Les Gilets verts ? Ils sont prêts…

Courrier reçu :

Roulez à l’électrique, triez vos déchets, mettez un pull et chauffez à 19°, marchez pour le climat !

– Les Jeux olympiques d’hiver se sont déroulés à Pékin sur de la neige artificielle.

– En France, des stations de ski éclairent des pistes jusqu’à minuit pour que « les lève-tard » puissent skier en nocturne.

– La Lufthansa effectue 8.000 vols « à vide » pour garder ses slots.

– La plupart des grands matchs de foot se déroulent en soirée sous les spots de méga projecteurs qui consomment à tout va !

– Les 8 nouveaux et gigantesques stades de foot appelés à recevoir la Coupe du monde au Qatar sont climatisés (dans un désert !).

– Des centaines de camions circulent pour nous amener des fruits et légumes d’Espagne alors que des produits français vont à la poubelle ou sont écrasés par des bulldozers

– Le plus grand paquebot du monde : Wonder of the seas va promener 7000 passagers, 2300 membres d’équipage et tourner en rond sur les mers.

– Les milliardaires s’offrent des voyages dans l’espace à des conditions “astronomiques”,…

– Et… pendant ce temps, « PAR SOUCI D’ÉCOLOGIE » on va interdire de rouler avec une voiture diesel un peu ancienne à des gens qui n’ont pas les moyens de changer de voiture et qui doivent s’en servir pour aller travailler…

Partager :

94 réflexions sur « Les Gilets verts ? Ils sont prêts… »

  1. Surtout que pour la voiture diesel ou électrique, de mon point de vue, on pourrait légiférer pour la production uniquement de modèle « peu » consommateur dans le style Twingo voir 208. et aller chercher des consommations en carburant à 2 ou 3 L au 100 Km max avec des véhicules très bien entretenus et accessibles économiquement. Car la bascule au tout électrique et dans les conditions actuelles (des berlines de 1,5 à 2,5T !) je n’y crois pas et je pense même que l’interdiction des moteurs thermiques pour 2035 ne sera pas respecté. Et il y aura toujours besoin de se déplacer en zone rurale en plus de quelques transports en communs.

    10
    1. D’accord avec vous.

      J’aurai peut être pu croire au tout electrique dans 10 ans. A la condition de voir un début de plan de chantier pour la construction des infrastuctures necessaires pour alimenter plus de 30 millions de vehicules rien qu’en france.

      Chantiers pharaoniques à tous les niveaux, financier et materiel. Sur les autoroutes, dans les résidences (Je vois mal un conducteur tirer une rallonge du 10 eme etage pour charger sa voiture) etc.. A faire en 10 ans.

      Pour l’instant, rien. Donc c’est du vent, ou de la folie.

      Vous allez me dire, faut faire confiance au progrès, demain, ca prendra 2 min pour faire un plein des batteries. Donc seules les stations doivent changer.

      Soit… Dans ce cas on attend le progrès, On etudie la faisabilité, ensuite on annonce le tout electrique. C’est plus credible.

      1
      1. Je pense qu’on est dans la folie plutôt que dans la révolution technologique. On fait on lâche un moyen mortel (moteur thermique) pour sauter … dans le vide. Toutes les infrastructures vont s’effondrer du fait de cette rupture technique. Et tous les écosystèmes économiques vont subir la dévastation et plonger avec.

        Si ça sauve les insectes et les oiseaux m’étonnerait que ça sauve les emplois et niveau de vie….

        5
      2. @Inox On pourra toujours acheter un véhicule thermique dans 10 ans !
        Mais cette mesure vise surtout à arrêter dès maintenant tout développement technologique sur ce type de véhicule et donc tout nouveau modèle non amortissable.

        Il sera peut être avisé d’investir dans un tel véhicule thermique de bonne qualité dans 10 ans, dont le marché d’occasion devrait se maintenir (sans concurrence par le neuf) et pour lesquels les usines des constructeurs comme Renault se reconvertissent dès maintenant dans le reconditionement.
        Cuba a montré que ces véhicules pouvaient survivre des dizaines d’années.

        1
        1. Ruiz, Cuba a rien montré du tout, Cuba est juste en plein milieu d’un océan de production et de consommation. Malgré les embargos des USA (dont je viens de réaliser à quel point ils sont normaux selon le concept cumulé de la juste crainte de son ennemi et des marches de l’Empire développé ici par les thuriféraires de la réaction Poutinienne suite à son invasion de l’Ukraine ! Non je plaisante c’est totalement inadmissible tout ces délires de « grandes puissances »), comme tous les gentils zadistes et autres autonomes qui sont en plein milieu de la fRance baignée de richesses en tout genre.

          Bref, quand Cuba sera la règle planétaire plus rien ne roulera. Et ça ne sera pas que les bagnoles j’en ai bien peur.

          La reconversion de pans entiers de production de bien et du secteur de l’énergie c’est extrêmement lourd et avec des ruptures de charge qui entraîne une fois passée des effondrements immédiat des secteurs sans retour arrière possible, c’est donc soit la réussite, soit l’échec totale et cuisant, avec à la clés une catastrophe humaine gigantesque comme c’est mené actuellement. Et vue la contraction et la déplétion réelle des ressources, la transition, je n’y crois pas en fait. Enfin pas ainsi sans changer le logiciel de pensée. Et j’ai bien peur que Nupes n’y oeuvre qu’à la marge sur ce logiciel, qu’à la toute petite marge, limite à l’insignifiance ce qui est plus que pas du tout vous me direz, certe.

            1. Mon propos n’était pas de nier l’évidente débrouillardise des Cubains, pas du tout, c’était de remettre dans un contexte.

