Stablecoins et Cryptos, par Alexis Toulet

P.J. : Voyez ma postface.

S’agissant des pièces stables (stablecoins en V.O.), celles qui sont conçues pour suivre en permanence la valeur d’une monnaie fiduciaire, généralement le dollar, elles ne représentent qu’une partie limitée de la capitalisation crypto totale.

Ainsi, si j’en crois ce site spécialisé, la plus connue d’entre elles le Tether a actuellement une capitalisation de 79 milliards de dollars, à quoi il faut sans doute ajouter celles de pièces stables moins usitées comme USD Coin pour 51 milliards, BinanceUSD pour 17 milliards et quelques autres plus petites, mais pour un total nettement inférieur aux presque 1400 milliards de la capitalisation totale du monde crypto. Total dont les deux plus grandes cryptos Bitcoin et Ethereum représentent plus de 60%, et aucune des deux n’est une pièce stable.

Il faut donc il me semble distinguer deux éventualités : l’effondrement de toutes les pièces stables, l’effondrement de toutes les cryptos.

1. L’effondrement de toutes les pièces stables est une éventualité qui occupe d’autant plus les esprits que c’est bien ce qui vient d’arriver ces derniers jours à l’une des principales le TerraUSD, conçu comme son nom l’indique pour émuler la valeur du dollar, mais qui ne vaut actuellement que… 13 cents de dollar. Une perte de -87% donc pour les détenteurs de TerraUSD, qui pensaient que sa valeur resterait bien accrochée à celle du dollar. Il s’est agi d’une sorte d’ « accident industriel » dans le processus automatique qui avait jusque-là assuré l’accrochage du TerraUSD au dollar : un mécanisme algorithmique subtil, mais qui a trouvé ses limites.

Cet effondrement brutal et inattendu pose naturellement la question de savoir si d’autres « pièces stables » pourraient connaître le même sort ! Toutes ne sont pas basées sur des mécanismes algorithmiques, certaines sont supposées être adossées à des dollars concrets, ainsi le Tether, mais les détails ne sont pas forcément si clairs, ni si rassurants comme le rappelle notre hôte. Donc il n’est pas forcément incongru d’imaginer qu’elles aussi pourraient rencontrer des problèmes brisants.

Cependant, même l’effondrement de toutes les pièces stables ne ferait disparaître « que » 180 milliards de dollars de capitalisation. Une forte somme certes, mais loin du total perdu au début de la crise des subprimes. Je ne suis pas sûr que le risque de chute de toute la planète finance du seul fait d’une disparition des pièces stables soit alors si grand.

2. L’effondrement de toutes les cryptos, ce serait un ordre de grandeur plus gros, donc tout autre chose oui. Et c’est très certainement possible, le roi des cryptos le Bitcoin est d’ailleurs coutumier de ces effondrements. Par exemple :

– Prix divisé par 3 en avril 2013, chutant jusqu’à 70 $

– Prix divisé par 4 de janvier 2014 à janvier 2015, chutant jusqu’à 200 $

– Prix divisé par 4 en 2018, chutant presque jusqu’à 3 000 $

Le prix a déjà été divisé par plus de 2 depuis novembre 2021, jusqu’à 30 000 $ actuellement, il est tout à fait possible que cette chute continue. Une division par 4 à partir d’aujourd’hui par exemple, de Bitcoin et des autres cryptos, ferait disparaître 1 000 milliards de dollars de capitalisation.

Voilà qui serait plus sérieux mais reste très inférieur aux baisses de capitalisation déjà observées sur les marchés d’actions. Ainsi, le New York Stock Exchange avait une capitalisation totale de 26 110 milliards de dollars début mai donc il lui suffit de baisser de 4% pour faire disparaître plus que 1 000 milliards de capitalisation… or il a baissé de plus de 10% depuis début 2022 ! Une potentielle disparition du plus gros voire de la totalité de la capitalisation du marché des cryptos représenterait donc une perte nettement moindre que les pertes déjà constatées sur des marchés plus classiques tels ceux des actions.

Serait-elle donc vraiment si dangereuse pour la planète finance ?

P. J. : Postface

Deux remarques sur ce qu'écrit Alexis Toulet :

1° Les stablecoins ne sont pas simplement un sous-secteur parmi d'autres des cryptos : ils jouent un rôle stratégique sur le marché des changes entre cryptos. Les opérations passent par les stablecoins parce qu'ils constituent des points d'ancrage stables entre opérations. S'ils n'existaient pas, il faudra passer par ... le vrai dollar, c'est-à-dire ... apparaître au grand jour de la finance officialisée : des banques, du fisc, des régulateurs (gaspation !).

