118 réflexions sur « YALEFEU – Le spectre d’une guerre thermonucléaire est toujours là – Paul Jorion »

  1. Si la fin  » logique » est inéluctable et tragiquement exterminatrice , et si on ne souhaite pas cette fin , la logique veut que l’on remonte aux prémisses pour changer l’énoncé du problème .

    Mais si la majorité ne veut ou ne peut lire correctement les prémisses actuelles afin de les modifier , ça va pas le faire .

    4
    1. Remonter aux prémisses :
      Un jour, il y a 2000 ans, Jésus. … zut !
      Un jour, il y a 4000 ans, le dieu Rha. … zut !
      Un jour, il y a 65 000 000 d’années, les dinosaures. … zut !
      Un jour, il y a 4 000 000 000 d’années, la vie… zut !
      Un jour, il y a 5 000 000 000 d’années, la Terre…. zut !
      Un jour, il y 15 000 000 000…. 😧
      Foutus prémisses !

      6
        1. C’est amusant, je suis allé sur mon moteur de recherche favori et j’ai tapé : « invention première bombe ».
          Résultat, on ne me propose que des sujets sur la « première bombe atomique « , comme si nous n’avions jamais dépassé le traumatisme qu’elle a été, et oublié tous les autres engins explosifs.
          Mais elle n’est que l’apothéose technologique de notre désir de détruire. Rien n’y fera tant que nous n’interrogerons pas notre désir de détruire.

          4
          1. Déjà fait : voir Freud et Thanatos .

            Faut faire avec , et c’est pour ça que plutôt que laisser nos pulsions de mort régler les tensions qui nous sont des impasses , il faut tenter de remonter aux prémisses qui génèrent les tensions pour agir sur elles ( les prémisses ) .

            Vous me devez 60 euros .

            1
            1. La réponse est : avidité. C’est intrinsèque à certains (tous ?) êtres humains.

              Vous me devez 100 € (plus la réponse est courte, plus elle est chère)

              2
              1. @ François M

                « La réponse est : avidité »

                Comme j’en avais fait la remarque dans un précédant commentaire :
                nous avons deux fléaux :

                – La covid, le virus
                – l’ex-coco avide, le vieux russe.

                (consultation gratuite)

                2
          2. Poudre à canon : invention chinoise, chez nous vers 1320-1340,

            Voir aussi « Congreve » pour l’invention des missiles (les anglais retournent les feux d’artifice contre les chinois, en mode militaire au XIXème siècle,
            bataille de la rivière des Perles)

            « Bombe » : une fois qu’on a poudre à canon et métal, on peut faire un continuum d’objet, plusieurs déclinaisons de détonation.
            (on arrête d’ailleurs pas « le progrès », les explosifs thermobarique, etc.)

            1. (message prévu au départ que j’ai perdu et retrouvé) :
              – Ce sont les chinois qui inventent la poudre à canon
              http://passerelles.bnf.fr/faits/pas_2094.php (*)
              – Pour l’étape suivante (missiles) ce sont les chinois qui ont soufflé la solution aux anglais, qui l’ont appliquée
              pour plonger la Chine dans son « siècle horrible » 1850-1950 en gros :
              Cherchez « Congreve » sur wikipedia, respectable entreprise qui fit les premières fusées. En plein XIXème siècle.

              (*) Une fois qu’on a la poudre, il y a un continuum entre « bombe », « projectile », etc. Je ne sais pas si la « bombe » est datable en tant que telle.
              Le fondateur de mon labo de thèse relatait qu’en 1949 ou par là, élève de Polytechnique, il s’amusait dans l’internat (alors Montagne Ste Geneviève à Paris) à mettre de la poudre dans l’espace entre deux grosses vis, avec un boulon qui les réunissait pour fermer la « bombe », et il serrait « un peu ». Puis il laissait tomber du 3ème étage. Si ça ne pétait pas, un petit coup de serrage des vis , et on recommence, jusqu’à ce que ça pète en bas.
              (Je précise qu’il était issue d’une famille juive roumaine et avait passé la guerre en France vers Cahors, et se souvenait des bombardements qu’il avait vu passer dans le sud-ouest, peut-être bien ceux des alliés je n’ai plus mémoire).
              Une fois qu’on a de l’énergie et du métal, la « bombe » se décline sur une vaste panoplie.

              1. Je pensais que c’était aux Beaux-Arts qu’on avait les amusements les plus cons, mais je vois avec plaisir mêlé de consternation qu’à l’X, c’était pas mal non plus ! 😉
                Désormais, les étudiants font leurs conneries sur les réseaux sociaux. O tempora, o mores !

                2
                    1. Je me fie au rapport du fiston de mon co-président d’un club d’athlétisme dans les années 1985-1986 , et qui était Gadzart à Cluny .

                      Bon , les choses ont peut être changé , le temps passe vite .

            2. Quand la poudre noire nous arrive de Chine, les Chinois la connaissent depuis longtemps (quelques siècles?) et n’en font rien d’autre que des pétards et des feux d’artifice, mais « nous », l’Occident prométhéen, en faisons des pistolets et des canons en quelques décennies. Quand Alfred Nobel, qui était passablement pacifiste et anarchiste (lire les édulcorations opérées par sa famille à son décès, à propos de son testament), quand Alfred donc invente ou découvre la dynamite, il est heureux: il s’écrie que jamais les humains n’oseront utiliser une telle puissance dévastatrice dans la guerre.
              Cherchez l’erreur!

              Franchement, aujourd’hui, la réserve dont fait montre l’Otan m’a étonné et m’étonne. Les docteurs Folamour ne sont donc pas aux commandes actuellement. C’est plutôt une bonne nouvelle, mais a-t-elle de l’avenir…

              1. Les dangereux Folamours actuellement sont assez clairement identifiés :

                Russie, Chine, Birmanie, Syrie, Corée du Nord, sont à des degrés divers dans la sainte alliance des bouchers sanguinaires.

                Et y a pas qu’eux, ils sont de plus en plus nombreux il semblerait :

                https://fr.wikipedia.org/wiki/Dictature

                La carte est édifiante :

                https://fr.wikipedia.org/wiki/Dictature#/media/Fichier:Democracy_Index_2020.svg

                Remarquez que la fRance est juste vert claire …

                On a du progrès à faire ! Et pour les débiloffs adepte du « oui mais « avant de raconter n’importe quoi sur qui est responsable de quoi, jeter un coup d’oeil à la carte.

    1. Sauf qu’aujourd’hui , en » prenant les choses comme elles sont » , il ferait la démonstration inverse ( d’ailleurs sa politique  » de fait » a été plus européenne que l’orgueil franchouillard ne le voyait ). Il avait par contre mieux anticipé , en tant que militaire habitué à compter ses ressources , l’importance d’une relative autonomie énergétique .

      1. Tant qu’à refaire les choses comme elles n’ont pas été, moi, je lui aurais fait lire, dans sa jeunesse, Jorion et Lordon, plutôt que Maurras, et il aurait été parfait…

        1. On est au bord de la troisième guerre mondiale et il y a une élection présidentielle .

          C’est l’occasion rêvée pour Jorion et Lordon de faire leurs preuves et d’être plébiscités par l’humanité en lançant leur appel du 6 juin .

  2. En effet.
    J’évoquais dans le précédant article de Mitralias ce qu’il y avait de « paradoxal » dans les propos de l’amiral James Stavridis qui attribuait la victoire de l’Ukraine sur les troupes russes à Poutine …
    … et ICI pointe comme une jeune pousse de printemps les prémisses d’une guerre thermonucléaire qui viendrait mettre un terme au réchauffement climatique.
    PARI GAGNANT.