              Débrouillards ne veut pas dire magicien. Et le contexte change, et a changé.

              On me dit qu’en Afrique, au lieu de l’AdBlue dans les moteurs diesels, on peut mettre de l’eau distillée et ça marche du feu dieu aussi (pour tromper le système de dépollution mais juste le tromper).

        2. @Ruiz
          Il y a quelques années, j’ai pu photographier une 4CV Renault modifiée au croisement de la avenida 23 et la calle O à La Havane, elle n’était manifestement pas dans son état d’origine vu la vélocité au démarrage lors de la phase verte du feu de circulation.
          Cette ville est un véritable musée pour beaucoup de marques de voitures, pas seulement américaines, mais également européennes, certes en moins grand nombre (Porsche, Austin, Saab, etc.), mais il faut reconnaître que bien peu sont dans un ‘état collection’, l’objectif utilitaire est plutôt dominant puisqu’il est pratiquement impossible d’importer un véhicule, même pour un étranger ayant obtenu le permis de séjour.

    2. Le problème est dans la justification de chaque déplacement. Pas dans trouver une alternative qui puisse nous permettre de continuer à consommer du déplacement peu cher..

      Representants commerciaux, déplacements professionnels, conventions, vacances, tourisme, fruits et légumes. Existence de 50 marques de véhicules qui font tous la même chose, mais cela pourrait être étendu à la variété de produits identiques que l’on trouve en supermarché (exemple 20 beurres différents) qui supposent tous leur propre chaîne logistique..! C’est pas du gâchis, c’est des hydrocarbures brûlées à ciel ouvert. On en a même pas conscience…

      22
      1. Tout à fait.

        Mais avant de dire on supprime les moteurs thermiques, on aurait dû dire on modifie les consommations (limite les mobilités effarantes) et les productions (baisse taille et poids) en parallèle on aménage les sorties technologiques puis on vire de bord. Là on change de cap en gardant pleine vitesse, le retournement et le voyage vers le fond est assuré !

        Les dirigeants et les technocrates sont dingues.

        12
        1. Dans le même genre, il y a quand même ça qui me chiffonne :

          Une 2CV pesait 500 kg et consommait grosso modo 6L/100
          Une 205 pesait 750 kg et consommait grosso modo 6L/100
          Ma Sandero pèse 1 000 kg et consomme grosso modo 6L/100

          Est-ce que par hasard, il n’y aurait pas des intérets pétroliers qui viendraient interférer avec les avancés technologiques en matière de baisse de la consommation de carburant ?

          1. Plus sûrement, il y a la notion de confort, de sécurité, de paraître faut pas voir le mal partout. Car le mal en fait c’est souvent le mieux comme le dit l’adage, le mieux est l’ennemi du bien !

              1. @Pascal Pourquoi une activité (qui est un vrai travail, avec emploi investissements et risques) devrait-elle être non rémunératrice alors qu’elle génère un maximum de taxes dans les pays consommateurs, et de redevances dans les pays producteurs ?
                Et en quoi celà (pour cette compagnie) concerne-t-il l’économie française (et la tentation de taxation par le gouvernement ou les électeurs) alors que les bénéfices sont fait à l’international principalement, et les capitaux s’ils sont comptabilisés à la bourse de Paris (?) ne sont pas forcément français !

                En plus le green washing va jusqu’au changement de nom (Total Energies) et d’activités (stations électriques champ solaires …)

          2. Une 2CV ne dépassait pas le 70km/h et offrait nettement moins de confort et de sécurité qu’une bête Sandero d’aujourd’hui.

          3. @Pascal A partir du moment où le ralentissement/freinage est électrique avec récupération d’énergie, la masse (effet cinétique ou de gravité) n’est qu’un problème secondaire (au moins, moins important).
            L’aérodynamisme le reste avec l’intérêt d’une limitation de vitesse, intéressante aussi pour ses effets bénéfiques sur la sécurité et l’économie sur l’entretien des voies.

            1
      2. @alex cinq Notre civilisation a pour valeur l’économie de marché et dans ce contexte c’est l’augmentation du prix du carburant qui est le moyen de régulation adapté, mais les gilets jaunes n’en veulent pas et même les gouvernants en manque de réélection.

      3. Alex, si, j’ai bien conscience de cette inconscience, mais pas plus tard qu’hier Greenpeace Belgique me téléphone pour augmenter ma participation mensuelle, raison: « on a trouvé le moyen d’aller à 6000m dans les océans pour exploiter les minerais pour la fabrication de batteries ». Et il faut se donner les moyens pour dénoncer et combattre ce nouveau scandale. Il y a à peine quelques jours, je signalais sur le présent blog un autre grand scandale à mes yeux, celui de l’achat par le groupe VW de 140.000ha en Amazonie dans les années 90, pour la production de viandes… J’ai viens donc de décider de ne plus acheter de VW, j’en étais à ma troisième, et bien que j’estime être satisfait de la qualité de la camelote, et du service, je n’achetarai plus jamais de véhicule de cette marque. Je suis coopérateur citoyen dans la production d’électricité éolienne, il apparaît que le développement de cette énergie citoyenne n’est pas à l’ordre du jour dans les instances dirigeantes, etc etc etc.
        Qu’on le veuille ou non, les carottes sont cuites, ou alors, oui il faut lever une armée verte!

