LE GARS QUI SE FÂCHE ET QUI A RAISON

Il a fait des vidéos depuis le début de la crise à la centrale nucléaire de Fukushima, vidéos que j’ai regardées. Sa colère était d’abord contenue. Elle ne l’est plus. Et c’est parfois quand on se fâche qu’on parle le plus juste, parce qu’on dit « ce qu’on a sur le coeur », selon l’expression consacrée. On parle avec passion.

Je ne suis pas d’accord avec tout ce qu’il dit, mais qu’importe : le faire voir et le faire entendre est un devoir.

Partager

420 réflexions au sujet de « LE GARS QUI SE FÂCHE ET QUI A RAISON »

  1. Fukushima a pratiquement disparu de la presse française, et pour cause ! le Sarko, après l’éviction de la responsable d’AREVA, va enfin constituer une équipe qui pourra accélérer le démantelement…de la sécurité nucléaire ! d’accélérer la sous-traitance, de camoufler encore plus les incidents à répétition… »les marmites du diable » rapportent gros, très gros pour une minorité qui a déjà préparé ses bases de repli au cas où…
    Face au Mur : ils accélère en regardant l’évolution du Cacarente !

  2.  » Ne vous demandez pas ce que l’Amérique peut faire pour vous, mais demandez vous ce que vous pouvez faire pour l’Amérique !  »

    Méditez ceci vous tous qui parlez fort !

    Moi j’ai agit, j’ai installé 6kWc de panneaux photovoltaiques sur mon toit l’an passé !

    Et comme je m’attends déjà à des réactions du genre, bilan énergétique du PV en Europe, sachez qu’il est positif, très positif et qu’un panneau donne plus d’énergie lorsqu’il est bien froid que lorsqu’il est bien chaud.

    J’ai produit 3MWH en 5 mois cette année.

    On a le monde que l’on mérite ! Il est temps d’agir au lieu de crier ou de bavarder !

    1. @Le pirate de Wall Street

      j’ai aussi 3KWc sur mon toit , depuis 1 an , produit 3672 kw ,
      sachant que je vis seul mais que je suis artisan charpentier avec 3 salarier , chauffe eau électrique et poêle de masse ( j’y passe toutes les chutes de bois ) et que mon atelier avec toutes les machine ( scie a ruban , raboteuse , dégauchisseuse fonctionne sur le même compteur j’ai consommé 3860 KW ce qui me fais un bilan négatif annuel de 198 KW que je trouve déjà pas mal .
      je suis en train d étudier la faisabilité d’une éolienne , non pour faire de l’électricité directe , mais plutôt pour faire de l’air comprimé qui est d’un stockage plus aisé . ( et technologiquement plus simple )

      bien a vous amis solaire 🙂

      1. Enfin qqn qui parle de l’air comprimé ; imaginez que le réseau de gaz de ville pourrait servir a alimenter toutes les maisons…… Avec votre air comprimé vous allez avoir des calories et des frigories à récupérer à la production et à l’utilisation donc la clim en plus du chauffage 😉

      2. Nemottep,

        Bravo pour ton dynamisme et ta volonté d’aller de l’avant.
        Cela me change de tout ce que je lis trop souvent ici « beaucoup de critiques mais peu de propositions réalistes et constructives ».
        Personellement, je ne connais personne qui regrette d’avoir fait le pas vers le solaire.
        J’en remettrai certainement encore lorsque les nouvelles génération de panneaux au titane sortiront. Ils annoncent un rendement 5 fois supérieur à celui de nos panneaux actuels au silicium !
        http://www.energies-solaires.org/wp/47/nano-cellule-solaire-revolution-energie-solaire/

        Bonne soirée et merci pour ce geste de la part de mes enfants.

        Saint Exupéry a dit plein de belles choses mais notamment ceci: « On n’hérite pas la terre de nos ancêtres, on l’emprunte à nos enfants »

        Je sais que cette citation n’est pas directement de lui, il l’a traduite d’un proverbe des indiens d’amérique. Mais il aimait le monde et ses citations (de lui ou reprises par lui ) sont toutes plus belles les unes que les autres.

      3. Pourquoi ne jamais envisager la géothermie ? Trop simple pour les esprits complexes ?
        On cherche du pétrole à 12 000 mètres et on ne sait pas chercher de la chaleur à 800 !!!!!
        Giscard aurait pu nous pondre un curium écolo dans les volcans d’Auvergne de son « Vulcania ».
        Il a préféré les intérêts de la famille de sa femme…….

      4. @Nemottep.
        Je défends l’idée de l’éolienne non élec sur « OLEOCENE » depuis longtemps , sans grand succes .
        Il me parait évident qu’il est stupide de passer par l’interface électrique .
        Je prends l’exemple d’une installation maraichère /agricole moyenne . Elle a besoin de chaleur (serres) , de FM /levage , de petit froid (frigo) et de grand froid (conditionnement) ….
        Des éoliennes peuvent tres bien fabriquer directement de l’air comp. pour des palans , des charriots elevateurs , des rideaux d’air , des perceuses etc … de la chaleur rien qu’en régulant/freinant la vitesse ds un circuit primaire -bain d’huile avec le système régulateur (type a boules) , le compresseur fabrique du froid sans soucis de régulation de vitesse ,
        Le froid , le chaud et l’air chaud sont effectivement des stockages energetiques interessants …de plus l’ elec peut etre l’energie secourue en cas de manque de vent et les arbres moteurs peuvent etre equipés de géné qui soutiennent un réseau local .
        L’interet est l’implantation d’une ferme sur un site eolien , d’ou une production hyper localisée .

      5. Bizarrement, personne, je dis bien PERSONNE ne va faire une étude détaillée sur la rentabilité d’une installation…

        Tout comme les éoliennes qui ne produisent que trois jours sur 5 pendant les mois les plus venteux.
        Ou qui me parlera du prix des pièces détachées car n’importe quelle installation vieillit… et a une durée de vie.
        Le prix des panneaux solaires, aussi…
        Car si c’est sponsorisé par l’état, c’est sur les impôts de tout le monde.

        « écologie »…???

      6. Hhmm… au fait.
        Le prix de l’électricité solaire est le plus élevé et n’est surpassé que par … les piles chimiques.

      7. Je m’étais interessé il y a longtemps aux moteurs à air comprimé. Il y a d’ailleurs eu des prototypes de voitures avec de tels moteurs (ingénieur Nègre). Malheureusement, du aux principes physiques incontournables de la thermo dynamique, le rendement global compression (dans une station fixe) décompression (pour produire de l’energie mécanique, mobile éventuellement ) est dérisoire. Ce qui suppose donc une source d’energie primaire abondante et bon marché pour accepter d’en perdre beaucoup à cause du rendement. Or il n’y a guère que le pétrole ou le nucléaire dans ce cas. Ce qui ne fait pas avancer le pb!
        Pour stocker l’energie de l’éolienne vous aurez le meilleur rendement en stockant de l’eau dans un reservoir naturel ou artificiel et produire de Electricité avec une turbine/alternateur. Ce que fait en partie EDF en remontant de l’eau dans des barrages dans certaines circonstances.

      8. @ Yvan : vous vous énervez et sûr de votre logique économique que je partage, vous en arrivez à dire ces choses fausses ou approximatives.

        L’éolien, surtout l’éolien off shore est beaucoup plus productif que vous le dites. Il faut arrêter de faire peur aux gens avec cette question d’intermittence. Le mix énergétique entre les ressources peut la résoudre sans problème. Sortez de votre schéma, le nucléaire ou rien, il faut diversifier.

        eh dites moi, le nucléaire il a pas été subventionné par hasard ? qu’avez vous contre les subventions ?

      9. @Alberique de la thermo dynamite !
        En 2008 on parle de Nègre au jt……
        c’est cette fois sur tf1 que Guy Nègre parle de son projet
        « Le concept avance, peut-être dès cette année si personne ne lui met des bâtons dans les roues »
        http://leweb2zero.tv/video/rikiai_894824e29ade014

        Et plein de vidéo pour ne pas dire trop de bêtises sans manquer d’air……
        Que des avantage ? Presque, si l’on compare à d’autres technologies beaucoup plus complexes.
        Trop simple.
        http://leweb2zero.tv/search/voiture_air_comprim%C3%A9

      10. Didier,

        Je ne m’énerve pas. Simplement, avec un minimum de contrôle de gestion, tu pourrais aussi savoir que le téléphone et la SNCF ont été sponsorisés par l’état.
        Mais eux, sont rentables… Car construits à l’échelle d’un pays et non de petites installations pour particuliers qui sont des gouffres financiers.

        Alors, oui, je sais que tu me contrediras systématiquement et je sais pourquoi. Mais tu ne gagneras pas contre la logique de l’ensemble.
        Les gens ne sont pas si cons que tu le voudrais.

      11. Pour l’ air comp. , les grosses boites qui sont obligés de l’utiliser pour les locaux BE3 et BE2 (risque explosion et incendie) , boites d’aviation , poudreries , indus petroles etc ….du coup l’utilisent ds tous leurs locaux . La distribution par tuyaux , les moteurs ultra simples , faciles a dépaner etc ….
        Des sites ricains parlent de compresseurs en haut du mat pour redistribuer l’air comp. D’autres sites parlent d’un stockage en profondeur ds des cavités petroles ou gaz ……Comme le froid , le volant de reserve peut etre de plusieurs jours , ou avec tres peu d’elec ou fossile pour maintenir pression ou froid .

      12. @ voir sur les reportages Arté

        Le meilleur moyen actuel peu cher pour stocker de l’énergie c’est :

        un lac en bas, un lac en haut (artificiel ou pas), un système de pompe qui remonte l’eau lorsque l’énergie produite est en excédant, un turbine dans l’autre sens quand l’énergie manque….(technologie Allemande), fallait y penser…
        Pas bête l’abeille….

      13. @Noux
        Vous décrivez le principe du barrage hydraulique. Ça n’a rien d’Allemand, ça fait 80 ans qu’on en fait.

      14. @ Erka

        J’crois pas que vous ayez bien lu l’énoncé….

        un barrage n’a qu’un sens de fonctionnement, la descente, la gravité quoi.
        Ici, lorsque l’énergie produite est excédante en journée (solaire) , les pompes remontent l’eau au lac(stockage d’eau) supérieur.

        comprenez vous la nuance?

        PS: les barrages hydrauliques sont bien plus vieux que 80 ans croyez moi…

      15. @ noux
        Un lac, c’est exactement comme du capital !
        Un lac, c’est une insuffisance de ressource en eau dans la consommation…….
        Faut donc supprimer les lacs qui comme le capital sont une accumulation inutile de ressource.

      16. oui supprimons les lacs, les océans, et les arbres aussi.

        Je ne comprends pas vraiment votre argument, poétique s’il en est, mais n’ayant ni queue ni tête.

        Votre argument sur la spéculation et le restriction de l’eau dans le cadre d’un barrage en cycle fermé ne peu pas se traduire par un diminution de l’eau dans le réseau, mais bien par une réelle stratégie écologique de stockage de l’énergie et indirectement du stockage de l’eau.

    2. moi je suis sur une péniche…
      j’ai installé 10 panneaux photovoltaiques de 175W….
      j’ai 12 batteries de 6 volt
      j’ai installé le tout par mes propres moyens et « sans » subvention de l’état puisque
      je suis sur un bien mobilier (bateau)
      et que je ne peux revendre à Edf donc ça m’a couté « bonbon »
      (j’ai du acheté tout l’equipement en allemagne, (3X moins cher) puisqu’en France
      on multiplie les prix par 3 (facture et devis à l’appui – 17OOO euros de devis en france – 6000 euros à l’achat en allemagne ) puisque à l’époque,
      il y a 1 an et demi il y avait les crédits d’impôt, je ne sais pas si il y en a toujours)

      Donc il faut savoir que TOUS les français payent (payaient) à travers leurs impots pour tous ceux qui s’équipent (s’equipaient) en panneaux photovoltaiques aux travers des crédits d’impots….