  3. « Le spectre d’une guerre thermonucléaire est toujours là »
    Évidemment qu’il est toujours présent, l’Homme s’est toujours servi des armes qu’il a conçues et les États-Unis ont même été les premiers à l’essayer sur des villes, pourquoi cela ne se reproduirait-il pas quand on constate le nombre effarant de va-t-en guerre sur la planète, et même chez ceux qui se disent de gauche ou écolos !

    1
    1. Ne confondez pas homo occidentalis et homo sapiens, l’arsène, toutes les civilisations ne sont pas et n’ont pas été croissantistes et jusquaboutistes.
      Levinas a dit: « Il n’y a pas de force qu’il connaisse que l’Occident ne mène à sa limite ».

    2. Toi on sait que tu n’es pas de gauche, t’es une groupie. Et être groupie c’est être de droite, tendance fasciste en plus généralement.

      1. @ CloClo
        « tu n’es pas de gauche », « tendance fasciste « 
        Je ne sais pas d’où tu viens ni ton histoire, et franchement je m’en tape vu tes insultes, mais sache que la mienne a été de me battre dans les années 70 contre Ordre Nouveau et Occident, et tu es donc le premier dans ma vie à me traiter de  » fasciste ».
        Tu fais donc partie de ceux, comme les BHL, Goupil and Co qui traitent de fachos ceux qui s’opposent aux guerres d’intervention de type néocoloniale.
        Quant à me qualifier de  » groupie », oui , je le suis, de Chet Baker, mais surement pas d’aucun politiques.
        Bon vent.

        1. Oui l’arsène, y a des gens qui ont été de gauche, puis en fait qui se sont réveillés à l’extrême droite 50 ans plus tard, à flirter avec les fascistes.

          « Tu fais donc partie de ceux, comme les BHL, Goupil and Co qui traitent de fachos ceux qui s’opposent aux guerres d’intervention de type néocoloniale. »

          Sérieux ? 😀

          Attends, j’ai du loupé un épisode là sur toutes tes interventions qui servent la soupe à Poutine et reprenne la propagande du Kremlin dans sa guerre … néocoloniale !

          En fait tu serais donc juste bête et pas fascisant ? Je réserve mon diagnostic encore un peu alors. Pourquoi lorsque je porte un jugement sévère sur un commentaire, commentateur, tu penses que j’insulte, non j’éduque.

  4. Avez-vous regardé hier soir sur Arté les documentaires sur le nucléaire ? Effrayant ! Bien sûr la guerre, mais même sans guerre on a tout à craindre du stockage des déchets, sans compter des hommes boutons armés en duo , souvent cocaïnés , programmés à exécuter l’ordre de mise à feu (prêt à tuer son coéquipier en cas d’hésitation).

    2
  5. Avec le COVID, on a eu une presque grève mondiale à domicile mais quand même avec 6 à 18 millions de morts,
    car on a été un peu lent à la détente mais sans balle au bout.
    Ça fait rien, on est encore au fond de la marmite qu’ on sait sur le réchaud depuis au moins 45 ans et on parle encore de croissance.
    Sans doute l’Ukraine va repousser la Russie, c’est déjà ça de pris, faut encore un peu patienter mais ça va marcher.
    Après ? Faudrait espérer que la fusion nucléaire réussisse pour apporter de l’énergie inépuisable et gratuite.
    Reste aussi l’option des extra-terrestres qui voudraient envahir la planète pour qu’enfin on soit tous unis.
    C’est un peu compliqué de vouloir expliquer l’univers quand on est à l’intérieur, on y voit pas vraiment bien.

    1
    1. Si on ne voit pas la différence entre 6 ou 18 millions de morts , c’est qu’effectivement on n’y voit pas vraiment bien .

      1
      1. ! IMPORTANT !

        Bonjour à tous,

        « c’est qu’effectivement on n’y voit pas vraiment bien », dixit Juannessy, et ça, ce n’est pas faute d’avoir prévenu…

        En attendant, SARS-CoV-2 court toujours avec son lot de conséquences graves en valises !

        Le Chili qui était l’un des premiers pays accusés de manipulation de leurs chiffres de la mortalité des suites du Covid-19, vient d’afficher un pic de près de 12.000 décès uniquement pour la semaine dernière ; information passée totalement sous silence par les médias occidentaux sur fond de guerre en Ukraine…

        Partout où le Covid-19 refait surface, les courbes des décès explosent à la hausse par rapport à la vague de décembre-janvier-février, et la Corée du Sud affiche désormais les pires résultats alors que ce pays était considéré jusqu’ici comme l’exemple à suivre en matière de gestion de la pandémie ; cela ne semble plus être le cas aujourd’hui, et il s’agit là d’une alerte assez sérieuse passée totalement sous silence en Occident du fait de la guerre en Ukraine ; la Chine fait de la pandémie sa priorité, l’Ukraine y demeurant un sujet d’arrière plan, ce qu’ont fort justement souligné les intervenants de ce débat, sans toutefois comprendre pourquoi : https://www.youtube.com/watch?v=p7uN_cft9pU

        En France, le retrait du masque et la fin des gestes barrières sont synonymes de reprise forte de la pandémie avec partout en France une recrudescence de tests positifs exacerbée par le passage de l’équinoxe de printemps ; monsieur Véran, pourquoi avoir soutenu une telle décision face à une situation fin février d’ores et déjà si fragile ?!

        En outre, il est tout à fait envisageable de devoir s’attendre à un nouveau record absolu du nombre de patients hospitalisés en France à la mi avril, et donc nettement supérieur à 33.500 patients ; à suivre…

        Bref, on en a pas encore terminé avec cette pandémie, avec partout des équipes hospitalières qui sont hélas littéralement épuisées… Or, face à elles, ce n’est plus un mix Delta-Omicron comme lors de la période décembre-janvier-février. Non ! Cette fois-ci, c’est bel et bien du 100% Omicron avec son lot de nouvelles mutations, et c’est bien là tout le danger maintes et maintes fois exposé et expliqué, notamment sur ce blog ; vraisemblablement en vain, sachant que les vaccins ont joué leur rôle face au Delta, mais en aucun cas face à l’Omicron…

        Au passage, Paul, je suis désolé de devoir le redire ici, mais le GIEC devra tôt ou tard assumer sa part de responsabilité :
        https://www.pauljorion.com/blog/2016/11/24/du-crepuscule-a-la-nuit-de-medicis-de-lelection-de-donald-trump-symptome-politique-philosophique-et-psychologique-dune-crise-systemique-globale-hors-de-controle-au-symptome-climatique-par/

        Bien à vous tous,

        Philippe

        ps : et s’il n’y avait que la question de la pandémie ; que devient par exemple l’argent des dons humanitaires sensés venir en aide des populations ukrainienne ? la curiosité en temps de guerre étant toujours souhaitable, surtout lorsque les médias ultralibéraux toujours aux ordres chrérissent à ce point leurs propres filtres de l’information, ce qui fait qu’en effet, « on n’y voit pas vraiment bien »… alors le risque thermonucléaire ? comment vous dire : climat => pandémie => guerre… à bon entendeur…

        1
        1. Medellín, el 30 mars 2022

          JL >> PS

          Quote
          Le Chili qui était l’un des premiers pays accusés de manipulation de leurs chiffres de la mortalité des suites du Covid-19, vient d’afficher un pic de près de 12.000 décès uniquement pour la semaine dernière ; information passée totalement sous silence par les médias occidentaux sur fond de guerre en Ukraine…
          Unquote

          Moi, je connais une autre personne manipulant la vérité: M. Philippe Soubeyrand.

          https://www.minsal.cl/wp-content/uploads/2022/03/CP-REPORTE-COVID-19-Domingo-20.03.2022.pdf

          https://www.minsal.cl/wp-content/uploads/2022/03/CP-REPORTE-COVID-19-Lunes-21.03.2022-1.pdf

          JL

          1. PS >> JL

            Bonsoir,

            Et moi je connais des gens qui sortent systématiquement les messages de leur contexte !!!

