Vie quotidienne – Traits physiques et orientation politique

Gretchen Whitmer, gouverneur Démocrate du Michigan

Comment ça marche ? Quand je vois apparaître dans l’actualité politique américaine un visage qui m’est jusque-là inconnu, je me pose la question : « Sympathique ou antipathique ? »

Je fais l’exercice depuis 6 mois / un an. Quand le visage m’est sympathique, il y a 9/10 chances que la personne s’avère être Démocrate ; pareil pour antipathique : 9/10 chances que la personne soit Républicaine.

Question : nos opinions politiques sont-elles étroitement liées à des traits physiques ?

Partager :

44 réflexions sur « Vie quotidienne – Traits physiques et orientation politique »

      1. Bon en même temps vu que les Démocrates US, avant c’étaient les esclavagistes, il se pourrait que ça marche quand même…

        1. Oui d’accord : avec des visages de Néanderthaliens, j’aurais davantage de mal à les classer en sympathiques / antipathiques (mais peut-être pas à dire s’ils étaient foncièrement de gauche ou de droite…).

  1. Comment qualifieriez-vous les instants qui précédant l’apparition de ces nouveaux visages ?
    Sans influence, neutre, votre inconscient était à la manoeuvre …
    J’ai ma petite idée avec l’expérience de cloclo! 🙂

  2. Ce qui reviendrait à dire, qu’il serait « instinctivement » distinguable (une photo suffirait…? Il n’y aurait pas besoin d’autres signes comme l’intonation de la voix, le « langage naturel du corps », les phéromones, les yeux fuyants, etc…?) une attitude pessimisme démocrate et une autre républicaine, qui serait différentiable au point d’être reconnaissable… d’attitudes optimistes des deux mêmes bords (transposables bien sur, aux régimes républicains, etc, ou le bipartisme perdure encore… même si la tentation de les fusionner dans « l’apolitisme », le « technocratisme », etc, est plus « simplificatrice » dans « l’ère du temps » des incertitudes, doutes disruptions en tous genres)…?

    C’est mal barré alors pour celles et ceux souffrant du syndrome de ne pas être « physionomiste », devant faire « reset » à chaque fois qu’est observé un visage peu « fréquent », dans sa sphère de vison, son mur de « réseaux sociaux », etc…?

  3. Je trouve que le port du masque rend tout le monde beau, on ne voit que les yeux qui sont en général beaux quelle que soit leur couleur.

  4. Bon, plus sérieusement, je ne peux pas envisager que les traits du visage soient liés à nos opinions politiques.

    En revanche, les expressions ? Tous ces petits signes que nous percevons, la plupart sans doute de manière inconsciente, et qui nous donnent une impression du caractère, de l’humeur, de la culture etc. d’une personne, avant même que nous ayons vraiment commencé à échanger avec elle ?

    Là, je ne l’exclurais pas.

    Mais je ne m’y fierais pas non plus. Une personne qui serait vraiment dangereuse ne manquerait pas de manipuler ce genre de petits signes, et elle saurait apparaître sympathique à tout un chacun.

    1. Plutôt le non-dit contextuel de la prise du vue :
      Une blonde platinée coupe 16ème Arrondissement au Touquet vs. une coupe à frange (celle de la sociologue Monique Pinçon-Charlot), ça vous classe.
      Le choix du fond « LCI » n’est pas celui du fond « La Libre ».
      Et je parie que ça marche mal pour des gens qui maitrisent leur choix d’image dans le domaine artistique
      (Taylor Swift, Lady Gaga, Julia Roberts, Eddy Mitchell, sauf ceux qui vont vers l »engagement (ceux dont Krugman fait mention p ex) : Zaz, Feist, …)

  5. Ce serait trop facile de citer Jean De la Fontaine ( le cochet , le chat et le souriceau ) pour donner tort à votre approche , alors je me contenterai de deux remarques :

    – un visage , ça change d’expression en vieillissant et parfois plusieurs fois ,
    – il courait sur le net un PPT que je n’ai pas su retrouver , faisant défiler les portraits de jeunesse de quelques dizaines de personnages célèbres qui ne « ressemblaient » vraiment pas à ce qu’on a connu d’eux dans leur âge  » actif  » .

    1. @ juannessy
      Bien sûr que les gens changent et pas que de chemise…
      Ils changent aussi d’idées. Certains même nous dit-on ajoutent un espace supplémentaire et ont la particularité d’être « en même temps » de droite et de gauche et d’ailleurs, oui d’ailleurs, si besoin est.
      Mais personne ne dit que l’exercice est facile.
      L’art est difficile. C’est la raison pour laquelle il ne peut se suffire à lui-même mais doit toujours se corréler aux faits, et pas n’importe lesquels.

  6. La photo associée à l’avatar de Paul Jorion peut le classer , selon son sentiment , comme démocrate , mais il en a une autre , « officielle » ,dans des teintes plus glacées qui en fait un SS potentiel .

    Selon que tu seras avenant ou rébarbatif , les jugements du photographe ( avec ou sans retouches ) te rendront …. comme tu veux paraître .

    Etre ou Paraître , that is the question .

    1. Cela me fait penser à l’injonction enfantine des bonnes oranges et de l’orange pourrie qui va les gâter toutes, bref la pensée binaire.
      Il y a aussi l’expression plus ambiguë : « on lui donnerait le bon dieu sans confession » qui peut signaler un visage trompeur.
      Il y a enfin tous ces traîtres à leur choix politique : cela changerait-il leur physionomie ?

