31 réflexions sur « Vidéo – Passe l’automne, vienne l’hiver… »

  1. Je rapprocherais ce que vous partagez, du titre d’une vidéo intitulée la solitude du coureur de fond; et le sentiment de mélancolie qui s’en suit est à relier, d’après moi, à la volonté du monde des concupiscents (accapareurs de puissance, de biens, de richesses, de pouvoirs, d’accumulations idiotes ), d’enliser les initiatives et les clairvoyances dans la doléance à répétition jusqu’à nauséam du minimum de bon sens requis .
    Et si le minimum acceptable, voire indolore, n’est obstinément pas fait , c’est bien pour qu’il soit sans arrêt reproché jusqu’à apparaître, par lassitude, comme une utopie inatteignable de monde enfantin.
    il faut bien comprendre que la plus grande arme des « installés dans la luxure », c’est d’être des poissards qui salopent tout ce qu’ils touchent de sorte que rien n’en sorte à part toujours de nouvelles explications et théories face à des contradicteurs hébétés devant tant d’incuries et qui finissent par bloquer, focaliser, sur le fait que le minimum requis n’est toujours pas acté.
    Au niveau médiatique cela a un effet délétère puisque ceux qui pourraient impulser un changement sont ainsi enfermés dans un discours « ritournelle » et ceux qui se cramponnent à l’immobilisme, n’ont de cesse d’avancer de prétendues nouvelles perspectives que créeraient les innombrables bévues et ratages de notre temps et de notre pays.
    Résultat ce sont ceux qui ne changent rien qui ont le discours qui se renouvelle le plus souvent, les faisant passer pour plus adaptatifs, modernes et ponant des formes de nouveautés. Il faut dire aussi que le monde journalistique prône l’amnésie et la nouveauté derrière laquelle il faut courir, (qu’elle soit bonne ou mauvaise), car c’est « tendance »…Fidélité obligée au libéralisme (qui soit dit en passant, n’a pas inventé la poudre avec son égalité de droit qui se fait aveugle à l’égalité des chances…).
    Ainsi plus des choses vraies se diront, plus elles passeront pour paroles de rabat-joie.
    La solution ? Il n’y en a pas ; l’exaspération finira son oeuvre chaotique jusqu’au bout face au jusqu’au-boutisme d’un monde politique décadent, prêt à faire des alliances droite/gauche pour continuer à se cramponner à sa concupiscence. Pour dire, on voit bien que même l’idée de réindustrialiser la France leur fait mal au ventre et que tous les atermoiements sont à l’oeuvre dans toutes les représentations politiques ( aucune ne demande le changement des règles des appels d’offres de marché public).
    Mais le coureur de fond a son utilité, car il donne de l’espoir à ceux qui en manquent (c’est bien pour cela que les dieux du stade existent non?) ; il n’a pas grand public, car la course est longue et il faut le suivre longtemps ; il s’écroule une fois franchie la ligne et ne peut pas se livrer à d’exubérantes démonstrations pour le lucre des photographes, mais il a porté jusqu’au bout son rocher de Sisyphe et l’espoir qu’il en résulte révèle au quidam, qu’au fond son fardeau n’est peut-être pas inassumable et qu’il ne doit pas renoncer. Le moment venu, il y aura ainsi un peu plus de gens avertis et un peu moins de déprimés ou d’enragés, qui participeront à rebâtir quelque chose.

    7
  2. Passe l’automne…
    Vienne l’hiver…

    Passent les jours…
    Vienne la nuit…

    La joie venait toujours après la peine…

    Merci Monsieur Jorion pour cette vidéo apollinarienne !

  3. Le seul commentaire qui me vienne spontanément , en est un que j’ai déjà fait .

    Le seul Signe qui réunisse à la fois le Pourquoi et le Comment , est celui que m’a légué ma mère , comme celle d’Arkao le lui a peut être transmis .

    C’est le sourire , sinon l’optimisme , qui lui a donné le courage heureux pour regarder la vie et la mort en face .et qui a été à la fois le chemin et la destination de sa présence au monde , sans se laisser troubler par les saisons .