      !!!!!!!!!
      je ne dis pas que je suis contre….
      je reprends juste la phrase:
      « On a le monde que l’on mérite ! Il est temps d’agir au lieu de crier ou de bavarder ! »
      et que rien n’est si simpliste…..

      Mais bref…

      Resultat, ça me suffit en électricité (sauf en hiver quand il fait vraiment trop moche trop longtemps)
      mais bon je n’ai ni four microonde, ni aspirateur, ni four classique (gaz) ni appareil à résistance quelconque, ni clim, ni congélateur etc…
      pour la tartiflette (je suis haut-savoyard d’origine) et pour tous les outils je dois mettre
      le groupe electrogène en route….

      1. @Coco,

        C’est encore plus beau de l’avoir fait sans subventions.
        D’autre part pour ceux qui paient des impôts, je trouve normal qu’ils puissent déduire ce genre d’investissement de leur revenu imposable. On paie déjà assez d’impôts comme cela et lorsque l’état vous propose un cadeau comme celui-là, ce serait stupide de ne pas en profiter.
        Il faut récompenser les actes citoyens.

        Si je ne me trompe pas, en habitant sur une péniche on ne paie pas d’impôts. Non ?

        Bonne soirée,

        Une autre de St Ex: «Chacun est responsable de tous. Chacun est seul responsable. Chacun est seul responsable de tous.»

      2. « Donc il faut savoir que TOUS les français payent (payaient) à travers leurs impots pour tous ceux qui s’équipent (s’equipaient) en panneaux photovoltaiques aux travers des crédits d’impots…. »

        ‘Jacques paye 100 euros d’impôt
        Jean paye 100 euros d’impôt.

        Jean installe du photovoltaïque chez lui et bénéficie de 50 euros de crédit impôt. Donc Jean ne payera plus que 50 euros d’impôt.’

        Si j’en crois votre raisonnement, Jacques payerait 50 euros d’impôt supplémentaire pour pallier le crédit impôt de Jean ?

    3. C’est bien les gars… mais la jouer perso ne suffira pas. A combien êtes-vous de la centrale la plus proche et donc du risque d’accident nucléaire ?

      1. Environ 70 km. Elle s’appelle Fessenheim, comme le douteux bled qui l’héberge.
        Je ne m’en souviens pas, mais j’ai manifesté contre sa construction, avec mes parents et bien d’autres. On était resté plusieurs jours sur place. Aujourd’hui, plus de 30 ans après, elle fonctionne toujours, elle est vétuste et collectionne les incidents. Et comme si ça ne suffisait pas, elle est construite sur la plus belle faille sismique d’Alsace! Celle qui a détruit la ville de Bâle en 1356.
        Il ne doit plus y avoir beaucoup de gens en Alsace qui sont contre sa fermeture, mais pour le moment, les élus locaux et les caciques d’EDF ne semblent pas du même avis.
        Ces braves gens devraient comprendre qu’en cas d’accident grave, ils auront des comptes à rendre, devant la justice, ou le peuple!

      2. Merci pour votre réponse. Mon commentaire répondait plus particuliérement à ceux nemottep et au pirate de wall street…
        En ce qui concerne vos élus locaux, j’espère que vous pourrez leurs faire comprendre qu’ils ont aussi des comptes à rendre à leurs électeurs sans « l’appui » d’un accident nucléaire majeur.

    4. « On a le monde que l’on mérite ! « …Et d’ajouter la gueule que l’on mérite…Ou encore ta gueule, c’est ton passeport, me disait toujours Jean-Philippe, un seul « L » et deux « PéPé »…Why did I say that?… Asking yourself? …Juste…For the moment ..Now…I « di’d?n’t realy live this part of my life, and it was for me… La révélation…De ne savoir rien d’autre, que ce qui est moi-même…Ou encore moi m’aime!…(°!°)

    5. C’est bien mais comment fait-on dans un immeuble collectif en ville ?

      Ca coûte combien en France ? Il y en a partout ailleurs mais en France les PV sont très chers, même avec les subventions ou déductions d’impôts (qui diminuent d’ailleurs).

      Oui, le nucléaire est une mafia en France. C’est le contraire de la démocratie.

      1. @Enrique,

        Dans un immeuble collectif en ville, on peut toujours en parler au « syndic ».
        Pour ce qui est des prix, il faut faire le calcul, chaque cas est différent mais en ce qui me concerne ce sera rentabilisé en 4 ans.

        Bien à toi,

        Une autre de St Ex: « N’espère rien de l’homme s’il travaille pour sa propre vie et non pour son éternité. »

      2. @ pirate, je parle de pv monocristallin de fabrication Allemande (pas chinoise) avec intégration en toiture (système sans fuites) + onduleur + main d’œuvre.

        Je vous transmettrais l’adresse de l’entreprise pour la quelle je travail et qui œuvre dans les énergies nouvelles (PAC aqua/géo/aérothermie, VMC double flux, puits canadiens ainsi que dans l’isolation (ecolo, BBC Passif, neuf ou rénovation!), si vous le désirez.

    6. @ Yvan

      Rentable ? Une installation rentable ?

      Dans un monde ou plus y a de flux, plus y a de profit, la meilleure installation ne sera évidemment pas rentable.

      Comme dit Ventura dans les Barbouzes (j’ai pas retrouvé l’extrait)

       » Tu as pris conscience : L’argent-tu-le-méprises ! « 

      1. @ tous
        (@yvan,@Pierre@ quelqu’un)
        la réponse à la plupart des questions sur la geothermie, l’eolien plus ou moins intermittent, le surcout du photovoltaique suivant les régions, tout cela est assez bien documenté en anglais sur le site de David McKay, conseiller environnementaliste UK, donc les chiffres se rapportent à UK plutôt que DF (Douce France), mais part ça, c’est très bien.

        La géothermie : la roche ne conduit pas la chaleur assez bien (est dispo sur un an la chaleur d’une couche de 2.5 de terre autour du capteur (cave à 2.5 sous terre = cave stable en température, grosso modo). Le flux de chaleur montant n’est pas si grand que ça, il fait chaud dans les mines parce que ce flux chaud ne s’évacue par. Il a d’ailleurs une assez faible influence sur le bilan thermique de l’atmosphère, n’était-ce les zones de rift et type islande, pas si rares, où le flux devient infiniment plus important que dans les marnes des contreforts de l’hurepoix.

  3. Ce mec est absolument génial !

    J’adore : « y aura plus que des dosimètres qui font Bip bip bip … ! » Excellent !

    Merci et révérence.

    1. Ce français sait communiquer et qui est responsable.
      Imaginez dans la campagne présidentielle. Autre que chose que Hulot, converti pour l’élection,
      ou Eva Joly…

    2. BIB_BIB_BIB_BIB_BIB_BIB_BIB_BIB_BIB_BIB_BIB_BIB_BIB_BIB_BIB_BIB_BIB_BIB_BIB_BIB_BIB_

      Oui, merci Citoyen-réveil, on va bouger

      On va lancer des PARLEMENTS – CITOYENS partout, à tous les niveaux,
      en dehors des politicards: un orateur= 3 minutes comme à MADRID, ATHENES, etc…
      Relayé par écrit sur le net: ce qu’il a dit,
      on vote pour ou pas, son idée émerge ou pas, pas de grandes geules, etc…
      & On retient la crême des idées pour tutoyer l’hyper-klasse qui nous bouffe sur pied…

      Le moindre accident nucléaire, même mineur-moyen &

      LA FRANCE PREMIERE DESTINATION TOURISTIQUE MONDIALE, C’EST KAPUT!!!!!!!!
      et c’est rien par rapport à regarder nos enfants dans les yeux….après….
      Adieux Roquefort, Vôhne-Romanée, les Gorges du Verdon, les W.E au Crotoy (dixit Bernard Blier dans « un idiot à Paris ») et la Madelon, Y A PLUS RIEN à BOIRE l’horreur pour toujours !!!!!!!!!!

      Il est presque trop temps de bouger, ICI & MAINTENANT

      BIB_BIB_BIB_BIB_BIB_BIB_BIB_BIB_BIB_BIB_BIB_BIB_BIB_BIB_BIB_BIB_BIB_BIB_BIB_BIB_BIB_

  4. des cris de colères comme cela sont nécessaires
    personnellement je suis parti d’EDF et ai choisi enercop comme fournisseur d’electricité
    il faut que de plus en plus de gens agissent en ce sens
    oui ce qui se passe au Japon est catastrophique

    1. Tepco est un opérateur privé. Plutôt que de quitter EDF, faites en sorte qu’il redevienne complètement la propriété des citoyens, si vous voulez un peu de sécurité…

      1. Surtout que l’électricité qu’il reçoit, il y a 9,9 chances sur 10 que ce soit EDF qu’il l’ai produit. Donc comme vous le dites, faisons en sorte que ça redevienne publique

      2. peut-être en suggérant des réseaux d’énergie à l’échelle du local, comme par exemple municipal, ( celui de l’arrondissement dans les grandes villes, petite municipalité, bourg, village….)

    2. Je suis dubitatif sur ENERCOP. Dites nous grizzly, de combien votre facture a t-elle été augmentée ? On me dit 20% en moyenne. Est-ce vrai ? A l’heure où en France tant de gens ont encore un accès difficile à cette énergie …… je m’interroge.

      1. Il faudra choisir. C’est un tort de vouloir le beurre et l’argent du beurre.

        Enercoop est un des rares producteurs ne fonctionnant pas par échange de crédit d’énergie renouvelable avec edf.

  5. Attention, Youtube n’est évidemment pas neutre. Cette vidéo fut censurée dès sa mise en ligne, il y a longtemps.

    En espérant qu’elle y re-reste libre le plus longtemps possible.

    1. J’avais envoyé le link youtube a des amis par mail, le lendemain le link renvoyait a une video supprimée dixit by the user. Peut le gars s’est repenti de son coup de gueule aussi et puis il doit falloir un visa pour rester au Japon…. Et j’imagine que les autorité de là bas son pas vraiment coulantes sur le sujet en ce moment…. C’est peut être une vâcherie qu’on est en train de lui faire de relayer cette video mais sa colère est juste alors……

      1. @ Dup: link, mail,dixit by the user ???
        On dirait que le français est insuffisant pour exprimer une idée aussi simple!

        André Lorimier
        Deux-Montagnes Québec

    2. A propos de sa censure, il semble que ce soit en fait lié à d’autres de ses vidéos où il fait des reprises à la guitare. Il semble que la modération sur ce type de chose soit de plus en plus radicale, même pour les petites vidéos.

  6. Il est effectivement intéressant de voir combien le sujet est passé à l’arrière plan dans l’actualité, tant bien que les choses soient toujours loin d’êtres réglées… Hum.

    10e de frais par mois pour éviter que les gamins choppent des cancers en masse, c’est vrai que c’est un investissement de taille. F* de G*…
    Mais le chiffre avance est-il vraiment fiable? Je veux dire vis-à-vis de nos possibilités de production d’électricité hors nucléaire comparé à la consommation actuelle? Je veux dire par la qu’il ne me semble pas que l’état actuel des installations nous permette, a consommation équivalente, de nous passer du nucléaire. Question de mode de vie avant tout je crois. (société de surconsommation, basée sur l’ère du jetable et le crédit à outrance)

    Il n’y a pas que le modèle économique qui est a revoir… Hon hon.

    1. Est-on certain qu’une diminution de la consommation électrique soit nécessairement lié à une baisse, non pas de la consommation, mais de l’utilisation de cette consommation.
      Supposons que l’on impose au constructeur de fabriquer des objets garantis 5 ans et non des objets garanties 1 an qui tombent en panne peu de temps plus tard. La production de cette consommation couterait pas loin de 5 fois mois en énergie, et son utilisation serait plutôt meilleure que l’utilisation actuelle, car ils tomberaient moins souvent en panne. Comme ils seraient garantis 5 ans, au lieu de les remplacer, ils seraient réparés. La consommation d’énergie et de matières premières seraient donc remplacées par une consommation de main d’œuvre et ceci avec beaucoup moins de déchets. Ainsi, avec une consommation moins importante d’énergie et de matières premières, et une production inférieur de déchet, on ne se priverait absolument pas, et la qualité de vie serait plutôt supérieure.

