Vidéo – États-Unis : Le point sur le putsch

Le vote sénatorial en Géorgie / La proclamation de l’élection présidentielle / La tentative d’insurrection

Les émeutiers ont envahi le Capitole

22h40 : Les Démocrates ont reconquis le Sénat (la démocratie américaine a perdu son Assemblée Nationale)

Le moment est-il venu (avec Mike Pence et Mitch McConnell maintenant dans le camp anti-putschiste) d’invoquer le 25e amendement pour une destitution immédiate de Trump ?

Partager :

106 réflexions sur « Vidéo – États-Unis : Le point sur le putsch »

  1. La personne décédée au Capitole s’appelait Ashli Babbitt, fervente partisane de Trump.

    Curieuse coïncidence de l’histoire avec le roman de Sinclair Lewis (prix Nobel de littérature) qui racontait les turpitudes des « petits blancs » il y a cent ans !!!

  2. Et pendant ce temps-là, Vladimir Poutine jubile en regardant tranquillement les images depuis son palais présidentiel.. Va-t-il exfiltrer discrètement son protégé ?

    1
  3. Monopoly version américaine , les dés sont jetés.
    Case Prison , case Exil, case Asile ?
    « Le 25e amendement de la Constitution, qui prévoit que le numéro 2 peut remplacer le président s’il est jugé inapte à exercer ses fonctions, est-il en passe d’être invoqué? Plusieurs républicains le revendiquent en tout cas désormais ouvertement. Et selon plusieurs médias américains, des membres du gouvernement auraient discuté ensemble de cette éventualité.
    « https://www.letemps.ch/monde/washington-choc-apres-lattaque-capitole

  4. Effrayant ! même si c’était prévisible…
    Mais ce qui m’effraie encore plus que Trump lui-même (évidemment tellement narcissique et machiavélique, voulant avant tout sauver ses intérêts personnels et éviter la ruine), c’est cette foule, tous ces gens, fanatiques ou
    illuminés, qui n’ont que « Trump » et/ou « God » en bouche ! Comme disait Victor Hugo : « La foule a trop de têtes pour avoir une pensée, trop d’yeux pour avoir un regard. »

  5. On n’était pas sur de se réveiller après cette nuit. Le cauchemar n’est pas complètement fini, mais il se dissipe.
    Ouf.
    En espérant que ça retienne certains de faire comme s’ils n’avaient rien vu quand ils glissent leur bulletin dans l’urne les prochaines fois.

    1
  6. Pendant ce temps, Donald fouillait ses poches frénétiquement, cherchant une autre pièce à mettre dans le flipper….
    Comme le coyote du dessin animé, il ne voyait pas encore que sous ses pieds, le vide béant ne laissait plus d’autre option que la chute…

    1
    1. Belles images d’un Donald secouant plutôt le flipper pour par un sursaut ultime ne pas perdre la (dernière) boule dans le trou en bas !

  7. Turbulences 2021.

    Comme un pied de nez de l’Histoire.
    Une Amérique qui s’inflige ses propres coups tordus.
    Le revers de la médaille.
    Les ennuis commencent.

  8. Je suis stupéfait avec quelle facilité ces gens ont pu pénétrer dans le capitole. C’était le jour J, tout le monde savait que ça allait chauffer. En France rien de tout cela n’aurait été possible. Il ne faut pas oublier que les armes là-bas sont vendues comme on vend des chaussettes ou des sucettes. Je ne serais pas étonné d’apprendre que des complices étaient à l’intérieur du bâtiment ou dans les services de sécurité.

    1. @joss il ne semble pas y avoir eu d’armes (en tout cas pas fondamentalement) parmi les émeutiers.
      Ni de tracto-pelle.
      Griveaux (qui dans cet épisode n’a pas fait le fier) est parti plus tard pour d’autres raisons.

  9. National security adviser Robert O’Brien has told aides he now intends to remain in his post until Trump leaves office, though his plans could still change. Hope for the best.

  10. @ Jeanson Thomas

    Vous dites : « La comparaison avec les Gilets Jaunes tombe à pic pour LREM pour tenter de justifier la répression alors que cela n’a rien à voir !! »

    Cela n’a rien à voir et cela a à voir. Dans les deux cas, ce sont les gueux qui se rebellent contre l’injustice ressentie et par rapport à un système inique qui transfère les richesses produites uniquement vers les 10% les plus aisés. Après, il y a le terreau culturel et idéologique d’un pays. Aux USA où Dieu quotidiennement s’invite au Capitole, le lumpenprolétariat adule un milliardaire qui les manipule avec une grossièreté inouïe pour que ce dernier puisse satisfaire ses seuls intérêts et sa soif de pouvoir. En France, le prolétariat sans parti et revêtu d’un  » gilet de haute visibilité  » s’est rebellé en refusant toute récupération et toute représentation hiérarchique. Là-bas, le clown-leader a poussé absurdement une foule « blanche » et mentalement déshéritée vers le Parlement pour l’abolir et surtout pour lui sauver la mise. Ce fut une tentative ultime et désespérée de restaurer la domination raciale mais finalement, le roi blanc est bien nu et l’univers du simulacre reste entier. Ici en France, les gueux « lettrés » se sont rencontrés à Nuit Debout sur les places publiques, puis les gueux prolétaires en gilets jaunes ont inventé leur propre révolte sans rien demander à personne et en se rassemblant sur les ronds-points car la roue de l’Histoire tourne, puis leur enjoignant le pas, les gueux des cités dites « sensibles » ont inventé sensiblement la leur car ils sont sensiblement plus molestés et tués par la police que bien d’autres. Alors oui, la situation française n’a effectivement rien à voir avec la situation US. Là bas, les racistes ont cru encore faire la loi tandis que leur monde était largement révolu. Ici en France, trois mouvements séparés désirent réinventer la République sans savoir par où commencer. Le seul dénominateur commun entre les USA et la France, c’est que la misère s’ approfondie et que l’abime est de plus en plus béant, pandémie du Covid 19 oblige et – au vu du surenrichissement des uns et du réchauffement climatique de tous – déni de réalité.

    3

Les commentaires sont fermés.