    3. Le seul intérêt à long terme, serait de pouvoir recharger les voitures électriques avec des panneaux solaires.
      Donc pas des tesla de deux tonnes avec 700 kms d’autonomie!
      De petites voitures légères au prix des premières dacia.
      Pour partir en vacances et transporter des armoires garder son ancienne voiture thermique en attendant mieux…

    1. Sous la pression des eurodéputés italiens, le Parlement européen a exempté la filière automobile de luxe de l’interdiction de la vente des voitures thermiques d’ici à 2035.

      Ah mes amis, les riches sont vraiment imprudents ! À être aussi cons, y a de la jacquerie dans l’air !

      18
        1. Une idée pour Banksy

          Prendre la dernière Bugatti ou Koenigsegg ( 1500 cv, 450 kmh, 3 millions d’euros ) la peindre en noir mat façon blakson, et le poser sur un lieu bien visible avec des géraniums accrochés un peu partout dessus, comme on fait avec les outils agraires obsolètes…

          1. Le pauvre français moyen rigolerait en appréciant la dérision (quand on est pauvre on sait ce qui est dérisoire ).
            Le français très pauvre se demanderait comment faire pour venir un soir, piquer la Bugatti (quand on est très pauvre on rêve de devenir très riche).
            Le français des classes moyennes supérieurs sourirait et se poserait la question de l’achat de sa prochaine voiture (quand on n’a plus besoin de l’essentiel, on peut se concentrer sur le superflu ).
            Le français des 10% les plus riches ça lui donnerait envie d’acheter une Bugatti (quand on est très riche on devient moins sensible à là signification de l’art )
            Le français des 1% les plus riches voudrait acheter l’oeuvre : la Bugatti, les géraniums et le rond point sur lequel elle est exposée (quand on est super riche, on a le sens de l’investissement ).
            Finalement, l’art a t il encore un pouvoir subversif dans un monde où les apparences sont plus importantes que la réalité ?

            1
      1. Ne serait-ce pas ce genre de députés (italiens) qui ne font qu’entrer dans la salle du parlement et d’en sortir quelques secondes plus tard, le temps de l’enregistrement de leur présence nécessaire au paiement de leurs indemnités/jeton de présence liées à leur fonction parlementaire?

  2. Vous n’y êtes pas, Paul !
    En renouvelant le parc automobile, on relance la croissance !
    https://www.lemonde.fr/economie/article/2022/03/02/l-industrie-automobile-beneficiaire-controversee-du-plan-de-relance-europeen_6115773_3234.html
    Tout en ramenant le déficite public à 3% !
    https://www.francetvinfo.fr/elections/vrai-ou-fake-legislatives-2022-emmanuel-macron-prevoit-il-80-milliards-d-euros-d-economies-et-une-augmentation-de-la-tva-comme-le-dit-jean-luc-melenchon_5197621.html
    Ce n’est pas d’un Pearl Harbor au niveau de la population dont nous avons besoin car la population n’a pas les rênes du pouvoir, mais une prise de conscience au niveau des « zélites » qui eux décident.
    https://www.youtube.com/watch?v=j7ZjusrXSK8

    2
    1. « la population n’a pas les rênes du pouvoir »;

      N’est-ce pas plutôt qu’elle ‘oublie’ de se servir des outils qui existent déjà pour changer les donne ?
      Potentiellement la gauche écologique et sociale a une réserve de voix suffisante pour obtenir la majorité à l’assemblée, mais n’a pas conscience de l’enjeu du moment. Evidemment la dépolitisation est savamment entretenue par le camp d’en face, quand par exemple il refuse de débattre. Suivez mon regard.

      9
        1. Je ne suis pas chez moi j’ai juste fait une procuration et mes amis viennent de me dire que c’est fait ils ont votés pour moi.
          Facile en fait et nous pouvons aller à la pêche ce que je ne sais pas faire.
          Amitiés….

      1. Elle n’a pas oublié Pierre-Yves, elle apprit que les outils ne fonctionnent pas.
        On oublie trop facilement ou peut-être qu’on ne veut pas voir que d’aller voter dans une « démocratie représentative » (j’irai voter demain) telle que la notre, ne garantie en rien que le « représentant » fasse ce qu’il avait promis. C’est même le contraire qu’on voit depuis quelques décennies.
        Et la solution pour contrecarrer ce biais n’existe pas encore, à ma connaissance.

        1
          1. Mais s’ils arrivaient au pouvoir, mettraient ils cette révocation possible en place ? Je n’y crois pas une seconde. Du moins, peut-être la mettraient -ils en place mais trouveraient des justificatifs pour ne pas l’appliquer.

            1
            1. Et donc on fait quoi ? On reste chez soi en attendant que ça arrive tout seul ?
              Il y a une opportunité aujourd’hui, il faut s’en saisir.
              Si après certains engagements de campagne ne sont pas respectés, chacun sait comment y remédier.

          2. C’est effectivement un point intéressant qui sera certainement difficile à calibrer pour éviter les abus. Dans un sens comme dans l’autre.
            Il y a aussi le cumul des mandats qui doit faire partie de l’arsenal.

        1. Pascal,
          c’est le principe même de la démocratie représentative que le vote repose sur la confiance qu’accorde l’électeur à son candidat. Rien n’est donc garanti et ne le sera jamais en démocratie. C’est quand la démocratie devient inexistante que tout est garanti, non pas pour le meilleur mais pour le pire.
          Se prendre 15 ans de prison si l’on prononce le mot « guerre » par exemple.

