Les options de Vladimir Poutine, par Alexis Toulet

Par Evgeny Feldman — Travail personnel, CC BY-SA 4.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=67477755

Vladimir Poutine reste en butte au mouvement déclenché par Alexei Navalny, qui doit l’inquiéter sérieusement, au vu des manifestations monstres de l’été dernier en Biélorussie – même si elles n’ont pas débouché sur un changement politique, du moins pour l’instant. Ces manifestations avaient très probablement été l’élément déclencheur de la décision du président russe de faire empoisonner son opposant le plus en vue.

Or, après l’échec catastrophique de l’empoisonnement débouchant sur une humiliation internationale pour Vladimir Poutine, après les manifestations de samedi dernier dans toutes les villes de Russie répondant à l’appel de l’opposant emprisonné lancé dans sa vidéo du 19 janvier, laquelle dénonçait le palais privé d’un luxe aberrant construit par le président russe pour son confort personnel – vidéo qui a dépassé les 100 millions de vues ! – Alexei Navalny continue au même rythme.

Les enfants du couple Navalny sont restés en sécurité à l’étranger. L’opposant et son épouse sont en Russie, acceptant tous les risques et faisant feu de tout bois. Ce qui pouvait déjà depuis des années être décrit comme une sorte de croisade anticorruption, tout se passe comme si c’était devenu une affaire personnelle pour Navalny. Ainsi, probablement, que pour Poutine lui-même.

L’opposant a publié aujourd’hui une nouvelle vidéo qui est son discours devant le tribunal qui l’a entendu aujourd’hui. Il y reste tout aussi incisif et n’y retient aucun coup, utilisant les mots les plus clairs, notamment contre les kleptocrates qui gouvernent son pays. En l’espace de sept heures, elle a dépassé les 3,5 millions de vues. De nouvelles manifestations sont prévues dimanche prochain 31 janvier dans tout le pays – et à Moscou, devant le siège du FSB !

Suivant Navalny, “si 10% des 100 millions (qui ont visionné la vidéo sur le palais Poutine) descendent dans la rue, alors nous gagnons“.

Le président russe doit être d’autant plus mal à l’aise que l’évolution d’un mouvement de ce genre est par nature très difficile à prévoir :

  • Un “flop” plus ou moins cuisant est possible, par exemple un épuisement progressif des manifestations demandant la libération de l’opposant, même si à voir l’attention qu’il a attirée sur lui et la taille des manifestations du 23 janvier – moyennes d’un point de vue français, grandes pour la Russie où l’habitude de la manifestation est fort loin d’être ancrée – ce scénario dont Vladimir Poutine rêve sans doute ne semble pas le plus probable, du moins dans l’immédiat
  • Le scénario de rêve pour Alexei Navalny, c’est-à-dire une transition démocratique non violente, est-il réaliste ? Difficile à dire, même si des exemples existent certainement comme la révolution des Œillets au Portugal en 1974 ou la transition démocratique post-Franco en Espagne
  • Divers scénarios intermédiaires sont envisageables, revenant à imaginer que sans réussir à le renverser, Navalny demeure pour Poutine un souci impossible à ignorer, et probablement trop dangereux à faire assassiner du moins dans l’immédiat – surtout à voir l’équipe de “bras cassés” qui a manqué Skripal en Angleterre en 2018 puis Navalny en 2020 !

Vladimir Poutine est-il sans autre ressource que la répression policière – déjà très intense, avec arrestations en pagaille pour participation à des manifestations interdites ? Certes non !

Il est même permis de discerner dans deux événements survenus jeudi 28 janvier les signes d’une option que le président russe pourrait être en train de se préparer. Une option assez troublante, même si elle pourrait lui apparaître logique.

1. Jeudi 28 janvier donc, alors que Navalny mettait en ligne le discours prononcé à son procès, Poutine intervenait à distance en invité inattendu au forum de Davos. Or, le discours qu’il a prononcé, dont le verbatim est sur le site du Kremlin, à côté de remarques convenues et aussi de points de vue incisifs de l’homme d’Etat considérant la situation mondiale, contient encore ce passage :

“Nous pouvons nous attendre à ce que la nature des actions pratiques devienne plus agressive, y compris la pression sur les pays qui n’acceptent pas le rôle de satellites obéissants gérés, l’utilisation de barrières commerciales, les sanctions illégitimes, les restrictions dans les domaines financier, technologique et de l’information.

Un tel jeu sans règles augmente de manière critique les risques d’utilisation unilatérale de la force militaire – c’est-à-dire le danger, l’utilisation de la force sous l’un ou l’autre prétexte farfelu. Elle multiplie la probabilité de nouveaux points chauds sur notre planète. Ce sont toutes des choses qui nous concernent.

Il y a une allusion claire à la situation de l’Iran soumis aux sanctions économiques américaines suite à la décision de Donald Trump de sortir de l’accord sur le nucléaire de 2015, mais elle ne semble pas expliquer entièrement ces paroles. Il est possible d’y entendre encore un avertissement sur le fait que les sanctions économiques et les restrictions dans le domaine financier peuvent débouchent sur une “utilisation unilatérale de la force militaire“.

Quelles sanctions économiques ? Peut-être celles dont certains Européens commencent à parler pour inciter le président russe à modérer la répression chez lui ? Quelles restrictions financières ? Celles qui pourraient éventuellement viser l’équipe au pouvoir en Russie, dont le cœur est russe et patriotique – du moins s’il faut en croire leurs paroles – mais le portefeuille se trouve bien à l’Ouest, ainsi que le plus clair de leurs investissements ?

2. D’autre part, jeudi 28 janvier, Margarita Simonian était à Donetsk dans le Donbass, la partie de l’Ukraine orientale séparée de Kiev suite à la guerre civile de 2014-2015.

Qui est Margarita Simonian ? C’est la rédactrice en chef de la partie anglophone de RT, principal média extérieur de la Russie – et premier canal d’influence du gouvernement russe auprès des opinions publiques étrangères. Autant dire d’une part qu’elle est un agent de premier rang de l’appareil d’influence russe, tout sauf une lampiste. D’autre part que ses paroles sont nécessairement mesurées et contrôlées à l’avance. L’initiative personnelle est exclue en ce qui la concerne.

Or le discours qu’elle a prononcé devant des responsables des deux Etats non reconnus apparus en Ukraine orientale sous patronage russe les Républiques populaires de Donetsk et de Lougansk n’est pas ordinaire !

Margarita Simonian y précise bien qu’elle n’est pas politicienne, seulement journaliste. Qu’elle ne fait que donner son opinion, et partager sa douleur. Mais n’a-t-elle pas droit à son opinion, et à sa douleur ? Puis, ceci :

“Les habitants du Donbass veulent avoir la possibilité d’être russes. Et nous sommes obligés de leur offrir cette possibilité.

Les habitants du Donbass veulent avoir le droit de parler russe, afin que personne ne puisse jamais leur enlever ce droit. Et nous sommes obligés de leur donner une telle possibilité.

