80 réflexions sur « Vidéo – L’ersatz et l’article d’origine »

  1. Concrètement, soit le gouvernement négocie avec les forces en présence (pour se maintenir), soit on négocie le gouvernement lui-même (avec de simples changements si possible ou une recomposition totale si on n’y arrive pas).
    C’est au président de faire un choix (à l’issue des entretiens en cours). Ce choix ira chercher à gauche (PS ou Verts qui ont choisi l’autonomie vis-à-vis de LFI) ou à droite (LR).

    Dans le cas d’une négociation à gauche, comment serait traitée la question du SMIC à 1500 € ? Un compromis ? Un compromis est-il, selon vous, respectueux de l’«article d’origine» ?

    1. #Nicolas « comment serait traitée la question du SMIC à 1500 € ? Un compromis ? »

      La question du SMIC à 1500 € me turlupine toujours.
      Je ne pense pas que cela améliorera le sort des smicards et de tous ceux qui vivent avec moins que le SMIC (de plus en plus nombreux compte tenu de l’augmentation des emplois précaires).
      En réfléchissant, je pense que cela ne fera qu’augmenter le salaire médian qui définit le seuil de pauvreté, soit 60% de cette moyenne. Actuellement le seuil de pauvreté est fixé à 1102€/mois pour une personne seule et 2314€ pour un couple avec 2 enfants. Donc, en toute logique, + le SMIC augmentera, plus l’ensemble des salaires supérieurs augmenteront, et plus élevé sera le salaire médiant. Résultat : il y aura toujours (?) autant de pauvres sinon +.
      Et ce d’autant plus que, par exemple, la cible du commerce de grande distribution est le salaire médiant (quelques produits pour les plus pauvres et quelques autres pour les plus aisés). D’une part elle fera encore plus de bénéfices – et les spéculateurs aussi – (car je ne crois pas qu’elle paiera mieux ses fournisseurs pour autant), d’autre part cela sera encore moins abordable pour les plus pauvres. Et tout le commerce suivra idem….
      Comme en Suisse : meilleurs salaires = vie plus chère. Pour moi c’est du b. a.-ba.

      De plus je suis contre les chèques alimentaires car les revenus pour y avoir droit sera plafonné (et Macron ne se gêne pas pour abaisser les plafonnements, ce qu’il a fait par ex pour les allocations logement). Ce qui créera une énorme injustice pour tous ceux (nombreux) qui toucheront un petit peu + que ce plafonnement et qui devront payer plein pot.

      Je pense qu’il faut d’avantage réfléchir sur une diminution du coût de la vie (hors luxe) et ce d’autant plus que + les salaires sont élevés, + les charges des entreprises augmentent et moins il y aura de relocalisation des emplois (désolée, c’est le discours du patronnat mais il me semble évident, car aucun chef d’entreprise n’acceptera de faire moins de bénéfices et encore moins les multinationales).
      Dilemme.

      4
      1. Je réalise à l’instant que mon com ci dessus explique la montée de l’extrême droite (et un peu moins des extrêmes gauche). Je comprenais pourquoi sans pouvoir encore y mettre des mots. Là je viens de les mettre :

        cf extraits :
        « En réfléchissant, je pense que cela ne fera qu’augmenter le salaire médian qui définit le seuil de pauvreté, soit 60% de cette moyenne. Actuellement le seuil de pauvreté est fixé à 1102€/mois pour une personne seule et 2314€ pour un couple avec 2 enfants. Donc, en toute logique, + le SMIC augmentera, plus l’ensemble des salaires supérieurs augmenteront, et plus élevé sera le salaire médiant. Résultat : il y aura toujours (?) autant de pauvres sinon +. »

        « De plus je suis contre les chèques alimentaires car les revenus pour y avoir droit sera plafonné (et Macron ne se gêne pas pour abaisser les plafonnements, ce qu’il a fait par ex pour les allocations logement). Ce qui créera une énorme injustice pour tous ceux (nombreux) qui toucheront un petit peu + que ce plafonnement et qui devront payer plein pot. »

        Ce dernier extrait est très important. J’en avais déjà parlé sur ce blog mais mal ou mal-à-propos.
        Toutes les aides données sous conditions de ressources avec plafonnement provoquent ces injustices flagrantes. J’ai toujours proposé ( par moult courriers dès 97) que les aides correpondent à un % des revenus comme les IR . Il y a eu un tout petit progrès dans ce sens avec Hollande avec les chèques comblant les pertes de droit de CMU et allégeant le coût des mutuelles, lesquelles devenues quasi « obligatoires » compte tenu de la baisse importante des remboursements de la sécurité sociale .
        Depuis Sarkozy et surtout avec Macron les plafonnements pour l’obtention des aides ont baissé (à vérifier s’ils ne sont pas plus bas que le seuil de pauvreté), ce qui fait que, comme dit dans l’extrait ci-dessus, de + en + plus de personnes vivant avec un peu plus que le seuil de pauvreté doivent tout payer plein pot comme les plus aisés (les loyers, les mutuelles, et sous Macron (qui a enfoncé le clou) l’électricité, et cela ajouté au surtaxes importantes qu’ils payent comme tous. Bien sûr, parmi la majorité des pauvres bien en dessous du seuil de pauvreté qui perçoivent ces aides & allocations, nombreux sont des immigrés (des « travailleurs bon marchés », ils y ont donc droit en toute légitimité) : ce qui de facto a généré de + en + d’anti immigrés, exacerbé jusqu’au racisme, chez une grande majorité de modestes payant TOUT plein pot comme les riches.

        1
        1. Je réalise que ma conclusion précédente était trop rapide . Je précise :
          « ce qui de facto a généré de + en + d’anti immigrés, exacerbé jusqu’au racisme, » =

          Ce qui de facto a donné le sentiment que l’appauvrissement des modestes était de leur faute, et a généré l’anti immigrés jusqu’au racisme »
          (C’est dur d’être très précis en peu de mot!)

          Dialogue fictif :
          trucmuche : « Mais non je suis pas d’accord ! les immigrés qui perçoivent des allocs ne fichent rien ! sont même pas
          handicapés »

          tartampion : « Ils font semblant de rien faire ! En réalité ils travaillent au noir »

          trucmuche : « Ah oui tu as raison, donc les alloc c’est pas du tout un droit légitime comme dit l’autre »

          L’autre : « Sans le travail au noir, de très nombreuses entreprises prospères aujourd’hui auraient fait faillite depuis longtemps. Par le système des appels d’offre obligatoires pour les marchés publics, c’est le plus bas prix qui obtient le marché. Et pour cela de nombreuses entreprises ayant remporté ces marchés ont embauché au noir, partiellement pour la plupart, massivement pour d’autres – dont celles qui sont devenues les plus prospères -(NB :toujours d’actualité). Autrement dit c’est l’Etat français qui a été le principal générateur du travail au noir.

      2. Je pense qu’il y a une vraie réflexion à mener et la proposition de gratuité émise par Paul Jorion et d’autres est de mon point de vue très pertinente. Les hausses de salaires sont toujours compensés dans le temps, et c’est le serpent qui se mord la queue après avoir relâché un peu la pression l’étau se remet à serrer.
        Les vrais gains de « pouvoir d’achat » effectif se concrétisent dans la baisse des coûts de production de nombreux bien et service comme l’électronique et autres par délocalisation dans des pays à bas coûts et surtout par la mise à disposition de biens et services pris en charge par la collectivité nationale. Et faire par soi même. Apprendre à construire, réparer, dépanner, améliorer. Ce qui n’est pas simple, mais très valorisant quand on s’y essaye avec succès.

        2
        1. La gratuité des premiers KWH et mètres cube d’eau ferait beaucoup de bien aux Rsistes, aux smicards, aux salaires moyens, etc.. Pas de jaloux, pas de privilégiés.
          Je ne sais pas s’il faudrait en faire bénéficier B.Arnaud.
          J’avais été surpris de la querelle qui avait eu lieu à gauche lorsqu’on débattait du revenu universel, sur son aspect universel!
          Scandale que de donner 800 euros de plus à Me Bettancourt.
          Si on lui donne 800 euros d’une main pour lui prendre 8 milliards de l’autre, ou est le problème?