          En régime démocratique le pouvoir qu’on a pas c’est souvent celui dont on ne se sert pas parce que le citoyen se comporte en consommateur d’une offre politique au lieu de se voir lui-même acteur dans une dynamique.
          Tu évoques des décennies de déceptions, c’est bien là le hic, la mémoire courte du citoyen, auquel on ne rappelle pas tous les jours dans les émissions politiques ce que fut un 10 mai 1981. Un programme commun, et la quasi totalité des mesures adoptées. Trois ans plus tard, patatras, c’est le tournant de la rigueur. Oui, certes, mais est-ce une raison pour baisser les bras et théoriser la défaite alors que la victoire est à portée de main ? Oui la victoire, car avant d’appliquer le programme, encore faut-il gagner l’élection. Des décennies de déception, mais de rares opportunités pour renverser la vapeur. Pas eu à gauche de programme aussi radical depuis 1981, ça vaut peut-être la peine de s’en souvenir, et de le dire aux plus jeunes.

          4
          1. « c’est le principe même de la démocratie représentative que le vote repose sur la confiance qu’accorde l’électeur à son candidat. » C’est bien là aussi sa faiblesse, que beaucoup de carrièristes ont su exploiter jusqu’à faire des partis politiques des officines où la cooptation au sein de l’ENA et autres ont fini par fabriquer un Elyséum politique autour de l’Elysée complètement déconnecté des problèmatiques locales. Il y a eu la même chose avec des coopératives agricoles qui fondées au départ par des agriculteurs pour des agriculteurs, sont devenues des quasi multinationales pilotées par des banquiers et des hauts fonctionnaires et exploitant les agriculteurs comme c’est pas permis. Ou plutôt, comme le permet le néolibéralisme.
            Concrètement, Pierre-Yves, je le vois ici sur les Présidences de Communautés de communes. Certains élus sont honnètes et font un travail sincère mais un grand nombre, dès leur élection ne travaillent qu’à leur réélection et carresse tout le monde dans le sens du poil pour ne froisser aucun électeur.
            Pour que la démocratie fonctionne, je reste convaincu que seule une « démocratie participative » qui implique les gens depuis la vie de leur quartier jusqu’au plus haut niveau, ce qu’à fait Macron avec la Convention Citoyenne avant de s’asseoir dessus copieusement, dans ses conditions seulement, la population reprendra gout à la politique. Mais parmi nos potenta locaux, presonne ne veut d’un système qui remettrait en cause leur notabilité.

            1. « Concrètement, Pierre-Yves, je le vois ici sur les Présidences de Communautés de communes. Certains élus sont honnètes et font un travail sincère mais un grand nombre, dès leur élection ne travaillent qu’à leur réélection et carresse tout le monde dans le sens du poil pour ne froisser aucun électeur. »

              Et oui ainsi va la démocratie représentative. Et quand la croissance est là et que tout tourne à plein régime, ça marche, car les cadeaux et les dénis n’ont pas trop d’importance.

              La participation des citoyens, vaste sujet. Quand tout va pas trop mal tout le monde s’en fout. Et y a pas qu’au niveau de la politique, pareil au niveau syndical, au niveau des associations, même au niveau de la famille d’ailleurs si on regarde bien…

              Alors les plus motivés, les plus passionnés, les plus altruistes, les plus intéressés, les plus gentils et les plus tordus se retrouvent à occuper des postes ou des fonctions de pouvoirs ou d’influence, mais on ne peut pas trop organiser autrement en fait. Et à ce niveau, je suis de plus en plus très pro-européen et sur le sujet très fédéraliste, alors qu’il y a longtemps je pensais que beaucoup de problèmes venaient de l’UE, en regardant bien j’ai vu que la vérité était un peu ailleurs, du côté des Etats Nations qui cherchent toujours à préserver leurs intérêts au détriment du véritable collectif. ET l’UE est une merveille d’organisation internationale, franchement c’est un bijoux, et l’ONU si elle était calquée là dessus feraient faire des progrès au bien collectif sur cette planète. Mais les gros (UE compris paradoxalement mais qu’en apparence) n’ont la motivation là-dessus.

              D’ailleurs je ne sais pas si Julien Alexandre fréquente toujours ce blog ou correspond toujours avec Paul Jorion, mais je dois dire que ces interventions sur l’UE et son fonctionnement m’ont été d’une grande aide pour mettre à jour les hypocrisies des Etats nationaux et accéder l’envers du décor avec les différentes institutions dans l’UE.

              A ce sujet pour ceux qui seraient passée à côté de cette série, je vous conseille pour passer un bon moment sans prétention mais efficace selon moi, de visionner ça :

              https://www.france.tv/slash/parlement/

              https://fr.wikipedia.org/wiki/Parlement_(s%C3%A9rie_t%C3%A9l%C3%A9vis%C3%A9e)

              Le personnage de Eamon est succulent et truculent. J’adore

              VIVE L’UE 😀

              2
              1. Tiens Pascal, je te colle ce petit témoignage d’un jeune homme qui de mon point de vue permet de comprendre là où sont les blocages et les problèmes communément répandu et jamais corrigés :

                Je t’avoue n’avoir aucune idée claire sur la correction, sauf que je ressens une partie de la solution dans en fait l’agrandissement de la « communauté ».

                Ainsi un jour que j’écoutais les chroniques du regretté Albert Jacquard sur France Culture il a parlé de la flaque, de la marre, du lac et de l’Océan. Quand tu jettes un cailloux dans une flaque tu éclabousses tout et l’eau s’en va, puis dans un marre cela fait des vagues et des éclaboussures, dans le lac des ondes, dans la mer cela ne se voit même plus. Je cherche encore la solution.

