56 réflexions sur « Covid-19 : Nouvelles admissions en réanimation à Marseille et Paris, par A113 »

  1. Bonjour A113,

    Merci de vos graphes

    Pourriez vous nous dire quelles conclusions vous en tirez ? Ces données permettent t’elles une projection à 15 jours, un mois … ?

    D’avance merci

    Cordialement

    Xtian

    1. une prevision necessiterait un modele statistique valide.
      comme a present , il n’y a eu aucune epidemie de ce type , il est difficile d’en prevoir la suite.
      c’est pour cela que je me contente d’en rester à ce que j’appele la dynamique,à savoir la derivé de la courbe des chiffres bruts
      la seule difference que je percois avec ce que j’ai essayé d’analyser en Mars Avril , c’est le caractère quasi linéaire de cette progression.
      comment l’interpreter ? je n’en sais rien.
      est ce que l’intégration sociale des « mesures barrières » par la plupart peut en étre un facteur ?
      est ce une caracteristique de ce microbe ?
      ….. etc …..
      ce soir les taux d’incidence du 75 et 69 ont largement dépassé ceux du 13 ( notableement en baisse ) .résultats dans plus de 15 jours …

    2. Bonjour

      Pour tirer une projection à 2 à 3 semaines:

      Ci après les données trouvées sur Géodes Santé Publique France ce jour.

      France Métropolitaine

      Taux d’incidence hebdomadaire semaine 38:

      1 Paris : 233,5 pour 100.000 habitants
      2 Haute Garonne : 229,5
      3 Nord : 222,7
      4 Bouches du Rhône : 215,3

      Taux de positivité hebdomadaire semaine 38
      1 : Seine Saint Denis : 10,8%
      2 : Paris : 10,2%
      3 : Isère : 10,1%
      4 : Rhône : 10%
      5 : Haute Garonne : 9,6%
      .
      .
      13 : Bouches du Rhône : 8,3%

      Les 2 indicateurs, que met en avant Véran pour se projeter sur les semaines à venir, montrent que Paris a les plus mauvais résultats en France.

      Lorsqu’on compare avec les semaines précédentes (S36 et S37) on constate une forte accélération de Paris et une légère diminution des Bouches du Rhône d’où certainement l’incompréhension des politiques du 13 qui ont pu reculé le début des fermetures à dimanche soir.

      On peut s’attendre rapidement à une fermeture des bars et restaurants sur Paris , la petite couronne et d’autres métropoles régionales (Lille, Lyon, Toulouse) avant certainement des nouveaux confinements locaux à l’identique de Madrid , Cardiff ( Pays de Galles), Israël.

      1. Une première !

        Une info concernant le nouveau confinement sélectif à Moscou

        La ville de Moscou, confrontée à un nouvel essor des contaminations, a demandé vendredi aux seniors de se confiner, et aux entreprises de privilégier le télétravail.

        « Les Moscovites de plus de 65 ans, et les plus jeunes souffrant de maladies chroniques ne doivent plus sortir de chez eux ou de leur jardin », a écrit le maire Sergueï Sobianine sur son site internet.

      2. Bonjour

        La suite du suivi des 2 indicateurs majeurs du Ministère de la Santé:

        En semaine glissante du 17/09 au 23/09
        Info de Géodes Santé Publique France de ce jour

        Taux de positivité:

        1 Seine-Saint-Denis 12,0
        2 Isère 11,8
        3 Essonne 11,7
        4 Paris 11,5
        5 Rhône 11,3
        6 Haute-Garonne 10,6
        7 Val-de-Marne 10,5
        8 Hauts-de-Seine 9,9
        9 Val-d’Oise 9,7
        .
        .
        16 Bouches du Rhône 8,4

        Taux d’incidence :

        1 Paris 248,7
        2 Rhône 220,8
        3 Nord 218,5
        4 Haute-Garonne 212,5
        5 Bouches-du-Rhône 197,7
        6 Hauts-de-Seine 177,3
        7 Seine-Saint-Denis 163,4
        8 Loire 153,5
        9 Val-de-Marne 147,5

        Au vue l’évolution des indicateurs , on peut comprendre le recul de Véran sur le début et la durée de la fermeture des bars et restaurants sur le 13.

        Par contre le démarrage de la déprogrammation , à partir de ce week end ,des interventions chirurgicales sur les HP de Paris est la conséquence de la dégradation des indicateurs.

        Le nombre de « patients Covid » hospitalisés à l’AP-HP est passé de 150 début septembre à 330, mercredi, et devrait atteindre 600 à la fin du mois. La part de malades admis en réanimation suit également une courbe ascendante : 50 il y a trois semaines, 132 hier et sans doute plus de 200 la semaine prochaine, a précisé le 24/09 le directeur adjoint de l’AP-HP, François Crémieux, lors d’une conférence téléphonique. (Franceinfo AFP)

  2. Inquiétant, au moment où l’on voit surgir des levers de boucliers en rangs serrés, notamment à Marseille. Chaque profession y va de son petit couplet, c’est pas moi qui transmet le virus dans mon établissement, c’est les autres. Le gouvernement paie aujourd’hui la facture de ses erreurs initiales faute d’avoir depuis su établir une stratégie lisible et cohérente pour rectifier le tir.
    Mais pour cela il faudrait rompre avec le cadre conceptuel dominant de l’économie capitaliste qui exige que le travail et le revenu soient nécessairement liés. Le gouvernement a fait un pas en finançant le chômage partiel à grande échelle, mais il ne sort toujours pas du cadre, il se condamne donc à l’impossibilité de concilier économie et lutte contre le covid.
    Il y a donc une formidable opportunité pour sortir de la logique capitaliste mais elle n’est pas saisie. A l’inverse, Macron donne des coups de barre à droite, l’éloignant toujours plus des solutions.

