes sauf postillons, contrairement au moment où les symptômes sont présents (il tousse). De plus, la charge virale doit être moins élevée.

    En conséquence, l’OMS préconise d’identifier les personnes malades le plus rapidement possible, afin de les isoler, c’est-à-dire dès que les symptômes apparaissent.

    En France, le gouvernement part du principe que les personnes qui tomberont malades viennent exclusivement des zones à risque, à savoir principalement Wuhan (60%) ou le reste de la Chine (quasiment les 40% restants). C’est ignorer les contaminations secondaires, et le médecin (6e cas français) qui a été reconnu positif au conoravirus en est le premier connu puisqu’il a soigné dans son cabinet 2 ressortissants chinois avant que ces derniers ne développent, en Chine, la maladie. Le problème est que s’il y a d’autres cas, et la probabilité qu’il y en ait est à mon avis importante, ils seront interprétés par le 15 ou les urgences ou leur médecin comme des malades atteints de la grippe. Deux cas possibles :
    – le malade va finir par se guérir seul. Cependant, tant qu’il est symptomatique, il est contagieux.
    – le malade va se retrouver 7 jours plus tard avec une aggravation importante de la maladie, nécessitant une hospitalisation. Il sera alors détecté positif au coronavirus, mais pendant 7 jours aura contaminé éventuellement plusieurs personnes.

    On le voit, la stratégie française risque de sous-évaluer grandement les contaminations secondaires, augmentant de fait le risque de déclenchement d’une épidémie chez nous. Dans tous les cas, si l’on tousse, que ce soit la grippe ou le coronavirus, protégeons les autres en toussant dans un tissu jetable (mouchoir en papier) ou son coude. Et que tous, nous nous lavions les mains souvent.

    Autre donnée de l’OMS : le nombre de cas sévères (1795) est en augmentation de 268 cas depuis hier. 7 jours plus tôt, entre le 25 et le 26 janvier, on avait eu environ +700 en cas détectés. Cela signifie que l’on aurait 38% de ces 700 cas qui serait devenus des cas sévères.

    NB : extrait du site internet français :
    « Que faire si on a été en contact avec une personne non symptomatique venant de Chine ?

    En l’état actuel des connaissances, une personne non symptomatique ne peut pas transmettre le virus. Il n’y a donc pas de recommandation particulière. »

    Un mensonge, car la preuve de la transmission asymptomatique a été faite depuis plusieurs jours déjà. Notre 6e cas en est la preuve !

    1. Concernant les 7 jours entre les symptômes et l’aggravation éventuelle, je l’avais entendu une fois sur France Inter. Voici l’info également sous forme « papier » qui parle là de 5 à 7 jours : https://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/coronavirus/coronavirus-quels-traitements-pour-les-patients_3807749.html

      A noter qu’en une journée, le Japon est passé de 15 à 20 malades. Alors que les japonais ont plus l’habitude de porter un masque que les européens. Début d’épidémie ou hasard ?

  5. Quelqu’un aurait-il des nouvelles des malades hospitalisés en France ? Tant que tout allait bien, on avait deux bulletins de santé par jour. Depuis que 2 malades sont hospitalisés, silence radio… et je n’arrive pas à trouver l’info.

    En 36h, après les +5 cas japonais, +5 également pour Singapour et +4 pour la Corée du Sud. La Thaïlande reste stable à 19 cas. Si l’on regarde le bulletin n°1 de l’OMS du 21 janvier, recensant les cas avérés, il y avait il y a 13 jours, au 20 janvier (et entre parenthèse, les cas au 2 février midi) :
    Hubei : 258 (maintenant 9074 x35)
    Guangdong : 14 (maintenant 632 x45)
    Beijing : 5 (maintenant 191 x38)
    Shanghai : 1 (maintenant 182 x182)
    Japon : 1 (maintenant 20 x20)
    Corée du Sud : 1 (maintenant 15 x15)
    Thaïlande : 2 (maintenant 19 x9)

    Le nombre de provinces chinoises chinoises avec plus de 100 cas était de … 1 le 20 janvier, de 17 maintenant. On peut raisonnablement penser que l’épidémie est maintenant étendue à l’ensemble du pays. Il y a possiblement des cas non référencés dans les campagnes.

    1. Hier soir, j’ai proposé à ma chère et tendre de revoir l’excellent Contagion (2011). Pas par fascination du scénario du pire, mais pour réfléchir à ce qu’il pourrait être, sachant que ce film décrivant l’apparition d’une pandémie mondiale à partir de la Chine avait bénéficié d’un conseil scientifique et est généralement considéré comme réaliste quant aux conséquences potentielles de son point de départ fictionnel.

      Elle a refusé. Nous avons plutôt regardé un épisode de la vie d’Elisabeth II dans les années 50. Ce qui est certes moins actuel… mais justement.

      Je dois dire que je l’ai comprise.

      1. Plus sérieusement : la réaction « Je préfère ne pas y penser ! » présente un tel désavantage d’un point de vue adaptatif que je ne comprends pas comment elle peut être toujours présente dans une espèce vieille de 2,5 millions d’années.

      2. A mon sens, c’est le fait que nous soyons au plus haut degré un animal social qui permet de l’expliquer. L’être humain a beau être à la base un généraliste, en pratique la plupart d’entre nous se reposent sur d’autres pour bien des choses, ne prenant en charge que certains rôles et ne développant que certains talents.

        Sans être aucunement un spécialiste de l’éthologie animale, j’imagine volontiers que déjà nos cousins simiesques ne se préoccupent pas tous au même degré de la possibilité qu’un quelconque fauve s’approche de leur bande. Ce sont plutôt certains d’entre eux en particulier qui scrutent, inquiets, les signes de l’approche d’un prédateur, protégeant ainsi non seulement eux-mêmes mais tout le groupe.

        En pratique, dans notre couple, c’est plutôt moi qui ai le rôle de s’inquiéter des grands risques 🙂

        La difficulté bien sûr, c’est quand un type de risque tout à fait nouveau apparaît. Les singes sont bien équipés pour comprendre ce qu’est un fauve, et nous autres humains comprenons tout à fait ce qu’est une épidémie. Aussi, lorsque les guetteurs voient un danger et lancent l’alerte, les autres ne tarderont pas à les écouter.

        Mais quand c’est un réchauffement climatique qui risque de ravager la nature dont ils se nourrissent… les grands singes les plus inquiets ont beau faire, beaucoup de leurs congénères ont du mal à imaginer que cela pourrait être si dangereux.

    1. Merci. Très intéressant.

      Deux points importants.
      1) À l’époque de la conférence (27 janvier, il n’y a pas très longtemps), le médecin considérait que « le nombre de cas était encore modeste à l’échelle de la Chine, mais on est dans une phase qui pourrait être exponentielle » (vers 19’30 »).
      Pour la Chine, nous sommes sans conteste sur une évolution exponentielle.
      2) A 20’30 » ; « Des chaines de transmission hors Chine serait un signal sérieux » […] « Mais si on a ce signal dans un pays étranger, et en particulier en Europe, alors là ça serait un signal sérieux que potentiellement ce virus pourrait s’installer chez nous ».
      Les cas allemands et le 6e cas français, ainsi qu’au Japon et en Thaïlande, sont des cas de transmission hors Chine.

    2. Ce professeur fait une comparaison avec la grippe H1N1 de 2009.

      21’45 » : « A ce jour, l’attitude cohérente est de se préparer à un scénario épidémique similaire au H1N1 de 2009 »

      Sur ce document de l’OMS
      ( https://iris.wpro.who.int/bitstream/handle/10665.1/11207/WPR_RC060_InfDoc02_2009_fr.pdf ) et sur un document officiel français ( https://www.google.fr/url?sa=t&rct=j&q=&esrc=s&source=web&cd=3&ved=2ahUKEwjM3ZG9pbPnAhWOkhQKHUHLAUQQFjACegQIBRAB&url=https%3A%2F%2Fsolidarites-sante.gouv.fr%2FIMG%2Fpdf%2FCRA_Cire_21-9-09.pdf&usg=AOvVaw2wo50kLyCRXpHOGZA7EhkW ) , édités tous les 2 environ sept semaines après le début de l’épidémie, voici les principaux paramètres du H1N1 :
      Taux de létalité : 0,1 à 0,5%, estimé à 0,4 % en septembre 2009 (coronavirus estimé à 2 à 3%)
      Taux de réplication : entre 1,2 et 1,7 (coronavirus entre 1,4 et 3,5)
      Taux de cas graves : 2 à 9% des malades sont hospitalisés, et 15 à 25% de ces hospitalisés nécessitent des soins intensifs. Ce qui fait une fourchette de taux graves compris entre 0,3% et 2,25% (coronavirus : de 16 à 20%)

      Bilan 1 an après en France :
      http://sciences.blogs.liberation.fr/2010/06/24/le-bilan-de-la-grippe-ah1n1-par-linserm/

  6. La province de Hubei s’approche-t-elle de son pic ?
    +1220 cas entre le 30 et le 31
    +1347 cas entre le 31 et le 1er
    +1921 cas entre le 1er le le 2.
    +2103 entre le 2 et le 3.

