Vie quotidienne : Les opérations non urgentes

Dans ma rubrique « Vie quotidienne », je pose des questions à première vue extrêmement simples mais dont j’ignore la réponse.

La presse :

15 octobre : Les opérations non urgentes sont déprogrammées
17 novembre : Les opérations non urgentes sont reprogrammées
14 décembre : Les opérations non urgentes sont déprogrammées

Est-ce la mort dans l’âme que l’on prend ce genre de décisions – parce que la déprogrammation va entraîner des morts en quantité, ou bien est-ce parce que ces opérations non urgentes sont en réalité futiles ?

Vous qui savez ce que sont ces « opérations non urgentes », éclairez-nous !

Partager :

142 réflexions sur « Vie quotidienne : Les opérations non urgentes »

  1. Vous serait-il préférable de lire en conclusion du dernier commentaire (de 18 h 23 min) « l’amélioration » qui suit…?

    Si « gouverner c’est prévoir » faudra t-il se réjouir d’un duel « réconciliant » l’appétit insatiable pour l’immoralité optimisée de l’instrumentalisation de « l’inversion de la hiérarchisation des valeurs » de la macronie avec les doutes, incertitudes du « ras le bol fiscal » « poujadisme » des « temps de cerveaux disponibles » qu’à vouer une « culte féroce » à la seule « DICTATURE des émotions » sondées d’une extrême droite/droite extrême sous le joug de la triangularisation pour la première fois dans une élection présidentielle de la « cinquième République » (n’ayant rien de nouveau dans le « monde d’après », en fait, mais incarnant juste le « progrès »… paraît-il…), et/ou se « contenter » de la légitimé en ballottage instable. insécure… sévère… avec un taux d’abstention, vote blanc, nul… record… dans pareil « expression du suffrage universel » de la démocratie du pays de la déclaration universelle des droits de l’Homme et du citoyen…?

    à vous de voir…!

  2.  » Pour Charlotte Martin, un des mots de l’année 2021, « c’est la ‘perte’ : perte de patients (qui aurait pu être évitable), perte de collègues (qui sont partis dégoûtés de ce qui se passait), perte de confiance dans la science (de la part de beaucoup de gens), perte d’adhésion de la population aux mesures, perte de confiance envers nos dirigeants politiques. Ce n’est joyeux mais je pense que 2021 cela a été beaucoup de perte ».
    Emmanuel André avait constaté lors de la première année de la pandémie une « amplification de l’élan de solidarité mais, lors de cette deuxième année, une amplification de la fatigue et de ses différentes expressions : des gens qui démissionnent de leurs fonctions et de leurs responsabilités, mais aussi des citoyens qui cherchent à trouver d’autres voies d’explication. On voit se catalyser les questionnements autour de solutions simplistes. Le défi pour l’année 2022 et les années suivantes sera de continuer à expliquer en transparence, de transmettre les doutes, et de recréer ce lien entre la biologie qui nous entoure et ce qu’on est capable de percevoir en tant qu’humain ».
    https://www.rtbf.be/info/societe/detail_retrospective-2021-la-pandemie-de-coronavirus-analysee-par-charlotte-martin-et-emmanuel-andre?id=10908957
    Merci pour ces éléments qui rejoignent mes posts : « perte de patients (qui aurait pu être évitable) », « On voit se catalyser les questionnements autour de solutions simplistes ».

  3. Mon 1ier commentaire :
    https://www.pauljorion.com/blog/2022/01/02/vide-quotidienne-les-operations-non-urgentes/comment-page-1/#comment-882206

    En France
    Hospitalisations
    les + de 50 ans représentent 85%
    Réanimations :
    les + de 50 ans représentent 83%
    La répartition hospitalière par tranche d’âge reste très proche depuis le début de l’épidémie.