                1. Un facteur primordial qu’on répète à l’envie sur ce blog, c’est de contrôler les inégalités et principalement de revenu d’existence. Quand on ne se pose plus la question de savoir si demain, on aura un toit, on aura froid, on pourra manger et faire des enfants, alors les comportements changent. Mais la vie en société reste très complexe. Dans un site expérimental comme Auroville où par essence les gens sont bienveillants tu trouveras des témoignages de personnes qui ont mal vecu cette expérience parce que nous sommes à la fois sociaux mais également notre condition première d’individu relève d’une certaine solitude qui nous est essentiel. C’est l’équilibre qui est difficile.

                2. Par rapport au temoignage, il y a effectivement beaucoup de jeunes qui tentent l’expérience du collectif. Ma nièce m’a beaucoup appris sur les ZAD et les squattes ainsi que leur implication dans les Gilets Jaunes et la dénonciation des logements vides dans les grandes agglos. Mais ça lui a valu de passer devant la justice dans des conditions qui m’ont donné un autre regard sur notre justice quand la politique s’en mêle.
                  Ses expériences se poursuivent toujours mais en milieu rural et moins engagé politiquement.
                  Ce mouvement est assez important pour que des proprios comme dans le témoignage en profitent et en abusent. Autour de moi, j’ai pu m’apercevoir que les « riches  » (genre qui achètent des croissants pour son chien ) utilisent beaucoup les gens qui se sont marginaliser pour les payer de la main à la main, ou de salariés à faibles revenus pour leurs proposer de faire des heures sup payées en liquide.
                  Je pense que le liquide restera à cause de ça. Beaucoup de riches y trouvent leur compte. On ne devient pas riche par hasard ! 😄

                  1. Bon ben on s’est pas compris Pascal je pense. C’est plus profond qu’un simple problème de répartition. Bien plus profond. C’est ce genre d’abcès qu’il faut opérer.

                    1. De quel abcès parles tu ?
                      Dans la vidéo j’avais cru comprendre qu’il s’agissait de la complexité du vivre ensemble collectif.
                      Dans la référence à Jacquard, est ce la dissolution de l’action individuel dans la masse ?

                    2. Pascal,

                      Au Monopoly au départ tout le monde part avec les mêmes choses. Puis…

                      Je crois que comme dirait Ruiz, la puissance de l’analogie est suffisante. Le problème n’est pas la hasard des dès. Mais de la règle du jeu qui laisse faire la loi des lancés.

                3. @CloClo
                  Quand j’étais jeune adulte travailleur pauvre, j’ai vécu en communauté. Disons pour faire simple qu’une habitation de grande dimension était mise à notre disposition en échange d’un travail bénévole ou épisodiquement rémunéré en CDD. Des tensions de cohabitation (hormis l’habituelle corvée de bouffe et de vaisselle), j’ai plutôt retenu les problèmes de couples qui se font et se défont. Pas très agréable d’entendre son ex s’envoyer en l’air dans la chambre d’à coté 🙂
                  Finalement avec les années, pour le boulot et les couples ça a fini par se stabiliser et chacun a pu fonder foyer de son coté, tout en restant bons amis jusqu’à aujourd’hui.
                  Commentaire d’un vieux con: j’ai l’impression que les jeunes d’aujourd’hui sont un peu coincés du cul et trop collés devant leur écran perso.
                  « De mon temps » c’était tarot, whisky, musique, baise une partie de la nuit et le lendemain matin à 7 h hop au turbin.

                  1. Fainéant ! A 7h j’ai déjà fait la moitié de ma journée Arkao. Le monde appartient à ceux qui se lèvent très tôt. C’est pour cela que je ne suis pas « travailleur pauvre » !

                    Nan c’est une blague, mais ton expression m’a touché, te concernant. Et en vrai ton commentaire est éclairant et peut-être à creuser sur ta compréhension du monde. Je suis le spécialiste de la psychologie à deux francs trois sous.

                  2. Oui, plus ça avance et plus l’usage des écrans m’inquiète. Certainement que je me rapproche des vieux cons des neiges d’entan mais le monde qui se prépare avec les écrans va vers un bouleversement social, peut être un soliton ?
                    D’abord je constate un accroissement de la fracture sociale. Comme si les écrans jouaient un rôle d’amplification. Globalement, il y a toujours des exceptions, les familles les plus pauvres se gavent d’écran à la Hanouna et d’influenceurs consommation. Sans regard critique sur l’objet. Les petits sont exposés de plus en plus tôt et longtemps sans filtrage des parents à l’opposé complet des recommandations de santé. Le mot de « cretinisation » n’est pas abusé. Et de l’autre côté une population « mieux éduquée  » qui va pouvoir tirer le meilleur de l’usage des écrans.
                    Mais je le vois aussi avec mes enfants qui ont été tenus à l’écart du libre accès à internet le plus longtemps possible, la perception de la notion de réalité change. Pour eux, ce qu’il y a sur leur écran c’est la réalité. Je peux le comprendre vue qu’ils y passent des heures.
                    Comme dans un tsunami, j’ai l’impression de voir l’eau qui se retire sans savoir ce qui va venir derrière.

                    3
                  3. Pour compléter avec les écrans, je ne sais pas si cela a un rapport direct, mais j’ai de plus en plus de retours sur de jeunes adultes pour qui un métier, c’est juste un moyen de financer des loisirs. Un ami médecin qui travaille à l’hôpital et qui voit de plus en plus d’étudiants médecins ou infirmières qui posent la question « mais on doit travailler le weekend ? « . Ailleurs, des jeunes enseignants qui montrent un désinvestissement dans leur travail, comme s’ils n’avaient pas conscience qu’ils participent à forger des personnes. Comme s’il y avait un délitement du sens de faire société.