      1. La quantité d’énergie nécessaire aux fabrications de tous les appareils d’usage courant est largement sous estimée à mon avis, il n’y a pas vraiment de bilans pouvant évaluer le volume exhaustif d’énergie nécessaire à la construction d’un appareil.
        Quel qu’un, peut-il me dire le rapport entre la quantité d’énergie nécessaire à la fabrication d’une batterie de portable Ion-lithium, par exemple, ( il est bien évident qu’il faut tenir compte de l’ énergie nécessaire à l’extraction des minerais et aussi de leur transformation) à la quantité totale de l’énergie reconstituée sans tenir compte de l’énergie de recharge, il me semble pourtant que cette information est absolument nécessaire pour la mise en place d’une politique intelligente et rationnelle des possibilités d’économie d’énergie possibles.

      2. Je n’ai pas su retrouver la source, mais il y a eu il y a peu une étude sur le bien fondé du gadget type iPhone qu’on remplace si rapidement.
        Malheureusement pour le modèle du réparateur dans son atelier qui embue encore mes yeux quand sons souvenir se présente, il se trouve que la complexité des gadgets actuels type iPhone fait que l’efficacité énergétique est franchement faiblarde dans les premières générations, et s’améliore peu à peu sur des échelles genre 10ans, échelles auxquelles ces gagdets sont passés à la célébrité o à la mort.
        Du fait de l’amélioration ultérieure de l’efficacité énergétique, il devient rentable de changer le gadget en question, disait l’étude, en recyclant raisonnablement l’ancien (à 75% de mémoire).

        Dans la même eau, le meilleur usage qu’on puisse faire aujourd’hui d’un cm2 de puce semicdoncutrice haut de gamme opotélectronique, c’est d’en faire 1 cm2 de LED (100 LEDs) plutot qu’un 1 cm2 de cellule solaire, même au foyer d’un concentrateur. Le premier cas « positive » plus que l’autre ne produit d’énergie !

  7. M. Jorion, vous avez raison, comme souvent. Même sans être d’accord avec tout « le faire voir et le faire entendre est un devoir », comme vous dites.
    Merci,
    Mor.

  8. Salut,

    A quand une vidéo d’un Francais ou d’un occidental qui s’indignerait des crimes fait en son nom en Afghanistant, Iraq, Somalie, Lybie, Yémen, etc… ?

    Nous somme dirigé par une oligarchie qui ne comprends qu’un seul mot : le profit.

    Tous les petits désagréments que cela implique (destruction de la nature, de vies humaines ou de cultures entières) n’est qu’un petit mal nécessaire ?

    Désolant…

    @++

    1. « A quand une vidéo d’un Francais ou d’un occidental qui s’indignerait des crimes fait en son nom en Afghanistant, Iraq, Somalie, Lybie, Yémen, etc… ? »

      Ils y pensent et puis ils oublient, c’est la nature humaine. Si le risque n’est pas direct, pour toi et ta famille, c’est difficile de vraiment s’émouvoir, surtout s’il n’y a pas d’images choc. Au mieux, souvent, ils vont te faire une chanson triste pour les soldats qui meurent en Afghanistan dans une guerre que ces « pauvres petits » ne comprennent pas. Normal, les soldats sont parfois des voisins ou des gens de la famille, sinon ils s’en foutraient aussi. C’est pas propre aux occidentaux tout ça.

  9. Il est énervant et ça dessert son message.
    Beaucoup de réactions négatives sur youtube à ses vidéos à cause de ce ton insupportable asséné pendant 15mn.

    1. Un jour avec l’école on est allé voir Guernica au Prado, j’avais 14 ans, vous avez raison c’est insupportable…….

    2. Curieux.
      Moi, il ne m’a pas énervé, car il parle avec les tripes, comme il le sent.
      C’est si rare et si précieux.
      Et sur le fond, il a tellement raison.
      Dehors l’oligarchie nucléocrate!

      @ Dup: au même âge, à 14 ans, j’ai vu une expo sur les camps de concentration.
      L’inverse de ce que j’imaginai, évidemment, avec une éducation humaniste
      J’ai passé après des mois dans la biblio municipale pour comprendre,
      remonter aux racines et aux causes du nazisme.
      J’ai découvert la crise, et la façon dont l’oligarchie l’a résolue,
      avec Hitler.
      Cette exposition m’a ouvert les yeux sur les rapports de production capitalistes.
      En lisant Marx quelques années plus tard, puis Lénine, et autres combattants,
      je n’avais plus qu’à dire: ces gars là avaient compris avant moi…

    3. @Tatsuya
      Le niveau des commentaires sur youtube est désespérant de débilité et de méchanceté, racisme etc… Le 95% devrait être supprimé. Drôle de référence que vous avez là. Ceci-dit vous avez le droit de ne pas aimer le style de cette personne, tout comme je n’aime pas le vôtre. Je ne vous qualifie pas pour autant d’insupportable. Cet homme a sa personnalité, et ne va pas en changer pour vous. Si vous ne supportez pas la forme, concentrez-vous sur le fond!

  10. Bien d’accord avec vous. Je voulais la poster ici mais vous avez été plus rapide que moi. Merci
    Oui, cet homme parle vrai et ce qu’il dit est juste. Elle est proprement terrible et l’on mesure l’enfer sous -terrain qu’il est en train de vivre. Je l’ai vu il y a deux jours et elle me déchire encore.

    L’ indécrottable inintérêt de nos contemporains pour les problèmes d’aujourd’hui me sidère, chaque jour, un peu plus. Sur l’explosion nucléaire de Fukushima et  » le reste  » – Parlant à une personne très éduquée de la Méga-Crise que nous vivons et du déroulement de tous ses linéaments et des conséquences en cours ou potentielles, on m’a rétorqué  » ha, oui ? je n’ai pas vraiment suivi  » ( ! ) – Comme si nous regardions un film à la télé…. et que l’on aurait raté plusieurs épisodes ! A croire que certains s’imaginent que la réalité est une simple représentation et qu’il n’ y sont pas intégrés. Que ces phénomènes présents tout compte fait, ne les regardent pas vraiment.

    1. Vous êtes à coté, là…. On ne peut pas s’informer sur tout, avoir un avis sur tout etc etc…. a moins de vouloir se faire péter la cafetière, parce qu’entre la crise et ses innombrables dossiers (des SDF américains des Subprime au démantèlement de la Grêce), aux wat-mille conflits ayant cours sur la planète (Du Soudan à la frontière Thaï-Cambodgienne), en passant par les exactions des multinationales, le droit des travailleurs, le monde moderne et ses effets sur la santé et blablabla et blablabla….
      C’est un mal très contemporain d’être informer (correctement ?) sur Tout (merci les NTIC), d’être harcelé sans arrêt par les mauvaises nouvelles et toutes les saloperies qui se déroulent d’un bout à l’autre de la planète….. ce qui n’en règle aucune, de ses saloperies, soit dit en passant…

      1. Acte I – ëtre informé, facile de nos jours mais pas devant la téloche.
        Acte II – diffuser au plus grand nombre, l’union fait la force.
        Acte III – s’indigner
        Acte IV – s’engager, action

      2. @fatso
        Désolé du retard de la réponse mais on ne peut pas être au four et au moulin.
        y a k’à, faux k’on est une réponse inadéquate me semble t’il.
        Pourtant c’est effectivement facile d’appliquer cette recette, encore ne faut il pas partir perdant, ensuite il y a souvent des déceptions mais une réussite et le courage reviennent.
        Sinon on peut dire comme je l’entend parfois « Que veux tu que j’y fasse, on n’y peut rien, j’ai pas le temps ».
        Consacrer un peu de temps à s’informer sainement est un minimum et est à la portée de chacun, le reste suit naturellement.
        Ce blog ou le mensuel Alternatives Economiques sont déjà un bon départ.

      3. @fatso

        Vous êtes à coté, là…. On ne peut pas s’informer sur tout, avoir un avis sur tout etc etc…. a moins de vouloir se faire péter la cafetière

        Ben justement, il me semble que c´est ce que nous devrions essayer de faire, nous devrions avoir au moins un minimum compris les rouages et la question qu´on nous pose dans l´exercice de l´acte démocratique.
        Toute (pratiquement, si on prend en compte l´échelle temps) l´information est disponible de nos jours. Mais avec cette disponibilité, vient aussi le brouillage des cartes. Si on peut donner n´importe quelle information, on peut aussi donner n´importe quelle désinformation. On se trouve alors confronté à la nécessité de faire un travail de recherche de type journalistique.
        C´est effectivement lourd, cela demande beaucoup de temps. Surtout qu´on se rend bien compte que s´informer ne suffit pas mais qu´il convient ensuite d´agir, de s´engager, de se lancer dans cette lutte qu´est aujourd´hui l´exercice de la démocratie.
        Et là je rejoins Papiman quand il dit, à la manière d´un S.Hessel :

        Acte I – ëtre informé, facile de nos jours mais pas devant la téloche.
        Acte II – diffuser au plus grand nombre, l’union fait la force.
        Acte III – s’indigner
        Acte IV – s’engager, action

        Sur ce point, je voudrais redire (Papiman lui a répondu) @fatso qu´il ne convient absolument pas d´y voir un « y´a qu´à, faut qu´on » mais que s´est simplement une démarche naturelle, humaine.
        Ensuite, ce process peut être contrarié (et causer une frustration dans la psychologie du sujet) parce qu´on se sent trop faible pour pouvoir faire qqc, ou bien qu´on n´a pas le temps, trop pris que nous sommes par nos activités professionnelles, familiales, sociales, …
        Trop pris au point même qu´on renonce à s´informer, ne franchissant pas les étapes suivantes acte II, III et IV, ou alors, certains passent directement à l´acte IV en s´indignant contre un autre (groupe) quelconque parmi les êtres humains, au lieu de chercher les raisons écono-politiques de l´échec pattant de notre « vivre ensemble » à l´échelle de la planète déterminé par la dominance du culte du chef.
        Frat´ Vincent.

  11. Plutôt d’accord avec le point de vue général qu’il défend… mais j’ai l’impression qu’il s’est un peu trop nourri de films post-apocalyptiques, ça déssert son discours. Il y a bien d’autres vidéos de lui sur youtube, je ne comprend pas pourquoi ils ont supprimé celle-là. En tout cas ce n’est certainement pas la première fois qu’il laisse éclater sa colère : sur l’une de celle que j’avais vu, peu de temps après la catastrophe, il paraissait au bord de la crise de nerf (chose que je comprend tout à fait) mais prédisait aussi un holocauste mondiale……

    1. moi j’ai quand même un peu l’impression de vivre une époque pré-apocalyptique
      mais même des gens à l’avis plus mesuré expriment de inquiétudes ici par exemple

      ça se passe au ralenti, c’est rassurant pour l’instant … mais quand même …
      l’avenir est naze, politique de « petit épicier de m**** « , économie qui va avec, kulture avec ministère et starac, les gens ne s’aiment pas.

      il faut s’imaginer dans la situation du gars de la vidéo : tu sais qu’il y a quelque chose qui te tue, et tu ne peux rien y faire sauf bricoler pour te rassurer ou bien partir et encore, avec les vents les courants tout ça, ça circule.

  12. Le type m’a touché. Doublement. Ému, et puis touché là où ça fait mal.
    Vous faites quoi, les Français?
    Nous faisons quoi, les Français?