Les habitants du Donbass veulent vivre chez eux et faire partie de notre grande et généreuse Mère Patrie. Et nous leur devons bien ça.

Mère Russie, ramène le Donbass chez toi.”

Depuis la pause (relative) dans les combats et la stabilisation de la ligne de front en 2015, la Russie a continué de soutenir économiquement les deux Etats autoproclamés d’Ukraine orientale, et aussi avec des armes. Et les proclamations d’amitié ne sont pas rares.

Mais ce que cet agent de premier rang de l’appareil médiatique d’Etat de la Russie décrit, c’est un appel à une annexion ouverte. Et encore une fois, ses protestations de “simple journaliste” qui a bien le droit de donner “son opinion personnelle” ne sont pas crédibles une seconde, vu son poste.

Que prépare donc Vladimir Poutine ?

Deux interprétations, qui d’ailleurs ne s’excluent pas. Poutine peut préparer deux options, garder deux fers au feu, à utiliser suivant les circonstances :

  • D’une part, l’intimidation des pays occidentaux qui envisageraient des sanctions, par exemple financières contre le groupe dirigeant russe et ses avoirs et propriétés en Europe

A demi-mot, leur faire comprendre que l’option de la force n’est pas exclue. Et dans le même temps, crédibiliser cette option en semblant la préparer, sur le front évident c’est-à-dire en Ukraine.

Non pour la déclencher, mais pour que la menace protège les intérêts financiers du groupe dirigeant – pendant éventuellement qu’il “fait ce qu’il faudra” contre le mouvement Navalny.

L’habile Poutine utilise d’ailleurs la carotte comme le bâton, et dans le même discours il a vanté les rapprochements possibles avec l’Europe. Le message est clair : si vous ne cherchez pas à me gêner, si vous ne critiquez pas trop sérieusement ce que je ferai pour conserver le pouvoir, vous trouverez en moi un partenaire commode.

  • D’autre part, la distraction et la gloire pour le peuple russe

Après que les militaires russes ont forcé le parlement de Simferopol la capitale de la Crimée à organiser un référendum sur l’union avec la Russie en mars 2014, référendum dont le résultat fut appliqué tambour battant, Poutine a connu un grand regain de popularité.

Alors, pourquoi ne pas réitérer l’opération dans le Donbass ? Surtout si le mouvement Navalny devait prendre trop d’ampleur. Voire en préventif ?

Il suffirait après tout d’inviter les responsables des deux Républiques populaires à organiser des référendums sur la question du rattachement. Ils ne se feraient sans doute guère prier, et le résultat des référendums serait éminemment prévisible s’agissant de territoires appauvris, où tout le monde parle russe, dans un pays qui est par ailleurs le plus pauvre d’Europe. Un pays où le niveau de vie russe peut faire envie. La Fédération de Russie y gagnerait deux membres supplémentaires.

Militairement, l’opération ne serait pas vraiment risquée. La ligne de front est stable après tout, quelques violences sont toujours envisageables, mais qui à Kiev a vraiment envie de mourir dans une guerre perdue d’avance ?

Diplomatiquement, l’opération serait désastreuse pour la Russie. L’éloignant davantage du reste de l’Europe, gelant les initiatives pour rapprocher les deux parties du continent comme celle initiée par le président français en 2019, elle mettrait la Russie encore davantage dans les mains du pays dix fois plus riche et dix fois plus peuplé qu’elle avec lequel Poutine fait semblant de pouvoir maintenir un partenariat équilibré. Fiction à laquelle Xi Jinping fait bien entendu semblant de croire, puisqu’elle le sert.

Mais certes, le président russe pourrait en espérer un regain de popularité – au moins l’espérer, car il n’est pas sûr que tous les Russes se laisseraient prendre au piège, et les circonstances ne sont pas les mêmes qu’en 2014. Sans doute, le sentiment obsidional d’être entouré d’ennemis pourrait en être renforcé – et il sert le président russe.

S’il estime que la survie de son pouvoir passe par là, Vladimir Poutine reculera-t-il vraiment devant le risque d’infliger un désastre diplomatique à son pays ? Il est hélas permis d’en douter.

Partager :

45 réflexions sur « Les options de Vladimir Poutine, par Alexis Toulet »

    1. Il y a surtout des bruits de bottes ou plutôt de réacteurs dans le détroit de Formose :
      https://www.liberation.fr/planete/2021/01/29/taiwan-le-coup-d-eclat-permanent-de-la-chine_1818801
      Si cela devait dégénérer, là on sera vraiment dans l’inconnu.
      Comment réagirait Biden ? L’Union ? Les chinois continentaux, les taiwannais ?
      Quelles conséquences sur la géo-politique mondiale ?
      C’est dans ce contexte que je verrais plutôt les opposants jouer leurs cartes …
      Actuellement toute contestation à l’intérieur de la Chine est étouffée dans l’œuf. Mais un évènement de cette ampleur changerait la donne.

  1. Cher Paul,

    Merci pour cet article très intéressant.

    Ma question est : “Mais alors, on fait quoi ?” Ou plutôt si j’en crois certains de vos post que fera le Medef ? 😉

    Si militairement l’opération ne (vous) semble pas risquée pour l’armée russe. De possible effet de contagion existe quand je pense qu’en 2014, d’autres villes ukrainiennes ont, elles-aussi, connus des mouvements de révoltes ou de protestations en faveur d’un rattachement, d’une alliance, ou d’un lien avec la Russie (Kramatosk, Marioupol, Odessa) ; voire dans d’autres pays où de fortes minorités d’ascendance russe vivent dans un état d’ostracisation social, culturel ou économique.

    si c’est l’oligarchie métèquienne qui dirige et que votre lecture des évènements est exacte, alors on n’entendra plus parler de Navalny d’ici peu. Mais, personnellement, je ne suis pas sur qu’elle dirige, ou en tout cas pour mettre de la nuance qu’elle soit la seule à décider. Mais bon, plusieurs choses peuvent m’échapper, vous excuserez alors ma béotie.

    Bien à vous

  2. Bonjour Alexis , bonjour à tous

    Un regard différent : Alexei Joukarov traduit par Christelle Néant

    Ensuite :à chacun son jugement

    Ukraine néo nazi vs régime russe

    Chers amis ! Russes ! Mères, pères !

    Surtout les Moscovites !

    Le 23 janvier, les forces pseudo-démocratiques pro-occidentales veulent organiser un sabbat dans les rues de Moscou, en disant qu’il n’y a pas de « démocratie » en Russie ! Toute puissance en Russie est prétendument criminelle ! Et Poutine serait une sorte de voleur et un tyran !

    J’ai regardé attentivement le film de Navalny, pré-filmé dans les studios de cinéma occidentaux à la veille de son arrivée à Moscou. Je ne veux pas faire de publicité pour cette merde et son titre.

    Je me souviens juste d’il y a sept ans, en 2014. Le schéma de l’effondrement du pays n’a pas changé !