    Le confinement a été mis en place le 23 pour Wuhan, et jusqu’à deux jours après pour les autres villes alentours. Si ce confinement a été bien suivi par la population, le nombre de nouveaux cas devrait diminuer après la durée moyenne d’incubation, seuls les proches de personnes développant les symptômes après le 23 risquant d’être malades eux aussi.
    Des chercheurs chinois avaient indiqué que le pic serait dans « une semaine à dix jours » le 28 janvier.
    La mise en place des nouveaux hôpitaux va sûrement améliorer les choses.
    Reste à observer les autres provinces, pour ne pas se retrouver avec x provinces ayant la même problématique que Hubei.
    A suivre.

    Pour les augmentations « brutales » du Japon, Corée du Sud, … il est possible que ce soit dû au rapatriement de leurs ressortissants, dont certains devaient être positifs au virus.

    1. Le 23 janvier, date à laquelle Wuhan et une partie des villes de la province de Hubei ont été mises en quarantaine, il y avait 375 cas confirmés sur la provinde de Hubei… et certainement beaucoup de cas suspectés.

      Si l’on regarde province par province, il y a ce jour 6 autres provinces qui dépassent le seuil de 375 cas. J’indique ci-dessous l’évolution des cas confirmés, en inverse chronologique (entre parenthèse, progression par rapport à la veille). Source : compte-rendus de l’OMS https://www.who.int/emergencies/diseases/novel-coronavirus-2019/situation-reports/

      Zhejiang 724 (+63) 661 (+62) 599
      Guangdong 683 (+79) 604 (+84) 520
      Henan 566 (+73) 493 (+71) 422
      Hunan 521 (+58) 463 (+74) 389
      Anhui 408 (+68) 340 (+43) 297
      Jiangxi 391 (+58) 333 (+47) 286

      Historique de Hubei (25/01 ; 24/01 ; 23/01 : pas de stats après)
      375 (+105) 270 (+12) 258
      A noter que les 375 se retrouvent sur le report du 25 et du 26 janvier.

      Historique de Hubei (progression journalière, 1er février au 26 janvier)
      +1347 +1220 +1032 +840 +1291 +371 +323
      Un creux au 29 janvier : manque de moyens ? Est-ce le cas actuellement, d’où l’appel à l’aide sur le matériel… et le freinage de la progression ?
      Un bond le 28 : plus de moyens ou problème de report (ce qui expliquerait le creux du 29).

      Les autres provinces vont-elles se retrouver dans une situation compliquée, comme l’est Hubei, sachant qu’il y a une reprise du travail (donc des contacts dans les transports en commun, à l’usine, …) ?

  7. Plateau en vue ce jour ?
    aps.arcgis.com/apps/opsdashboard/index.html#/bda7594740fd40299423467b48e9ecf6
    Ne pas y croire trop vite, mais l’exponentielle a pris un coup sur l’arcade sourcilière.

    1. Ce serait une excellente nouvelle, mais j’ai un gros doute.

      Hier dimanche soir, le lien montrait 14 600 et quelque chose. La mise à jour à 17 200 environ n’est arrivée que ce matin. Or, le lien affiche désormais 17 200… pour la journée d’hier.

      Je soupçonne un simple décalage de mise à jour. Dans ce cas, le chiffre final pour la journée d’aujourd’hui pourrait n’être connu qu’en toute fin de journée voire demain matin. Et il pourrait être malheureusement supérieur au 17 300 actuellement affiché.

      1. De fait…

        20 400 en Chine ce matin. Il n’y a pas de plafonnement.

        Le rythme d’augmentation a cependant décru. On est plutôt sur moins de 20% par jour maintenant, alors qu’initialement c’était du 45% ou plus.

        La question étant ce ralentissement aboutira t il à un plafonnement, ou bien à une continuation de l’exponentielle même en plus lent.

        Parmi les chercheurs, ceux qui prévoient un ralentissement jusqu’à 12% par jour MAIS le pic de l’épidémie pas avant avril-mai ne sont pas les plus rassurants…

        D’autres sont plus optimistes. A voir.

  8. 28 cas de transmission du virus sur des personnes qui n’ont pas voyagé en Chine, dont 10 en Allemagne. Combien, parmi ces 10, étaient asymptomatiques ?

    1 cas asymptomatique et qui « se portait bien » pour la Belgique, ramené dans l’A380 du deuxième rapatriement français. Les belges, donc, contrôlent également ceux qui sont asymptomatiques. Par sûr du tout que la France le fasse également, même sur des cas hautement sensibles. Le retour de bâton risque de faire mal.

    Politique de l’autruche de notre gouvernement ? Économies de bouts de chandelle ? Si comme je le crains le gouvernement attend que les personnes soient dans un état grave pour les tester et les isoler, et considère les autres comme des « grippés », cela fait automatiquement baisser le compteur, certes, puisque seuls les 20% de confirmés seront comptabilisés. Mais à long terme, le compteur explosera ! Car tous les « grippés » en auront croisé, des gens entre temps !

  9. Le nombre de cas de personnes infectées à Wuhan est très certainement sous-évalué selon certains experts, car tous les patients n’ont pas été pris en charge à l’hôpital et donc tous ne sont pas détectés.
    C’est l’évidence aussi à la lecture d’un reportage du (Monde publié dans l’édition papier) dans la capitale du Hubei qui rapportait les cas dramatiques de personnes qui n’avaient pas pu avoir accès aux tests, et donc aux soins.
    https://nypost.com/2020/02/04/coronavirus-cases-in-wuhan-may-be-just-tip-of-the-iceberg-expert-says/
    Le travail de ce journaliste aussi à Pékin : https://www.courrierinternational.com/article/coronavirus-isoles-chez-eux-des-habitants-de-wuhan-appellent-laide
    La ‘révolte des professionnels » dans un système de santé sous contrôle du PCC pourrait dans le meilleur des cas amorcer une mini-révolution :
    : https://www.scmp.com/comment/opinion/article/3048734/how-coronavirus-crisis-has-brewed-revolt-professionals-china

    1. Il est effectivement certain que le système de santé à Wuhan était débordé. Quand il n’y a plus de place, on ne peut pas en inventer… sauf à construire deux hôpitaux en 10 jours, pour 1.000 et 1.600 malades… ce que seule la Chine sait faire, soit dit en passant.

      Il y a donc eu des tris : les asymptotiques ou les proches de malades encore sans symptômes, on oublie ; les fiévreux sans dégradation pulmonaire, on les amène dans les hôtels ou on les laisse chez eux ; les « en cours de guérison », on les sort de l’hôpital pour les mettre aussi en hôtel ? ; les cas graves, on essaye de les hospitaliser… quand il y a de la place, c’est à dire quand un lit se libère soit parce que le patient est « presque guéri » (voir ci-dessus), soit parce qu’il est décédé.

      Les vidéos de file d’attente de personnes (qui probablement cherchent à être testées) à la porte des hôpitaux ( https://www.youtube.com/watch?v=vfYB_JwGjOA ) montrent bien également que le système est totalement débordé.

      Il est à craindre que dans les petites villes ou les campagnes ne disposant pas d’hôpitaux, il y ait aussi de nombreux cas non testés, y compris des cas graves.

      Donc oui, le nombre de positifs au virus est nettement sous-évalué. Seuls ceux qui font la démarche de le demander sont testés, et encore, si le personnel a le temps et les moyens de le faire.

      Il en est de même pour le nombre de cas sévères et pour le nombre de décédés.

      Je vous propose de relire mes messages du 1er février à 21h59 et du 4 février à 22h29 (voir ci-dessus sur ce même billet) où j’exprime la crainte qu’en cas d’épidémie de France, nous ayons nous aussi rapidement notre système de santé débordé. Je rappelle qu’il y a 16 à 20% des cas (sans doute moins vu la sous-estimation des confirmés) qui ont besoin de soins intensifs (la grippe, c’est entre 0,2 et 0,5% des cas, et notre système de soins est parfois sous tension dans ces cas là).

