Affaire Coquerel ou pseudo-affaire Coquerel ?, par Anton Klimm

Achtung ! Faire des avances à une femme constitue un comportement déplacé supposant de mauvaises intentions !

Le degré de pudibonderie est tel aujourd’hui que souhaiter avoir un rapport sexuel est considéré en tant que tel comme une intention mauvaise.

Le consentement en vue d’un rapport sexuel, voire même en vue d’une simple relation amicale, devrait désormais être obtenu sans avoir ni été demandé, ni avoir fait l’objet d’avances ! Les conditions du miracle du consentement peuvent-elles encore être réunies ?

Sans mentionner même l’objectif surréaliste de danser avec une femme sans jamais la toucher !

Scoop :  Oui, quand on drague – même non-« lourdement » – l’intention implicite est d’obtenir un rapport sexuel, voire une relation prolongée ! Eh oui : toute avance peut donc être considérée comme … libidineuse !

Comble des combles : La France Insoumise a créé un comité jugeant des dérives sexistes  et sexuelles constitué … seulement de femmes *, laissant entendre que les relations hommes-femmes ou autres seraient désormais du seul ressort des femmes. Nous souhaitons bonne chance à M. Éric Coquerel dans un tel contexte !

* Comité de suivi contre les violences sexistes et sexuelles

Le Comité de suivi contre les Violences Sexistes et Sexuelles est uniquement composé de militantes bénévoles de La France insoumise, formées sur les violences sexuelles et sexistes et sur l’écoute et l’accompagnement des victimes. Il est co-animé par deux de ses membres. Sa composition peut être amenée à évoluer en fonction de ses besoins. À l’heure actuelle, il comporte 7 femmes aux profils variés et habitant dans différentes régions.

Partager :

108 réflexions sur « Affaire Coquerel ou pseudo-affaire Coquerel ?, par Anton Klimm »

  1. Encore un article sur les relations hommes femmes « drague » ? Mais qu’est ce qu’il vous ai arrivé pour insister sur ce sujet, un rejet d’une infirmière ? je plaisante un peu mais j’avoue que je trouve bizarre tout de même cette insistance. Bon étant donné que l’avortement a souvent été décidé par des hommes pendant des siècles peut être un retour a l’équilibre.
    Pour les affaires d’agressions sexuelles , même si il y a des derives, des mensonges parfois j’ai aussi l’impression que comme les affaires de pedophilies qui etaient cachées, non dites donc aujourd’hui ça sort en masse. Et en étant une femme qui a subit des gestes déplacés (ouais le poet poet à la poitrine hyper drôle ou l’effleurement d’une main sur la cuisse ou la fesse soi disant non fait exprès faut en rire aussi faut pas être coincée hein messieurs ! ) je comprends donc que certaines en ont marre et aujourd’hui inversent les rôles.

    9
    1. Additif un tantinet DADA.

      Connaissez-vous le conte du « cochon de lait cuit » de Charles et Mary Lamb ?

      C’est l’histoire du porcher chinois Ho-Ti et de son fils Bo-Bo mais il y a très très longtemps … à une époque où les pékinois mangeaient encore le cochon tout cru.
      Alors que le père est parti en forêt ramasser des glands pour nourrir la truie et ses 6 cochons de lait, son fils Bo-Bo joue à faire des étincelles avec un briquet au dessus d’une balle de paille … et c’est le drame, la maisonnée brûle en un rien de temps sans que Bo-Bo puisse faire grand chose.
      Affolé devant le brasier puis tout aussi affolé à se demander comment il allait pouvoir expliquer ça à son père … une odeur curieuse montant du brasier vint chatouiller ses narines. Il farfouille et se brûle les doigts qu’il met aussitôt à la bouche … et met un temps d’arrêt à comprendre sa surprise, recommence, touche ce qu’il vient de toucher, se brûle à nouveau mais goûte plus attentivement et éprouve comme un plaisir indéfini.
      Arrive papa Ho-Ti avec son sac de glands, vite à terre pour demander à coups de gourdin des comptes à son abruti de fils. Les coups pleuvent mais Bo-Bo qui a pris goût au cochon de lait cuit conjure le papa à gouter ce qui vient de cuire.
      On devine vite que papa Ho-Ti va lui aussi être convaincu des bienfaits du cochon brûlé.
      L’affaire ne s’arrête pas là.
      Papa Ho-Ti et le fils Bo-Bo ont flairé la bonne affaire et décidé de garder pour eux la découverte jusqu’au jour où les voisins ont trouvé curieux que la maison partait en fumée bien souvent et bien curieux encore ce fils Bo-Bo toujours responsable jamais coupable.
      Plainte fut déposée devant la grande juridiction du comté de Pékin.
      Les preuves étaient accablantes et parmi les pièces à conviction rassemblées … des restes de porc cuit ! Que le jury se passa de mains en mains.
      On devine la suite. Le jury acquitta les deux prévenus … mais le juge, fine mouche, acheta le jour même toutes les truies de la région.
      Quelques temps on apprit que la maison de sa seigneurie le juge avait été incendiée.
      La chose s’ébruita. Partout les incendies se multiplièrent. C’était effrayant … cette cuisine incendiaire lorsqu’enfin on décréta par arrêt des autorités que la cuisson du porc pouvait se faire autrement.
      Ainsi naquit l’art culinaire en Chine.
      Pan pan pan pam !

      Moralité : je vous laisse juge.

      1
    1. @CloClo 3/7 à 21h55

      Nous y voilà , cher CloClo , ..!!..
      Présenter , SANS LA COMMENTER , cette vidéo du troisième jour de l’invasion médiatique orchestrée avec un décalage révélateur de la manipulation (demander au « fils de Dieu » son avis à postériori..) , ET en plus sur BFM-TV…!!! …. ( censuré…non…auto-censure ..!) … « Drone macronien »..? inconscient manipulé..? … refoulé sexuel (en analyse?) brutalement décomplexé, désinhibé?..
      Z’auriez dû suivre le calvaire annoncé… :
      Bien relire … :
      de
      https://www.pauljorion.com/blog/2022/06/21/video-lersatz-et-larticle-dorigine/comment-page-1/#comment-915097
      à
      https://www.pauljorion.com/blog/2022/06/21/video-lersatz-et-larticle-dorigine/comment-page-1/#comment-915207

      Mais…. à tout péché miséricorde..!! 😉

      Bien à vous.

      1. Euh j’ai pas tout capté de ton commentaire Otremeros. En fait j’ai même rien compris.

        Il aurait fallu que je commente cette interview objet de l’article Anton Klimm ?

        1
        1. @CloClo 22h48
          …  » En fait j’ai même rien compris.  »

          Mais si , mais si , je vous rassure , vous êtes moins bête que vous ne le professez..!
          Suivez bien le fil complet ET TOUS LES LIENS ( que vous avez disséqué attentivement KOMMDABB..sauf si vous sortez d’un coma de trois semaines..auquel cas  » mes excuses les plus plates  » (pas de copyright de l’affirmation du dirlo du « Point »)

          On en reparle demain.

      2. Otromeros
        Manipulation c’est le mot qui revient presque toujours quand une personnalité « respectable » est prise la main dans le sac.

        L’exploitation politique, ou plutôt la dimension politique de cette affaire est évidente, mais il me semble qu’il faut la distinguer de l’opportunité objective qu’est la nomination d’une personnalité politique à un poste de haute responsabilité pour faire remonter à la surface des choses qui étaient déjà connues, ici, à ce qu’il semble, dans le microcosme de LFI.
        Le témoignage de Sophie Tissier ne sort pas de nulle part, son cas avait déjà été rapporté dans le magazine Causette en 2018. Et comme elle l’explique dans son témoignage à LFI on ne l’a pas prise au sérieux, et lors de l’université d’été elle n’a pas pu faire son intervention à l’époque.