    Nous connaissons les réponses.
    – Planifier sur 20 ans maxi la sortie du nucléaire.
    – Fermer dès aujourd’hui les plus déglinguées des centrale.
    – Renationaliser la filière.
    – Développer les énergies alternatives, nombreuses et variées (trop de fois la même source d’énergie pollue forcément, d’une façon ou d’une autre).
    – Économiser l’énergie (j’ai failli l’écrire en novlangue « Développer les économies d’énergie. » Comme si « économiser » était un mot sale qu’il faut amender par un verbe positif…)

    Nous connaissons les moyens :
    – Faire pression sans relâche sur les élus.
    – Exiger d’eux le référendum d’initiative citoyenne, qu’ils ont voté, dont la loi organique n’est toujours pas sortie, et qui a permis aux Italiens d’imposer leur point de vue.
    – Faire pression sur les média.
    – et, il a raison, le type, le faire maintenant, avant que l’émotion soit tout à fait retombée.

    Nous savons que c’est difficile, long, chiant et qu’on a parfois l’air ridicule et obsessionnel.
    Nous savons que ça oblige à se coltiner des individus peu recommandables, élus auto-centrés, communicants d’Aréva, adeptes du macrobiotique, etc.
    Et qu’on est pas sur de gagner.

    Il existe heureusement une alternative. Elle fait « Beep, beep, beep ! »

    1. je penserais plutôt une alternative qui ferait : « et hop, et hop, … » ou « et houst, et houst…. » que beep, beep… »

  13. Sans préjuger des raisons de sa colère, je suis très heureux de découvrir son message ici. Et compte tenu du fait qu’il parle de l’endroit où la catastrophe est arrivée, alors que beaucoup se sont enfuis depuis, rajoute du crédit à son légitime coup de sang.

    La stratégie du choc employée fait que nous nous trouvons gouvernés par des peurs successives et non identifiables. Pensez donc que chaque année, nous avons droit à une attaque psychique concernant tel ou tel agent diabolique. Aujourd’hui, on est même terrorisés par son plateau repas, au point que d’inoffensives concombres et tomates peuvent nous terrasser.

    Imaginer donc qu’on puisse succomber à un concombre masqué ou une tomate tueuse, c’est une vie ratée et une mort ratée. Personne ne souhaite imaginer voir cela sur l’épitaphe d’un Colombo ou d’une autre personne. Et pourtant c’est ce qui nous subissons tout les ans, afin de nous empêcher de regarder réellement là où le feu brule et dévore tout autour de lui !

    Je suis atterré par le mépris que nous infligeons à la vie. Le nucléaire est, parmi les maux qui nous encerclent, le chemin par lequel on risque la mort de la naissance…

  14. une autre video INCROYABLE à regarder sur hiroshima
    et qui vient d’être posté sur youtube
    c’est celle-ci:
    YouTube – Tsunami Japanese inside a car! 津波日本

    Yu Muroga est un livreur-chauffeur…
    bien que coincé dans sa voiture lors du tsunami,
    il a continué à faire son job au téléphone avec son client….
    comme si de rien n’était !!!!
    ce qui est incroyable, ce sont les images d’abord et ensuite
    le côté « …… » de la situation… (je ne trouve pas le mot)
    Il n’y a pas le moindre changement de tonalité dans sa voix…

    « oui je crois que j’arriverais un peu en retard pour la livraison, les routes sont encombrées… »
    si quelqu’un peu traduire ce qu’il dit….

  15. Je redonne ce lien pour abonder dans le sens de ce monsieur :
    http://www.lemonde.fr/japon/infographe/2011/05/25/dans-les-vallees-irradiees-au-nord-ouest-de-fukushima_1526974_1492975.html

    Reichido peut bien venir nous expliquer qu’on a besoin du nucléaire pour lutter contre le réchauffement climatique, son discours ne tient pas debout. Ce dont on a besoin c’est d’une électricité propre et durable et il semble que ce soit à notre portée si on fait les investissements nécessaires.
    Imaginons un Fukushima en France, dans la vallée du Rhône ou en Normandie, finis le festival d’Avignon et les ballades en kayak sur l’Ardèche, finis le camenbert et les produits laitiers de Normandie, finis les légumes et les fruits de Provence ainsi que le rosé etc… Et je ne vais même pas parler des centaines de milliers de personne qui devront abandonner le pavillons de leurs rêves pour aller s’entasser dans les banlieues auxquelles ils avaient crus échappés…

    1. On a déjà eu droit à tout ça. Enfin certains plus que d’autres. En Alsace, après Tchernobyl, on se posait des questions sur le vignoble. A-t-il été touché, si oui, à quel point? Bien sur, on n’a jamais obtenu de réponses. Il y a juste, que de temps en temps, des chasseurs tuent des sangliers qui se révèlent radioactif! Il parait que ça vient des champignons, dont ils raffolent. Pour les mêmes raisons, de l’autre côté de la frontière, en Allemagne, tout sanglier abattu doit être remis aux autorités pour destruction…

      1. Où avez vous vu ça, du sanglier on en mange en Allemagne, ils ne sont pas incinérés par la Polizei.

        Sur ce blog, on lit un monceau d’âneries, c’est ça l’intelligence collective ?

      2. fnur, j’écris « autorités » et vous traduisez par « polizei ». Intéressant, et assez révélateur.

      3. Révélateur de quoi ? C’est un peu bidon, ringard et éculé ce genre de remarque à la mord moi le nœud.

        Eh oui, la Police c’est le bras régalien de l’autorité étatique, quoi de surprenant ?

      4. jacques a dit

        Faut arrêter les non dits, les interprétations non exprimées, cette forme de police de la pensée qui sévit depuis 40 ans. Pitié, faites une RAZ, faites le ménage, sinon d’autres s’en chargeront de façon moins polie et vous diront dégage.

    2. Hélas,pour l’instant les faits ne me donnent pas tort. Vous avez vu les récents calculs qui ont mis en avant une grosse augmentation des gaz à effet de serre produits par l’Allemagne.

      Mais il est fort possible que ce ne soit que transitoire. Je défie quiconque d’avoir un avis définitif sur la question, dans un sens comme dans l’autre: l’Allemagne est en train de défricher la forêt vierge de l’énergie renouvelable de masse, et nul ne peut dire ou ce chemin va nous mener.

  16. Je pense que son indignation est réelle et doit etre comparée a l’acceptation, relative, de la catastrophe par la population japonaise. Le suicide du fermier est un acte de protestation, ultime, mais qui n’a pas ou peu d’effets sur les politiciens du pays. Différence de culture sans doute. On devrait montrer la vidéo aux responsables du nucléaire français: Imaginez 60 million d’indignés, comme ce type, après une cata nucléaire en France…

  17. La politique nucléaire de la France ne changera et le peuple ne bougera pas d’un petit doigt…
    Areva va continuer à engranger des contrats avec les pays émergents, chine notamment avec les EPR de 3ème génération… et consolider la nouvelle demande énergétique des pays frontaliers (Allemagne, Italie, Belgique, Suisse…)
    Il est évident que d’ici quelques années, le prix et le manque de ressources énergétiques pousseront de nombreux pays à produire de l’électricité nucléaire… Mais certains pays très friand d’énergie (US et Chine) notamment vont plus rapidement diversifier leur énergie et devenir leader dans une quinzaine d’année sur des énergie plus « green »… ex : l’entreprise Suntech Power

    La France va engranger des milliards pendant quelques années, mais vivre dans le « risque » d’un accident majeur … Espérons que ces milliards soient injecter dans la recherche pour combler notre prévisible retard technologique…

  18. Oui, c’est vrai que toutes ses videos sur Fukushima ont été effacées de Youtube, du moins sur sa chaîne perso. Restent ses videos musique.

    Bon, Youtube censure rarement de lui-même, et je pense que là ce n’était pas le cas. Youtube ne censure que sur commande et avec de grosses pressions.

    C’est un manque d’intelligence stratégique de la part des pro-nucléaires, car cette exclusion va leur mettre encore plus de monde à dos 😉

    Mais bon, peut-on parler d’intelligence lors que l’on utilise des outils que l’on est incapable de maîtriser et qui coûtent bien plus cher que ce qu’ils ne rapportent tout en mettant en danger la planète entière…

    Le bon sens est-il encore de ce monde ?

  19. J’habite actuellement à 9 km d’une centrale. J’ai reçu hier un courrier m’informant qu’un exercice « sûreté nucléaire » destiné à tester « le dispositif d’alerte et l’organisation de crise » aura lieu le 30 juin prochain accompagné d’un dépliant expliquant la conduite à tenir en cas d’accident.
    Cette centrale du haut de mes 38 ans, je l’ai toujours connue, je n’ai quitté la région pour Paris que pour une dizaine d’années pour revenir l’année dernière sur mes terres, celles qui m’ont vu grandir et que j’aime.
    Suis-je maso ? non, pas vraiment… Mais bref, de mémoire d’homme sauf pendant cette parenthèse de 10 ans durant laquelle il semble qu’un premier exercice ait été effectué, rien de tel n’avait jamais été organisé ni aucune telle brochure distribuée aux habitants. Pendant plus de 25 ans, rien, donc absolument rien. Sauf ces ridicules pastilles d’iode. Ridicules, parce que tellement dérisoires.

    Ce français du Japon en colère a tout mon soutien. (par ailleurs)

    1. Je ne sais si il faut en rire ou en pleurer mais il semble que des exercices similaires aient été pratiqués ailleurs. Dans les consignes données au bon peuple, la première consiste à dire ne sortez pas de chez vous. Lors de l’exercice, la première chose que les gens ont fait est, parait-il, sortir de chez eux pour voir ce qui se passait dehors !

      Dites nous Ken Avo, y a pas de centrale nucléaire en Bretagne 🙂

      1. Par contre, en Bretagne, nous avons l’île Longue, base de sous marins nucléaires et bien sûr Brennilis, vitrine du savoir faire français en matière de démantèlement nucléaire…
        Et le 16 Juin « a eu lieu un exercice d’évaluation du Plan Particulier de Mise en Sureté » comme en atteste un papier distribué par l’école à mes enfants, pour information.

      2. En effet. Mais vous savez comme disent les trois Jean dans une chanson (pas leur meilleure d’ailleurs mais bon) la Bretagne n’a pas de papiers. C’est plutôt une histoire de coeur. Et sans rentrer dans tous les détails de ma biographie, j’en suis peu éloigné. De plus le vin de Loire de chez moi (quand il n’y en a qu’un sur une carte de restaurant, c’est celui-là) est surnommé le « breton » ou mieux le « berton » pour les intimes. C’est dire… 🙂

      3. A Didier,

        Oui, la consigne est effectivement de rester chez soi (et ne surtout pas allez chercher les enfants à l’école par exemple, plutôt difficile à concevoir pour un parent), tout fermer, calfeutrer les fenêtres hérmétiquement, arrêter la VMC (ce qui n’est pas forcément si facile sauf à couper au niveau du disjoncteur), etc. Et attendre plus d’info à la radio ou à la télé, ne serait-ce que pour connaître le moment ou absorber les fameuses pilules (d’ailleurs inutiles si elles ne sont pas prises suffisamment à l’avance).
        Mais le détail croustillant est qu’en toute logique absolue, il vaut mieux avoir une radio sur piles !!!! Si vous voyez ce que je veux dire, or c’est plutôt rare de nos jours.
        Le petit détail qui est oublié dans la-dite brochure. On ne peut pas penser à tout ! ahahahah

  20. Dans Médiapart ce jour, un joli scoop

    Suite à nos révélations sur Paluel
    Rares photos d’une fuitedans une centrale nucléaire
    Par Jade Lindgaard
    A quoi ressemble une fuite dans une centrale nucléaire? Mediapart publie des photos exclusives de ce type d’ennuis techniques qu’EDF, le principal exploitant des sites nucléaires en France, préfère ne pas voir. Bienvenue au cœur de la centrale de Penly, en Haute-Normandie.

