31 réflexions sur « Vidéo – Un monde au bord du chaos »

  1. Bonjour. Concernant la situation et les élections aux États-Unis, Paul Krugman a dit hier sur Twitter des choses très similaires à ce que vous dites. Bonne journée.

      1. Ah !!! en faite on est obligé de rester en quelques sortes un enfant toute sa vie pour garder la forme.
        J’étais trop jeune pour comprendre -_-

      2. Il y en a qui tourne avec le vent ( girouette ) et d’autre qui réfléchissent et changent , et d’autres bouquetins qui disent qu’ils ne changeront jamais et vous étonnent au dernier moment !
        Une jungle !

  2. Bon alors comme on a pas réussi à faire tomber Trump sur les méfaits réels qu’il aurait soit-disant commis, on l’attaque maintenant sur les méfaits qu’il aurait soit-disant l’intention de commettre dans le futur. Je vois que cette pensée obsessionnelle ad hominem est toujours vivace.

    2
    1. « …on l’attaque maintenant sur les méfaits qu’il aurait soi-disant l’intention de commettre dans le futur.  »

      Je suppose que c’est délibérément que vous avez écrit « soi-disant » au lieu de « prétendument », car c’est bien lui qui le dit : « J’AI l’intention de commettre ces méfaits dans le futur ».

      2
    2. Voici l’extrait vidéo de Trump dont il s’agit https://twitter.com/Acyn/status/1308896173491662850

      Journaliste : « Vous engagez-vous à faire en sorte qu’il y ait un transfert pacifique du pouvoir après les élections ? »

      Trump : « Il faudra voir ce qui se passe, vous savez que j’ai beaucoup dénoncé la situation des bulletins de vote, et les bulletins c’est un désastre. Nous n’aurons pas… débarrassez-vous des bulletins de vote et nous aurons un très transfert… nous aurons un très pacifique… il n’y aura pas de transfert franchement, il y aura une continuation. Les bulletins sont hors de contrôle, vous le savez, et vous savez qui le sait mieux que personne ? Les Démocrates le savent mieux que personne »

      J’ai essayé de coller au plus près de la syntaxe disons « décousue » de Trump.

      Si on veut être très bienveillant, on peut imaginer que puisqu’il était en train de se prendre les pieds à répétition dans la syntaxe de la langue anglaise, il voulait dire autre chose que « débarrassez-vous des bulletins de vote ».

      Mais bon il faut vraiment être TRES bienveillant. Il a bien dit ce qu’il a dit, c’est d’ailleurs cohérent avec le reste de la phrase (la partie non décousue) où il explique que ces bulletins sont « hors de contrôle », et c’est un discours pour le moins inquiétant de la part d’un dirigeant.

      A noter que si la question des bulletins arrive en justice – c’était déjà le cas en 2000 lors de l’élection de Bush « à un cheveu » contre Gore – cela pourrait être un bel avantage pour Trump que 6 des 9 juges de la Cour Suprême soient nommés par un président républicain, dont trois nommés par lui en incluant la remplaçante de la juge Ginsburg récemment décédée.

    1. En voyant le titre du billet et les mots annonciateurs du contenu, j’ai spontanément repensé à la série Sliders et à ses épisodes systématiquement intitulés « Un monde [..] » et se déroulant dans des mondes parallèles souvent dystopiques. Ce n’est pas la plus classe des références mais c’est significatif.

      1
  3. Sur Robert Reich, je me permets de signaler le dvd documentaire qui lui est consacré (en français) : Inégalité pour tous

    Malheureusement le point dont je me souviens le plus est : mon objectif comme ministre du travail était de stopper la baisse tendancielle des revenus des classes moyennes dans ce pays, et j’ai échoué.

    C’est néanmoins très intéressant, et le type est très sympathique.

  4. https://hervey-noel.com/quand-lamerique-basculait/
    … et ce qui est à craindre dans le désordre global qui gagne, lui aussi prévisible (l’image des 4 vagues), c’est l’alignement habituel avec un temps de retard suivi par l’Europe sur les US, et ici en Europe, le feu couve déjà, on le sait.
    J’espère que l’enjeu de sa ré-élection fera se dresser un cordon sanitaire dans son entourage même.
    Sinon… c’est le signe que le destin nous échappe bel et bien, un coup dur pour le libre arbitre.
    Me reste plus qu’à écrire le polar. J’ai déjà le titre.
    https://hervey-noel.com/wp-content/uploads/2020/02/larevancheposthumedupangolin.jpg

    1. D’après Calvi, les activités hôtelières de Trump sont fortement dépendantes de la mafia russe (à cause de ses dettes vis à vis des banques) ce dont Poutine est forcément au courant. Plus dérangeant pour ses électeurs que ses frasques sexuelles ?