        Coquerel a pris les devants dans le JDD, pressentant sans doute des témoignages imminents, il a donc axé sa défense sur l’absence d’intention d’obtenir un rapport (sexuel) :

        « Je fais cette tribune pour affirmer que je n’ai jamais exercé une violence ou une contrainte physique ou psychique pour obtenir un rapport, ce qui caractérise la porte d’entrée d’un comportement délictuel dans le domaine des violences sexistes et sexuelles »

        Il inverse la logique dénoncée dans le billet, en disant que puisqu’il n’y a pas eu rapport, il n’y a pas eu de violence préalable. En gros il légitime la « drague lourde » et même le harcèlement. Tant que le harcèlement n’est pas consommé, c’est pas grave. Pas terrible comme défense.

        2
        1. @Pierre-Yves Dambrine 3/7 à 23h43 écrit:

          … » Manipulation c’est le mot qui revient presque toujours quand une personnalité « respectable » est prise la main dans le sac. …(…)…
          …Le témoignage de Sophie Tissier ne sort pas de nulle part…(…)…
          …le magazine Causette…(…)…
          …En gros il légitime la « drague lourde » et même le harcèlement . Tant que le harcèlement n’est pas consommé, c’est pas grave
          « ….(…)…

          Relisez-vous attentivement sans à priori… (si possible , et , pardonnez-moi..!..ce que je ne crois pas, compte tenu de la teneur répétitive et à toutes « occasions » de vos commentaires systématiquement et nommément anti-Mélenchon… ce qui reste votre droit..mais ne peut manquer de vous interroger sur l’impartialité de votre jugement)

          …  » Pas terrible comme défense.  »

          Ça , c’est vous qui le dites..! 🙂
          Etes-vous de sexe masculin ? Hétérosexuel? Extraverti?..
          Ça ne me regarde pas mais devrait vous interroger.

          [[[NB : Il me semble que vous êtes abonné de « Médiapart ».. (?)
          Ce média est TOUT sauf Mélencholâtre..
          Lisez bien l’ensemble des articles depuis leur lancement du « sujet » …et surtout certains commentaires (d’accord ils sont très nombreux..) très bien documentés..
          On en reparle.]]]

          2
          1. Otromeros
            Je n’apprécie pas nombre de prises de position de Mélenchon, c’est vrai, mais je ne suis pas anti-LFI, j’ai même voté pour une candidate LFI à la députation, élue au premier tour ! Et j’ai écrit aussi que j’accordais au moins le mérite à Mélenchon d’avoir été à l’initiative pour la création de la NUPES.

            C’est vrai aussi que je souhaiterais que LFI évolue, que je préfère la NUPES à LFI. Et cette évolution doit concerner également le mode de gouvernance de LFI, et bien sûr aussi sur la question du féminisme qu’il prend nominalement en compte avec le Comité mais pas encore tout à fait dans la pratique si l’on en croit le témoignage de Sophie Tissier. Ceci est valable bien entendu pour n’importe quel parti politique, et y compris le gouvernement au sujet duquel j’ai commenté d’ailleurs récemment sur le blog pour dénoncer la non-action de Macron en ce domaine.
            Concernant Coquerel, je vais sans doute vous étonner, mais j’ai vu d’un bon oeil sa nomination, il est connu pour être bosseur, connaissant bien ses dossiers, assidu à l’Assemblée. Mais je ne vois pas au nom de quel principe supérieur il devrait bénéficier a priori de notre mansuétude s’il y a effectivement des faits à lui reprocher. C’est maintenant sa parole contre celle de la plaignante.

            1. @Pierre-Yves Dambrine 4/7 à1h12 écrit :

              …  » C’est maintenant sa parole contre celle de la plaignante.  »

              et plus haut ; … » En gros il légitime la « drague lourde » et même le harcèlement  »

              Voyez-vous avec moi qu’en bon élève de Paul JORION , pour me faire une idée définitive de l’ampleur du drame subi par la pauvre victime toute en opposition raidie de rejet de son agresseur , il suffit de lui poser la « question qui tue » :
              Madame, ayant immédiatement décelé et ressenti toute cette abjection animale chez votre partenaire , combien de fois avez-vous dansé avec Monsieur COQUEREL..?

              5
              1. @Otromeros Mais c’est celà justement l’emprise qui constitue le début du délit/crime par ruse …
                Et il faut 10 ans pour s’en apercevoir.

                Comme pour les élections ….

                1
        2. Ce magazine « Causette », si l’on en croit Wikipédia, n’est pas exempt de reproches concernant sa ligne éditoriale notamment…

          2
  2. C’est le hasard bien sûr qui fait apparaître ce genre d’accusation au moment où E.Coquerel est élu à la présidence de la commission des finances à l’Assemblée… !? 🙄

    6
  3. bizarre cette vidéo !donnée par CloClo. Mme Tissier semble donner l’impression d’avoir « découvert » M. Coquerel à ces uni versités d’été et un peu plus tard elle dit avoir reçu des messages sur son portable de sa part . Alors deux solutions : soit ils se connaissaient déjà soit elle donne une fausse information .

    2
  4. Ce billet tente de faire un amalgame entre ce qui serait sa dénonciation d’une théorie féministe absurde du consentement et ce qui serait la position officielle du Comité de suivi contre les violences sexuelles et sexistes de LFI. Or, si l’on va sur le site, on observera que loin d’une référence à une théorie absurde du consentement selon laquelle les avances constituent des agressions sexuelles, il y est fait référence à la loi, et on y insiste sur les viols, puisqu’il est donné le lien du Collectif féministe contre le viol. Le combat on le voit n’a pas pour objet de combattre l’avancement comme essentiellement libidineux.

    https://www.20minutes.fr/politique/3319739-20220703-sophie-tissier-depose-pre-plainte-envisage-plainte-apres-avoir-denonce-comportement-offensant-harcelant-eric-coquerel

    Et concernant la question du consentement proprement dit la position du Comité me semble très claire dans leur clip : « le consentement et le thé ».
    https://www.youtube.com/watch?v=yj5NcMew6qc

    Il n’y est pas question de drague lourde mais bien de harcèlement.

    Question à l’auteur du billet : où se situe la limite pour lui entre « la drague lourde » et le harcèlement sexuel ?

    Question subsidiaire, l’immense majorité des cas récents de dénonciations pour agressions sexuelles rendues publiques dans les médias, concerne-t-elle des cas de « drague lourde » ou bien des cas de harcèlements, voire de viols, en encore de rapports de pouvoir dans lesquels une position sociale dominante peut faire l’objet d’une transaction de naturelle sexuelle ?

    2
    1. @Pierre-Yves Dambrinne
      J’ai une question. Est-ce que vous forgez votre opinion derrière votre clavier ou est-ce que de temps en temps vous êtes sur le terrain, dans une parti, un syndicat, un comité, une association, c’est à dire en prise avec le réel ?

      6
      1. J’ai un cerveau, une sensibilité, comme vous, ni plus ni moins. Enfin j’espère !
        J’observe tout de même que vous êtes d’une mauvaise foi confondante, j’avais écrit un billet sur le blog sur une thématique proche de celle évoquée ici, j’avais relaté une expérience personnelle, qui vous avait d’ailleurs laissé de marbre.

        2
  5. @ANTON KLIMM , auteur présumé de l’entre-filet mis en exergue en titre du blog de Paul JORION ce 3juillet 2022…

    Après QUASI trois semaines de « silence-radio » tout à fait anormal en politique française sur ce blog… , voici le premier sujet ( « sujet » entre guillemets…) mis à l’ordre du jour…
    – soit à votre demande/suggestion… et ,b> dans ce cas , compte tenu de la sémantique du texte , vous croyiez « bien faire » ( ERREUR PROFONDE..) , en dénonçant à mots couverts la manoeuvre orchestrée médiatiquement ( de l’extérieur sans doute, espérons… et/ou ..même par certains de l’intérieur, en parfaits alliés « objectifs », et relayés ici , voir plus haut , …!)
    -soit
    indirectement (merci de trancher/détailler en réponse..) ..

    N’oubliez jamais« ils » étaient DIX-SEPT (17) pendant CINQ (5) ans à travailler/batailler jour ET nuits contre +de TROIS CENTS (+300) « play-mobils/presses-bouton » ASSERVIS par signature d’engagement………….. « ILS » ont travaillé , rédigé , appris les finesses de la procédure parlementaire…

    TOUT sera fait politiquement/médiatiquement pour les discréditer… chaque SECONDE des cinq années qui viennent…. il y a des gens (bien) payés pour ce sale boulot..! qui , eux aussi « travaillent » jour et nuit!