    La suite, il faut être abonné…Donc j’ai pas vues les photos…

  21. C’est sur, 10 euros par mois en plus pour sauver le monde, ce n’est rien… Du moins, pour qui ne manque pas de plusieurs centaines d’euros pour boucler son budget mensuel. La vie est toujours beaucoup plus simple quand on en a les moyens…

    1. Je ne pense pas qu’elles soient retirées car il s’agit d’un député européen qui s’exprime en des termes fermes mais avec une expression bien menée. Pas d’exagération ou de propos à l’emporte-pièce. « Les faits sont têtus. »

      1. @Bidouille: ni la Terre de tourner autour du soleil.

        « Mais durant l’année 1634 [Saturne] se présentera au carré du lieu de Saturne et de Jupiter radical (au natal Saturne conjoint à Jupiter) et au carré de Mercure radical [l’orbe est très large] parce qu’au mois de mars, Mars est d’une part en carré et d’autre part en opposition aux Soleil, Vénus et Mercure formant une croix bizarre ; ceci rejoint mon pronostic de terribles désordres annoncés dans cette période, qui doivent se lier avec la chance du natif. »

        Citation de Kepler, qui analyse en 1625 le thème natal de Wallerstein (ce dernier mourra assassiné fin février 1634) .

        Elizabeth Teissier a par contre prédit une très bonne année 2011 pour DSK. 🙂

  22. Le système médiacratique est suffisamment bien fait et contrôlé, pour jouer sur l’émotion des gens quand ça l’arrange, y compris en falsifiant la vérité et pour endormir les gens en passant sous silence la vérité quand cela l’arrange aussi.
    Le système médiacratique est un système de contrôle des esprits (mind control en anglais)
    Tout cela est assez orwellien, 1984 c’était un peu tôt, mais 2011 on y est.

  23. Ayant travaillé quelques années en centrale nucléaire et constaté par moi même les dangers et les limites de cette technologie en termes de sureté,
    ayant pleinement pris conscience « grâce à » cette expérience la portée spatiale et temporelle d’ accidents majeurs tels que ceux de Tree Miles Island, Tchernobyl et aujourd’hui Fukushima,
    je ne peux malheureusement que comprendre et approuver un coup de gueule comme celui là …

    Ca secoue, ça dérange, ça fout mal à l’aise, ça fait peur, très peur …
    Et pourtant ce qu’il dit est fondamentalement vrai !

    La probabilité d’accident est infime, disait on encore officiellement il y a 10 ans :
    Tchernobyl, c’était à cause d’une technologie russe obsolète (RBMK) et d’une gestion toute « soviétique » de la centrale …

    Avec Fukushima, et peut être, qui sait, bientôt Fort Calhoun dans le Missouri, force est de constater que le problème n’est pas là :
    – La probabilité d’accident n’est pas si faible que la théorie sur laquelle on s’appuie veut bien nous le faire croire (3 accidents majeurs en 32 ans sur trois types de réacteur différents [PWR, RBMK, BWR], avec comme donnée actuelle : Fukushima = 3 réacteurs en fusion !! vs Tchernobyl = 1 seul !! )
    – Les conséquences d’un seul accident sont catastrophiques, voire cataclysmiques, pour des milliers d’années sur des étendues immenses de territoires et d’océans, sans parler de l’atmosphère …

    Autrefois neutre, j’ai pour ma part aujourd’hui basculé, comme Alex, je préfèrerais payer mon Kwh plus cher sans avoir cette épée de Damoclès au dessus de l’humanité toute entière.

    A méditer …

  24. @Tous et après j’arrête 😉

    Combien sommes nous à fréquenter ce forum ?

    Si déjà chacun de nous prenait la décision d’installer quelques panneaux solaires pour couvrir sa consommation d’énergie, ce serait un fameux geste envers l’humanité et aussi un message fort vers nos dirigeants.

    Pour ceux qui ont peu ou pas de moyens, certaines firmes installent les panneaux gratuitement sur votre toit pour les exploiter eux-mêmes et ensuite ils vous appartiennent au bout de 15 ans.

    La dernière de St Ex: « Dans la vie il n’y a pas de solutions ; il y a des forces en marche : il faut les créer et les solutions suivent. »

    Bonne vie à tous !

    1. @le pirate

      Pour ceux qui ont peu ou pas de moyens, certaines firmes installent les panneaux gratuitement sur votre toit pour les exploiter eux-mêmes et ensuite ils vous appartiennent au bout de 15 ans

      C’est à dire grosso modo (à 5 ans près) quand ils sont bons à jeter. Les frais de désinstallation et de recyclage sont alors assumés par qui? Et pour quel coût?

    2. @Le Pirate :
      Vision un peu courte.
      Avec les $$ qu’il faut pour faire une bonne cellule solaire, on peut faire une bonne LED qui va « positiver » bien davantage d’énergie en remplaçant (vraiment longtemps) une lampe tungstène d’éclairage courant.

      Rappelons que le meilleur gisement d’énergie, c’est les économies d’énergies, qu’il pleuve ou qu’il vente.

      1. Il n’est toujours pas démontré que les PV soient fiables économiquement…Ils ne fonctionnent que grace aux aides , c’est a dire , que les classes les plus pauvres paient pour des Bobo’s , des fabricants et artisants . Pour l’instant c’est juste un transfert de tunes ..
        Les seules EnR fiables sont des energies comme le solaire passif (coef solaire d’une habitation , mur trombe , 1seule vitre mur sud +volet …..La technologie n’est pas fiable a termme et sera toujours tributaire du fossile / Les eoliennes ne peuvent fonctionner sans petrole …le problème est complexe ..Voir « GILLES  » sur OLEOCENE qui analyse tres bien les interactions entre energies qui ne sont pas toutes transferables ..

      2. Kercoe : et le nucléaire, il était fiable économiquement dans les années 50 / 60 ? Les prix baissent à une vitesse vertigineuses. D’environ 2.5€/kW en 2010 , il est sur une pente qui l’amène à 1.5€/kW en 2020. [A titre de comparaison, je rappelle que le prix d’un EPR de 1650 MW est de 6 milliards d’€, soit 3.6€/kW !!!!!] Tous les grands cabinets expert sont d’accord sur ce point, même si ces chiffres peuvent varier un peu. D’ailleurs, pourquoi croyez vous que les Chinois ont tant investi dans les usines fabriquant des panneaux solaires.

        La biomasse électrogène, le biogaz par méthanisation sont des EnR fiables.

        je ne crois pas que les agriculteurs qui ont fait installer des panneaux sur le toit de leur hangar soient des bobos. Il n’y a pas transfert d’argent, EDF leur rachète l’électricité produite assez chère c’est vrai mais pour faciliter le retour sur investissement. ce qui va d’ailleurs prendre fin !

      3. Didier : votre kW solaire à 2,5 euros, faut voir où, vraiment, pas en Lithuanie par exemple!
        Et puis qu’est-ce qu’on fait la nuit , etc. (smart grid…)

    3. Sur les panneaux solaires, j’ai appris un truc très récemment, de la part d’un capitaine des sapeurs-pompiers : comme c’est du 380 volts, et que ça tourne du moment qu’il y a de la lumière, c’est très dangereux ; surtout si on met de l’eau dessus avec un bonhomme sur une échelle à faible distance… Donc : si vous avez des panneaux PV sur votre toit, il n’est pas certain que les pompiers interviennent en cas d’incendie. C’est ballot…

      1. comme c’est du 380 volts

        je ne crois pas , en premier c’est du courant continu , pour le voltage , je ne sais pas .
        par contre le continu , tu reste collé , même sur du 120 volt

    4. @tous
      Le PV pour l’habitat individuel tel qu’il a été fait jusqu’à présent en France, est un mode de financement des classe aisées (réduction d’impôt + tarif préférentiel) par les classes pauvres (qui paieront leur tarif EDF plus cher), tout en déculpabilisant ceux qui en mettent, (bref un truc de bobo, je le sais, j’ai failli en mettre).

      Si vous voulez faire quelque chose de moins cher, de plus « vert » (mais de moins rentable financièrement car moins subventionné), mettez du solaire thermique, surtout si vous êtes chauffés à l’électrique, vous ne produirez pas de courant , mais pour une surface installée d’environ 5 M2 de panneaux thermique, vous consommerez 70 % d’électricité en moins pour votre eau chaude sanitaire (Environ 200 € de gain par an pour une famille, soit à 0,10 €/KWh : 2000KWh).

      Vous constaterez que pour une surface 4 à 5 fois moins grande que la surface mini de panneaux PV vous économisez en Electricité ce que vous allez produire avec 20 M2 de PV.

      De toute façon, tant qu’il n’y aura pas de politique énergétique sérieuse et de politique industrielle associée, ça reste aussi un truc de Bobo car très peu de gens peuvent se le payer.

      Cordialement.

      1. Voui : il faut viser les chauffe-eau thermiques, c’est efficace, simple et robuste.

        Concernant les voltages, au fond, j’en sais trop rien… Mais je sais que les pompiers n’interviendront pas forcément, parce que les risques ne sont pas marqués dessus !

  25. Pathétique, ou pathologique…, voire aucun pathos!
    La plus belle des choses est l’expression, puisque sans elle nous nous engagerions à seulement subir…, car c’est tellement répandu l’insane soumission accessoire des marchés, combien cela s’épanche et combien cela désengage d’à peu près tout!
    Tout viendrait de l’extérieur, qu’il suffirait de gérer par délégation en remise politicienne…
    Dur constat de voir que c’est par la bande, comme avec ce monsieur, que doivent piaffer des expressions…

  26. ‘Ce gars’, en dehors de son message ‘à caractère informatif’, m’a généré deux question précises :
    1/ l’histoire des piscines de plutonium qui pourraient s’écrouler
    2/ l’histoire de l’attentat et du nucléaire comme cible (son lien avec la Libye n’est malheureusement pas si débilitant que ça)

    Sciences & Avenir a fait un papier récemment, sur des traces de plutonium provenant de la centrale, et pas que du réacteur 3, au mox :
    http://www.sciencesetavenir.fr/actualite/crise-nucleaire-au-japon/20110621.OBS5589/du-plutonium-provenant-de-fukushima-trouve-dans-les-sols.html

    Quant à l’évaluation d’un accident aérien sur une centrale, protection au top (en attendant la double coque … comme pour les pétroliers et les marées noires) : un cessna.
    Les piscines, elles …
    http://sortirdunucleaire29.free.fr/spip.php?article173

    Enfin, Khaddafi, qui promet de se battre même après la mort ( y compris celle de son régime et pas seulement la sienne), pourrait décider de cibler le point effectivement faible de la France : les centrales nucléaires.

  27. Il est bien de constater que les gens peuvent s’exprimer sur le web, librement. L’échange des idées est crucial pour l’avenir de notre espèce, donc cette vidéo est une « bonne chose », en quelque sorte.

    Sur le fond par contre, on peut se dire que ce monsieur est énormément dans « l’émotion » (qui ne le serait pas à sa place?), et moins dans la « raison ».

    La « raison » nous dit que le gros coup de baguette magique n’existe pas. Le nucléaire est certes très moche, parfois très dangereux. L’alternative, d’un point de vue budgétaire, n’est pas simple. Ceux qui disent « il faut investir » dépensent encore l’argent qu’ils n’ont pas. Moi aussi je peux vous inventer un pays formidable, si je dépense sans compter.

    Limités donc par le budget de nos pays, vers quoi va t’on se tourner? D’un point de vue réaliste, du bon vieux charbon, comme les anglais? Du gaz de schiste? Les énergies vertes coûtent cher, point barre: il faut leur laisser encore quelques années pour se développer, et devenir abordable pour les pays à grande échelle… Tout est affaire de progressivité, d’aller dans le bon sens mais pas trop vite.