    Je me souviens du « tyran » Viktor Fiodorovitch Ianoukovitch. Son « bâton d’or ». Sa « cuvette de toilettes dorée ». Comment les milliards qu’il a « volés » allaient être « rendus » à l’Ukraine. Et quel a été le résultat ?

    Pas de milliards, pas de « toilettes dorées », pas de « bâton » ! En un mot – RIEN ! Mais les conséquences de cette « démocratie » imposée sont évidentes.

    Le taux de mortalité est de plus de 600 000 personnes par an ! Le taux de natalité a baissé ! La guerre dans le Donbass ! Plus de 15 000 personnes tuées ! Plus de 200 enfants tués dans le seul Donbass. Des milliers de maisons détruites. Des millions de destins mutilés.

    L’événement tragique d’Odessa le 2 mai 2014. La junte dirigée par Tourtchinov, Parubiy, avec la participation de politiciens corrompus comme Porochenko, a brûlé vif des gens grâce aux nazis. Le MH17 abattu au-dessus du Donbass, provoquant la mort de 298 personnes, dont des enfants et l’équipage. Et tout cela en peu de temps. Il y a beaucoup d’autres crimes à énumérer ! Ils sont sans fin et tragiques.

    Le pays a été transformé en colonie nazie. Les relations internationales sont perturbées, et l’Ukraine est entourée « uniquement d’ennemis » qui étaient hier les meilleurs amis et voisins. L’économie, la production est tout simplement détruite ! Désindustrialisation totale ! La médecine est foutue ! Le coronavirus tue des milliers de personnes. Le soi-disant « gouvernement démocratique », en la personne de Zelensky a commis, au sens propre et au sens figuré, un génocide !

    Les gens n’ont pas de quoi payer les services publics. Je ne parle même pas de la nourriture. Voici quelques exemples. Pensez-y ! À Lvov, un grand-père est mort de froid en attendant de la nourriture gratuite, et à Kherson, un homme de 38 ans s’est suicidé parce qu’il ne pouvait pas trouver de travail. Ses enfants et sa femme se retrouvent sans soutien de famille. Et à Odessa, un malade mental a poignardé à mort son père et un autre homme, a coupé la tête de l’un et l’estomac de l’autre. Après cela, il a pris la tête dans ses mains et a accroché les intestins autour de son cou, est sorti de la maison pour fumer sur le banc, où les passants l’ont remarqué. Lorsqu’un journaliste lui a demandé pourquoi il l’avait fait, il a simplement répondu : « Je voulais le faire, alors je l’ai fait ! »

    Je ne parle même pas de la situation criminelle en Ukraine. Trafic de drogues, d’armes, d’explosifs. La traite d’êtres humains. Le vol. Voilà ce que nous avons reçu à la place des « toilettes » et des « bâtons » dorés qui n’ont jamais existé au départ. La corruption a dépassé les limites imaginables et inimaginables. Les gens sont simplement traités comme du bétail. Les États-Unis et leurs satellites européens ont transformé l’Ukraine en un véritable camp de concentration, une colonie, des esclaves sans cervelle et analphabètes. Ils détruisent l’histoire. Ils font des milices, des fascistes et toutes sortes de fléaux des héros, en leur faisant des monuments, et détruisent les vrais héros de la grande guerre patriotique. Ils se moquent des morts, font la guerre aux monuments. Et c’est terrifiant !

    Et ce qui est encore plus effrayant, c’est lorsque des jeunes battent des retraités. C’est ce qui nous est arrivé en Ukraine ! Destruction, inhumanité, dégradation et indifférence absolue. Ils élèvent de la chair à canon. Il est effrayant qu’un frère tue son frère, qu’un parent maudisse son parent, que la conscience humaine et l’honneur disparaissent en Ukraine. Le fascisme renaît de ses cendres ! Une brume mortelle s’abat sur l’Ukraine ! Les villes des vivants se meurent. Les villes des morts grandissent et se multiplient. L’Ukraine est en train de s’effondrer. Et c’est le résultat du Maïdan. Le fruit s’est avéré être plein de poison, de mort. C’est le genre de gâteaux que Victoria Nuland distribuait sur le Maïdan à Kiev en 2014.

    Russes !

    Je suis moi-même un invalide du premier groupe, un député de la Verkhovna Rada d’Ukraine des 5e et 6e convocations. Je sais ce qu’ont été les années 1990. Je l’ai senti dans ma propre chair. Je sais ce que c’est que de vivre dans la pauvreté, dans le froid, d’avoir faim. Je sais ce qu’est la guerre dans le Donbass. Je suis allé là-bas. J’ai vu de mes propres yeux les maisons détruites, les personnes tuées par le régime ukrainien maudit de Porochenko. Croyez-moi, je ne veux pas que des mensonges et une telle « démocratie » viennent à vous ! Je demande à tous les parents de ne pas se laisser aller à cette fausse provocation ! Expliquez à chacun de vos adolescents de ne pas aller soutenir vos ennemis, et de ne pas picorer les graines empoisonnées du mensonge. Sinon, vous obtiendrez ce que l’Ukraine et les Ukrainiens ont aujourd’hui.

    Soyez sages ! Ne répétez pas les erreurs des autres ! N’apprenez pas de vos propres erreurs ! Mais apprenez des erreurs des autres !

    Réfléchissez ! Souvenez-vous du passé et tirez les bonnes conclusions. Je m’inquiète pour vous, les Russes ! Vous êtes des frères pour moi ! En tant qu’Ukrainien, j’ai le droit de dire cela, parce que j’ai moi-même vécu tout cela, ces choses terribles et horribles, non pas dans mes rêves, mais dans ma vie.

    J’en appelle à tous les médias de la fédération de Russie, à tous les patriotes qui aiment leur pays – Répandez mon message à mon peuple frère bien-aimé, aux Russes autant que possible dans tous les blogs et sur tous les sites web !

    Je vous demande également de publier ou d’afficher mon appel sur vos chaînes Telegram ! Je vous serai sincèrement reconnaissant pour votre soutien informationnel ! Je suis sûr que tout le monde va lire mon message et y réfléchir.

    PS : Je ne veux pas aggraver la situation. Nos ennemis veulent ruiner la Russie, tant à l’extérieur qu’à l’intérieur. Et c’est la guerre ! Nous devons défendre notre monde slave !

    Avec tout mon respect,

    Alexeï Jouravko

    16
    1. Bonjour Illicitano,

      Alexei Jouravko (1) est un ancien député au parlement ukrainien (de 2007 à 2012) du Parti des régions, le parti de l’ancien président Yanoukovitch qui fut renversé en février 2014. Il appartient donc à la moitié plutôt “pro-russe” des Ukrainiens, l’autre moitié étant plutôt “anti-russe”, sachant que le malheur de l’Ukraine depuis son indépendance est d’être située sur une ligne de fracture géopolitique. Son histoire politique depuis trente ans est d’être ballotée entre victoire sur le fil des uns, et une moitié du pays qui se cabre, et victoire sur le fil des autres, c’est l’autre moitié qui se rebelle. Jusqu’à ce que tout cela explose en 2014.