     » La parole est d’argent , mais le silence est d’or..!  »

    On ne peut RIEN contre la rumeur , surtout orchestrée , encore pire de ce type(sexiste/sexuel/genré). RIEN !
    Sauf se taire.

    3
  6. Les temps changent.
    Avant, quand on voulait mettre des bâtons dans les roues d’un homme politique, on sortait des rumeurs de malversations financières. Plus avant encore, des rumeurs de positions contre-révolutionnaires qui menaient au poteau d’exécution (clin d’œil à Yorgos Mitralias). Maintenant c’est une accusation de mains aux fesses datant d’il y a plus dix ans.
    Le calendrier concernant « l’affaire » Eric Coquerel est évidemment politique. Étant sur le terrain dans les milieux de la gauche de la gauche, de « l’extrême gauche » et des libertaires, je vais vous expliquer ce qui se passe.
    Les micro-partis à l’idéologie révolutionnaire comme le NPA (Nouveau Parti Anticapitaliste) ou comme l’UCL (Union Communiste Libertaire) qui n’ont aucun avenir dans le cadre de la démocratie représentative pratiquent un entrisme virulent au sein de LFI et du syndicat Sud (pour ceux que je connais de l’intérieur) en se servant de la cause féministe pour pratiquer des purges. L’objectif est clair: dynamiter la gauche de gouvernement au profit de la révolution (qui ne saurait tarder, évidemment 😉 ).

    9
  7. Je suis choqué de lire un tel billet sur ce blog. Personne ici ne sait exactement ce qu’il s’est réellement passé entre Coquerel et Sophie Tissier. Quand on ne sait pas la moindre des choses serait de ne pas étaler le bon vieux discours réactionnaire et sarcastique du style « on peut plus rien dire/faire », comme pour balayer du revers de la main le problème d’une certaine culture toxique. Peut-être y aurait-il davantage de diversité dans la composition de ce genre de comités s’il n’y avait pas encore autant d’hommes en 2022 à nier les abus envers les femmes.

    Signé un homme hétérosexuel qui en a ras le pompon de ce vieux monde patriarcal en panique.

    8
    1. Peut-être y aurait-il davantage de diversité dans la composition de ce genre de comités s’il n’y avait pas encore autant d’hommes en 2022 à nier les abus envers les femmes.

      Une absence de diversité de … représailles ?

      Difficile de deviner si vous êtes fâché avec l’éthique ou avec la logique 😉

      5
  8. Bon. Coquerel a eu la main lourde et le verbe arrogant. C’était sa manière de draguer avant Metoo…
    C’est pas la préféré de la gent féminine en général.
    Dans mon village plutôt « classe popu » les mecs qui pratiquent ce sport antique se font rapido retirer leur licence!
    Par les autres mecs.
    Dans les « classe sup » pas trop déconstruites, c’est une discipline olympique: Darmanin, Dsk, Abad, Hulot… ( pardon à tous les athlètes que j’ai oublié) Les vieilles méthodes ont dû quelquefois fonctionner pour être encore à ce point employées.
    Mais si Darmanin et Abad sont encore sur le stade, doit-on renvoyer COQuerel (pas pu m’empêcher) au vestiaire?
    Deux poids, deux mesures?

    4
    1. Abad quitte le stade mais Darmanin et Chrysoula Zacharopoulou restent.

      Deux poids deux mesures, mais pas sur un critère de statut social, mais sur un simple et cynique calcul politique : comment se dépêtrer de l’affaire Abad, celle qui a pris le plus la lumière, Abad cumulant cette affaire de viol supposé et le fait d’avoir trahi les Républicains. Bref, Macron sacrifie Abad et garde les deux autres pour ne pas paraître céder à la pression et parce qu’il a besoin de Darmanin pour marquer le RN à la culotte. Du « en même temps » du plus mauvais effet.

  9. Le fait que, quasiment sans exception ce soient des hommes qui prennent la défense des hommes, et des femmes qui prennent la défense des femmes est en soit une polarisation.

    Comment sort-on de là ?

    5
    1. Thomas, il me semble qu’il y a tout de même beaucoup de défenses croisées, c’est à dire des hommes qui défendent des femmes, et des femmes qui défendent des hommes. Cette question du sexisme ne me semble pas être seulement une question d’hormones sexuelles, mais aussi de représentations, avec associées à ces représentations une tolérance plus ou moins grande aux rapport de domination et surtout avec plus ou moins de cohérence. Tel ou telle qui fustige à corps et à cri le capitalisme parce qu’il impose un rapport social de domination curieusement ne fait pas le rapprochement avec le combat féministe comme si les rapports de domination ne se faisaient pas la courte échelle les uns aux autres, comme si il n’y avait aucun lien organique entre ces phénomènes sociaux. Inversement, tel ou telle qui brandit haut et fort l’étendard du féminisme qui ne fait pas le rapprochement avec le combat anti-capitaliste. IL y a donc cette cécité mais la plupart du temps c’est surtout une question d’urgence en fonction de son propre vécu. Pour mener efficacement un combat il faut y employer toute son énergie, d’où la tendance à mettre l’accent que sur un aspect des choses. C’est ainsi qu’on voit apparaître des Rokhaya Diallo, des Sandrine Rousseau. Bien sûr elles exaspèrent, et que parfois même je ne partage pas leurs analyses, je n’aimerais pas par exemple être « l’homme déconstruit » de la dernière cité » par exemple. Mais blague à part, elles servent d’aiguillon dans une société où les langues dans de nombreux milieux ne se déliaient pas et je ne doute pas que le mari de Sandrine est sans doute le plus heureux des hommes. Le bougre il ne doit pas s’ennuyer avec une femme de cette trempe.

      Imaginons un instant que Me-too eut existé dans les années 50 à l’apogée du cinéma hollywoodien et à une époque où la publicité vient jusque dans les foyers les plus reculés avec la télévision. Marylin Monroe (qui n’était pas une idiote, au contraire) n’aurait-elle pas été à la tête d’un mouvement déflagrateur ? La face et même la profondeur du capitalisme n’en aurait-elle pas été changée ?

      4
      1. Corollaire. Que serait le régime poutinien cleptocratique sans l’éloge du machisme ? Quel serait le sort des Ouïgours si le féminisme était puissant en Chine ?

        3
      2. Bigre le mari de Sandrine serait un bougre!
        Ainsi donc la ceinture de madame ne serait point aussi chaste que je l’imaginais!

        Il faudra voir à bien tarer la balance à trébuchet qui sert à discriminer la lourdinguerie des actes délictuels sous peine qu’il y ait beaucoup trop de monde sur l’escalier des gémonies et que les effets délétères du remède ne soient bien pire que le mal.

        Le reste est surtout affaire d’éducation et il y a du boulot.
        Musique!
        https://www.youtube.com/watch?v=CAvEjoAhkCc

        3
  10. je suis une femme, intermittente du spectacle (…) et je peux vous dire que je trouve Metoo plutôt bien, pensant – ou espérant – que ça calmera certains, surtout les abuseurs de pouvoir…
    MAIS.
    Mais ces femmes (sur lesquelles on en dit peu) qui espèrent condamner en “portant plainte” sans aucune preuve, avec des dizaines d’années de retard, me laissent imaginer le pire POUR “la cause des femmes”. A la longue, nous allons perdre bien plus que nous n’auront gagner : un violeur ne s’arrêtera pas de violer, hélas. MAIS, les hommes devenus craintifs se méfieront tellement “des femmes” qu’ils les fuiront jusqu’au choix de l’embauche.
    Que des femmes qui ONT CONSENTI, Dé CONSENTENT 20 ans plus tard, non. Que cette Sophie Tissier vienne étaler dans les medias “une drague lourde, il y a X années”, instrumentalisée par Rokhaya Diallo, non et non !
    Je vous assure que 99% des hommes que j’ai rencontré (travail et vie privée) ont eu une drague lourde, ou des gestes déplacés – voire très très déplacés, en télé et cinéma le moindre homme qui a un peu de pouvoir en sur-abuse et je serai heureuse de savoir que ça change.
    Mais ces femmes INSTRUMENTALISEES qui dénoncent et REFLECHISSENT APRES à l’éventualité de porter plainte, me dégouttent.
    Dans le dossier de PPDA, il y a des femmes qui lui ont envoyé des lettres amoureuses et demandeuses APRES avoir été “abusées”. Dans celui de Nicolas Hulot, idem. Coquerel invite à le rejoindre dans sa chambre après avoir dansé toute la soirée ensemble, déconcertant !
    Comment un Juge peut-il juger cela ?