    Mon 2ième commentaire:
    https://www.pauljorion.com/blog/2022/01/02/vide-quotidienne-les-operations-non-urgentes/comment-page-1/#comment-882228
    Dans un contexte épidémique et de gestion de crise majeure , l’action en terme de gestion épidémique efficace et maximisée doit se porter sur les populations concernées qui représentent 80/85% des problèmes hospitaliers et qui sont identifiées

    ———
    Décision de l’Italie ce jour:
    Covid-19 : en Italie, le vaccin devient obligatoire pour les plus de 50 ans.
    https://www.ouest-france.fr/sante/virus/coronavirus/covid-19-l-italie-instaure-le-vaccin-obligatoire-pour-les-personnes-de-plus-de-50-ans-516de45c-6e67-11ec-b529-53bae41af089

    1
    1. @ilicitano
      Il y a en fait deux phénomènes :
      La susceptibilité particulière d’une catégorie de la population une fois contaminée (> 50 ans, morbides .. ) à nécessiter le recours à des services (hospitaliers) rationnés et non extensibles (très difficilement, pas à court terme/quoiqu’en 2 ans ..).
      Le vaccin adapté appliqué régulièrement à cette population diminue d’un important facteur cette susceptibilité.

      Une épidémie (à l’évolution potentiellement exponentielle) qui est ou non contenue.
      Cette contagion ne s’effectue pas forcément directement dans la population fragile, (qui peut limiter ses contacts) mais plutôt dans l’autre partie de la population (jeunes etc ), qui a contrario ne nécessite que peu de traitement rationnés.

      Le vaccin mal adapté ou trop ancien ne contribue que marginalement à la réduction du facteur de reproduction effectif dans cette population.

      Malheureusement les 2 populations susceptible et propageante sont couplées dans les familles où les méthodes non pharmacologiques ont peu d’attrait et ne sont pas préconisées en phase asymptomatique et absence de test.

      Vacciner la totalité de la population à risque ne peut avoir pour effet que de réduire du coefficient correspondant la susceptibilité de cette population, mais ne peut garantir que le seuil de saturation ne sera pas atteint pour une circulation de virus relevée d’un même facteur.

      Seule la maitrise épidémique qui ne peut être atteinte par la seule vaccination de la population propageante est à même de contenir le dépassement des capacités.

      Il faut donc d’une certaine manière emmerder les jeunes par des restrictions de contact/transmission si l’on veut éviter le pire et non pas comme un Méchant Nudge pour les vaccine.

      Quand aux susceptibles réfractaires ils n’utilisent déjà plus les lieux que la passe-vaccinal voudrait leur interdire.

    2. @ Ilicitano,

      Bien vu 😉

      Mais avec l’échéance électorale en approche ici en France et sachant que le gros de la base électorale d’Emmanuel Macron, ce sont des plus de 50 ans, prendre une telle mesure aurait pu être un mauvais coup politique pour quelqu’un qui souhaite se représenter (ce dont nous doutons plus vraiment depuis son discours du 12/07/2021). Il aurait pu froisser une partie de son électorat car certains des plus de 50 ans déjà vaccinés n’auraient pas forcément bien compris pourquoi eux… et pas les jeunes non vaccinés (qui pourtant ne sont pas ceux qui posent le gros du problème).

  4. Question subsidiaire :

    Report des  » opérations non urgentes  » quelles conséquences dans le nucléaire civil ?

    2
  5. « Si on a un variant qui est aussi contagieux qu’Omicron, mais significativement plus mortel, nous devrons être en mesure de développer et de produire un nouveau vaccin dans un délai très court », a déclaré le ministre.
     » Nous ne devons pas tomber dans l’hypothèse naïve que la pandémie sera bientôt terminée. Elle n’est pas terminée »

    Le gouvernement entend mettre en place un système permanent pour pouvoir acheter et fournir des vaccins rapidement et à tout moment car de nouvelles épidémies graves pourraient arriver,

    Ne révons pas c’est en Allemagne !

    Karl Lauterbach, nommé ministre de la Santé le mois dernier, a fait ces commentaires lors d’une interview au journal Welt am Sonntag dimanche.

Les commentaires sont fermés.