            Allez, rien que pour vous, +11.447 décès tombés du ciel, et ceci comme par enchantement ; tiens donc :

            https://renkulab.shinyapps.io/COVID-19-Epidemic-Forecasting/_w_e0905e5a/?tab=jhu_pred&country=Chile

            Une donnée confirmée partout…

            https://gisanddata.maps.arcgis.com/apps/dashboards/bda7594740fd40299423467b48e9ecf6

            Allez, rien que pour vous ; calcul niveau école primaire : 55.965 – 44.518 = 11.447 (ces chiffres figurent dans vos liens – même pas la mention « confirmados y sospechosos » vous interpelle)

            Piqûre de rappel pour les nuls ; et cela ne date pas d’hier comme je le disais :

            https://www.lapresse.ca/international/amerique-latine/2020-10-22/covid-19/le-chili-accuse-d-avoir-manipule-les-chiffres.php

            Ou « Comment la vérité et la réalité furent inventées »…

            https://www.gallimard.fr/Catalogue/GALLIMARD/Bibliotheque-des-Sciences-humaines/Comment-la-verite-et-la-realite-furent-inventees#

            Fermer le banc.
            Bien à vous.

            Philippe

            ps : à l’extinction moins cinq, et malgré des centaines de millions de réfugiés à venir aux quatre coins du globe du fait du « soliton » en cours, il y aura toujours des gens pour crier au loup et nous dire que tout va bien… alors ma foi…

            1
            1. Soubeyrand
              Le nombre de cas détectés n’est définitivement pas un bon critère. Il varie avec la politique de dépistage, qui n’est pas constante.
              Les deux chiffres qui comptent sont essentiellement celui des hospitalisations et celui des morts, forcément minorants.
              Alors allez voir https://www.worldometers.info/coronavirus/country/chile/ , où les cas chiliens quotidiens viennent d’être plus nombreux que jamais (et le dépistage?), mais le nombre de morts quotidien, dans un pic qui a duré quelques jours, est comparable au pic de juin 2021, qui a duré 7 semaines, et inférieur de 10 % à celui de juin 2020, qui a lui été très court comme celui qui se termine actuellement au Chili.

              Cela dit, il est certain que nous n’en avons pas fini avec le SARS-CoV-2. Si Omicron est hyper-contagieux, il est très peu virulent, et cela n’est dû qu’au hasard de la roulette génétique, c’est un pur cadeau du jeu de dés des mutations, les variants étant produits stochastiquement par des erreurs de réplication.
              C’est le variant le plus contagieux (avant de tuer son hôte) qui se trouve sélectionné et se répand en prenant toute la place.
              Il n’y a aucune loi naturelle qui empêcherait un variant d’être hyper-contagieux (il prendrait donc toute la place) et hyper-mortel (il causerait une hécatombe). Il « suffit » que ce variant hypothétique soit, je le répète, contagieux quelques jours avant le diagnostic (les premiers symptômes) et bien sûr, avant le décès du malade.

              1. ! LOL ! et re-LOL !

                Bonjour,

                Encore un qui sort le message du contexte et élude totalement les +11.447 décès du Chili tombés on ne sait comment du ciel le 21 mars dernier !

                Faut arrêter de regarder worldometers quand on est sérieux, car leurs données sont le résultat d’une consolidation différée des données des instituts et des labos ! Ce n’est pas du « temps réel » ; déjà que ce n’est pas évident d’en faire…

                Et pour ce qui est du Chili, leurs données ne sont justement pas encore à jour du côté de worldometers ; je n’en suis pas surpris, ce +11.447 n’ayant rien de logique, leurs formules de calcul leur permettant la consolidation automatique des données de leurs graphiques étant ici en échec sans une intervention manuelle !

                Le faites-vous exprès les gars ? Savez-vous lire et calculer au moins ?

                Relisez les liens sous mes commentaires précédent qui étaient surtout une réponse sous ce fil depuis le commentaire de Juannessy au sujet de la mortalité globale qui serait au moins 3 fois supérieure à celle affichée partout :

                https://www.pauljorion.com/blog/2022/03/29/yalefeu-le-spectre-dune-guerre-thermonucleaire-est-toujours-la-paul-jorion/comment-page-1/#comment-895915

                Un commentaire que je me suis vu obligé d’étayer plus avant ici :

                https://www.pauljorion.com/blog/2022/03/29/yalefeu-le-spectre-dune-guerre-thermonucleaire-est-toujours-la-paul-jorion/comment-page-1/#comment-895981

                Et voilà que maintenant vous Guy, vous en remettez une couche !

                Alors STOP ! Respectez le déroulement du fil s’il vous plaît…

                +11.447 décès, rien qu’au Chili ! Une paille selon vous ?

                18,2 millions de morts dans le monde en dépit des confinements, des gestes barrières et des vaccins ! Une paille ça aussi selon vous, sachant que l’étude dont les données s’arrêtent au 31 décembre 2021, estime également la borne supérieure de l’intervalle d’incertitude à 19,6 millions de morts ! Non mais quelle paille !

                https://www.thelancet.com/journals/lancet/article/PIIS0140-6736(21)02796-3/fulltext

                Tant qu’on aura des gens qui raisonneront comme vous le faites ici à l’approche du mois d’avril 2022, l’Humanité ne pourra que poursuivre son effondrement !

                Pendant ce temps, comme le dit si bien Aurélien Barrau, les gens comme moi sont hélas obligés de verser en permanence et en vain dans l’apologie de l’alerte !

                Alors finalement, à quoi bon…

                Fermer le banc.
                Bien à vous,

                Philippe

                1. Soubeyrand
                  Je compatis à votre énervement, mais je ne dispose effectivement pas de deux heures par jour pour lire le seul blog de Paul Jorion et y suivre les propos de Soubeyrand dans le détail. Quant à faire de moi un activiste et activateur de la fin de l’espèce humaine, merci beaucoup, je n’en demande pas tant.

                  Sérieusement et dans le calme, je n’ai jamais dit ni pensé nulle part qu’un mort ou 10.000 morts, ce n’est rien, mais passons.
                  Ces « 11.447 décès du Chili tombés on ne sait comment du ciel le 21 mars dernier », je suppose que vous avez l’explication? Si vous l’avez déjà avancée ici, désolé, elle m’a échappé. Dans le contexte de votre message (pas celui de vos deux dernières années de contributions au blog de Paul Jorion), se contenter de dire « tombés on ne sait comment du ciel » ressemble un peu trop à une rhétorique trop répandue aujourd’hui qui soulève des questions ou des suspicions en se gardant bien de proposer une réponse.
                  Cette discontinuité dans les chiffres ressemble a priori à un rattrapage de la statistique ou à une modification des critères de prises en compte comme on en voit souvent, autrement dit, une discontinuité plus dans les chiffres que dans la réalité. Mais j’ai bien dit « a priori », et je suis ouvert à toute autre information.