    19
    1. @anna
      je plussoie . J’ai le sentiment que le féminisme est devenu plus une machine de vengeance qu’une machine de revendication d’égalité homme femme . Nous sommes bien loin des féministes telles que Tristan Flora, les suffragettes etc.. Excusez-moi je vais être trivial mais lutter contre une  » main au cul », un pouet pouet est nécessairement répréhensible et condamnable mais le revendiquer 10 ou 20 ou 30 ans après devient problématique.
      Le fond du problème n’est pas là . L’écriture inclusive est un bel exemple de ces fioritures qui nous empêche de voir la réalité de la soumission des femmes dans leur statut d’être Humain (avec un grand H)

      2
    2. Merci Anna !

      Rajoutons :

      Qu’il n’est pas besoin d’être une femme pour être violé ou abusé.
      Qu’il n’est pas besoin d’être une femme pour être harcelé où le rapport de pouvoir existe (milieu professionnel entre autres).
      Qu’il n’est pas besoin d’être une femme pour être dragué lourdement – particulièrement en cas de différence d’orientation sexuelle.

      Pierre-Yves, j’ai bon souvenir de votre beau texte courageux, merci de porter la voix de ceux qui ne sauraient dire.

      1
    3. @anna La définition du viol à l’heure actuelle est assez large et comprends la ruse, c’est à dire toute action psychologique d’emprise, donc toute relation liée à une attirance pour un commerce réciproque, est susceptible d’être visée à l’exception des mariages arrangés (mais encore rôle du tiers ?) ou des prestations tarifées et contractualisées et encore ce n’est pas sûr, le mariage ayant été étendu aux persones de même sexe, mais le viol restant possible au sein du mariage.

      C’est pourquoi les défenses de Damien ABAD et Coquerel sont lacunaires car elles ne portent que sur le fait de violences.

      Or tout actuellement est dans le ressenti 1O ans après de femmes vis à vis de leur comportement à l’aune d’une société dont les diktats de conformité de groupe ont changé sous l’influence de mouvements politiques fondés sur le racisme de genre (cf composition de la commission ad hoc autoproclamée de LFI).
      De même la définition de l’acte est suffisament généreuse pour inciter à éliminer par prudence de la composition gouvernementale tout gynécologue ou proctologue, voire stomatologue ou dentiste.
      Et comme c’est l’intention qui compte et que tout début d’éxécution est pris en compte, la drague lourde peut aisément être réprimée.
      Un simple regard appuyé.
      On peut saisir ainsi tout l’intérêt de la burkha et du burkini.

      Maintenant il serait intéressant de savoir si les « plaignantes/ou pas encore » sont les victimes d’une seule personne, ou ont subi pareils désagréments de différents auteurs et si celà peut concerner des individus non médiatiques (et non génants).

      Olivier Duhamel, Jean-Jacques Bourdin, PPDA … constituent des signes précurseurs.

      Tout celà fait penser à la « propagande noire » de la Scientology.

        1. @Garorock On n’en sait rien, mais la « propagande noire » est institutionalisée au sein de cette organisation (au moins ceci est connu en ce qui concerne cette organisation) depuis longtemps et dans un contexte culturel « Etats-Unien » et les symptômes apparus y font penser …
          Le Top gun n’est pas fumant.

          De plus il ne faudrait pas attirer de mauvais vents sur le blog.

  11. Régis: « La France Insoumise a créé un comité jugeant des dérives sexistes et sexuelles constitué … seulement de femmes *, laissant entendre que les relations hommes-femmes ou autres seraient désormais du seul ressort des femmes. Nous souhaitons bonne chance à M. Éric Coquerel dans un tel contexte ! »

    Vous considérez donc qu’un groupe constitué uniquement de femmes, à tout le moins en cette matière, n’est pas fiable.

    1. Vous considérez donc qu’un groupe constitué uniquement de femmes, à tout le moins en cette matière, n’est pas fiable.

      Vous considéreriez sans doute qu’un groupe constitué uniquement d’hommes, quelle que soit la matière, ne serait pas fiable. Alors pourquoi un groupe constitué uniquement de femmes serait-il plus fiable qu’un groupe constitué uniquement d’hommes ? Pourquoi deux poids, deux mesures ? Parce qu’on parle « représailles » plutôt que « justice » ? Allez-y, dites-le clairement.

      1
      1. Paul, « représailles » ou « justice » ?

        Qu’il n’y ait que des femmes dans ce groupe ne m’inquiète pas. Dans une société apaisée ou idéale, ce ne serait évidemment pas le cas, supposons. Au Rojavah, tous les groupes de décision sont mixtes, et certains sont doublés d’un conseil uniquement féminin, qui a droit de veto sur le précédent, tandis que l’inverse n’existe pas. Je suppose que c’est parce que les femmes du Kurdistan syrien sont dans la représaille, et qu’elles ont réussi à l’imposer à leurs hommes, qui doivent être fous.

        Je ne sais pas pourquoi le groupe LFI n’est composé que de femmes: est-ce un accident, une contingence, est-ce une décision de principe, y a-t-il un autre groupe composé exclusivement d’hommes ayant à instruire les dossiers de femmes harceleuses? Je ne le sais pas. Je gage que si LFI a fait appel à des volontaires, il y a eu assez peu d’hommes intéressés.

        Je reste calme avec cette question. Dans la société telle qu’elle est, il y a inévitablement des excès parmi ceux (et celles) qui peuvent commencer à combattre une injustice patente et ancienne. Inévitablement, des excès, et si je n’en étais pas conscient, je serais moins bon lecteur de l’anthropologie.

        Se focaliser sur ces excès me paraît propre à masquer des réticences à un changement dont on n’est pas acteur.

        3
      2. Votre « quelle que soit la matière » repose sur une erreur de lecture de mon commentaire.
        J’ai demandé si  » à tout le moins en cette matière » A. K. considérerait …etc, et pas en « quelle que soit la matière ».

  12. Publications  Jeanne Chevalier  · 

    [MON – NON – TÉMOIGNAGE À PROPOS DU DÉPUTÉ ÉRIC COQUEREL]

    Je publie ici un texte, à propos du député insoumis Eric Coquerel. Je l’ai rédigé samedi soir, et l’ai transmis au comité de lutte contre les violences sexistes et sexuelles de LFI. Je ne souhaitais pas initialement rendre ce texte public, enfin j’hésitais. J’ai conscience du degré d’exposition qu’une telle prise de parole implique, et de la violence qu’elle peut entraîner sur les réseaux sociaux. Je me permets d’ailleurs d’indiquer tout de suite que je ne modérerai pas les commentaires et ne souhaite pas répondre aux messages en privé. Je ressens toutefois le besoin de rétablir la vérité sur des propos relayés à mon sujet, et de partager mon témoignage dans un contexte d’inflation de rumeurs, parmi lesquelles je suis en mesure de savoir que certains éléments sont absolument diffamatoires.

    Ma prise de parole sera celle-ci et circonscrite à ce texte. Merci de respecter ce choix.

    ***

    J’ai été interrogée, à 3 reprises désormais, par des journalistes (AFP, France info, Libération) au sujet de mon expérience avec Eric Coquerel en tant qu’attachée parlementaire entre 2017 et 2018. Deux fois une semaine avant les élections législatives, et une fois hier (samedi), alors qu’Eric Coquerel a pris la présidence de la stratégique commission des finances à l’Assemblée nationale jeudi dernier. 