      A noter également qu’un cas du coronavirus a été détecté sur un passager débarqué à Hong-Kong d’un bateau de croisière japonais. Du coup, les passagers qui depuis sont fiévreux commencent à être testés, et dix personnes pour l’instant sont confirmés positifs au coronavirus. Le bateau a été mis en quarantaine. D’autres personnes sont en cours de tests. Il serait peut être utile de tous les tester, pour séparer ceux qui sont négatifs d’un côté (les renvoyer en quarantaine à terre par exemple) de ceux qui sont positifs (les laisser à bord tant qu’ils ne sont pas en situation sévère). Cela permettrait de connaître le nombre de cas asymptotiques, et de voir le nombre de ces asymptotiques qui deviennent symptotiques de ceux qui guérissent spontanément.

      https://www.la-croix.com/Sport/Coronavirus-bateau-croisiere-quarantaine-Japon-2020-02-05-1201076400

      1. François,
        C’est l’évidence, une épidémie de coronavirus en France mettrait à rude épreuve les services des urgences déjà débordés en temps normal. Ce n’est pas pour rien si les hôpitaux sont mobilisés depuis des semaines et des semaines. Macron et Buzyn doivent se réveiller !
        Ce n’est pas pour rien que « partout en France des centaines de médecins menacent de mettre à exécution leur menace de démissionner. »
        https://www.lemonde.fr/societe/article/2020/02/03/hopital-public-partout-en-france-des-centaines-de-medecins-mettent-a-execution-leur-menace-de-demissionner_6028278_3224.html

      2. PS. Je veux dire : les personnels hospitaliers mobilisés sur le front social.
        Si l’épidémie a lieu en France, cela risque d’être très très problématique. Et je n’ose imaginer dans les pays où la santé est dans un état bien plus déplorable encore, je pense par exemple à l’Algérie pour ne citer qu’un pays proche.

  10. IMPORTANT !!!!!…. apparemment le nombre de décès double toutes les semaines à cette vitesse on atteint 2 milliards de morts en 20 semaines , 1 semaine après 4 milliards , la semaine d’après 8 milliards ce qui signifie les 7,5 milliards d’humains éradiqués , le tout en 22 semaines .

    1. On dit que les mathématiques sont une science exacte … mais la nature aime bien démontrer le contraire ! Et donc elle fait en sorte que quelques uns (la majorité d’ailleurs) guérissent… on appelle cela la sélection naturelle.

    2. Comme 98% des gens survivent, on aura au maximum 35 millions de morts.
      Les survivants sont en effet immunisés, comme toutes les grippes, sinon le virus les aurait tué.
      C’est comme ça nos systèmes immunitaires,, ça fait X% de pertes, pour le profit des 1-X% de survivant, la balle passe dans le camp du virus qui doit muter pour retenter sa chance (le grippe ordinaire).
      Il y a sans doute des nuances entre corona et virus du type de la grippe (non corona, « influenza virus » doit être le nom anglais standard de la famille HxNy), mais le schéma global est de ce type là.

      (Pour simplifier Hx est le type de « clé » utilisé par le virus pour se faire ouvrir la porte des cellules (H comme Hémaglutinine, une protéine qui a ~10-20 variantes), et Nx est la clé pour sortir, une fois que le virus a aimablement profité de la machinerie cellulaire de l’hôte pour se répliquer. (N pour Neuramidinase, une protéine qui a aussi ~10-20 variantes, donc déjà ~200 variantes en tout, sachant que ce ne sont pas encore toutes les variantes vraiment moléculaires, je crois, il reste la dizaine d’autres protéines pour tenir le trousseau de clé, tout ça dans une belle capsule, et diriger les clés et messages de ci de là dans l’usine cellulaire, sans doute des variantes se glissent là aussi)

    3. Le taux de mortalité du coronavirus 2019 nCov est estimé entre 2 et 3%. Même si l’ensemble de la population humaine était touchée, il faudrait s’attendre au pire à 230 millions de morts, pas à une éradication de l’humanité.

      Même ce scénario est irréaliste. En 1918-1919, on estime qu’un tiers de l’humanité avait été touchée par l’épidémie de grippe espagnole, pas la totalité des êtres humains vivants.

  11. Voici un graphique de l’augmentation quotidienne du nombre de cas de coronavirus 2019 nCov en Chine depuis le 21 janvier, avec les données brutes en histogramme et la courbe lissée de la moyenne des augmentations des trois derniers jours.

    https://i.ibb.co/6R2VWYG/2019n-Cov-Chine-0121-0204.jpg

    Il est construit à partir des données de John Hopkins CSSE – lien en tête d’article – et représente donc la meilleure information sur les cas de virus détectés en Chine – excluant naturellement les probables cas non détectés.

    On constate une forte baisse du taux quotidien d’augmentation entre le 27 et le 31 janvier, qui cependant reste depuis à peu près stable autour de 20% d’augmentation chaque jour. La Chine n’est donc pas encore sortie d’une augmentation de type exponentiel du nombre de cas.

    Si le contrôle de l’épidémie ne faisait pas de progrès supplémentaire entre temps, une augmentation de 20% chaque jour amènerait à environ 2,3 millions de cas à fin février, et 35 millions le 15 mars.

    Il faut souhaiter que les efforts chinois pour juguler l’épidémie rencontrent plus de succès, et très bientôt.

    1. Je suis très attristé par cette nouvelle. Et je partage aussi la colère des nombreux chinois qui n’en peuvent plus de cette bureaucratie d’un autre âge. Quel gâchis ! Le pouvoir actuel tirera-t-il des enseignements de la crise du coronavirus ? Rien n’est moins sûr.
      L’absence de contre-pouvoirs, de canaux d’information non inféodés au Parti tue en Chine au moins autant que le coronavirus.

      1. @Pierre-Yves Dambrine
        « … ‘not very smart’ Xi to step down as leader. »
        Euh, j’ai bien pigé ce que ça signifie ?
        Le ‘rififi’ se propage aussi… 😉

      2. François,
        Oui vous avez bien lu.
        Ceci dit ces deux intellectuels ne sont pas représentatifs de l’intellectuel moyen en Chine, ce sont des « dissidents », ils prennent des risques énormes pour dire le fond de leur pensée, en s’adressant directement au dirigeant suprême. Un dissident par définition est ultra-minoritaire.
        Mais, ce qu’ils disent aujourd’hui, à cause ou grâce à la crise du coronavirus entre en résonance avec les réactions des internautes chinois surtout après la mort de Li Wenliang qui a provoqué une immense émotion et colère dans le pays, et fera date. Les dissidents pratiquement inaudibles habituellement à l’intérieur du pays peuvent espérer cette fois obtenir un écho beaucoup plus important. Ils nomment les choses, là où d’autres sont encore dans une colère qui n’analyse pas encore clairement les choses.

        Quoiqu’il puisse arriver par la suite, cela laissera des traces, d’autres chinois, enhardis par ce qui vient d’arriver amplifieront la tendance. Car ce pays ne manque pas d’hommes et de femmes courageuses. Il suffit de s’intéresser à l’histoire de la Chine pour s’en convaincre.
        Ce qui est nouveau avec le coronavirus, c’est que le pays est confronté à une situation apparentée à une situation de guerre, car il s’agit de vies humaines en danger de mort, la politique qui se confond habituellement avec la propagande apparaît désormais pour ce qu’elle est, quelque chose qui tient pour peu de choses la vie humaine. Les trois semaines de perdues par le pouvoir chinois dans la lutte contre le coronavirus sont irrattrapables. Peut-être que Xi gardera son poste, mais une tâche indélébile est désormais associé à son nom et sa fonction. .. Ne pas oublier aussi qu’en Chine les catastrophes naturelles et pire encore si elles sont provoquées par l’homme, augurent souvent de changement de mandat du Ciel.

    2. C’est très émouvant et plus que ça encore. Il a fait ce que ses connaissances et sa fonction lui disaient de faire, il a dit la vérité, il en a été puni.
      Encore un « 3e serviteur » au sens de la parabole des talents…

  12. En 2015, dans le monde 920 000 enfants de moins de 5 ans sont morts de la pneumonie.

    En ce qui concerne la grippe, prenons le cas de la France. Dans l’hiver 2017/2018 par exemple, 13 000 personnes sont mortes de la grippe, dont 93% de personnes de plus de 65 ans.

    Source : http://russiepolitics.blogspot.com/2020/02/coronavirus-virus-de-la-soumission.html

    L »article vise essentiellement et consciemment l’hystérie collective, et ne se substitue pas a d’autres sources .

    1. La pneumonie est souvent une maladie liée à de mauvaises conditions de vie, d’hygiène ou d’alimentation, ou à un affaiblissement du système immunitaire (par exemple le sida). Le scandale n’est donc pas uniquement le fait que ces enfants n’ont pas été soignés ou vaccinés, mais qu’il existe encore des inégalités énormes dans l’accès au soin, à l’hygiène, à l’eau potable et à l’alimentation suffisante et équilibrée.

      https://www.who.int/fr/news-room/fact-sheets/detail/pneumonia

      Pour la grippe, c’est souvent un choix personnel de ne pas se vacciner… car les moyens existent. Ainsi, sur 2889 cas graves hospitalisés en 2017-2018 en France, 55% n’était pas vaccinés. Il existe également des médicaments anti-grippaux.

