La trumpisation de Boris Johnson

Une commission avait été mise en place qui établirait si oui ou non, Boris Johnson avait enfreint les règles du confinement à l’époque où il était Premier ministre du Royaume-Uni, les photos ne manquant pas des diverses fêtes ou « parties » qu’il avait organisées derrière des volets clos, d’où le nom de « Partygate » qui avait été attribué au scandale.

Johnson a anticipé les conclusions de la commission en démissionnant de son poste de parlementaire le 9 juin. Le rapport a été connu hier, il aurait préconisé la suspension de son mandat pour 90 jours, qui n’étaient que 20 jours au départ mais avaient été gonflés à 90 en raison de ses ingérences dans l’enquête.

Les députés doivent entériner lundi les conclusions de la commission, ce qui à une époque récente se serait encore fait dans le calme au Royaume-Uni, or ce n’est plus le cas : les députés soupçonnés de manifester leur défiance envers Johnson sont victimes d’une campagne d’intimidation de la part de ses partisans. Accusation insigne envers les ennemis de Johnson : vouloir renverser le Brexit, alors qu’un retour au sein de l’Union européenne aura nécessairement lieu à terme vu la catastrophe économique que le Brexit s’est révélé être (comme annoncé, ici même en particulier), même son partisan le plus farouche, Nigel Farage, à la tête du UK Independence Party, l’ayant admis.

Effet du hasard sans doute, les plus fervents soutiens de Johnson sont les parlementaires qui ont été anoblis par lui dans le post-scriptum de sa lettre de démission du poste de Premier ministre. Bien entendu, les députés Conservateurs voulant éviter l’ire des partisans de Johnson pourront se faire porter pâle lundi, avec l’inconvénient cependant qu’ils grossiront ainsi indirectement la majorité entérinant le blâme adressé à l’ancien Premier ministre.

Trumpisation de la vie politique au Royaume-Uni. On pourrait tout aussi bien dire « fascisation ».

Partager :

3 réponses à “La trumpisation de Boris Johnson

  1. Avatar de Paul Jorion

    The Guardian (16/6/23 : 10h05) :

    Boris Johnson a demandé à ses alliés de ne pas voter contre le rapport de la commission des privilèges sur le « Partygate », lundi, lorsque les députés décideront de l’approuver officiellement.

  2. Avatar de konrad
    konrad

    Voilà bien un des symptômes de notre effondrement, la victimisation des édiles politiques – qui ne sont plus que des comptables ou des marchands – sans aucune dignité ni culture, voire élégance.
    Nous assistons depuis Reagan et Thatcher à la dégénérescence de la politique et à l’effondrement de nos sociétés dont le seul horizon est ; pognon, profit, PIB.
    Comment voulez-vous que réagissent les électeurs face à de tels agissements indignes d’un représentant de l’état ?
    Déni, ressentiment, colère, m’en foutisme, écœurement… Que vaut le réchauffement climatique devant tant de prévarication ? Deux lignes dans le journal, c’est bientôt les grandes vacances.

  3. Avatar de Emmanuel
    Emmanuel

    Le Monde titre plusieurs fois sur le réchauffement climatique….faut bien se rendre à l’évidence. Quand à la crédibilité des hommes politiques, ben….A la liste que vous (@konrad) indiquez, il faudrait rajouter « démission ». D’ailleurs, avec une ambivalence de la démarche, car, pour une part, cela ne fait qu’aggraver les choses….

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Contact

Contactez Paul Jorion

Commentaires récents

Articles récents

Catégories

Archives

Tags

Allemagne Aristote bancor BCE Boris Johnson Bourse Brexit capitalisme centrale nucléaire de Fukushima Chine Confinement Coronavirus Covid-19 dette dette publique Donald Trump Emmanuel Macron Espagne Etats-Unis Europe extinction du genre humain FMI France Grèce intelligence artificielle interdiction des paris sur les fluctuations de prix Italie Japon John Maynard Keynes Karl Marx pandémie Portugal psychanalyse robotisation Royaume-Uni Russie réchauffement climatique Réfugiés spéculation Thomas Piketty Ukraine ultralibéralisme Vladimir Poutine zone euro « Le dernier qui s'en va éteint la lumière »

Meta