Comment François Ruffin, notre Michael Moore national, pourrait devenir Président, par Thomas Jeanson

La période actuelle se caractérise plus par le vide que par un trop plein de candidatures et de projets différents, et c’est dans ce vide que prospèrent les idées mortes du RN qui gagnent comme une lèpre, tout l’échiquier politique.

Bien sûr, la bonne vieille France réac, droite dans ses bottes existe, elle qui aime les généraux, souffre du racisme anti-blanc, exècre les chômeurs paresseux, vit au XVIe (arrondissement) et au XIXe (siècle), mais ne nous laissons pas écraser par le rouleau compresseur médiatique :

Après des décennies passées sans que le pouvoir soit capable de donner une seule réponse politique aux questions que la société lui pose, ce qui prédomine dans l’opinion aujourd’hui, c’est avant tout le vide et la confusion.

Cela ouvre bien sûr des boulevards aux solutions simplistes du RN, mais aussi beaucoup d’espace potentiel pour un candidat capable de remettre l’intérêt général au centre de façon intelligible par tous. François Ruffin est parfaitement capable de cela, il fait ses gammes depuis longtemps, exactement dans ce domaine.

Ceci étant dit, notre pays est équipé d’un barrage politico médiatique qui a déjà choisi ses poulains, et représente un obstacle actif très puissant pour tout candidat. L’idée que ce barrage puisse laisser passer François Ruffin est aujourd’hui saugrenue.

La seule façon de propulser le candidat François Ruffin en tête de gondole, c’est une mobilisation populaire.

Il l’a dit lui même : le moment historique où de grosses lignes auraient pu bouger, c’est ce mois de décembre où les ronds-points étaient jaune vif, et attendaient d’être rejoints par un nombre plus important encore, capable de changer le cours de l’histoire … Cela ne s’est pas produit.

Du coup pour moi, la seule issue reste de se mobiliser, trouver les moyens de recréer ces conditions et que cette fois la jeunesse éduquée (plus ou moins jeune d’ailleurs) et l’ensemble des personnes qui ne trouvent pas leur place dans la « start-up nation » ne restent pas les mains dans les poches à se désoler de la droitisation du mouvement : il n’y a pas de fatalité, cela n’arrive que dans le vide créé par leur absence.

Partager :

7 réflexions sur « Comment François Ruffin, notre Michael Moore national, pourrait devenir Président, par Thomas Jeanson »

  1. Un peuple, mais quel peuple ?
    Le dernier ersatz à été gazé en masse & traité de raciste, antisémite, alcoolique – en gros de beaufs par une large partie de la population des couches sociales dites éduquées – ce n’est qu’une fois le mouvement maté, qu’ont émergé des consciences que quelque chose s’était passé – après la bataille pour sûr !
    Je suis issue des couches populaires, celles à qui s’adressent tous ces soi-disant rassembleurs de peuple, & pourtant que partagent-ils avec ce populo dont ils réclament la mobilisation, pas les idées, pas la langue et encore moins la proximité.
    La pédanterie des sachants les eloignent inexorablement de la faune populaire, qui s’est autonomisée à travers l’offre pseudo-culturelle des médias numériques.
    La politique, devenue une affaire de comptables, n’intéresse plus ceux qui vivent dans l’angoisse des fins de mois, ne reste que le terreau fertile du ressentiment qui peut soulever l’intérêt d’une population que rien d’autre ne vient relier.

    5
    1. D’accord et pas d’accord, Naroic.

      Ok , la machine media a écrasé le mouvement en terme d’image en le caricaturant ( black blocks , facho etc, comme elle avait su le faire sur la Zad de Nddl ) tandis que les forces de l’ordre blessait physiquement pour installer la peur.

      Mais cette histoire est aussi un moment d’émancipation politique, des centaines de milliers de personnes se sont parlé, se sont reconnus mutuellement, ont commencé à s’intéresser à ce machin qu’est la politique. Je suis certain qu’ils ne sont pas retournés chez eux comme si rien ne s’était passé.

      Dégoûtés ? Sûrement, mais FRuffin reste un des très rares a avoir considéré cette mobilisation sans se l’approprier. Beaucoup s’en souviendront.

      1. Oui, Ruffin est le seul politique a avoir compris les Gilets jaunes et ne pas les avoir instrumentalisé.
        C’est pourquoi il doit décrocher le wagons Melenchon qui l’a cyniquement fait, sans aucun retour bien heureusement à son bénéfice d’ailleurs

  2. Utopie : le vieux monde est mort mais son cadavre bouge encore, il risque de nous emporter dans la tombe.

    Voilà pourquoi Ruffin ne se présentera pas à la Présidentielle !

    Là où se trouve Ruffin c’est un fil certes ! mais il est vivant et en tant que tel sa voix porte dans le concert des vivants.

    Les français savent bien que tous les présidents depuis deGaulle sont des hommes morts. Le seul dans lequel ils ont cru à un moment historique, c’était Mitterand, mais il était déjà du vieux Monde et il est devenu mort en accédant au pouvoir.

    Mort : qui ne participe plus au concert des vivants et ne fait vivre que les « croque-mort » ( accaparement des ressources, concentration du capital, accroissement extrème des inégalités, destruction du monde sauvage …..> chemin vers la mort )

    Je ne sais pas si vous l’avez remarqué mais depuis le COVID les élections sont mortes : presque aucun vivant , ou voulant le rester, ne s’ y est rendu !!

    En juin, nous assisterons certainement à l’enterrement de nos éléctions dites démocratiques !

    1. Christian Bregeon

      Si vous êtes déjà mort a quoi bon écrire ?…

      Ahem….je rappelle que ce blog est optimiste !

Les commentaires sont fermés.