    5
    1. Sans oublier l’amour pour mère nature !
      Une première je crois dans les vidéos de Paul Jorion, la présence de la nature (en dehors des limites du jardin). La nature est plus notre élément que le béton des villes (pardon Charles), son spectacle au jour le jour est notre oxygène, sa présence soigne les dépressifs.
      Dans les mois et les années qui viennent cette fable de La Fontaine sera dans toutes les têtes.
      https://www.youtube.com/watch?v=WlW7W92YUZI

  4. Bonsoir Paul. J’ai regardé votre vidéo et je partage votre constat sur l’état actuel du monde qui est vraiment inquiétant. Sur le risque de guerre civile aux États-Unis, d’autres analystes en parlaient déjà comme vous il y a quelques mois. Nouriel Roubini disait qu’il y allait y avoir des conflits localisés (pas sur l’ensemble du territoire). Je suis d’accord avec vous qu’il est absolument nécessaire que nous nous mobilisons. Par contre, je ne sais pas encore comment il faut faire. Il y a beaucoup de choses que je voudrais améliorer dans ce monde. J’arrive à faire certaines petites choses autour de moi mais je voudrais en faire davantage et pouvoir aider encore plus les autres. Il faut quand penser que nous sommes capables de faire les changements nécessaires et que nous allons y arriver. Je dis ça même si je ne sais pas encore comment il faut faire mais je pars du principe que quand on veut on peut sinon on n’a pas de résultats 😁.

  5. Il est arrivé que Bernard Stiegler soit un tabasseur de femmes, un très grand philosophe sans doute.
    Cela n’intéressera pas le spectacle de la pensée. (un grand ami parce que grand philosophe dit-on)
    Il s’est pendu piteusement
    Ici, aime-t-on la vérité ?
    Bien le bonsoir au gorille numérique qui surveille ceux qu’on appelle les trolls, c’est-à-dire la contradiction.
    Vive le confinement salvateur !
    PS : Bisous anonymes au p’tit Lucas qui doit sans doute savoir ce qu’est lutter contre un projet de l’Etat défendu par la police.
    Encore pedro ou Camille (parfois)

    1. @Camille Pedro
      Otromeros dit vrai, pourquoi ‘piteusement’ ?
      Faut un certain courage pour se passer la corde !
      Exemple évoqué ici, Robin Williams apparemment atteint d’une pathologie incurable (démence de Lewy) l’a fait, personne ne peut juger l’acte…

    2. Ah non je n’ai jamais lutté contre l’état seulement contre une assurance.
      Mon Premier contact avec une femme a été du dégoût et mon Deuxième un coup de poing au plexus solaire sur une grande courge qui fasait2 X ma taille m’humiliait Et que j’ai prévenu toute la récré.
      Alors piteusement pouet à vous et je ne prend pas ce funeste bisou. Même pas la peine de me parler en bafouant la mémoire d’un chouette type à la langue BIEN pendue.

    3. « Il y a neuf cent quatre-vingt-dix-neuf défenseurs de la vertu pour un homme vertueux. » (Thoreau)

  6. Ce qu’il faut bien comprendre c’est que personne n’a aucune prise sur les évènements , on est là dans la nature , tiens mes pieds s’agitent , il m’arrive une ballade , je met un coup de pied dans un gravillon , tiens là bas un chat attrape un oiseau etc… mais personne n’a jamais changé le cours de l’histoire

  7. Si le lanceur d’alerte de la première crise du deuxième millénaire de notre ère dit qu’on est les meilleurs ( avec un tout joli minois entouré de vert) alors nous le somme! :)´

    Très bonne journée à tous et à toutes.

  8. Par l’intermédiaire de ses amis japonais Bernard Stiegler c’était intéressé à la symbolique du Jardin japonais.
    Leurs fonctions et leur portée religieuse très bien expliqué ici dans ce document par les moines eux-mêmes, lorsqu’il s’agit de Bouddhisme Zen. Du beau et du grand art : daitoku-ji | Jardins d’ici et d’ailleurs | ARTE
    https://www.youtube.com/watch?v=rZmSiUvRf8M

    1. Si Bouddha et Voltaire sont d’accord , c’est qu’il y a bien quelque chose à honorer de ce côté là , où l’on ne retrouvera jamais les transhumanistes .

