142 réflexions sur « Police de la pensée, par Chantal Montellier »

  1. Frédérique Vidal a compris (sait) comment fonctionnent les réseaux sociaux accouplés au média mainstream. Il fait du “metoo” à la sauce complotiste. La richesse d’un politicien c’est son bassin d’électeur, la richesse d’un magna de la presse milliardaire c’est de monétiser de l’information en la vidant de son sens. Détourner le flux, ponctionner le flux qui par le passé se disait “cerveau disponible”, l’attention du public/lecteur/auditeur/téléspectateur, vive les jeux du cirque !

    1. Quand elle confond le féminin et le masculin , on en arrive à se demander si la pensée n’a pas effectivement besoin d’une police .

      1. Bah, selon le Figaro « deux tiers des Français approuvent les propos de la ministre de l’Enseignement supérieur », objectif atteint.
        Si j’ai masculinisé cette dame, c’est un peu de sa faute. Mon cerveau ne conçoit pas de tel propos venant d’une femme, je dois être vieux jeu.

Les commentaires sont fermés.