      1. Ma première et seule prof de théâtre madame Marion avait dis de moi à un metteur en scène monsieur Brunel que j’avais -les yeux du diable avec une tête d’ange pour jouer Toto dans Feydeau mais finalement il a pris un type de 50 balais et ma carrière était lancé.
        Comme quoi ça peut aider de charmer sa prof. Tiens ça me rappelle quelqu’un !!!
        Hahahahah Haha

    1. Personnellement oui, et j’espérais que les commentateurs iraient sur ce terrain-là. Je n’ai pas été surpris cependant par les adeptes de la réfutation par l’exemple unique (« l’exception infirme la règle ») : Aristote nous avait déjà prévenu de l’existence de ces fâcheux 😉 .

  7. Une photo publiée dans un journal dépend
    – de l’intention du photographe (il peut souhaiter une photo sympathique, antipathique ou neutre)
    – de l’intention de celui qui choisit la photo à publier (quand le choix est possible, ce qui n’est pas forcément le cas pour les gens peu connus)
    – du contrôle qu’est en mesure d’exercer ou pas celui qui est photographié sur l’expression qu’il affiche et sur les choix ci-dessus.

    En fait tous respectent d’une manière plus ou moins consciente un grand nombre de conventions, comme on peut facilement le constater sur des photos prises à une époque où ces conventions étaient différentes (quand j’étais gosse je n’étais pas vraiment enthousiasmé par les photos de mes ancétres accrochés au mur chez une de mes grand-mère!)

    😉 https://twitter.com/YvesBadyh/status/1283334731388649477

    1. Pour les hommes on peut imaginer une relation entre les opiniosn politiques et la coupe de cheveux, le port de la barbe et/ou de la moustache, le choix des lunettes (et bien sur la cravate, le col de chemise, etc, mais c’est hors-sujet bien qu’il soit très difficile d’en faire abstraction.)

      Pour les dames pas de barbe ni moustache mais en plus d’un choix de coiffures beaucoup plus large elles ont souvent recours à pas mal d’artifices.

      Reste la chirurgie esthétique: que dire des frères Bogdanoff ?

  8. Je crois que la psyché se reflète sur le visage. Dans le regard surtout. Il y a la présence aussi, sa façon d’être là, et les gestes. Une infinité d’informations filtrent, que nous percevons sans même nous en rendre compte…

  9. Je crois avoir lu quelque part, à infirmer ou confirmer, qu’une AI avait été développée pour identifier l’existence ou non d’une corrélation relation prénom – visage. Curieusement l’A.I, à partir du visage, était (de mémoire mais je me trompe peut-être) capable d’écarter ou de retrouver les prénoms qui leur étaient associés (dans une liste de propositions je suppose).
    On aurait – prenom – visage – preference politique

  10. Le cinéma , le monde journalistique télévisuel nous apprend surtout à reconnaître les préférences du chirurgien à qui l’on doit le coup de bistouri…Elles finissent par se ressembler toutes entre mérou et lolita de cartoons…D’ici au fait que par affinité elles se partagent les mêmes adresses, aurions-nous créé des phénotypes politiques distribués par chirurgien interposé ? Pour nos très vieux hommes politiques, c’est à la tignasse des « poils de culs » greffés sur la tête que se désigne le brusching du milieu adéquat…

  11. VIE QUOTIDIENNE

    Lors d’un dîner, hier, deux convives s’exclament que le livre Homo Sapiens de Harari est le meilleur livre qu’ils aient lu au cours des 25 dernières années. Personnellement, je l’ai trouver médiocre car il est truffé de postulats invérifiables. Me vient alors une question, pourquoi les livres de bien meilleure qualité écrits par PJ ne sont pas des best-sellers ?

    1. Ma première réaction à votre commentaire a été de répondre par une plaisanterie. Je me suis rendu compte alors que cette plaisanterie aurait été l’équivalent d’un sourire gêné et je me suis abstenu.

      Quelle est la réponse, j’aimerais bien savoir ? Degré de sensationnalisme ? Réseaux ? Agressivité de la maison d’édition ? Langue française ?

      1. GPT-3 écrit  » Réseaux » majoritairement.
        Il écrit aussi, que les meilleurs livres, ne sont pas des best-sellers tout de suite, mais deviennent des classiques incontournables avec le temps.

  12. Bonjour Monsieur Jorion,
    Bien sûr que le physique souvent jour pour élire un candidat.
    Il suffit de voir comment sont les réceptionnistes des grandes entreprises.
    Il ne faut pas se leurrer, le jeunisme est bien présent et une belle gueule avec un profond décolleté aide les rapports sociaux en direct. S’il y a un sourire, c’t presque dans la poche … avant Covid et le bal masqué qui l’accompagne.
    Trump et sa mèche sur le côté et son gabarit n’ont pas manqué
    Mais je suis venu ici pour une autre raison.
    Je n’ai pas pu lire la réponse la réponse concernant le match qui s’engage en dernière ligne droite avant le 3 novembre.
    Alors ce matin, il y a deux arguments en vent contraire de Trump dont on a parlé sur notre radio.
    Au journal: Le livre de Bob Woodmard
    http://vanrinsg.hautetfort.com/media/02/00/1503331963.mp3
    L’oeil de Pierre Marlet notre correspondant à Paris: http://vanrinsg.hautetfort.com/media/01/01/4287807233.mp3

  13. Question subsidiaire: Et quelle tête aurait un démocrate converti en républicain ? …un type qui commence à porter une perruque ?

  14. Je pense qu’il s’agit de l’expression. et non pas des traits. par rapport à ce qu’ils sont en train de dire.

Les commentaires sont fermés.