164 réflexions sur « Vidéo – Retard de la France sur les US : 2 ou 7 ans ? »

  1. Il ya aussi la possibilité que Biden soit leur Hollande et Trump n’était que leur Sarkozy… Qui sera leur Macron avec ses Gilet jaunes?… “Le pire n’est jamais certain”

    4
  2. Ce qui différencie peut-être ce côté ci de l’Atlantique et penche en faveur des 7 ans…

    C’est que les choses vont encore trop bien, et qu’il existe toujours chez nous, une foule de personnes qui croient faire partie des gagnants…

    Ils sont encore favorables au marché et à la compétition, parce que le système économique ne s’est pas encore débarrassé d’eux…

    Ils constituent un noyau de classe moyenne bien loin de voter à gauche.

    Ce n’est pas un commentaire de demographe, je n’ai pas de chiffre pour ce que je décris, mais juste l’observation de mon environnement social.

    3
  3. COucou,

    Effectivement, on peut se passer d’essayer l’extreme droite !

    En ce qui concerne les primaires humhum , comment dire
    Disons qu’on va dire que vous etes belge.
    Les primaires en France, c’est une peu comme les référendums. çà ne marche jamais.
    Je peux dire et prévoir qu’il n’y aura aucune primaire, ou alors cela sera la primaire des perdants !

    La gauche a un boulevard avec un candidat unique. sans primaire. un accord avec partage du pouvoir. L’un à la presidence, l’autre 1er ministre.

    Bonne journee

    STéphane

    1
    1. Exactement, à ceci prêt qu’un accord n’est pas suffisant, il faut une cohabitation pour contraindre un président élu (je comptais la dessus quand j’ai voté Macron au second tour quand bien même ce fut avec LR).

    2. Il ne s’agit pas de se partager le pouvoir , il s’agit de répondre aux besoins d’un pays dans sa diversité et dans un contexte international géopolitique et économique en effervescence et mutation historique , au sens de l’histoire humaine .

      On a besoin de femmes et d’hommes de bonne volonté , dont le leadership reposera plutôt sur leur aptitude à organiser l’écoute , les prises de décision les plus politiquement et socialement partagées que possibles , aussi bien au national qu’à l’européen ou au mondial . On n’a pas besoin de solutions toutes faites , même si on a des préférences .

      On a besoin d’un pouvoir délégué apte à recevoir les empathies , les créativités , les structurés logiques , les ambitieux de faire . Les candidats à ça doivent d’abord monter qu’ils ont compris le monde et que le peuple le comprend à peu près comme eux .

      Il y a un étendard pour ça :

      Liberté , Egalité , Fraternité étendue au vivant !
      Les trois indissociables au risque que le tout s’écroule , et la fraternité ( l’amabilité ) pour doser la flamme quand liberté et égalité se tournent le dos .

      4
      1. @ Juanessy : votre commentaire est un plaidoyer en faveur de Macron, celui de 2017, celui qui dit “Je vous ai compris” et qui fera ensuite ce qu’il sortira de son chapeau (il avait longtemps caché son “programme”). Il est aussi un plaidoyer pour un “gouvernement au centre” car il s’agit de prôner l’unité, le gouvernement d’unité nationale, quand on sent bien que les partis n’ont plus de projet mais seulement une attitude défensive de garder leur part de pouvoir et la “combinazione” et que l’opinion est atomisée en mosaïque dont aucune majorité ne peut être élaborée.
        Et votre étendard ne fait pas un projet porteur. Le dernier livre de P-J et V-B-G est plus proche d’un tel projet, dont vous rappelez souvent la chouette présentation en “graphisme simplifié” (le lien devrait être affiché en “voyez aussi” en tête de ma “lecture” du livre dans le bandeau du site, ou même remplacer mon discours qui date un peu…)

        1. 1- j’ai voté Hamon .
          2- vous interprétez comme vous voulez mais ne me donnez pas des intentions qui ne sont pas les miennes .
          3- Si Liberté , égalité , fraternité ne vous dit rien d’autre que ce que vous laissez entendre , nous n’avons pas la même définition des mots et de la vertu républicaine .
          4- si vous confondez gouverner pour tout un peuple avec gouverner “au centre “, nous n’avons pas la même définition de peuple , ni même la même définition de gouverner .
          5-C’est le type d’actions qui “nous” paraitront porteuses d’avenir , désirables et jouables dans le contexte des enjeux mondiaux , qui fera la couleur du “bon type” de gouvernement , pour que “le peuple” survive et vive .

  4. Combien de fois le mot personne dans votre intervention et combien de fois le mot programme… il est là tout le problème du système français. Pour ce qui est des primaires c’est bien joli mais qui vas aller y voter, ouvertes a tous l’activité de l’électorat de l’extrême droite et la passivité de celui de gauche c’est la porte ouverte a ce qu’elles soient torpillées d’autant plus qu’avec le précédent de trahison systématique des participants qui en veut encore… Il y a une chose que peut être vous n’avez pas encore tout à fait saisi (quoique j’en doute…) en France on aime détester notre roi… alors une personne aimable … 😉

    Je ne saurais que conseiller le film Adult in the room pour donner une idée de l’amabilité à laquelle on pourra s’attendre si on veut vraiment mettre en place un programme de gauche…

    A mon avis la meilleure solution c’est de se ranger derrière l’innomable tribun qui erructe (la façon que vous avez de ne pas le nommer est un peu puérile à mon goût) car comme on dit ici “il tient la poêle par le manche” et s’arranger pour le mettre en cohabitation avec un groupe de gauche modérée solide aux législatives car là est son point faible. Au lieu de nous chercher un président, si aimable fut il, c’est une majorité et un Premier Ministre qu’il faut trouver, la cinquième république est conçue pour ça. S’il y a une campagne à faire à gauche dès maintenant c’est une campagne de législatives, les régionales en sont une répétition et je crains que la Gauche unifiée ne soit en train de complètement passer à côté.

    14
    1. Ce qui est certain , c’est que si on n’est pas foutu de faire cause commune pour les européennes ( et donc sur la place et la vocation de l’Europe ) , il vaut mieux ne pas prétendre faire cause commune pour une présidentielle .

      3
      1. Surtout si on n’y arrive même pas pour des régionales , des législatives ou des municipales.

          1. Venez voir ce qui se passe en Ile de France ( 12 millions d’habitants ) ou en AURA ( 6 millions d’habitants ) !

      2. Vous abondez dans le sens de Mélenchon qui dit que les différences programmatiques sont ce qui bloque. La position pro UE de la gauche modérée est parfaitement sectaire, il n’y a pas de point de conciliation possible s’il n’est pas envisagé ne serait-ce que de déroger aux traités, l’exemple Hollande a été assez édifiant, dans le cadre des traités il est impossible de faire une vrai politique de gauche. Tant que déroger aux traité sera considéré (et agité comme un épouvantail) comme une sortie de l’UE par la gauche européiste il n’y aura hélas pas de conciliation possible. Quelque part si vous considérez les choses ainsi (déroger=frexit) c’est parce que vous tablez sur l’intransigeance de la commission (cf exemple Grec), or celle-ci étant selon vous acquise que restera t il de vos belles paroles au moment de faire une politique de gauche? Ce qui est sur c’est que si on se range derrière vous et que vous nous faites une Hollande bis il n’y aura pas de Macron ce coup là et on aura droit direct à l’extrême droite et possiblement une plus dure que Lepen qui est en train d’émerger et qui ne demande qu’à avoir 5 ans de plus de “flambisme” pour se préparer…

        6
        1. Une différence programmatique ?!!

          Un traité ça se fait , se refait , s’amende à plusieurs , pas tout seul . Et il faut non seulement convaincre les autres ( si possible en étant largement élu dans son propre pays avec ce mandat ) , mais aussi avec l’assentiment et le désir des peuples concernés et de leurs représentants de tous ordres .Travailler à ça est plus utile mais moins télégénique que les programme ou forte parole .
          Jouer perso est la meilleure façon de se ridiculiser , et de se mettre en situation de perdre toute voix au chapitre .
          Mon premier chat aussi se gonflait la queue pour se faire plus gros , jusqu’au jour où le malinois du voisin l’a zigouillé .

          3
          1. Non mais vous avez vu les doberman en face ? vous allez envoyer un type aimable face à un Schauble ? ça vous a pas suffit une fois? On a pas déjà été assez ridicule à votre goût? Pour pouvoir commencer à négocier avec ces gens là il faut qu’ils soient absolument convaincu que vous allez appuyer sur le bouton et pour cela il faut être prêt à le faire. La France qui déroge et c’est eux qui viendront proposer un nouveau traité et vous savez pourquoi, pas parce qu’ils peuvent pas se passer de nous mais parce qu’ils se boufferont tellement le nez entre eux en ayant peur que le voisin ne tire mieux les marrons du feu qu’ils viendront proposer quelque chose. Dès le lendemain vous avez les italiens et les espagnols qui viendraient négocier en catimini dans le dos de l’UE tellement ils peuvent pas se permettre de perdre le client qu’est la France sur que même les allemands s’y abaisseraient dans le plus grand secret. Sans parler du précédent : tiens les français subventionnent tel secteur moi aussi et en deux temps trois mouvement fini les accords de concurrence non faussée chacun aidant ses secteurs stratégique et en prime de vrais accords commerciaux et de coopération sur la table au lieu d’un semblant de libre échange ou les dés sont pipés. C’est ça qu’était l’europe dans ses heures de gloires, revenir a avant l’aventure Maastrichienne et recommencer à construire sur des bases saines est la seule chose à faire sinon ce sera l’extrême droite qui fera exploser l’UE.

            9
            1. Si Dobermann il y a , c’est que l’Allemagne peut se le permettre , et ce qui va s’y passer dans les mois ou année à venir a effectivement de l’importance , et ça ne s’annonce pas forcément négatif . Mais aucun pays d’Europe pris séparément n’a les moyens de mener l’Allemagne là où elle ne voudrait pas aller , et aucun pays européen , même la France ne peut se porter bien d’une sortie de ce qui se révèle , même pour le RN , comme un sérieux parapluie et espoir . Les évolutions en terme de solidarité de ces derniers 18 mois montrent d’ailleurs que bouger positivement est possible .