                    1
              2. Mais alors, avec un cordon sanitaire contre les lobbys ! Peut être.
                La corruption douce est difficile à contrôler comme le pantouflage.

            2. La démocratie est subordonnée à l’idéologie, qu’elle choisit (c’était l’idée vendu sur catalogue) de mettre au pouvoir.
              La démocratie c’est une manière de distribuer le pouvoir, mais elle ne l’exerce pas.
              La démocratie c’est l’implication du citoyen, avec toutes les contraintes qui vont avec, sur le futur de sa communauté.
              Si un groupe est assez puissant pour générer une idéologie qui plaît à la majorité (quel que soit son statut social), la démocratie n’est d’aucuns secoure pour en imposer une autre.
              En fait la démocratie est idéologiquement neutre.
              Pour renverser l’idéologie dominante (le fascisme néolibéral décomplexé, la dernière forme mutante), il faut la combattre et la vaincre. Les armes ne manquent pas, il faut juste les choisir en fonction de leur efficacité à atteindre leurs cibles.

              1
    2. Vous n’y êtes pas, Paul !

      Un autre de mes travers (avec le fait d’être exagérément optimiste !) : toujours être à côté de la plaque : ne jamais voir venir la menace qui se profile à l’horizon ! (Il me manque sans doute un gourou adepte des platitudes et des portes ouvertes à enfoncer 😉 ).

      1. J’ai 2 gurus, Paul, vous le savez bien ! Un pour mon développement personnel et un second pour discuterde comment va le monde sur son blog ! 😉
        Mais ils ont quand même des points communs en dehors de la barbe… (qui revient) et peut-être l’optimisme …, des préoccupations communes pour le moins : https://www.youtube.com/watch?v=hZ7Isjp_bnY

        1
  3. « on va interdire de rouler avec une voiture diesel un peu ancienne à des gens qui n’ont pas les moyens de changer de voiture et qui doivent s’en servir pour aller travailler… »
    Oui, et on continue dans le même temps d’organiser des compétitions automobiles avec des voitures qui consomment 50 litres au cent juste pour le spectacle !
    La cohérence de ce système laisse songeur.

    3
  4. Dans l’intitulé du billet je perçois une dose d’ironie…

    Ah mes amis ! Pour tout comprendre , ou au moins essayer , il faut remonter à l’étude du capitalisme par Marx ! N’oublions pas que le capitalisme a besoin en permanence de créer de la valeur .
    Dans cette liste à la Prévert ce n’est rien d’autre que la satisfaction d’un enrichissement en opposition à la satisfaction d’un besoin humain. Ce qui nous ramène à la technique et à son développement . Et comme le capitalisme a sorti l’être humain de son concept et l’a réduit à une force de travail qu’il achète , la boucle est bouclée .

    PS1 : Si vous ne l’avez fait je vous conseille de lire « Le prix » d’un certain PJ Ed du Croquant (2011) .
    PS2 : L’analyse très très très courte que je viens de faire n’engage que moi et est sujette à contradictions

  5. Et ça ?

    https://www.perlmol.org/science/le-projet-elon-musk-lancement-700-satellites-acces-internet.html

    Si l’on fait la somme de toutes les matières en quantité forcément limitée nécessaires à la production des composants numériques à incorporer dans ce qui devrait nous tirer d’affaire, que conclue-t-on ?

    La bonne question pour moi est la suivante : à quand le soliton ?
    Et donc, comment parvenir à en détourner le cours ? Si c’est possible.

    1. @PASQUET Régis Seuls les astronomes l’ont remarqué et s’en plaignent, mais les constellations d’Elon Musk pourraient constituer cette ombre dont nous avons tant besoin.
      Encore un effort.
      Un moyen déployé à temps pour empêcher le monopole des communications légitimes réglementé par les Etats (Chine Russie Dombass) et le transférer à l’Empire Etats-Unien à travers l’entité privée d’un oligarque.

  6. @Paul.
    Ce courrier que vous avez reçu, ressemble furieusement à un manifeste des Insoumis…
    La seule conclusion qu’on pourrait en tirer, en homme de gauche convaincu,
    C’est qu’il serait désormais urgent de réhabiliter le concept de « lutte des classes »,
    Si l’on entends conserver une petite chance d’enrayer la machine à concentrer la richesse…
    Mais Il semble pour le moins difficile pour beaucoup, à gauche, d’en appeler à de telles extrémités,
    Tant d’entre nous savent parfaitement qu’une « lutte des classes » efficace,
    Ne pourra se limiter à combattre exclusivement les seules dérives droitières…
    Car il en irait alors de la légitimité même du combat!
    Le risque en s’affranchissant de ce juste projet, ne serait-il donc pas de laisser aux plus affamés,
    Le soin de délimiter « sur le vif » les contours des forces en présence…
    Et de voir transformés en traitres, puis en de mortels ennemis,
    Ceux les plus aptes à apaiser les aveuglements d’une colère pourtant légitime?
    Une juste colère ne saurait être gérée sans d’intelligents calculs…
    Eric.

  7. @torpedo
    ouh là là !!!!! réhabiliter le concept de « lutte des classes » ! Mais seriez vous devenu fou ? Le soleil ne réchauffe pas que les températures à ce que je vois ! Diantre ! Le chaos tant annoncé serait il déjà aux portes de ce blog ?

  8. « on va interdire de rouler avec une voiture diesel un peu ancienne … qui doivent s’en servir pour aller travailler »
    C’est déjà fait, à moins que vous travaillez en campagne, de nuit ou le Week-end.

