La « ministre de la Justice » de l’état de New York réclame la dissolution de la National Rifle Association

La National Rifle Association, ce n’est pas seulement l’association de défense des porteurs d’armes individuelles aux États-Unis, et l’un des plus influents lobbys du pays, c’est aussi – et la chose fut soulignée par les travaux de la Commission Mueller ainsi que par les multiples enquêtes de journalisme d’investigation dans son sillage – le principal véhicule de l’influence russe aux États-Unis, et cela depuis plusieurs dizaines d’années.

Quand l’Attorney General de l’état de New York, Letitia James, inculpe la NRA de malversations financières pour des montants s’élevant à plusieurs millions de dollars et réclame sa dissolution, il ne s’agit donc pas seulement de fraude fiscale, ni même de relations internationales, mais bien de géopolitique.

Affaire à suivre donc, très attentivement.

Partager :

7 réflexions sur « La « ministre de la Justice » de l’état de New York réclame la dissolution de la National Rifle Association »

  1. L’influence russe, tout est dit. Tellement insidieuse, tellement cryptée que ce ne peut être qu’elle qui est à l’origine de l’abaissement de cet empire dernier style que les États-Unis d’Amérique du Nord auront constitué. Sans même l’emploi d’Hollywood, des séries, du dollar, de l’écrémage sur toute la planète des cerveaux les plus en pointe, de la CIA et consorts et des techniques numériques de masse. D’ailleurs, ces champions du numériques sont clairement les héritiers « seconde vague » des techniques des tchéka guépéou nkvd, bref des services secrets ennemis, qui, bien que très sournoises, étaient largement primitives. Rien ne sert de contraindre, il faut simplement que le pékin moyen veuille à tout prix créer son compte. Il faut noter également que l’influence russe est tellement dégueulasse qu’elle s’insinue dans le processus électoral dans tout l’Occident et aux États-Unis d’Amérique du Nord en particulier. La preuve : les citizen ont élu, non pas un quelconque Kane, mais un Opni dont on est sur le point de découvrir, comme dans Alien, qu’il n’était point humain

      1. Et celle-là pour se désintoxiquer décidément de l’influence russe et même d’autres influences : this video kills fascists :

      2. @Bonnemaison
        La première vidéo devrait ravir notre ami Juannessy, amoureux des voix slaves -;)
        La deuxième me touche plus personnellement, la mère de mes enfants étant d’origine transylvanienne. Hélas, des années de conservatoire les ont dégoutés de la pratique instrumentale – mais ça reviendra, avec le temps.
        Bien. Et puis quoi ? Toute culture à ses traditions musicales et elles sont toutes dignes d’intérêt, d’est en ouest, du nord au sud. Y-a-t’il un pays au monde où on n’aime pas faire de la musique, chanter, danser, essayer d’être heureux ?

      3. Et la musique c’est encore mieux quand on ne se prend pas trop au sérieux.
        Reprise de Thunderstruck de AC/DC par un groupe de bluegrass finlandais:

  2. Mr Jorion,
    Je suis un fidèle lecteur, quasiment pas commentateur, mais j’ose un petit rebond…
    Il me semble bien y voir une analyse, à rebrousse-poil des vôtres certes : l’analyse d’un cache-sexe servant à dissimuler « ce que l’on ne saurait voir ».
    Ce facteur dissimulant n’est évidemment pas ce qui transpire de l’ensemble de vos réflexions sur l’état de déliquescence de la société étasunienne, mais quand même : une petite tendance aux « circonstances atténuantes » ?
    Bien à vous.

Les commentaires sont fermés.