              D’autant qu’à mon sens , l’Allemagne se trouve confrontée de fait à la fin du modèle qui l’a faite forte depuis 40 à 50 ans : exportation de produits à haute valeur ajoutée essentiellement portée par par les réserves et disponibilités en capital financier et humain ( dont beaucoup vers …la Chine ) . Mais la Chine n’est plus le pays du capital travail qui en a fait “l’atelier du monde” pour tous les produits se contentant d’une main d’œuvre peu qualifiée , nombreuse et mal payée . La “répartition internationale du travail” entre Chine et Allemagne n’est plus de mise . L’évolution des balances Import/ export de ce dernier demi siècle , tant de la nature des produits que des masses financières en jeu , est significative .

              L’Allemagne , première puissance économique européenne et assez nettement , est condamnée à réinventer dans les cinq ans qui viennent son modèle économique , et celui de ses échanges tant intra-européens qu’avec ( et principalement) le reste du monde .C’est là que réside l’opportunité d’une nouvelle donne économique , sociale , environnementale pour une nouvelle Europe . Pas dans les envolées nationalistes ou pseudo-souverainistes .

              Et il est clair qu’il ne peut y avoir une Europe originale entre USA et Chine , qu’avec et grâce à l’Allemagne .
              A moins que Biden n’annexe la France s’il se montre assez socialiste !

              2
              1. L’Allemagne peut se le permettre !!! Il fallait oser, un pays vieux qui a entièrement financé sa réunification en dérogeant aux traités et en précarisant sa masse salariale. Et qui par dessus le marché ne doit sa suprématie exportatrice qu’au transfert de sa réévaluation monétaire sur l’endettement des pays du sud via l’euro. Non l’Allemagne ne peut pas se le permettre, on le le lui a permis.

                5
                1. 1- c’est faux ou en tous cas largement secondaire .
                  2- quand bien même ce serait totalement vrai , vous croyez qu’on leur a permis parce “qu’on” a rien vu ou parce “qu’on ” était complice ?
                  3 – Vous êtes sur qu’on peut vous prendre au sérieux et vous confier le pouvoir avec de pareilles appréciations du réel ?

                  1. C’est faux ? L’Allemagne de Schroder n’a pas dérogé aux critères de Maastricht pour faire 1 mark de l’est = 1 euro peut être? Et qui plus est elle n’a jamais payé les amendes qui auraient du en découler. A l’époque c’est les pays du sud qui cochaient toutes les cases croissance déficit endettement etc. Et les Allemand de se mettre à leur vendre des BM en profitant bien de que du fait de l’euro les prix pour l’espagnol ne montaient pas à chaque BM vendue rendant la suivante un peu plus difficile à vendre comme ça aurait du être le cas par effet de change monétaire.
                    On a bien entendu été complice ça ne fait aucun doute la Chiraquie en a bien profité pour s’acheter la paix sociale

                    “dans la nuit du 24 au 25 novembre 2003, le conseil Ecofin décide la non-application du Pacte de croissance et de stabilité. La BCE porte plainte devant la Cour européenne de justice pour non-respect des traités. Rendu des années plus tard, le jugement ménagera la chèvre et le chou. Mais le mal est fait. Si les deux plus grands pays de la zone euro ne respectent plus le pacte…”

                    https://www.lepoint.fr/economie/l-incroyable-roman-de-l-euro-17-02-2011-1301977_28.php

                    Je vous laisse à je ne sais quelles appréciations sérieuses du réel le jour vas bientôt se lever et il y aura peut être un lou ou une dorade affamé qui trainent non loin de la jetée et j’ai demi heure de route…

                    4
                2. Excellente analyse de la mise en place de Artz IV, le minium social allemand de Gerhard Schröder SPD, la pire régression sociale depuis la fin de la guerre, avec la complicité des syndicats mous comme Verdi ou IG Metall !
                  En cette période d’élection générale allemande où la droite de la CDU/CSU réclame le retour à l’équilibre budgétaire ( die schwarze Null) c’est-à-dire à l’austérité, la France serait bien inspirée de se coaliser avec l’Italie et l’Espagne pour compenser le poids économique de l’Allemagne dans les négociations. Car, comme l’économie allemande repart aujourd’hui grâce aux plans de relances de ces gros clients Chine et USA, elle risque fort d’être sourde aux nécessaires plans de relance et de soutien européens.

                  3
                  1. Le modèle économique allemand de fond n’est pas né en 2000 , il est né dès la décennie de sortie de la première guerre mondiale .

                    Par contre vous avez raison de dire que dans ce cadre , les choix de l’Allemagne se feront sous contrainte de ce qu’elle peut et veut échanger économiquement avec la Chine , les USA …. et le marché européen .
                    L’évolution de la relation Berlin / Washington pèsera lourd dans cette redistribution .

                  2. Quant à la coalition avec l’Espagne et l’Italie , DUP ne souhaite pas se fier à des traitres petits bras et l’Espagne c’est juste bon à cultiver la vigne et pêcher la dorade .

          2. PS : votre chat n’avait pas la bombe atomique et la seule armée de taille à au moins un peu défendre la totalité du jardin… Si la Grèce était sortie elle se retrouvait en tête à tête avec Poutine ou Erdogan, si la France sort c’est l’Allemagne qui reste en tête à tête avec Poutine… ça fait une petite différence…

            3
            1. C’est avec ça que vous voulez museler le Dobermann !?!!!!!!!!!!!!!!

              Biden a déjà promis du gaz de schistes américain à Merkel , si elle renonce au gaz russe .

              1. @ Juanessy

                Du gaz de schiste ?

                Voilà qui ne va pas faire plaisir à M.Jadot.
                (Pas uniquement lui).

                    1. J’avais pas mieux sous la main .

                      Mais j’aurais pu dire la même chose de toute la panoplie de notre matériel politique ancien et actuel .

                      PS 1 : pour la traitrise , c’est bien vous qui avez mis en doute l’attitude des espagnols et des italiens qui négocient ” en catimini ” .? Mais c’est vrai que vous attribuez cette lâcheté même à certains allemands .

                      On a beaucoup besoin de catimini dans votre tentative de museler un doberman ….

                      PS2 : je ne doutais pas des aptitudes industrielles des espagnols , je me contentais d’en résumer les caractéristiques que vous nous en aviez révélé jusqu’à maintenant ( vignes et dorades ). De Granada , je n’avais rapporté qu’un CD de chants et musiques andalouses produit et vendu ( 10 euros ) par un groupe chorale d’étudiants de la ville ( soirée mémorable ) .

                    2. C’est pas vraiment encore au stade industriel mais de la R&D de l’ImasD comme on dit ici. En 25 ans j’ai toujours pas vu l’Alhambra dont je dois être à 100 bornes à vol d’oiseau 🙁 c’est la croix et la bannière pour visiter sans un groupe de touristes les entrées par groupe étant monopolisées par les tour-opérator… Vous croyez vraiment que même à ce jour il ne se fait pas de négociations en catimini? Allons!… Pour parler de traitrise il faut considérer que les pays ont un devoir d’allégeance absolue à l’UE, vos mots traduisent-ils bien votre pensée ? Personnellement j’ai quelques réticences à considérer la France ou tout autre pays Européen comme un vassal…

                    3. On est vassal aussi longtemps qu’on est plus faible et dans la dépendance économique des autres pays dans le monde . La France est plutôt moins vassal qu’elle ne le serait sans l’Europe ( et sans l’Allemagne) . Il n’y a pas de sentiments pour ceux qui ont plus de dettes que de richesses maitrisées .

                      Ce n’est pas en s’aliénant un Dobermann coopératif qu’on échappe à un dragon ou un aigle . C’est par la créativité dans le partage national des charges , et la créativité dans la recherche de produits de tous ordres . On y aura d’autant plus intérêt en France que notre modèle économique est fragilisé par la Covid 19 : le domaine aéronautique , le domaine agricole , le domaine touristique , le domaine de l’automobile … qui sont parmi ceux où nous avons des atouts mondiaux , figurent parmi les domaines qui seront ( qui sont déjà ) parmi les plus impactés de façon structurale et et sociétale par la pandémie ou le réchauffement climatique , sur le présent et l’avenir .

                      C’est à ça qu’il faut travailler et l’enjeu qui est pour nous national se développe dans un contexte mondial où tous les couteaux sont sortis . La France aura bien besoin de l’Europe pour développer ces issues où elle a une chance , grâce la qualité de sa formation globale , sa créativité remarquable quand celle ci est managée au bon niveau( c’est pas pour rien que les étrangers investissent beaucoup chez nous ) . Mais développer ces nouvelles filières efficacement et équitablement nécessite que des accords internationaux ( au moins intra européens ) nous épargnent les concurrences et les déperditions d’énergie , dans le cadre d’un à toi à moi , donnant donnant , gagnant gagnant .

                      Le catamini ne paie jamais , sauf si on a fait avant ce qu’il fallait pour être réellement fort .

                      D’une certaine façon , cette situation de faiblesse de la France devant les pays nord européens , est aussi la position de l’Europe vis à vis de la Chine , et c’est un peu dans ce contexte que l’Europe aura à se positionner dans la décennie qui vient :
                      1- se sentir suffisamment unie et forte pour instituer un nouveau modèle social , fiscal , économique… innovant et donner l’exemple d’un modèle ayant concilier le libre échange , le protectionnisme européen ( cf mon allusion récente à Friedrich LIST ) , les reconquêtes environnementales , une monnaie innovante , les nouvelles technologies ….
                      2- se vendre dans le désordre à la Chine ou aux USA ( là est le vrai risque de vassalisation des pays européens )
                      3- défendre un nouveau projet du type 1 en partenariat avec les USA reconvertis au socialisme ( cf dossier OTAN).
                      4- autres

                      Rien n’est gagné d’avance pour le scenario de ma préférence (1) , entre nationalismes , surenchères électorales partisanes , et le scenario (3 ) risque d’être un bon refuge à moyen terme pour les candidats au suicide de l’Europe .

                      D’autant que dans le shaker , il faut prendre au sérieux le jeu des “multi ( a) nationales ” , les inévitables troubles migratoires et les virus en pagaille …;

                      Alors le catimini…..