                  J’ai bien vu le saut dans les chiffres, qui sont d’une page Université de Genève – Institut suisse des données. Ils annoncent comme sources « Data is from the Johns Hopkins University (JHU), the Swiss Federal Office of Public Health (BAG), the COVID-19 Canada Open Data Working Group (CCODWG), the Santé publique France (SPF), and the Public Health England (PHE) » . Rien de révolutionnaire ni marginal, ça m’a l’air tout à fait Worldometers-compatible, mais ici je vous donne encore une verge pour me faire battre.

                  En résumé, à part la bêtise des commentateurs distraits dans mon genre, quelle est au fait la cible de votre colère ? Je n’ai pas compris.

                  1
    2. « Faudrait espérer que la fusion nucléaire réussisse pour apporter de l’énergie inépuisable et gratuite. »

      Pour qu’on puisse continuer à épuiser et a dégradé irréversiblement notre planète ?

      2
        1. Surtout, le jour où elle fonctionnera, si ce jour existe, il ne faudrait pas que les électro-aimants (qui génèrent les murs magnétiques) tombent subitement en panne…

      1. @Nioloo c’est possible il y a même un générateur en service qui diffuse l’énergie partout par onde électromagnétique ça s’appelle le soleil, mais il n’y en a que pour 5 milliards d’années à peu près.

    3. Jancovici, à qui on demandait si la fusion nucléaire était la solution à tous nos problèmes, a répondu :
      « Non : disposer d’une énergie illimitée permettrait simplement de faire des conneries illimitées. »

      9
      1. Le même Jancovici qui conseille à Macron de construire de nouveaux réacteurs nucléaires ?
        D’ici là , et vu que le programme est en cours, on saura si la fusion fonctionne ou pas.

        1
      1. Vu le silence radio des extra-terrestres, j’ai bien peur qu’ils ont rencontré les mêmes problèmes que nous. Pessimisme ou réalisme ?

        1. @Nioloo
          Réalisme ! devant les distances qu’il faut franchir pour qu’une rencontre ait lieu entre des ETs et nous.
          Ils sont trop loin ; pour nous et pour eux. Et n’en déplaise à certains ici et là-bas, ce trop loin restera trop loin. Pensez qu’on a bouffé presque tout notre capital énergie et métaux et qu’on a à peine caressé la Lune.
          Mais au moins, comme cela, les bio-diversités de l’Univers sont protégées les unes des autres ; même si elles ne le sont pas d’elles-mêmes ; tjs à cause, au final, d’une seule espèce ; ici, sur Terre, la nôtre.

          1
  6. Un article de Reporterre :

    La guerre en Ukraine enterre le mythe du nucléaire « civil »

    L’idée diffusée depuis 70 ans qu’il existe un nucléaire civil et pacifique s’écroule avec l’invasion de l’Ukraine. Historiquement liées au militaire, les installations nucléaires sont de fait des cibles militaires très dangereuses.

    Ce serait drôle si ce n’était pas effroyable. Au début du mois de février, au nom de la lutte contre le réchauffement climatique, la Commission européenne a consacré l’électricité nucléaire comme « énergie verte ». Et depuis début mars, toute l’Europe retient son souffle en pensant aux quinze réacteurs ukrainiens aujourd’hui situés en pleine zone de guerre. Il ne s’est pas écoulé un mois depuis la labellisation, obtenue sous la pression française, pour que cette « énergie verte » ne fasse redouter une catastrophe écologique à l’échelle du continent. Décidément, les labels ne sont pas fiables.

    Dans un article intitulé « Réacteurs nucléaires en zone de guerre ? Un nouveau type d’arme », Rodney Ewing, professeur de sûreté nucléaire au Center for International Security and Cooperation de l’université de Stanford, rappelle quelques faits : un réacteur nucléaire (la centrale ukrainienne de Zaporijia touchée par bombardement russe en compte six) contient un stock de produits de fission radioactifs bien supérieur à celui que produit une arme comme la bombe A d’Hiroshima.

    « Une bombe environnementale »

    Bien sûr, « un réacteur n’est pas une bombe nucléaire », au sens où il n’est pas conçu pour tuer des centaines de milliers de personnes par effet de souffle. Mais « libérer les combustibles hautement radioactifs d’un réacteur équivaut à créer une bombe environnementale ». Même le plutonium et l’uranium irradiés stockés dans les piscines des centrales après avoir été utilisés dans les réacteurs « constituent un danger immédiat pour les personnes et une menace de très longue durée pour l’environnement — nécessitant des zones d’exclusion à l’échelle de milliers de kilomètres carrés ». Le professeur de sûreté nucléaire précise : « À une distance d’un mètre, une personne exposée à des combustibles nucléaires usagés (retirés d’un réacteur depuis un an) recevra une dose létale en moins d’une minute. »

    Le raisonnement qui en découle est simple. Si l’Ukraine abrite quinze réacteurs nucléaires, la France, pour une superficie équivalente, en compte 56. Mais ces centrales ne sont que la partie émergée de l’infrastructure atomique de notre pays : on recense sur le territoire 175 installations nucléaires de base : usines d’enrichissement d’uranium, laboratoires, usines de traitement de combustibles irradiés, stockage de déchets, etc. En temps de paix, veiller à la sécurité de ces sites est déjà acrobatique. Même avec une administration en état de marche et tous les moyens techniques et humains disponibles, une centaine d’incidents divers surviennent chaque année : défaillances, pannes, fuites, irradiations accidentelles. Que deviendraient toutes ces installations à haut risque au milieu des tirs et des bombardements ?
    Le nucléaire « civil » n’existe pas

    En fait, la maîtrise de la fission nucléaire et la gestion de substances aussi dangereuses, déjà difficiles en temps normal, sont impossibles dans un monde instable, que ce soit dans un contexte de dérèglement climatique ou de guerre. Et la flambée de violence en Ukraine nous apprend que le nucléaire « civil » n’existe pas : il suffit d’un affrontement pour qu’il devienne « militaire ». Il suffit d’un changement de décor pour que le « parc nucléaire » (notez comme l’expression évoque le calme d’un grand jardin et le paisible ronron de machines maîtrisées) se mue en un arsenal atomique dirigé contre nous-mêmes.

    Cela paraît aller de soi. Mais le plus étrange est qu’on semble le découvrir aujourd’hui. Pourquoi ? Parce que cet aveuglement a été construit. Son histoire remonte à un célèbre discours d’Eisenhower à l’assemblée générale des Nations Unies, en décembre 1953. Ce jour-là, le chef d’État américain annonçait la création de l’Agence internationale pour l’énergie atomique (AIEA). Elle aurait pour mission de « renverser l’effroi causé par la course à l’armement atomique » en mettant « les matières fissiles au service des objectifs pacifiques de l’humanité ». L’AIEA assure depuis lors la promotion de l’électricité nucléaire dans le monde entier pour, selon les mots d’Eisenhower, « faire disparaître la peur de l’atome des esprits des citoyens et des gouvernements de l’Est et de l’Ouest ». Il n’y a rien à craindre des « atomes pour la paix », a-t-on expliqué aux habitants des pays où l’on construisit ensuite les centrales nucléaires, puisqu’elles sont l’exact opposé de l’arme atomique : « Le moyen de mettre la miraculeuse inventivité de l’homme au service, non plus de la mort, mais de la vie. »
    Dans les imaginaires, l’atome c’est la guerre, le nucléaire c’est la paix

    Tout au long des années 1970-80, les mouvements écologistes ont pourtant démontré que nucléaire civil et militaire étaient indissociables, ne serait-ce que parce qu’on fabrique des bombes atomiques en retraitant le plutonium des centrales. Greenpeace alerte depuis des années sur les conséquences d’une attaque terroriste sur un réacteur. Mais l’idéologie de l’électricité nucléaire comme œuvre rédemptrice, comme contrepoint progressiste de la barbarie destructrice de la Seconde guerre mondiale, a perduré. Dans les imaginaires, l’atome c’est la guerre, le nucléaire c’est la paix.