      1. Ça se trouvait déjà dans Craig Unger, House of Trump – House of Putin. The Untold Story of Donald Trump and the Russian Mafia (2018) et dans Michael Isikoff et David Corn, Russian Roulette. The Inside Story of Putin’s War on America and the Election of Donald Trump (2018).

  5. Je me demande si on ne doit pas envisager une autre possibilité : un « bourrage des urnes » par Trump ? Si le bulletin par courrier est si mal contrôlé qu’il le dit, il serait le premier à en profiter !

  6. On va encore répondre que j’ai un esprit étriqué incapable de donner un avis, mais là c’est une question. Il y a deux mois je ne savais pas que le vote par correspondance est admis pour l’élection du président des États-Unis. En France ça n’existe pas, il y a seulement un vote par procuration qui permet d’obtenir tout de même une signature sur le registre. Quel autre grande démocratie permet le vote par correspondance à l’élection du président ?

    1. Il y a des grandes démocraties qui ne votent pas pour un président ! En Belgique, aux Pays-bas, la reine / le roi est inamovible. En Italie, Allemagne et ailleurs, le roi est désigné indirectement, par les sénateurs par exemple. En Belgique, pour l’élection des représentants, je crois que « les belges de l’étranger » peuvent voter par correspondance depuis peu (c’était une demande de la droite), mais que les belges au pays ne peuvent que donner procuration à un autre électeur. J’ai pas vérifié. (Ceci pour élargir une question étriquée 🙂 ).

      1. Effectivement j’avais vu dans l’article des Echos que les règles du vote dependent des états, ce qui est en fait assez normal puisque les électeurs votent pour des Grands Électeurs. Je comprends mieux le risque de guerre civile.

    2. Quand on dit « président », ça inclus bien évidemment toute démocratie qui élit son dirigeant au suffrage universel qui peut donc se nommer « premier ministre » ou « président du conseil » ou « chef du gouvernement » ou « maître de la Maison Blanche », y compris quand il y a un système de grands électeurs.

      Et d’ailleurs autres questions : Quelques sont les règles du vote par courrier aux USA ? Historiquement depuis quand ? Quel délai pour prise en compte de chaque vote ? Quels justificatifs ? Qui contrôle (p.ex. que l’électeur est vivant) ?

      Ce problème du vote par correspondance abordé par Trump, est-ce que quelqu’un en a une idée relativement claire ? Ça semble des questions intéressantes puisque certains annoncent que l’élection en dépend, n’est-ce pas ?

      1. C’est une question intéressante en effet. je n’ai pas d’information, juste un soupçon : aux Etats-Unis, tellement fédéraux, les règles doivent TRES fortement dépendre de l’Etat concerné. De même que les autres règles de vote dépendent de l’Etat dont on parle.

        Par exemple l’utilisation, ou non, de machines à voter faisant automatiquement le compte des voix.

        Le contrôle des votes « à la mimine » par un grand nombre de personnes, du genre une dizaine de personnes pour compter mille bulletins, c’est vieillot. Pas efficace. Pas fluide. Regardez le travail nécessaire, alors qu’un logiciel peut faire tout ça très bien !

        Et sans risque de piratage, naturellement. Voyons, ayez confiance…

        – En 2011, des chercheurs du laboratoire Argonne National Laboratory ont montré qu’il était « ridiculement facile » de pénétrer un type de machine à voter courant (1)

        « Roger Johnston, responsable de l’équipe d’évaluation de la vulnérabilité au laboratoire de recherche en sciences et ingénierie du ministère américain de l’énergie, a déclaré que ce piratage, qui nécessite environ 25 dollars et très peu d’expertise technique, permettrait aux cybercriminels de « retourner » les votes recueillis sur les machines Diebold Accuvote TS et de modifier les résultats des élections sans éveiller de soupçons. »

        – Bien sûr, nous sommes en 2020, et ces problèmes doivent avoir tous été corrigés depuis, pas vrai ? Eh bien… non (2) !