                      1
                    4. Pas du tout être vassal est seulement question de faire acte d’allégeance, c’est une attitude, pas du tout un état d’ impuissance. On peut être vaincu, écrasé, contraint, sans pour autant être vassal, j’espère que les sentences contre Pétain ou Laval sont assez claires sur le sujet…
                      Ensuite, vous vous contredisez, vous nous dites tout ce qui fait la force de la France pour conclure qu’elle est faible face aux pays du Nord de l’Europe. Elle n’est faible qu parce qu’elle a fait allégeance aux règles d’un jeu truqué, vous pouvez toujours rêver de changer les règles mais ça ne se fera pas sans arrêter la partie et la reprendre au coup d’avant le précédent changement de règles c’est à dire Maastricht.
                      Quand aux USA socialistes c’est leur réaction en temps de crise aigue, or on sait quelle est la notre hélas… Todd vous a devancé en disant qu’il n’y a que les USA qui puissent nous aider à sortir de l’Euro, espérons surtout qu’il ne faudra pas une fois de plus qu’ils viennent nous aider à nous sortir du fascisme pour avoir persisté dans une voie Européenne sans issue…
                      On s’est planté en 95 et ça va mal finir, le reconnaitre n’est pas être anti-européen, bien au contraire. Si il ya quelqu’un que ça emmerderait le retour aux devises nationales et aux frontières c’est bien moi je vous signale, mais je préfère ça que le fascisme vers lequel ce système foireux nous emmène tout droit en réaction à la ploutocratie mafieuse qui s’est mise en place depuis Maastricht.
                      Le catimini comme vous dites ça pourrait ressembler à une mue pour avoir une Europe réorganisée et prête à repartir de l’avant sur de nouvelles bases quand la vieille peau desséchée et corrompue de l’UE tombera en lambeaux… On pourra alors recommencer le processus en commençant par l’Europe sociale et Fiscale car maintenant on sait que l’Europe économico-financière n’est pas viable sans ces préalables. Quand à l’Europe culturelle elle continuera son chemin au même rythme que notre misérable “anglais” continental s’enrichira… Vous n’unirez jamais des peuples autrement que par la langue, ni la monnaie ni aucun dogmes n’ont ce pouvoir.

                    5. Le jeu international ne connait que les rapports de forces réelles qui se jouent principalement ( mais pas que , heureusement pour nous ) par la puissance économique et la qualité de ses travailleurs et chercheurs . Poutine peut vous donnez des cours brutaux , Pékin et Washington des cours plus subtils mais plus puissants .

                      La France reste forte , au bénéfice de l’héritage de près d’un siècle sur la seconde part , c’est son défi pour la décennie que de valoriser cet atout par de la créativité productive en évitant de se la laisser confisquer par les intérêts des multinationales apatrides . Elle n’a plus la puissance économique que son pactole colonial lui avait permis de constituer ( comme la GB ).
                      L’Allemagne possède les deux aspects , mais le premier est mécaniquement menacé par la mondialisation et l’émancipation de nouveaux espaces géopolitiques et économiques . Elle est et sera conduite à imaginer de nouveaux schémas .

                      Le challenge est de faire de deux grands pays aux qualités et atouts différents , tous les deux en difficulté avec le reste de l’Europe , des coopérants dans le contexte a minima du marché européen , pour trouver des réponses à hauteur de 450 millions d’âmes aux enjeux planétaires souvent évoqués ici .

                      Pas gagné d’avance dans un contexte nationaliste qui fait l’entrée du fascisme , en confondant protectionnisme à tous crins avec sécurité de l’entre-soi , et en ignorant les rapports de forces réels dans le monde actuel .
                      La Chine a mis plus de 60 ans pour échapper à la malédiction de l’économie fondée sur la seule abondance de main d’œuvre . Il n’est pas sans intérêt que nous prenions quelques années ( pas trop ) pour inventer le modèle territorial et socio-économique “soutenable” . Il y a même déjà des bouquins qui donnent des pistes à travailler .

                      Mais c’est plus pénible et moins glorieux que les fortes affirmations de liberté , qui sont à la Liberté ce que l’amour propre est à l’amour .

                      Ça n’est que mon avis et il n’engage que moi , mais c’est moi , citoyen de France tentant de réfléchir et respectueux des choix finaux exprimés par le vote ( qui est mon seul maître en collectivité )

    2. “Au lieu de nous chercher un président, si aimable fut il, c’est une majorité et un Premier Ministre qu’il faut trouver, la cinquième république est conçue pour ça”

      L’espace d’un instant, j’ai eu la vision d’une certaine femme qui serait devenue la première présidente de la République française, et qui par ailleurs se retrouverait forcée de cohabiter avec une majorité parlementaire de gauche 🙂 … Bon, idée amusante, mais probabilité extrêmement faible.

      Il faudrait que je retrouve les chiffres, mais de mémoire les scores aux législatives de LaREM étaient assez nettement supérieurs au score du candidat Macron au premier tour. Ce qui revient à dire que suffisamment de Français étaient prêts à voter pour donner au président fraîchement élu une majorité qui lui permette de gouverner… alors même qu’ils n’avaient pas voté pour lui. Mais plutôt avec un raisonnement du genre “Bon maintenant qu’il est là, il faut lui laisser sa chance quand même”.

      Tel est le nouvel équilibre de la Vème république avec un parlement diminué d’une bonne partie de ses responsabilités de vote des lois – puisqu’une partie importante en est déjà décidée à Bruxelles et il ne reste au palais Bourbon qu’à approuver, et plus vite que ça s’il vous plait – et un président d’autant plus en majesté que le parlement est diminué, qui plus est élu quelques semaines avant le parlement.

      La transformation de la CEE en UE, et l’extension indéfinie du domaine où c’est la législation européenne qui s’impose aux législations nationales, ont produit un surcroît de puissance relative pour le président, rendant encore plus présidentielle une Vème république qui l’était déjà bien assez.

      A mon sens, quel que soit l’élu de mai 2022, il ou elle recevra une majorité au Parlement. Si c’était Le Pen, suffisamment d’électeurs de droite devraient se dire “Bon j’avais quelques doutes, mais puisqu’elle y est eh bien on y va”. Si c’était quelqu’un d’autre, de même.

      1. @Toulet Alexis
        Pas convaincu par l’inéluctabilité d’une élection législative confortant l’élection d’un président.
        Ni Mme Lepen ni Mr Mélenchon ne disposent au niveau local de suffisamment d’hommes et de femmes capables d’emporter l’adhésion d’une majorité.
        Par exemple, lors des précédentes élections, dans ma circonscription M. Lepen a obtenu largement la majorité aux présidentielles mais au législatives, c’est le candidat du P.S. qui l’a emporté.

        2
        1. Vous oubliez tous les deux un petit détail : L’abstention majoritaire aux législatives. Les médias ont simplement “oublié” de nous dire que les électeurs avaient fait la grève du vote suite au fait qu’on leur a tordu le bras au second tour… Réécoutez le discours de Macron au soir du second tour et essayez d’y trouver un quelconque message aux castors qui viennent de l’élire, il a parfaitement su les dégouter de manière à ce qu’ils n’aillent pas voter aux législatives, déjà qu’ils s’étaient forcé à y aller au second tour. Vous croyez qu’il y a autant de couac depuis 5 ans par hasard? Macron cherche à tout prix à dégouter les gens d’aller voter, il n’a même pas besoin d’agir il sait parfaitement que les amateurs qu’il a installé vont se discréditer tout seul qui avec ses homards qui avec sa quequette qui avec ses diners covid et on dirais bien que ça marche…

          2
          1. (En général je penche assez bien du côté de Dup ; je regrette qu’il prenne rapidement un posture ‘énervée’, qui amoindrit l’élévation du débat…).
            Il me semble que si la législative a été positionnée juste après la présidentielle et pour cinq ans, c’est bien pour éviter toute cohabitation. Et elle a effectivement pour effet de décourager d’aller voter ceux qui viennent de voir leur champion être battu. La frustration fut spécialement forte en 2017 : Mélenchon et Fillon n’étaient pas loin… Donc c’est un effet général et recherché, et Macron ne cherche pas à “préparer” l’abstention : il a besoin de votants à la présidentielle !
            Et pour remonter dans le débat sans s’insérer dans un dialogue de sourds :
            Il mem semble que le populisme (“patriote-populiste”) monte en divers coins d’Europe et qu’il n’y aura aucune possibilité de voir une volonté de “gouverner au centre avec un projet porteur” qui fasse unité, gouvernement d’unité européenne”, justement parce que les forces des dominants (dont Schlaube et Macron sont porte-parole) faussent le jeu, mènent un projet libéral dans un emballage consensuel. Le délitement est probable, faut d’alternative, et il ne faut pas nous cliver par avance en réclamant soit de quitter l’Europe, soit de s’y accrocher. Se trouver des alliés (dans l’Europe du Sud notamment, a plus de sens).
            Et que la question de “une primaire ou pas de primaire” doit être discutée. Paul donne un avantage de principe (se présenter devant le peuple) mais de nombreux biais (abstention, vote des opposants, etc.) et une question de culture politique (on aime qu’un chef s’impose par les circonstances plus que par le vote, et puis on le guillotine) sont à considérer également.

            1. En quoi une posture énervée amoindrit elle l’élévation du débat ? La hauteur d’un débat c’est la justesse des arguments avancés et pas la manière dont il le sont, si vous donnez raison au type qui chuchote que la terre est plate parce que celui qui dit qu’elle est ronde parle trop fort vous risquez d’avoir des surprises…
              Ceci étant dit je n’ai pas le moins du monde l’impression d’avoir eu une posture énervée sur ce fil sauf peut être à répondre aux piques de Juanmessy faites précisément pour ça 🙂

              2
            2. Sur le fond; ceux qui votent encore Macron à ce jour (et même depuis les gilets jaunes en fait) le feront contre vents et marée son électorat n’évoluera plus donc il a tout intérêt à dégouter tous les autres électeurs. La question des primaires ne se doit pas d’être posée en ce qu’elle est déjà résolue : il y aura des primaires à EELV et au PS, et si vous vous référez à des “secondaires” Mélenchon n’ira pas et je doute fort que le PC dans le cas ou il se se refuse à s’aligner derrière Mélenchon y aille (simple question de logique).