    On réalise aujourd’hui qu’il s’agissait d’un seul et même phénomène à l’heure où la menace des « atomes pour la guerre » et celle des « atomes pour la paix » se superposent. Dans le conflit actuel s’additionnent le danger de la guerre atomique et celui de l’accident nucléaire, la terreur de nos infrastructures civiles et militaires cumulées.

    8
  7. Non, l’humanité (non qu’elle ne mérite pas souvent) ne disparaîtra pas, même à coup de bombes atomiques ! Comme tous les antinucléaires, vous sous-estimez la résistance du vivant aux radiations ionisantes. Il y aura des survivants, et il suffira qu’ils vivent assez longtemps pour se reproduire pour que l’espèce ne disparaisse pas, fusse en quelques isolats très éloignés les un des autres, et dans un triste état.

    Bien sûr pour nous, occidentaux « civilisés », pratiquement, ça ne fait pas une grande différence, mais pour l’espèce, c’en est une énorme.

    2
    1. Vous avez trop souvent regardé « Malville » de De Chalonge avec Dutronc, Serrault, Trintignant, Villeret. Ce ne sera pas forcément toujours comme ça dans la « vraie vie ».

    2. Ermisse ! Vous être drôlement drôle !
      Les espèces, vous n’avez pas l’air de le savoir, « ça va , ça vient ». Ce qui veut dire que ça apparaît et que ça disparaît. Ainsi font les Lois de l’Univers.
      Mais cela dit, si vous croyez en quelque chose, alors là ! tout est effectivement possible ! Hélas, cela le sera seulement dans votre esprit.
      Si tel est le cas, alors, pour vous du moins, il n’y a plus d’espoir. Amen.

      1. Très heureux de vous avoir fait rire !

        Par contre, vous, vous êtes déprimant en nous condamnant à disparaître quoi qu’on fasse. Vous voyez ça dans combien de temps ?

        1. Ermisse
          Je ne suis pas déprimant, seulement géologue, les pieds bien sur Terre, ultra réaliste.
          Question délai, dans la profession, je fais partie de celles et ceux qui pensent qu’à la fin du siècle en cours les humains seront en situation de survie et que leur complète disparition surviendra durant le suivant. Question de température, de désertification et de pollutions ; et de guerres bien entendu ; tout ça organisé par les premiers de cordées.
          Aujourd’hui, dans le bordel que nous vivons, on devrait lancer une grande réforme agraire, visant à l’indépendance alimentaire réelle, locale, avec une redistribution des terres, une interdictions d’accès à celles-ci à la voracité des financiers spéculateurs ou bétonneurs, avec une reconstitution savante, grâce à des naturiers, du bocage et des forêts partout en Europe, pour protéger les sols, préserver l’humidité, gérer l’eau, capter du CO2, produire des aliments sains sans pesticides, augmenter la population d’agriculteurs. Ben non ! On fait le contraire : fin des jachères et plus de pesticides, aucune remise en cause de la logique mondialisée de l’agriculture. Hier, j’ai vu un gros con, dans le tracteur le gros tracteur de son banquier, tirer 8 socs dans le sens de la pente, en montée et en descente (la fête au pétrole, 400 chevaux en furie !), sur une petite prairie en bordure d’un cours d’eau, que je voyais en jachère depuis 17 ans. Il était heureux, le gros con !
          Il faudrait changer, à la faveur de cette guerre qui nous fait friser l’apocalypse atomique. Ben non ! On accélère.
          C’est super ! Je pense encore plus que je vais avoir raison pour la fin du siècle.
          Content de ne pas avoir de descendance : personne ne me posera de questions embarrassantes.
          Bon SaDi.

          2
  8. Il est strictement impossible d’assurer un minimum de confort à plus de 8.000.000.000 d’individus uniquement avec de l’énergie renouvelable. Nous sommes tout simplement trop nombreux.
    Solutions ?: le nucléaire, le carbone, la pilule, la guerre, la famine, les maladies ou un mix de tout.
    Mes choix: la pilule , mais c’est lent comme solution , il faut des générations ! En attendant, le nucléaire.

    2
  9. Pour info , la Suisse ( c’est peut être pour ça qu’on a avancé un temps que la nana à Poutine y était planquée ) a conduit depuis le début des années 60 et par une loi de 1964 ( on avait déjà eu de sérieuses alertes nucléaires ) une politique de construction systématique d’abris antiatomiques dans chaque construction , et actuellement on y recense 365 000 abri antiatomiques capables d’abriter les 9 millions de suissesses et suisses .

    A Zermatt , il y a a même 11233 places pour 5820 habitants . Bizarrement c’est le canton qui abrite la centrale nucléaire civile de Mühleberg , avec un taux de « couverture » de 76% seulement , qui est la moins équipée . Ces abris sont normalisés (porte blindée , épaisseur des murs , toilettes sèches , lits superposés , stocks d’eau minérale , filtration de l’air , viande séchée des grisons recommandée ..).

    En fait pas mal de ces abris ont été convertis en cave , salle de réunion , mini local de fiesta … mais ces jours ci il y a de la mise à jour dans l’air .

    C’est la protection civile qui y tient rigoureusement à jour le cadastre de tous ces abris .

    Les poissons du lac Léman , s’il en reste , ne sont pas prévus .

    1
    1. Il y a eu un court métrage de fiction sur cette situation ; deux gars et une fille jeunes se sont enfermés dans l’abri. Ils y sont depuis trois semaines (ou plus) sans aucune nouvelle. Après moultes discussions, il y en a un qui décide de sortir. Il y a un sas. Il sort et se trouve… dans le fond d’une étendue d’eau. Il se laisse remonter et débouche… sur une énorme étendue d’eau à perte de vue sans aucun relief… (étonnant pour la suisse). Fin du film.
      C’était en noir et blanc, vers les ’70/80 (?). Cela m’a marqué par cette fin absurde. Le pire, c’est le pire.

      1
      1. @Chabian Le spectateur pouvait alors imaginer les félicités de la suite dans l’abri à l’époque d’une société non partousarde, moralisatrice, hétérosexuelle.

        De nos jours c’est probablement la fille qui remonterait à la surface pour la version occidentale interdite en Russie.