2° Les chiffres absolus quant à la taille d'un secteur financier ne signifient rien en tant que mesure du risque : tout dépend de l'effet de levier (facteur de démultiplication) entre les sous-secteurs en interaction.

Partager :

10 réflexions sur « Stablecoins et Cryptos, par Alexis Toulet »

  1. Autrement dit, l’hypothèse d’un effondrement des seuls stablecoins, les autres jetons cryptés restant indemnes, n’est pas crédible, d’une part en raison de leur fonction d’intermédiation que vous nous expliquez, mais aussi sans doute pour une raison plus large, qui agit sur tous les cryptos, si pas sur toute la bourse, et que la convention appelle baisse ou perte de « confiance ».

    J’ai du mal avec ce dernier mot, qui est un masque psychologisant, alors que des réalités bien concrètes fondent et produisent le mouvement dont il s’agit.

    1
    1. La confiance, c’est de l’ordre de la parole donnée, ça n’a rien de psychologisant.

      Je dis à deux jeunes du même âge, à l’un : « Je te fais confiance » et à l’autre : « Je ne te fais pas confiance ».

      Si vous ne voyez pas la différence, faites-moi confiance ( 😀 ), eux la verront.

      1. Il n’y a pas de confiance en l’air, il y a un soubassement à la confiance.

        C’est pour ça que je parle de « masque », suivant ceux qui disent que la volonté est le masque du désir (Patrick Declerck, Le sang nouveau est arrivé).

        Ce sont les raisons de la confiance qui m’intéressent.

  2. Il me semble qu’il faudra longtemps pour que l’aporie centrale des crypto soit soignée :
    Les opérateurs veulent :
    – de la nouveauté (qui fait monter), de l’apparemment inattendu.
    – de la stabilité (pour se référencer) : ici les « stable coins ».
    – l’envie d’échapper à la partie de la société humaine qui reste moins riche, et qui a le mauvais goût d’avoir instauré un fisc inquisiteur
    (ou corruptible ou ami du « récrit » luxembourgeois, mais il reste assez de hauts lieux des fortunés ayant un fisc « inquisiteur »).

    Pas de chance, la relative confiance qu’on peut avoir dans une monnaie repose à la fin des fins sur l’identification des politiques
    (ceux qui ordonnent quoi faire aux banques centrales dès qu’on sort trop des clous) aux agents économiques, même si ce ne sont que les plus riches.
    Or la nouveauté « sauvage » ou même seulement « sauvageonne », mène les crypto-monnaies et les monnaies usuelles hors des clous, un jour ou l’autre. Seul un état qui a une forme de « pitié pour les riches » va prendre des mesures crédibles propres à limiter les crash (pas toujours !) .
    Cela est vrai que l’état soit oligarchique (pitié directe) ou démocratique (pour que les riches ne mécontentent pas trop les électeurs en prenant des chemins de faillite les pires).

    L’intérêt pour quelqu’un comme moi est que les crypto-monnaie font presque à l’état pur la « réaction chimique » qui m’intéresse ces temps-ci :
    croissance + aléa (~nouveauté) = disruptions épisodiques, en faisant fi des quelques onces de stabilisation que la biologie a laissé en viager aux sociétés humaines.

    1
  3. « L’intérêt pour quelqu’un comme moi est que les crypto-monnaie font presque à l’état pur la « réaction chimique » qui m’intéresse ces temps-ci :
    croissance + aléa (~nouveauté) = disruptions épisodiques, en faisant fi des quelques onces de stabilisation que la biologie a laissé en viager aux sociétés humaines. » = çà veut dire qu’en gros ça vous excite et donc vous procure le plaisir ad hoc ( la chimie de la dopamine, sérotonine et tout le toutim….).
    Arf Timiota vous gagnerez en audience à écrire dans un prose qui vous rendrez voisin de tout ces petits hommes qui par matins moroses vont perdre leur vie à gagner leur pain – vous perdrez du mystère, peut être même une forme d’apothéose – mais ce savoir qu’on devine même sans comprendre leur latin – nous profiterait c’est certain 🤨😏