    4
  3. « On a deux blessés dont une grave », a-t-il expliqué, précisant que « c’est quelqu’un qui était dans la rue avec une sorte de hachoir et qui s’est attaqué aux deux personnes qui étaient devant le bâtiment. Il n’est pas rentré dans le bâtiment », et est reparti directement après l’attaque selon le journaliste.
    « C’est glaçant », déclare Paul Moreira, rappellant qu’en ce moment « il y a le procès Charlie, c’est les mêmes locaux, ils ont été attaqués, ils n’étaient pas protégés… »

    Et ben, mon brave monsieur, moi je reste confiné avec tous ces terroristes dans les rues … saloperie de virus!

  4. Je squatte un peu, en déviant légèrement du thème. Je rappelle que le discours officiel, c’est, concernant les écoles :
    – le protocole sanitaire est protecteur (pas de distanciation physique, partage des objets par les enfants, pas de masque avant 11 ans, pas de protection particulière pour les élèves et/ou adultes vulnérables, pas de fermeture de classe lorsqu’un cas avéré a été détecté (il faut au moins 3 cas de 3 familles différentes), … –> bien protecteur tout ça ! )
    https://www.service-public.fr/particuliers/actualites/A14221
    – les enfants ne sont pas contagieux
    https://www.lemonde.fr/blog/realitesbiomedicales/2020/09/17/covid-19-quand-de-jeunes-enfants-ramenent-le-coronavirus-a-la-maison/ –> sûrement une « fausse étude », du même ordre que les « faux positifs » !

    Voici le nombre de clusters actifs en « milieu scolaire et universitaire » (les universités viennent de faire leur rentrée, elles ne sont donc pas encore les grandes responsables).
    Semaine 35 (24 août au 30 août, quelques établissements ouverts pour des stages gratuits d’une semaine) : 6

    Semaine 36 (31 août au 6 septembre) : 26 (+333 %)

    Semaine 37 (7 septembre au 13 septembre) : 160 (+515%)

    Semaine 38 (14 septembre au 20 septembre) : 285 (+78%)
    https://www.santepubliquefrance.fr/content/download/283689/2742445 page 15.

    Le « milieu scolaire et universitaire » est passé, en terme de clusters actifs, de la 6e position en semaine 35 à la 1ère position en semaine 38, dépassant largement les clusters d’entreprises, jusqu’à présent toujours en 1re position, en représentant 32% des clusters actifs.

    « Les événements publics et privés : rassemblement temporaire de personnes », tant décriés par le gouvernement, ne forment que 9% des clusters, soit 77 en semaine 38.

    Il est bon de regarder où sont les vrais problèmes, et non gober le matraquage du gouvernement, qui tente de se déculpabiliser en accusant les français responsables de 9% des clusters actifs d’être la cause de la seconde – oups, deuxième – vague.

    4
    1. Les « stylos rouges » tentent de recenser le nombre de professeurs touchés par la maladie.
      https://www.google.com/maps/d/viewer?mid=1qSrisw1eZhc_imfnmmIvqeq9jjZG7VY1&ll=46.9760886178026%2C-8.62551313281251&z=9

      Une bonne moitié des académies n’ont pas donné de réponse (dont Paris), et celles qui en ont donné n’ont pas forcément de statistiques récentes (elles datent du 14 mars, voire du 9 mars).

      Total provisoire > 1.400. On peut penser qu’il y en a au moins le double ou le triple (données absentes ou en retard). C’est la « transparence » cher à ce gouvernement.

      2
  5. Le préfet vient de rendre plus sévères les mesures en Isère. Et spécialement à Grenoble, à la demande du Gouv. Car l’Isère est passée en rouge. Oui mais voilà, Grenoble représente 40 % de l’Isère. Faut-il vraiment tuer les activités culturelles, sportives, sociales dans toutes les régions rurales ? Plus de réunion en salle, plus de buvette ou pot de convivialité…). Autant dire rien. Mesures prises un vendredi, veille du WE, et applicables dès samedi et ses diverses activités. Heureusement, les élus sont avertis la veille et annoncent la rumeur..
    Je cherche donc les statistiques par canton ? Rien qu’en Suisse. Par Commune ? Rien qu’en Belgique. ET la France parle de transparence…
    Vous avez dit mesures adaptées à la situation ? Au pifomètre sans doute.

    1
    1. Ça ne mégote pas trop non plus ces jours ci dans les cantons – états suisses .

      Hier à Lausanne ( canton de Vaud ) 2500 étudiants de l’école hôtelière ont été mis en quarantaine , d’autorité , les assemblées de plus de 100 personnes interdites , port du masques obligatoire dans tous les lieux publics fermés .

      Le chômage partiel ou les licenciements commencent aussi à faire du dégât . L’aéroport de Genève dont l’activité à chu de 75 % au premier semestre , vient de supprimer une soixantaine de postes , visant à se soulager de 10% de la masse salariale des personnels œuvrant à l’aéroport .