  5. La question est de savoir qui les “grands” médias vont-ils choisir comme cheval ?
    Nous connaissons bien le poids des médias (et du groupe expérience de Asch) sur les décisions individuelles. Les “grands” médias seront-ils encore majoritaires dans l’orientation des cerveaux ou les réseaux sociaux vont-ils sortir du chapeau et doubler les “grands” médias sur la ligne ?
    Mais attention, si les réseaux sociaux prennent le dessus, ils ont une facheuse tendance à exacerber les opinions (profilage algorythmique oblige) et à polariser les élections ! https://www.lemonde.fr/pixels/article/2018/04/24/comment-les-reseaux-sociaux-accentuent-l-enfermement-dans-ses-idees_5289874_4408996.html
    Bonne chance, Paul !

  6. Sans blague, plus à gauche que Sanders, décidement vous ne l’aurez jamais soutenu celui ci.

    Jamais un mot plus haut que l’autre, toujours calme et posé, surtout quand il était en fauteuil roulant, Augusto Pinochet était à la ville un homme aux manières irréprochables…

    Le pied noir sanguin aurait encore ma préférence face à un Jadot un Valls ou un Glucksman (lol).

    Ruffin par contre ce serait chouette , mais malheureusement c’est gros comme un cargo, nous aurons Edouard Philippe en 2022. J’ai parié là dessus il y a bien deux mois déjà et ça à l’air de plutôt se confirmer, il semblerait donc qu’à l’inverse de celles d’Enthoven ou Finkielkraut, mes idées sont courtes mais justes.

    5
    1. Edouard Philippe ?
      Le type qui a organisé l’incurie en France pendant le Covid -19 ?
      Monsieur 50 000 morts ?

      Oui, effectivement une certaine presse va faire monter M. Philippe et ils feront artificiellement monter face à lui, Madame Hidalgo qui a voté toutes les lois liberticides de M.Darmanin. Bref! Le blog bourgeois pour remplacer Macron si celui-ci continue à s’effondrer.

      Une autre presse multimilliardaire – tel le magnant Bolloré – a déjà choisi !…. pour eux, c’est M.Le Pen !

      Et nous ?
      Nous – l’écrasante majorité – qui ne sommes pas intéressés par le Caviar à 450 € dans des restaurants clandestins ni par la dictature financiaro-policière de M.Darmanin & Le Pen ?

      Que sommes-nous capables de créer politiquement ?
      Que sommes-nous capables de faire pour contrer le ” bloc Bourgeois” tenté par la fusion avec l’Extrême-droite ?
      Penser ? S’organiser ? Agir ?
      Il serait temps !

      8
  7. Bonjour,

    Je propose en France, comme aux USA, Nerva comme empereur et Trajan comme maître de cavalerie.

    Le règne d’Antonin ne surviendra que 40 ans après, malheureusement (précision: sous le règne d’Antonin le pieux, on s’ennuie ferme dans l’empire, tout va bien…)

    Présenter Emmanuel Macron (le tueur de Tibère!…) comme possible candidat de gauche, c’est faire injure aux électeurs de gauche.

    Quant au tribun qui éructe, c’est vrai, il n’a pas le profil d’Octavien, mais plutôt de Marius! Est-ce un mal? On le dirait bien… Dommage de repousser par principe quelqu’un ayant fait quasi 20% des suffrages en 2017. Pourquoi ne pourrait-il pas y avoir dynamique derrière lui, de la part en particulier des électeurs PS fourvoyés il y a quatre ans? Mélenchon est justement au carrefour entre la multitude de groupuscules gauchistes et le bourgeois PS!

    Petite remarque incidente: Marine Le Pen a soigné son image, elle fait maintenant dans les medias montre de calme et de politesse. Est-on bête à ce point de rentrer dans ce petit jeu-là?

    5
    1. Pourquoi ! Mais parceque Mélenchon leur tord le bras tout simplement, c’est parfaitement compréhensible que ça ne leur plaise pas. Ce qu’ils n’admettront jamais c’est que la farce a été suffisamment ridicule en 2017 pour que Mélenchon soit en position de le faire aujourd’hui. La primaire de 2017 lui a donné raison sur toute la ligne. Le PS a créé deux monstres : Mélenchon et Macron et maintenant il leur faut choisir…

      https://www.youtube.com/watch?v=fDBeqkBTcHs

      Il ne vous laissera rien Mr Jorion 🙂 maintenant il vous prend aussi vos titres, sur qu’il vous a lu 😉

      3
      1. @dup
        “Le PS a créé deux monstres : Mélenchon et Macron et maintenant il leur faut choisir”
        C’est là que l’on peut apprécier toute l’habileté, l’art et le savoir faire des François Mitterand et Hollande !
        qui semble manquer à ce jour à des Ségolène Royal ou Arnaud Montebourg voire Jean-pierre Chevènement ou Michel Rocard, qui portant avaient su attirer Florian Philipot ou Edouard Philippe.

        1. PS:
          Désolé, je dois être dur de la feuille, mais…
          … Pourquoi Mélenchon est-il un monstre?
          Pour Macron, c’est assez évident, mais pour l’autre, là, je ne vois pas… Quel est donc mon biais cognitif, comme on dit?

          3
            1. @ Otromeros

              Bien vu ! Ce qui est drôle aussi, au delà des photos, c’est ce qui est écrit : ” Ça se bouscule à droite, cacophonie à gauche ”
              Trop drôle !
              Quand on voit le nombre de prétendants et de prétendantes à Droite/Extrême droite, on se demande bien pourquoi la petite main complice du journal d’enfumage n’a pas écrit : ” CACOPHONIE A DROITE ! ”

              Je résume :

              Prétendant-e-s à Droite / Présidentielle 2022 :

              – Valérie Pécresse (L.R)
              – Xavier Bertrand ( L.R)
              – Michel Barnier (L.R)
              – Emmanuel Macron ( LREM)
              – Christian Jacob ( LR)
              – Laurent Wauquiez (LR)
              – Edouard Philippe (LREM)

              Extrême droite :

              – Marine Le Pen ( R.N )
              – Eric Zemmour (R.N)
              – Général Pierre de Villiers ( Post-Boulangiste )

              Pour rappel à Gauche :

              – Jean-Luc Mélenchon (FI)
              – Yannick Jadot (EELV)
              – Sandrine Rousseau (EELV)
              – Eric Piole ( EELV)
              – Fabien Roussel ( PC)
              – Anasse Kazib ( NPA)
              – Anne Hidalgo ( PS )
              – Nathalie Arthaud (L.O)

              1. @Hervé
                sans oublier
                Bruno Retailleau, Philipe Juvin, Gérard Larcher, François Asselineau, Nicolas Dupont-Aignan, Arnaud Montebourg
                et n’oublions pas qu’Alain Duhamel dans son livre avait oublié Ségolène R.

                1. Vrai ! Je m’aperçois que j’ai aussi oublié Madame Delphine Batho et M. Dupont Aignan….Bref rien n’est écrit à l’avance, c’est le peuple français qui dira la vérité du vote et non pas l’empire médiatique qui n’est là que pour influencer le vote avant qu’il n’arrive, en ne privilégiant que ceux qu’il adoube.

      2. Bonjour,
        France info ce matin:
        Marine Le Pen continue à soigner son image, blablabla…
        Conclusion: éructer est donc une faute politique majeure, tout passe avec le sourire et la douceur…
        La politesse, il n’y a que cela de vrai en France!

        1
  8. Tout d’abord, c’est bien que vous appeliez à diffuser vos vidéos; car il y a souvent une timidité de l’intellectuel à rallier des suffrages tant il a peur d’être plus suivi que compris (contrairement aux démagogues), tant il a peur de ne voir un souci de préserver ses troupes, prendre le pas sur le souci d’exploiter sincèrement les connaissances, tant il a peur de ne passer pour un prophète, soit une forme d’incarnation au détriment de ce à quoi il voudrait nous intéresser, tant il a peur de ne plus pouvoir débattre si les différences qu’il souligne sont perçues comme des entraves à agir ensemble…
    C’est tout le problème des intellectuels, si essentiels pourtant à la politique française, car on n’écoute plus qu’eux (les politiques, journalistes et artistes semblant totalement inféodés aux intérêts d’une oligarchie économique). Vous remarquerez qu’on accepte des intellectuels, qu’ils aient un “camp”, paradoxalement ce qui n’est plus audible de la part des hommes politiques qu’on soupçonne à juste titre d’insincérité et de duplicité, voire pire, de concupiscence ou de corruption.
    Contrairement à ce qu’il se faisait dans le passé (Levis Strauss et la SFIO) , les intellectuels n’ont plus leur place dans les partis politiques ; ils sont certes appelés à la rescousse au moment des élections , pour être ensuite jetés comme des kleenex, leurs idées balayées sous le tapis dans l’indifférence, des journalistes, des artistes, des militants et des représentations législatives, mais pas du peuple… Et l’exemple de ce qui s’est fait sous les 3 derniers présidents est assez éloquent en la matière.
    Il faut donc un engagement des intellectuels en politique, mais aussi, une solidarité entre eux au-delà des clivages de parti-pris et des polémiques, pour défendre “le bien penser”, et leurs positions respectives dans les mouvements ; pour imposer que soient réellement traitées les problématiques cruciales du moment, car personne ne le fera pour eux, et la façon d’aborder la politique peut en être changée.
    Il faut aller chercher la gauche recluse de Michel Onfray et aussi défendre la position (non pas les idées) des intellectuels de droite au sein de leurs mouvements respectifs. Il faut imposer à travers des façons de penser, les gens qui ont une colonne vertébrale pour faire en sorte que des “Malraux” puissent être à nouveau ministrables.
    Car je pense que l’époque sera intellectuelle ou ne sera pas, loin des artifices d’une élite imbibée de juridisme, ou de catéchisme économique mercantiliste, de doxa managériale à la française, tous analphabètes en science et en technique, déconnecté des réalités , obsédé de folies évaluatives qui provoquent les bascules que l’on connaît dans la ringardise administrative néguentropique.
    Et si ma confiance dans les intellectuels est bien fondée, je pense qu’ils sont les seuls capables de faire émerger aux plus hautes fonctions une élite de “manuels” tels que par exemple l’a été René Monory qui était garagiste.
    Car c’est bien cela l’avenir, casser la frontière que l’on a artificialisée en France entre intellectuels et manuels, et dont le plafond de verre n’avait d’autres finalités que comptables, et d’autres raisons que la pingrerie. En effet l’écologie nous pose aujourd’hui l’enjeu d’instaurer une mixité intelligente entre low-Tech et high-tech.
    NB/ si Macron supprime l’ENA pour en faire une filière dans toutes les universités quelles que soient leurs disciplines , recrutant dans tous les métiers et secteurs ; (après tout la gestion de l’état c’est l’affaire de tous, dans un principe républicain); si cette nouvelle filière reste en partie sédentarisée sur les universités (pour ne pas perdre l’ancrage) afin de s’initier aux codes du métier de gestion étatique et afin d’éviter l’effet sérail du lupanar parisien (ou aujourd’hui strasbourgeois); si le regroupement final à Strasbourg s’accompagne d’un enseignement d’éthique républicaine et pas d’un endoctrinement aux doxas à la mode; si on privilégie le savoir et les méthodes de diagnostic par rapport aux techniques de compil idiotes pour servir du prédigéré à des hommes politiques peu inspirés qui veulent donner l’illusion qu’ils savent….Alors, si tout cela est fait, cela pourrait aller dans le bon sens.
    Toutefois je reste dubitatif sur le regroupement à Strasbourg, que ce soit pour n’importe quel corps d’état centralisé à la capitale, car c’est faciliter le travail de la corruption, qui peut à loisir fomenter, réseauter, induire, et aller jusqu’à créer des collusions entre élèves au sein de l’enseignement (sur l’exemple des fraternités_ ou sur l’induction de certains bizutages). En effet, il y a trop d’argent en circulation (des milliers de milliards _ du jamais vu) pour accepter de faciliter le travail des prédateurs en regroupant toutes les proies au même endroit. C’est pourquoi je pense que tous les enseignements qui ont à voir avec les enjeux étatiques doivent être décentralisés.