          2
        2. Les hausses de salaires n’ont pour conséquence que de relancer l’inflation et détériorer un peu plus la compétitivité de l’économie nationale tout en permettant une hausse des loyers (qui n’est pas dans l’inflation !).
          La politique du chèque cadeau ou de la prime Macron (aléatoire) est plus astucieuse.

          Une hausse des salaires (ou du pouvoir d’achat) n’est justifiable que par une amélioration de l’économie or ce n’est pas le cas, la hausse du coût de l’énergie constituant un phénomène adverse exogène.

          Il serait normal de constater et d’accepter une baisse du pouvoir d’achat.

          Reste à traiter le cas des budgets les plus impactés.
          Pourquoi ne pas faire prendre en charge obligatoirement par les entreprises (en l’absence de transports fournis ou en commun) les coûts de carburant nécessaires aux transports professionnels (dont domicile travail) y compris en accordant une détaxe partielle (récupération de TVA) ou totale comme pour certains carburants destinés à l’agriculture, à la pêche, aux travaux publics, à l’armée, à l’aéronautique internationale….

    2. Je vois assez mal l’Assemblée renverser le gouvernement.

      En effet, une motion de censure pour réussir doit être adoptée à « la majorité des membres composant l’Assemblée » (article 49 de la Constitution). Or Ensemble! compte 250 députés, LR et ses alliés 74, total qui dépasse la moitié des 577 députés. Il suffit donc à LR de s’abstenir dans une motion de censure pour quelle échoue.

      C’est bien ce qu’a annoncé aujourd’hui le président des Républicains Christian Jacob (1) : « Le gouvernement serait bien inspiré de ne pas demander la confiance mais s’il la demande nous ne la voterons pas ». Ne pas voter la confiance… c’est ne pas voter contre non plus. C’est donc s’abstenir, et laisser le gouvernement survivre.

      Mathématiquement et politiquement, il me semble que Emmanuel Macron a trois options possibles :

      1. Un accord de gouvernement Ensemble + LR et alliés, soit 250 + 74 = majorité de 324 députés. Bien évidemment Jacob jure ses grands dieux qu’il n’en est pas question. C’est d’ailleurs la première étape obligée de toute négociation 🙂

      2. Un accord de gouvernement Ensemble + PS + Ecologistes, soit 250 + 28 + 23 = majorité de 301 députés. Naturellement il faudrait que PS comme Ecologistes soient prêts à faire faux bond à LFI, mais… qui en serait surpris 🙂 ?

      D’autres combinaisons mathématiquement possibles sont politiquement impraticables. Il n’y aura pas d’accord de gouvernement Ensemble + LFI, pas davantage que Ensemble + RN. Et la troisième option n’est pas un accord de gouvernement.

      3. Un gouvernement menant une politique « patchwork », que les uns appelleraient « à l’écoute des Français », les autres « Frankenstein », en alliant des mesures et lois qui seraient votées par Ensemble + LR, d’autres Ensemble + NUPES ou du moins Ensemble + PS + Ecologistes, voire Ensemble + RN

      Clément Beaune pouvait ainsi dire lundi (2) « Les Français ont voté. Ils nous ont livré un meuble en kit sans nous donner le mode d’emploi. Ça veut dire négocier, faire différemment, avancer. »

      Un Emmanuel Macron qui ne voudrait pas se lier les mains, ou encore qui trouverait trop élevé le prix exigé par LR, et celui qu’exigeront PS + Ecologistes, pourrait choisir l’option « J’assemble les pièces du meuble comme ça me chante, tiens en fait ne pas avoir de notice ça me laisse pas mal de liberté »

      Par exemple un gouvernement « bien sous contrôle » du Président, par exemple avec Elisabeth Borne à Matignon, ou quelqu’un d’équivalent, pourrait préparer :
      – Une réforme des retraites à voter Ensemble + LR. Donc plus dure, ou avec une implémentation plus rapide, que celle qu’Ensemble aurait envisagée
      – Une politique écologique à voter Ensemble + Gauche
      – Une politique de sécurité à voter Ensemble + RN. Un peu moins dure que celle que le RN aurait faite tout seul
      – Une politique pouvoir d’achat à voter Ensemble + LFI, ou Ensemble + RN, voire Ensemble + LFI + RN qui sait
      etc.

      Il me semble que la situation est beaucoup moins inconfortable pour Emmanuel Macron qu’il ne semble au premier abord…

      (1) https://www.ladepeche.fr/2022/06/21/legislatives-recu-par-emmanuel-macron-christian-jacob-refuse-toute-logique-de-pacte-10386754.php
      (2) https://twitter.com/cbeaune/status/1538972640559386624

      8
        1. Le « Ce qu’il veut » reste à préciser.
          Même sur « ce qu’il veut » il va devoir hésiter.
          Ce qui est trouble est encore ce qu’il y a de plus net. Question d’époque.

      1. Confirmation ce matin (1), Ensemble! par la voix de Clément Beaune comme d’Olivier Véran, exclut une alliance à la fois avec le RN et avec LFI.

        Beaune : «Avoir des coalitions (…) ça ne veut pas dire que tout se vaut»

        Véran : le gouvernement «ne se mettra pas en situation de dépendre des voix du RN, ni de LFI». Il s’agit pour lui de rester «dans l’arc républicain», duquel il exclut les deux «extrêmes»

        Pas de surprise, naturellement. LR, PS comme à leur manière les Ecologistes sont les restes de ce que Alain Minc appelait autrefois le « cercle de la raison », dont le plus clair a été siphonné par Ensemble! LFI et RN, chacun à leurs manières très distinctes, sont en-dehors de ce fameux « cercle de la raison »

        Le cercle de la raison restera bien évidemment au pouvoir. Entre Ensemble!, LR, PS et Ecologistes il peut compter sur un minimum de 377 députés, presque les deux tiers de l’Assemblée. Et si la majorité des Français vote en dehors du Cercle au premier tour de la présidentielle – chacun à sa manière, fort différente bien entendu ! – nous sommes toujours une majorité absolue à voter Cercle aux législatives.

        Cercle de la raison est bien sûr la traduction en français de l’anglais TINA « There is no alternative » : il n’y a aucune alternative 🙂

        (1) https://www.lefigaro.fr/politique/legislatives-2022-clement-beaune-ferme-la-porte-a-une-alliance-de-circonstances-avec-le-rn-20220622

  2. Il n’y a pas que le problème de l’ersatz (Kaffee-Ersatz remplaçant les Kaffeebohnen , comme m’avait expliqué un ami né en Allemagne), il y a l’idée que, la planète politique étant ronde (Macron lui-même a dit « sphérique »), les extrêmes se retrouvent l’un près de l’autre, à l’antipode du Parti de Gouvernement, et n’ont pas beaucoup de chemin à faire pour « changer de côté ». Dans une vie antérieure, j’avais eu pour collègues de travail des jeunes qui votaient communiste sans se poser de question ; milieu de l’aristocratie ouvrière de ce temps là ; j’avais pu mesurer combien les principes de vie d’une famille catho (la mienne) et d’une famille communiste sont les mêmes : honnêteté, culte du travail et du savoir, solidarité des proches et conscience internationale. Ceux que je connaissais ont certainement voté RN ces jours-ci, et la carte le montre. Ce n’est pas une idée neuve.

    Pour savoir comment ça se passe, la montée tranquille d’un extrémisme qui a une réponse à la question, lire Sebastian Haffner (1907-1999), « Histoire d’un Allemand, souvenirs, 1914-1933 » (Actes Sud 2003), que l’auteur avait écrit sur la demande d’un éditeur quand il est arrivé en Grande-Bretagne en 1938, et qui n’avait pas paru alors. Tellement prémonitoire qu’on l’a soupçonné d’avoir fait des rétro-souvenirs et que le manuscrit a été daté par les méthodes qu’on emploie pour traquer les faussaires. Son expérience alors qu’il est juriste stagiaire au Kammergericht de Berlin, la plus haute juridiction civile du royaume de Prusse puis de l’empire allemand, le remplacement progressif des principes du droit par les principes de la race pendant que les juges qui s’y opposent disparaissent, est particulièrement terrifiante. La France d’aujourd’hui n’est pas dans la dèche comme l’Allemagne des années 1920 (le livre commence en 1914, quand la famille voit la déclaration de guerre arriver dans la campagne où elle est en vacances). Mais sait-on jamais.