      Sachant cela, la position de Jouravko est humainement compréhensible. Il voit en Poutine le soutien indispensable contre les manigances et complots des “Occidentaux”. De même que la position des Ukrainiens “pro-occidentaux” est humainement compréhensible : ils voient en Etats-Unis et OTAN les soutiens indispensables contre les manigances et complots des “Moskals”, les “moscovites” c’est-à-dire les pro-russes honnis.

      Loucher entre Ouest et Russie au point de s’arracher les yeux de leur orbite est le malheur de l’Ukraine. Et les “pro-russes” ne se soucient pas davantage d’indépendance vis-à-vis du Grand Frère oriental que les “pro-occidentaux” ne se soucient d’indépendance vis-à-vis du Grand Frère d’outre-Atlantique.

      Les Africains ont un proverbe : lorsque deux éléphants se battent, c’est l’herbe qui souffre. Depuis 2014, l’herbe c’est le peuple ukrainien. Quant aux deux éléphants, leur identité est claire n’est-ce pas ?

      Dans ce genre de situation, imaginer que l’un des éléphants serait un chevalier blanc… n’est qu’une profonde illusion. Cela vaut pour l’un. Et aussi pour l’autre.

      Mais ici, il ne s’agit pas de l’Ukraine. Il s’agit de la Russie.

      L’argument-massue de la propagande d’Etat russe depuis au minimum 2012 – premières grandes manifestations contre Poutine – c’est que le président russe serait le bouclier indispensable protégeant la Russie contre, au choix, le retour du chaos des années 1990, la guerre civile comme en Ukraine ou la prise de pouvoir des impérialistes exploiteurs occidentaux, qui plus est homosexuels. Voire les trois à la fois.

      Il faudrait donc le soutenir mordicus puisque (version explicite) c’est un grand héros national, ou (version effective, car beaucoup de Russes ne sont pas dupes) il a sans doute ses inconvénients mais mieux vaut le diable que l’on connaît plutôt que les autres qui pourraient bien être pires, stabilité d’abord surtout pour un pays encore traumatisé par la catastrophe multiforme des années 1990.

      Le fait est que cet argument-massue marche de moins en moins. De plus en plus de Russes expriment le désir de vivre dans un pays “normal”, par quoi ils entendent généralement tout ou partie de : moins de corruption à tous les étages, moins de richesses détournées par les gros, une justice qui mériterait ce nom, moins d’inégalités, la possibilité de choisir leurs dirigeants dans de vraies élections, le plus gros de l’argent du pétrole et du gaz qui soit investi dans le pays plutôt qu’à l’étranger, la défense des intérêts du pays oui mais pas au prix de se fâcher avec tous les autres, etc. etc.

      Navalny serait-il capable de répondre à ces désirs, s’il parvenait un jour à la présidence ? Rien ne l’assure – même si rien ne l’empêche non plus.

      Ce qui est sûr c’est que par sa croisade anti-corruption, puis surtout du fait de son assassinat raté, il est actuellement de loin le plus en vue de ce mouvement russe visant à “autre chose”. Et il contribue à cristalliser ce mouvement, potentiellement qui sait jusqu’à l’amener de “Ce serait bien (mais c’est impossible)” à “C’est possible, allons-y”.

      Ce qui me paraît clair aussi c’est que l’argument d’Alexeï Jouravko peut très bien le convaincre lui, tout comme beaucoup des Ukrainiens “pro-russes”, et encore une fois c’est bien compréhensible vu leur situation.

      Mais il convainc de moins en moins là où c’est le plus important, en Russie elle-même. De plus en plus de Russes refusent d’admettre qu’ils n’auraient le choix qu’entre Poutine et le chaos.

      La suite ? Eh bien c’est peut-être une tentative qui échouera – avant d’être sans doute reprise plus tard. C’est peut-être même l’Histoire en train de se faire. En tout cas c’est très intéressant.

      (1) https://ru.wikipedia.org/wiki/%D0%96%D1%83%D1%80%D0%B0%D0%B2%D0%BA%D0%BE,_%D0%90%D0%BB%D0%B5%D0%BA%D1%81%D0%B5%D0%B9_%D0%92%D0%B0%D0%BB%D0%B5%D1%80%D1%8C%D0%B5%D0%B2%D0%B8%D1%87

    2. Les sbires du KGB devraient dire à leur agent que ce qui est exagéré ne compte pas.
      Un KGB en perdition, évidemment.

      Car enfin, que nous les Forces du Bien , ayons pu faire à l’Ukraine ce qui est décrit ici est rigoureusement impossible.

      Faire alliance avec l’oligarchie ukrainienne?
      Favoriser des groupuscules fascistes et, pire, les aider à prendre temporairement le pouvoir?
      Piller le pays par des ‘aides’ du FMI soigneusement calibrées pour le maintenir la tête à fleur d’eau?
      Soyez un peu raisonnable. Rien dans notre passé ne donne crédit à de telles inventions.

      C’est plus simple, la lutte pour la survie est universelle. Il faut croire que l’Ukraine était mal armée pour y faire face.

      1
    3. Christelle Néant
      Réputée immergée. Ça change des “correspondants” planqués. Beaucoup d’articles que je vais prendre le temps de lire.
      ((Je ne cite pas le site de référence pour éviter tout problème. Mais “Google est notre ami”.

      3
  3. On exposerait enfin la bande à Poutine comme on le fait avec les vampires en révélant l’étendu de leurs pillages? Il ne faut pas me dire qu’on ne sait pas où se trouve leur sale pognon. Rien que du côté de Londongrad, il me semble qu’il y aurait beaucoup à déterrer. Il y a un moment où il faudra arrêter avec les lâchetés et les compromissions.

    1
  4. Quelle triste époque.
    Eriger en ” principal opposant à Poutine ” un ultra nationaliste antisémite qui traîne des casseroles grosses comme lui .

    16
    1. Si vous en êtes mécontent, je vous suggère de vous en plaindre auprès des Russes.

