5 réflexions sur « Bourse en forte baisse : la fragilité du flux tendu »

  1. Génial, un simple virus, sème la déglingue dans le système des bourses mondiales : prises en défaut, car le principe de la cotation n’est-il pas d’’anticiper’ le risque ?
    Si l’on se penche un peu plus sur l’évènement, l’on peut constater que pour des raisons de rentabilité, il a été adopté le système de gestion des stocks, mis au point au Japon dans les années ‘50 : le ‘kanban’ l’étiqueté ‘juste à temps’ qui permet une rétroaction vers l’amont et évite ainsi les stocks qui certes peuvent lisser les à-coups mais son ‘onéreux’ vus strictement du point de vue gestion-comptabilité.
    Ce système fonctionne parfaitement dans une entreprise de fabrication intégrée, laquelle maîtrise au même endroit toutes les étapes de la fabrication d’un produit, comme cela fut le cas au Japon ou en Corée dans les années d’après-guerre.
    Le système actuel des ‘fabricants’ vise à une rentabilité financière jamais atteinte auparavant :
    design et mise au point d’un produit avec des équipes d’ingénieurs très bien payés et ensuite fabrication au loin chez le mieux-disant du point de vue prix et ‘roule ma poule’ pour le gavage financier du concepteur, sauf que quelquefois, il surgit un impondérable, c’est le cas aujourd’hui…

  2. Ah, mais si le capitalisme utilise ce coup comme une « vaccination », pour améliorer d’un petit facteur 2 ou 3 sa résilience face à un tarissement temporaire des ressources/usines etc., on sera gros-jean comme devant, avec un capitalisme mieux installé.

    Sauf si, pour le faire, il ne met pas la finance pure en avant mais des gens et leur goût pour des choses « significatives » ? J’amerais…

  3. Oh mais elle commence sérieusement à m’énerver cette époque où on croit qu’un pays est prêt à faire face a une épidémie alors qu’on ment sur l’économie.
    Non mais on l’aura pas volé.
    Quelle arrogance !!! Il faut pas être arrogant face à un virus.
    Bordel a nouille

Les commentaires sont fermés.