    2
  3. Au secours. Mon commentaire, qui contient une recommandation du livre de Sébastian Haffner  » Histoire d’un Allemand, souvenirs, 1914-1933″, est passé à la poubelle, après un avertissement « Vous écrivez trop vite. » Il contient des mots interdits, sûrement.

    1. Non, je crois que la machine ne réceptionne qu’un message à la fois et que, si vous tombez mal, elle rejette sur vous la faute (c’est une machine d’opinion libérale, donc culpabilisatrice ; mais qui lui a associé cet affect ?).

  4. Très bonne analyse, toutefois, il ne serait pas inutile de s’appesantir sur le mode de scrutin utilisé et qui peut, par certains biais, fausser la véritable représentativité des députés élus au second tour, ajoutons à cela, le mode de découpage électoral des circonscriptions.
    Dans l’absolu, la meilleure méthode de représentativité serait l’élection à la proportionnelle de liste, méthode adoptée par la Belgique en 1899 et par beaucoup de pays démocratiques de par le monde.
    Détiennent le plus grand nombre de représentants, les partis ayant obtenus le plus grand nombre de suffrages et les personnes élues à l’intérieur de ces listes sont celles qui ont obtenus le plus grand nombres de ‘préférences’ : c’est le système de ‘panachage’ qui rend le dépouillement très fastidieux par rapport à un simple comptage de bulletins !
    Donc, actuellement au premier tour, l’on peut considérer que ceux qui ont recueillis une majorité de voix et sont donc élus, disposent d’une véritable représentativité (+50%), alors qu’au second tour, les élus ne le seront qu’à la majorité simple, c’est à dire par exemple 25 % des voix si son adversaire (ou ses adversaires en cas de triangulaire) obtient moins de 25 %, d’où une représentativité problématique.
    Pour en revenir au succès du RN, il faut se souvenir qu’il avait depuis très longtemps adopté des slogans de gauche, surtout au sujet du pouvoir d’achat, et qu’il subissait beaucoup moins d’attaques de la majorité au pouvoir. Et en tous cas, de la part des médias et de leurs journalistes commentateurs, une mise sur le même pieds de la NUPES, la considérant comme une organisation extrémiste également.
    Un argument commence à être avancé qui consisterait à laisser croire qu’à la proportionnelle, le nombre de députés RN serait plus important encore, c’est évidemment jouer sur les peurs.

  5. François Ruffin, c’est d’abord une méthode et une stratégie pour faire donner de la voix aux « gens du peuple ». Décider d’engueuler les députés sur l’invisibilité des femmes de charge du Parlement, faut le faire et faut en deviner le bénéfice.
    Il ne faut pas penser qu’il suffit de se réclamer des valeurs d’un député. C’est une question de pratique, pas de positionnement.
    Les « gens du peuple » ont besoin de politiques sociales et par ailleurs, de respect et de dignité. Il faut se positionner clairement là-dessus. Et le mettre dans sa pratique quotidienne.
    Fabien Roussel a eu raison d’introduite le Pouvoir d’achat un temps dans la campagne.
    Les fascistes surfent sur le mépris de classe et l »inversent en désignant des boucs émissaires de la colère sociale.
    En Belgique, le PTB exprime la colère sociale en permanence. C’est au moins utile pour étouffer l’apparition d’une extreme-droite en Wallonie, là où le clientélisme du PS voit son effet se délitter.
    Mais les dirigeants de LFI ne sont pas clairs la dessus à la TV, ils ont d’autres préoccupations.
    Ils ont une politique valable sans doute en Banlieue parisienne quand on voit leurs succès, il faudrait la valoriser.
    Le PCF a un succès stable électoralement, et son action locale est à connaitre.
    Il y a une différence entre le FN et Ruffin, pour laquelle il est devant, c’est sa sincérité et son action. Il faut dénoncer les énarques et les autres, mais surtout les profits et l’injustice fiscale.
    Le FN emploie des images (le balai) mais rien de concret.

    1. Vous n’avez pas lu les commentaires.
      Cette journaliste a voulu réussir son coup contre Ruffin et plaidé à charge.
      Ruffin a ramé des années avant d’être député. Et notamment avec un journal généraliste (il n’était pas candidat) fait de bouts de ficelles et de bénévoles. Quelle surprise que tous les anciens, chômeurs, ne soient pas tous restés dans ce projet ! On souhaite qu’ils aient trouvé du travail
      Ruffin est dans la provocation pour ses idées, pas pour lui-même. Pour les gens exploités (Merci Patron), pour les nettoyeuses; etc.
      Lui trouver un lien de méthode avec Macron, c’est odieux de votre part.
      Mais vous ne comprenez rien aux méthodes, vous êtes sans doute au-dessus de cela…

      5
    2. Piqûre de rappel de Sud Radio , qui se prends pour radio Londres, alors que c’est Radio Paris , et qui, conséquemment, comme dirait Jacques Brel, croit qu’il suffit de renverser un propos pour construire un argument ( racisme anti blanc, ou dans ce cas, Ruffin = Macron )

      6
      1. Sud Radio?
        La radio des sudistes?
        Celle du général Lee?
        Non. La radio de ceux « à qui on ne la fait pas »!
        Les éveillés.
        Bigard, Lalanne, E.Lévy, J Branco, etc…
        Ruffin aussi.
        Mélenchon n’y allait pas. Fallait bien que quelqu’un aille faire un peu le boulot du côté des gens qui doutent…

  6. Et si la volonté aveugle et sourde du « roi te touche dieu te guérit », de « Renaissance », « Ensemble » et de la « droite extrême » de reculer l’âge de départ à la retraite jusqu’à 64/5 ans, n’était en fait, que le moyen de tenir la promesse faite à leur électorat avoisinant ces âges (cadres pré-retraité.e.s en activités, et leurs conjoint.e.s, retraité.e.s actif.ve.s ou pas) de « sauver » leur « pouvoir d’achat » (celui des propriétaires privés d’entreprises, de salaires variables, de stock option, de retraites chapeaux/dorées, et par capitalisation… les plus assistés sans contrepartie à parier, spéculer sur la gestion et/ou pénurie, problème d’approvisionnement, de stock géré en flux tendu d’hydrocarbure, de denrées alimentaires, de fournitures sanitaires – « vaccins à arn/m », gants, masques, scandales en Ehpads…. – et leurs prix inflationnistes… et faire toujours socialiser leurs dettes privées pourries, pertes casinos en faisant privatiser les profits de dividendes) « pouvoir d’achat » dont les conditions de vies sont bien plus confortables, aisées, des moins à plaindre… que celles du quart des 5% de la population la plus pauvre, précaire discriminée de façon « systémique »… n’arrivant même pas à l’âge d’une retraite à 60/2 ans…?

    Comment pareille réforme structurelle peut prétendre sauver le « système de retraite par répartition », quand de plus en plus de pauvres, précaires, et discriminé.e.s de façon « systémique » ne vont plus pouvoir espérer arriver en « bonne santé », ni même en vie d’ailleurs, à ce recul de l’âge de départ à la retraite…?

    Succomber avant même d’espérer prendre sa retraite… à la pénibilité du travail, et aux dégradations des conditions de l’exercer, aux régressions des droits des protections sociales, du code du travail (et de la médecine du travail du Conseil Prud’homal, de l’inspection du travail) et à l’accès… aux services publics hospitaliers, de l’assistance sociale (justice sociale, « sociétale », etc), à l’insalubrité de logements… et à l’austérité et autres « réformes structurelles néolibérales » du statut de fonctionnaire et de la fonction publique privatisée par le biais de la dématérialisation/segmentation à la tâche/digitalisation/ »ubérisation » de ses savoirs, emplois… à la malbouffe, au dérèglement climatique (pesticides, etc, et canicules, crises sanitaires et Zoonoses, etc), à la perte de la biodiversité… et au chômage des l’âge de 50 ans… pour « sauver » le « pouvoir d’achat » de futurs cadres, CSP+, retraités, actionnaires, gagnant toujours plus d’espérance de vie (y compris pour les 6 générations de leurs descendances n’ayant aucune inquiétude qu’en à garder la première place dans la file d’attente de « l’escalier social » effondré… contrairement aux 6 générations des plus pauvres, n’ayant aucun espoir…) et « on » s’étonne que les plus pauvres ne votent pas plus que les plus précaires, discriminé.e.s… croient aux promesses de « sauver » leur pouvoir d’achat » et l’âge de départ à la retraite à 60 ans, de l’extrême droite…? Dans le doute – quand c’est flou, c’est qu’il y a un loup – est-ce qu’ils ne sont pas rationnels, légitimes, raisonnables même, de s’épargner de confondre « L’ersatz et l’article d’origine »…?