      Le bilan de la grippe est calculé en estimant la surmortalité sur toute la période hivernale en l’affectant presqu’exclusivement à ce virus. Du coup les chiffres varient beaucoup selon la manière d’estimer cette surmortalité, l’INSERN par exemple estime entre 4 000 et 6 000 morts par an.

      https://www.inserm.fr/information-en-sante/dossiers-information/grippe

      Il n’est pas possible de comparer un bilan (de la grippe) avec un début d’épidémie (un mois sur la Chine). On ne pourra comparer que bilan vs bilan, et une fois l’épidémie ou la pandémie arrêtée.

      Ce coronavirus est nettement plus dangereux que la grippe, tant en ce qui concerne sa létalité (2 à 3% vs 0,1%) ; son taux de réplication R0 (2,2 vs 1,3) ; son taux de cas graves (16 à 20% vs 0,5%) ; … De plus, aucun moyen n’existe pour lutter contre, exceptés les vêtements de protection ; alors que pour la grippe, il y a des vaccins et des anti-grippaux. De plus, ce virus arrive sur terrain vierge (personne n’est naturellement vacciné).

      Le simple fait que le système de santé de la province de Wuhan soit totalement exsangue alors même qu’il y a de sévères confinements effectués à très large échelle sur l’ensemble de la population montre que ce virus est nettement plus dangereux que la grippe. De manière évidente.

      Donc « l’hystérie collective » – je dirai plutôt « peur » ou « anticipation » mais bon – me semble compréhensible.

      Il est pour moi bien plus probable que l’épidémie se répande dans nos pays (européens) plutôt que le virus reste sous la maitrise des autorités sanitaires. Quand ? Comment ? Son bilan sera nettement plus élevé qu’une grippe saisonnière.

  13. Si la mortalité est à 2-3%, les modèles incluent ils les effets de bords liés à la déstabilisation de sociétés complexes et sous contraintes ?

  14. Hier (chiffres parus aujourd’hui), il y avait 22 112 cas confirmés dans la province de Hubei. Dans cette province vivent 58 160 000 habitants, ce qui fait 1 cas confirmé pour 2 630 habitants. Bien évidemment, de nombreux cas n’ont pas été diagnostiqués, par manque de moyens humains et matériels, et parce que seuls ceux qui font (et qui peuvent faire) la démarche de demander à être testés (en allant faire la queue à l’entrée de l’hôpital) le sont effectivement. Très certainement, de nombreux cas de décédés et de guéris ne sont pas non plus comptabilisés.

    Voici l’évolution (inverse chronologique) du nombre de cas confirmés supplémentaires pour cette province entre le 6 février et le 25 janvier :
    +2447 +2987 +3156 +2345 +2103 +1921 +1347 +1220 +1032 +840 +1291 +371 +323

    A noter que ce même ratio appliqué à la France (67 795 000 habitants) donnerait 25 778 cas, dont 4 124 à 5 156 cas sévères nécessitant une hospitalisation avec des moyens humains et matériels qu’il n’est pas évident que la France possède …

    Le système de soin de cette province est saturé (on le serait à moins). Les malades ayant des symptômes sont mis en quarantaine dans les hôtels (et maintenant si j’ai bien compris également dans des gymnases) ; les cas les plus graves sont à l’hôpital, ou … chez eux, car il n’y a probablement plus de place à l’hôpital.

    Un nouveau problème risque d’apparaitre, et qui n’améliorera pas la « jugulation » de ce coronavirus : le manque de matériels. Les besoins en vêtements de protection sont immenses dans un pays qui fait 1 417 913 092 habitants… La Chine a lancé un appel aux donc il y a quelques jours (la France avait rempli les soutes des avions chargés de rapatrier nos concitoyens avec du matériel, avant même l’appel au secours) mais les Etats Unis ne jouent pas les solidaires, et les autres évitent sans doute de trop se dégarnir …

    L’OMS d’ailleurs tire le signal d’alarme concernant une pénurie de matériel de protection.

    Deux provinces ont franchi le nombre de 1 000 cas confirmés. 20 provinces sont à plus de 100 cas. Il n’y avait que Hubei le 20 janvier.

    Voici l’évolution des principales provinces entre le 6 février et le 31 janvier (inverse chrono) :
    Zhejiang 1006 (+52) 954 (+59) 895 (+66) 829 (+105) 0 724 (+63) 661 (+62) 599
    Guangdong 1034 (+90) 944 (+74) 870 (+73) 797 (+114) 0 683 (+79) 604 (+84) 520
    Henan 914 (+63) 851 (+87) 764 (+89) 675 (+109) 2 566 (+73) 493 (+71) 422
    Hunan 772 (+61) 711 (+50) 661 (+68) 593 (+72) 0 521 (+58) 463 (+74) 389
    Anhui 665 (+74) 591 (+61) 530 (+50) 480 (+72) 0 408 (+68) 340 (+43) 297
    Jiangxi 661 (+61) 600 (+52) 548 (+72) 476 (+85) 0 391 (+58) 333 (+47) 286
    J’avais pris au 31 janvier toute celles qui était au dessus de 375 cas, valeur de la province d’Hubei le 25 janvier. Leur progression est moindre, mais il n’est pas certain qu’elle soit sous contrôle… surtout s’il manque de matériel de protection.

  15. Statistiquement, chez les Coronna on est créatif. En moins de 20 ans deux spécimens, probablement pas trop intrusif sur leur hôte sauvage, mais très motivés à prendre le large pour des raisons qui leur appartiennent, viennent tester notre sens du sacrifice et de responsabilité envers nos congénères.
    La machine de guerre commerciale chinoise plie mais ne cède pas, c’est ce que pense mon entourage au travail, mais gageons que chez les Coronna on ne s’arrêtera pas en si bon chemin.

  16. Vous parlez d’exponentielle, là où en réalité je vois nettement la branche droite d’une parabole, avec un coefficient de corrélation de 0,9993 ! aussi bien pour le nombre de cas en Chine que pour le nombre de cas mondiaux.
    (courbe calculée sur les données quotidiennes fournies par le site canadien, à partir du 20 janvier 2020).
    La projection prévoit alors environ 80.000 cas au 17 février prochain.

  17. Sur le bateau Diamond Princess en quarantaine au Japon, 273 personnes (sur 3700 à bord) ont été testées. 61 ont été positifs au coronavirus. Soit 22,34 % !
    Les tests ont été faits suite à la découverte d’un cas confirmé d’une personne étant descendue du bateau fin janvier dernier. Les 273 personnes testées sont celles qui l’avaient approché durant la croisière.
    Les tests vont maintenant être étendus à ceux qui ont approchés les 61 cas confirmés.

    https://www.la-croix.com/Monde/Asie-et-Oceanie/Coronavirus-nombre-cas-triple-paquebot-mis-quarantaine-Japon-2020-02-07-1201076918

    Question : est-ce que le recyclage de l’air à l’intérieur du bateau favorise la contamination ? Dans ce cas, quid des systèmes d’aération des avions, des immeubles de bureaux, d’hôtels, administratifs, de centres commerciaux ?

    1. Wikipédia :

      La légionellose est une maladie infectieuse due à une bactérie d’origine hydro-tellurique de la famille des Legionellaceae (Brenner et al. 1979) dont la plus connue est Legionella pneumophila. La bactérie se développe dans les réseaux d’eau douce naturels ou artificiels et dans un milieu organique favorable à leur développement (stations thermales, climatiseurs, etc.) riche en fer, zinc, aluminium.

    2. Pas si simple. La durée de vie du virus est faible une fois qu’il est « sec » : déshydratation des protéines (notamment celles type H et N qui sont les clés d’entrée et de sortie pour les HxNy, des voisines pour les corona, peu importe : ça sèche, ça n’a pas de forme « spore » résistant au sec.).
      Donc en gros, on dit 2 heures, le temps qu’un postillon sèche (33mn et 30 s 2dixièmes) etc. Il ne sèche toutefois pas très bien dans un tas de cas : arrivée sur une zone de peau pas si sèche (sans parler d’une muqueuse directe), arrivée sur un biofilm sur une poignée de porte ou autre zone « crasseuse » à l’échelle de qqs microns (pas encore marron, en réalité). Les métaux sont plutôt sympas (inox) : pas d’humidité en surface si facilement. Le cuivre notamment mais sans doute plutôt parce que quelques sulfoxydes de cuivre en surface sont antibiotiques pour les bactéries, pas pour les virus);
      Et la ventilation ? en principe, elle est en mode extraction, pour nos VMC (Ventilation Mécanique Forcée) ordinaires, donc on évacue nos humidité de SdB sous forme de gouttelettes dans la rue. C’est en principe un risque, si l’air de rue est humide etc. Pour les petites clims, elles brassent l’air à peu près autant que les ventilos pour les individuelles. Pour les clims collectives, je serais étonné que l’air soit pris en circuit fermé, ce serait le début des gros soucis (odeurs, sanitaires…), nos amis allemands installent d’ailleurs systématiquement des échangeurs de chaleur pour pouvoir rejeter de l’air chaud et importer de l’air froid et frais sans grosses pertes thermiques. Exception évidemment : l’avion, qui recycle l’air dans la cabine, mais peut le faire avec un coût énergétique élevé sans inconvénient (0,5% de la conso peut-être), et le fait avec un contrôle d’humidité pas trop mauvais (on n’a pas intérêt à laisser l’eau goutter n’importe ou, cf. ci-dessous). Néanmoins classiquement à la mise en route d’un avion sur un tarmac chaud et humide, on a de belles condensations sur l’air qui sort des aérations. Les passagers n’ayant jamais vu ça croient que c’est de la fumée.

