Méditations sur la Dune du Pilat, par Terence

© Hervey
Ce soir, j’ai regardé la carte du Sud-Ouest de la France. Pour ce mois d’août 2022, nous avons réservé nos vacances dans un camping familial à Sanguinet, au Sud du Bassin d’Arcachon. Vous voyez, c’est à une dizaine de kilomètres de la Dune du Pilat, à 5 kilomètres du petit village de Cazaux.

Oui, vous avez compris. C’est là où fait rage un énorme feu de forêt. De la Dune du Pilat, on aperçoit les flammes et les fumées emplissent l’horizon.

Je lis dans le contrat de location que les pavillons du camping « sont équipés de détecteurs de fumée et d’extincteurs d’incendie ». Dans le journal, il est écrit que « la préfecture a interdit la fréquentation des forêts ». Faute de ballades dans les bois, nous pourrons peut-être jouer aux cartes dans notre pavillon.

Je lis qu’on a mesuré 47 degrés celsius au Portugal, qu’on annonce 40 degrés au Royaume-Uni, 40 en France, 37 en Belgique. En juillet 2022. Ne parlons pas du Pakistan, là-bas les gens ne partent même pas en vacances, ils cuisent ou se noient à domicile. Nous, nous vivons des catastrophes climatiques de riches, à la télévision, avec des canadairs, des GPS et des camions de pompiers rutilants, filmés par des équipes de journalistes en hélicoptère.

Je prends ma règle pour essayer de tracer une ligne dans le nuage de points des températures des 30 dernières années, afin de minimiser la somme des carrés des écarts à la ligne (comme on m’a appris à l’université). Je prolonge cette ligne vers 2030, puis 2050, puis 2100. Ce n’est bien sûr qu’une grossière approximation mathématique d’une tendance. Je trouve que ça sent le roussi, même à 852 kilomètres de Sanguinet.

Revient alors cette question lancinante que je me pose tous les jours depuis le rapport spécial du GIEC en 2018 : « aurons-nous l’opportunité de nous réveiller de ce cauchemar avant qu’il ne soit trop tard ? Pourrons-nous encore influencer le climat alors ?
Il y a ce fameux point de non retour qui se situe quelque part dans le système Biosphère (Approaching a state shift in Earth’s biosphere | Nature). Quand on  pousse le système à bout, il survient un « effet de seuil ». Ça craque. Le système bascule dans un autre état de fonctionnement. Tout retour en arrière est impossible. On change littéralement de monde. Si le fameux « moment Pearl Harbor » qui doit nous réveiller (Crise sanitaire : le « moment Pearl Harbor » pour l’écologie ? (lvsl.fr)) a lieu avant le franchissement de ce seuil, on peut peut-être encore « sauver une partie significative de l’humanité durant certains effondrements inévitables ». S’il a lieu après, c’est trop tard, « on se réveille avant de s’effondrer beaucoup plus bas » (voire disparaître). S’il n’a pas lieu, c’est sûr que nous aurons l’effondrement maximal (voire terminal).

Ma méditation planétaire me force à réfléchir à moi et aux miens. « Que faire ? » « Que ferait le ‘bon père de famille’ avec l’information dont il dispose ? Déménager ? Pour aller où ? À la campagne ? En Bretagne ? En Islande ? En Ardenne ? Les stratégies « survivalistes » ou même de « permaculture collective » me semblent dérisoires. J’essaie d’imaginer le survivaliste confortablement installé dans sa cabane au fond de la forêt girondine en flammes, avec son armoire à conserves. J’essaie de visualiser le petit écovillage convivial dans une clairière avignonnaise incendiée, avec ses poireaux roussis. Je les imagine sous 47°C pendant la saison des récoltes, sans eau, entourés de flammes puis noyés par une crue soi-disant séculaire.
.
En juillet 2021, une étude scientifique avait repéré la Nouvelle-Zélande, l’Irlande, l’Islande, et d’autres îles peu peuplées, comme zones refuges en cas d’effondrement… (New Zealand rated best place to survive global societal collapse | Globalisation | The Guardian) Je devrais peut-être m’y acheter un pied à terre, avant que d’autres n’y songent et fassent monter les prix du foncier (Why Silicon Valley billionaires are prepping for the apocalypse in New Zealand | New Zealand | The Guardian).

Mais je peine à me convaincre qu’il existera indéfiniment des régions du monde qui ne deviendront pas progressivement inhabitables à mesure que le temps passe. Car ces différents modèles climatiques et ce discours scientifique, pour des raisons propres à un ethos qui privilégie la modération et la prudence, n’ont pas été jusqu’à présent à la hauteur du Principe de responsabilité (Hans Jonas, 1979). La pensée scientifique s’écrit au conditionnel. Or ce Principe requérait de ne faire aucun pari pouvant mettre en jeu l’existence de l’humanité. Il ne fut jamais vraiment compris dans son application. Il ne s’agissait pas d’inscrire dans la loi un mièvre et tiède « principe de précaution ». Il s’agissait d’ériger en valeur cardinale des sociétés humaines le bien commun absolu que constitue la survie de l’espèce humaine et le maintien de l’humanité en tant qu’instance unique dans le Cosmos.

Quand on découvre que son enfant joue près d’un gouffre après avoir échappé à sa vigilance, on ne se dit pas qu’il risque de tomber avec tel ou tel degré d’incertitude, et qu’il faut « prendre des précautions ». Non, on court de toutes ses forces en hurlant à pleins poumons pour qu’il revienne immédiatement. On l’arrache violemment à proximité du précipice. On ressent la peur de sa vie et d’amour, on le tance vertement au point qu’il fonde en larmes.

Quand l’enjeu est existentiel, il n’y a pas de continuité dans la ligne de prédiction des risques. On ne pense pas au conditionnel. Il y a saut quantique, rupture éthique. On pense à l’impératif. Tout, absolument tout, doit céder à l’urgence existentielle à partir du moment où sa probabilité d’occurrence est arbitrairement supérieure à zéro. Jamais jusqu’à présent, nous ne nous sommes battus, sur les mers et les océans, sur les plages, dans les champs et dans les rues, dans les collines et les forêts, comme si notre vie en dépendait, comme si nos enfants en dépendaient, comme si l’humanité en dépendait.

La science nous a alertés au conditionnel présent, nous aurions dû agir à l’impératif. Je parle déjà au conditionnel passé. J’ai la nostalgie du futur. C’est ce qu’on appelle l’éco-anxiété.

Et je repense à la fable de la Cigale et la Fourmi : « Vous chantiez contre la décroissance ? J’en suis fort aise. Eh bien ! dansez l’effondrement maintenant. »

Alors j’entraperçois une vacillante lueur d’espoir. Un espoir esthétique écocentrique, proche du sublime. Je reviens à une forme de méditation planétaire, qui m’apaise. L’effondrement tant redouté serait finalement le salut, non pas de l’individu ni de la société mais de l’espèce, ou du moins de la vie sur Terre. Il provoquerait mécaniquement la baisse drastique des émissions de gaz à effet de serre. On trouverait là enfin la fameuse « boucle de rétroaction négative humanité – biosphère », le mécanisme de régulation de notre espèce. J’entends alors ricaner notre Terre-Mère : « Ha ça tu joues au virus qui empoisonne mon atmosphère, mes sols et mes mers ? Moi Gaïa j’attrappe la fièvre, et je t’extermine en masse. Tes émanations toxiques cessent. Ma fièvre tombera en même temps que toi. Tu subsisteras petit et plus raisonnable. »

Et plusieurs millions d’années plus tard, la vie, exubérante, se serait totalement redéployée sur la planète la plus belle de tout l’Univers.