    4
    1. Il existe des artistes qui sont à la fois des intellectuels et des manuels et ne se sont pas vendus à l’oligarchie financière et ont résisté aux charmes indiscrets du bloc bourgeois. Pourquoi les ignorez-vous? Les méprisez-vous? Parce qu’ils ne font peut être pas partie de votre milieu! Trop plébéiens pour vous? Cependant, ils existent.

  9. J’ai personnellement une proposition de nom: M. Paul Jorion en tant que PdT, premier ministre : Emmanuel Todd, écologie : Camille Etienne, ministre du travail : François Ruffin , éducation nationale: Barbara Stiegler,
    ministre de la culture: ?? , justice : Régis de Castelnau .

    1
  10. C’est audacieux de dire que Macron pourrait se transformer durablement, en social démocrate avant 2022.
    Ce serait effectivement une heureuse bifurcation.

      1. @toutvabien

        Très inquiétant.
        Cela corrobore l’alerte de l’économiste Thomas Porcher.

        Constitutionnaliser l’austérité ?

        C’est ça le projet de M.Macron si jamais par malheur il était réélu ?

        – Il veut la guerre civile ?

        1. En effet, alors qu’il y a diabolisation de la gauche, récupération des thèmes d’extrême droite (laquelle est en quête de respectabilité), l’obscénité de Macron ne fait plus de doute.
          On pourrait imaginer qu’il a parié sur le coup d’après: une coalition “d’unité nationale” avec Le Pen: à Macron la gestion techno- managériale (pondérée par une musique moraline gauchiasse nouvelle mouture — à la baguette un Valls, néo gauche d’ext-droite), et à l’autre la démagogie sociale patriotarde et la violence et la répression comme paradigme de l’ordre et d’identité à reconquérir.
          En attendant aux Pays-Bas, la fraction de contamination par la souche P.1 dite “de Manaus” est autour de 7% et croit de 60% chaque semaine. Si la tendance des dernières semaines se poursuit, 7% des infections sont actuellement causées par P1. En mai, cela pourrait déjà être de 50%. P1 augmente désormais de 60% / semaine.
          En mai, le nombre d’infections au variant P.1 pourrait atteindre 50% selon Henk-Jan Westeneng, chercheur au MND.

    1. @ Arnaud

      Une sacrée ” disruption ” en effet…

      Mais devant un tel retournement, on se demande bien qui pourrait croire encore l’énième mensonge d’un tel individu.

      1
  11. Coucou,

    Il faudrait inventer le concept de non-candidat à la présidentielle.
    UN écolo non candidat par exemple, ou un socialiste non candidat à l’election mais futur premier ministre.
    Voila un ticket, avec un seul candidat au premier tour.
    Pour moi, le ticket idéal serait un ecolo président, qui donne les lignes, et un premier ministre socialiste, qui a les mains dans le cambouis et qui marchande le bout de gras.
    Le problème c’est que je ne vois pas un écolo qui tient la route !

    Bonne journée

    Stéphane

    1. J’ai bien aimé l’idée (de Dup, je crois) que ce que nous avons à faire, c’est de préparer l’élection législative et la synthèse “très rouge-très verte” tout en ne s’éloignant pas trop du centre, qu’elle suppose. C’est ainsi que j’entends votre “non-président”. Et c’est quand cela sera fait (entre personnes des appareils) que nous pourrons choisir un non-président comme Melenchon, dans une fonction de porte-parole et non de despote, décideur unique.

  12. Merci Mr Jorion, effectivement je partage rarement vos vidéos mais j’avais prévu de partager celle-ci avant même que vous en fassiez la requête. Par contre je me demandais pourquoi vous évitez nommer ce monsieur (le tribun en question)?
    Il me semble qu’il a besoin de se faire secouer un peu. Il aurait du prendre sa retraite. Son mouvement a perdu son dynamisme et même si certaines personnalités émergent comme cette dame que vous citez souvent (version française d’AOC?), il a perdu l’adhésion populaire à mon avis.

    1
  13. Le fait est que si j’avais le choix, je voterai volontiers pour AOC…

    Mais qu’à l’heure actuelle, j’aimerais bien que là situation où je me trouverais comme un c.n dans l’isoloir, à devoir choisir entre fasciste en col bleu (no comment), fasciste en col blanc (on peut être intelligent et fanatique, ce que Biden n’a jamais été, malgré – ou d’où – ses errements ) ou crypto-staliniste (fasciste en col rouge ?), au-delà de l’ironie de la combinaison de couleurs, ne soit qu’un simple cauchemar.

    Le hasard veut que mes filles voteront pour la première fois de leur vie à des scrutins nationaux en 2022.
    Si elles pouvaient voter pour des candidats, plutôt que contre d’autres, la démocratie s’en porterait un tout petit peu mieux, je pense.

    En un an, ça en fait, du boulot !

    “Ils ne savaient pas que c’était impossible, alors ils l’ont fait.” – Mark Twain

  14. Mention de Macron par rigueur intellectuelle. Je le comprends.
    Mais je n’oublie pas votre distinction ” fascisme en col blanc et fascisme en col bleu “;

    ” Le fascisme en col blanc travaille directement pour la Banque, tout le monde le sait. Celui en col bleu le fait d’une manière indirecte mais l’histoire nous montre comment cela fonctionne : quand un fascisme en col bleu, du type du national-socialisme allemand ou du fascisme italien, se met en place, il s’arrange pour travailler pour la Banque quand même de manière détournée, de manière moins visible mais, à l’arrivée, on s’aperçoit que c’est la même chose. ”
    Vidéo du 05/05/19 ( Que faire ? Que faire ? )

    Je suis d’accord avec vous sur le fond. Mais sera-t-il possible de faire émerger une candidature sans que chacun(e) propose le nouveau cadre dans lequel il ou elle proposera de s’installer pour réfléchir et agir. A ce propos votre blog est immensément riche de l’indispensable à cet effet.

  15. Aujourd’hui, dans le cadre actuel de cette Vème République monarchique, il n’y a aucune chance d’appliquer une politique de gauche, démocratique , laïque et sociale, le président élu , quel qu’il soit, serait grillé au bout de six mois.
    La seule solution est donc d’en sortir afin d’en définir une VIème plus démocratique à l’issue d’une Constituante, pour légitimer ce programme de gauche en abandonnant le dogme d’homme providentiel sur qui s’abat toutes les critiques au moindre problème.
    Personnellement je ne voterai que pour ce candidat qui le proposera et je n’en vois qu’un seul pour le moment.
    Quant à croire que Macron pourrait représenter la gauche, là, même après avoir pris des substances illicites, ça me serait impossible, Macron et Le Pen c’est bonnet-brun et brun-bonnet, les deux admirent même Pétain et Maurras !

    6
    1. Le Manu est un poids plume à la recherche de grandeur. Il a servi l’argent, les milliardaires et qui sait une présidence socialiste si cette dernière lui permet d’atteindre son objectif. Bref un politicien pur ju, une abstraction sans aucun ancrage populaire.

      1. Macron : Un type de droite dur au sourire mielleux.

        Souvenons-nous des yeux crevés, des mains arrachées ainsi que des crânes défoncés de jeunes femmes pendant les manifestations des Gilets Jaunes.

        Sans compter la féroce répression policière pendant les manifestations contre la loi Macron-El Khomri et puis aussi pendant la seconde manifestation lorsque l’ancien ministre de Bercy était à l’Elysée !

        Une horreur ce type et sa politique !

        Quatre ans plus tard, voyez où nous en sommes !

        14
  16. Dans ce parallèle de la France avec les Etats-Unis, il y a occultation d’un facteur majeur: l’Union Européenne. Les Etats-unis sont souverains; ils peuvent bifurquer en mettant au pouvoir des représentants qui se trouvent faire une politique un peu à gauche, divine surprise. Ils peuvent faire fonctionner la planche à billet, les investissements de la Nation dans ses infrastructures vitales, un protectionnisme raisonné. Ils peuvent faire une politique de redistribution favorable aux classes laborieuses et moyennes. Ici, toute tentative de ce genre sera automatiquement contrée vigoureusement par des institutions implacables sur lesquelles le vote des citoyens n’a aucune influence, tout a été verrouillé pour ça. Ou bien, il faut commencer par assumer une rupture avec ces institutions pour se donner les moyens d’objectifs progressistes; et pour ça il y a un seul candidat sur les rangs: celui que vous écartez.