  7. je suis assez surpris que cette vidéo ne suscite pas plus de réactions de la part de nos amis fréquentant régulièrement ce blog.
    Et pourtant celle-ci m’apparait fondamentale dans la mesure ou elle établit un diagnostic simple mais efficace : revenir à l’original . Mais lequel ?
    Sur ce point je rejoins un avis de Rosa Luxemburg quand elle dit : « Ils (les travailleurs) doivent le conquérir eux-mêmes (le pouvoir) , et pour le conquérir, le courage et la bravoure ne suffisent pas, ni la croyance aux promesses socialistes d’un programme démagogique (il y eut parmi ceux qui portèrent Hitler au pouvoir , d’innombrables gens qui prenaient au sérieux le national-socialisme!); au courage et à la bravoure doivent se joindre , non la croyance et la mystique, mais le savoir et l’éducation.
    Tant que la grande masse n’aura pas ce savoir et cette éducation , elle pourra faire autant de révolutions que l’on voudra , ces révolutions ne seront pas socialistes et n’aboutiront pas au socialisme, même si des socialistes les dirigent. » (Rosa, Luxemburg, Marxisme contre dictature).
    Les mots les plus importants sont « savoir et éducation » et très sincèrement tant que nos politiques ( et les intellectuels) ne redescendront de leur tour d’ivoire pour aller faire de l’éducation populaire là où se trouvent les classes ouvrières le RN aura les coudées franches.
    M. Ruffin est un des trop rares personnages à l’avoir compris . Avec ce qu’il sait faire de mieux parler .
    Plus loin Rosa Luxemburg déclare: « Le parlementarisme ainsi que nous l’avons en France, Italie et Allemagne, n’entretient pas seulement les illusions bien connues de l’opportunisme actuel: la surévaluation de l’importance de travail réformateur, la collaboration des classes et des partis . Mais encore en séparant , dans les rangs du parti socialiste,, les intellectuels des ouvriers et en les plaçant , comme parlementaires, dans une certaine mesure au dessus des ouvriers, le parlementarisme crée un terrain propice au développement pratique de ces illusions . Enfin les progrès du mouvement ouvrier font du parlementarisme un tremplin pour le carriérisme politique, et c’est pourquoi on voit accourir sous les drapeaux du Parti Socialiste maints ambitieux et maints ratés du monde bourgeois  »

    La fin est truculente et pourtant cela fut écrit il y 100 ans .

    2
    1. « Savoir et Education » : OUI, SI :
      Si on a une méthode pour que ce ne soit pas « le savoir des experts plutôt d’en haut contre les croyances [compléter par l’adjectif de votre choix ]{ complotistes, clientélistes, yakafokonistes, délirantes, ravageuses pour l’économie_au_sens_des_sbires_du_MEDEF,…} de ceux d’en bas ».
      Avec ce qu’on sait d’influence des réseaux sociaux, de la télé, de Voici Gala,…
      Mon analogie que je mûris en fût de silicium, c’est la sève qui monte et descend dans les arbres. Si on renforce le savoir, c’est autour d’une « structure » de ce savoir analogue,
      des nutriments compémentaires doivent s’échanger entre « haut et bas » (ce qui n’est pas le bon choix de mot non plus).

      Si vous prenez un fleuve qui pour un « sachant » standard est un cours d’eau d’une certaine longueur avec sa source dans le massifs des A*** au glacier XXX (tant qu’il y a des glaciers) et son embouchure dans la Mer du N***, et que vous allez voir soit la source, soit l’embouchure, surprise surprise, ce sont des lieux « riches » pour lesquels une connaissance « locale » est irremplaçable.
      Et dont la description par un schéma simplifiée ne sert pas à grand chose.
      La remarque m’est venue peu à peu à cause de la Nieuwe Maas, qu’enjambe l’Erasmus Brug à Rotterdam. Coïncidence involontaire d’un chante d’un « savoir en renaissance » avec une complexité bien ancrée là de ce savoir. Quant aux sources et aux zones humides, c’est à elles et non aux femmes qu’on devraient attribuer l’adage qu’elles « souvent varient », parce que c’est aussi « compliqué » dedans, mais là encore un observateur local attentif en saura beaucoup.

      1. bonjour @timiota
        je suis globalement en accord avec vous et vos métaphores sont intéressantes .
        Je crains que le mot « savoir » ne prête à confusion . S’agit il du savoir au sens qu’en donne Paul Jorion dans son ouvrage « transmission des savoirs » ? Ou bien s’agit ‘il d’un savoir « intellectuel » qui serait vulgarisé pour faire prendre conscience aux « apprentis » de leur force de classe ?
        Un exemple : à quoi sert un Frédéric Lordon si personne ne le comprend ? (Et c’est mon cas) . Quand dans mon commentaire cité plus haut je parle de tour d’ivoire ce n’est pas la position purement intellectuelle que je récrimine mais certainement la barrière du langage universitaire .
        D’où l’intérêt de personnes comme Franck Lepage et son association qui effectuent ce travail qui , à l’inverse de vos images du fleuve, doit remonter le courant .
        Celui qui a mis fin à la culture populaire c’est J. P Sartre qui en créant les MJC a officialisé une culture de gouvernement . A partir de là on ne peut que tirer le rideau .
        Il y a en Catalogne des maisons de quartier, sorte de maison du peuple , où l’accès est libre , les chants, les danses, les activités traditionnelles peuvent se tenir .
        En France nous avons perdu cette culture traditionnelle .
        Bourdieu dans « La distinction » l’a à mon sens très bien décrit.

        1. Mon image préféré, c’est la (les) sève(s), avec flux dans les deux sens.
          Le fleuve, c’était un point d’appui pour dire que le savoir « d’en haut » s’appuie sur des simplifications qui lui enlèvent
          le gros de sa force opérationnelle.
          Un marin en cabotage dans le Zeeland (l’estuaire du Rhin-Meuse) savait bien « où l’eau passe », avec ses mots à lui,
          et avec les infos de salinité, courants, marées, risque de visibilité compromise si tel vent souffle, etc.
          Si on creuse près d’une source, un habitué du lieu peut mieux imaginer si l’eau de la source sera affectée ou pas,
          si on peut faire un captage, de quoi et dans quelle proportion.
          Pour le savoir type « culture/MJC », c’est un angle d’attaque mais pas le seul, je pense que la culture technique (au sens du néolithique ou du moyen-âge, disons, (arkao va lire !))
          est trop importante pour en débarrasser tout un chacun. A l’échelle de la vie moderne, c’est stupide que dans une zone pavillonnaire, les 15 greniers des 15 villas stockent
          du matériel de bricolage type scie à angler, ou autres ponceuses et disqueuses qui ne servent qu’une fois par an et encore.
          La mise en commun de matériel aurait un impact environnemental et social positif, c’est un petit bout de la lorgnette, comme les épiceries « tout en vrac ».
          Mais ça situe pourquoi le côté « technique » au sens assez large ne doit pas être sous-estimé, amha.
          Je pourrais pousser côté jardinage ou informatique avec des conclusions analogues… Bien sûr ce n’est pas « la » clé de la réduction des GES, mais conscientiser les gens
          qu’ils puissent passer en 10 ans de N objets inutiles à N/2 serait déjà pas mal (N>>1 comme nous disons en maths/physique).