  10. Quand le « spectre » hantant les intérêts particuliers des dirigeant.e.s du public/privé, des pantoufleurs, des adeptes, de conflits d’intérêts, délits d’initier (des spéculateurs sur « l’âge de l’or gris »…et autres résultats de guerre commerciale, monétaire de « civilisation »…) du clientélisme, carriérisme, de l’endogamie, de la reproduction de classe… des capitalistes d’État, communistes, comme néolibéraux, ultralibéraux – ne s’inquiétant plus que de comment lutter contre les causes court-termistes, électoralistes, les parts de responsabilités inavouables… à ne pas assumer quoi… dans la croissance exponentielle de demandes de plus de justices, « sociétales » ? – quand cette hantise singulière… se réduit à vouloir en finir au plus vite… peut important étant les moyens enfreignant les accords de Genève en cas de guerre militarisée et menace nucléaire, pourvu qu’à la fin, la plus forte dissuasion ai le denier mot, écrive l’Histoire… peut important étant les « choix démocratiques » du « camp du bien », cherchant à « s’exempter de peine pour cause de négligence » face aux « cotés obscures des forces manipulant le bon »… en accélérant des politiques publiques de croissance du pib, du consumérisme, d’austérité, de « réformes structurelles » néolibérales » des protections sociales (régimes des retraites, des minimas sociaux, des vocations à se mettre au service du public, en le privatisant/digitalisant/technocratisant/précarisant)… augmentant « en même temps » (au sens de au moment même ou c’est l’été là bas, il est question ici bas, de demander aux plus pauvres de baisser leur chauffage de plus de 1 degrés pour faire un effort de guerre, et passer l’hiver… sans demander aux spéculateurs d’arrêter, de s’INTERDIRE de parier sur la gestion des stocks, de problèmes d’approvisionnements… gestion faite en flux tendus, manipulant les prix de l’énergie, des denrées alimentaires, de biens de premières nécessités sanitaires… sur l’inflation et la peur de perdre en « pouvoir d’achat » quoi) le réchauffement climatique de plus de 25 degrés Celsius en Antarctique… peut leur important étant… qui paiera le « quoi qu’il en coûte », et l’impunité des « externalités négatives » amplifiant la pollution, la perte de la biodiversité, les risques du dérèglement climatique… et intensifiant les tensions « sociétales » et risques de guerres civiles en interne… quand ce « spectre » les hante… cette hantise est-elle réellement « représentative », suffisamment identique (au sens « identitaire ») à celle des dirigé.e.s devant choisir de s’ABSTENIR… ou de trancher dans un second tour électoral… entre un populisme mondain à tendance fasciste en col blanc, ou un populisme vulgaire à tendance fasciste en col bleu… ?

  11. Dit autrement, dans des contextes, des espaces et temps électoraux, individualistes, différentiels, en rien unifiés/unificateurs (au sens d’une « République » française de moins en moins « Une et indivisible ») quand seule la politique monétaire européenne commune demande l’unanimité de non élu.e.s ou presque (ne s’inquiétant que de l’attitude, les « opinions » des « marchés » de « temps de cerveaux disponibles » qu’à vouer un « culte féroce » à la seule « DICTATURE des émotions » sondées, soit disant capable de « réconcilier » leurs doutes, incertitudes, avec le « ras le bol fiscal », « poujadisme », « pouvoir d’achat »), pour agir, faire/défaire les politiques sociales des « États providences »… ou en Ukraine par exemple… les populations craignent plus à l’instant présent de perdre la vie de leur proche ou la leur… avec des « armements conventionnels » russes, envoyés en représailles de l’usage d »un « armement patriotique français » (par exemple), d’un pays déclarant ne pas être en guerre contre la Russie… ou en Russie, la population craint pour elle et ses proches, des brutalités policières, du régime autoritariste… au cours de manifestation publique de sa peur d’avoir à subir les conséquences d’une guerre risquant de dériver vers le conflit nucléaire… alors qu’au quotidien elle vie déjà la misère de sanctions… et ou en France, les « dirigé.e.s » les plus pauvres, précaires, discriminé.e.s de façon « systémique » n’ont d’autres choix que de prendre le risque dune « guerre civile » en élisant l’extrême droite/droite extrême… ou d’une guerre des classes « sociétales » en choisissant « l’apolitisme » macronien/européiste, et d’espérer que les brutalités impunies commises lors de contrôles aux faciès, « manifestations interdites » (par une partie croissante du personnel du « monopole de la légitime violence de l’État » personnel votant à plus de 50% pour l’extrême droite/droite extrême…) à l’embauche, dans l’accès au logement, et à la non distribution comme le non partage du « pognon de dingue » des minimas sociaux (NON RECOURS)… d’espérer en vain donc, que ces stigmatisations, ostracisations, cessent pour les plus de 6 générations de leurs descendances, n’ayant aucun espoir d’accéder à l’escalier social », à un âge de départ à la retraite, en bonne santé… pourquoi la peur d’être vitrifié par une explosion nucléaire dont il serait impossible de bien concevoir, d’expliquer clairement, la provenance des tenants et aboutissants de sa/ses détonations… devrait prédominer sur la peur d’avoir à survivre au jour le jour aux autres inégalités, scolaires, territoriales, de « destins » et autres injustices…?

    1. Pourquoi la peur de l’extermination nucléaire plutôt que la lancinante décrépitude inhérente au cheminement de nos vies ? Mais enfin car d’un côté il y a le tragique, de l’autre la fatalité 🤨🙄

      1. Est-ce que vendre jusqu’à la dernière seconde, des pseudos abris anti-atomique aux plus crédules… qui ne les protégeront en rien d’une explosion nucléaire (suivant l’épicentre de celle ci), de l’hiver… allant s’en suivre, du manque d’eau, de nourritures, de nécessaires sanitaires, pas suffisamment stockées, anticipées… de la radioactivité des sols et sources d’eau potable durant des décennies… s’ils survivent à toute ces « tragiques » « fatalités »… est-ce que ce genre de commerce fait sur la tragédie, la peur, la duperie, la tricherie… est fatal au sens de « déterminé » à advenir « quoi qu’il en coûte » en dettes privées pourries, et pertes casinos, non socialisées… aux adeptes de la non régulation, de la non interdiction de la spéculation… est fatal de la part de dirigeant.e.s du public/privé (ceux de « l’État providence » n’existant plus), se servant avant tout à s’assurer… dans leurs bunkers « d’élites », « méritocratiques », hyper-sécurisées, hyper sophistiquées… de pouvoir raconter des années, voir décennies, durant, à leurs progénitures privilégiées « promises à sauver l’espèce humaine », « l’économie de reconstruction »… en jouant sur les ressorts de la tragédie, et de « l’héroïsme individualiste »… qu »ils-elles ne purent éviter pareil « fatalités », à la majorité de la population qui n’a pas pu survivre…?

        Qu’est-ce qui fut réellement fatal, lorsque le Titanic sombra tragiquement, en emportant avec lui dans les profondeurs abyssales, les passagers-ères (femmes, enfants…) de troisième classe ayant été enfermé en fond de cal, pour laisser tranquille l’évacuation des femmes et des enfants – puis des hommes riches… – des premières classes, évacuation faite en musique SVP…? Est-ce seulement le manque d’embarcations…? Est-ce seulement le surpeuplement des passagers-ères… par rapport au nombre de place disponible, et à l’insuffisance des embarcations, pour rentabiliser au max, l’amortissement du voyage…? Est-ce la faillite de la certitude des progrès scientifiques, ayant vendu ce paquebot pour insubmersible…?

  12. Coucou,

    A tous les jeunes qui lisent le blog de Mr jorion, trés interessant sur certains sujets, je les invite à ecouter un vrai connaisseur de l’histoire contemporaine des pays de l’est pour avoir un autre point de vue.

    Il s’agit de MR Guetta qui a réalisé une petite série que je vous invite à écouter sur le site de france inter.

    çà change de L’opinion,pour être gentil, systématiquement apocalyptique de Mr jorion.

    Bonne soirée

    Stéphane

    2
    1. @Baloo
      Oui dans la même série il y a :
      – Jean Quatremer t’explique que l’Union Européenne c’est grave un truc de winner.
      – Dominique Seux te raconte à quel point la startup nation qui disrupte sa mère c’est trop frais.
      – Brice Couturier te narre à quel point le libéralisme de gauche c’est trop l’avenir .
      Il en faut peu pour être heureux…

      17
        1. Coucou,

          Je ne vois pas bien le rapport avec l’histoire contemporaine de la russie racontée par MR Guetta .