    Les journalistes enquêtaient sur une présomption de violences sexistes et sexuelles de la part du député, s’appuyant sur un article de Causette paru en décembre 2018. En décembre 2018, j’avais pour ma part quitté l’Assemblée nationale à la faveur d’une opportunité professionnelle. J’avais toutefois encore des liens avec les autres collab’. Lorsque l’article est paru, j’ai été informée d’une rumeur me concernant : Eric Coquerel se serait mal comporté à mon égard ; là encore, une présomption de violences sexistes et sexuelles… Rumeur sur laquelle la journaliste s’était (peut-être ?) appuyée (en partie ?) pour rédiger l’article ?

    J’ai alors pris l’initiative d’appeler la journaliste pour apporter un démenti : Eric Coquerel n’a pas eu de comportement problématique, caractérisant des violences sexistes ou sexuelles (ou d’autre sorte d’ailleurs) à mon égard, ni lorsque j’étais sa collaboratrice, ni à un autre moment. La personne au téléphone (la rédactrice directe de l’article ? en tout cas celle vers laquelle on m’avait orientée) avait semblé gênée. L’appel n’a pas duré longtemps. 

    D’ailleurs Eric Coquerel a même été un bon employeur, respectant les weekends (malgré les manifs) et les temps de travail durant lesquels solliciter les collaborateurs. 

    Nous avons beaucoup travaillé. Il s’agissait, depuis ma position de conseillère technique au sein du cabinet, de décortiquer le premier budget du quinquennat Macron. Une infamie : c’est là que le Gouvernement et les béni-oui-oui de nouveaux parlementaires En Marche ont supprimé l’ISF, mis en place la flat tax, commencé à dépecer les collectivités locales… En lien avec les économistes, les syndicats et dans le sillage de la campagne présidentielle, nous nous attelions à construire l’alternative. 

    J’ai choisi de travailler avec Eric Coquerel pour des raisons politiques, et je crois que c’est la même chose pour lui vis-à-vis de moi (et naturellement pour mes compétences). J’ai toujours trouvé que le discours et le positionnement qu’il avait sur l’Europe était intéressant, fin, de nature à sortir la gauche des ornières d’un fédéralisme béat. C’était crucial, surtout dans notre quête de raccrocher les classes populaires, de rallier les bataillons de l’abstention. Nous avions milité ensemble sur ce sujet. Travaillé ensemble pendant la campagne présidentielle et avant ; contribué à construire des réseaux à l’international, d’autres solidarités européennes… Nous nous étions soutenus. Il m’avait épaulée, politiquement et humainement, quand cela avait été dur. 

    Aujourd’hui, les rumeurs qui circulent au sujet d’Eric Coquerel sont relayées notamment par des femmes dont je partage les combats. 

    Une ancienne camarade d’étude, pour qui j’ai de l’estime et de l’affection, a même hier fait un tweet évoquant des « assistantes parlementaires harcelées sexuellement », ou « virées après avoir couché avec en se servant d’elles ». Quoi ? Cette personne était venue m’en parler personnellement et je lui avais apporté un démenti. Les autres collaboratrices sont encore en poste. De qui parle-t-elle ? Sur quel fondement s’exprime-t-elle ? Attention à rester en prise avec le réel…

    Dans ces conditions, et dans mon cas, j’ai plutôt l’impression qu’une non parole (tout simplement parce qu’il n’y a pas de faits, à mon endroit) a été tordue et malmenée. Et je trouve cela irrespectueux.

    [Je tiens à préciser ici que je ne veux pas pour autant, en retour, contribuer à un cyberharcèlement, qui m’a été rapporté, contre l’autrice de ces tweets.]

    Je ne sais pas avec précision comment Eric Coquerel se comporte dans sa vie intime, ou dans le reste de ses relations sociales, ni comment il s’est comporté par le passé. C’est la raison pour laquelle je prends le parti de ne relayer – 4 ans après avoir travaillé avec lui – que mon seul témoignage. J’adhère à la formule employée ici par la commission contre les violences sexistes et sexuelles de LFI : « s’il y a des victimes, nous sommes à leur disposition pour les entendre », a indiqué cette cellule. 

    Voilà. Pour finir, ma réaction spontanée, en tant que citoyenne, et en tant qu’ancienne collaboratrice, lorsque j’ai appris qu’Eric Coquerel devenait Président de la Commission des finances a été la joie et la fierté. 

    Je pense que c’est une victoire politique et une avancée pour notre camp. Je me permets aussi de préciser que LFI a travaillé sur un plan de 1 milliards d’euros de lutte contre les violences faites aux femmes (repris, j’imagine, par la NUPES). C’est dans la construction du budget de la Nation, dans les moyens alloués aux services publics et aux associations, que ce combat essentiel pourra pleinement se déployer.

    13
  13. Je fais appel aux hommes qui ont un peu d’imagination.

    Imaginez-vous la « lourdeur », terme aujourd’hui consacré, des manifestations d’admiration, d’intérêt, de concupiscence, que la plupart des femmes ont connues depuis leur adolescence, dans à peu près tous les milieux. Imaginez-vous chaque jour sous ces paroles, dont vous connaissez l’étendue depuis une certaine et sobre élégance (plutôt rare mais pas inexistante, surtout au cinéma), jusqu’à la vulgarité le plus affirmée. Imaginez la constance et la répétition de ces cris, rires, ricanements, sifflets, et celles des gestes …avec ou sans contact.
    Représentez-vous ça jour après jour pendant des années.

    Comment le supporteriez-vous, les mecs? Comment construiriez-vous un équilibre personnel sans désespérer?
    Et donc, comment font-elles?

    Je leur voue toute mon admiration pour cela aussi. Elles ont réussi à ne pas nous ostraciser, et malgré toute mon imagination, j’ai du mal à concevoir l’inverse.

    3
    1. Mais c’est vous qui faites preuve d’une imagination particulièrement étriquée, Monsieur Leboutte ! Elle se résume à « l’homme propose, la femme dispose », et ce, quotidiennement en ce qui nous concerne, alors que non, « nous » (je le mets entre guillemets car je ne peux parler au nom de toutes mes consoeurs, mais j’ai connais et fréquente un certain nombre avec lesquelles le sujet des relations hommes/femmes occupe une part considérable de nos discussions) ne sommes pas en butte aux marques d’admiration, d’intérêt, ou de concupiscence dès que nous mettons un pied dehors, que ce soit en mini-jupe ou en jogging et maquillées comme un camion volé ou avec les cheveux gras. La plupart du temps, nous entretenons des rapports neutres, non ambigus, avec les individus de l’autre sexe. Nous « savons » que nous pouvons intéresser « sexuellement » une part de ces individus, et certains (la plupart) nous le manifestent sans que ce soit un harcèlement, mais l’inverse est vrai aussi (et je me suis pris assez de râteaux pour en témoigner).
      Je suis profondément marrie d’être ainsi assimilée à une biche aux abois ou à la victime potentielle d’un incontournable prédateur, comme si je ne pouvais être capable, de par ma simple condition de femme, de décider et de choisir.

      4
      1. eponine
        Vous me supposez une vision machiste à partir de mon commentaire, tandis que moi je crois parler d’un constat.

        Une femme est tuée par un compagnon ou ex-compagnon tous les trois jours en France. En Russie où aucune loi ne concerne la violence conjugale (surprenant, j’imagine), 80 % des femmes incarcérées le sont pour avoir tué ou voulu tuer un compagnon violent. Et ailleurs, et ailleurs.
        Ce trait fait de notre espèce une espèce sans équivalent au monde. C’est l’avis, qui me paraît plus de science que d’opinion, et excusez du peu, de Françoise Héritier (https://condrozbelge.com/2016/03/08/journee-des-droits-de-la-femme-homo-sapiens-est-la-seule-espece-dont-les-males-tuent-les-femelles/), et aussi celui de Pascal Picq (https://condrozbelge.com/2017/03/23/larrieration-profonde-du-male-humain-ancien-moderne-post-moderne/).