    Allons trop vite donc, construisons de belles centrale à charbon. Après tout, dans la ville d’où je viens, il parrait qu’il y en a encore du charbon. La commune a pu repousser les avances des anglais qui voulaient rouvrir les mines, faire un gros chantier à ciel ouvert… mais si l’Etat français a besoin de charbon, alors là…

    De bonnes grosses centrales a charbon pas chères! Avec du bon carbone dans l’atmosphère. Après tout, le réchauffement climatique ça n’existe pas. Et la montée du niveau des océans non plus… Noooon…. Aucun risque que notre pudibonderie anti-nucléaire ne provoque à terme de gros dégâts sur les populations côtières! Laissons les pays émergents sans le sou utiliser de bonnes vieilles énergies à C02! Le Japon sous l’eau à cause de la fonte des glaciers, voilà qui arrangera certainement le monsieur de la vidéo…

    1. Mais bien-entendu, monsieur le nucléocrate écologiste et philanthrope.
      Avec le nucléaire et la cupidité, nous sauverons la planète et l’humanité.

      Le triomphe de la suffisance technique et scientifique au seul profit de la société marchande, sa bienséance, son arrogance, son assurance, n’ont pu avoir pour sous bassements psychologiques qu’un profond mépris du vivant, qui dans les temps de crise, en persistant, sans jamais se dénier, avère sur des cadavres, sa haine profonde du vivant.

      Je vous offre la possibilité de réfléchir davantage, dans le bon sens mais pas trop vite, avec cet article.

      Ou encore avec ces émissions(http://www.la-bas.org/article.php3?id_article=2202 et http://www.la-bas.org/article.php3?id_article=2203) traitant d’écologie politique (vous savez, cette notion ne souffrant aucun compromis avec la logique capitaliste…)

      1. Avec des écologistes comme vous, beaucoup plus de gens crèveraient de faim dans le monde… Entre « l’écologie » et « les êtres humains », je préfère les êtres humains. Quant à votre citation, faire l’amalgame entre progrès technique et haine du vivant, c’est de l’obscurantisme pur et dur… Le « lyrisme » de votre citation ne la rend pas plus pertinente pour cela.

        Il existe des compromis à trouver, au delà du « tout nucléaire » ou du « rien nucléaire ». Les lobbys français totalement pro-nucléaires ont tout aussi tort que les écolos bobos de gauche anti-nucléaires. Laisser l’Allemagne inventer des énergies propres, tout en lui fournissant de l’électricité nucléaire française bon marché, puis d’ici quelques années utiliser les technologies propres qu’ils auront perfectionné pour remplacer les centrales, pourquoi pas?

        L’alternative réaliste, c’est la ruine économique (DONC humaine, pour une majorité écrasante des gens, ne vous en déplaise) par investissement ruineux et inutile qu’on ne pouvait pas s’offrir. Ou bien centrales à charbon, voir mon commentaire ci-dessus…

      2. Avec ou sans les écologistes lyriques (donc ridicules) comme moi, si l’on arrête les centrales nucléaires, les empoisonnements, les gaspillages ainsi que les inepties militaires thermo-industrielles probabilistes qui vont avec; personne ici, directement ou indirectement, ne crèvera la bouche ouverte comme vous l’affirmez. Ah si! Peut-être les nucléocrates au lieu des enfants soldats sacrifiés pour tenir les mines d’uranium, mais pas tout le monde, cela, vous ne me le ferez pas croire.

        Vous leur offririez donc, à ces assassins qui nous veulent du bien, un délai supplémentaire pour subventionner la recherche outre rhin? Fort bien!
        Mais quelle importance, puisque l’on se trouve dans le cas d’un risque systémique, énergétique, nucléaire, d’un chantage au pouvoir temporel de toute autre mesure que celui scandé en dernier argument par la phynance (il n’y a pas si long).

        Aucun compromis, aucune collaboration avec ces gens-là. Si ce n’est autour d’un objectif de sortie réalisable à court terme, en cela, peut-être serons-nous d’accord. Et oui à la recherche et à l’érudition, et non au progrès nécrogène imposé par des marchands armés.

        Réduire la pensée développée par Gorz, en autres, à un tort

        écolo bobo de gauche anti-nucléaire

        n’honore en rien notre dialectique populaire élaborée ici quotidiennement. Les dieux soient loués, nous avons échappé de justesse à la bougie et à la veste en peau de chèvre, mais je soupçonne ce coquin de Julien Alexandre de nous l’avoir censuré! 8)

        entre progrès technique et haine du vivant, c’est de l’obscurantisme pur et dur

        À Hiroshima ils ont un musée pour dire merci la bombe. La bombe, c’est la paix.

    2. @ G. vous dites :

      La « raison » nous dit que le gros coup de baguette magique n’existe pas. Le nucléaire est certes très moche, parfois très dangereux. L’alternative, d’un point de vue budgétaire, n’est pas simple. Ceux qui disent « il faut investir » dépensent encore l’argent qu’ils n’ont pas.

      Une question concernant une affirmation contenue dans cette phrase : dites moi, où va t-on trouver les quelques 6 milliards d’€ qui seront nécessaire pour le second EPR ? Où va t-on trouver l’argent pour renouveler le parc des centrales vieillissantes si chères à vos yeux ? La question de l’investissement se pose, quoiqu’il arrive.

      J’ajoute que le nucléaire n’est pas parfois très dangereux, il est très dangereux.

    3. La ruine, c’est le nucléaire, d’abord au japon et bientôt ici, si g et ses amis continuent à nous bassiner avec de mauvais chiffres.
      Dans le coût de l’énergie nucléaire, il n’est pas indécent comme le démontre brillamment Paul Jorion de rajouter le coût des accidents nucléaires.
      http://www.pauljorion.com/blog/?p=22264
      Ce n’est pas parce que alex est énervé qu’il a tord !

      1. Ouais, mettre les irradiés dans la colonne profits relève peut-être plus du mépris que de la haine du vivant… Comment peut-on in fine préférer l’humanité Et le nucléaire alors que leurs intérêts respectifs apparaissent comme de plus en plus divergents?

    4. à G Dans votre affirmation qui se voudrait imparable «  »Entre « l’écologie » et « les êtres humains », je préfère les êtres humains. » » il y a seulement la petite faille que l’écologie comprend évidemment les êtres humains. Mais bon, quand on veut avoir raison comme un grand humaniste …

  28. Ce gars dit en gueulant ce qu’Isabelle Sorente (Addiction générale) dit en écrivant : nous sommes sous l’emprise de la « drogue calcul » et seule de la compassion peut nous permettre de dépasser l’indifférence qui neutralise notre raison et nous fait accepter l’inacceptable.
    Mais comment être compassionnel si ce ne sont pas nos propres enfants qui portent le dosimètre ou si ce n’est pas nous-mêmes qui couchons dehors ?
    Je n’ai pas la réponse, mais il me reste des chapitres à lire. C’était juste pour faire une petite promo de ce bouquin par ailleurs très bien écrit.

    1. Et vous continuerez peut être par « l’Erreur de Descartes » du neurologue Antonio Damasio, qui montre que les émotions et le raisonnement sont, intimement dans nos neurones, des choses qui s’articulent et ne s’excluent pas…

  29. Un vélo d’appartement branché sur le circuit électrique est une alternative connu en Afrique et produit une quantité non négligeable d’énergie. Pour les gens du Nord qui s’échinent à garder la ligne dans des centres de remise en forme ou chez eux voilà une activité doublement productive, et simple.

    1. « Un vélo d’appartement branché sur le circuit électrique » …
      Soleil vert ! eh oui, on y arrive vitesse TGV.

    2. velo d’appartement pour produire de l’electricité….
      je n’y crois pas trop.

      quand je mets ma dynamo sur mon vélo pour mon ampoule, dans les côtes je la sens passer….
      et pourtant sans être champion, ni même bon, je suis assez sportif….
      alors pour un four micro-onde, ou un aspirateur… a mon avis faut s’appeler contador. et être dopé jusqu’à plus soif.
      Dans nos pays developpés on a tellement besoin d’énergie… que le velo d’appartement n’apportera qu’un « pouia » de ce qu’on a besoin…

      en revanche, pour la santé c’est sûrement bon….

      je lis pas mal de blog, pas mal de canadien, et certains n’ont qu’une seul prise électrique chez eux…. ça ne veut rien dire, (ils peuvent tirer bcp d’energie sur cette prise) mais c’est malgré tout un signe…

      On est dans un tel confort (je ne dis pas que c’est mal), qu’on ne s’en rend plus compte.

    3. Un vainqueur du Tour surentrainé, avec un cœur au repos à 40bpm, un hématocrite de paysan péruvien, sa poche de 25cl de sang bien rouge auto-transfusée par dessus le marché, plus les emphéts, la testostérone et le Salbutamol fournira 200 W par heure, juste suffisant pour bloguer sur le PC.
      Un cycliste lambda, c’est quatre fois moins, 50Wh, de quoi éclairer la salle de bain en basse conso…
      Et ne pas oublier les calories ingurgitées et recrachées pour ce résultat minablissimus (1000 calories par heure pour le campeón overclocké, 250 pour le peón lambda), soit un rendement énergétique théorique maxi de 20%, en fait ce serait plutôt du 15% dans la pratique (pertes en frottement). 300g de spaghettis à l’eau consommés pour une heure de blog Jorion..
      C’est con le vélo ? Ou c’est con le blog Jorion ?

    4. Le corps humain produit environ 100 W pour son homéostasie (maintien à 37°C). Un individu peu entraîné peut produire en sus 100 ou 200 W, un grand sportif bien dopé va jusqu’à 400 W. Un triathlète peut consommer jusqu’à 10.000 calories par jour, soit l’équivalent d’un peu plus d’un litre d’huile par jour…

      Ca peut sembler beaucoup, mais un français moyen consomme 20 kWh par jour, plus 5 litres de pétrole. Soit au total (et à la louche) dans les 75 kWh par jour, donc environ 400 heures de pédalage par jour pour un français moyen (et il lui faudra pédaler aussi pour ses enfants, les vieillards, les handicapés, car c’est une moyenne sur la population totale).

      Jancovici a un papier sur cette notion d’esclave énergétique :
      http://www.manicore.com/documentation/esclaves.html

      En un mot, li faut : é-co-no-mi-ser.

      1. @ Roland T.,

        Bonjour,

        J’entends bien votre argumentation, respectable que je souhaite allonger d’une note positive.

        Le pédalage est bon pour la santé, les cpam, et la « bonne humeur corporelle », non?

        Ceux qui pédalent produisent dans le temps et l’effort concret matériel et individuel un respect pratiqué de l’énergie…et son économie. La diffusion-acquisition de cette valeur commune augmente en valeur absolue et harmonique, un point de redondance à cercle vertueux?

        Trop peu de belles, bonnes et intéressantes pistes pour les balayer en bloc, sol, culture et racines, du temps, du soin, de la volonté, enfin voilà..sans être en désaccord sur le raisonnement invoqué, quelques touches de bleu..

        Le chiffre n’est pas une pente d’équations irréversibles?

        Alpha Blondy : l’Islam, Jérusalem et ma mère
        http://www.youtube.com/watch?v=NSZ0pQ89G4o

        « En quête de Sens » : Le retour de Sinsemilia
        http://www.youtube.com/watch?v=4pQnwiV_R9M&feature=fvwrel

      2. @Roland et tous
        Question simple : pourquoi notre pétulant ingénieur des mines ne nous parle jamais dans son brillant argumentaire de l’énergie géothermique qui relève pourtant de sa compétence ?
        Esclave énergétique des mines, des tuyaux et des problèmes de robinets ?
        Notre dépendance énergétique est avant tout une dépendance au monopole et à la centralisation obligatoire de la production distribution industrielle mondialisée.
        L’autonomie énergétique individuelle est impensable pour ces industriels.