  9. La scène se passe à Jérusalem, au Temple, en ce temps-là. « Le pharisien, debout, faisait cette prière en lui-même : ‘O Dieu, je te remercie de ce que je ne suis pas comme les autres hommes, qui sont voleurs, injustes, … ignorants, non conscients, …’  » (évangile selon saint Luc, chapitre 18, sauf entre les points de suspension). Je pratique cette dévotion tous les jours, involontairement, et puis je me réveille. La lecture de cette page a suscité chez moi un accès particulièrement intense. Pour faire pénitence, j’ai écouté le discours d’Aldo Sterone, dont je sors à chaque fois très triste. Cette fois, il en fait vraiment beaucoup, sans s’éloigner du sujet du moment (pourtant il a parlé avant-hier) https://www.youtube.com/watch?v=Y4saGtrM4-k

    (Pour ceux qui ne le connaissent pas, Aldo Sterone est Algérien, il a la quarantaine bien entamée, marié et père de famille, études en Suisse puis en France (médecine), puis après que son université ait découvert qu’il avait épuisé son titre de séjour et qu’il ait refusé de se prétendre réfugié pour en avoir un autre, départ en Grande Bretagne où il réussit dans le conseil informatique et quantité d’autres choses, dont sa chronique vidéo qui a bientôt dix ans. J’aime ; il est permis de le juger inacceptable)

  10. Trois petits bouts d’histoire.
    Très longtemps les humains sont allés… à pied. Et beaucoup le font encore par obligation.
    La pratique du radeau (d’arbres frais abattus) est courante sur les rivières : on véhicules gens et biens sans besoin d’énergie (celle que nécessiterait la « remonte »).
    Les « transports en commun » sont assurés par les carrosses et les relais de poste.
    Vers 1840, tout change, avec l’apparition du chemin de fer. Le développement est fulgurant et continuera jusque vers 1940. On découvre également le vélo. La machine a vapeur s’adapte également à la navigation.
    De nombreuses routes ont été percées en montagne, depuis Napoléon et tout le XIXe. Dont les fameuses routes du Vercors. Mais elles ont toutes été conçues pour la traction animale, chevaux et bœufs.
    Ce sont aussi des réseaux de tramways qui sont développés, et de métro !
    Ce n’est que vers 1918 que, surplus militaires en aubaine, le camion se répand très rapidement. Puis viennent quelques voitures de bourgeois. Pour ceux-ci, le Touring Club de France développe l’intérêt pour les richesses culturelles du pays. Et ce n’est qu’en 1950 que arrivera « la voiture pour tous ».
    Voilà, c’était une brève histoire de la mobilité humaine.
    Peut-on se passer de voiture ? Oui, mais c’est difficile. Que faire pour que ce soit plus facile ?
    L’avenir est à la voiture de location bien diffusée (système cambio en Belgique), un peu comme les trottinettes électriques.
    L’avenir est aux transports en commun, qui doivent se valoriser et gagner des parts de marché.
    L’avenir est à une régression globale de la mobilité (cessons de nous agiter en tous sens).

    1
    1. Vous pouvez lister à la suite l’entretien des routes, l’habitat, l’alimentation … et quelques autres usages courants à devoir passer par pertes et profits.
      Y voir l’occasion de réhabiliter les bienfaits de la marche est bien sympathique mais … fiction pour fiction j’y vois gros comme une maison dans se monde affolé et courant de tous côtés, une forte option à une réhabilitation de l’esclavage.

    2. les gouvernements nous annoncent la fin des véhicules essence . Très bien . Mais quid des poids lourds, des engins agricoles et BTP , des véhicules utilitaires en tous genres , je pense aux artisans , et la liste serait encore longue ! Je ne parle même pas du transport aérien et maritime !

      2
      1. Jancovici souligne depuis longtemps que le dernier pétrole devra être réservé aux tracteurs, sans quoi il nous faudra 1000 (?, de mémoire) humains pour remplacer chaque tracteur… et pouvoir bouffer.

        1. oui peut-être, mais nous nous confrontons alors au délicat problème du machinisme ! Dun côté on crée des machines mais aussi des chômeurs et d’un autre on a une population qui se prolétarise de plus en plus, avec aux commandes la bourgeoisie qui doit faire jouer les curseurs entre un stock de chômeurs nécessaires (la réserve selon Marx) et une plus value à conforter .

          J’ai pas la solution

  11. @Pascal Ce qui est étonnant c’est que l’ETAT continue à faire de l’instruction publique ou de l’éducation nationale dans des classes, au lieu d’exercer cette action au travers des moyens actuels comme les vidéos sur Internet.
    Comme si « le mammouth » n’avait d’autre but que son auto-perpétuation, et n’était pas ouvert à son adaptation.
    Il y a pourtant de nombreux tutos disponibles sur des tas de sujets, mais sans financement étatique.
    En combien de temps (et à quel age) un enfant pourrait-il acquérir à son propre rythme les connaissances atteintes au niveau du bac en ne recourant qu’aux écrans sur Internet (Google Youtube Wikipedia Gallica …) ?
    Pourquoi les enseignants motivés ne sont-ils pas transformés en influenceurs ?

  12. Pour répondre au courrier reçu, tout ce qu’il mentionne est sans doute exact et très affligeant mais est-ce un motif pour aller dans ce sens ? Comme disait Coluche, ce n’est pas parce qu’ils sont nombreux a avoir tort qu’ils ont raison. Dit autrement, ce n’est pas parce qu’il y a des imbéciles qu’il faut l’être aussi.

    1
      1. Le courrier fait l’énumération des comportements et activités qui vont à l’encontre d’une attitude responsable et des gestes qu’il conviendrait d’avoir (depuis les jeux olympiques jusqu’au milliardaires dans l’espace). Ces comportements sont préjudiciables à l’environnement et sont donc dans l’erreur ce qu’on peut qualifier de tort, me semble-t-il.