    6
    1. Frexit ! Frexit ! Le produit miracle qui lave plus blanc !

      (Il est bien connu que la France n’a pas son mot à dire dans l’Union européenne ! C’est trop injuste !).

      2
      1. Cher Paul, je n’ai pas parlé de miracle, ni même de Frexit, et Mélenchon non plus, quoi que vous sembliez croire; mais de confrontation nécessaire; nous sommes donc en fait presque d’accord. Et si la France a son mot à dire, il se trouve, par quelle étrange rencontre, que depuis trente ans elle n’a fait qu’appuyer dans un sens très peu socialiste. Elle est en bonne part l’auteur desdites intistutions. Il y a une sacrée pente à remonter! Non, vous ne pouvez pas faire comme si le carcan européen était un détail.

        8
      2. Vous comptez renégocier les traités? Laissez moi deviner vous nous proposez d’envoyer un type aimable, (allez tiens pourquoi pas un gars un peu rondouillard plein de bonhommie avec toujours un trait d’humour suffisament foireux pour qu’on le prenne un peu en pitié ) pour renégocier les traités et enfin pouvoir appliquer une vrai politique de gauche … Déroger aux traités n’a rien à voir avec un Frexit, c’est une arme de destruction massive l’UE telle qu’elle est n’y survivrait probablement pas et elle n’est dissuasive que si on se présente comme prêt à s’en servir et pour ça il ne faut justement pas un type aimable. Ceux qui sont en face ne comprennent que la relation de force. La seule véritable question à se poser est :
        A t on encore suffisamment à perdre pour continuer à se coucher? J’ai pas dit que non, mais il nous reste chaque jour un peu moins et si on pousse plus loin, on sait tous très bien ce qui va se lever.

        10
  17. J’ai retrouvé un ouvrage, perdu dans la montagne de livres en instance, que je n’avais pas encore lu de Juan Branco : Contre Macron, Ed Divergences où une analyse de M. Macron à la fois psychologique et politique me laisse porter à croire que l’on ne peut prêter allégeance à cet homme . Une analyse psychiatrique de M. Jorion serait intéressante .

    3
  18. Cette bonne fée qui viendrait d’un coup de baguette transformer Macron en gentil social-démocrate au vrai sens de ces mots, il faudra aussi qu’elle passe chez ceux dont Macron est la marionnette: le Medef, pour en faire de gentils amis des salariés; les oligarques du régime, qui tiennent la presse; la finance internationale, qui se précipitera pour soutenir les beaux efforts du régime socialiste de la France; Berlin, qui applaudira la larme à l’oeil en voyant son principal vassal prendre son indépendance, avant que l’Espagne et l’Italie ne suivent…
    La bonne fée aura du boulot. Tout ce monde-là préférera mille fois mettre au pouvoir les fascistes, ils sont là pour ça. Oui, de tous les régimes d’extrême-droite qui par dizaines ont brutalisé l’Europe et l’Amérique Latine depuis les années 20, sans discontinuer, il n’y en a pas un seul qui n’ait été mis au pouvoir par les milieux économiques, parce que la gauche risquait d’y arriver. (A rebours des mensonges sur le “populisme”).
    Est-il besoin d’ajouter que ce n’est pas une raison pour voter pour lesdits fascistes, bien au contraire?

    2
    1. Mode désabusé:
      Macron, socio-quelquechose?
      Biden, socialiste?

      Ben quoi! rêver n’est pas interdit. Ça agrémente les longues insomnies. Vendre ces salades est autrement plus difficile.

      1
  19. Bien que partageant la vidéo sans réserve, comme toutes les autres d’ailleurs, sans avoir à respecter un quelconque “devoir de réserve” (quoique ma mère ayant été femme de ménage, agent de nettoyage, etc, et concièrge, en fin de carrière, dans l’éducation nationale, ma marraine ayant fait carrière en première ligne comme soignante dans les services publics hospitaliers… leurs enseignements sur le “devoir de réserve”, et ce qu’elles se réservaient d’exprimer – syndicalisées ou pas – reste opérant) je souhaiterais néanmoins émettre une réserve sur “l’angle mort” de la réflexion présentée…

    Un virage “social démocrate” de la macronie juste avant 2022 (car même “Jupiter”, le “roi te touche dieu te guérit” n’a t-il pas besoin de troupe, pour faire paraître sincère, ce qui pourrait s’avérer n’avoir été qu’une illusion 1 à 2 ans après “réélection””…?) peut-il “sembler opérant”, sans remanier à minima aux “ministères régaliens” (police et justice… et économique…) puis dans leurs arcades des pouvoirs de pantoufleurs… ou s’y trouvent celles et ceux pour qui lutter contre la menace de justice sociale et “sociétale”, se foutent que les inégalités scolaires, territoriales, de “destin”, explosent, se creusent au point que l’abstention soit le seul recours pour Macron ou le fhaine, pour que l’un des deux soit élu…?

    Ces “Inégalités de destin” sont à voire par Macron, qui ex-ministre de l’économie, traitre à la primaire de la gauche… avec son premier cercle… et une bonne partie de l’électorat “droitisé” s’y retrouvant… continuent de considérer les cas de NON RECOURS ; qui vont de la non redistribution du soit disant “pognon de dingue mis dans les minimas sociaux qui fait que les pauvres et se déresponsabilisent”… à qui restent dans l’ignorance de leurs droits, sont tellement ostracisés, qu’il ont peur de valoir leurs droits, voir sont dissuadés d’espérer en une “représentativité”… ; jusqu’aux NON RECOURS judiciaires… par rapport aux “discriminations systémiques” impunies à l’embauche, dans l’accès aux logements, dans les brutalités commises lors des contrôles aux faciès, “manifestations interdites”, par une partie du personnel du “monopole de la légitime violence de l’État” votant pour l’extrême droite et/ou l’extrême droitisation de la société… qui continuent de considérer ces citoyennetés comme “l’autre” à criminaliser (derrière les jeunes des quartiers sensibles caricaturés comme dealer, à “risque”, dont il faut supprimer les prestations familiales à leurs parents, imposer les aides sociales sur le revenu en les fusionnant, imposer le “travail gratuit” bénévolat contraint” comme en terre du Concordat, pour les chômeurs-euses, “fainéant.e.s au RSA”), à discréditer s’ils s’affilient aux “Khmers verts”, “ayatollahs de l’écologie”, à “l’Islamo-gauchisme”…

    L’abstentionnisme électoral… dans cette couche précarisée, paupérisée, ostracisée… de la société civile… est consubstantiellement conséquent au sentiment légitime d’abandon causé par les politiques publiques néolibérales, l’austérité, les réformes structurelles décennales (mais pas que avec les réformes macroniennes de l’assurance chômage, des régimes des retraites…) et des “représentativités politiques, institutionnelles, syndicalistes…”… et est à corréler au vécu de manquer d’accès aux services publics, droits constitutionnalisés (voire en Seine Saint Denis… ou la problématique de la saturation des services publics hospitaliers et de réa, soulève la suspicion d’un “tri sélectif” façon “darwinisme sociétal” en pleine crise sanitaire, pénurie de “vaccins”… alors que les NON RECOURS au RSA etc, sont les plus élevés) contrairement à ce qui est vendu dans les médias mainstream aux “temps de cerveaux disponibles” qu’à vouer un “culte féroce” à la seule “DICTATURE des émotions” capable de “rassurer” les doutes incertitudes, de leurs “ras le bol fiscal”, “poujadisme” – par rapport à l’identitarisme, aux peurs du dérèglement climatique, de la perte de la biodiversité, des “vagues migratoires”, de “l’autre quoi”… et des guerres commerciales, monétaires, de “civilisations”…. – alors que les vraies victimes d’injustices (en plus des réfugié.e.s refoulé.e.s…), d’inégalités… doivent aussi “assimiler qu’il faudra plus de 6 générations à leurs descendances, pour espérer avoir une place dans la file d’attente d’un “escalier social” effondré… (quelque soit la réforme structurelle de l’ENA – et des hautes écoles polytechniques, du commerce, etc…?) ou les résultats électoraux nationaux et locaux à moyen et long terme (comme les inquiétudes qui règnent concernant les effets secondaires de “vaccins…” en cours de test – phase 3 – et ou les “peurs d’avoir peur” des variants, etc).

    1
  20. À quel moment les mots perdent de leur sens ?

    Avant des primaires de la gauche , pour savoir quel candidat commun ( bonne idée évidement du point de vue stratégie ) , quel moment pour faire un bilan objectif de cette perte de sens du mot «  gauche « ?

    Un monde qui ne s’est pas rendu compte que les « ouvriers «  et petites gens avait été remplacés par des citrons résignés , du moment que la case chômage ou sans abris leur était évitée.La misère fait peur d’autant plus qu’on se rapproche de son précipice.
    Une gauche incapable d’avoir une influence sur le monde du travail et de la finance. Ce moment de réalisme qui pourrait arriver d’autant plus vite que les dominos s’écroulent , l’expansion des catastrophes ne laissant plus personne indifférent.

    « Macron candidat de gauche » , rien que l’idée fait sourire , tout comme hollande le joufflu , et ces spadassins de la gauche caviar , ces gens calmes et souvent millionnaires qui laissent les autres vivre dans la misère , au nom du réalisme économique .Mais qui en veut encore? Comme si le peuple de gauche n’en avait pas marre de ne pas avoir vraiment le choix .
    Comme si la chasse aux sans papiers n’était pas en soi une action typique d’extrême droite , et qui par le silence d’une majorité du peuple , en dit long sur ses capacités de vote.

    Nous vivons une crise sanitaire , les conséquences sociales en seront de plus en plus évidentes .
    Se pourraient ils que conscients de ces conséquences , conscients de leurs points de convergences , les forces de gauche puissent enfin se résoudre à combattre sous la même bannière , comprendre enfin les réels besoins de la nation ?
    Des fois , on se croirait dans Games ou Thrônes …

    PS : tu m’étonnes que les mauvais signes s’accumulent , ce gel qui fout en l’air les cultures , cette eau qui se fait rare , ce sable qui se fout des frontières, ce soleil qui vient trop tôt , ce froid qui fait mentir les promesses.