Je souhaite que nous ne souffrions pas trop ce siècle… que mes enfants sachent que j’ai jeté toutes mes forces dans la bataille, que j’ai hurlé, hurlé à l’agonie de la lumière (« Hurle, hurle à l’agonie de la lumière », par Terence | Blog de Paul Jorion). Que j’ai gardé foi en l’idée que certains d’entre nous rallumeront l’espérance sur les cendres de notre folie.

Partager :

65 réponses à “Méditations sur la Dune du Pilat, par Terence”

  1. Avatar de Chabian
    Chabian

    Excellent ! Avec un lien vers un article de Vincent Burnand-Galpin ! du 7 avril 2020. Et sur le site de ce lien vous trouverez aussi un excellent interview de François Ruffin (du 16 juin 2022) qui explique bien sa divergence avec une certaine gauche…

  2. Avatar de Quelartpierre
    Quelartpierre

    Cher Térence, chères toutes, cher tous,
    Que dire de plus depuis tout ce temps.
    « Le temps perdu ne se rattrape pas alors continuons de ne rien faire » Jules Renard.
    Sacré malin ce Jules,
    Quel goupil que de me laisser comme çà
    Tout seul, tout mouillé, trop brûlé,
    « Le temps qui passe avec sa corde fait des nœuds, qu’avons nous fait de notre jeunesse,
    tout ce qu’on peut et c’est bien peu » Aragon
    Sacré horloger cet Aragon
    Quel toupet de me laisser comme çà
    Tout seul, tout inactif, tout pensif.
    Merci pour la métaphore de l’enfant face au danger du gouffre.
    Oui le gouffre c’est bien cela renvoi à des peur archaïques,
    nos enfants ont toujours peur du loup même s’ils entonnent à tue tête « même pas peur ».
    Enfin certains de nos enfants, ceux qui vivent dans notre monde, je veux dire dans notre entre soi. Quand je passe la rocade les enfants ne pensent plus pareil et n’ont pas peu ou plus de rêve, seule la survie les occupe. Alors le gouffre ils s’en tapent le coquillard.
    L’avenir n’est plus sur, laissons faire le passé.
    Avec toute ma plus lumineuse tendresse.
    Pierre de la tribu des Quel’s Art’s

  3. Avatar de l'arsène
    l’arsène

    Très beau texte qui me rappelle une citation d’Einstein :  » la folie c’est répéter les mêmes erreurs et espérer des résultats différents « , et là , comme dit l’auteur de l’article, on peut affirmer sans hésitation que nous avons atteint un stade très avancé de cette pathologie !
    Inverser le processus mortifère en cours implique de revoir à la baisse le besoin de croissance à tout prix qui est malheureusement vital pour le capitalisme, car c’est son moteur.
    Sortir de ce cadre est donc la première des priorités, sinon, point de salut.

    1. Avatar de Descamps lionel
      Descamps lionel

      Il peut y avoir croissance du PIB à la condition de maîtriser ce qui vaut salaire. C’est la rémunération capitaliste qui pose problème, et plus précisément le fait que le droit au salaire dépende d’un contrat de travail. Il faut bien  «manger » et donc aller quémander un contrat même si cela doit se traduire par un emploi dans l’aérien, la croisière ou chez total (le boulot est fait sans adhésion aux fin du travail). Je milite pour une rémunération attachée à la personne (salaire à vie), déconnectée du travail concret réalisé. J’espère que prochainement Paul Jorion ira également dans ce sens (des projets formidables pourraient éclore : Sécurité sociale de la transition par exemple pour passer d’une filière de production à une autre).

  4. Avatar de Khanard
    Khanard

    @Terence
    vous posez là les fondamentaux de toutes les bifurcations que nous devrions prendre . J’utilise bien le conditionnel car dans la réalité , depuis le rapport de Dennis Meadows en 1972 soient 50 ans qu’est-ce qui est fait ? rien, rien rien.
    Oh certes des alarmes ont été tirées, des mises en garde proférées, des tonnes et des tonnes de livres, d’articles , de conférences, colloques, de films ont été produits . Des milliers de commentaires , comme le vôtre au demeurant fort réaliste, dans divers blogs alertent . Qu’en faisons nous ? rien .
    Ah ça pour tirer des plans sur la comète , des y’a qu’à faut qu’on , pour faire des constatations , pas de problèmes ! Il y a beaucoup de volontaires .

    Mais nous en restons aux constatations . Aucune action d’envergure mondiale pour essayer, je dis bien essayer, d’enrayer notre fin programmée . Les avions volent toujours pour trimbaler de la chair adipeuse aux quatre coins du monde au détriment des populations locales qui subissent chaque jour de leur vie des agressions dans leur chair( voir Venise et mourir ) .
    Des milliers de bateaux continuent de sillonner les mers pour nous abreuver de produits dont on n’a pas besoin et que nos chers chérubins utilisent innocemment sur la plage pour faire des châteaux de sable . Sans parler des bateaux de croisière qui ne sont rien de plus que HLM flottants . Illusions, que tout cela!
    Des millions de véhicules nous trimbalent chaque année dans des périples incertains pendant lesquels on se donne l’illusion que nous sommes libres, qu’on profite de la vie alors qu’on sait pertinemment que c’est notre tombe que l’on creuse . Mais c’est pas grave , on creuse, on creuse .
    Alors qui va en avoir assez et annoncer qu’on interdit les transports aériens , les navires de commerce , les véhicules de tourisme ? Qui?

    Non Terence nous ne pensons pas à nos enfants ni petits enfants . L’individualisme dans lequel nous emprisonne le capitalisme nous empêche de nous projeter dans la vie future de nos progénitures . Nous sommes tous des criminels et nous le savons .

    9
    1. Avatar de Pascal
      Pascal

      « Nous sommes tous des criminels et nous le savons . » Alors, il est temps de disparaître ! 😉

      2
    2. Avatar de Benjamin
      Benjamin

      @ Khanard,

      Sous le poids du système capitaliste, nous avons renoncé ses 3 dernières décennies à renoncer à toutes ces choses néfastes pour le futur.

      Oui, collectivement nous avons du sang sur les mains même si ça et là il y a eu des comportements individuels des plus vertueux.

      1. Avatar de Khanard
        Khanard

        oui effectivement . il y a quand même des personnes qui essaient de prendre des bifurcations comme ces intervenants que vous pourrez écouter ici : https://www.youtube.com/watch?v=LCi_nft2m_k

        je vous conseille cet excellent site de Christian Mrasilevici la preuve on y trouve Paul Jorion !

    3. Avatar de Ar c'hazh du
      Ar c’hazh du

      Ne sont « criminels » que ceux qui tel chronos dévore leurs enfants (ou du moins leur avenir)…
      Ceux qui décidèrent, voyant le mur se dresser devant eux, de s’abstenir de se reproduire ne peuvent être tenus pour coupable, et ce d’autant moins que leur consommation est disons… modeste.

      Nous ne sommes pas tous inconscient même si nombre d’entre nous sont impuissants au delà de leur propre « sphère (bien modeste elle aussi) d’influence ».