      Je dirais au global que la source de contamination est surtout indirecte, et à travers des effets de températures qui peuvent créer des poches et des filets d’air humide, plutôt que par le brassage via la VMC elle-même. D’habitude l’air en sortie de clim est sec (sur les pare-brise de voiture, c’est idéal pour désembuer), parce qu’il vient d’être refroidi, l’eau condensée au passage tend à goutter en sortie des clim (dans la rue), mais c’est de l’air extérieur qui est ainsi séché et répand ses gouttes, par l’air intérieur.

      Je dirais donc globalement que ce n’est pas super méchant une clim, mais que ça peut faire persister des choses « dans les coins ». La légionellose représente un scénario analogue, dans les coins du ciruit d’eau chaude plus fréquemment. Les chauffe-eau collectifs (avec des « ballons » « thermosiphons » de 1 m3 ou plus ) doivent, en principe une fois par semaine, passer 1 h au dessus de 55°C même s’ils sont réglés, par souci d’économie à 47 ou 49°C pour tuer l’éventuel germe de la légionellose. Mais c’est une bactérie, donc pas du tout comparable, si ce n’est par le fait que les grandes circulations de fluides n’évitent pas complètement des « poches » qui stagnent avec des conditions hors de la moyenne.

      1. Merci timlota pour ces explications.

        Puisque c’est un bateau, l’humidité ambiante doit être importante, et se déposer suffisamment sur les objets pour que le virus qui y aurait été involontairement déposé par un malade (en éternuant, par des mains contaminées, …) ne sèche pas aussi vite à l’extérieur. Du coup, et du fait également de la promiscuité, il se propage plus facilement, uniquement par contact indirect, comme vous le pensez.

        Il faudrait donc, sur un bateau ayant des cas confirmés, qu’en plus du masque, chacun ait des gants.
        Si c’est le cas, cela va compliquer la recherche de cas, puisqu’il aura suffit à un voyageur de toucher un objet infecté pour être potentiellement contaminé.
        Ce matin, 3 cas supplémentaires ont été recensés.

        Autre réflexion : deux pays proches de la Chine ont étonnamment peu de cas : le Cambodge (1 cas) et le Laos (0 cas). Problème de dépistage ? Mensonge des autorités ? Futures épicentres d’épidémie ?
        Les pays africains également n’ont pas de cas recensés. Ni ceux d’Amériques du Sud. Est-ce dû aussi à un problème de dépistage, ou le virus ne supporterait pas l’été, comme celui de la grippe saisonnière ? Si c’est le cas, ce serait une bonne nouvelle. Vivement le réchauffement climatique ! (2e degré bien sûr)
        Les cas en Australie sont pour l’instant tous des cas importés, on ne peut donc pas conclure.

      2. @ François,
        2.ième degré, à la rigueur, si vous y tenez vraiment… mais vous jouez petit bras.
        Me semble que 8 à 10 °C est un minimum, plutôt 15°C d’ailleurs…
        Vous souhaitez donc notre mort climatique, à terme, pour éviter la couronne ( mortuaire, évidemment).
        Gribouille, tout ça.

  18. On assiste en Chine a une crise politique larvée, assez inquiétante, parce qu’elle alimente, faute de débouché réellement politique pour le moment au sein du gouvernement, un climat délétère dans le pays ; à coté des actes de bravoure, du dévouement incontestable des personnels hospitaliers, les mesures prophylactiques sont assorties de méthodes musclées qui répondent avant tout à un objectif politique : wuhaniser la crise en faisant des habitants de cette province des boucs émissaires, ce qui se traduit par exemple par la mise à demeure de personnes en provenance du foyer épidémique originel en les enfermant littéralement chez elles. On a pu voir ainsi dans le reportage d’Envoyé spécial de France 2, réalisé dans des conditions difficiles, des cadres locaux du PCC qui littéralement enferment les gens suspectés chez eux avec force barrières physiques installées au devant de leur porte. La délation est une pratique qui se répand. Le président à vie avait donnée le ton : vaincre le démon du coronavirus. Comme s’il s’agissait d’un problème moral et non pas de santé.
    Deux articles qui se complètent bien :
    https://www.lexpress.fr/actualite/monde/asie/coronavirus-comment-pekin-tente-d-eviter-une-crise-politique_2117652.html
    https://www.causeur.fr/coronavirus-xi-jinping-chine-172357

    1. Comme Trump, Pierre-Yves Dambrine profite de cette épidémie pour faire de la politique et envoyer toute sa haine du PCC. Rappelons que la grippe fait chaque année en France 3000 morts. La goujaterie est bien une spécialité française…

      1. Ah bon cette épidémie n’a pas d’implications politiques, y compris en Chine ?

        Est-il sérieusement possible de n’appréhender cette épidémie que sous l’angle purement sanitaire ?
        La Chine n’est-elle pas un acteur central de la mondialisation ? Une telle épidémie ne s’arrête qu’aux frontières de la Chine, comme le nuage de Tchernobyl ? L’épidémie de coronavirus n’a aucun impact sur l’économie mondiale, sur la vie des chinois ….

        Depuis les débuts de la crise je lis de nombreux articles, en français, en anglais et en chinois, et je ne crois pas avoir écrit de grosses bêtises jusqu’ici, je m’en tiens à la chronologie des faits, et je recoupe les informations, les analyses. je pense ne pas trop mal connaître l’histoire politique de la Chine contemporaine.

        Votre thèse, celle martelée par les autorités chinoises, est que le retard à l’allumage dans la lutte contre l’épidémie se trouve au niveau des autorités locales, en particulier celles de Wuhan et de la province du Hubei.

        Malheureusement cette thèse ne résiste pas à l’analyse des faits et de la chronologie ainsi qu’à la lumière de ce que l’on sait du fonctionnement du gouvernement en Chine.
        Je l’ai déjà écrit, et je ne suis pas le seul à le dire, tous les observateurs familiers de la Chine vous diront la même chose : le pouvoir aux mains de Xi est hyper centralisé et personnalisé, si bien qu’on l’a même comparé président au Mao. Sa pensée même ; « la pensée Xi Jinping » est désormais inscrite dans la constitution et il a le tire de « grand leader ». C’est une régression dans la gouvernance comparé à ses prédécesseurs depuis Deng Xiaoping, où le mode de gouvernement était beaucoup plus collégial. Ce système très directif, très rigide, peut mobiliser plus rapidement pour atteindre certains objectifs, mais il se révèle aussi extrêmement fragile en temps de crise.

        C’est un système de gouvernement conduit selon une politique qui fait de la loyauté au guide suprême le ciment de tout l’édifice, qui in fine a permis la mise en demeure du docteur Li Wenliang par la police de Wuhan laquelle respectait à la lettre les injonctions gouvernementales selon lesquelles il s’agit avant tout d’assurer la stabilité sociale, et la survie du parti. Toute communication d’informations sensibles doit préalablement passer le filtre de la censure et passer par les canaux officiels. Cela ne peut pas fonctionner totalement car comme on l’a vu, il existe maintenant des réseaux de « professionnels » mais ceux-ci sont peu de choses face au poids du Parti.
        Le système policier préexistait à Xi, mais celui-ci , a renforcé, durci, la discipline du parti, et le poids du PCC dans les décisions à tous les échelons, au point de pétrifier sur place toute velléité des cadres du PCC de faire remonter les mauvaises nouvelles. Il faut remonter au Grand bond en avant pour avoir à l’oeuvre une logique similaire : à l’époque les cadres locaux, pour montrer leur loyauté envers Mao, minimisait les chiffres catastrophiques de la chute de la production et de la famine qui s’ensuivit. Fort heureusement on atteint pas aujourd’hui ces extrémités, merci à Internet et aux réseaux sociaux, et à l’ouverture de la Chine au monde. Mais le retour au maoïsme dans ce qu’il y de plus destructeur, fait qu’aujourd’hui des causes structurelles identiques produisent des dommages terribles, pour la santé, et aussi par contagion systémique, parce que notre monde est devenu très complexe, comme l’indique Paul Jorion dans sa vidéo du jour .