        Tant mieux si, et évidemment que oui, 100 % des femmes et 100 % des hommes ne sont pas dans ce scénario. Et tant mieux si vous n’avez pas à vous plaindre.
        Rachida Dati prétend que les antiracistes créent le racisme en répandant un vision « victimaire » des rapports racisés.
        Peut-être pourriez-vous aller voir ailleurs que sur votre territoire, je ne vous connais pas. Mais la Dati, elle, que je ne connais pas non plus, ne le fera pas.

            1. Ah ! Vous voulez un échantillon ? (Vous avez vu comme j’étais poli en français ? En anglais j’aurais dit : « Most of her stuff is pure BS! »)

              Wikipédia :

              Lors d’une interview par Libération, Françoise Héritier soutient la thèse de son élève Priscille Touraille selon laquelle la différence de gabarit entre les hommes et les femmes serait « une différence construite » notamment par « une pression de sélection » imposée par l’homme. Elle déclare ainsi : « L’alimentation des femmes a toujours été sujette à des interdits. Notamment dans les périodes où elles auraient eu besoin d’avoir un surplus de protéines, car enceintes ou allaitantes – je pense à l’Inde, à des sociétés africaines ou amérindiennes. Elles puisent donc énormément dans leur organisme sans que cela soit compensé par une nourriture convenable ; les produits « bons », la viande, le gras, etc. étant réservés prioritairement aux hommes. (…) Cette « pression de sélection » qui dure vraisemblablement depuis l’apparition de Néandertal, il y a 750 000 ans, a entraîné des transformations physiques. A découlé de cela le fait de privilégier les hommes grands et les femmes petites pour arriver à des écarts de taille et de corpulence entre hommes et femmes14.[pertinence contestée] »

              Cette théorie ne serait cependant pas soutenue par des données paléoanthropologiques et évolutives, le dimorphisme sexuel étant au contraire plus faible chez les humains que chez les autres grands singes, suggérant un processus inverse, et non lié à des problématiques alimentaires. Cette vision est même qualifié de « fumeuse » par Michel Raymond, directeur de recherche au CNRS et responsable de l’équipe Biologie Évolutive Humaine au sein de l’Institut des Sciences de l’évolution de l’université de Montpellier : « Dans le monde vivant, et particulièrement chez les primates, les différences de taille sont bien comprises, en particulier par la sélection sexuelle. Par exemple, lorsque les mâles se battent pour accéder aux femelles, cela favorise des mâles de plus grande taille, et cela conduit à des mâles généralement plus grands que les femelles. Cela peut être renforcé par le choix des femelles, qui préfèrent alors des mâles plus grands. Actuellement, les hommes sont en moyenne plus grands que les femmes. C’était aussi le cas il y a quelques siècles, quelques millénaires, et aussi loin que les traces du passé permettent de l’évaluer, c’était aussi le cas tout au long de la lignée humaine. C’est même le cas chez les espèces dont nous sommes les cousins, comme le gorille, même pour celles dont nous sommes les plus proches comme le chimpanzé. Les mâles gorilles se battent et les plus grands ont un avantage et cela participe à expliquer leur plus grande taille que leurs femelles. Chez l’homme, la violence est immémoriale, comme l’atteste l’archéologie, et la taille n’est pas indépendante de la dominance sociale. De plus, les femmes préfèrent des hommes plus grands qu’elles.[pertinence contestée] »

              Maintenant répétez après moi ce que vous avez écrit précédemment : « C’est l’avis, qui me paraît plus de science que d’opinion, et excusez du peu, de Françoise Héritier » … si vous osez 😉 .

              1
        1. @Guy Leboutte
          « Homo Sapiens est la seule espèce dont les mâles tuent les femelles ».
          Les mâles Arachnides et les mâles Mantis protestent vigoureusement contre cet énoncé discriminatoire à leur égard.
          Les mâles de la plupart des espèces d’insectes meurent « de leur belle mort » juste après la seule et unique copulation de leur brève existence.

          3
          1. @arkao Il est sûr que si l’homoSapiens avait adopté ces traditions d’insectes, le monde serait plus apaisé.
            Il n’y aurait plus que des crèpages de chignon …

        2. Bonsoir Guy,

          Je n’ai pas vraiment compris vos deux dernières phrases :
          « Rachida Dati prétend que les antiracistes créent le racisme en répandant un vision « victimaire » des rapports racisés. »
          => Je prétends que les féministes créent les violences faites aux femmes en répandant une vision « victimaire » des rapports hommes/femmes ? Non, mais il y a des cas d’espèce qui ne servent clairement pas la cause, et la polémique autour de ce cas précis me semble exactement conduire à l’inverse du but recherché.

          « Peut-être pourriez-vous aller voir ailleurs que sur votre territoire, je ne vous connais pas. Mais la Dati, elle, que je ne connais pas non plus, ne le fera pas. »
          =>, Là, je sèche.

          Cordialement

          1
          1. Bonsoir éponine,

            C’est une question piège?
            J’avoue avoir été peut-être trop ironique.

            Mon opinion est que vous avez de la chance. Vous opposez votre situation personnelle, que je trouve chanceuse, à ma vision qui est plutôt sociologique. De ce point de vue, et de mon point de vue, la violence masculine à l’égard des femmes, de la simple incivilité au meurtre, me paraît (horriblement) systémique, et pas niable. (Personnellement, cette violence m’a toujours heurté, je fus un adolescent peu socialisé parmi les garçons de mon âge, leur goût pour le virilisme trop souvent en pacte avec l’humiliation, qui elle appartient à mon histoire familiale et sociale, ceci expliquant cela. Cela pour vous dire que je n’ai pas la revendication de mériter mes opinions, elles sont contingentes.)
            Vous dites ne pas connaître cette violence de genre, et tant mieux – quoique vous affirmez aussi parler beaucoup avec vos amies des rapports hommes-femmes, ce qui m’interroge: mais pourquoi donc, si votre expérience est si paisible?

            Bon. Où en étais-je?
            Comme toute position personnelle, à commencer par la mienne, dépend largement de notre « territoire » de vie, qui est affaire de réseau social et aussi d’histoire personnelle, de naissance et de rencontres, une question qui se pose est comment porter un regard d’ensemble sur les questions de société, dépassant si possible nos aléas particuliers.
            Je me dis que votre expérience personnelle n’est pas nécessairement représentative de la généralité. Cela pourrait vous paraître présomptueux, mais c’est cependant ce que je crois, que vous avez de la chance, que vous vivez protégée.

            L’exemple de Rachida Dati est pour moi tout récent. Elle a pu réussir dans la société en étant issue d’une famille immigrée très modeste, n’a pas ménagé ses efforts, elle a fait des ménages pour payer ses études, etc, et je l’ai entendue dire à ma surprise que le racisme est « créé », ou encouragé, par les propos victimaires des antiracistes. Comment comprendre ça? Elle estime sans doute que son parcours personnel montre et prouve ce qu’elle avance, alors que pour moi, autant que statistiquement, elle figure parmi les exceptions et n’est pas représentative de la généralité. Elle a eu de la chance et de la volonté (du désir plutôt), et je la vois dure, avec des options politiques dures. Tout ça pour ça !

            Pour ce qui est du « cas d’espèce qui ne sert clairement pas la cause », et de la « polémique dans ce cas précis » qui vous « semble exactement conduire à l’inverse du but recherché », à mon tour de vous demander ce que vous voulez dire par là.

            Amicalement.

          1. Ben, avec ou sans … c’est Not Found.
            Merci timiota pour l’explication mais suis pas fana.
            Zone sus-nommée sans doute trop infréquentée (suis restée jeune fille sur cette affaire).
            Bon, j’espère qu’Eponyme va voler à notre secours

                1. @Hervey Là il s’agit, me semble-t-il d’un camion dont son propriétaire est très fier et a investi dans la décoration (style/goût indien en l’occurrence) il en existe des variantes occidentales très élaborées par des peintres artistes.
                  « camion décoré »
                  Tout le contraire d’un camion volé.

                  maquillé est la notion suggérée.