      1
  5. Avatar de Hervey

    Oh oui !

    Autre lieu qui m’est cher.
    Alerte au feu ! La Montagnette brûle.
    « La Montagnette est mon Parthénon de tous les jours, la leçon constante de la mesure. Je suis l’élève de cette sobriété » affirmait le peintre Auguste Chabaud (1882-1955).

    https://hervey-noel.com/la-montagnette-brule/

  6. Avatar de Pascal
    Pascal

    « Quand on découvre que son enfant joue près d’un gouffre après avoir échappé à sa vigilance, on ne se dit pas qu’il risque de tomber avec tel ou tel degré d’incertitude, et qu’il faut « prendre des précautions ». Non, on court de toutes ses forces en hurlant à pleins poumons pour qu’il revienne immédiatement. On l’arrache violemment à proximité du précipice. On ressent la peur de sa vie et d’amour, on le tance vertement au point qu’il fonde en larmes. »

    Je ne sais pas si quelque chose de similaire a pu vous arriver mais ma longue expérience avec des enfants, y compris en montagne, m’a appris à réagir autrement.
    Un enfant qui voit un adulte courir vers lui en hurlant prend immédiatement peur et ses réactions sont imprévisibles et pourraient précipiter le pire. La sagesse voudrait au contraire qu’on s’approche de lui lentement avec le sourire en lui demandant calmement de revenir vers soi. La peur est mauvaise conseillère et les enfants sont très sensible à la peur des adultes.
    Etre conscient du danger ne doit pas nous faire oublier la raison. Les sauveteurs sont confrontés au quotidien à des personnes en grand danger et pourtant vous ne les verrez jamais se laisser emporter par leurs émotions car ils savent combien elles brouillent notre perception du réel.

    Vous avez raison TERENCE de revenir « à une forme de méditation planétaire, qui vous apaise ». Si nous en sommes là, c’est que l’espèce humaine a toujours été en guerre (https://www.pauljorion.com/blog/2022/02/26/en-choisissant-detre-humain-a-t-on-choisi-la-guerre-par-pascal/). L’espèce humaine a su développer la philosophie, le mysticisme mais elle n’agit qu’au travers de ses émotions. C’est finalement ce qui la rend si prévisible et cause en grande partie son déterminisme. Chacun de nous avons peur de la mort ( avons été élevés et éduqués dans ce sens) sans réaliser que la mort est aussi la Vie. A faire la guerre contre la mort, pour faire survivre à tout prix des fictions (nationalisme, domination, éternité, ego), nous avons fait la guerre contre la Vie.
    Il y a bien une autre voix (voie) que nous aurions pu emprunter, qu’il est peut-être toujours temps d’emprunter si nous souhaitons la transmettre comme héritage ultime, c’est l’amour de la Vie. On ne tue pas ce qu’on aime. La vie humaine n’est pas plus qu’une bulle perdue dans le cosmos et nous en avons fait une idole égotique, sans parvenir à prendre conscience que nous ne sommes que des fruits de la Vie. Les yeux fixés sur notre minuscule vie, nous sommes aveugles à la Vie.
    Nous avons l’expérience de la guerre qui nous a mené où nous sommes et ne nous mènera jamais ailleurs, si nous avons le temps, peut-être pourions nous expérimenter l’amour du vivant, de la Vie.
    La guerre est le royaume de l’émotion : de la peur, de la violence, de la passion, de la haine… que parfois nous avons l’illusion de jusifier par l’amour de la patrie, de la femme qu’on voudrait sienne, de Dieu, une idée enfermée dans notre crâne, parce que nous nous croyons important : le premier de cordée, le pionier, le père d’une idée d’où naitra l’idéologie, le grand homme, le défenseur du bien contre le mal… Tant d’histoires écritent sur les lourdes étagères des bibliothèques et maintenant dans le coeur des datacenters. Et qu’avons nous appris finalement ?

    Nous avons le temps chacun, de reprendre conscience de ce que nous sommes, bulles de conscience éphémères, et de nous engager sur un autre chemin, de « bifurquer » comme disent ces étudiants d’Agro Paris Tech, pour transmettre à nos enfants l’amour de la vie plutôt que l’amour de l’ego et de la guerre.

    Autre méditation possible sur la Vie, mieux, une pratique méditative : l’eau, la pierre, la gravité, l’éphémère…
    https://www.youtube.com/watch?v=o3UvuA_8_qo
    Ce n’est pas le résultat qui compte le plus, c’est l’instant consacré hors du temps et de la raison, où la seule émotion est esthétique et en retrouvant le contact direct avec cette nature dont nous sommes. A partager aussi en famille… et appréciable en ce moment particulièrement.
    Prenez soin de vous.

  7. Avatar de Sous-fausse-identité
    Sous-fausse-identité

    @Terence, excusez moi, vous avez jeté toutes vos forces dans la bataille contre le réchauffement climatique, mais vous prévoyez quand même de consommer une énergie folle, pour un homme du 18ème siècle et avant, pour aller en vacances à la mer : ce faisant vous allez réchauffer le climat. Mais je me permets de remettre ici un petit indice pour vous aider à éviter la dépression.

    Le découvreur du réchauffement climatique, Mikhaïl Boudyko, certainement le plus grand scientifique du climat de tous les temps, était optimiste. En résumé le réchauffement allait provoquer davantage d’évaporation d’eau des océans, et le climat global deviendrait plus humide pour aboutir peut-être à un climat tropical sur une grande partie du globe terrestre (et j’espère qu’il avait pris en compte l’effet d’emballement dû à la vapeur d’eau, un des gaz à plus fort effet de serre, sinon ce sera Vénus).

    J’ajoute pour votre moral : regardez donc le climat du Sahara entre 12000 et 6000 ans en arrière.

    Ceci écrit, Mikhaïl Boudyko ne niait pas que la transition serait difficile, et il conseillait de s’y préparer le plus vite possible.

    Le mieux pour commencer à s’informer, c’est le wikipedia russe, en particulier pour la réaction de ses collègues, la fine fleur des spécialistes du climat, lorsqu’il a présenté sa découverte en août 1971, ainsi que cette interview par des journalistes du Spiegel parue en janvier 1990 intitulée « Retour au paradis ? ».

    Mais cette vision optimiste du réchauffement climatique n’étant pas correcte, il s’est rétracté puis a été oublié et il est mort.

    Et SVP que personne ne revienne ici avec le mot révisionnisme : Michaïl Boudyko n’a jamais remis en cause le réchauffement climatique anthropique !

  8. Avatar de gaston
    gaston

    Il me semble que « le moment Pearl Harbor » ne pourrait survenir qu’à la suite d’un fort choc émotionnel mondial.

    Ainsi, c’est probablement sous le choc de voir votre lieu de futures vacances parti en fumée que vous avez décidé de rédiger ce brillant article dont tous les éléments étaient déjà présents depuis longtemps dans votre esprit. Il a permis un passage à l’acte.

    Alors ce « moment » est-il encore possible, ou arrivera-t-il top tard ?