    6
  4. Voilà une nouvelle assez notable, au sujet non des stablecoins ni des cryptos en général, mais du seul bitcoin

    « Le président Nayib Bukele annonce que 44 pays vont se réunir au Salvador pour discuter du Bitcoin »
    https://www.nasdaq.com/articles/president-nayib-bukele-announces-44-countries-to-meet-in-el-salvador-to-discuss-bitcoin

    [début de citation]
    Le président du Salvador, Nayib Bukele, a annoncé sur Twitter que 32 banques centrales et 12 autorités financières de 44 pays allaient se réunir lundi 16 mai pour discuter de l’inclusion financière, de l’économie numérique, de la bancarisation des personnes non bancarisées, du déploiement du bitcoin au Salvador et de ses avantages dans le pays

    (…) Il a fallu 12 ans pour que le premier pays adopte le bitcoin, environ 8 mois pour le deuxième, et si le président du Panama signe la récente loi sur le bitcoin, il sera le troisième, environ un mois après le deuxième. Aujourd’hui, des pays du monde entier se réunissent au Salvador pour discuter de l’inclusion financière et de la manière dont l’adoption de Bitcoin peut bénéficier à leurs pays.
    [fin de citation]

    Une carte des pays en question est disponible ici https://pbs.twimg.com/media/FS3TwyqXoAISG_J?format=jpg

    Pas de grandes puissances dans la liste, ni même aucun pays développé. Il est vrai que les bénéfices que Bukele le président du Salvador met en avant pour son pays, c’est-à-dire bancarisation des non-détenteurs de comptes bancaires et transferts de fonds des émigrés vers le pays d’origine à frais négligeables comparés à la concurrence (par exemple Western Union) ne sont pas de nature à intéresser les pays développés, dont la population bénéficie de comptes bancaires et n’a pas émigré vers des pays riches pour nourrir leur famille restée au pays.

    Reste à voir :
    – L’ampleur de ce mouvement. Panama pourrait effectivement être le troisième pays, après Salvador et Centrafrique… et ensuite, jusqu’où ?
    – L’efficacité des contre-feux. Le Salvador a résisté aux pressions américaines et du FMI visant à lui faire abandonner son projet, le Centrafrique quant à lui commence à subir une forte pression de ses voisins partageant avec lui le franc CFA
    – L’adoption par la population. Les Salvadoriens sont (encore ?) peu nombreux à utiliser Chivo, le portefeuille Bitcoin fourni par leur gouvernment, voir cette enquête documentée de février dernier https://www.nber.org/system/files/working_papers/w29968/w29968.pdf
    – La stabilité au final du système Bitcoin dans son ensemble. Une division par 2 ou 5 du cours, comme il s’en est déjà produite, n’empêcherait pas de transférer des fonds en utilisant Chivo puisque le bitcoin n’y sert que d’intermédiaire – à condition toutefois que le récipiendaire ait immédiatement converti les fonds en dollars. Cependant, un arrêt du système bitcoin (qui ne s’est jamais produit) bloquerait aussi l’usage qui en est fait

  5. D’après ce que j’ai entendu sur divers médias il y a eu une attaque en bonne et due forme sur l’UST, il est pas tombé tout seul, il a fallu un bon gros magot pour le décorréler du dollar (600 millions? ), un gros hedge fund (lié à blackrock) serait derrière, ils auraient profité d’une possibilité de swap entre l’UST et le Luna ou je sais pas trop quoi et ensuite une fois le marché déstabilisé ont joué la baisse sur le BTC. Ils auraient fait quelques milliards en quelques heures… Bref je ne suis pas sur du tout que la capitalisation ait disparue, je crois qu’elle a surtout changé de mains et comme on le sait certaines mains savent très bien faire « disparaitre » l’argent…des autres 😉 Quelqu’un qui suit un peu qui au début du crash aurait mis 100 balles à la baisse avec un levier 3 ou 400 ils serait multimillionnaire à ce jour et il doit y en avoir quelques uns… sans parler des bots qui eux sont sur tous les coups 🙂

    1. Dernière minute il semble qu’ils vont faire un fork sur le luna (l’ancien s’appellera luna classic) et un airdrop du nouveau luna aura lieu sur la base d’un snapchot des portefeuilles avant l’attaque. On dirait que ça commence à sentir le cachot pour le big CEO lol 🙂 Vous inquiétez pas on va vite vous redistribuer des jetons pour que vous puissiez continuer à jouer 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.