              1. Il me semble ma chère Eponine, que Hervey et Ruiz doivent vivre à la campagne loin des citées 😉 où le camion est une référence. Ex : objet (autoradio, paire de Nike, … « tombé du camion « .😂

          2. Ah oui, j’oubliais le mot anglais pour « une rue quelconque » : « a nondescript street ».
            Ca en dit long sur l’importance de l’appropriation du paysage dans l’imaginaire social.
            Je crois qu’un des mouvements (autour d’Esther Duflo ? ou pas ?) milite entre autre pour
            un « droit au paysage » dans le cadre de la réappropriation de son environnement.
            Le droit de voir au-delà du béton de sa rue, « nondescript »…

        1. @Hervey un camion c’est une grosse voiture, mais plus rare ?
          licence poëtique ou souci d’originalité et d’emphase.
          il ne s’agit pas de traffic de peinture.

  14. Serait-ce là une autre ruse de Gaïa pour limiter la prolifération humaine, des fois que l’intensification de l’homosexualité ne suffise pas ?

    Auto-citation : Sur le long terme, Vie peut diminuer la taille de ses représentants par sélection évolutive – Homo floresiensis sur son île ne faisait qu’un petit mètre de haut. A moyen terme, elle peut réduire la fertilité de l’espèce encombrante en variant le rapport mâle / femelle de sa population, et enfin à court terme, je conjecture que Vie peut augmenter la proportion des individus dont l’union restera inféconde, et qu’ainsi l’homosexualité est une variable d’ajustement de la nature.
    Et je me demande même si je n’ai pas envie d’y croire.

    3
      1. Bah cela ne prouve rien. Le fait d’avoir telle ou telle opinion sur tel ou tel sujet n’implique pas que la plaignante ne serait pas victime de harcèlement ou qu’elle mente. Des personnes de toutes conditions sociales et opinions politiques sont victimes de harcèlement.

        1. @Pierre-Yves Dambrine
          @Garorock
          oui effectivement le harcèlement, le viol , ne sont ni de droite ni de gauche mais j’ai regardé son historique et effectivement il semblerait que ce soit une personne instable . ATTENTION je ne dis pas qu’il ne faut pas l’écouter ! Une souffrance de quelque ordre que ce soit doit être entendue

          1. @Khanard Celà montre que Coquerel n’a pas de chance, ou qu’il manque d’intuition, mais sont-ce des qualités indispensables pour un président de la commission des finances ?

    1. L’ « accessoire » :

      (Mes regrets d’utiliser « Le Point »… MAIS cet article de 2019 , in tempore non suspecto , découvre-t-elle le parcours d’une « biche » égarée chez les « loups »…?
      https://www.lepoint.fr/societe/sophie-tissier-l-encombrante-gilet-jaune-qui-declare-les-manifs-05-04-2019-2306046_23.php )
      Peut-être le comportement-résultat de l’ « immense » traumatisme originel..?

      La « toile » de l’essentiel… :

      https://www2.assemblee-nationale.fr/instances/fiche/OMC_PO59048
      au lieu des quelques « vedettes » du passé : Didier MIGAUD et Jérôme CAHUZAC …Gilles CARREZ et Eric WOERTH
      https://www.challenges.fr/politique/assemblee-nationale-a-quoi-sert-reellement-la-commission-des-finances_819385

      1
      1. Simple souci de suite (attendue) d’ information ..: https://www.huffingtonpost.fr/entry/sophie-tissier-a-depose-plainte-contre-eric-coquerel-pour-harcelement-sexuel_fr_62c2d826e4b0ffe00a14ad11 (on remarquera la nature du titre de rubrique choisi par le média .. pour cette aventure de 2014)

        …  » POLITIQUE – Après avoir saisi dimanche le comité contre les violences sexistes et sexuelles de la France insoumise (LFI) au sujet d’Éric Coquerel, la militante Sophie Tissier a porté plainte contre lui, ce lundi 4 juillet au commissariat de Vanves (Hauts-de-Seine), pour “harcèlement sexuel et gestes pouvant s’apparenter à une agression sexuelle”, a-t-elle annoncé sur Twitter.
        “Il y a des témoins. Coquerel sait parfaitement au fond de lui qu’il ment… Pitié”, écrit-elle en légende de son tweet accompagné des photos de sa plainte..
        …(…)…
        “Je me suis sentie agressée mais il n’y a eu ni violence, ni coup. Le parquet verra s’il requalifie les faits ou non”, a indiqué cette figure des gilets jaune auprès de Libération.
        Sophie Tissier avait évoqué sur BFMTV ce dimanche 3 juillet des “gestes déplacés, des mains baladeuses”, lors d’une soirée organisée par le parti en 2014, évoquant “un regard salace, gluant”, et lors de la soirée dansante “une drague lourdingue”, un comportement “outrancier, offensant, harcelant”, de la part du député. Selon elle, Eric Coquerel lui aurait adressé en outre des textos lui proposant de l’emmener à son hôtel…
        …(…)…
        Dans un tweet publié ce dimanche, elle ajoutait avoir été motivée à s’exprimer suite à la prise de parole de Rokhaya Diallo jeudi 30 juin sur RTL, dont elle “salue le courage”.
         » …

        Étape suivante : la Justice acceptera-t-elle de se faire instrumentaliser..? S’il y a un avocat dans la salle , merci de sourcer/décoder la dépendance potentielle au Pouvoir de la Préfecture dont dépend le commissariat choisi pour déposer la plainte..!
        Suite du « bananier » demain..? , toutes affaires cessantes devant la gravité des faits reprochés..

    1. @Mac
      « vice-président du Grand Paris et patron du Syndicat des eaux d’Ile-de-France depuis 1983. » à 81 ans ! même en repoussant la retraite à 65 ou 67 ans il y a quand même beaucoup d’extra time !
      Il est temps de libérer des places « Game Over  »
      Le parapluie bienveillant aux modalités homosexuelles semble percé.

      Est-ce une réponse à l’encontre d’un élu UDI, à l’épisode Garrido-Corbière où un Jean-christophe Lagarde ne s’est guère exprimé.

      Est-ce une montée en gamme sur une cible mieux établie, des attaques faites précédemment contre Francois-Asselineau :
      https://www.leparisien.fr/faits-divers/francois-asselineau-place-en-garde-a-vue-03-02-2021-8422979.php
      dans un timing compatible d’un empèchement d’une nouvelle candidature ?

      La justice fait aussi son travail
      https://www.closermag.fr/politique/jean-vincent-place-l-ancien-secretaire-d-etat-en-garde-a-vue-pour-agression-sexuelle-1539572

      mais rarement quand les cibles sont en pleine gloire plutôt après, à la fin (ppda), ou juste avant (dsk).

  15. Je souhaite que toutes les femmes prennent conscience qu’elles sont en train de perdre leur combat pour punir les agresseurs ayant commis des actes répréhensible par la loi.
    Toutes ces affaires pour déstabiliser des politiciens servent deux objectifs, banaliser l’agression « sexuelle » et discréditer la classe politique dans son ensemble (hommes et femmes).
    Ce n’est pas un hasard que la grande majorité des faits reprochés frisent la prescription.
    Pendant ce temps, l’interdiction de l’avortement avance imperturbable dans l’ombre de MeToo.

    2
  16. Hélas je constate une fois de plus que, malgré ses qualités par ailleurs, sur les violences faites aux femmes, ce blog de Paul Jorion est dans le déni. C’est systématique et… c’est gonflant je dois dire. J’ai parfois commenté en argumentant mais c’est tellement répétitif et cela manque tellement ne serait-ce que de l’ombre d’une remise en question que je dois dire que j’ai laissé tomber. Merci à Guy Leboutte pour ses messages, qui m’ont fait du bien: oui, c’est exactement cela. Il y a, pour toutes les femmes, une première fois où un homme inconnu ou non se permet de vous empoigner comme si vous étiez un objet mis à disposition. Et non, ce n’est pas de l’ordre de la proposition d’entamer une relation. Et non, on ne s’y fait pas. Quand c’est arrivé à ma fille de 14 ans, j’étais en rage que ça se transmette encore ainsi chez les hommes. Il y a un vrai problème dans la façon dont les hommes sont socialisés dans leur rapport aux femmes et heureusement, de plus en plus d’hommes s’en rendent compte et veulent aussi changer (bon, pas beaucoup sur ce blog)

    7
    1. Bonjour Hélène,

      J’ai l’impression que chacun puise dans le « ça a toujours été comme ça » ce qui l’arrange :

      => Pour le mouvement « MeeToo » la suite de la phrase, c’est « et il est temps que ce soit autrement !  » ;

      => Pour ceux qui voient les limites du mouvement MeeToo (ou les frottements qu’il induit dans le moment de changement, ça se discute),
      ils poursuivraient plutôt sur le ton « Mais on sait bien que le groupe des femmes (des filles d’abord) a développé des stratégies pour échapper ou contrer cela« ,
      ce sur quoi on peut continuer par les considérations de anna, eponine, Dati, etc.