      Quoique je ne puisse garantir qu’ils soient très intéressés 🙂

  5. Merci Mr Toulet pour vos articles très intéressant sur la Russie.
    La Biélorussie est actuellement dans une situation de transition vers un régime démocratique même cela risque de prendre encore un peu de temps. Les situations de la Russie et du Bélarus sont en partie liées.
    https://euobserver.com/opinion/150707

    La position du Kremlin vis-à-vis du Belarus est la suivante : ils s’opposent à ce que des manifestations pacifiques génèrent un changement de régime de peur que cela ne donne de l’espoir aux opposants de Vladimir Poutine. Néanmoins la Russie travaille à une alternative à Loukachenko avec la création d’un parti pro-russe qui s’opposerait à Loukachenko (ce n’est pas sûr du tout par contre que cette alternative soit acceptée par les biélorusses…). Le régime de Loukachenko continue de tenir (même s’il ne tient plus qu’à un fil) en raison notamment du soutien à minima de la Russie. La Russie comprend néanmoins que les jours de Loukachenko sont comptés. Par ailleurs l’opinion au Belarus qui était majoritairement pro-russe est en train de devenir antirusse (ou du moins anti Kremlin) à cause de ce soutien à minima. Après l’Ukraine la Russie pourrait perdre la Biélorussie… Mêmes les journaux russes pro-Kremlin le disent :
    https://twitter.com/franakviacorka/status/1348205606373617664?s=20
    Espérons que la démocratie se développe dans ces deux pays. Au Belarus c’est très probable. En Russie ça reste encore incertain même si la contestation qui était prévisible selon plusieurs experts devrait se poursuivre à moyen/long terme étant donné les conditions socio-économiques de la Russie. Comme c’est le cas pour le Belarus, la population est en train de changer en Russie de ce que j’ai compris en lisant plusieurs analyses…

  6. Ah la corruption ! qui est pour ?

    Il suffit de lire l’article de Wiki pour en faire un inventaire à la Prévert.
    L’URSS usait comme la Chine encore aujourd’hui use de la peine de mort pour refroidir si j’ose dire les corrompus comme les corruptibles. Ça fonctionne mal. Pire « La façon de définir la corruption varie selon les pays ». Sérieusement qui a accès à du cash en France n’a pas détourné un peu de l’impôt, qui n’utilise pas de passe-droit ces jours ci pour obtenir le graal du vaccin ? etc.
    Wiki commence par « La corruption est la perversion ou le détournement d’un processus ou d’une interaction avec une ou plusieurs personnes dans le dessein…. »
    En finir avec la perversion alors ? Finis les romans, les films, où « y a de l’abus » qui distrait et fascine le consommateur, divisé à se plaindre à l’occasion de l’abusus, et donc du droit de propriété « inviolable et sacré », surtout quand il s’agit de celui de l’autre.

    Navalny, une créature russe mais à l’ouest. Poutine, une créature soviétique devenue russe par circonstance, et probablement plus corrupteur que corrompu. Le palais de Poutine ? Non ! De l’État russe oui, voyez Brégançon de Napoléon à De Gaulle et depuis.

    Marrant de lire sur ce blog une pente discutable aujourd’hui, indiscutable jadis.

    Si le rêve des classes moyennes biélorusses, russes et ukrainiennes est la vitrine des classes moyennes occidentales c’est bien vendu, mais corrompu.

    Assez vieux pour me souvenir des dénonciations dans Le Figaro des avantages en nature type Datcha modeste en banlieue de Moscou des dirigeants du PCUS et de la corruption régnante, j’ai pu lire pendant les années Elstine et depuis que le discours du Figaro ne change pas quand l’échelle n’est plus la même : elle s’est furieusement rapprochée de l’ordinaire moyen mondial.

    1
    1. @Rosebud1871 et quand son homogue français le reçoit à Versailles le jour qui lui convient, il doit sentir que ça va pas être facile de le corrompre ….

      1. Tant que vous ne faites pas à propos de corruption une allusion à l’accueil au château de Versailles de Khadafi par Sarkozy, tout va bien.

        1. @Rosebud1871 C’est naturel et républicain pour l’accueil d’un chef d’état étranger.

          L’emplacement de camping sur les champs élysées participe peut-être du remerciement obligé.
          A moins que ce soit l’expression d’une exquise courtoisie, d’une sensibilité ouverte aux différences culturelles.

      2. https://transparency-france.org/actu/communique-indice-de-la-perception-de-la-corruption-publie-par-transparency-international-il-y-a-urgence-pour-la-france-a-relancer-la-lutte-contre-la-corruption/#.YBUgmuhKi01
        d’une manière générale , il y a une tendance contemporaine des pays occidentaux à rejoindre les pratiques de corruption des pays “autoritaires” .
        ces tendances , conflictuelles bien-sûr, se traduisent par des oscillations politiques entre des gouvernements “populistes” et “pseudo-démocratiques” (notre pays évite le populisme depuis 1986 , grâce à un suffrage “quasi-censitaire” et la promesse d’une élection à la proportionnelle est encore remise aux calendes grecques.)
        la question est ce me semble “comment gouverner une collectivité confrontée aux défis du XXIeme siécles “(écologiques ,économiques ,énergétiques et maintenant sanitaires) , défis qui vont justifier pour une partie “favorisée” de la population mondiale des baisses drastiques de niveau de vie+ restrictions de libertés individuelles.
        l’urgence sanitaire en cours est un excellent TP.

  7. Pour info:

    La vidéo de Navalny à 100 millions de vues.

    En faisant des recherches internet , j’ai découvert et trouvé qu’on peut acheter des vues sur Youtube

    Il existe des sites spécialisés pour ses achats.

    Un exemple :

    https://www.livemint.com/mint-lounge/features/badshah-isn-t-the-only-one-buying-fake-views-11597205963490.html

    72 millions de fausses vues achetées par le rappeur Badash pour faire monter son audience et se faire de la pub.

    L’AFP indique qu’il y a eu 20.000 manifestants pro Navalny le 23/01 place Pouchkine à Moscou pour une population de 13 millions d’habitants.

    Le flop ?
    A suivre

    9
    1. Tu as dit la même chose pour les meetings de Trump ? parce que les rumeurs disent que certains ont été payés pour venir. chacun ses fantasmes. la chose à retenir c’est qu’un type qui s’autoproclame president à vie qui empoisonne et emprisonne ses opposants qui fait pression sur sa population par la peur si tu appelles ça une démocratie on a pas le même sens du mot alors.

      1
      1. @ sydney

        ” si tu appelles ça une démocratie on a pas le même sens du mot alors.”

        Je n’ai jamais prononcé le mot démocratie pour la Russie.

        Il y a deux blocs géopolitiques qui se font face :

        – le monde occidental USA – UE composé de la puissance mondiale dominante en déclin et d’anciennes puissances coloniales
        – le bloc russo-chinois autoritaire ayant subi la deuxième guerre mondiale et la colonisation

        et qui défendent chacun leurs intérêts stratégiques propres.

        1. si tu doutes des vues au moins lis les commentaires sous la vidéo tu verras si ce sont des pro Poutine. Poutine se fait bien incendié de partout et par son propre peuple. Ceux qui pensent qu’il est aimé de son peuple parce qu’il est continuellement élu n’ont vraiment rien compris. Quand Poutine tombera vous constaterez les faits.De toute façon je constate souvent que ceux qui defendent Poutine sont pour la plupart ceux qui ont défendus Trump et qui defendent aussi la politique des Lepen et même plus Marion ces derniers temps parce qu’elle denonce la censure on croit rêver.