        « De nombreuses juridictions offriront aux électeurs une trace écrite en 2020. Mais les systèmes concernés sont loin d’être infaillibles (…) Par conception, des dizaines de millions de votes sont exprimés à travers l’Amérique sur des machines qui ne peuvent pas être contrôlées, où les votes ne peuvent pas être vérifiés, et il n’y a pas de trace écrite significative pour attraper les problèmes – tels qu’une erreur majeure ou un piratage (…) Aujourd’hui, une fois de plus, les États-Unis introduisent une nouvelle technologie de vote qui n’a pas fait l’objet d’une étude approfondie avant d’être achetée. »

        En quoi est-ce un problème ? Eh bien, deux sujets d’inquiétude majeurs !

        1. Le résultat pourrait potentiellement être changé, dans certaines situations tangentes (« swing States »), par des acteurs ayant les moyens techniques de commanditer des fraudes. Lesquels ? Eh bien, faites votre choix de méchants :
        – La Russie, car elle veut que Trump continue à affaiblir les Etats-Unis
        – La Chine, car elle craint que Trump continue à dresser les Etats-Unis contre elle
        – Les élites technologiques et médiatiques, car elles veulent barrer la route au défenseur du peuple qu’est Trump
        – Les élites économiques (pétrole, armement…) car elles veulent que Trump continue à défendre leurs intérêts

        2. Le résultat de l’élection, quel qu’il soit, pourrait plus facilement être attaqué par le perdant (si c’est Trump… voire si c’est Biden) comme « trafiqué ». Puisque, n’est-ce pas, il y a des vulnérabilités tout à fait réelles du système de vote à la fraude ! Ce qui pourrait contribuer à pousser les partisans du perdant à refuser de reconnaître la légitimité du vainqueur plutôt que de l’accepter comme le requiert le système démocratique. Bref à augmenter le danger de dérive séditieuse voire violente.

        (1) https://www.computerworld.com/article/2511508/argonne-researchers–hack–diebold-e-voting-system.html
        (2) https://www.theguardian.com/us-news/2019/apr/22/us-voting-machines-paper-ballots-2020-hacking

      2. @ Toulet Alexis – quand aucune machine n’intervient entre le moment où le bulletin est mis dans l’urne et celui où les résultats du bureau de vote sont proclamés, puisque n’importe qui peut vérifier que les urnes sont vides à l’ouverture (il est important qu’elles soient transparentes), peut surveiller le dépouillement et comparer les résultats proclamés avec ceux publiés dans la presse, les résultats sont plutôt crédibles même si il y a un peu de triche et d’erreurs involontaires.

        Dès que l’informatique intervient il faut faire confiance à tous ceux, très nombreux, qui sont intervenus dans la conception, la mise en place et l’utilisation des machines et de ce fait personne ne peut plus être sur de rien.

      3. JE me suis laissé dire (du temps de GW Bush) que les machines à voter avaient été conçues par les fabricants de machines à sous des casinos. Avoir confiance ?

  7. On pense majoritairement dans les milieux « élitistes » que Trump est encore plus bête que méchant, sa syntaxe est celle d’un QI de 75.
    Or, l’analyse de PJ en fait un machiavélique joueur d’échec ou un pantin de S Bannon, (voire de V Poutine).
    Que conclure ?

  8. La deuxième vague c’est lui, s’il est réélu il va se lâcher encore plus et aucune mesure barrière ne pourra l’arrêter…

    2
  9. Bonsoir
    Les joueurs d échec autour de Trump savent probablement que l armée risque d intervenir en cas de refus de quitter le pouvoir, à quel point n est-ce pas le moment de déclencher une guerre quelconque afin d occuper les militaires ? Les guerres sont aussi de bonnes portes d entrée pour faire voter des lois spéciales ou autres pouvoir spéciaux. Qui viser ? L Iran ? La Corée du Nord ? Je ne sais pas.
    A côté de cela, la défense européenne est inexistante et la Belgique par exemple a fait l erreur de choisir le F35 pour remplacer ses avions de combat, de mettant de facto dans une situation de dépendance vis-à-vis des USA. Navrant…
    Bonne soirée

Les commentaires sont fermés.