      3
      1. Eh oui par exemple je viens d’apprendre que courte paille a deposé le bilan , qui l’eut cru ? c’était pas mal pourtant courte paille , et l’usine de pneu à béthune , 900 personnes sur le carreau , le jeu en valait il la chandelle ? Certains vont surement avoir à répondre de leurs décisions

        1
      2. « Certains vont surement avoir à répondre de leurs décisions »

        Tout à fait , et ça a déjà commencé, sans parler des élus qui montent au créneau, entres autres, à raison , et qui contestent les décisions des préfets au TA et qui gagnent !

  6. Est-ce que ce qui suit – pour celles et ceux commençant à en avoir marre d’entendre toujours la même rengaine « pessimiste » de mon humble part… la tentation de renvoyer en miroir, la « sempiternelle » rengaine « optimisée » du discours de la TINA et/ou d’extrême droite dans les médias de masse, peut-elle aider à convaincre… d’au moins… relativiser…? – est hors sujet…?

    « L’heure des prosélytes…

    Pascal Praud, dans « L’heure des pros », déclare « La France est en train de se rebeller » en surfant sur la décision de fermer des restaurants, bars… à Marseille, Aix… Montrant des images et discours de politiques (droitisés) soutenir une mobilisation des restaurateurs, cafetiers, etc. n’a t-on pas l’impression que « la France », celle de ce juge et parti pris… est réduite à une vulgaire « société de service »… ?

    Il y en a qui voulant prendre leurs rêves pour la réalité, se croient « autorisés » à abuser « d’autorité », en instrumentalisant les nouvelles, même fausses (manipulation de la « post-vérité » comme Trump), pour défendre des idées, qui raviraient celles et ceux voyant des conspirations partout ou presque (mettant entre autres leurs « temps de cerveaux… » à disponibilité de la « dictature des émotions » sondant que les doutes, incertitudes de leur « ras le bol fiscal », « poujadisme », « bas instincts »…).

    A coup d’interviews se succédant, de propriétaires privés de restaurants… à qui cet arbitrage privé du court-termisme médiatico-politique… néolibéral quoi… ne rappelle pas toutes les mesures d’assistanat sans contreparties, de « redistribution » – de la prise en charge à 100 % du chômage partiel des employé.e.s (patron inclus dans une rémunération forfaitaire. Se fut rappelé ce matin par la ministre du travail), aux exonérations totales de « charges », d’impôts, etc. (voir de loyers dans certaines circonstances) – l’antenne est « partagée » avec une clientèle qui clamant « désobéissance » (et autres discours ambigus sur « l’immunité de groupe ») donne une drôle de « représentativité » de cette « France » là…
    D’autant plus étrange est cette « représentation » du pays, qu’à aucun moment jusqu’à présent, n’est entendue, rendue même, la liberté d’expression des premières victimes de cette décision de fermer…

    Bien que le chômage partiel indemnisé à 100 % soit un soulagement pour les employé.e.s déclaré.e.s dont la convention collective et code du travail est parmi les moins disant sociale, morale, fiscale… ce secteur d’activité cultive la « subordination » des travailleur.e.s non déclaré.e.s (selon le chiffrage du syndicat Solidarités Finances Publiques… les fraudes à la TVA, aux cotisations sociales patronales, à l’impôt sur société… y culminent), et le chantage à l’emploi.
    La France en la matière de lutte contre l’impunité des fraudes, se classe parmi les pays ou la corruption dans ce secteur d’activité (avec celui du BTP d’ailleurs) n’est pas aussi angéliquement et vertueusement combattue, qu’il est prétendu…
    Entendre alors des propriétaires privés de restaurants… avec l’appui de politicien.e.s ne se privant pas de stigmatiser, d’ostraciser, des populations discriminé.e.s en toute impunité dans les 80 % d’embauches ne se faisant qu’en CDD très courte durées, temps partiel subi (dans ce secteur d’activité on parle de la plonge, des postes de femmes de ménage…)… discriminées dans l’accès au logement, discriminées par les inégalités territoriales, scolaires, de « destin » (Impactant plus de 30 % des « bénéficiaires » du RSA ne touchant aucun « pognon de dingue mis dans les minimas sociaux qui fait que les pauvres le restent et se déresponsabilisent ») discriminées en somme dans et par les NON RECOURS « systémiques » (selon l’ex-Défenseur des droits, M. Toubon) en cas de brutalités policières commises lors de contrôles aux faciès, « manifestations interdites »… défendre… parler au nom même, de… leur personnel… et craindre pour celui ci… ne relève t-il pas, d’une hypocrisie indigne… ?

    Ne suffirait-il pas aux propriétaires privés de restaurants… de déclarer à l’URSSAF… ce personnel… qui pour partie… bien qu’étant composé de concitoyen.e.s de notre pays…. est le plus exposé au risque d’une grave infection à la covid-19, au manque de lits de réa, réactifs de tests, respirateurs, médicaments en cas de nouvelle saturation des services publics hospitaliers… qui cumule aussi, non pas des mandats, des contacts endogamiques de reproduction de classe spéculant sur la hausse ou baisse (pénurie) des stocks gérés en flux tendu et des prix des denrées alimentaires, et des produits cités précédemment… qui cumule donc non pas un assistanat sans contrepartie, sans DEVOIRS… mais des facteurs multiples de comorbidité… qui en cas de contamination au coronavirus, peuvent devenir létaux (dégradation des conditions de travail et de vies dans la promiscuité… de logements insalubres, délabrés en cas de reconfinement/isolement… « insécurités sociétales » permanentes, malbouffe,chantage à l’emploi, austérités « réformes structurelles » néolibérales, etc), pour convaincre toutes et tous les Françaises et Français… d’avoir confiance en eux, pour prouver que leur intention de « rébellion », de « désobéissance » (contre-révolutionnaire ?) est soucieuse de l’intérêt général, des biens communs (services publics hospitaliers , protections sociales… comprises) … ?