  8. Nonobstant l’absence tragique d’analyse sociologique, socio-politique, etc, et l’abstention dramatique de débats publics et politiques…. sur le nombre de personnes faisant parties des 5% les plus pauvres de la population, comptant déjà elle près de 10% de foyers, femmes isolées, etc, vivant sous le seuil de pauvreté… sur leurs conditions de survies, les supplices et humiliations quotidiennes des brutalités policières, de la « société civile », impunies… combien des 25% des 5% les plus pauvres… n’arrivant pas jusqu’à l’âge de départ actuel à la retraite (60/2 ans)… sont/étaient en situation de NON RECOURS, soit de non redistribution du soit disant « pognon de dingue mis dans les minimas sociaux, qui fait que les pauvres le restent et se déresponsabilisent », à en croire le « Jupiter » du dernier quinquennat (ex pantoufleur du verrou de Bercy et conseiller, puis ministre de l’économie… de M. Hollande) qui qualifia cette situation « d’inégalité de destin », « destin fatal apparemment, dont l’aspect funeste, de « naturel », contre lequel en tout cas, pas plus « l’Etat » qui « ne peut pas tout », ne pu intervenir, réguler, etc… que la promesse d’une « réforme structurelle… » (ultralibérale, de la « start-up nation » ?) de la fusion des minimas sociaux (prestations sociales, chômages, familiales, logements RSA, etc) pour une « meilleur redistribution » à la source – version « contrôle social » – promet de corriger…?

  9. Comment atteindre une masse critique consciente. En phase sur les problématiques humanistes, climatiques, migratoires, sociales. Et synchrones au niveau d’un continent à minima pour que un changement soit possible mais surtout utile car au dela de donner l’exemple individuellement, il le faudrait collectivement à l’échelle européenne. Et ensuite prier que le reste du monde qui n’a jamais connu notre âge d’or d’abondance accepte de sauter l’étape.

    Il ne me semble qu’un cataclysme puisse être à l’origine d’un réveil contraint et conscient d’une masse suffisante à l’échelle de la planète.

    Hélas.

    1
  10. bon d’après les quelques commentaires que j’ai lus ici et là akismet ne doit pas aimer certains mots comme : une femme assassinée en 1919. rosa luxemburg.
    bin tant pis .

  11. J’ai vraiment découvert F. Ruffin en visionnant un jour la vidéo enregistrée avec le collapsologue Pablo Servigne en octobre 2018 : « Une dernière bière avant la fin du monde ». Certes le scientifique a la vedette de la séquence, mais la capacité d’écoute de Ruffin m’avait particulièrement frappée. A voir ou revoir : édifiant.
    https://www.bing.com/videos/search?q=ruffin+servigne&docid=608027632718195830&mid=1C4FB26169D15297340A1C4FB26169D15297340A&view=detail&FORM=VIRE

  12. Ce qui fait de Mélenchon un erzatz de Le Pen, c’est d’abord le nationalisme. Avant de promouvoir Ruffin, assurez vous qu’il en soit exempt.
    Poussés par le vent dans les drapeaux et l’intelligence des trompettes, les poutinoïdes accéléreront l’effondrement de la civilisation.

    2
  13. SI j’ai bien compris il y a deux ersatz, le déclaré, celui du RN de Lepen, et celui sous-entendu, de Mélenchon et affidés.
    IL y a effectivement un danger de ce coté là, car ils se nourrissent l’un l’autre.
    Or Ruffin sur le registre populiste ne diffère pas tant que cela de Mélenchon, c’est juste une question de degré.
    Ruffin n’a pas d’accents xénophobes, mais il joue tout de même sur le registre du ressentiment, on en a d’ailleurs la manifestation dans la vidéo où il s’exprime après sa victoire aux législatives.
    Ruffin a l’immense qualité de savoir s’adresser aux classes populaires sur le terrain, avec pédagogie. C’est son point fort.

    Opposer Ruffin et Mélenchon ne me semble pas si pertinent car ils ont d’évidents points communs : ce qu’on peut reprocher à Mélenchon on peut le reprocher aussi à Ruffin, certes sous une forme atténuée, de même ce qu’on peut attribuer comme mérite à Ruffin on peut aussi l’attribuer à Mélenchon. Sans LFI Ruffin n’aurait pas pu émerger politiquement. Or la stratégie à LFI, qu’on le veuille ou non, c’est Mélenchon.

    Autre limite de Ruffin, le spectre de ses intervention se limite au thème de la lutte sociale (c’est un grand atout évidemment, indispensable, quand peu le font ailleurs) , on l’entend peu ou pas sur les questions internationales. C’est tout de même embêtant pour une personnalité qu’on destine aux plus hautes fonctions. Et surtout d’un point de vue strictement politique : comment évoquer la politique nationale, si l’on ne propose pas une analyse géo-politique hic et nunc, avec ce que cela suppose de prises de position en ce domaine ?
    Quid de Ruffin et la guerre en Ukraine par exemple ?

    2
    1. Pierre-yves.
      Ruffin avait répondu sur l’international dans une vidéo début mars. Je ne la retrouve pas.
      En gros il disait qu’il avait des lacunes sur le sujet, que ce n’avait jamais été son domaine de recherches de prédilection et qu’il allait devoir s’y interresser et lire un certains nombre d’ouvrages pour être à niveau…
      Et que donc sur l’Ukraine, il n’avait pas grand chose à dire concernant les positions passées et présentes de Mélenchon.

      1. Garorock,
        C’est exact, j’avais d’ailleurs échangé avec toi sur le blog à ce sujet. Depuis Ruffin n’a pas avancé d’un iota sur la question alors que la guerre en Ukraine se fait chaque jour plus cruelle.
        Il n’est pas possible selon moi quand on se destine à gouverner de faire l’impasse sur un tel sujet, aussi décisif, pour des raisons humanitaires évidentes, pour l’Europe, et du fait que si il n’y a pas de guerre mondiale, la guerre s’est mondialisée. Sur un tel sujet, on s’informe de toute urgence, son excuse n’est pas recevable.

      2. Mélenchon est dans le tête-à-queue permanent sur l’Ukraine.

        Avant la guerre il était poutinisant, et puis lorsque l’Ukraine a été envahie, à l’écouter, il devenait le premier opposant à Poutine.

        Puis lorsque Macron a dit qu’il ne fallait pas humilier la Russie, Mélenchon a pris le contre-pied disant que si, il faut humilier Poutine : «Ça ne me dérange pas d’humilier Poutine» a-t-il dit.

        https://video.lefigaro.fr/figaro/video/guerre-en-ukraine-ca-ne-me-derange-pas-dhumilier-vladimir-poutine-lance-jean-luc-melenchon/

        Patatras, la semaine dernière pour dire que lui premier ministre il n’y aurait qu’une seule ligne avec le président de la République sur la politique étrangère, il
        s’en est pris aux Ukrainiens :  » les Ukrainiens ne devraient-pas dire cela » . Pour le coup, c’est lui Mélenchon qui humiliait les Ukrainiens.
        https://www.latribune.fr/economie/international/ukraine-jean-luc-melenchon-donne-raison-a-emmanuel-macron-920783.html
        Il est vrai lorsqu’il était député européen Mélenchon voté contre une aide à l’Ukraine.

        Chassez le naturel ….