          Bonne journée

          Stéphane

          1. Bonjour baloo,

            Un bon conseil de systémicien :

            Surtout, soyez prudent, car vous pourriez bien tomber dans un guet-apens malgré vous… 😀

            Bien à vous,

            Philippe

          2. Mr Guetta ? Mr Guetta ???

            Ah oui ! Cet « expert » qui s’exprimait sur France-Inter le dimanche 13 février 2022 au petit matin et qui disait « Je parierai plutôt sur le fait qu’il n’intervienne finalement pas » à propos d’une éventuelle intervention de Poutine en Ukraine.

            2
            1. ça c’est pas vraiment un argument dans la mesure où la grande majorité des experts, des chefs militaires et des politiques disaient la même chose. « je parierai » n’exprime pas une certitude, si vous savez lire. Ce qu’on peut reprocher à Guetta ce n’est pas une erreur de pronostic c’est son alignement néo conservateur.

              2
                1. COucou,

                  Si votre point de vue c’est d’affirmer que mr guetta n’y connait rien, libre a vous . c’etait juste pour faire avancer le schmiliblik !

                  Bonne journée

                  Stéphane

    1. C’est même un peu pour ça qu’on prend des précautions depuis , en tous cas quand il y a du monde à proximité , et qu’on évite de faire ça en « plein air » ( mais ça fait pas si longtemps ) :

      https://www.ouest-france.fr/environnement/nucleaire/cartes-plus-de-2-000-essais-nucleaires-dans-le-monde-depuis-1945-5224376

      Sauf si on a la mémoire courte ou l’esprit dérangé , on n’a donc pas d’excuse pour envisager comme un petit fou de remettre ça , d’autant que , comme récemment rappelé ici , les puissances nominales ont fait un bond astronomique .

      En tous cas , une IA même moyennement douée pour l’apprentissage ne le fera pas .

      1
    2. @Chabian La question pour rappeler à la mémoire qu’il s’agit d’un joueur de poker entouré de scientifiques qui n’avaient pas de données réelles sur l’efficacité des 2 seuls engins prototypes réalisés suivant 2 voies technologiques différentes, il ne s’agissait pas d’un arsenal !
      Le Japon était déjà au bord de la capitulation et n’aurait pu être menacé par une autre bombe de ce type que 6 mois après au plus tôt.
      Le Japon ne disposait pas d’arme équivalente.
      La délivrance de la frappe a été exécutée par ruse à l’aide d’un avion à hélice en tout point comparable à un avion de reconnaissance non protégé par des chasseurs d’escorte et qui n’a fait l’objet d’aucune contre-mesure vu l’état de délabrement de l’aviation japonaise et de la DCA.
      Les moyens envisagés à l’heure actuelle missiles hypersoniques, missiles balistiques intercontinentaux, ne disposent d’aucune validation en combat réels.
      Les missions techniques Etats-uniennes envoyées rapidement sur place grâce à la capitulation ont permis d’établir des bases de données essentielles à l’évaluation et la prévision des effets biologiques et sur les structures à court puis à long terme notamment par le choix des deux villes choisies comme objectifs.
      Le seul régime qui a eu à ce jour un emploi d’un tel effet nucléaire lors d’un conflit est un régime démocratique.
      Cette arme a d’ailleurs été développée secrètement en vue de son emploi et non pour un effet de dissuasion.

  13. Bonsoir Paul (et bonsoir à toutes et tous).

    Le titre de votre article m’a curieusement rappelé le titre d’un livre de Noam Chomsky : « Guerre Nucléaire et Catastrophe Écologique » paru en France en 2014 (et sorti sous le titre original « Nuclear War and Environmental Catastrophe » chez Seven Stories Press en 2013)…

    Sauf que pour au moins un des deux risques, nous pouvons avoir la conviction aujourd’hui (derniers rapports du GIEC à l’appui) que nous sommes passés du stade du « spectre » à celui de la « certitude » que le risque se réalise.

    Et c’est là où, quelque part, je crains que la guerre en Ukraine et ce spectre de guerre thermonucléaire nous fasse (une fois de plus) oublier que la pire menace qui fait plus que planer au dessus de notre tête est écologique !

    Assez étrangement, j’ai aujourd’hui plus peur que « le ciel nous tombe sur la tête » (pluies diluviennes, canicules, sécheresses, …) comme nos ancêtre les gaulois que le « feu nucléaire nous tombe sur la tête »…. Parce que dans le premier cas, nous n’avons plus les moyens d’arrêter le compte à rebours aujourd’hui (tout au plus le retarder)… Alors que dans le second cas, le choix de stoper l’escalade reste « humain ».

    2
  14. En résumé, pour lutter contre le réchauffement climatique, un hiver nucléaire préventif ?
    Histoire de reprendre à la bifurcation (1) des cailloux et des batons (2).
    Encore que si l’histoire nous apprend une chose, c’est qu’on apprend rien de l’histoire. (3)

    (1) Jorion
    (2) Einstein
    (3) von Bismarck, qui en a une bonne aussi sur les guerres préventives…

  15. A l’heure où les renseignements britanniques clament que Poutine est mal renseigné parce que ses subordonnés directs auraient peur, la France change de responsable du renseignement militaire Eric Vidaud.
    Voilà peut-être à quoi discutent Poutine et Macron ?
    https://www.lemonde.fr/international/article/2022/03/31/le-chef-du-renseignement-militaire-francais-quitte-son-poste-faute-d-avoir-suffisamment-alerte-sur-le-risque-de-guerre-en-ukraine_6119862_3210.html

    1. Si le type s’est planté, et qu’il a simplement l’intégrité de comprendre pourquoi dans « son » logiciel, cela s’est passé ainsi, je ne vois pas que ce soit un gros problème.
      Ce serait même rassurant si dans l’armée des chefs ont la capacité de reconnaitre leurs erreurs.
      Ici, je suppose que la décision ne s’est pas prise dans un colloque bi-singulier entre Macron et Vidaud (ou Le Drian et Vidaud).
      Il y a eu une revue (au sens « audit ») par exemple de l’état-major, et une personne plus en phase avec les tenants et aboutissants de la situation a été mise en place.

      Dans le cas russe, les limogeages dont on entend parler sont liés à des échecs tactiques criants, ce n’est pas dans les même proportions.

      Et puis on peu dire aussi que c’est du 2eme ordre : Vidaud n’a pas su dire que Poutine était si mal renseigné qu’il ferait du n’importe quoi en suivant des rapports bidonnés, pas évident. De plus, il est probable que Vidaud a fait sa réputation autour des usuels (ou anciens ?) points forts du RM français (Afrique, Liban), et que l’inadéquation avec le moment européen actuel est trop patente, il n’est pas assez compétent sur la partie Europe (où il faudrait refaire l’histoire depuis Sarajevo et l’agression otanesque en Serbie) .

      1. @timiota Rien ne dit qu’il se soit planté ni que les renseignements militaires n’aient pas fonctionné comme ils le doivent, à savoir établir que le rapport de force militaire sur le terrain était tel qu’une opération serait difficile et couteuse pour Poutine. Ce qui semble s’avérer.
        Que quelqu’un en ait déduit que Poutine n’attaquerait pas en supposant qu’il disposait des mêmes informations, c’est plutôt l’affaire d’analystes politiques en cabinet ou de services de renseignements extérieurs.

        Il faut espérer que cette vision opposée à la vision Etats-unienne, n’ait pas été utilisée dans la diplomatie française pour convaincre Zelenski contrairement à la pression mise par les US, de ne pas négocier ou céder en rien, ni même de protéger Kiev.