    Décidément, je ne peux pas me retrouver, ni me sentir « représenté » (même si je ne suis pas de droite, et encore moins d’extrême droite, centriste macronien…) dans « l’appelle » à la « rébellion » de cette « France » là qui prétend défendre une liberté de rire de tout (« Laissez mourir » de Nicolas Bedos rajoutant « Bon, allez, soyons francs : Arrêtez tout. TOUT. Les masques. Les confinements. Excepté face à vos parents très fragiles (quand ils le souhaitent, ce qui n’était pas le cas de mon père, meurtri à mort d’être privé de notre amour) »… )…

    Parce que dans le reste du monde… ou la misère se répand, avec les « externalités négatives » polluantes de l’exportation de modèle de croissance épuisant plus de trois planètes par an, avec le dérèglement climatique, la perte de la biodiversité, les guerres commerciales monétaires, de « civilisations », qui assume d’avoir une part de responsabilité dans les activités humaines toxiques, nuisibles, à l’origine de l’émergence de ce genre de pandémie – si ce n’est plus le pays de la déclaration universelle des droits de l’Homme et du citoyen – quand par centaines de milliers, millions… des vies ne vont pas pouvoir être sauvées d’une infection létale à la covid-19, de la paupérisation du chômage, d’autres pathologies chroniques… à cause de la spéculation dérégulée, déréglementée d’un capitalisme ultralibéral, et des réfugié.e.s vont être refoulé.e.s… »

    « Qu’un citoyen « peoplelisé » « starifié »… d’un pays brandissant fièrement son droit à la liberté d’expression (et d’invectiver des croyances qui font se tourner nombre de gens vulnérables, en période de crise sanitaire, « sociétale », de doutes d’incertitudes de chocs permanents, vers l’ultime recours au désespoir… même s’il est irrationnel, en rien « laïc »… en vendant ses armes… son modèle productiviste de croissance épuisant plus de trois planètes par an… à qui veut mater, « réprimer » sa population, ou celle de ses voisins… ?) revendique son droit de rire de tout, jusqu’aux décès, séquelles, traumatismes, que peut provoquer une pandémie, sur les plus faibles, fragiles, exposé.e.s, jusqu’à vivre avec le virus, la mort, « collaborer » avec la spéculation dérégulée, déréglementée des politiques néolibérales provoquant le manque de lits de réa, médicaments réactifs de tests, respirateurs, personnel médical, en cas de saturation des services publics hospitaliers… en faisant accepter insidieusement à la population d’atteindre l’objectif de « l’immunité de la horde » des plus jeunes, risquant le moins… en ne faisant pas rire tout le monde donc… est-ce équivalent à arriver à faire rire de tout… avec tout le monde… ? »

    1
  7. Suite et fin du commentaire : Juillot Pierre 25 septembre 2020 à 18 h 02 min.

    Et qui se plaint, et craint… que le risque que la crise sociale, « sociétale », soit ainsi étouffée, détournée, divisée, manipulée, canalisée, cristallisée sur une « stratégie du choc »… pour que règne mieux la dualité électoraliste mortifère entre la TINA macronienne… et l’extrême droite fusionnée à la droite extrême (façon « il y du ban dans le coté obscure de la force » de S. Bannon)…?

    1
  8. Qu’est-ce qu’il faut penser de ce genre d’article : https://www.anguillesousroche.com/etats-unis/lancien-directeur-scientifique-de-pfizer-declare-que-la-deuxieme-vague-a-ete-truquee-lors-de-tests-covid-faussement-positifs/?fbclid=IwAR2IAGId-ttzPiwnwrnjI3gGL2E77uub245-7ip7cTVjZ915VG8SS1MYKPQ ? Cela dit en gros qu’il y a énormément de faux positifs, que les tests sont peu fiables, que les politiques de restriction sont basés sur un modèle décrié au sein de la communauté scientifique (voir quels scientifiques et s’ils sont fiables évidemment)

    Mais parfois j’aimerais qu’on m’explique comment on décrédibilise ce genre d’infos si elle est fausse car elle semble a priori bien construite. Je n’ai pas le temps de faire la recherche alors j’aimerais que quelqu’un de plus éduqué que moi ou un journaliste démonte par les faits ce genre d’infos si c’est faux ou donne ce qui est vrai ou pas parce que souvent ca se mélange un peu.

    Au-delà du fait que cela vient d’ un « média alternatif ». Je hais cette dichotomie que certains font entre médias mainstream et alternatifs parce que cela revient à dire qu’il y a deux camps mais la science n’a rien avoir avec le fait d’être dans un camp ou l’autre donc je reste un peu sur ma faim sur ceux qui disent ouais c’est faux cela vient d’un média mainstream c’est le pouvoir et évidemment l’autre position c’est fatalement un média de fake news puisqu’alternatif… On n’est pas vraiment dans la position de l’esprit critique qui va lire toutes les informations même celles qui lui paraissent fausses pour les confronter.

    53
    1. J’ai écouté l’interview du professeur : c’est une réflexion très pointue sur les faux positifs, qui a surtout un sens entre statisticiens.