        Quant à la volonté de Xi Jinping d’imposer plus de transparence, laissez-moi doucement rigoler. C’est tout simplement faux. C’est vrai si l’on s’en tient aux paroles, mais c’est faux si l’on considères les actes, ainsi le 5 février il a par exemple été demandé aux acteurs du réseau internet chinois de renforcer la surveillance …. et donc la censure. Si rien ne change les mêmes causes à l’avenir produiront les mêmes effets indésirables et dramatiques.

      2. Pas la peine d’écrire une tartine. Ecrivez nous sur la répression en France et les aggressions sexuelles dans le partinage artistique français. Et pourtant, on est en démocratie, comment est-ce possible?
        Ce qui vous déplait chez le président chinois, c’est qu’il est un peu comme De Gaulles. Il défend son pays face à des prédations.

    2. Il faut peut-être arrêter la mesquinerie. Profiter de l’épidémie, pour faire la polémique, c’est très malsain.

      C’est Xi Jiping qui a imposé à la Chine une volonté de plus de transparence. Et dans ce cas, Global Times a fait le portrait du médecin qui a donné l’alarme. Le gouvernement central a décidé de faire un exemple contre les autorités de Wuhan et cette mort que les Chinois pleurent comme celle d’un héros fait partie de la volonté de transparence voulu par Xi Jiping. Mais sous la plume de Pierre-Yves Dambrine, tout ce qui vient de Xi Jinping est rejeté! C’est effrayant d’être à ce point tordu d’esprit !

      1. Allez dire cela aux internautes chinois qu’ils sont mesquins lorsqu’ils se sont émus de la mort de Li Wenliang et ont exprimé une rare colère à l’encontre des autorités, et pas seulement celles de Wuhan.

      2. La chronologie pointe clairement la responsabilité du pouvoir central.

        30 décembre
        Le docteur Li Wenliang informe sur un réseau social de l’existence d’une nouvelle maladie :
        « il affirme que sept patients ont été diagnostiqués au coronavirus, une famille de virus dont fait partie le Sras et qui avait tué 349 personnes dans le pays en 2002-2003. Placés en quarantaine, ils s’étaient tous rendus au marché aux poissons de la ville.
        Il prévient ses amis dans une conversation privée, raconte CNN. Mais ses messages sont massivement partagés sur les réseaux sociaux. Et son nom n’est pas flouté. »

        31 décembre
        – La Chine signale à l’OMS les premiers cas de coronavirus

        1 Janvier
        – Li Wenliang et sept autres médecins sont interpellés et visés par une enquête pour avoir « répandu des rumeurs » et « perturbé gravement l’ordre social », le 1er janvier. Questionné pendant plusieurs heures, il est contraint de signer un procès-verbal reconnaissant qu’il « perturbe l’ordre social », détaille Le Monde.

        2 janvier
        – Le lendemain, l’information est reprise par la chaîne CCTV, la télévision d’Etat, qui ne précise pas que les huit personnes accusées de « répandre des fausses rumeurs » sont des médecins.

        – Relâché après son interpellation, Li Wenliang retourne travailler à l’hôpital. Mais le médecin se sent impuissant face aux autorités. Il déclare à un média étranger que « je ne pouvais rien faire, tout doit respecter la ligne officielle. »

        28 janvier
        – la Cour suprême réhabilite les lanceurs d’alerte.
        Elle concède que « l’information délivrée par les huit personnes [dont Li Wenliang] n’était pas fabriquée de toutes pièces ».

        – Xi Jinping rencontre le directeur de général de l’OMS auquel il déclare qu’il n’a cessé de conduire personnellement la lutte contre l’épidémie.

        Question : Xi Jinping et ses conseillers ont-ils accès à Internet, regardent-ils la télévision ?
        Une information aussi sensible que déclaration officielle à l’OMS par la Chine des premiers cas a-t-elle pu être ignorée du guide suprême ?

        De deux choses l’une : ou bien l’info délivrée par Li Wenliang a été a priori estimée insignifiante, et il ne valait alors pas la peine qu’en haut lieu on s’informât de la nature de ces informations, il s’agirait alors d’une négligence. Et alors c’est très grave car cela signifie que l’on prend le risque en haut lieu de passer à coté de quelque chose de très important, en l’occurence une affaire de santé publique, l’important étant d’assurer l’ordre public et la loyauté absolue au somment du pouvoir.

        Ou bien au sommet de l’Etat chinois on a été informé très vite de quoi il retournait avec l’alerte des huit lanceurs d’alerte de Wuhan, auquel cas c’est encore plus grave, car on a perdu un temps infini dans la lutte contre l’épidémie parce qu’on a estimé qu’il fallait mieux préserver l’exclusivité de la communication à un parti inerte mais dont on pouvait compter du bas en haut de la hiérarchie sur la loyauté.

        Nous manquons d’informations à ce stade pour dire si c’est la première hypothèse qui est la bonne ou la seconde. Personnellement je pencherais tout de même pour la seconde. Un dictateur veut tout savoir sur tout, et surtout tout ce qui peut menacer sa survie politique. Il doit donc savoir ce qui se passe dans son pays. Et il le peut, il dispose même de l’intelligence artificielle pour identifier les problèmes et ceux qui les causent.

        https://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/coronavirus/il-a-donne-l-alerte-au-prix-de-sa-vie-comment-li-wenliang-le-medecin-chinois-qui-a-tente-de-prevenir-le-monde-sur-le-coronavirus-est-devenu-un-heros-national_3816463.html

      1. Monsieur Nicolas
        Expliquez-moi en quoi le fait de ne pas parler de la politique française dans mes précédents commentaires devrait m’interdire de faire la critique (argumentée) de la politique chinoise. J’assume cette critique car l’absence de critique c’est ce qui crée justement les problèmes et les drames.

        PS. si vous étiez, au choix, plus assidu du blog ou de bonne foi, vous sauriez que je ne vous ai pas attendu pour critiquer la politique de nos gouvernants français.

  19. Pour éviter de n’avoir que le point de vue des idéologues comme Monsieur Dambrine, je voudrais vous donner ce lien qui explique comment le virus se propage : XXXX
    En réalité, c’est très complexe. Au début, les symptômes ne sont pas graves, ça n’inquiète personne. C’est après que ça se complique. Il n’est pas possible de comprendre la situation des nouvelles infections à coronavirus en Chine sans le contexte.

      1. Ok, je ne savais pas que ce site était complotiste. C’est assez étrange que l’organe officiel du gouvernement cubain, Granma, qui n’a pas pour habitude d’alimenter les théories des complots, publie ce texte: « N’est-il pas très suspect que le coronavirus soit apparu en Chine et que Washington l’ait introduit pour affaiblir ce que beaucoup considèrent déjà comme la première puissance économique du monde, au-dessus de l’empire sous le mauvais leadership de Trump? »

        Puisque qu’on ne peut donner le lien, je vais résumé la chronologie:

        1°) En décembre, les premiers symptômes du virus étaient assez légers, ça n’a pas préoccupé les autorités sanitaires chinoises qui ont quand même signalé l’apparition d’un nouveau virus à l’OMS. Après tests et vérification, les autorités sanitaires chinoise ont confirmé qu’il n’y a pas eu de contagion entre humains.

        2°) Deux semaines après, par mutation du virus, les symptômes sont devenus plus graves. C’est à ce moment là que les autorités sanitaires chinoises ont décidé de tirer l’alarme. Mais pour ne pas paniquer la population, il y a un protocole à respecter.

        3°) Li Wenliang a appris que certains patients avaient été hospitalisés pour une infection à coronavirus. Il a alors informé par wechat que le SRAS est de retour en Chine. Le SRAS étant connu en Chine, ses messages ont provoqué la panique dans la population. En plus de ça, il n’a pas l’autorité pour informer ça au public. C’est pour cette raison qu’il a été convoqué par la police pour fausse rumeur.

        4°) Le président Xi a alors ordonné la mise en quarantaine de la ville de Wuhan. La suite, on la connaît.

        C’est ce contexte là qui n’est pas rappelé par nos médias.

      2. Hua Chunying, porte parole du ministère des affaires étrangères de la Chine a déclaré lors de sa conférence de presse en ligne du 4 février  qu’à partir du 3 janvier, la Chine, à 30 reprises, a communiqué avec les Etats-Unis sur les cas de coronavirus.
        http://www.rfi.fr/cn/中国/20200203-武汉疫情当国人还蒙在鼓里中方早已通告美国

        Li Wenliang n’avait pas autorité pour informer la population, et c’est bien cela le problème, il était pourtant plus compétent que les bureaucrates pour savoir ce qu’il fallait faire, lui et ses collègues pour combattre l’épidémie.
        S’il avait été écouté par les autorités locales et centrales, des mesures sérieuses auraient pu être prises pour lutter contre l’épidémie à un moment où il aurait été beaucoup plus facile de la circonscrire.