    Guetter l’arc en ciel , un « miracle «  bien plus réaliste à ce jour que l’union de la gauche .
    Mais tout est possible dès lors que certains osent le premier pas …en regardant vraiment où il mettent les pieds.

    https://www.lefigaro.fr/politique/presidentielle-pas-convaincu-par-l-union-de-la-gauche-ruffin-met-en-garde-contre-un-hollande-vert-20210407

    1
    1. Les ” petites gens” ont elles vraiment envie de se faire entendre , que ce soit par la gauche ou pas ?

      En dépit des efforts institutionnels ou syndicaux assez notables cette année , pour faire voter les 5 millions de salariés des TPE pour leur représentation et défense syndicales , ces élections viennent de se dérouler ( fin le 6 avril ) dans le désert ( résultats proclamés le 16 avril ) .

      Je veux bien me plaindre et gémir au café du commerce , mais surtout pas me fatiguer et peser dans les faits . C’est plus pratique de cliquer un j’aime , j’aime pas , je veux et j’exige …Et puis d’ailleurs , monsieur , ça servirait à quoi de voter pour ces pourris , qui n’ont jamais rien obtenu , qui n’obtiennent rien et n’obtiendront jamais rien , alors que moi je saurais mieux y faire . En tous cas , j’ai plein d’idées .

      5
      1. « Les ” petites gens” ont elles vraiment envie de se faire entendre , que ce soit par la gauche ou pas ? ».

        Envie ? On peut se poser la question . Mais dans le monde du travail , peur des risques à prendre pour se faire entendre , très certainement .Les marques au fer rouge du moyen âge ont été remplacées par les trous sur le curriculum vitae.

        Contrairement à ce qui se passe dans le monde de l’entreprise , Le mouvement des gilets jaunes laisse à penser qu’ils aimeraient se faire entendre .
        Malheureusement , dans ce monde épris d’ultra libéralisme , écouter reviendrait à partager le pouvoir …

        Les syndicalistes en prennent plein la gueule , les manifestants plein la tronche , les opposants plein la réputation.
        C’est presque risible de ne pas réaliser que nous sommes déjà en pré-dictature, celle qu’engendre l’argent roi .
        Ils ont commencé par demander leurs papiers aux étrangers qui cherchaient refuge , puis maintenant , le citoyen ordinaire doit se déplacer avec la justification d’une attestation. Demain?Attestation de bien pensance , de bonne santé ?
        Il est vrai qu’on a encore des droits , dont celui de pouvoir faire pisser son chien quand on en a un.
        Le droit de s’exprimer n’étant pas le droit d’être écouté , il reste une belle illusion, la fin de l’histoire étant par trop prévisible.

        C’est tragique de ne pas comprendre que l’esprit de meute n’a rien à voir avec la fraternité Républicaine ,
        que bien des petites gens ne sont pas hostiles au mal qui est fait à d’autres petites gens , simplement parce que la vie d’aujourd’hui les met en concurrence le plus tôt possible.Un Macron président n’est pas un accident .

        Reste la prière pour certains, l’espoir pour d’autre : dans les deux cas , cela ressemble à une étoile inaccessible.
        Qu’importe , Sus au moulins !
        Dans ce monde habité de Sancho pensant , les don Quichuchote agissent , même trop , même mal…

        3
        1. N’empêche, comme l’impression qu’il manque un mot .. «  petites gens «  , « peuple de gauche  » , » travailleurs » , «  camarades » , autant d’ expressions qui semblent ne sont plus être adaptées à la réalité d’aujourd’hui.

          Peut être que « Prollox «  ?… hum…

          Par opposition au «  si t’as pas une Rollex, c’est que t’as raté ta vie « .
          Par opposition à ceux qui ont un besoin maladif d’accumuler, et pour désigner ceux qui ne demandent que le nécessaire : un logement , à manger et à boire , le droit à l’éducation et à la santé , le droit de vivre en paix.

      2. Pour venir gémir au café du commerce de l’incurie des petites gens stupides qui ne vont plus voter et nous dire que vous, vous savez mieux, vous vous posez la dans ce message, au cas ou vous ne l’auriez pas remarqué…

        5
          1. Profitez en bien, le vote obligatoire est au programme avec reconnaissance du vote blanc bien entendu. Les monarchistes, les libéraux et quelques anarchistes crieront au scandale, je sais, et nous irons ainsi rejoindre la Belgique et 22 autres pays sous le joug pesant de la démocratie…

            1. Au programme de qui ?
              De ceux qui veulent nous faire croire que notre seule voix au chapitre démocratique c’est un petit bout de papier dans une urne tous les 5 ans ?
              Nous aurons fait un grand pas vers la démocratie quand nous cesserons de croire que la démocratie se limite à ça.

        1. Les masculins l’emportent, et dès lors les bas de l’échelle sont féminines ? Votre question grammaticale est (im-) pertinente !

          1. @Bernard
            “petites gens” vs “gens de peu”, pourquoi ne pas dire franchement “ceux d’en bas” ?

            1
            1. @ Pascal

              « pourquoi ne pas dire franchement “ceux d’en bas” ? ».Parce qu’on peut le comprendre de façon méprisante, parce que cela suppose qu’il y a un haut avec tout l’élitisme qui va avec.

              Difficile de trouver une expression qui ne soit pas connotée.
              Une expression qui engloberait le masculin et le féminin à la fois , les précaires , ceux au bord du précipice , ceux qui sont tombés dans le précipice , ceux qui ne sont pas indifférents à leur cause ( mais réellement , pas comme un prêsident qui se prêtendait «  normal » ) .
              Une expression qui rendrait compte de la notion de fraternité bien que différents.

              On parlait de « peuple » quand celui était capable de faire corps, unité .
              Est ce encore possible dans un monde formaté par l’individualisme , la concurrence ?
              Concrètement , dans le monde de l’éducation ou de l’entreprise , apprend on encore à faire équipe .Le temps n’est il pas à l’élitisme , aux stars , aux premiers de la classe?

              1. @Bernard
                Comment parler de la société dans sa diversité sans tomber dans les travers des stéréotypes et des idées reçues ? C’est là un joli défi.
                Effectivement, ni l’école, ni l’entreprise, ni les médias n’éduquent à la solidarité et au travail en équipe (globalement !).
                L’école, parce que déjà la formation des enseignants n’est absolument pas basée sur le travail en équipe. Alors, ici ou là, parce que certains ont une autre expérience professionnelle ou par motivation et valeurs personnelles, la solidarité et le travail en équipe peut exister dans certaines classes mais c’est loin d’être une généralité.
                En entreprise, le management privilégiant la productivité peut favoriser le travail en équipe comme dans le “système Kaizen” de Toyota, ou le management participatif (plutôt marginal) mais il existe également une forte tendance à se méfier des groupes constitués qui pourraient devenir revendicatifs et dont on se protège en faisant tourner les personnels régulièrement surtout entre niveau hiérarchique. La cohésion productive oui, la cohésion revendicative non.
                Et l’éducation médiatique (par imprégnation), qu’on ignore trop souvent, valorise principalement l’individualisme et le consumérisme.
                Où se trouve aujourd’hui ces groupements, qu’on appelerait peut être identitaires dans la terminologie actuelle, qui existaient au XXème siècle comme les syndicats (je ne parle pas des coquilles vides d’aujourd’hui), les groupes confessionnels, les associations d’éducation populaire… ?
                La révolution internet est aussi passé par là, avec l’adhésion au clique de dizaines de sites, un pouce par ci, un pouce par là, un crowsfounding par ci, un autre par là. L’individu lui-même est éclaté.
                En ce sens, tous les mouvements identitaires émergeants sont révélateurs de cette dispersion de l’individu. Sans doute, comme le dit Paul, les Etats Unis sont-ils une représentation avancée de ce qui nous attend mais je le crois moins au niveau des institutions politiques qui sont très différentes d’un côté et de l’autre de l’Atlantique, mais plus dans la cristalisation autour de groupes identitaires durs. S’il y a les Black Lives Matter ou les Pro Trumps aux USA, nous avons eu les Gillets Jaunes. Les “appareils politiques” ont disparus, il ne reste plus que des ambitions personnelles et individuelles qui vont où le vent électoral les mènent. La Macronie en est un exemple flagrant et la représentation graphique des comptes Tweeters également.
                Nous vivons aujourd’hui l’expérience d’une société totalement éclatée, dont la multiplicté des déprimes covidiennes n’est qu’un symptome. Et il me semble que ce morcellement convient tout à fait à nos dirigents. Pour éviter le retour des Nuits Debouts, on disperce à coup de matraque les manifestations. On diabolise les Gillets Jaunes sans chercher à comprendre de quoi ils sont le symptome.

                Comment recréer du lien social qui ne soit pas qu’événementiel (type Je suis Charlie) ? Voilà une grande et belle question !

                1
        2. Les “petites gens” ne sont que le respect de la langue française . On trouve aussi les vieilles gens et les bonnes gens . Mais c’est vrai que ” gens ” dont la racine latine a longtemps fait un mot féminin jusqu’en vieux français ( et toutes les françaises ne sont pas vieilles ! ) , a un …genre assez variable selon l’usage , voire la position de l’adjectif qualificatif ( avant ou après ) .
          Au moins , tout le monde” est content quand on dit “jeunes gens” , qui désigne aussi bien des filles que des garçons .

          Farceur , farceuse , espiègle ( Ouf!) .

          PS : je crois que les allemands s’en tirent mieux avec leute ou menschen .

          2
    2. « Macron candidat de gauche » …………………………???

      Là, j’avoue que je n’ai pas compris du tout.

      Macron c’est typiquement et consubstantiellement un type de droite dur. Il ne doute pas, il est certain de détenir “la vérité” et de nous l’administrer chaque jour. Un néolibéral pur jus.

      Une interview de sa garde rapprochée l’a encore mentionné cette semaine. En gros, “Il sait qu’il a raison” et rien n’entame sa certitude d’avoir parfaitement tout bien fait. Que ce soit en ce qui concerne le Covid 19 ou sa politique anti-sociale qui va ruiner des millions de personnes en supprimant de 40 % leur déjà maigre Assurance chômage. Une assurance que les principaux intéressés ont pourtant mensuellement payé rubis sur l’ongle lorsqu’ils travaillaient. Macron leur vole ce qui était leur dû !