      – Il sensationnalise UN PETIT PEU ce qu’il dit, pour se rendre intéressant (c’est humain)

      – L’article sensationnalise BEAUCOUP ce qu’il a dit pour se rendre intéressant (c’est humain), pour rendre intéressante la publication qui rapporte ses propos (ça fait sens commercialement)

      On s’intéresse beaucoup aux fake news comme tentatives délibérées de désinformation mais j’ai l’impression qu’on s’intéresse peu aux fake news dans cette dimension-ci : quelque chose qui était vrai est devenu complètement faux parce que ça a été sensationnalisé à n niveaux différents par n personnes qui ne cherchaient chacune qu’à se faire mousser par rapport à son propre public.

      8
      1. Mr Jorion,
        Je fais court vous dites que tout est « sensationnalisé »pour se faire mousser.
        Ok.
        Sur cette dialectique « tout est fini / tout est reparti comme en 14 », nous pouvons supposer que de chaque côté nous pouvons trouver les mêmes profils.
        Vous connaissez cela autant que moi car en matière de psy nous avons eu de belle bagarres d’ego…
        Donc toujours la même question comment quand nous ne sommes pas des spécialités soit en matière de statistiques, de maths, de médecines, de virologie et autres domaines d’expertises se faire une ou des idées intelligibles….
        J’avoue que je lis et j’écoute tout ce que je peux trouver sur ce spectre et que je doute de tout sur cette dialectique.
        Souvent les personnes qui écrivent en seconde main sur ces problématiques je les trouvent très sûres d’eux et même sur ce blog qui est le + optimiste que nous puissions trouver.
        Pour les experts c’est extraordinaire comme ils peuvent être si catégoriques dans leur domaine d’expertise en étant opposés sur tout…
        Est-ce pour vous donner raison et chacun ne « cherche qu’à se faire mousser par rapport à son propre public » ?
        Si cette hypothèse est vrai que vaut la science et l’esprit scientifique ?
        En plus c’est moi qui dit cela alors que question « l’esprit scientifique » ce n’est pas mon fort !!
        Donc à quoi servent tout ces débats même sur ce blog ?
        Sans doute ma tendance « misanthrope » qui de nouveau se manifeste.
        Portez-vous bien tous.

    2. Chaque indicateur peut faire l’objet d’une discussion.
      L’auteur du billet choisit les malades en réanimation (les plus certainement COVID) et suit la dynamique d’admission. On pourrait aussi prendre les hospitalisations à motif COVID.
      MAis ces nombres sont faibles, surtout que les jeunes et adultes sont peu malades, les plus de 70 ans sont moins nombreux, les très vieux en EPHAD risquent de ne pas passer en hôpital… Donc une interprétation des chiffres est nécessaire. Et il vaut mieux intégrér à la réflexion ce qu’on sait par les tests !
      L’indicateur des tests a le défaut de reposer sur un échantillon aléatoire : ceux qui reviennent de voyage, ceux qui ont été participant à un cluster, ceux qui doivent présenter un test vierge, ceux qui paniquent, etc. Ils ne sont pas représentatifs de la population, donc biaisés, mais sont assez nombreux pour indiquer l’esquisse (risquée) d’une tendance. C’est le « taux de positivité des tests »
      La discussion de la fiabilité des tests est nécessaire mais périlleuse : pleins d’intérêts sont concernés et donc non objectifs dans ce débat.
      Le taux de résultat rapporté à un échantillon de population rend la comparaison possible. C’est le taux de positivité d’une population. Mais il repose sur trois biais possibles : l’échantillon est biaisé, le résultat est non fiable, le taux est une extension à une population parfois peu représentative : le taux à Grenoble n’est pas exact pour tout le département (40 % en ville, 60 % en rural et villes moyennes) ,le taux d’un département peu peuplé est moins représentatif que le taux d’un département plus peuplé.

      1. « Et ça marche dans les deux sens, cette dimension. »

        laquelle ? On est pas rendu…Mwarfff
        pouvez répéter la question ? Mdrrr
        😉

  9. Mesures pour tout un département : non sens ! Il faudrait descendre au niveau du canton. Pour prendre l’exemple du Gard : qui se balade tous les jours de Pont-St Esprit au Vigan et de St Jean-du-Gard au Grau-du-Roi ?

    1
  10. Source : Coronavirus info Live sur Telegram :
    ⚠️ La Suisse met de nombreux pays voisins en liste rouge. Quarantaine obligatoire pour tous ceux qui en viennent.

    La Grande-Bretagne renforce les mesures et confine des grandes villes. Les chaînes de super-marchés commencent à instaurer des limites d’achat par personne pour éviter les achats « de panique » qui dévaliseraient à nouveau les rayons.

    L’Espagne songe à reconfiner tout Madrid (une partie de la ville l’est déjà).

    La Russie est en train de discuter à l’interne (et avec l’OMS) sur une stratégie à adapter car l’épidémie gagne du terrain et les autorités craignent une explosion des cas (pas de communication officielle à ce sujet pour l’instant, source interne).

    Les indicateurs se dégradent dans toute l’Europe. Les hospitalisations et les cas graves commencent à se multiplier un peu partout. Pour l’instant, l’OMS en consultation avec les pays européens, recommande de redoubler d’efforts à l’interne car, je cite le rapport : « toutes les mesures recommandées pourraient suffire à endiguer la propagation du virus avant un point de non-retour menant à une deuxième vague d’ampleur inarrêtable ».

    En résumé, l’OMS presse, les pays réagissent, et il y a encore de l’espoir… mais il faut agir vite.