        Pékin savait, et a laissé les autorités locales gérer la situation, de manière catastrophique. Pourquoi ont-elles préférer prendre au sérieux ce que leur disaient les autorités locales plutôt que de prendre au sérieux l’avis d’un médecin et ses collègues qui eux étaient sur le terrain et savaient réellement ce qui était en train de se passer ?

      3. @ Dambrine Pierre-Yves

        Difficile de discuter avec vous car pour vous, d’office, c’est le gouvernement qui déraille. Vous refusez de voir une situation complexe. Li Wenliang est mort et je ne vais pas chercher à le discréditer, mais il n’a ni la compétence ni l’autorité pour affirmer cela en public. Il parlait du SRAS, alors qu’il s’agissait d’un nouveau virus. Ses messages sur wechat ont mis en panique la population, cela a mis en danger les gens. Les tests étaient en cours de vérification et seule les autorités compétentes pouvez faire une annonce à la population.

        Si Li Wenliang voulait signaler la dangerosité du virus, il y a d’autres canaux que wechat. Par exemple si vous surveillez un examen et si vous constatez une erreur d’énoncé, vous ne pouvez agir n’importe comment. Vous devez signaler cette erreur à vos supérieurs. Ensuite, vous attendez les instructions à suivre.

      4. Nicolas,
        « il y a d’autres canaux que webchat »
        Vous me semblez bien naïf, c’est justement parce qu’i n’était pas entendu par les autorités qu’il a dû avoir recours à ce moyen.

      5. @ Dambrine Pierre-Yves

        Ca me gêne ces discussions où on fait des procès d’intention. Basons nous sur des faits: la population a-t-elle paniqué ? Oui et certains ont pris la fuite. Cela les met en danger ? Oui, danger pour eux mais aussi pour les autres.

        Je préfère écouter les scientifiques, je préfère regarder des reportages comme celui là: https://www.courrierinternational.com/article/sante-expatrie-il-reste-wuhan-par-devoir-moral-et-humanitaire
        Cet article de l’orient le jour donne une autre vision de l’épidémie en Chine. La propagande déversée par les Etats-Unis et les médias aux ordres contre la Chine commencent à provoquer un réflexe de résistance chez les gens les plus politisés et ceux qui ne supportent pas que l’on utilise une épidémie comme un argument de déstabilisation politique, ce que vous faites.

      6. A votre différence je ne m’exprime pas sous le masque de l’anonymat.
        Je vais donc en rester là et laisse juge les lecteurs du blog quant à la teneur de vos propos.

      7. @ Dambrine Pierre-Yves

        Quand on n’a plus d’argument, on attaque l’anonymat et la forme. Pendant que vous y êtes, attaquez aussi mon orthographe. Dans mes messages, il y a des arguments. Oui, laissons le soin aux internautes de juger de mes propos.

  20. Les 5 nouveaux cas français sont intermédiaires entre l’hypothèse de propagation du gouvernement (uniquement des cas provenant de Chine) et mon hypothèse (contamination secondaire par des touristes provenant de Chine mais sans connaître la source). Voir mon message du 1er février : https://www.pauljorion.com/blog/2020/02/06/statistiques-du-coronavirus/#comment-759755

    En effet, la contamination en France des 5 nouveaux cas l’a été par un intermédiaire qui n’était pas un touriste mais un proche, provenant de Singapour, contaminé, et ayant côtoyé des chinois provenant de Wuhan. Ces personnes ont donc pu, des les premiers symptômes, indiquer au 15 le lien avec la Chine.

    Mon hypothèse est que des contaminations secondaires en France vont aussi arriver, mais qu’il ne sera pas possible de tracer l’origine. Elles seront donc considérées comme des grippes par le 15, les patients iront consulter auprès de leur médecin, et ce n’est que s’ils développent une forme sévère de la maladie qu’ils seront testés (et encore, même pas sûr). Entre temps, le virus aura trouvé d’autres cibles…

    Ces 5 cas montrent simplement qu’une contamination secondaire est tout à fait possible en France, et que vu le nombre de liens aéronautiques avec l’Asie, le nombre de cas comme le britannique revenant de Singapour est à mon avis assez éloigné du zéro … Le problème, c’est qu’il n’y a eu aucun traçage des personnes revenant de Chine, aucun test salivaire non plus de ces personnes, aucune mesure de quarantaine exceptée pour nos compatriotes rapatriés, aucune consigne de port du masque alors même que l’on sait qu’elles proviennent de zones à risque, …

    La FAQ du site gouvernemental a été modifiée, et ce qui était mensongé a été supprimé. Il faut rechercher de manière un peu plus subtile l’information, par exemple dans la partie « cas contact » où l’on peut lire : « les voisins du patient malade dans un avion ou un train, ou les personnes restées dans un espace confiné avec lui (voiture individuelle par exemple).  »

    Hier (sans que ne soit comptabilisé les 5 nouveaux cas français dans le tableau de l’OMS), il y avait 59 cas de contamination hors Chine, et 76 cas (dont les 64 du Diamond Princess) dont l’origine de la contamination n’est pas encore connue…

  21. Si l’on s’en tient aux cas de 2019 nCov tracés par le gouvernement chinois – aux chiffres officiels donc – en négligeant les probables cas non détectés et les possibles cas mis sous le boisseau pour raison politique, la progression de la contamination en Chine commence à donner des signes encourageants.

    Voici le taux d’augmentation du nombre de cas en Chine d’un jour sur l’autre, en données brutes (colonnes) et lissé sur les trois jours précédents (ligne continue). Le taux d’augmentation a décru d’environ 20% jusqu’à 10% en l’espace de quatre jours

    https://i.ibb.co/8zqTnxT/2019n-Cov-Chine-0121-0208.jpg

  22. Que peut on apprendre cet épidémie du coronavirus ?

    Première chose, c’est que l’humanité va connaître encore d’autres épidémies encore plus graves. On parle beaucoup de la situation en Chine, mais il y a en ce moment une épidémie inconnue au Nigeria, qui a déjà tué plus de 200 personnes. Le rôle de l’OMS est fondamental. Il est nécessaire de travailler sur un système de santé mondial.

    Deuxièmement, on voit également comment une crise peut libérer des paroles et des comportements xénophobes, dans des pays avancés avec démocratie libérale comme l’Amérique du Nord ou l’Europe. On voit aussi les failles du système de rumeurs comme arme de guerre commerciale et de déstabilisation politique. Dans le but de manipuler l’opinion publique, les rumeurs génèrent les paniques qui n’empêcheront pas les migrations de personnes fuyant et transportant la contagion. Au lieu de soutenir la guerre commerciale des USA contre la Chine et au lieu de d’inviter sur nos plateaux de télévision des personnes qui font des sketchs usés, il serait utile de suivre les recommandations de l’OMS et recréer des réflexes collectifs. La diabolisation stupide des dirigeants chinois empêche de trouver ensemble des solutions.

  23. Chen qiushi a disparu de la circulation depuis le 6 février, il était arrivé dans la ville de Wuhan un peu avant que la ville ne soit confinée pour témoigner au jour le jour de la situation sur place.

    Il s’agit simplement d’un avocat de profession qui réagit à une situation anormale, en tant que citoyen.
    Il faut savoir aussi que depuis une dizaine d’années en Chine le fer de lance des critiques en Chine viennent de juristes qui demandent simplement que la constitution chinoise soit appliquée, laquelle garantit en principe la liberté d’expression.

    Et qu’on ne me dise pas que c’est un supplétif des USA.
    Est-ce si difficile d’admettre et de comprendre qu’un sentiment d’injustice chevillé au corps suffit à motiver un tel engagement ?

    https://www.nouvelobs.com/coronavirus-de-wuhan/20200207.OBS24541/l-activiste-chinois-chen-qiushi-a-disparu-a-wuhan-alerte-sa-famille.html

  24. Petit point :

    Sur le bateau Diamond Princess, il y avait 61 cas confirmés le 7 février. +3 le 8. +6 le 9. +65 le 10. Nous en sommes à 135 (sur 3 770 personnes à bord). Tout le monde n’a pas été testés. Comme quoi, lorsque l’on recherche chez des asymptomatiques, on trouve …

    Petite erreur sur le tableau de John Hopkins, puisque le Japon est passé en une journée de 25-26 à 161. Sans doute les 135 du bateau comptés en double (sur « Other », et sur « Japon ».)

    Le nombre de cas augmente lentement mais régulièrement sur l’ensemble des autres provinces de Chine (elles sont toutes avec au moins un cas). 23 provinces sur 34 ont plus de 100 cas. La relative « baisse de la progression » est-elle « volontaire », pour ne pas inquiéter les travailleurs qui doivent reprendre leur travail ? Le risque est que ce retour au travail ne relance la mécanique de la contagion…

    Le nombre de cas augmente aussi lentement mais sûrement sur les autres pays du sud-est asiatique. Toujours 0 au Laos et 1 en Thaïlande !