          1
        2. “Il y a deux blocs géopolitiques qui se font face :
          – le monde occidental USA – UE composé de la puissance mondiale dominante en déclin et d’anciennes puissances coloniales
          – le bloc russo-chinois autoritaire ayant subi la deuxième guerre mondiale et la colonisation
          et qui défendent chacun leurs intérêts stratégiques propres.”

          Globalement d’accord, même si c’est assez largement simplifié et s’il y a bien sûr d’autres “blocs” ou acteurs importants. Mais voilà : cette opposition ne commande pas tout, elle n’explique pas tout.

          Par exemple, puisque les Gilets jaunes ont dérangé le gouvernement de l’un des pays du bloc atlantique, peut-on en conclure qu’ils étaient forcément téléguidés par Moscou ou Pékin ? Non.

          Et même sans aller jusqu’à cette conclusion, peut-on du moins affirmer qu’ils n’ont aucune importance en propre, que seul compte l’impact qu’ils pourraient éventuellement avoir sur la rivalité entre Atlantiques et Eurasiens, en dehors duquel leur mouvement n’aurait pas le moindre intérêt ? Non plus.

          Même remarque s’agissant des partisans du Brexit… des gens de Hong Kong s’opposant à l’augmentation du contrôle par le PCC… Même remarque s’agissant du mouvement russe anti-corruption.

          Alexei Navalny n’est pas davantage une “créature” de manipulateurs atlantiques que Jacline Mouraud n’est une créature de manipulateurs russes ou chinois.

          Et les Russes ne se réduisent pas à des instruments pour l’un des deux blocs. Ils ont leurs propres intérêts, idées ou exigences sur ce que devrait être le gouvernement de leur pays.

          De même que Français ou Américains ont bien le droit d’avoir leurs propres intérêts, idées ou exigences sur leurs gouvernements, sans se réduire à des instruments pour l’un des blocs.

      2. L’ennui avec le mot démocratie comme avec une kyrielle d’autres mots c’est que sa définition est plurielle selon les époques et les rapports de forces entre ceux qui en revendiquent la pratique. C’est même pour ça qu’il existait dans un autre siècle des démocraties dites populaires et des démocraties dites bourgeoises. La définition de « démocratie » est aussi variée que celle de « tube » et la « démocratie » peut-être aussi creuse qu’un tube sans You.

        2
    2. Bonjour. Ce n’est pas le point de vue des experts de la Russie.
      https://www.buzzsprout.com/1026985/7452337
      Si vous avez le temps écoutez ce podcast de Mark Galeotti qui précise qu’on ne peut pas encore parler de grande victoire de l’équipe Navalny mais de très bon départ.
      Concernant Navalny il a certes un discours parfois nationaliste mais il est aussi un défenseur des droits de l’homme et il lutte courageusement contre la corruption (qui est très forte en Russie).

  8. Je ne partage pas du tout ce point de vue stupidement anti russe que je considère irrationnel. Je sais bien que la géopolitique se base beaucoup sur l’art de mentir, mais quand même il y a des limites. Combien de bases ruses et américaines hors de leur pays? A-t-on déjà comparé les budgets militaires des deux puissances ? Evoquer Navalny et ne rien à dire à propos d’Assange est-ce impartial ? Avec raison on condamne la police russe lors des manifestations mais n’a-t-on rien à dire sur les comportements policiers avec les gilets jaunes ? Pense-t-on vraiment que la Russie incarne la mal absolu et les EEUU le bien universel ? Je peux multiplier les exemples. Je me moque bien de défendre Poutine ou tout autre dirigent mais je connais l’immense tort que le monde occidental a fait au russes de la rue pendant les années 90 à l’époque de Eltsine, pillage des ressources du pays, pauvreté quasi généralisée, diminution de l’espérance de vie, etc, etc… A pleurer.

    16
    1. Vous parlez de point de vue “stupidement anti russe” et “irrationnel”, êtes-vous en train de dire que le mouvement anti-corruption russe est constitué de gens anti russes et irrationnels ?

      Lorsque vous demandez si “la Russie incarne la mal absolu et les EEUU le bien universel”, c’est un superbe exemple de sophisme de l’épouvantail, consistant à formuler un argument facilement réfutable puis à l’attribuer à son opposant. En êtes-vous conscient ?

      Connaissez-vous ma position au sujet de Julien Assange ? Des Gilets jaunes ? De l’intervention russe en Syrie ? Non, vous ne les connaissez pas. Connaissez-vous d’ailleurs la position des Russes anti-corruption ou pro-Navalny sur ces questions ? Non plus.

      S’agissant des années 1990, je rappelle à toutes fins utiles que les gens qui ont fait s’effondrer l’Union soviétique – détruisant les réformes de Gorbachev, lequel visait à réformer et non détruire – les gens qui ont pillé la Russie en lien avec le crime organisé avaient tous un point commun. Ils étaient Russes. Ni Français, Américains ni d’un quelconque autre pays ouest-européen ou nord-américain. Et ces gens ont ravagé leur pays en effet… la surmortalité durant les années 1990 totalise des millions de morts rien qu’en Russie, sans parler des autres pays anciennement soviétiques.

      D’ailleurs, certains d’entre eux sont encore au pouvoir, ayant réussi à évincer leurs concurrents et à former un gouvernement plus efficace que celui d’Eltsine. Amélioration évidente par rapport aux années 1990. Et amélioration qui leur permet de continuer à détourner des richesses immenses.

      Il se trouve que tous les Russes ne s’en contentent pas.

      Et qui êtes-vous pour leur dénier le droit de vouloir mieux pour leur pays ?

      5
      1. Je vois à vos remarques que j’ai visé juste. Mais en effet, je ne suis personne pour dire aux russes ce qu’ils doivent faire, mais j’ai le droit d’avoir une opinion et de contester ce que font nos pays dont je trouve l’arrogance actuelle presque sans limite. Pour le reste de vos affirmations, c’est entrer dans la polémique et ça ne mérite pas de réponse.

        4
      2. “Les gens qui ont pillé la Russie en lien avec le crime organisé avaient tous un point commun. Ils étaient Russes. Ni Français, Américains ni d’un quelconque autre pays ouest-européen ou nord-américain. Et ces gens ont ravagé leur pays en effet… la surmortalité durant les années 1990 totalise des millions de morts rien qu’en Russie, sans parler des autres pays anciennement soviétiques.”

        Tout à fait, et pour aller dans ton sens, encore, leurs femmes quittent à tour de bras leur pays pour trouver meilleur pâturage en Occident en prenant les célibataires de deuxième génération (après 40 ans). Oui le malheur des gens vivants sur ce territoire russe est qu’ils sont entre les mains d’une bande mafieuse. Poutine a tout le tics d’un parrain avec les moyens d’une puissance militaire.

        Sa sortie sur :

        “Un tel jeu sans règles augmente de manière critique les risques d’utilisation unilatérale de la force militaire ” est digne d’une menace d’un narco trafiquant Mexicain, car la règle veut dire “laisser moi tranquille dans mes grosses affaires juteuses bande de tocards”.