    A ce sujet on peut écouter un intéressant débat sur France-Inter de ce mercredi où il est question :
    – de la diffusion des informations scientifiques sur le climat,
    – de la « prise de conscience » du public,
    – et du passage à l’acte de ce dernier pour un changement radical :

    https://www.radiofrance.fr/franceinter/podcasts/le-debat-de-midi/le-debat-de-midi-du-mercredi-13-juillet-2022-8346646

    Sommes-nous prêts, dans nos pays occidentaux à revenir à niveau de vie de 1950 ,
    ou pire de 1900 avec le dérèglement climatique déjà engagé ? La canicule de 1911 en « refroidira » plus d’un !

    https://www.msn.com/fr-fr/actualite/other/%C3%A9t%C3%A9-1911-la-canicule-oubli%C3%A9e-la-plus-meurtri%C3%A8re-en-france/ar-AAZvci

    Enfin, le petit espoir d’une solution lemmings que vous proposez en fin de votre article me paraît bien ténu.

    1
    1. Avatar de Garorock
      Garorock

      Sommes-nous prêts pour le pass sani-terre?
      Un seul voyage en avion par an, par personne. Pas plus.
      Peut être moins?
      Et pour qui?
      Ceux qui l’on déja pris des centaines de fois ou ceux qui ne l’on jamais pris?

      3
      1. Avatar de gaston
        gaston

        @ Garorock

        Pour essayer de répondre (au moins partiellement) à vos interrogations je vous renvoie à ce vieil article de « Reporterre » (2019) qu’il me semble avoir déjà posté sur ce blog :

        https://reporterre.net/Rester-sous-les-1-5-oC-voici-comment-nos-vies-pourraient-changer

        1
    1. Avatar de Sous-fausse-identité
      Sous-fausse-identité

      @Gaston Impressionnant, en effet, je ne la connaissais pas, cette canicule de 1911, merci. Ma grand-mère me parlait toujours des deux canicules presque insupportables de la fin des années 1940, comme quoi elles étaient déjà assez fortes pour marquer les mémoires.

      Après il y a l’hiver 1879, et l’hiver 1709, pour ce dernier des dizaines ou des centaines de milliers de morts en France. Il y a le déluge de 1315-1316, des centaines de milliers de morts en Europe, et une génération affaiblie pour affronter la peste noire en 1348. Et l’orage du 13 juillet 1788 qui serait une des causes de la Révolution française…

      N’empêche qu’on a quand même l’impression que ces phénomènes deviennent plus nombreux, n’est ce pas ?

      1. Avatar de gaston
        gaston

        @ Sous-fausse-identité

        Je me souviens très bien de la canicule de 1947 (j’avais 3 mois 😉), il m’en est resté une aversion chronique pour toutes les périodes de froid.

    2. Avatar de Pascal
      Pascal

      @Gaston
      Un récapitulatif intéressant des canicules en France
      https://www.meteo-centre.fr/blog/les-episodes-de-canicule-historiques-en-france/
      Qui malheureusement date de 2019 et mériterait d’être actualisé. Mais on y voit déjà bien la tendance.

      1. Avatar de gaston
        gaston

        @ Pascal
        Merci.

  9. Avatar de Pascal
    Pascal

    D’un point de vue purement pragmatique, ces indendies landais interrogent aussi l’exploitation industrielle du pin des Landes avec une monoculture de résineux (pins maritimes) dont on a d’abord exploiter la résine pour faire de l’essence de térébenthine, puis du bois de ces arbres à croissance rapide (12% de la prodution française de bois), dans cet immense territoire qui il y a 300 ans était un desert et aujourd’hui, le plus grand massif forestier de France. (https://www.sudouest.fr/environnement/foret/la-question-du-jour-pourquoi-a-t-on-plante-la-foret-des-landes-3334108.php).
    Dans ces parcelles, tous les arbres sont de même taille, bien alignés
    https://www.francetvinfo.fr/image/7619nmvok-66c2/1200/825/28320022.jpg
    ce qui favorise la propagation du feu. Le risque est parfaitement connu puisqu’il fait l’objet d’une politique spécifique de sécurité au niveau du SDIS 40 depuis qu’en 1949, 8 personnes y perdirent la vie.
    Pour autant, modifier ce mode de production de bois (pour la pate à papier) impacterait l’économie locale qui fait vivre plus de 4000 personnes.
    Près de 10 000 hectares brûlés sur près d’1 000 000 d’hectares, de quel côté penchera la balance à l’automne prochain quand la saison des incendies sera terminée ?

    1
  10. Avatar de Richelieu
    Richelieu

    Le climat change en ce que nous connaissons une période de réchauffement. Ce n’est pas anormal en soi et ce n’est pas ma première fois que cela se produit. Par exemple, on peut constater que sur une fréquence élevée d’occurrences il se met à pleuvoir lorsque l’on sort de chez soi ; en déduire que sortir de chez soi fait tomber la pluie (rapport de cause à effet) relève de la croyance personnelle, pas de la science. On nous explique que tout cela est donc le fait des activités humaines sur la base du constat que les températures ont commencé leur ascension au moment du décollage des activités industrielles – milieu XIXème . Ce qui est double une escroquerie intellectuelle en ce qu’elle confond corrélation (attestée par la croissance simultanée des 2 phénomènes) et rapport de cause à effet (le premier impliquant le second) et qu’elle fait l’impasse sur le fait que le début des activités industrielles à coïncidé avec la fin d’une période froide particulièrement longue (PAG 1645-1850 environ) principalement caractérisée par des étés pourris (frais et pluvieux) et des hiver rigoureux, sans être pour autant exempte de périodes caniculaires en particulier au XVIII ème siècle. Et que donc après qu’elles ont atteint une forme de minimum, il n’est pas absurde d’observer un rebond des températures … Je ne saurais trop vous inviter à lire cette entrevue de 2003 de Libération avec Emmanuel Leroy Ladurie qui était invité à commenter la canicule de cet été là (https://www.liberation.fr/france/2003/08/14/700-000-morts-lors-des-canicules-de-1718-1719_442098/): on y apprend ainsi qu’en 1198, la Sarthe était à sec, que la canicule de 1718-1719 s’est caractérisée par la présence de nuées de sauterelles et l’apparition d’un climat saharien en Île de France (en plus des 700 000 morts recensés). Pour autant que je sache, nous sommes encore, en 2022, très loin de ce genre de calamités. Je me souviens également d’un certain Al Gore (vice président des EU de 1993 à 2001) qui nous expliquait dans son documentaire « Une Vérité qui dérange » que le niveau des mers aurait augmenté de 6 m en 2100. Près de 20 ans plus tard, nous en sommes toujours à 2mm par an. Ce qui nous fait 20 cm au siècle … Par ailleurs, qu’il fasse chaud aujourd’hui n’implique pas que ce sera le cas demain. Les « prévisions » hautement alarmistes du Giec me semblent très largement sujettes à caution dans la mesure où n’importe qui ayant un minimum pratiqué le « machine learning » (modélisation) sait que les résultats d’un modèle sont fortement influencés par les conditions initiales (la bonne connaissance des données et de leurs éventuelles interactions, leur préparation, le nombre de variables aussi). Le climat étant un sujet fort complexe, je serais très étonné que les experts du Giec en maîtrisent correctement tous les déterminants, lesquels ne sont sans doute même pas tous connus. 1er biais potentiel. Les déterminants de l’évolution du climat sont nombreux, leurs interactions réciproques mal connues donc mal prises en compte. 2ème biais potentiel. Et pourquoi ne pas imaginer que le réchauffement actuel acterait de l’atteint d’un point de bascule vers un rafraichissement significatif des températures planétaires En conclusion, les prévisions alarmistes des modèles du Giec relèvent de la cartomancie numérique. Ce qui ne veut pas dire qu’il ne faut rien faire pour moins générer de déchets, moins consommer d’hydrocarbures etc..