    80 cas de contaminations hors Chine. Désormais, la majorité des nouveaux cas détectés hors de Chine sont des contaminations également réalisées hors de Chine (hier, 5 cas sur 6, auxquels il faut rajouter les 6 cas du bateau Dimamond Princess, soit 11 cas sur 12). La Chine entière semble donc en quarantaine … ce qui freine bien sûr l’évolution du virus sur les autres pays, mais ne le bloque pas entièrement…

    Pas de nouvelles des 35 nouveaux rapatriés français de Wuhan dimanche. Y-a-t-il eu des tests (d’habitude, ils sont fait le lendemain de l’arrivée, normalement donc aujourd’hui) ? Quelqu’un aurait-il des news ? Bon, comme on dit, pas de nouvelle, bonne nouvelle !

  25. La paille et la poutre

    Li Wenliang est un héros. Ayant détecté une nouvelle maladie et l’ayant signalée, au lieu d’en être félicité et récompensé, il en a été puni. Et il est mort de la nouvelle maladie, due au corinavirus 2019-nCov, qu’il avait détectée. Mort, il a été aussitôt réhabilité.
    Julian Assange devrait être un héros de l’information et de la vérité. Au lieu de cela il meurt en prison dans l’indifférence générale. Puni lui aussi alors qu’il devrait être félicité et récompensé.
    Enfermé dans une prison de haute sécurité, mis à l’isolement, il est traité comme s’il était lui-même un virus pathogène contagieux. Honte sur notre aveuglement.
    Son cas est encore plus accablant que celui de Li Wenliang.
    Et dire que nous nous moquons du manque de transparence des Chinois…

    1. Assange, qui s’était fait l’archange de la transparence, s’est transmuté en simple organe de manipulation, instrument de la propagande russe, torpillant Clinton, torpillant Sanders, au seul bénéfice du proto-fasciste et suprémaciste blanc Trump. Qu’est-ce qui lui a pris ? nous interrogeons-nous Stiegler et moi (qui l’avions massivement soutenu) : s’est-il fourvoyé ou était-ce cela son but initial ? À l’heure qu’il est rien de tout cela n’est clair.

      1. Branco (qui est aussi dans le team d’avocat d’Assange) passait sur « La grande table », j’ai pas tout entendu, et son plaidoyer est forcément pro Assange.
        Mais il semble qu’il ait un peu pété les plombs une fois enfermé à l’ambassade équatorienne.

  26. Selon un article à paraître de Zhong Nanshan et d’autres scientifiques chinois la période d’incubation varierait de 0 à 24 jours.
    https://www.rtbf.be/info/societe/detail_coronavirus-la-periode-d-incubation-pourrait-aller-jusqu-a-24-jours-selon-des-scientifiques-chinois?id=10429441
    Le même Zhong Nanshan se veut néanmoins rassurant dans une déclaration récente à Reuters :  »
    “J’espère que cette flambée épidémique pourrait être terminée à peu près en avril”, a-t-il déclaré en évoquant la baisse du rythme de nouvelles infections dans certaines provinces chinoises… »
    https://fr.reuters.com/article/topNews/idFRKBN2051CW

  27. Ça alors !
    Assange n’a pas que des partisans, je suis moi-même réticent à l’égard de cette « transparence » tant vantée, mais de là à faire de lui un partisan de Trump et donc quasiment un proto-fasciste et un suprémaciste blanc !?! Les USA de Trump ne le poursuivent-ils pas pour haute trahison et quelques autres chefs d’accusation du même acabit ?
    Et instrument de la propagande russe en plus évidemment !?!
    Quand on veut noyer son chien, on dit qu’il a la rage…
    D’ailleurs même s’il était tout cela ou pire encore il ne mériterait pas le sort qui lui est fait : prison de haute sécurité, isolement quasi-total, hautes doses de sédatif dit-on… en somme une mise à mort à petits feux, sans jugement, à l’abri des regards.
    Les Anglais auraient-ils oublié l’habeas corpus ?

  28. La censure en Chine a désormais un visage … masqué (voir photo) et un nom : une policière qui ne dort plus que quatre heures par nuit pour contrôler les groupes de discussion du Webchat, selon un article élogieux qui paru le 28 janvier sur Dongying, un site de news de la province de Guangdong.
    Le journaliste rapporte : « un groupe de discussion peut influencer plusieurs centaines de personnes …..Ces 7 derniers jours elles ont surveillé plus de 3000 messages d’information publique, le filtrage a permis de supprimer 100 messages nuisibles, 10 messages de rumeurs concernant le virus, et elles sont également fait du guidage direct pour 38 messages. (cela consiste pour le censeur policier à entrer directement en contact avec les auteurs des messages sur Webchat)
    Ainsi, quelques jours à peine avant que Li Wenliang ne soit convoqué par la police, était révélé de l’intérieur un pan entier du monde de la censure, s’étonne le rédacteur de RFI.

    http://www.rfi.fr/cn/中国/20200211-女网警删帖自白-一天只睡4小时

    1. Rectificatif
      L’article a été publié plusieurs semaines APRÈS l’interpellation de Li Wenliang, et d’ailleurs, cruelle ironie, le jour même de la réhabilitation par la Cour suprême du docteur de Wuhan et de six autres de ses collègues.

  29. Il semble que les chiffres donnés par Wuhan étaient faux. Le pouvoir central a repris les choses en mains. Mais le manque de moyens est tel qu’une véritable maîtrise de la situation semble encore hors de portée en Chine (article du Monde).
    En France, avec11 cas, ça va, mais si nous avions des centaines ou des milliers de nouveaux cas chaque jour, comment ferions-nous ?

    1. La situation devenait intenable à Wuhan pour les autorités médicales. Et les autorités tout court. Car selon toutes les apparences la situation n’est pas du tout sous contrôle.
      Le traitement « politique » de l’épidémie a pris le pas sur le traitement purement médical selon des méthodes scientifiques. Et bien entendu il y a sous-jacent le grave problème du nombre insuffisant de kits de détection du Covid 2019 et l’insuffisance de lits d’hôpitaux disponibles ainsi que des personnels hospitaliers.

      IL y a quelques jours avait été lancée une vaste opération de quadrillage de la ville pour détecter de nouveaux cas, habitation par habitation, et une fois l’opération terminée les responsables ont conclu au succès de l’opération.
      « ..Wuhan’s Communist Party chief Ma Guoqiang said at a news conference Monday that 10.59 million residents, about 98.6% of all households and 99% of the city’s population, had been given health examinations… »

      Yanzhong Huang, senior fellow for global health at the Council on Foreign Relations, says the top-down nature of China’s governing system tends to create “unscientific, heavy-handed” approaches to disease prevention and control. “Certainly it is very impressive, mobilizing the entire state and society to achieve an objective,” he said, “but it may not be a scientific approach in terms of finding all the infected cases.”

      Mais la réalité était bien moins reluisante, d’après de nombreux témoignages des habitants malgré des signes évidents d’une infection probable certains habitants n’ont pas été pris en compte et n’ont pas été hospitalisés. D’autres ont été envoyés en quarantaine (gymnases, hôtels, locaux du PCC, centres d’exposition ..) où l’hygiène et la promiscuité sont des facteurs d’infection. D’autres encore n’ont pas du tout été testés.

      Los Angeles Times : https://www.latimes.com/world-nation/story/2020-02-11/china-coronavirus-peoples-war

  30. J’ai lu beaucoup de choses sur le paquebot bloqué au Japon. On peut supposer que la ventilation d’une enceinte fermée est un grand vecteur de propagation d’un virus, comme d’ailleurs la VMC en général.
    Que pensent les honorables participants de ce forum?
    Est-ce qu’il faut évacuer les passagers, par humanité?
    Ou les confiner, par souci de protection de l’espèce humaine?
    Gilles

  31. bonjour et l’information qui sera qui fera le temps d e l’information et il est exact comme choix de vous la probable situation de tout l’information en sens exact, alors qui que fera le fait de sens et l’approcher de dire comme parole et exact le tout de ce sens en mot de trouver mot le courage de dire que de dire, et pourtant nous ne sommes pas au fait de vous de vous en sens de maintenir qui de forme, alors vous êtes les dire de toutes l’informations au lieu de tout dire comme si cela n’empêchait pas le fait de la réalité et il semble pour vous le coût et la valeur de prise de temps que vous formez à dire le tout de notre ancien de notre ici et pareil forte santé pour quand exprimerons nous ? Le tout de la possible façon de dire vous ? Le bien et le vraie du choix disponible et le cas du coronavirus est au lent ou au rapide que désire le tout de l’informé si cela puisse être que de votre santé et bien si cela ? A pour importance le toujours en jour et de nuit la même idée de venir; – ceci est juste un message pour englober qui fera quoi… – A quelle patiente le direct ! l’avenir est au texte pour autant même,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.