        1
  14. Il me semble qu’une des forces de Ruffin n’est peut-être pas tant son discours que sa personne et ce qu’il représente. Il n’est pas issu d’un parcours politique « traditionnel ». Du genre : je passe de mes études à des prises de fonctions dans des officines politiques (« Touche pas à mon pote » ou « les jeunes avec Marine » ou « les jeunes avec Macron »…) ou bien je fais l’ENA et je cherche à droite à gauche la meilleure place à prendre. Il vient du « terrain » des salariés, peut-être un peu comme Pierre Bérégovoye.
    Disons que le signal fort qu’il envoie, c’est que tout à chacun peut s’engager, que le plafond de verre est poreux. J’en veux pour preuve l’élection comme député de « gens qui ne sont rien » comme dit Médiapart (https://www.mediapart.fr/journal/france/210622/des-gens-qui-ne-sont-rien-entrent-l-assemblee-nationale).
    Rachel Keke qui est femme de chambre de l’Ibis Batignolles, Andy Kerbrat qui travaille dans un centre d’appel, Mathilde Hignet qui est ouvrière agricole, Sébastien Peytavie qui est psychologue après avoir été éducateur…
    Est-ce que toutes ses personnes se serait engagé en politique aussi loin sans l’exemple de François Ruffin qui a pu montrer que c’était possible ? Bien sûr, Arkao, je n’oublie pas le rôle de pépinière qu’à pu jouer LFI. 😉
    Mieux encore, chez les électeurs, est-ce que le phénomène François Ruffin n’a pas permis à des électeurs d’oser voter pour les personnes que je viens de citer ? Alors qu’autrefois, voter pour un notable venant d’une lignée (familiale ou politique) donnait l’illusion de garantir une certaine stabilité.
    Quelque soit la réponse, y a-t-il jamais eu autant de « gens qui ne sont rien » à entrer au Palais Bourbon ?
    Avant celà, il y a eu aussi tous ses députés LRME qui sont arrivées sans passer par les fourches caudines d’un parti politique, force oblige puisque LREM n’a jamais été un parti politique, mais qui ont peut-être fait passer le message que pour devenir député, il n’était pas nécessaire de faire carrière dans un parti.
    Il me semble qu’il y a là, un vrai (début de) bouleversement dans la population de l’Assemblée Nationale avec l’idée que les fauteuils sous les dorures de la République ne sont pas réservés à des notables.
    Il y a peut-être là de vraies raisons d’être optimiste.

    2
    1. Pascal, votre remarque est juste. Mais attention de ne pas rester à la « politique spectacle » et de croire que changer quelques prolos (très méritants !) dans une Assemblée élitaire fait changer grand chose !(
      Par rapport à la masse de gens qui ont perdu confiance dans la politique, qui ne votent même plus ou votent pour emmerder Macron (8% de votes blancs ou nuls c’est énorme !) et la désespérance sociale (No future), il faut des militants différents qui font de la politique autrement, celle qui ne fait pas venir les médias. Et il faut que les grandes associations sociales (syndicats, ATD-quart monde, Greenpeace…) soient mises en avant par les partis. Il faut une méthode différente. Et Ruffin fait cela depuis 20 ans au moins : parler aux gens de leur respect et de leurs victoires ! (Merci Patron est le récit d’une victoire des gens). C’est vraiment changer de style. (Voir mon post ci-dessus du 21 à 14h32).
      Ceux qui cherchent ici des casseroles à JLM (l’inquisition !) centrent toujours sur la politique spectacle et le « jeu de massacre ». Or c’est bien le trou offert au RN comme piège pour la population qui est la question politique urgente. Un piège voulu par Macron, par ceux qui parlent des extrèmes à propos de la gauche…

      1
  15. Bonjour,
    Votre analyse est utile, mais à mon sens bancale.
    J’en prendrais un exemple, sur la question « article d’origine » : le cas du boulanger Mr Stéphane Ravacley, battu malheureusement.
    Bien sûr, cela n’invalide pas complètement votre réflexion s’appuyant sur les exemples Ruffin et Kéké, mais la relativise fortement.
    Se focaliser sur les exemples qui valident sa théorie fleurte un peu avec le sophisme…
    Venir ici un peu en contre de votre analyse me désole car j’aimerai la voir pleinement juste et couvrant l’ensemble de la problématique !

    1
    1. Ce n’est pas une théorie, juste une intuition. 😉
      Et ce n’est pas parce que de nouveaux députés arrivent hors filière politique que ça garantit leur probité ! Mais quand on a vécu le chômage et la précarité (ce que beaucoup d’élus « traditionnels » n’ont pas vécu ) ça change le regard sur un projet de société.

  16. Cela dit, la réflexion de Pascal prolonge très bien votre analyse.
    Et j’y note ceci, qui me semble important : « Bien sûr, Arkao, je n’oublie pas le rôle de pépinière qu’à pu jouer LFI ».
    Or, l’artisan principal de LFI reste quand même bien (hou ! le méchant !) Mélenchon, n’est-il pas ?

  17. P-Y
    Il me semble que Faure, Roussel et Bayou n’attendent qu’une chose, c’est que Mélenchon s’en aille gentiment…
    Pour l’instant c’est M Panot qui a été élue présidente du groupe L.F.I à l’A.N. Pas sûr qu’elle ait plus de connaissances sur l’international que F. Ruffin… plutôt du genre clone de jean-luc. Donc peu de chances qu’elle s’entende parfaitement avec les autres leaders de la NUPES.
    Pour l’Ukraine, le mafieu du Kremlin a beaucoup mieux engagé la deuxième partie. Il avance de plus en plus ses pions et il gagne du terrain. Il me semble qu’il a prévu d’en prendre le maximum avant l’hiver. Je ne vois pas, pour l’heure, ce qui pourrait le stopper.
    Tout cela est bien mal engagé…

    1. Dans les cellules de l’OTAN, on doit faire les scénarios du « jeu à trois » :
      Les ukrainiens (combien de morts de leurs vaillantes troupes ?)
      Les russes (« Poutine, combien de divisions ? » aurait dit le pape François)
      et leurs armements made in the ouest (de la Pologne aux USA).
      « l’optimisation sous contrainte » doit conduire à un « mode d’attrition » (ils disent comme ça, faudrait demander à Cédric Mas),
      qui va mettre le goutte à goutte d’obusiers 155 mm et autres gros machins pour que les russes « s’épuisent maximalement »,
      et en ne laissant qu’une probabilité <10% à une attaque balte (par affaiblissement global),
      mais on ne peut pas exclure que cela forme une nouvelle donne et ne puisse faire partie vraiment du calcul "optimisé sous contrainte".
      Le danger vient de la logistique de fabrication des armes, pas encore maitrisées, à ce que j'ai ouï dire.

      Sinon, je signale à la cantonade la dernière chronique de Slavoj Zizek dans le Guardian
      https://www.theguardian.com/commentisfree/2022/jun/21/pacificsm-is-the-wrong-response-to-the-war-in-ukraine
      Je l'ai souvent pris pour un "allumé" parmi les intellos, mais certains de ses arguments sont a minima à entendre ,
      ceux contre le "campisme" (pas son mot, le mien) : lors d'une invasion remarque-t-il , l'élite locale est cajolée par l'envahisseur
      pour continuer à disposer des ressources (disons le patron de la coopérative ou de l'usine locale).
      Donc si on est de gauche en voulant lutter d'abord contre les patrons exploiteurs (cette élite locale est celle qui fait la basse besogne des capitalistes),
      malgré le fait qu'on fait tourner le complexe miltaro-industriel, il faut réaliser qu'en luttant contre la Russie, on lutte aussi contre les faveurs
      qui font que ces "exploiteurs" locaux se maintiennent (en France, on pourra relire l'histoire de l'empire Schuller/L'Oréal pour situer les conséquences…).
      C'est sans doute un peu "à l'emporte pièce" (Zizek un jour, Zizek toujours), mais stimulant.

  18. Pour moi, Ruffin est du même bois que Michael Moore, et son destin, c’est plus d’aboutir dans une ONG qui prendra soin effectivement des personnes, d’une façon ou d’une autre, que de  » finir  » en politique…

    A moins qu’il réussisse à transformer la politique elle même !

    2
    1. Pas forcément d’accord. Son boulot pour la « visibilisation » des femmes au travail (dans les « petits jobs de 1ere ligne »,
      constitue pour moi un point politique, très global.
      SI on est aveugle à cet aspect de la société, c’est dur de prétendre qu’on peut échafauder une politique de gauche
      qui ne soit pas une forme de clientélisme déguisée…

      1
      1. Je ne dis pas que Michael Moore n’a pas fait de politique, quand il a réalisé Bowling for Columbine, et / ou surtout « The big one », (version US de  » J’veux du soleil  » !)

        Il me semble simplement que cette nature d’homme ( Moore / Ruffin ), très agile à mettre le doigt sur les contradictions de notre société, à établir le contact avec les personnes concernées / exploitées, ne sera pas forcément la bonne pour s’asseoir devant le dossier et s’attaquer au problème.