    4
    1. Avatar de Paul Jorion

      Je sais, votre commentaire n’est qu’accidentellement humoristique, pas d’intention délibérée, il m’a quand même rappelé ce dessin sur l’extinction d’une autre espèce (enfin, un « super-ordre ») :

      13
      1. Avatar de gaston
        gaston

        Enfin ! On ne joue pas avec des allumettes en période de grande sècheresse ! 😉

        2
    2. Avatar de Khanard
      Khanard

      @Richelieu

      vous êtes un adepte des théories de Jean-Paul Rampnoux ! Décidément les loups sortent du bois ! Bien sûr qu’on trouvera toujours dans l’histoire de notre bonne vieille terre des périodes de réchauffement climatique , dans les commentaires précédents de nombreux exemples ont été donnés. Mais cette fois-ci disons depuis deux siècles il y a un facteur humain qui n’existait pas auparavant : l’industrialisation .

      1
      1. Avatar de Chabian
        Chabian

        En plus c’est la technique typique des « marchands de doute ». Notamment les lobbys du tabac, de l’amiante, etc.
        « Les scientifiques ne maitrisent pas tout et doivent faire avec une part d’incertitude ? Donc la science est au niveau de la cartomancie. Et on ne peut prendre aucune décision (contre l’industrie et la croissance).
        Je prétends pas y connaître quelque chose, mais mon raisonnement est imparable donc je suis le seul sérieux. » Cogito, ergo sum !
        Quousque tandem ?

        3
        1. Avatar de Inox
          Inox

          Alors attention..

          Si on renie le réchauffement climatique d’origine industrielle afin de sauvegarder des intérêts financiers, alors ok. Pugilat autorisé.

          Maintenant, si oser se poser des questions du genre « L’industrialisation est il le seul facteur? Le réchauffement est il inéluctable? » donne droit à de la condescendance décidément pénible.. Comment dire.. C’est lourd.

          2
          1. Avatar de Benjamin
            Benjamin

            @ Inox,

            Qu’il y ait des doutes sur la seule culpabilité du capitalisme et de l’industrialisation, soit…

            Mais il ne faut pas que le « bénéfice du doute » profite aux « accusés » qui ont une (large) part de responsabilité dans la situation actuelle – les preuves matérielles de leur culpabilité dans la dégradation du climat et de l’environnement s’accumulant.

            C’est ce qui est dérangeant dans une intervention du type de celle de Richelieu. Le discours tend à dédouaner le « système » de toute responsabilité.

            2
          2. Avatar de Arnaud Castex
            Arnaud Castex

            Vous confondez le doute et la polémique, hélas vous n’êtes pas le seul.

    3. Avatar de un lecteur
      un lecteur

      C’est le miracle du langage, de pouvoir produire des structures, des formes qui imitent avec précision leurs cousins chimiques. Celui-ci s’apparente à un narcotique à mort lente. Le même que les semenciers utilisent pour enrober la graine et rendre la plante mortelle aux insectes qui l’ingère.

      2
  11. Avatar de Thomas Jeanson
    Thomas Jeanson

    Pas trop le temps de discuter, il y a des tuyaux à mettre en place pour que, le jour où l’enfer viendra visiter ma maison , le max ait été fait, pour éviter de tout perdre….

    ( feux à 80 kmh , vent relativement soutenu aujourd’hui )

    Avec quand même le sentiment que cette bataille est déjà perdue

  12. Avatar de Chabian
    Chabian

    On annonce un début de semaine très chaud en Belgique (RTBF news) et on signale :
    35 °C ou plus à Uccle, un phénomène rare : cela s’est produit seulement 12 fois depuis… 1892 ! 12 fois en 130 ans dont 6 fois après 2018. (et jamais entre 1892 et 1947).
    Avant 2018 :
    27 juin 1947 : 36,8 °C
    6 juin 1952 : 35,1 °C
    22 juillet 1989 : 35,7 °C
    4 août 1990 : 35,3 °C
    19 juillet 2006 : 36,2 °C
    18 août 2012 : 35 °C
    Après 2018 :
    26 juillet 2018 : 35,4 °C
    27 juillet 2018 : 35,4 °C
    24 juillet 2019 : 35,9 °C
    25 juillet 2019 : 39,7 °C
    31 juillet 2020 : 36,5 °C
    8 août 2020 : 35,9 °C
    Nous pourrons donc ajouter une 13e date ce mardi 19 juillet à cette liste…

    1. Avatar de Pascal
      Pascal

      Juste pour pinailler, vu qu’on a eu une super canicule en France en 1911, il serait surprenant que la Belgique soit passée à côté. 😉
      Je sais le pouvoir des frontières qui parviennent à arrêter des nuages radioactifs mais tout de même. …😂😂😂

      1. Avatar de Chabian
        Chabian

        Il y a quelques décennies, un météo-logue expliquait que en Belgique, « l’été pourri » est la norme. Un jour de beau soleil, le lendemain cela tourne à l’orage, le troisième jour le temps se remet peu à peu, et on recommence le cycle. Pas le temps d’atteindre une forte chaleur que la pluie est là.
        Mais cela c’était AVANT.

  13. Avatar de François Corre
    François Corre

    Par le modèle ARPEGE méteo France, estimations avec la plus basse t°c maxi prévue pour lundi 18 juillet:
    https://modeles12.meteociel.fr/modeles/pearp/runs/2022071606/pearp-41-57-0-38.png?16-12

    Et estimations avec la plus haute t° maxi prévue:
    https://modeles12.meteociel.fr/modeles/pearp/runs/2022071606/pearp-41-57-0-44.png?16-12

    Ça reste des estimations, mais peut-être une ‘première globale’ sur tout l’ouest de la France… ?

  14. Avatar de naroic
    naroic

    Dans mes périodes fastes, en qualité de père de famille, je tachai de partir une semaine en vacance une semaine par an avec mes enfants – histoire de pas trop les stigmatiser socialement hein – moi les vacances – je préfère la vacance – ça m’a toujours fais chier – cette année – pas de budget, alors nous partirons pas & l’argument écologique je pourrai le dégainner, pour faire bonne figure – il servira de caution « responsable » – mais mes gosses ne sont pas dupes – mais pour me soulager ça reste une belle toile de fond hein –
    De la vie et de ses projections, et bien j’ai laissé tomber les projections – mes enfants, c’est au jour le jour que je leur apporte mon attention, et que le sort puisse en retirer à chacun, à tout instant, la vie – c’est aussi le lot de ce qu’on appelle la vie – aussi non point je les avertis, mais les aime et les exhorte à aimer aussi loin que possible.

    2
  15. Avatar de amateur
    amateur

    Il parait qu’on déforeste de par le monde afin de faire pousser des végétaux qui serviront à faire rouler des bagnoles . Ca sent un peu la fin ou c’ est moi ?