      3. L’électricité produite à partir de la géothermie est portant déjà actuellement disponible dans plus de 20 pays dans le monde : la Chine, l’Islande, les États-Unis, l’Italie, la France, l’Allemagne, la Nouvelle-Zélande, le Mexique, le Nicaragua, le Costa Rica, la Russie, l’Indonésie, le Japon, le Kenya et le Canada. Les trois premiers producteurs sont les États-Unis, les Philippines et l’Indonésie[8]. Ce dernier pays possède le plus grand potentiel (27 gigawatts, soit 40 % des réserves mondiales)[8].

        L’une des sources géothermiques les plus importantes est située aux États-Unis. The Geysers, à environ 145 km au nord de San Francisco, démarra la production en 1960 et dispose d’une puissance de 2000 mégawatts électriques. Il s’agit d’un ensemble de 21 centrales électriques qui utilisent la vapeur de plus de 350 puits[9]. La Calpine Corporation gère et possède 19 des 21 installations. Au sud de la Californie, près de Niland et Calipatria, une quinzaine de centrales électriques produisent environ 570 mégawatts électriques.

        La géothermie est la source d’énergie principale de l’Islande[10], mais ce sont les Philippines qui en sont le plus gros consommateur, 28% de l’électricité générée y étant produite par la géothermie[11]. Il existe trois centrales électriques importantes qui fournissent environ 17% (2004) de la production d’électricité du pays. De plus, la chaleur géothermique fournit le chauffage et l’eau chaude d’environ 87% des habitants de l’île.

        La géothermie est particulièrement rentable dans la zone du Rift en Afrique. Trois centrales ont récemment été construites au Kenya, respectivement de 45 MW, 65 MW et 48 MW. La planification prévoit d’augmenter la production de 576 MW en 2017, couvrant 25 % des besoins du Kenya, et réduisant ainsi la dépendance du pays aux importations de pétrole [12].

        En Guadeloupe, la seule référence française en matière de géothermie haute température se situe à Bouillante, non loin du volcan guadeloupéen de la Soufrière. Il a été réalisé en 1984 un premier forage d’une profondeur de 300 mètres sur la base duquel l’installation d’une centrale de 5 MW a été décidée. Très proches de ce site, trois nouveaux puits de production plus profonds (1 km en moyenne) ont été mis en service en 2001 et une centrale, construite en 2003 (Bouillante 2), a permis de mettre en production, à fin 2004, 11 MW supplémentaires. Ce nouvel apport d’énergie couvre environ 10% des besoins annuels en électricité de l’île.

        En France métropolitaine, on fore actuellement à grande profondeur (de l’ordre de 5km à Soultz-sous-Forêts [13]) dans des granites fracturés. La commune de Fresnes exploite la géothermie depuis 1985 pour son chauffage urbain.

        En Allemagne, après 5 ans de forage, une centrale utilisant la géothermie, de 3,4 mégawatts, fonctionne à Unterhaching près de Munich depuis de 2009, et produit en cogénération de la chaleur et de l’électricité. Le forage a atteint 3350 mètres de profondeur, et 150 litres d’eau jaillissent par seconde à une température de 122 °C.
        http://fr.wikipedia.org/wiki/G%C3%A9othermie

      4. @Kercoz
        Marin d’eau douce !
        Les matériaux et les techniques ont évolués dernièrement, et évolueraient plus vite si plus de monde se penchait sur la question.
        Moi c’est le silence général sur ce sujet qui me questionne.
        « ça bouche » quelque part…….

      5. @vigneron
        Vous voyez, vous êtes trop extrème, avec un seul esclave moyennement entraîné, une petite famille peut blogger sur Paul Jorion (en faisant attention au foisonnement),…Hum, c’est vrai qu’il faut le nourrir (céréales, sucres lent , c’est pas encore trop cher pour un particulier occidental) ça doit valoir le coup, par contre je ne suis pas sur du rendement énergétique du vin , pouvez vous m’éclairer… Parce que d’un coté ça augmente les risques, certes, mais de l’autre, dans certaines limites (qu’un règlement européen devra déterminer), ça donne du coeur à l’ouvrage….

        @Tous
        Pour la géothermie, il y a certainement un potentiel important pour la basse température (chauffage en ville) et probablement aussi, mais moindre, pour de l’électricité (forage profond),de plus nous avons accès à un large retour d’expérience de part le monde, il est absolument invraisemblable, qu’on ne consacre pas une fraction (1/10°ou1/100° ou 1/1000°) de ce que l’on consacre au nucléaire pour explorer le potentiel et optimiser les technos et les matériaux (il me semble que nos chances de succès sont plus fortes que pour ITER).

        Je serai assez d’accord avec « Mélenchon), s’adressant à « De Margerie » PDG de TOTAL.
        De mémoire et dans l’esprit:

        « Vous, vous savez faire des trous, donc, soit vous mettez au point des technos performantes pour faire de la géothermie, soit on vous taxe et on fera nous-même, soit encore plus probablement on fera un peu des 2 dans un ratio qui dépendra de votre bonne volonté »

        La tête de « de Margerie » est assez drôle à voir. J’éssaireai de retrouver la vidéo si ça interresse.

        Cordialement

      6. @hema
        Pas de souci, je crois qu’une partie du « grand emprunt » rappelé à la conf.-buzz est affectée au nucléaire, sans doute pour le sécuriser. Encore un coût marginal non inlus dans le prix du Kw/h ?

  30. Sortir du nucleaire oui mais.
    Quelle energie mettre a la place, les technocrates parlent de gaz de schiste, les Allemands, les Polonais y vont. Les Allemands vont exploiter leur mines a ciel ouvert.
    L éolien, le solaire, pas assez regulier pour l industrie, ben oui, il faut bien travailler.
    Le nucleaire est le symptome apparent de notre dependance a l energie.
    La solution, limiter la consomation d énergie dans les maisons a environ 2500 w. Chauffage en hiver seulement au salon. Choisir entre prendre une douche ou faire tourner le lave vaiselle. Chauffer les bureaux a 18 C les gens peuvent prendre des chandailles et non pas rester en chemise en plein hiver.
    Voila des solutions concretes. Qui est pret a sacrifier son conforts pour arreter les centrales nucléaires. MOI J AI DEJA COMMENCE A APPLIQUER SE PROGRAMME

  31. C’est l’histoire d’un mec qui voulait les avantages sans les inconvénients… Classique, quoi.

    Ce serait marrant qu’il nous dise pourquoi il est au Japon depuis 10 ans….

  32. Il n’y a plus de rechaufement climatique, Mai un soleil en perte de vitesse
    Dans deux années on en aura la confirmation, um nouvel petit age de glace
    Alors preparer vos maisons car il va faire froid!
    Mais quel Dimanche avec cette video, j’ai envie d’un apero , tout de suite….!!!

  33. Le nucléaire c’est pas cher.Evidemment c’est nos impots qui l’ont subventionné.Mais on peut parler de son prix réel si l’on réintègre le cout astronomique du démantelement à venir des vieilles centrales.Moi je suis pret à laisser le salaire d’une journée de travail pour le développement des energies alternatives.

  34. Je lis parfois dans des commentaires que l’éolien n’est pas « assez régulier ».

    Effectivement, il n’est pas régulier dans certaines zones terrestres mais en mer avec des pales qui culminent à plus de soixante mètres de haut je peux vous garantir qu’elles peuvent fonctionner en continu sans AUCUN problème et bien plus régulièrement que n’importe quel type de centrale.

    Simplement ce sont des choix à faire.
    Les parcs éoliens en mer sont la meilleur alternative pour supprimer des centrales nucléaires. Ok certains n’apprécient pas leur esthétiques… mais de toute façon il faudra bien y passer. On ne pourra pas SUPPRIMER toutes les centrales nucléaires sans créer de nouvelles unités de production (même avec une politique d’économie d’énergie au top, il faudra toujours produire quand même de l’énergie et les centrales à gaz ou au charbon non merci…)

    Les parcs éoliens offshore rognent effectivement sur des zones de pêche (argument souvent employé…). Sauf que ces mêmes parcs éoliens créent des récifs artificiels favorables à la reproduction de nombreuses espèces de poissons. Enfin, au Danemark, les pêcheurs impactés par la disparition de zones de pêche ont été formé à la maintenance des éoliennes afin de compenser le manque à gagner.

    Habitant le sud, je trouve dommage que le projet de parc éolien offshore dans le Languedoc ait été « enterré » pour des considérations esthétiques…. quand je vois la grande Motte ou Palavas je me dis vraiment que l’esthétique à bon dos…

    1. Petite question d’un ignorant : les parcs éoliens offshore pourraient-ils être équipés pour utiliser aussi la force des courants marins ?

      1. A ma connaissance ce ne sont pas les mêmes zones.

        L’éolien offshore est limité par la profondeur de l’eau qui ne doit pas être excessive (20m il me semble). Les Parcs en méditerranéenne seraient relativement près des côtes en raison de la profondeur qui augmente beaucoup plus rapidement que dans l’atlantique. Les éoliennes seraient donc plus visibles.

        Pour le développement de centrale liés aux courants, la question de la profondeur se pose sans doute moins (mais la problématique pêche doit être la même) mais je ne connais pas suffisamment les différentes technologies pour avoir un avis éclairé sur le sujet…

      2. Il y a effectivement des recherches, et expériences pilotes sur turbines actionnées par les courants marins.
        En fait, les sources d’énergie sont considérables, mais les profits juteux du captial investi dans les hydrocarbures et le nucléaire ne nous ont passé laissé le choix.
        Question de savoir si c’est les profits du capital ou les besoins durables qui commandent.

    2. vous avez tout a fait raison. Si on fait des reserves naturelles autour des parcs, les poissons se reproduiront puis une fois trop nombreux, quitteront le parc ou ils pourront être pècher. Si cela est bien gerer les pecheurs pourrait avoir un revnu un peu plus regulier.
      Noter que ses parcs fonctionnent bien quand la population est directement impliqué.

    3. Les plus grosses éoliennes ont une puissance de 3 MW, la puissance installée des 58 réacteurs nucléaires est de 63 GW.
      Dans l’hypothèse où les éoliennes offshores tournent 24/24 h et 365/365j, ce qui reste à démontrer, il faudrait pouvoir installer 21000 éoliennes de 3 MW pour remplacer 63 GW de nucléaire.
      Vous pensez qu’on peut installer 21000 éoliennes en mer?

      1. Pourquoi n’évoque-t-on jamais les éoliennes « flottantes » telles que celles de Magenn?
        Voila ce que j’ai trouvé:
        « La société canadienne Magenn Power Inc. développe actuellement une éolienne gonflable, flottant entre 90 et 300m. Les avantages cités pour leur produit sont multiples:

        * facilité de déploiement
        * coûts restreints
        * meilleures performances grâce à un vent plus stable et plus fort en altitude
        * meilleure intégration dans l’environnement

        Ces éoliennes visent une plage de puissance entre 10 et 1000 kW et le prix devrait se situer entre 5$ et 10$ par Watt, soit 50’000$ à 100’000$ pour le petit modèle de 10 kW. »
        http://www.eco-energie.ch/content/view/128/26/

      2. @ Claudine
        Votre post me donne l’occasion de faire un petit calcul qui montre que les problèmes de coûts ne sont pas négligeables :

        Supposons que l’on décide de remplacer l’ EPR de Penly par de l’éolien en utilisant les aéro-générateurs qui sont décrit sur la page dont vous donnez le lien. Un EPR a une puissance de 1,6 Gw et fonctionne environ 8000 heures par an. Un aéro-générateur classique fonctionne à peu près 2000 heures par an, mais celui que vous proposez revendique 2 fois plus de périodes favorables soit 4000 heures.

        Il faudra donc 3,2 Milliers d’aéro-générateurs de 1000 kW pour remplacer l’EPR. Cela va coûter $: 32 Milliards en prenant l’estimation basse du prix du W installé.. A titre de comparaison on trouve scandaleux que l’EPR de Flamanville, qui est le premier sous maîtrise d’œuvre d’EDF, voit son prix passer de 3 milliards à 5 milliards.