        Les deux rôles sont politiques, je ne suis pas certain qu’ils puissent être tenus par le même homme, du moins dans le système tel qu’il est ( de politiques pro qui exercent pendant 50 ans )

        C’est pas tous les jours qu’un abbé Pierre ou un Ghandi fait surface…

    1. Belle affiche !
      J’ai vu Morozov avec Stiegler (mais Bernard, pas Barbara) au festival du « Internazionale » italien à Ferrara, il y a sans doute 3 ans (avant covid).
      Morozov est assez « sage » (parce qu’il a d’un côté une vue « microscopique » ou tout n’est pas foutu, tandis qu’en global, à voir les Républicains et les députés RN en France, bof bof)
      mais sa vision est solidement argumentée en général.

  19. je connais très peu Morozov ! Par contre Barbara j’adore . J’ai l’opportunité de pouvoir assister à de ses nombreuses conférences et même à quelques uns de ses cours à Bordeaux . (mais chuuuttt c’est incognito que j’y assiste 😎😎😎😉😉 ) . Mouffe n’est pas mal mais il me semblerait qu’elle soit un peu dépassée . Quant à mon chouchou Ruffin rien à dire puisque c’est mon chouchou .
    Comme vous dites du beau monde 👍👍👍

    PS: concernant Bernard Steigler je vous conseille la conférence qu’il a tenue avec Paul Jorion mais je ne retrouve pas le lien

  20. Sommes face à « L’ersatz » de l’effondrement civilisationnel (passant en second plan celui effondrement politique, « sociétal »…?), en « direct live »… de la manière de concevoir et/ou « en même temps », d’essayer de ne pas percevoir, ici même sur ce blog, comme dans les médias de masse, devenant un ersatz du « contre-pouvoir démocratique », comme dans la « société civile » et sa « DICTATURE des émotions » sondées, ersatz des doutes, incertitudes de « l’union nationale », de la « pensée unique » de « l’opinion » publique (cette pute qui préfère prendre par la main, le juge du « ras le bol fiscal », du « poujadisme » ?)… au niveau institutionnel de la nouvelle « Assemblée législative » ingouvernable »… médias, « opinions », etc… tous si éloignés des inquiétudes, incertitudes, doutes, réels…. des plus pauvres, précaires, discriminé.e.s de façon systémique »… pauvres… tellement désespérés d’ailleurs qu’ils se forgent comme seules certitudes (classifiées de « complotistes », « théories conspirationnistes », comme par hasard, par « l’élite », son système constitutionnalisé de reproduction de classe, son endogamique…?) : pourquoi des citoyennetés considèrent que voter ne sert à rien, puisqu’elles ne sont « rien »… pourquoi voter pour la retraite des autres… puisqu’ils pauvres… sont suspects d’aller pêcher… pourquoi ne pas voter comme leurs pieds… sans dents… puisque l’éthique et la morale de « l’exemplarité » politique/de la vie publique/ »économique »/financière… n’est  » que subjectivité que « l’amoralité » de la « main invisible » des « marchés » n’entend pas corriger non plus, de la même manière qu’il paraît que « l’État ne peut pas tout »… pourquoi voter, puisque comme les enfants ayant été éduqué à n’entendre qu’il n’est qu’un con, n’y arrivera jamais… pourquoi ferait-il autrement…. puisqu’ils sont convaincus donc que même l’imaginaire collectif les représentant n’a comme unique certitude que puisqu’ils sont les premiers suspects de fraudes… « sociales »… [alors que les plus riches, mieux nantis, tout au long de leur vie beaucoup longue, ne seront jamais inquiétés (affaires luxleaks, suissleaks, panama paper, etc)] toutes luttes contres les fraudes fiscales des plus riches, entreprises, actionnaires… ne seront que « marges d’erreurs » (droit à l’erreur fiscale des fraudeurs d’entreprises, flat tax, etc) dans les moyens manquant immédiatement à l’équilibre des budgets des comptes publics… au remboursement des « dettes publiques »… au financement des services publics coûtant soit disant de plus en chers… autant consentir à se « sacrifier » dans « l’effort » de guerre commerciale, monétaire, de « civilisation »… en faisant partis d’un « présume innocent » intérêt général s’inquiétant qu’a peine que 25% des 5% des plus pauvres… succombent avant d’arriver à l’âge légale du départ à la retraite (à 60/2 ans), alors que reculer l’âge légal aura comme conséquence que plus de pauvres, précaires/// comme eux… succomberont avant d’arriver à la retraite… puisqu’en plus, le dérèglement climatique, la perte de la biodiversité… auront « raison » de leur peau et de celles des 6 générations de leurs descendances, n’ayant de toute manière, il paraît, aucun espoir de gravir « l’escalier social » pour espérer se « sauver »- … sommes nous donc face « L’ersatz » de ces considérations de l’effondrement… ou sommes nous face à « l’article d’origine » de la manière d’éviter de considérer que les décès en question des 25% des 5% des plus pauvres succombant avant l’âge de départ à la retraite, ces décès ne sont pas si « naturels », des « destinées courtes toute tracées »… aussi fatales et banales que n’importe quelle perte d’un.e défunt.e, occasionnée par un vulgaire facteur multiple de comorbidité, ni n’importe quelle pathologie chronique banalisée, minimisée, « dédiabolisée », dédramatisée… létale (les virus des zoonoses compris)…?

    Sommes nous donc face « L’ersatz… » ou « …l’article d’origine » de l’abstentionnisme (du vote blanc, nul, façon botter en touche…?) de débat public/politique par rapport à la suspicion exprimée ici, d’une politique publique « d’exterminsime », dont le « tri sélectif » pourrait être mené de façon « darwinisme sociétal » et cibler les plus pauvres, précaires, discriminé.e.s de façon « systémique », au travers de « réformes structurelles ultralibérales » de recul de l’âge de départ à la retraite, des droits des protections sociales (réformes du RSA et sa « redistribution à la source »), des droits du code du travail et des services publics…?

  21. Belle analyse sociologique de la nouvelle Assemblée Nationale chez Médiapart
    https://www.mediapart.fr/journal/france/220622/apres-les-legislatives-l-assemblee-nationale-se-renouvelle-mais-n-est-ni-paritaire-ni-populaire
    Où l’on voit que les élus Nupes (mais aussi RN) sont plus jeunes que la moyenne, avec 2 ouvriers chez LFI quand les autres n’en ont aucun… mais aussi les cadres et les professions intellectuelles supérieures sont toujours surrepréentées même chez LFI !

  22. Le Monde : « Pour 60 % d’entre eux, les succès du RN ont été acquis dans des duels qui les opposaient à des candidats d’Ensemble ! »

    1
      1. Si je vous comprend bien donc écarter les duels où même avec 100% de report de voix, des électeurs de la Nupes ou de Lrem, en faveur du candidat qui se trouve face au RN, ce dernier aurait gagné quand même.

        1. Je répète :

          Dans X% des cas (de duels), le duel était de Y avec Z (ex. dans X% des cas le duel était entre NUPES et RN)

          Dans W% des cas (où Y affrontait Z), Y l’a emporté sur Z (ex. dans W% des cas où NUPES affrontait RN, NUPES l’a emporté sur RN).

  23. Pour ceux qui aiment/promeuvent François RUFFIN… (qui , visiblement ci-après , bonifie médiatiquement … d’expérience..) …cadeau:

    François Ruffin (@Francois_Ruffin) a tweeté à 0:17 PM on jeu., juin 23, 2022 :
    Eric Woerth préfère donner la Commission des finances au RN plutôt qu’aux Insoumis ? Regardez la Macronie et le RN se faire des câlins de peur qu’on aille vérifier les comptes des grandes fortunes, des exilés fiscaux, des amis de Woerth et de Macron ! #ApollineMatin https://t.co/7e887l7PWn

    (dans : https://twitter.com/Francois_Ruffin/status/1539900317369655296?t=O-9hVDjs9FdSiFrsTY07vA&s=03)

    2
    1. J’ai lu hier le site du Figaro où on apprend que la majorité, comme traditionnellement, va se retirer pour le vote sur le président de la Commission des finances. Et ensuite que la Nupes s’est entendue pour présenter une candidature unique (elle a actuellement deux candidats).
      C’est donc comme si c’était fait… Il faudrait que les LR votent avec les RN pour montrer qu’ils favorisent un élu du FN ! Et la Nupes ne laisserait pas faire !
      Mais nul doute que cela marchande ferme pour répartir les présidences et les rapporteurs des 7 autres commissions.