    5
  16. Avatar de Guy Leboutte

    Beau texte, Terrence!
    Un peu hypnotique et désespéré, mais comme le disait Musset, mis en musique par Nougaro, « Les plus désespérés sont les chants les plus beaux. » (https://www.youtube.com/watch?v=Fs_l-8ZHTJY )

    Ici la conviction de Frédéric Lordon, son « Il n’y a pas d’alternative » à lui: https://blog.mondediplo.net/there-is-no-alternative.
    Voici la première phrase: « Anthropocide ou capitalocide, maintenant il faut choisir. Pour éviter l’anthropocide, il faudra le capitalocide : il n’y a pas d’alternative. »

    Si « Le capitalisme se suicide et veut nous emporter avec lui » (titre d’un billet de Paul Jorion), si « Le capitalisme est à l’agonie » (titre d’un livre de Paul Jorion), il faudrait savoir si nous restons spectateurs ou si nous poussons à la roue.

    3
    1. Avatar de Benjamin
      Benjamin

      @ Guy Leboutte

      Malheureusement, une grande majorité de nos congénères n’est pas prête à sortir d’eux même de certains schémas socio-économiques et sociétaux : ce sont des « suiveurs » et même s’ils sont conscients du problème, ils se contenteront de suivre le chemin qui est tracé devant eux.

      Il faut qu’une poignée de courageux/révoltés renversent la table et les « obligent » à suivre une autre voie que celle proposée par le capitalisme.

      2
      1. Avatar de Guy Leboutte

        @Benjamin
        Le problème est vaste et est loin de ses limiter aux pratiques individuelles, en plus ou moins grande partie impulsées par la propagande néolibérale, qui « ne connaît que les individus et pas la société » (Margaret Thatcher) ni les groupes sociaux ou classes. Dans une situation de lutte pour renverser le capitalisme, des forces considérables s’opposeront: les appareils d’Etat, les polices, le contrôle par les médias et la surveillance digitale, et in fine les armées. Je crains qu’ici non plus, il n’y ait pas d’alternative.
        Sur le plan des conditions de vie ou de survie, énergie, alimentation, des désordres gigantesques et sans doute mortels seront à traverser.
        Ces turbulences me paraissent de toute façon inévitables et systémiques. Je suis assez pessimiste quant à savoir si une lutte raisonnée et organisée** pourra les gérer ou donner un cap, indiquer une porte de sortie, ou si ce seront le chaos et des pouvoirs de plus en plus répressifs qui seront à la manoeuvre…

        ** Petit rappel d’un point sur lequel Paul a souvent insisté: 1 ouvrier qui travaille 100 jours n’arrivera pas à lever la statue que lèvent 100 ouvriers coordonnés travaillant 1 jour.

        1. Avatar de Paul Jorion

          Petit rappel d’un point sur lequel Paul a souvent insisté: 1 ouvrier qui travaille 100 jours n’arrivera pas à lever la statue que lèvent 100 ouvriers coordonnés travaillant 1 jour.

          C’est un commentaire de Proudhon sur l’effort collectif, lequel est en même temps une critique de Marx : ce n’est pas tant que le capitaliste spolie chaque travailleur individuel, c’est qu’il confisque entièrement la valeur ajoutée de l’effort collectif.

          3
          1. Avatar de Guy Leboutte

            Oui oui, ça ne m’avait pas échappé.
            Ce qui m’échappe en revanche:
            1. Est-ce que cela peut se comprendre, dans l’esprit de Proudhon, comme la légitimation d’une partie du revenu du capitaliste en tant que coordinateur?
            2. Qui est le producteur, et donc éventuellement en serait le bénéficiaire légitime, de cette part collective ?

          2. Avatar de Bernie
            Bernie

            Oh oui! Ca ressemble à de l’esclavage.
            Esclavage moderne où la machine a des droits fondamentaux de remplacer l’être humain

  17. Avatar de Thomas Jeanson
    Thomas Jeanson

    Quand même :

    Que de temps perdu par les media, à chercher la cause du départ de feu, à accuser le mauvais entretient des parcelles , à interviewer le gars qui va vendre moins de tour en pedalo…

    C’est quand même pas sorcier de constater que nous sommes dépassés et qu’une discipline de prudence ( bien plus drastique que la vigilance rouge ) doit être de mise.

    ( Tout les véhicules incendies des landes sont sur les feux girondins, si on a un troisième gros truc, ils devront enlever du matos sur des feux non encore fixés : nous sommes sur le fil )

    4
    1. Avatar de gaston
      gaston

      @ Thomas Jeanson

      Entièrement d’accord avec vous : tous ces médias qui s’égarent dans l’anecdotique et la futilité. J’en ai trouvé un qui a probablement décroché le maillot jaune :

      https://www.20minutes.fr/economie/3324815-20220715-canicule-rechauffement-climatique-va-changer-mode

      Franchement qu’est ce qu’on en a à f***** de la mode alors que l’on sait qu’il est question de survie sur la planète !👿👿👿

      3
    2. Avatar de Benjamin
      Benjamin

      @ Thomas Jeanson,

      Relisez certaines « chroniques » de la fin de l’Empire Romain : quand une civilisation s’effondre, il n’est pas rare que les observateurs extérieurs rapportent que les événements futiles font les « choux gras » des « medias de masse » et les manques/faiblesses de la société face aux différents risques deviennent criant.

      Et bien souvent, pour faire semblant de prendre au sérieux les problèmes de fonds, les gouvernants pondent des lois de plus en plus ubuesques sur la forme.

    3. Avatar de Khanard
      Khanard

      Les médias font leur choux gras sur de l’évènementiel aujourd’hui les incendies, demain un quelconque autre évènement pourvu que ce soit sensationnel , que ça fasse le buzz , idée à la mode ! l’important pour eux est de capter l’attention , le fameux temps de cerveau disponible , pour pouvoir placer des publi reportages en cours d’informations et , apothéose finir par une « pause » publicité . En fait , je suis peut être cynique , mais ces évènements tombent à pic pour alimenter la machine .

      1. Avatar de Paul Jorion

        Vous avez raison : les feux de forêt ça existe depuis toujours. Il y en avait déjà au moyen âge et on n’en faisait pas tout un fromage. On avait d’autres chats à fouetter : la Guerre de 100 ans, la Grande peste, etc. La presse n’en pipait pas un mot. D’ailleurs, il n’y avait pas de presse. C’est dire.

        2
        1. Avatar de arkao

          Pas de presse au Moyen Âge mais des crieurs publics et le sermon du curé (toujours bien informé) chaque dimanche 😉

        2. Avatar de Khanard
          Khanard

          au moyen âge il y avait les crieurs publics qui parcouraient le village au son de leur tambour . On les appelait aussi tambour de ville . Et ensuite peu après la guerre de 40-45 les municipalités mirent en place un système de hauts parleurs installés dans des endroits fréquentés de la commune.

          Je me rends compte en relisant mon commentaire que la phrase « ces évènements tombent à pic pour alimenter la machine » peuvent être interprétés comme « complotistes » ce qui n’est pas mon intention. D’où peut être votre réponse un tant soit peu ironique et je la comprends.

  18. Avatar de BasicRabbit
    BasicRabbit

    Terence : « L’effondrement tant redouté serait finalement le salut, non pas de l’individu ni de la société mais de l’espèce, ou du moins de la vie sur Terre. Il provoquerait mécaniquement la baisse drastique des émissions de gaz à effet de serre. On trouverait là enfin la fameuse « boucle de rétroaction négative humanité – biosphère », le mécanisme de régulation de notre espèce. J’entends alors ricaner notre Terre-Mère : « Ha ça tu joues au virus qui empoisonne mon atmosphère, mes sols et mes mers ? Moi Gaïa j’attrape la fièvre, et je t’extermine en masse. Tes émanations toxiques cessent. Ma fièvre tombera en même temps que toi. Tu subsisteras petit et plus raisonnable. » « .