    1. La Suisse a découpé ses voisins en zone, et, selon les zones d’origine, il y a quarantaine ou pas. Pour la France, 1 région = 1 zone. Quasiment toutes les régions françaises sont en quarantaine sauf… les frontalières. Allez savoir pourquoi…

      1. Si certains hésitent , la réponse a été donnée par l’absence de décision de Berne s’agissant d’un complet isolement vis à vis de la France .
        Parce que les entreprises suisses ont fait comprendre à la Fédération qu’il n’était pas question qu’elles se passent des travailleurs frontaliers ( qui ont appuyé autant qu’ils ont pu via leurs organisations et les élus français des départements limitrophes ) .

        Moins sérieusement , parce que nous avons la neige en commun , et qu’on fait le pari que Corona n’aime pas la neige : Les Confins ( La Clusaz ) ce matin :

        https://laclusaz-nordic.com/webcam/

      2. Coucou,

        Sans les frontaliers, y a rien qui tourne à Geneve !

        Faut s’occuper des vieux et de malades !

        Bonne journée

        Stéphane

      3. Pour une fois que l’automne arrive à la bonne date, on ne va pas se plaindre (j’adore cette saison, la première flambée dans le poêle, les jours qui raccourcissent annonciateurs de longues et paisibles soirées de lecture avec les chats sur les genoux, pendant que dehors le vent souffle et que la pluie claque sur les volets).

        1
      4. @François M :

        Berne ( puisque la décision incombait in fine à la Confédération ) a surtout été sensible aux appels des milieux patronaux suisses .

        Ce qui montre au passage qu’on peut être à la fois fédéré et centralisateur … quand on chatouille l’essentiel .

      5. @Robin Denis :

        Pour info ( ça intéressera aussi Clo Clo et 2 Casa ) , par une votation d’hier , le Canton -Etat de Genève vient d’approuver à 58 % hier , la fixation du seuil du SMIC genevois à 4083 francs suisses soit près de 4000€ mensuels .

        Les syndicats sont stupéfaits , les frontaliers sont aux anges , les patrons ( en particulier ceux des autres cantons ) en train de fomenter la résistance .

      6. Quelques précisions et échos supplémentaires s’agissant du nouveau smic genevois ( ça fait du bruit dans le Landerneau de par ici et dans les gazettes ) :

        – l’équivalent franco-européen en euros est en fait , au cours du jour , de 3800 euros .
        – Il s’agit d’un montant brut .
        – il revalorise dès à présent le salaire d’environ 30 000 des 160 000 travailleurs frontaliers français , qui se frottent les mains une deuxième fois ( la première étant la forte remontée du FS devant l’Euro).
        – pas mal de conventions collectives déjà généreuses ne sont pas vraiment impactées . Par contre le nettoyage , le commerce ,l’hôtellerie -restauration ( coucou 2 Casa ) , sont sérieusement ébouriffés .
        – la crainte est que les embauches se raréfient et que des licenciements surviennent dans les entreprises le plus fragilisées par le Corona .
        – L’ambiance reste cependant relativement sereine dans le contexte économique suisse et les travailleurs les plus précaires retrouvent un peu le moral .
        – les travailleurs frontaliers sont de plus en plus des as de l’optimisation fiscale .

  11. Bien, je vais aller acheter un grand sac de farine de froment et et un grand sac de farine de sarrasin. (en-dehors de se protéger, il faut aussi prévoir les crêpes pendant le confinement, je me suis fais avoir au premier coup, pas deux fois 😀 ).

    1
  12. En Belgique les experts virologue, epidemiologiste etc ont entamé une grève du silence ce week-end pour marquer leur désaccord avec l’assouplissement des mesures décidé par les politiques. Quand on sait que tout le travail fourni l’a été de manière bénévole depuis mars et lorsque l’on voit la manière dont ils sont traités on peu comprendre qu’ils en ont ras le Corona…
    https://plus.lesoir.be/327615/article/2020-09-25/celeval-la-crise-existentielle-des-experts-coronavirus

    1. Il n’y a déjà pas de dialogue entre experts, alors entre experts et politiques… Quand il n’y a pas de dialogue, cela mène en effet au silence 🙂

  13. Glanö sur le Net:
    / la covid-19, le nombre de personnes extrêmement pauvres (c’est-à-dire celles qui gagnent moins de 1,90 $ par jour) augmentera de 70 à 100 millions cette année, prédit la Banque mondiale.
    En utilisant une mesure plus large, comprenant ceux qui n’ont pas d’abris ou d’eau potable, ainsi que les enfants qui ont faim, les rangs des pauvres vont grossir de 240 à 490 m cette année, selon l’ ONU.

    Selon le Washington Post, des scientifiques ont identifié une nouvelle souche du virus, qui représentait 99,9% des cas actuels dans la région de Houston: les personnes atteintes de la souche, connue sous le nom de mutation D614G, ont des charges plus élevées de virus : la souche ne soit pas plus mortelle, mais elle semble s’être mieux adaptée pour se propager parmi les humains.
    David Morens, virologue à l’Institut national des allergies et des maladies infectieuses, déclare qu’il est possible que le virus ait évolué pour résister aux efforts tels que le lavage des mains et la distanciation sociale…

    Les tests semblent être un outil aux leçons peu praticables (il faut bien manger). https://www.bmj.com/content/369/bmj.m2169
    Jonh burn-murdoch du FinancialTimes signale ä ce propos des » données absolument accablantes sur le non-respect total des directives Covid-19 au Royaume-Uni ». (on suppose qu’il en est de même peu ou prou un peu partout:
    • Seulement 18% des personnes s’auto-isolent après avoir développé des symptômes
    • Seulement 11% d’entre eux se mettent en quarantaine après avoir été informés par le NHS Test and Trace qu’ils ont été en contact avec un cas confirmé.