    2. Clap de fin ..!?

      Au forceps, dans la douleur..et , espérons.. , sans compromission secrète ..!?

      …  » Éric Coquerel a été élu , ce jeudi 30 juin, président de la commission des Finances de l’Assemblée nationale, un des postes les plus prisés du Palais Bourbon, au terme d’un scrutin interne à suspense marqué par trois suspensions de séance.
      Le député insoumis de la Seine-Saint-Denis, candidat unique de la NUPES et favori pour prendre la succession d’Éric Woerth à la tête de cette instance, récolte 21 voix, contre 11 pour Jean-Philippe Tanguy, son adversaire du Rassemblement national, et 9 pour Véronique Louwagie, la candidate LR.

      …(…)…
      Navigateur amateur, il s’occupe, un temps, de la communication du Vendée Globe ou de Michel Desjoyeaux, l’un des marins les plus titrés de l’histoire en solitaire. Eric Coquerel va même cosigner chez Gallimard un récit de ses aventures, en 2001, baptisé L’enfant de la vallée des fous.

      C’est quelques années plus tard que le fondateur de l’agence de communication Effet mer se rapproche de Jean-Luc Mélenchon, pour être de tous ses combats politiques et électoraux. Après avoir pleinement participé au lancement du Parti de gauche, en 2008, Éric Coquerel devient conseiller régional d’Île-de-France en 2010. Un poste qu’il quitte en 2017 pour entrer à l’Assemblée nationale avec 16 de ses camarades.
      Membre de la commission des Finances depuis, le voilà qui en prend donc la tête
      .
      Au grand dam des partis opposés à la NUPES… inquiets de voir un Insoumis s’emparer de cette fonction qui permet, entre autres, d’examiner tous les projets de budget avant leur examen dans l’hémicycle.
       » …

      1. La lamentation des hypocrites tenants de la « justice fiscale » …  »  »  » Sus à l’intrus..!  »  »  »
        Quelques titres..

        https://www.lefigaro.fr/politique/eric-coquerel-un-ideologue-a-la-tete-de-la-commission-des-finances-20220630
        https://www.lepoint.fr/politique/eric-coquerel-un-trotskiste-a-la-commission-des-finances-30-06-2022-2481630_20.php
        https://www.lexpress.fr/actualite/politique/eric-coquerel-elu-a-la-commission-des-finances-lr-s-evite-une-crise-de-nerfs_2176212.html ==> (  » En ne s’alliant pas avec le RN pour le faire battre, LR s’est protégé d’une polémique interne.  » )

      2. Les vraies? coulisses de l’élection……..? (((Pourquoi pas..)))

        …  » Le panache de de Courson

        Le capotage de l’accord entre LR et le RN pour obtenir la présidence de la « ComFi » serait dû au retrait de la candidature de Charles de Courson (Libertés, Indépendants, Outre-mer et Territoires) pour le troisième tour décisif.
        La raison ?
        La gauche, le premier secrétaire du PS, Olivier Faure, en tête, dénonçait « l’arnaque » d’une alliance des droites et de l’extrême droite pour élire ensemble Charles de Courson…
        Le moyen pour LR de ne pas voter directement pour le candidat d’extrême droite, et au RN d’éviter la nomination de la Nupes.

        Mais Charles de Courson a visiblement refusé d’être élu avec les voix de l’extrême droite.
        Une position qui s’explique par son père résistant, poursuivit par le régime de Vichy, système dont il avait dénoncé le retour à propos de la loi « anticasseurs » en 2019.
         » …
        https://www.nouvelobs.com/le-reveil-politique/20220701.OBS60391/la-nupes-arrache-la-comfi-le-pen-veut-changer-de-place-montebourg-de-retour.html

      3. Juste pour en finir … des nouvelles du « bananier » … dont les « peaux » grassouillettes vont tomber tout l’été , série inédite , toute ressemblance avec l’ambiance nauséabonde passée (présente et future..) n’étant pas fortuite..!
        https://www.huffingtonpost.fr/entry/lfi-assure-navoir-recu-aucun-signalement-visant-eric-coquerel_fr_62be8601e4b065b10ad29f34

        Avec , en apothéose « formulatoire » , cet extrait :

         » “Depuis plusieurs semaines , le député Éric Coquerel est l’objet d’attaques sur les réseaux sociaux portant une suspicion sur son comportement envers les femmes”, “attaques qui se sont amplifiées ce jour suite à son élection comme président de la commission des Finances” , écrit le comité contre les violences sexistes et sexuelles dans un communiqué.

        Ces rumeurs ont dépassé les limites des réseaux sociaux jeudi avec la journaliste et militante Rokhaya Diallo , qui a pour la première fois évoqué ces rumeurs au micro de la radio RTL .
        Elle a dit “avoir plusieurs sources au sein de LFI” et assure avoir “entendu plusieurs fois des femmes parler du comportement qu’il avait avec les femmes” depuis plusieurs années.
        “Il ne s’agit pas pour moi de porter des accusations” , pointe-t-elle, mais elle veut “que la lumière soit faite”.

        ….Bien entendu , bien entendu..!

  24. « L’ersatz et l’article d’origine » de la perception de la réalité, et du sens du « relativisme », « humanisme »…

    Et si la « Renaissance » (et « ensemble, etc) de larem, et du « roi te touche, dieu te guérit » cherchaient à faire naître aux « forceps »… une « réalité alternative » (à la Trump, etc), avec l’usage dévoyé du terme de « relativité… », « …générale » assaisonné à toutes les sauces, pour faire oublier sa « responsabilité » dans ses échecs, faillites, erreurs fatales…?

    Ayant cultivé un « culte féroce » tout au long du quinquennat achevé, pour leur « préférence nationale » à n’avoir « dédiabolisé » que l’extrême droite/droite extrême, en second choix du deuxième tour des présidentiels… « Jupiter » et « sa cour »… se trouvent fort dépourvus, devant le plantage de la « DICTATURE des émotions » sondées, l’ayant donné perdante… face à la « peur d’avoir peur » que la NUPES voit la « prédiction » de son premier ministre élu d’office… « s’auto-réaliser » quoi… mais surtout… face à un score plus que multiplié dans l’institution du palais Bourbon, de sa « préférence nationale » pour une « adversité » plutôt « relative » (celle de l’ennemi de mon ennemi est mon ami », l’ennemi craint étant la gauche, les écolos, anticapitalistes…) par rapport à une autre.

    Casse la ne tienne…! Avec une « majorité relative », un soupçon de « peur d’avoir peur » « d’une France ingouvernable », et autre armes de « dissuasion massive » (l’impunité des violences policières commises lors de contrôles aux faciès, et « manifestations interdites » faisant parties du même arsenal) telles que le risque de « dissolution de l’Assemblée Nationale » au cas ou… devrait suffire à suffisamment déguiser la faillite de la « DICTATURE des émotions » sondées, « complice du pire » échec prédictif du « souverainisme » de « l’exécutif », en toute suspicion qu’il y ai eu une tentative de maîtriser, d’instrumentaliser l’abstentionnisme et vote pour l’extrême droite… se désintéressant de déposer un scrutin pour « l’indépendance législative »… afin de faire ressembler le résultat en « réussite absolument habile » de celui qui se revendiquant être plus légitime à affirmer qu’il est la « République », et n’a cure d’avoir à respecter la séparation des pouvoirs dans cette 5ième… monarchie républicaine… ne serait que « théorie conspirationniste ».

    Qui d’autre que le « maître des horloges », « monarque de la République », a la capacité de faire passer une perception (biaisée en fait) du réel, de la « réalité… », pouvant « nous » apparaître comme contingente à la théorie de la « relativité général »… pour l’insignifiance d’une « relativité restreinte », « alternative » quoi… quant à renvoyer les « représentativités » et non représentativités (abstentions…) des résultats des rapports de forces pour les législatives, dos à dos, à leurs « responsabilités »…?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.