    Mon gourou Thom arrive à un constat analogue dans un un article sur l’innovation dont la conclusion ci-dessous est qu’il faut la décourager (cf la dernière phrase, à mettre en regard avec l’allusion de Terence à notre Terre-mère):

    « Les sociologues et les politologues modernes ont beaucoup insisté sur l’importance de l’innovation dans nos sociétés. On y voit l’indispensable moteur du progrès et -actuellement [années 1980]- le remède quasi-magique à la crise économique présente; les « élites novatrices » seraient le cœur même des nations, leur plus sûr garant d’efficacité dans le monde compétitif où nous vivons. Nous nous permettrons de soulever ici une question. Il est maintenant pratiquement admis que la croissance (de la population et de la production) ne peut être continuée car les ressources du globe terrestre approchent de la saturation. Une humanité consciente d’elle-même s’efforcerait d’atteindre au plus vite le régime stationnaire (croissance zéro) où la population maintenue constante en nombre trouverait, dans la production des biens issus des énergies renouvelables, exactement de quoi satisfaire ses besoins: l’humanité reviendrait ainsi, à l’échelle globale, au principe de maintes sociétés primitives qui ont pu -grâce, par exemple à un système matrimonial contraignant- vivre en équilibre avec les ressources écologiques de leur territoire (les sociétés froides de Lévi-Strauss). Or toute innovation, dans la mesure où elle a un impact social, est par essence déstabilisatrice; en pareil cas, progrès équivaut à déséquilibre. Dans une société en croissance, un tel déséquilibre peut facilement être compensé par une innovation meilleure qui supplante l’ancienne. On voit donc que notre société, si elle avait la lucidité qu’exige sa propre situation, devrait décourager l’innovation. Au lieu d’offrir aux innovateurs une « rente » que justifierait le progrès apporté par la découverte, notre économie devrait tendre à décourager l’innovation ou, en tout cas, ne la tolérer que si elle peut à long terme être sans impact sur la société (disons, par exemple, comme une création artistique qui n’apporterait qu’une satisfaction esthétique éphémère -à l’inverse des innovations technologiques, qui, elles, accroissent durablement l’emprise de l’homme sur l’environnement-). Peut-être une nouvelle forme de sensibilité apparaîtra-t-elle qui favorisera cette nouvelle direction? Sinon, si nous continuons à priser par-dessus tout l’efficacité technologique, les inévitables corrections à l’équilibre entre l’homme et la Terre ne pourront être -au sens strict et usuel du terme- que catastrophiques. ».

    1
  19. Avatar de Ermisse
    Ermisse

    Il est prévu que le programme canicules-sécheresses-incendies ne fasse que croître et embellir : https://www.futura-sciences.com/planete/actualites/rechauffement-climatique-canicules-repetition-europe-rechauffe-3-4-fois-plus-vite-autres-regions-memes-latitudes-99607/

    Cet article journalistique comporte le lien vers l’article scientifique dont il est rendu compte : https://www.nature.com/articles/s41467-022-31432-y

    Bienvenue au paradis des pyromanes ! Le Gulf Stream s’arrêtera-t-il assez vite pour compenser ? Suspense …

  20. Avatar de lucie
    lucie

    « Faute de ballades dans les bois, nous pourrons peut-être jouer aux cartes dans notre pavillon »

    Ou bien lire un dictionnaire pour éviter de faire cette erreur si courante niveau CP : BAL(L)ADE

  21. Avatar de Philippe Soubeyrand

    Bonsoir,

    Ce soir, on se décide enfin chez Météo France, à sonner l’alerte rouge…

    Terence quant à lui nous écrit : « Qu[‘il a] gardé foi en l’idée que certains d’entre nous rallumeront l’espérance sur les cendres de notre folie. »…

    Pendant que Paul Jorion nous parle de fissures dans le deep state…

    Mon Dieu ! Tant de déni sur fond de crise systémique globale devenue totalement irréversible !

    Mais aussi ! Tant d’essoufflement naratif en plein effondrement systémique !

    Le 24 novembre 2016, j’écrivais ce dernier billet d’alerte important après avoir hurlé, hurlé, hurlé en vain pendant plus de deux ans sur le Blog de Paul Jorion, voire pendant plus de 6 ans à l’époque tous azimuts ; plus de douze ans aujourd’hui :
    https://www.pauljorion.com/blog/2016/11/24/du-crepuscule-a-la-nuit-de-medicis-de-lelection-de-donald-trump-symptome-politique-philosophique-et-psychologique-dune-crise-systemique-globale-hors-de-controle-au-symptome-climatique-par/

    Alors dites moi cher Terence… L’espoir vous permet-il vraiment de vivre/survivre selon vous ?

    Pour moi, du haut de mon humble repère d’observation systémique, la réponse est très clairement non !

    Mais qui, en juillet 2022, peut bien se soucier de ce que Philippe Soubeyrand peut bien en penser finalement ?

    Alors s’il vous plaît, ne venez surtout pas pleurer. Vous êtiez toutes et tous prévenus. Or c’est désormais totalement plié au carré !

    Mes Amitiés du Midi.

    Philippe

    3
    1. Avatar de Khanard
      Khanard

      Je plussoie.
      et bien je me soucie de ce que vous dites ;
      dans un précédent commentaire j’évoquais l’idée que nous sommes des criminels . Est il besoin de préciser que nous sommes tenus d’avouer notre indifférence, notre narcissisme de classe bourgeoise et qu’après nous advienne que pourra . Nous oublions que nous sommes les contempteurs de notre effondrement et malheureusement les générations futures seront les comptables de nos crimes en série , les serials killers , que ceux-ci ne pourront avoir sur nous qu’un regard de haine et c’est peut être cela qui sera le plus difficile à vivre .
      Terence dit vouloir le meilleur pour ses enfants . Probablement que d’autres ici sont dans le même état d’esprit mais ce n’est que mensonges . Prenez vos petits enfants dans les bras , regardez les bien dans les yeux, et dites leur haut et fort que vous en avez rien à foutre si eux devront se battre pour l’eau, la nourriture , etc… Vous gagnerez peut être un soupçon d’honnêteté .