    1
  14. Au Québec, il y a un appel du ministre de la santé a faire 28 jours d’abstinence. Ne plus inviter personne chez soi, ne plus faire de rassemblement quelconque intérieur ou extérieur dans sa propriété. Il y a l’idée de permettre à la police de rentrer dans les maisons pour vérifier les mesures bien qu’écarté pour diverses raisons vu l’opposition d’un certain nombre.

  15. Une solution originale et « élégante » intra-muros pour conserver un maximum de cours « en présentiel » à l’Université de Liège (Belgique) :

    https://www.mediapart.fr/journal/international/260920/liege-des-cow-boys-misent-sur-les-tests-salivaires-face-au-covid?onglet=full?onglet=full&userid=5f0cf712-142e-4f98-9718-0d4361055dd8 Extraits… :

    L’Université de Liège en Belgique lance lundi une expérience inédite en Europe : des tests salivaires gratuits et anonymes, proposés chaque semaine aux 30 000 étudiants et professeurs du campus. Du « mass screening », à rebours des préconisations, notamment, de la Haute Autorité de santé en France. …(…)…
    …L’Université de Liège va déployer, à partir de la semaine prochaine, des tests salivaires pour détecter les personnes atteintes du Covid parmi ses 30 000 étudiants, enseignants et personnels de l’administration. Quelque 35 stands vont ouvrir sur le campus. Chacun pourra, s’il le souhaite, se servir et prendre gratuitement, et sous couvert d’anonymat, son kit, afin de s’auto-tester. Cette personne connaîtra ses résultats, entre 36 et 48 heures plus tard. L’université espère, de son côté, disposer d’une cartographie, presque en temps réel, du taux d’infection de sa population, faculté par faculté, pour mieux gérer l’épidémie. …(…)…
    …Vidéo d’utilisateur
    : https://youtu.be/n8NQgqyIXfo …(…)…
    Difficile d’imaginer qu’il s’invente derrière ces murs une expérience de santé publique de premier plan.
    À l’intérieur, l’ambiance est moins champêtre. Des cartons remplis de kits encombrent les couloirs. Le patron d’une équipe cycliste belge est venu en prendre un carton de cent. Plus loin, une dizaine de laborantins se penchent sur leurs machines dans des salles éclairées à la lumière blanche. Ils se préparent à prendre en charge les tests salivaires des étudiants. Mais ils ont aussi déjà traité avec succès plus de 230 000 tests PCR réalisés par voie nasale depuis le début de l’épidémie, venus de toute la Belgique. …(…)…
    …Pourquoi privilégier le test salivaire, alors que ses taux de sensibilité sont nettement moins bons avec la salive qu’avec un prélèvement nasal ? Les études qui font autorité en Belgique établissent une sensibilité de 80 % pour les PCR nasopharyngés, contre 60 % pour les salivaires. « Notre approche est différente, insiste Fabrice Bureau. L’objectif, c’est de trouver le plus de positifs possible, soit pour les soigner s’ils ont des symptômes, soit pour les écarter, s’ils sont asymptomatiques. Or, les tests nasopharyngés ont des limites évidentes : un infirmier qui écoville bien peut en faire 200 par jour, au mieux. Avec la salive, il devient possible de tester beaucoup plus de personnes. »
    Pour convaincre les sceptiques, le professeur prend l’exemple de l’Université de Liège et ses 30 000 résidents. Il imagine un taux d’incidence du virus de 1 % (soit 300 personnes contaminées), et pose l’existence de malades uniquement asymptomatiques. « En l’absence de tests, on en trouve aucun. Avec des tests PCR par voie nasale, nous avons la capacité d’en tester 10 000 dans la semaine. Vu la sensibilité de 80 % du test, on en trouverait donc 80, sur les 300 à identifier. Avec des tests PCR salivaires, nous testons les 30 000 dans la semaine, avec un taux d’erreur plus important, certes. On ne trouverait que 60 % des 300, c’est-à-dire 180. Mais cela reste la plus intéressante des trois options. » …(…)…
    …La stratégie mise en place à l’Université de Liège s’appuie sur un autre parti pris, là encore controversé : le pooling. Les tests des étudiants seront traités, non pas individuellement, mais par groupe de six. C’est seulement si le virus est détecté que les six échantillons seront traités individuellement. Là encore, cette technique, qui vise à gagner du temps, entraîne une perte de sensibilité du test – puisque des personnes contaminées, à faible charge virale, pourraient passer inaperçues.
    Bureau et Gillet considèrent qu’ils perdent, via cette technique, deux à trois points de cycles d’amplification génétique (CT). « Ça ne me tracasse pas, confirme Fabrice Bureau. Même si la méthode est moins sensible, elle retrouvera les hautes charges virales. Et laissons tranquilles ceux qui ont un petit fragment de virus dans le fond de leur nez… » …(…)…
    …Dans l’esprit des universitaires liégeois, il n’est pas question d’en finir avec les tests individuels PCR, par prélèvements nasaux. C’est pourquoi la faculté continuera, en parallèle, de participer à la plateforme officielle de tests PCR. « Ce n’est pas l’un ou l’autre, il faut faire les deux, insiste Bureau. Pour les patients symptomatiques, l’écouvillonage, parce que c’est le mieux : la Rolls-Royce des tests, pour des gens dont on doit vraiment s’occuper. Et pour les asymptomatiques, la salive, plus rudimentaire, moins sensible, mais qui peut toucher beaucoup plus de monde. » …(…)…
    …Sur la page Facebook de l’université, l’annonce du dispositif, à la fin des vacances, a été accueillie par une pluie de « likes ». Mais tout cela n’a de sens que si l’expérience dure au-delà des premières semaines. Joueront-ils le jeu sur la durée d’une année scolaire ?
    Et ensuite ? Que se passera-t-il si l’université détecte une augmentation des cas de contamination ? « Je vais vous surprendre : nous n’avons encore rien décidé, avance le vice-recteur, Fabrice Bureau. Puisqu’on ne sait rien de cette maladie, nous analyserons les données au fil des semaines… On ne connaît même pas encore l’incidence de la maladie, alors comment fixer des seuils préalables au-delà desquels il faudrait fermer l’endroit ? » …(…)…
    Je suis sûr que sur les 30 000 personnes à Liège, on va au moins détecter 200 positifs d’entrée de jeu. » Seule certitude : lorsque des cas se multiplieront dans un département de l’université, les autorités proposeront d’intensifier les tests – non plus une fois par semaine, mais tous les deux ou trois jours, par exemple, pour isoler plus rapidement les cas positifs. Et éviter, le plus possible, la fermeture des salles et des cours en présentiel . L’expérience, bien sûr, a un coût. Depuis le printemps, cela correspond à trois millions d’euros d’investissements, validés par les autorités de l’université malgré un budget de fonctionnement global plutôt modeste (180 millions d’euros par an). En bout de course, l’équipe espère récupérer sa mise – en partie via la vente des kits salivaires, à des entreprises, des équipes sportives ou d’autres universités