      Dans ces cas là, un physicien parle de « puits de potentiel », dont il est couteux de s’extraire énergétiquement, et dont on ne sait pas bien où on retombe quand on en sort
      (dans un puits plus bas, ou dans un plateau pas trop bas ?).
      Il faut faire le contraire des romains à Masada (qui terrassèrent et aménagèrent une méga-rampe pour prendre la citadelle imprenable) :
      Construire une rampe de l’intérieur de notre puits, pour voir dehors. C’est assez lent car ceux qui ne savaient pas qu’on pouvait monter n’aident pas,
      et ceux qui sont déjà monté à mi-pente sont assez satisfaits de la situation, tout en voyant des améliorations « simples » sans aller trop loin,
      et sans risque d’écrouler les flancs du puits en y grattant.

      De fait, en filant cette métaphore, sur un sujet aussi « fondamental », il nous manque un « savoir-construire ». Peut-on par exemple apprendre à partir
      des jeux /évolutions entre sociétés matriarcales et patriarcales (pas trop loin de l’hexagone : les îles de l’Egée par exemple, ça n’a pas pris 2000 ans) ? De nouveau,
      il ne s’agit pas d’apprendre sur le mode « exemple à reproduire », mais de comprendre les facteurs qui ont conduit à déplacer « l’imaginaire social », et de voir
      notre « boite à outils » avec les bons yeux.

      Et pour répondre à Arkao sur la militance et ce qu’elle biaise de la perception d’un « vrai » collectif (dans on interrogation à PYD),
      moi ça fait plutôt longtemps que je n’ai en effet pas mis les pieds dans un syndicat (il y a 30 ans et il y a 4 ans), mais sur les autres aspects collectifs que je peux voir
      (de la copropriété à l’enseignement), la violence, l’envie d’avoir raison, et des formes de haines se construisent aussi dans ces milieux,
      … et peuvent se déconstruire, parce que l’enjeu est relativement plus lisible (avec une réserve sur le plafond de verre dans l’enseignement supérieur). Sont-ce des graines suffisantes pour comprendre les actions à faire autour de MeeToo ? La transposition est-elle invalide ?
      Je pense qu’elle est valide, mais que c’est une question de degré. De même qu’on n’est pas habitué aux « communs » dans les cas que j’ai évoqué
      (pour reprendre l’expression anglaise du mansplaining ou du manspreading, on va s’exprimer de façon égoïste sans s’en rendre compte),
      je dirais qu’on n’est pas habitué à certains flancs de l’altérité dans les rapports genrés. Mais je ne vois pas de barrière absolue qui
      empêcherait a priori une évolution/reconstruction dans le bon sens (avec ou sans Sandrine Rousseau !).

      1
    2. @Hélène Marini et vous considérez comme normale les tapes dans le dos ou les saisissements de bras systématiques d’un Macron, président tactile s’il en est, et adepte de ce renforcement par le contact physique bien connu des pratiquants et théoriciens de la manipulation et la persuation, politiques ou non ?

      1
      1. Là aussi apprendre qu’on n’est pas connivent parce qu’on a été « tactilement contacté ».
        Il suffirait (pour donner une idée) d’une mise en situation 2 fois par an de 6 à 12 ans pour égrener toutes les situations possibles,
        et comprendre à distinguer le rôle de la parole (et de l’adhésion à icelle) et de tout le reste.
        Quelques piqûres de rappel pour les ados peut-être aussi,
        Et pour les adultes… le cadre devient la variable principale, il n’a rien d’universel
        (entre les vestiaires de l’équipe de foot, l’entrepôt ubérisé, l’équipe de serruriers pressés, et les couloirs de ministères).

        1
      2. Il y cette photo où l’on voit Macron à Kiev serrant la main de Zelensky et s’évertuant à l’enlacer sur-jouant une connivence de retrouvailles qui n’a pas lieu d’être (après avoir dit les semaines précédentes qu’il ne faut pas humilier la Russie)
        Zelensky se détourne de son homologue et regarde le photographe, comme s’il prenait le public à témoin, le regard grave, semblant s’absenter de la scène pour mieux la dénoncer, parce qu’il est dans la position de celui qui est harcelé mais ne peut se dégager de son assaillant sans créer un grave incident diplomatique. Zelensky est la victime des manières cavalières de Macron, mais la photo retourne la situation en quelque sorte. Dans une boite de nuit, c’est plus compliqué, il n’y pas la presse internationale pour dire qui fait quoi avec quels mots, quels gestes …

        https://www.huffingtonpost.fr/entry/photo-macron-zelensky-a-kiev-vaut-detournement_fr_62ac7268e4b06594c1d555d0

        1
    3. Au Royava, les femmes ont arrêté que pour lutter contre le patriarcat, il fallait lutter contre le capitalisme, système qui a besoin de proies pour perdurer.
      L’histoire des chasseurs est en train d’être écrite par les lapines.
      L’homo-sapiens de gauche qui veut sauver les tourterelles se voit dans ce récit, affublé comme ses congénères, d’un gros fusil et d’une gibecière.
      « Ce ne peut pas être moi! » se dit-il, « j’ai lu tout Bourdieu! ».
      😍

      2
  17. Si vous êtes un pauvre vieux ou un gnome handicapé ne poser même pas les yeux sur ce genre de femme , vous allez vous retrouver en cabane ! Ce qu’elles viennent chercher dans ces meeting politiques ce sont de jeunes bellatres plein aux as

    1. @Moto125cc Se pose en question la responsabilité de l’organisation, de ses règles et structures, pour Eric Coquerel les comportements allégués sont dans un cadre de festivités politiques, vis à vis de personnes venues à la manifestation, ce n’est pas n’importe où, sur la voie publique, vis à vis de n’importe qui.

      Jean-Jacques Bourdin il en est de même, PPDA, c’est semble-t-il au sein de la chaîne, Nicolas Hulot auprès de groupies ?
      Peu de ces personnes ne semblent contribuer à du viol ou du harcèlement aléatoire, vis à vis de la population générale et à l’éventuel sentiment d’insécurité et incivilités.

      Parfois il s’agit d’échange de services qui peuvent être mal vécus a posteriori Darmanin ?

      Se pose également le contexte des relations professionelles ou assimilées, Tronc, Asselineau, Santini, ABAD ? où une relation hiérarchique existe, souvent sans appel possible.

      Pour DSK certaines rumeurs étaient connues et publicisées au grand détriment d’un humoriste qui a pu bénéficier des indemnisations suite à son licenciement.

      on peut supposer que son dérapage n’a eu lieu que hors de la surveillance de son parti et dans un contexte habituel pour lui de cadeaux inattendus.

      1. 1975… bien sûr…c’est même daté sur la vidéo.. Cependant il ne manque à mon court texte que le  » déjà  » …

         » 2014 …. déjà une autre époque…  » 😉

  18. On rigole, on s’amuse, mais moi je vous le dis, rendez-vous au tribunal dans dix ans pour attouchements, comportement libidineux, outrage aux bonnes mœurs et à la culture:

    2
    1. A voir l’évolution en Grande-Bretagne l’effet Coquerel* ça marche !
      Finalement la Première Ministre en France est en meilleure position que le Premier Ministre de sa gracieuse Majesté !

      * Mais en l’occurence il y a d’autres tensions accumulées.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.