        Mais les tyrans ne sont pas éternels, et il finira dans les poubelles de l’Histoire, bien que Poutine à 68 ans puisse encore régner 10 à 15 assez facilement, une éternité pour un démocrate, même si dans ce genre de système la pression interne pousse rapidement vers la sortie… Mais Poutine a totalement anéanti toute velléité de prise de pouvoir en s’entourant de péquenauds et de pinpins à tous les étages et en nommant ses proches partout. Un lieutenant trop brillant finit vite dans un placard doré ou la tête sur le trottoir. De fait le FSD est totalement à la ramasse, seul subsiste certains services avec des moyens puissants mais entièrement aux ordres directe de Vladimir. Pour l’Armée, comme en Egypte, tant qu’elle croque et dispose de moyen, elle suit le chef. Un militaire comme un flic c’est généralement très bête et très profiteur.

      3. Alexis
        C’est imputable aux Russes, mais pas que :
        le Trésor américain et le FMI y ont eu aussi leur part, et c’est l’économiste Stieglitz qui le dit dans La Grande désillusion :

        Résumé : « L’échec de l’opération de sauvetage de la Russie menée par le FMI en 1998 illustre différemment cette propension à l’ingérence du Trésor américain lorsque des intérêts économiques ou politiques sont en jeu. En effet, tout porte à croire que la « scandaleuse privatisation par les prêts » et la corruption massive concomitante ont résulté du souci de maintenir Boris Eltsine au pouvoir, par crainte d’un retour du communisme. En dépit de l’inquiétude générale de l’administration Clinton sur la stratégie du Trésor, celui-ci considérait la politique économique russe comme sa chasse gardée et allait imposer à la Russie une thérapie de choc et une politique de privatisation rapide. Lorsque les problèmes économiques et politiques du gouvernement Eltsine se firent plus pressants, plutôt que de reconnaître et de corriger leurs erreurs, le FMI et le Trésor américain se lancèrent dans une véritable fuite en avant qui rappelle à l’auteur la réaction des dirigeants américains pendant la guerre du Vietnam : « ignorer les faits, nier la réalité, interdire toute discussion et déverser de l’argent frais, toujours plus d’argent frais, par-dessus celui qu’on avait déjà perdu (p. 224) ». Favorisant au mieux les intérêts des riches aux dépens du Russe moyen, cette stratégie fut fortement critiquée par la Banque mondiale, à tel point que le Trésor tenta d’interdire tout contact entre les services internes de la Banque et la presse. L’opacité serait-elle une seconde nature du FMI ? »

        https://www.cairn.info/revue-mouvements-2003-1-page-146.htm

        5
    2. @Carlos (29/1 à 23h31) :
      … ” je connais l’immense tort que le monde occidental a fait au russes de la rue pendant les années 90 à l’époque de Eltsine, pillage des ressources du pays, pauvreté quasi généralisée, diminution de l’espérance de vie, etc, etc … ”
      @Toulet Alexis (30/1 à 9h24) :
      … ” les gens qui ont pillé la Russie en lien avec le crime organisé avaient tous un point commun. Ils étaient Russes. Ni Français, Américains ni d’un quelconque autre pays ouest-européen ou nord-américain ” …

      Bon. Qu’est-ce qu’on fait maintenant…? 😉

  9. Bonjour,

    Je vous donne des explications trouvées sur un site qui ne s’occupe que de géopolitique.

    La Crimée a été annexée par la Russie à cause de la base navale de Sebastopol. Il aurait été impensable que cette base ne tombe aux mains des ennemis de la Russie.

    Jamais les deux états autoproclamés de l’est de l’Ukraine ne seront annexés de la même façon. En effet le règlement de l’OTAN interdit formellement d’intégrer un pays dans lequel il y a un conflit gelé. Le conflit gelé en Ukraine est donc une bénédiction pour la Russie de Poutine qui va tout faire pour le conserver en l’état le plus longtemps possible.

    3
  10. Bonsoir

    Suivant Navalny, « si 10% des 100 millions (qui ont visionné la vidéo sur le palais Poutine) descendent dans la rue, alors nous gagnons« .

    https://www.francetvinfo.fr/monde/russie/alexei-navalny/direct-russie-plus-de-mille-arrestations-en-russie-lors-de-manifestations-en-faveur-d-alexei-navalny_4269225.html

    Le site Francetvinfo n’annonce ,lui, que 10.000 manifestants pro Navalny et 300 arrestations à Moscou le 23/01.
    Ce n’est pas beaucoup.
    La population russe ne semble pas suivre , en plus il faisait froid – 10°
    On verra sur les prochaines manifs

    Pour compléter les informations concernant l’Ukraine et la politique russe sur ce pays:

    2 articles d’une journaliste française, Christelle Néant, vivant au Donbass et prenant parti pour le Donbass et contre le régime ukrainien

    https://www.donbass-insider.com/fr/2021/01/30/margarita-simonian-lors-du-forum-dintegration-donbass-russe-mere-russie-ramene-le-donbass-a-la-maison/

    https://www.donbass-insider.com/fr/2021/01/26/ukrainisation-force-renforce-le-separatisme-et-pourrait-provoquer-eclatement-ukraine/

    Pour rappel ,la Crimée russe avait été rattachée arbitrairement à l’Ukraine en 1954 par Kroutchev , lui même ukrainien.
    La situation avait été acceptée tant que l’URSS existait et jusqu’au Maidan .

    2
  11. Découvert ce commentaire d’un “habituel” Médiapart qui détaille certaines techniques de prédation lors de la chute précédent Poutine , ceci expliquant cela… :
    … ” Vous avez raison de considérer, si je vous ai bien compris, Poutine comme un libéral.
    Il l’est sur le plan économique. Et sur le plan politique il est pour un régime autoritaire.
    Etre un libéral-autoritaire, c’est quelque chose que l’on voit aussi beaucoup en France. Du côté des Républicains, comme du côté LREM.
    Alors, pourquoi cette haine contre Poutine ?
    Pour le comprendre, il faut revenir à la tentative ratée de “Break-up of Russia” sous Eltsine.
    J’étais, professionnellement, aux première loges pour voir l’opération, et la trouver ignoble.
    En un mot, il s’agissait pour les occidentaux de tout privatiser dans l’ancienne URSS en faisant de la sorte de tout récupérer après avoir rendu tous les salariés russes actionnaires.
    Schéma cynique et imparable : on donne aux russes les actions de leurs entreprises tout en bloquant les salaires et en laissant se développer l’inflation monétaire. Résultat : tous les russes sont obligés de vendre leurs actions pour survivre.
    Et qui ramasse les actions dont le prix s’est effondré ? Les intérêts occidentaux et les mafieux russes.

    Je ne vais pas vous poursuivre la démonstration : ce serait trop long. Elle s’appuie sur des informations parfaitement prouvées et les russes n’ont pas oublié.
    Poutine, c’est le KGB qui a récupéré par des moyens mafieux les biens essentiels aux russes qui venaient de passer par un mécanisme cynique et ignoble dans les mains de “l’Occident”avec la complicité de l’ivrogne Eltsine.
    Maintenant, vous pouvez comprendre pourquoi les russes ont accepté le pouvoir de Poutine.
    “.