    1. @Marc Vincent
      je ne comprends pas bien votre réponse . dans l’objet du billet l’auteur énumère des faits . Qui a raison ? Qui a tort ? C’est un constat .

      1. @Khanard
        Même réponse que pour Monsieur Jorion.
        L’énumération des faits est peut-être un constat mais il n’empêche pas d’avoir une opinion ou un jugement sur ces faits. Le courrier semble dire: “à quoi bon trier ses déchets, diminuer son chauffage, etc… alors que certains ne se privent pas de jeter le CO2 par les fenêtres (depuis les jeux olympiques jusqu’au milliardaires dans l’espace).”
        C’est là qu’on est en droit de penser que ce n’est pas parce qu’il y a des imbéciles insouciants qu’il faut l’être aussi.

        1
        1. je suis d’accord avec vous mais est-ce que le fait de reporter sur le citoyen lambda la responsabilité du dérèglement climatique n’est pas déjà une incongruité ? Alors que c’est tout un système capitaliste (pour simplifier) qui est à mettre en cause ? N’est-ce pas là individualiser le problème alors qu’il devrait être pris dans son ensemble ?

          1. @Khanard
            Certes, le système est en cause mais nous faisons tous partie du système à des degrés divers, je vous l’accorde. Et à partir du moment où on est informé d’un problème, on ne peut plus faire semblant de l’ignorer. Ce n’est pas parce que les autres continuent de fumer et que la publicité vous y incite que vous n’avez pas tout intérêt à arrêter.

          2. Certes, le système est en cause, mais nous faisons tous partie du système avec des responsabilités diverses, je vous l’accorde. Or, lorsqu’on est informé d’un problème, on ne plus faire semblant de l’ignorer, il convient d’agir. Ce n’est pas parce que certains continuent à fumer et que la publicité vous y incite que vous devez faire de même. Mieux vaut arrêter.

  13. Il ne faudrait pas que cet inventaire soit le prétexte pour qu’une partie de la population se dédouane, même de l’utilisation de son unique moteur diesel. Le foot (à la télé), le ski (2000 bornes de route pour une semaine de congés) sont des consommations répandues.
    D’autre part, notre consommation est largement induite par un mode de fonctionnement construit sur l’usage rendu banal de l’automobile : pavillons, supermarché, conso dans les zones commerciales.

  14. Par tout les thèmes choisis c’est un peu facile :
    Les Jeux olympiques d’hiver
    les stations de ski
    vols Lufthansa
    grands matchs de foot
    stades de foot Coupe du monde
    paquebot de croisières
    voyages dans l’espace

    Tout celà parait déjà bien superflu sans avoir à monter en épingle une dérive supplémentaire.
    L’adhésion à la critique n’en est que plus facile.
    Le dernier sujet :
    « camions qui circulent pour nous amener des fruits et légumes » est plus pertinent et problématique mais ne fait que souligner le gain de pouvoir d’achat apporté par la suppression des frontières européennes.
    Tout celà touche assez peu directement le lecteur moyen visé, mais le dernier couplet est de nature à susciter sa révolte, tout en évitant de le culpabiliser puisqu’il s’agit de ses déplacements professionnels.
    Ces déplacements devraient être pris en charge par l’employeur, ainsi les domiciles et les lieux de travail se rapprocheraient …

    Il y a 40 ans le diesel était vanté car plus efficace sur le plan énergétique et donc diffusant moins de CO2.
    La nocivité des particules fines qui ne semble guère concerner celles émises dans le métro lors du freinage (!) n’a été mise en avant depuis que pour rééquilbrer le travail des raffineurs, et ne pas favoriser l’avantage du pétrole russe.

    1. Ça doit faire 35 ans environ que le diesel (ou le fioul), enfin les gaz et particules d’échappement, sont classés cancérigènes par l’OMS.
      Je crois que dans les années 80 les fabricants français (surtout un) se sont lancés dans la bagnole diesel pour raison commerciale principalement, et avec l’aide d’une fiscalité très avantageuses, la santé publique n’a pas fait le poids…

  15. Perplexité : le dernier texte que j’ai soumis, dans ce sujet « Les Gilets verts ? Ils sont prêts…  » a été refusé (il ne s’affiche pas en … attente de modération … et ne fait pas surface plus tard), à six reprises. Avant hier, un autre texte avait été accepté, j’avais même eu une réponse. Est-ce qu’une intelligence technologisée reconnaît les pensées inacceptables ?

    1. J’ai vécu à deux ou trois reprises ce bannissement juste après avoir pressé sur le bouton « Laisser un commentaire ».
      Réitérer l’opération n’y fait rien.
      Si c’est l’oeuvre d’Akismet, il faut étudier son fonctionnement. La promptitude de son choix frise l’intelligence interstellaire.

      1. Dans ce cas-là, il faut me le signaler par mail. Pour le commentaire de Guillemot, je n’arrive pas à deviner ce qui a provoqué la poubellisation. J’espère que ce n’est pas … « Jérusalem ».

      2. Il arrive régulièrement d’avoir un message du style « vous êtes trop pressés » ou quelque chose de ce genre. Je crois que cela arrive lorsqu’il y a quelqu’un qui poste soit sur le fil de discussion en question, soit lorsque Paul rajoute un nouveau billet.

        1. @François M Il est souvent possible de récupérer le texte non envoyé en reprenant la saisie du commentaire sous le même post. sinon prévoir de copier en local un texte long avant envoi.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.