        D’où l’empressement d’un Le Drian devant la bévue à proposer un sauf-conduit, une fois l’opération déclenchée.

        Maintenant que l’échange ait eu lieu avec Macron ou le chef de l’etat-major ou Florence Parly peu importe.

      2. Ouai Ouai Timiota ! Vachement rassurant en effet !

        On verra si en 2024, ils seront tout autant capables de reconnaître leurs erreurs de « logiciel » :

        1- lorsque l’épisode El Nino 2023-2024(-2025) mettra à terre leur pseudo-stratégie d’adaptation mondiale face à l’emballement climatique qui nous attend,

        2- lorsque la réplique 10x plus violente de la crise financière de 2008 mettra à terre l’ensemble des banques systémiques mondiales,

        3- lorsque la pandémie de SARS-CoV-2 aura déjà décimé au moins 1/10ème de la population mondiale…

        Alors le risque de guerre en Ukraine que Vidaud n’aurait pas vu venir à temps ? Comment faut-il le dire…

        Franchement, moi à ce stade, ils m’inquiètent vraiment tous nos hauts diplômés/gradés/titrés aux visions court-termistes, car à la solde de l’ultralibéralisme…

        Où part l’argent issu des dons sensés venir en aide de la population ukrainienne ? A qui profite la guerre ?

        Bien à toi,

        Philippe

        1
        1. Coucou,

          Attention philippe, je crois que vous etes rentré dans la secte ! La secte des 2009 !

          Cool raoul. Le monde ne va pas comme vous aimeriez qu’il aille. C’est compréhensible. Chacun ammene sa petite pierre; malheureusement, certains nous balancent leurs gros cailloux ! çà fait des vagues et malheureusement beaucoup de morts …

          Bonne journée

          Stéphane

  16. Ce midi reçu ce mail propos d’une action de GREENPEACE à FLAMANVILLE :

    « Je suis Jean-François Julliard, directeur général de Greenpeace France. Hier soir, j’ai pris le temps de vous écrire ces quelques lignes en tant qu’activiste car je savais que je ne pourrai pas le faire ce matin.

    A 5h15, d’autres activistes de Greenpeace France et moi sommes passés à l’action et nous nous sommes introduits sur le chantier de l’EPR de Flamanville dans la Manche. D’autres militant-es bloquent toujours l’accès du site pour dénoncer les positions irresponsables que défendent Emmanuel Macron, Marine Le Pen, Valérie Pécresse, Fabien Roussel et Éric Zemmour en misant sur la construction de nouveaux réacteurs nucléaires sous prétexte d’indépendance énergétique. Rien n’est plus faux.

    Tout d’abord, la guerre en Ukraine et les menaces qui pèsent actuellement sur les installations nucléaires nous rappellent le risque immense que fait peser cette énergie sur les populations. Par ailleurs, nous avons démontré combien notre industrie nucléaire est fortement dépendante de la Russie.

    Aidez-nous à rappeler que l’atome est une voie sans issue en interpellant les principaux candidat·es pronucléaires à l’élection présidentielle, Emmanuel Macron en tête. « 

    4
  17. Si Aurélien Barrau a raison, il faut se poser des questions. Le message de sa vidéo est clair, il dit que le lanceur d’alerte finit sans le vouloir par faire l’apologie de ce qu’il dénonce (1). Et, je suppose qu’en nous la suggérant, vous êtes d’accord avec ses propos.

    (1) Il ajoute que c’est ce qui l’a décidé à renoncer à la médiatisation. Serait-ce la solution ?

    1
    1. Par trop grand enthousiasme, quand on s’est intéressé à ce qu’il faisait, Barrau n’a pas su gérer sa médiatisation. Voyez, en sens contraire, Emmanuel Todd, qui fait ça très bien.

      1
      1. Il y en a un qui se débrouille très bien, dans un autre registre, c’est Adrien Quattenens.
        Clair et percutant tout en restant posé et calme, imperméable aux attaques fielleuses des journalistes.

        3
    1. Berlin et Paris refusent catégoriquement de payer en roubles.

      « L’Allemagne et la France se « préparent » à un potentiel arrêt des importations de gaz russe, ont indiqué les gouvernements des deux pays, qui ont également réitéré leur opposition à tout paiement en roubles des livraisons. « Il peut y avoir une situation dans laquelle demain (…) il n’y aura plus de gaz russe », et « c’est à nous de préparer ces scénarios là, et nous les préparons », a déclaré le ministre français de l’Économie et des Finances Bruno Le Maire lors d’une conférence de presse avec le ministre allemand de l’Économie, Robert Habeck. »

      https://www.rfi.fr/fr/europe/20220331-vladimir-poutine-signe-un-décret-pour-imposer-le-paiement-en-rouble-du-gaz-russe

      1. Salut pierre-yves
        extraits:
         » Le groupe de cybersurveillance basé à Taïwan, Doublethink Labs, a suivi les médias étatiques et sociaux de la mi-février à la fin mars. Il a déclaré que des sources chinoises amplifiaient la désinformation russe sur l’Ukraine et liaient le nazisme ukrainien aux manifestations de Hong Kong pour encourager la solidarité entre les Russes et les Chinois contre « les forces étrangères qui interfèrent avec les affaires intérieures ».
        « Trois jours après le début de la guerre, des comptes Weibo et des blogs liés à l’État ont refait surface des rapports démystifiés de 2019 qui avaient utilisé une photo d’un vétéran ukrainien lors des manifestations pro-démocratie de Hong Kong comme preuve que les États-Unis finançaient des membres du bataillon d’extrême droite Azov pour y assister les rassemblements et semer la discorde. À Taïwan, les médias sociaux pro-Pékin se sont également accrochés à de faux reportages russes début mars sur des néonazis ukrainiens tirant sur des citoyens chinois et torturant des soldats russes. »
         » Mais cela a également amplifié les théories du complot concernant les allégations de laboratoires d’armes biologiques financés par les États-Unis en Ukraine, qui se sont étendues la semaine dernière pour impliquer des allégations concernant Hunter Biden, George Soros, les Centers for Disease Control and Prevention des États-Unis et Covid-19. »

        1
      2. Poutine aurait dû bloquer plutôt les exportations de caviar bélouga : ça aurait davantage dérangé les gens de la Haute.

        2
      1. Lisez Piketty, et il vous répondra ! La haute richesse s’est ruinée durant la crise, elle a financé pour une part le remboursement des dettes de guerre, et plus encore s’est ruinée durant/après la guerre. Si nos grands parents ont gardé leurs « titres » russes, roumains, bulgares, c’est avec l’espoir que l’histoire repasse les plats ! Hélas !…
        ET malgré ces avatars déprimants qu’ils ont subi durant le XXe, devant pour certains se priver même de leur petit personnel domestique, oh horreur, ils nous ont laissé dieu sait commentdes vieux meubles, vieux poêles, vieux tableaux (mais aussi un peu de culture et un peu de réseau social) qui nous font encore un peu de notre aisance.

        1
    2. Selon certaines sources, GIEC, Jancovici, même le rapport sur les limites de la croissance de Mme et M. Meadows, nous sommes dans les toutes dernières années pour agir afin que notre planète reste habitable par nous.

      Peut-être que grâce aux Russes nous allons changer de vie ? Peut-être que nos descendants célèbreront dans un lointain avenir la Saint Vladimir Poutine ? Mais il faudrait d’abord qu’il passe par la crucifixion. A moins qu’une crucifixion médiatique ne suffise ?

      Excuses auprès des croyants, mon commentaire est dans le genre satirique plutôt moins pire que certains articles Charlie.

      1

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.