    1
    1. En prenant pour hypothèse 30.000 étudiants et 300 contaminés, si on considère 40% de faux-négatifs et 3% de faux-positifs (précis pour un test salivaire), on obtient 120 contaminés non détectés (300×40%) mais aussi 891 mis en quarantaine pour rien (29.700×3%) énorme !!! Tout en sachant que les 120 contaminés courent toujours !!!

      2
      1. Ca contagie moins néanmois puisqu’on en a retiré 100 de la circulation.
        Cette étude liégeoise me semble très bien inspirée par … des vétérinaires, comme il est dit dans l’article.
        Le point « social » essentiel entre le soin aux « zôon stabulans » (les animaux d’élevage en phénicien de cuisine) et « zôon politikon » (les humains en stagyrien occiputal),
        c’est que dans le premier cas, on s’intéresse d’emblée à sauver le troupeau dans son ensemble et on ne croit pas trop important de sauver les déjà malades (L214 vous en dira plus sur ces derniers…) tandis que les docteurs d’humains croient qu’un test est surtout un client à soigner (et une carte vitale à faire clicker avec des €€ éventuellement à la clef), et ne pensent au troupeau que par extrapolation de leur(s) patient(s) unique(s), chacun forcément unique.

        Bravo les véto !
        (Et ils ne sont pas à l’abri des contagions pas chouettes, le brucellose etc…)

        2
      2. @joss
        Pour rappel ôKzou… je me suis permis de copier-coller une séquence de « morceaux » arbitrairement choisis (aussi cohérente que possible , permettant à des non-abonnés de se faire une idée de la « chose »)
        Outre le fait de voir (comme @timiota ci-dessus) le « verre plutôt moitié plein  » à partir de l’article en entier , j’ai « entendu » votre réflexion , dont une des bases est cette affirmation …que je ne parviens pas à sourcer…  » 3% de faux-positifs (précis pour un test salivaire)  » .
        Pourriez-vous m’aider..?

      3. @otromeros
        La HAS recommande des valeurs de spécificité de min. 98% (2% faux-positifs) pour les tests « PCR ».
        J’avoue que la littérature ne fournit pas beaucoup de données sur les faux-positifs, souvent il est indiqué que les valeurs de spécificité sont excellentes ou proche de 100% 🙂
        Par contre, la sensibilité due au frottis naso-pharyngé est estimée proche de 70% (30% de faux-négatifs).
        Ci-dessous, une étude sur un test diagnostic salivaire (spécificité de 95.7% et sensibilité de 72.7% par rapport à un test « PCR » étalon, il faut donc ajouter l’erreur apportée par le test « PCR » pour avoir les performances finales…):
        https://www.cnrs.fr/fr/covid-19-des-premiers-resultats-prometteurs-pour-un-test-de-diagnostic-salivaire

    2. SUIVI……

      https://www.lesoir.be/329150/article/2020-10-02/pres-de-4500-etudiants-ont-ete-testes-luliege-tres-peu-de-cas-positifs-selon-les

       » Sur 4.477 échantillons analysés jusqu’à présent, 69 (4 membres du personnel, 65 étudiant(e)s se sont révélés positifs. Les premiers résultats partiels indiquent donc un taux de positivité de 1,54% , indique l’Université de Liège vendredi dans un communiqué. Ces résultats fournissent pour la première fois une photo de la circulation du virus dans une large population testée sans sélection préalable, précise l’ULiège.
      …(…)…
      «Fixons-nous un double objectif pour les jours et les semaines qui viennent: participation accrue aux tests et respect des gestes barrières.
      Les tests nous informent, mais c’est notre comportement dans et en dehors de l’université qui déterminera l’évolution de l’épidémie et les conditions dans lesquelles nous pourrons vivre cette année académique», a adressé le recteur Pierre Wolper aux 25.000 étudiants et aux 5.000 membres du personnel.
      « 

Les commentaires sont fermés.