  22. Avatar de Ar c'hazh du
    Ar c’hazh du

    Tout va bien :
    « lérich » envisagent une base en orbite ou lunaire (ou les 2 suivant ce que les prolos auront sués en profit) pour y passer le temps en attendant que le reste des humains disparaissent et que la terre refroidisse…

    Leur plan n’indique pas si leurs serviteurs seront robotiques ou si quelques larbins seront encore nécessaires là-haut mais je suppose que quelques catins et autres gigolos s’y feront toujours une petite place…

  23. Avatar de Arnaud Castex
    Arnaud Castex

    « Il y a Urgence climatique MAIS… « https://twitter.com/delphinebatho/status/1546901119959457793?s=20&t=Zd1o-L1WPutWTySEvvqITw

    1
  24. Avatar de Juillot Pierre
    Juillot Pierre

    Dans le contexte suffoquant des plus de 40° (T° extérieure à l’ombre, quand dans la maison, les fumées, cendres, et âpretés respiratoires, en moins, on avoisine les 30° à 18 heures, toutes fenêtres, et capacité de ventilation, renouvellement de l’air… asphyxiée… sans la « magie » « pouvoir d’achat » donnant « droit » de profiter d’un ensoleillement pareillement aussi « optimisé » par le merchandising des attractions touristiques, vantant la « profitation » du soleil dans les médias de masse, de faire des « selfies » détachés, avec en fond, les incendies Landais/Girondins, pour se donner du genre…)… ma méditation « psychanalytique » du jour supplémentaire à devoir s’inquiéter des risques… de l’ampleur du brasier chauffant le chaudron cuisant tellement les grenouilles… qu’elles croient au premier degrés du symbole de « Don’t look-up »… porte sur cela (qui va suivre…)… quand il est constaté par ailleurs, qu’est donné « raison » à la crainte que la polémique éclate dans certains médias de masse, comme une pigne de pins, soumise aux « flammes » de Barbecues… polémique portant sur le débroussaillage des forêts du littorale, de protection… de la biodiversité, empêchant de multiplier les « sentiers publics » (ouvrant la voie aux quads, motos cross, etc ? – Par ailleurs saviez vous qu’il est autorisé, en pleine période caniculaire, et incendiaires, d’avoir une activité prof, en forêt, jusqu’à 14 heures…?), et accès aux secours contre les incendies…

    « Factuellement, est-ce être « antisémite », qu’être à « Gauche » (ou à droite, macroniste, d’ailleurs) en combat contre l’extrême droite et droite extrême gouvernementale israélienne (et leurs soutiens français, etc, d’ailleurs plutôt Islamophobes, anti-musulmans voir anti-asiatiques, etc)… menant une politique « systémique » (« discriminations systémiques » dénoncées par l’ex défenseur des droits, en France – dans la non redistribution du soit disant « pognon de dingue mis dans les minimas sociaux, qui fait que les pauvres le restent et se déresponsabilisent [on parle de NON RECOURS, « d’inégalités de destin »]… à l’embauche dans l’accès aux logements, allant jusqu’à la violence du personnel du « monopole de la légitime violence de l’État », votant à plus de 60% pour l’extrême droite… violence commise lors des contrôles aux faciès, « manifestations interdites »… ça vous dit quelque chose…? Les NON RECOURS concernent aussi les difficultés d’accès à la justice, aux services publics hospitaliers, etc… dans les territoires ou les inégalités scolaires, « sociétales »… explosent…) politiques « systémiques » donc de « représailles », de répressions, d’oppressions, de suspicions systématiques… à l’encontre du peuple palestinien…? »

  25. Avatar de un lecteur
    un lecteur

    La lecture de ce fil me conduit à penser qu’il serait plus productif de mettre l’énergie consacrée à faire changer les mentalités dans des moyens pour contrôler l’effondrement.

  26. Avatar de Richelieu
    Richelieu

    Ce qui est formidable c’est cette impossibilité d’émettre une opinion qui déroge un tant soit peu de la doxa : le réchauffement sans précédent est entièrement le fait des activités humaines. Tel soeur Anne juchée sur sa tour, j’attends toujours une démonstration factuelle et argumentée. Force est de constater, toujours à l’instar de soeur Anne, que ne voit que l’herbe qui verdoit, le soleil qui rougeoit et le Giec qui pédaloit dans le potage : les prévisions péremptoires autant que définitives d’ailleurs – staliniennes ? – du genre, dans 20 ans ce sera la température aura augmenté de plus y° sont risibles. Ce ne sont que des conjectures présentées comme des certitudes. Le catastrophisme climatique porte en lui une dimension religieuse qui contribue à combler le vide laissé par l’effondrement des croyances collectives. De ce fait, émettre une interrogation sur le bien fondé du phénomène, vous range automatiquement dans la case « relaps ». Bientôt des bûchers (respectueux du climat, comme il se doit) seront dressés en place publique pour brûler les nouveaux hérétiques. Même sur ce blog, à ce qu’il semble. Je pensais pourtant le raisonnement scientifique indissociable d’une part de doute qu’il fallait sans cesse interroger avant d’éventuellement le remettre en question par les fait. Bin non le raisonnement scientifique de base c’est : l’homme étant intrinsèquement mauvais le changement climatique ne peut être du qu’à sa mauvaiseté et il convient donc ce punir l’homme pour ce forfait. Donc, retour à l’âge de pierre. Plus obscurantiste, c’est difficile à trouver. C’est comme le conflit en Ukraine : depuis 3 mois on nous explique que bien sûr les russe vont perdre parce qu’ils sont méchants et qu’ils doivent perdre. Pour le moment, ils ont plutôt l’air de bien s’en sortir. Tout ceci pour conclure que les opinions – jamais interrogées sur leurs fondements – que relaient les médias sans discernement sont d’une incroyable puérilité et sont le signe d’un régression scientifique culturelle et morale de grande ampleur. On est mal patron, on est vraiment mal.

    1
    1. Avatar de Paul Jorion

      Ce qu’on essaie de vous faire comprendre, c’est que le cadre du problème que vous essayez de résoudre, n’a de rapport ni avec la manière dont le monde est, ni avec la méthode scientifique en tant que telle, mais avec la manière fautive dont vous raisonnez, vous personnellement .

      5
      1. Avatar de CloClo
        CloClo

        Sans être Stalinien, on peut se demander ce que peut bien comprendre Richelieu en la matière. Et pourtant du haut de son ignorance crasse et puérile il pérore comme à son habitude. Et il se croit malin !

        Comme pour le conflit en Ukraine il croit encore que l’agresseur c’est l’Ukraine. Comme ce vieux oncle un peu débile et lourdingue qui en fin de repas vient toujours chier sur la table du haut de sa cuvette, et qui fait honte à tout le monde. Mais que faire, hein tonton, à part t’en mettre dans le corné jusqu’à plus soif afin que tu la fermes noyé dans ton vomi. Mon dieu le doute m’habite en te lisant tonton, pauvre tata obligé de se coltiner pareil idiot…

    2. Avatar de François Corre
      François Corre

      @Richelieu
      Avez-vous essayé l’eau fraîche… ? 😉
      https://twitter.com/HashtagSciences/status/1154688524442099712
      (Canicule USA 2018)

  27. Avatar de Khanard
    Khanard

    bon bin mes commentaires continuent de disparaître corps et bien . Le pire c’est que celui-ci peut très bien disparaître aussi ; cocasse non ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Contact

Contactez Paul Jorion

Commentaires récents

  1. Euh, mes collègues (à ce lien https://www.inp.cnrs.fr/fr/cnrsinfo/simuler-les-etonnants-effets-visuels-des-surfaces-nanostructurees) se sont attaqués à la reproduction de textures réalistes (effet de translucidité, etc.).…

Articles récents

Catégories

Archives

Tags

Allemagne Aristote bancor BCE Boris Johnson Bourse Brexit capitalisme centrale nucléaire de Fukushima Chine Confinement Coronavirus Covid-19 dette dette publique Donald Trump Emmanuel Macron Espagne Etats-Unis Europe extinction du genre humain FMI France François Hollande Grèce intelligence artificielle interdiction des paris sur les fluctuations de prix Italie Japon John Maynard Keynes Karl Marx pandémie Portugal robotisation Royaume-Uni Russie réchauffement climatique Réfugiés spéculation Thomas Piketty Ukraine ultralibéralisme Vladimir Poutine zone euro « Le dernier qui s'en va éteint la lumière »

Meta