      Je vais réécouter la vidéo de M.Jorion. J’espère avoir mal compris.

      Sinon, si l’expression est bien mentionnée ainsi, ces paroles sont proprement incompréhensibles et ce serait bien regrettable.

      12
      1. C’est pourtant clair il préfère un Macron qui tournerait sa veste… euh non pardon… qui se serait repentit, qu’un Mélenchon qui éructe pour unir la gauche derrière lui . C’est son droit après tout.

        7
        1. @ Dup

          Je ne vois pas comment je pourrai enlever un quelconque droit à M.Jorion qui est chez lui, ici.
          Et de plus, je ne suis pas de ceux qui veulent enlever des droits mais plutôt les multiplier.

          Pour ma part, celui qui “éructe” , c’est celui qui vomissait, ridicule voici quatre ans, sur une estrade en carton pâte : ” C’EST MON PROJET !”
          Il gouverne actuellement et c’est un véritable fiasco.

          L’autre, je le lis et c’est toujours très bien écrit, riche et très pertinent. Encore faut-il faire l’effort de le faire.
          https://melenchon.fr/2021/04/02/semaine-bien-remplie-de-la-commune-a-jadot/
          Heureusement qu’il est à l’Assemblée Nationale avec ses 17 députés, sinon, l’eau tiède coulerait abondement et les coups bas passeraient sans qu’on en sache rien.

          Si je souhaite un grand rassemblement “écosocialiste” qui agrégerait toutes les forces politiques “amies” pour un dépassement politique au delà des anciennes certitudes, je m’interroge cependant sur l’expression employée : “l’honnête intellectuelle”.
          Celle qui voudrait nous vendre Macron comme étant ” de gauche ” tandis qu’il se pense lui-même de droite et agit à droite voire à l’extrême-droite via sa police militarisé.

          Oui, on peut croire aussi au Père Noël et imaginer un scénario plus que foireux ou l’élyséen muterait soudainement face à la révolte populaire. Miser son va-tout sur une métamorphose politique considérable ne signerait-il pas un nouveau chèque en blanc et ne cautionnerait-il pas un opportunisme plus que douteux et quasi panique ?

          Où serait la confiance, par rapport à un type qui dirait qu’il va faire le contraire de ce qu’il a fait, non par conviction mais par goût du pouvoir ?

          Navré, je ne cautionne pas une telle entreprise. Je la trouve même honteuse intellectuellement. Après avoir goûté à toutes les politiques néfastes de l’ancien ministre de Bercy et celles du résident de l’Élysée, comment ne pas s’étrangler devant de tels propos ?

          La ” Bidenisation ” de M.Macron ?

          C’est ça le nouveau mot d’ordre pour nous faire une fois de plus échouer ?
          On efface toutes les turpitudes de ce monsieur, de toutes celles de son gouvernement d’incurie et on prend les mêmes en 2022 ?
          Et une fois réélu, il continuerait à nous enfumer comme ils l’a fait en 2017 se moquant comme d’une guigne des votes apportés en masse
          sur son nom, venus de millions d’électrices et d’électeurs de gauche ?

          Sauf le respect et la sympathie que je porte profonde au propriétaire de ce blog, non, vraiment, nous avons mieux à faire me semble t-il.

          16
          1. Je suis bien d’accord avec vous, et je voterais LFI au premier tour comme en 2017, mais je me méfie autant de Mélenchon que de Macron. Or si il y a des arguments valables contre Mélenchon capables de me faire changer d’avis, je sais que j’ai de bonnes chances de les trouver ici. Ceci dit pour l’instant le manque d’amabilité ne me suffit pas, j’ai connu nombre de connards hélas parfaitement compétents et efficaces et des gens adorables qui valaient pas un clou, l’inverse aussi, j’ai renoncé à établir un lien logique entre caractère et capacités depuis longtemps . Si Mr Jorion pouvait nous démontrer que Mélenchon est bête, comme Todd l’a fait pour Macron; la par contre…

            5
          2. @Hervé qui écrit :
            … ” Pour ma part, celui qui “éructe” , c’est celui qui vomissait, ridicule voici quatre ans, sur une estrade en carton pâte : ” C’EST MON PROJET !”
            Il gouverne actuellement et c’est un véritable fiasco.
            …”

            C’est bien la première fois que je lis une telle comparaison… Sur ce blog , l’ “excité” , l’ “éructant” , l’ “énervé” , l’ “instable” … c’est Mélenchon , que certains habitués de longue date continuent à écrire sciemment MélAnchon , “ironie” de bas de gamme.

            Et si pour la suite , plutôt que d’utiliser des “suggestifs paravents” , on décidait d’appeler les gens visés systématiquement par leur patronyme.. Sinon on va vers le quiproquo et l’incompréhension.

            3
        2. Eructation piège à Cron. Comprenne qui pourra mais j’aime bien être incompréhensible, justement.

          2
      2. @Hervé
        “Macron c’est typiquement et consubstantiellement un type de droite dur. Il ne doute pas, il est certain de détenir “la vérité” et de nous l’administrer chaque jour. Un néolibéral pur jus.”
        Je me demande même, si M Macron est de quelque part ? Il me semble qu’il est surtout centré sur lui-même et relativement aveugle à ce qui l’entoure. Il a aussi un petit côté orgueuil du bon élève (néolibéral, ça va s’en dire) qui veut montrer à tout le monde qu’il a raison, jusqu’à tordre la réalité. Je ne sais pas s’il a d’autre projet que lui-même ?

        2
  21. Il faudrait surtout des primaires sur les idées et les programmes déconnectées des personnes, des partis, des égos, des subventions, des baronnies…

    3
    1. J’ai croisé une idée qui causait avec un programme dans mon escalier , et je me suis demandé d’où ils sortaient .

      3
      1. Forcément si vous comptez sur le cynisme pour avancer les choses… A ce compte là Vigneron vas finir par nous manquer… 🙂

        2
    2. EELV va organiser des Primaires pour définir qui sera son candidat à l’élection présidentielle 2022.

      Aux dernières nouvelles, il y aura :

      Madame Sandrine Rousseau
      M. Eric Piole
      M. Yannick Jadot

      1. Et le PS aussi vas faire des primaires et ensuite on pourra faire des secondaires avec un peu de chance avant juillet 2022 … Et tant qu’a faire demandez à Macron ce que ça coute de faire une campagne victorieuse en 3 mois, il a mis 5 ans dont deux avec les moyens d’un ministère pour réunir les donateurs et acheter les réseaux Sarkozystes…

        1. Dup

          Non, pas du tout.

          M.Faure a dit qu’en 2022, son parti ruiné ne pourrait pas présenté une candidature à la présidentielle.
          M.Faure a dit qu’il se rangerait sous la bannière politique de EELV.
          M.Faure premier secrétaire du P.S n’organisera aucune primaire.

          1. Ok, Je prend note, voyons voir, euhhh… alors, Anne Hidalgo candidate EELV c’est bien ça ? 😉 , la voix de Mr Faure ne doit pas porter jusqu’à Gibraltar 😉

      1. @ Juanessy

        Étrange sondage avec des personnalités qui ne se présenteront pas à la présidentielle de 2022.
        On voit bien cependant qu’elle est l’intention première de ces enfumages hebdomadaires.

        1. Vous avez raison de ne pas obéir aux sondages , mais les auto-enfumages sont encore plus dangereux .

          ” Il y a pire que de tromper les autres , c’est de se tromper soi même “

            1. Pas mal !

              A peine un an pour nous départager .Mais si je connais votre cheval , moi je ne connais encore que la méthode et la vision de long terme que je privilégierai .

              Si tant est qu’elles soient présentes dans la compagne .

  22. Il est tard.
    Fil particulièrement intéressant au niveau de l’enchaînement des commentaires contrastés et fort argumentés..
    A les (ces commentaires) relire à tête reposée.
    Espérer voir se poursuivre ces échanges… ce WE..!??

  23. Je crois que j’ai encore fichu de l’argent par les fenêtres
    Une video toute à la recherche de l’homme présidentiel voire providentiel, c’est cela du défaitisme, les mêmes
    Un peu de courage les femmes et hommes souverain-e-s sont celles et ceux qui élaboreront leur programme de vie pour cinq ans, pas Macron ripoliné et gentil surtout gentil.
    Bon vent

    1
    1. Ce n’est pas ça, c’est la fin de l’hiver : vous parlez comme quelqu’un en déficit de vitamine C et vitamine D. Il faut manger des fruits (en local, on trouve des pommes et des poires), et aller au soleil dès que possible.

      1
  24. Bien compris que la menace d’une France gouvernée par l’extrême droite est de plus en plus concrète.
    Certains de nos aïeux torturés , pendus , cramés , flingués doivent de nouveau gémir dans leurs tombes.
    L’invitation de Jorion à réagir est donc importante.

    Cependant , la notion de «  ce qui arrive aux US arrive plus tard en France «  ne relève t’elle pas de la pensée magique?
    La dernière grande guerre a commencée en Europe .

    Les effets de l’inter-connections des états sur fond de mondialisation ne marcheraient que dans un sens ?

    Peut être …dans le sens où les américains sont à fond dans l’ultra libéralisme , précurseur dans ce qui est techniques de management qui engendrent le sacro saint pognon , les premiers à récolter les fruits d’un système économique diffusé à l’échelle de la planète , et qui à ce jour privilégie la concentration des richesses.

    Même si ce pays devient «  socialiste «  par pragmatisme ( contrant l’effet concentration des richesses pour se redonner du dynamisme économique ) , force est de constater que le capitalisme pur et dur est toujours aux commandes .
    https://www.francetvinfo.fr/internet/amazon/etats-unis-la-tentative-historique-de-syndicalisation-d-un-entrepot-d-amazon-echoue_4366161.html

    1
  25. Bonjour,

    la disparition de la classe moyenne est un constat qui peut être discuté du coté de la droite et du coté de la gauche,

    si l’on est de droite ou de gauche, si l’on veut être constructif, la classe moyenne est devenu ces dernières années une question préoccupante,

    Cordialement,
    Personne

    1
  26. Si la réponse à la question est la suppression du CDI (contrat à durée indéterminée), est ce que l’on va dans la bonne direction ?

    Cordialement,
    Personne

Les commentaires sont fermés.