  9. Tant qu’on y est dans les mauvaises nouvelles… Un « autre » combat , à Dijon (pour l’instant..) , perdu d’avance.

    Une « vision » française : https://www.liberation.fr/france/2020/09/04/alain-cocq-entame-ce-soir-la-chronique-de-sa-mort-annoncee_1798482

    Une « vision » belge : https://www.rtbf.be/info/monde/detail_france-interdit-de-suicide-assiste-alain-cocq-va-se-laisser-mourir?id=10576186
     » Parce que je ne me situe pas au-dessus des lois, je ne suis pas en mesure d’accéder à votre demande » …
    « Votre souhait est de solliciter une aide active à mourir qui n’est aujourd’hui pas permise dans notre pays …..
     »
    souligne M. Macron.: le président français Emmanuel Macron n’a pu qu’adresser une fin de non-recevoir, dans une lettre datée de jeudi, à la demande qu’Alain Cocq lui avait faite d’autoriser « à titre compassionnel » un médecin à lui prescrire un barbiturique afin qu’il puisse « partir en paix ».

    1. Il y a vraiment besoin d’avoir l’autorisation d’un président de la République quand on veut « partir en paix » ?

      C’est confondre un président de la République avec un monarque absolu dépositaire divin du droit de vie et de mort .

      La réponse de Macron était la seule digne d’un président républicain .

      La parole au parlement .

      1. @juannessy (4/9 à 16h15)

        Curieuse réponse… au premier degré..!
        Argumentation irréprochablement formatée « french citizen ».
        ((Manquait quand même l’injonction du « gaâârdàvous »…!))

        Je n’arrive pas à me convaincre que.. vous ayez pu penser un seul instant que le « recours » à l’autorisation ( impensable ) présidentielle puisse avoir été réellement envisagé comme issue possible de cette tragédie humaine.
        Étape indispensable cependant , qui permet , par son issue attendue , des articles de presse.
        Quant au parlement.. , en cette fin 2020 , tout dépendra de l’audimat qui accompagnera l’éventuelle intensité du suivi médiatique désiré , mérité même par cet être humain qui n’est plus que souffrance , même si souffrance constructive.
        Son ultime désir de sortir de l’anonymat et d’en finir en catalyseur d’évolution d’éthique sera-t’il récompensé?
        Rien n’est moins sûr , à mon avis , hélas.
        Couardise de début de quinquennat irrécupérable.

      2. Samedi 5 , 13h11 …

        Un excellent et complet reportage sur les conditions de fin de vie choisies par un être humain en pleine capacité se termine…
        Le commentateur prend le soin de signaler que le réseau »fessede bouc » vient de couper l’accès au site du combattant..

        Trop dur de laisser voir la réalité en face? Pressions bien-pensantes? …Peut-être cela fuitera-t’il suffisamment fort pour contraindre à corriger le tir..

      3. Pour bien comprendre… sauf dans le cas https://www.pinterest.fr/pin/313633561552822479/

        l’article du « Monde » : https://www.lemonde.fr/societe/article/2020/09/04/face-au-refus-de-l-elysee-alain-cocq-va-se-laisser-mourir_6050938_3224.html
        …  »  »  » « Le chemin de la délivrance commence et, croyez-moi, j’en suis heureux », a déclaré Alain Cocq sur son compte Facebook, peu après minuit dans la nuit de vendredi à samedi, en annonçant avoir « fini son dernier repas » et cessé toute hydratation et tout traitement. « Je sais que les jours qui m’attendent vont être difficiles mais j’ai pris ma décision et je suis serein », a-t-il ajouté.

        « Ce n’est pas un suicide », précise le malade, rappelant qu’il est catholique . « Je suis dans le cas prévu par la loi où un patient peut arrêter son traitement », explique-t-il, disant que, dans ces cas-là, le décès suit « dans les deux à cinq voire sept jours ». « Moi, avec mon état, ça risque d’être rapide. »

        « Ça sera très dur mais ça ne sera pas trop grand-chose par rapport à tout ce que j’ai vécu », poursuit Alain Cocq depuis le lit médicalisé installé à son domicile et qu’il ne peut plus quitter. Tendant un gobelet en plastique à la caméra, il lance par la suite un dernier mot : « Voilà les amis, je bois un dernier coup à votre santé », avant de conclure son message très poignant par un « ainsi va la vie. Au revoir » .

        Un dernier combat pour celui qui espère que son histoire inspirera une nouvelle loi, pour permettre « le soin ultime » et ainsi abréger des « souffrances inhumaines ».  »  » « 

        1. Alain Cocq mérite mieux que le calvaire que nous lui imposons.

          50% Belge, 50% Pays-Basien, mais résident en France, je m’abstiendrai de souligner que mes deux pays d’origine ont résolu depuis pas mal d’années une question sur laquelle la France traîne à la résoudre … sans raison précise selon moi, sinon les méfaits de l’indifférence et de la loi de l’inertie.

Les commentaires sont fermés.