    Validité?

    6
    1. Généralement pour tuer son chien, on dit qu’il a la rage.

      “Poutine, c’est le KGB qui a récupéré par des moyens mafieux les biens essentiels aux russes qui venaient de passer par un mécanisme cynique et ignoble dans les mains de « l’Occident »avec la complicité de l’ivrogne Eltsine.”

      Merde alors Poutine c’est Robin des Bois pas Vito Corleone ? Toute la suite le démontre ! Là on peut même franchement dire que c’est un télétubbies.

      2
    2. Le surprenant est que ce soit méconnu. La Treuhand a fait la même chose à l’est sans passer par la case filoute d’un actionnariat “populaire”.

      2
    3. Bonjour
      @ Otromeros
      C’est bien détaillé dans le livre de Naomie Klein, La Stratégie du Choc.
      A ma connaissance, personne ne l’a contesté.
      BàV

  12. Bonjour voici deux articles très intéressants qui complètent l’analyse de Mr Toulet.
    Un article du journaliste Leonid Ragozin qui explique que Navalny fait preuve d’un héroïsme et d’une efficacité extraordinaires. Néanmoins la plupart des Russes même s’ils ne font plus confiance à Poutine n’ont toujours pas la motivation suffisante pour le renverser. Leurs craintes de troubles civils et d’un Occident hostile ne sont guère irrationnelles selon lui. La myopie de l’occident vis à vis de la situation en Russie renforce Poutine.
    https://www.aljazeera.com/amp/opinions/2021/1/23/navalny-has-become-putins-main-challenger?__twitter_impression=true
    Dans un autre article du Washington Post, Vladimir Kara-Murza (un autre opposant à Vladimir Poutine) explique qu’Alexei Navalny bien qu’il soit en prison contribue à donner naissance à une nouvelle Russie.
    https://www.washingtonpost.com/opinions/2021/01/29/navalny-new-russia-kara-murza/#click=https://t.co/bMaAYgdDRk
    Aujourd’hui les manifestantations se poursuivent en Russie.

    1
  13. Le gouvernement Elstine, pro occidental, a été la période de la vente , par bradage , de l’économie russe aux nouveaux oligarques.

    Le gouvernement Poutine a vu l’arrêt de cette politique et la reprise en main d’une partie de ces biens par l’Etat Russe.

    L’affaire Ioukos achetée par Mikhaïl Khodorkovski 360$ millions $ en 1995

    Au début des années 2000, Mikhaïl Khodorkovski se rapproche des États-Unis afin de nouer des alliances avec le groupe américain Exxon Mobil.

    En 2003, Exxon Mobil et Chevron Texaco étaient intéressées par le rachat de parts de Ioukos. Cette vente était prévue à hauteur de 20 milliards de dollars .

    Blocage et nationalisation par la Russie.

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Ioukos

    Ioukos est desormais intégré à la sociéte Rossnef, premier groupe pétrolier russe et appartenant à l’Etat Russe

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Rosneft

    Il y a bien eu une volonté de démantèlement de l’économie russe , par l’Occident ,au profit d’oligarques russes avec reprise par la suite par les grands groupes privés occidentaux.

    Cette opération a échoué.

    Monde USA-UE : politique de privatisation totale ( EDF, Autoroutes, barrages hydroélectriques, santé, groupe pharmaceutiques , banques ,industries militaires , autoroutes , …..)

    Monde Russe-Chine : politique de prise en main par l’Etat de secteurs économiques majeurs et prioritaires

    8
    1. 2 types de sociétés:

      – Un Etat fort avec une main mise majoritaire sur les biens économiques

      – un Etat capitalistique avec une main mise majoritaire sur les biens économiques par une minorité avec la concentration de richesse associée et induite .

      7
    2. Le role ambigue et de soutien au capitalisme de la Cour permanente d’arbitrage de la Haye

      Cette Cour prend des décisions d’arbitrage de conflits commerciaux entre le Privé-Capital/les Etats

      Ioukos
      – achat par Khodorkovski :1995 360 miilions$
      – volonté de vente en 2003 aux groupe pétroliers USA : 20 milliards $
      – blocage par le Kremlin et nationalisation
      – plainte auprès de la Cour par Khodorkovski et futurs actionnaires :demande d’indemnité à l’Etat russe de 130 milliards$ avec le complicité des Etats Unis
      – condamnation par la Cour d’arbitrage de l’Etat russe à verser 50 Milliards à Khodorkovski/actionnaires
      – appel de l’état russe
      -…
      L’Etat russe ne paiera jamais.

      Cet exemple montre clairement la volonté de prédation des biens étatiques , par le Capital avec parfois l’aide de certains états et les Etats-Unis en particulier , des biens nationaux , quelque soit les pays.

      Alstom étant un autre exemple avec General Electric

      10
  14. Cher Alexis Toulet,

    Les contre-infos commencent à devenir disponibles. Elles sont sérieuses. Et crédibles par leurs multiplicités, surtout à partir d’Allemagne par un journal bavarois qui semble voler aussi haut que notre Daubé en Haute Savoie, c’est-à-dire incapable de broderie avec les faits.

    Renseignez-vous. Dans quelques jours, nous y verrons sans doute plus clair.
    Selon toute apparence, vous êtes tombé les pieds joints dans une désinformation grossière montée par des amateurs sans talent. Si cela peut vous consoler, vous êtes en bonne compagnie.
    En conclusion, leur truc est facilement démontable et fait un flop.

    Le héros-auteur est une planche pourrie. Je crois, vu le niveau, que les Russes devront attendre encore longtemps un type valable pour dégommer Poutine. La conclusion pour le Russe moyen est que tout ce qui vient d’Occident ou à sa bénédiction est un traître ou un incompétent, dangereux dans tous les cas. La pente sera dure à remonter pour le Monde Libre et c’est triste.

    Attention: je ne dis pas que le KGB et son chef soit tous blancs. Loin de là. Mais ici -sur ce cas précis- des minables (avec quel moyens?) s’attaquent à des médiocres.

    2
  15. Compte tenu d’un récent précédent illustré sur ce blog , il m’est sans doute permis de signaler le sujet de l’émission du jour de Frédéric Taddeï indépendamment du systématique (jusqu’il y a peu)(regrettable) rejet à priori de son support:
    https://francais.rt.com/magazines/interdit-d-interdire/83406-que-se-passe-til-russie

    ((( Assez curieusement , dans sa présentation du sujet , F.Taddeï se sent obligé de “préciser” qu’il a invité de nombreux “anti-Poutine” ..qui ont/auraient tous refusé…!?? )))
    ((( A 15’45 et d’autres , considérations “intéressantes” sur la propriété du fameux château dont question ici ))).

Les commentaires sont fermés.