        Et la maintenance de ce parc sera aussi beaucoup plus coûteuse que celle de l’EPR, même si on tient compte du coût du démantèlement et de la gestion des déchets. En effet il faut régulièrement regonfler l’éolienne, et l’hélium coûte cher, il faut réparer les fuites, abriter l’éolienne dans un hangar en cas de tempête (ou la dégonfler puis la regonfler), sans compter la maintenance de la partie électrique. En plus, en toute logique, il faudrait rajouter le prix et la maintenance des dispositifs de stockage de l’électricité.

        Pour ma part, je suis prêt à payer l’électricité 4 fois plus cher si c’est ce que veut la majorité. Mais je ne suis pas sur que ceux qui crient le plus fort, en gros ceux qui n’ont que des droits et pas de devoirs, soit prêts à faire le même effort que moi.

      3. Oui et non.

        Les éoliennes offshores opérationnelles les plus puissantes font 6 MW et leur puissance devrait continuer à augmenter avec en ligne de mire 10MW. La recherche dans ce domaine est pied au plancher. Enfin, les rendements en Offshore sont bien plus élevé que sur terre.

        Pour l’investissement (sur la base de parc Offshore) l’investissement est de l’ordre de 2Millions d’Euros pour 1 MW. Le prix d’un EPR tourne autour de 4 Milliard d’Euros (+ou-1), celui de parc Offshore de même puissance est à peu près équivalent sans avoir le soucis du combustible et avec des coût de démantèlement qui n’ont mais alors rien à voir !!! (je ne parle même pas des conséquence d’un accident…)
        .
        Donc non, l’éolien Offshore n’est pas plus cher que le nucléaire et le sera même de moins en moins. Le nucléaire est en passe de devenir une technologie du passé dont le coût de démantèlement n’est jamais pris en compte…

        En revanche et là ou vous et Rutile avez raison, c’est que l’on ne pourra pas remplacer 58 réacteurs nucléaires par de l’éolien offshore (les parcs avec les plus hauts rendement étant rapidement pris…).

        En revanche, au lieu de construire de nouvelles centrales nucléaires, on pourrait remplacer progressivement les plus vieillissantes par des parcs Offshores et pratiquer une politique agressive d’économie d’énergie afin de ne pas avoir à construire de nouvelles unités de production.

      4. A Rutily,
        Je pensais plutôt à la comparaison aux systèmes de production d’énergie « propre », comme les éoliennes classiques ou les panneaux photo-voltaiques.
        Une fois que l’on a réalisé que l’énergie nucléaire n’était pas une solution, non pas du point de vue de son coùt mais du point de vue des risques qu’elle fait prendre, il faut envisager les autres possibilités et les comparer entre elles.
        On pouvait croire au nucléaire il y a 30 ou 40 ans, quand on pouvait encore croire que l’homme trouverait des solutions aux graves problèmes qu’il pose.
        30 ou 40 ans plus tard, il faut se rendre à l’évidence: ce n’est pas le cas, le nucléaire est une impasse et il est grand temps de faire demi tour et d’envisager autre chose.
        En conclusion: « Ce n’est pas en tentant de perfectionner la bougie que l’on a inventé l’ampoule électrique » (ou à peu près)

      5. >RUTILY

        Votre calcul est intéressant, mais il faut aussi ajouter un élément: l’hélium est en train de devenir une ressource rare.
        L’essentiel de l’hélium existant sur Terre provient de la désintégration alpha, et est piégé dans des domes de sel surplombant des structures de granit. Le reste s’échappe dans l’espace, du fait de sa faible masse
        On en retrouve aussi des petites quantités lors de la vidange des circuits des usines d’engrais.
        Actuellement, ce sont les Etats Unis qui ont le monopole sur cette ressource rare, qui est en voit d’épuisement.

        Il va falloir arbitrer: l’utiliser pour les bobines supraconductrices des appareils d’IRM ou pour les ballons.
        Quelques liens.

      6. Autre façon de calculer, rapidement, à partir de chiffres trouvés sur ce site, parce que ton calcul me semble étonnant.

        D’abord, tenir compte des économies d’énergie possibles, et il y en a. J’évalue à 30%, au pif, si on revoit notre gestion de l’énergie, ce n’est pas pour continuer à gaspiller comme aujourd’hui.
        1.6 x 30% = 1.12 GW
        Rendement éolien 3,6 fois moindre que nucléaire
        1.12 * 3,6 = 4.032 GW, soit 2016 éoliennes de 2 MW dont le coût est entre 1 et 1.3 M€ (moyenne 1.15 M€).
        Total : 2.3184 G€ (2,3 milliards d’euros).
        Il y a aussi l’entretien etc…, mais il y a aussi d’autres coûts qui seront à la baisse si on en fait beaucoup.
        On est quand même loin de tes 32 milliards d’euros. Moins qu’un EPR à 5-6 milliards pour lequel on ne prend pas en compte le démantellement qui va coûter sacrément cher.

      7. @RUTILY
        Une petite omission dans vos calculs: ‘Cout estimé’ de la cata a Fukushima: 100 Milliard d’euros.
        Les centrales eoliennes au Japon ont tres bien resiste au tremblement de terre et au tsunami.

      8. A Rutily,
        A mon sens, il ne faut pas comparer ces éoliennes et leur prix de revient au nucléaire mais aux autres systèmes permettant d’utiliser des énergies plus « propres ».
        D’autre part, si on poursuit votre raisonnement un peu plus loin, on arrive sans doute à la conclusion que le plus rentable du point de vue du cout, ce sont les centrales thermiques utilisant du gaz ou du charbon. Oui, mais là, vous allez vous écrier: « Et que faites vous du réchauffement climatique? »
        Donc, résumons, l’énergie nucléaire, ça peut détruire totalement notre environnement, mais c’est pas grave parce que c’est , soit disant, pas cher et que ça ne contribue pas au réchauffement climatique (en passant, quelle importance qu’il y ait ou pas réchauffement climatique si nous empoisonnons notre monde?)
        L’énergie provenant des ressources fossiles est moins chère mais à proscrire parce qu’elle participe au réchauffement climatique ( en passant, la Terre a connu auparavant des périodes plus froides et des périodes plus chaudes et plus riches en dioxyde de carbone qu’actuellement)
        L’énergie dite renouvelable est abondante, ne contribue pas au réchauffement climatique, moins polluante mais à proscrire car plus chère que les deux autres.
        Y aurait-il un parti pris?

      9. @ Bergons
        L’écart principal vient du prix des Éolienne. Les vôtres coûtent de l’ordre de 1€ le W installé alors qu’il est difficile d’en trouver à moins de 5 € le W installé et que celles qui étaient en lien ont un prix compris entre 5 et 10€ le W installé

      10. @ Claudine
        Je vous comprend tout à fait, mais votre question était « Pourquoi ne parle t on jamais… » et ma réponse si on simplifie « parce que c’est cher ». Ceci dit, bien que je vous comprenne, je pense (et non pas je souhaite) que le nucléaire va encore se développer.

      11. @Rutily

        polluer le raisonnement avec des quantités négligeables.

        Hein? Vous ne m’avez sans doute pas lu correctement, je parle du cout d’une catastrophe nucléaire type Fukushima: Ajouter 100 milliard aux 5 milliard de l’EPR, vous appelez ça ‘quantités négligeables’? Expliquez-nous.

      12. En fait, pour en revenir à mes éoliennes Magenn, leur cout semble plus faible qu’une installation de puissance équivalente en panneaux solaires .
        Pour une production de 1000 kWh/ an, il faut installer environ 10 m2 de panneaux solaires, ce qui revient à environ 10 000 euros. Parmi celles citées, l’éolienne la plus petite produirait 20 000 kWh/an, en admettant qu’elle fonctionne 2000 h par an, pour un prix de 50 000 dollars. Elle produirait donc autant que 200 m2 de panneaux solaires pour un cout 4 fois moindre…

      13. @ alain samoun
        Il me semble que vous n’avez pas lu le lien que je vous ai proposé car vous me demandez une explication qui est sur la page mise en lien.

      14. @ alain samoun

        Je me rend compte que le lien que j’ai donné ne permet pas de se positionner correctement, pourtant cela marchait avant.. Mon commentaire est à: 25 Mai 2011 à11h 29. C’est dans le sujet 5 mais il vaut mieux se positionner sur le 6 et remonter car c’est plutôt à la fin.

      15. @Rutily:Sur le coût réel de l’énergie nucléaire.
        J’ai parcouru la date du blog que vous m’avez donnée et j’ai rien vu de vous incluant dans vos calculs les futurs catastrophes. Par contre j’ai remarqué votre persistance a vous, a Reiichido et Timotia, dans la défense de la fission nucléaire. J’étais moi même un partisan,neutre, pas un promoteur, de cette énergie jusqu’à encore récemment. Fukushima m’a ouvert les yeux. Tous les arguments ‘pour’ ne tiennent plus. Comment justifier un type de technologie qui sacrifie l’humain, les animaux, les plantes et la planète, jusqu’à la rendre invivable? Vous et vos semblables sur ce blog êtes probablement connectés avec l’industrie nucléaire d’une manière ou d’une autre. Peut-être même est-ce votre ‘gagne pain’?Si c’est la perspective d’une perte d’emploi qui vous anime, il y a malheureusement assez de centrales a démanteler en France pour vous occuper dans les prochaines décennies. Réfléchissez est-ce bien votre intérêt de persister dans la défense de l’indéfendable, de sacrifier la vie de vos proches et de votre descendance? Faudra-t-il attendre une catastrophe équivalente en France, statistiquement prévisible, pour vous faire changer d’avis?

      16. @ alain samoun
        Je vous remercie pour votre ton

        Vous semblez penser que je travaille ou que j’ai travaillé pour le nucléaire. Il n’en est rien : je suis retraité du régime salarié depuis Août 2008 et j’ai liquidé la petite entreprise que j’avais créée au début de cette année.

        Au cours de ma carrière j’ai souvent été à la tête de projets qu’on pourrait qualifier de « systèmes complexes » et parmi ceux là il est vrai que j’ai été responsable de la supervision du Laser Mégajoule, ce qui fait que je connais un peu le CEA. Mais c’est un sujet assez différent de celui des centrales nucléaire et cela ne devrait pas m’influencer.

        Par contrela sécurité est un sujet important dans les systèmes complexes ce qui fait que petit à petit je suis devenu un expert reconnu de la sécurité. C’est d’ailleurs dans ce domaine que j’ai pu exploiter la petite société que j’avais créée.

        Ce qui me fait intervenir dans le débat sur le nucléaire c’est que la perception « grand public » des dommages relatifs à un évènement nucléaire est amplifié dans des proportions gigantesques. En plus il y a des organisations comme Greenpeace ou Sortir du Nucléaire qui attisent cette extrême sensibilité et répandent des procès d’intention et de faux raisonnement. J’essaye de rétablir l’équilibre.

        Pour en revenir au coût de Fukushima et à sa prise en compte, je reproduis ici un extrait du commentaire que j’avais référencé :

        « On pourrait par exemple rajouter le coût d’un évènement tel que Fukushima? Un autre intervenant a donné le chiffre de 100 milliards d’euro si on fait des ordre de grandeur il faut prévoir 100 milliards pour 25 ans et pour 440 réacteurs soit 10 milliards pour 25 ans et les réacteurs Français ou encore 400 millions d’euros par an. On peut penser que ce serait à partager avec AREVA donc il resterait 200 millions pour EDF qui représentent 10% de la variation des réserves sur une année (39441-38228+684 (utilisations)).

        Cela augmenterait le prix de l’électricité nucléaire de 0,5%. Il est vrai qu’il faudrait mutualiser le risque pour que le calcul soit valable ce que je ne crois pas possible sans une volonté politique au niveau international très forte. »

        L’argument principal c’est qu’on ne peut pas prétendre que pour chaque centrale il faut provisionner 100 milliards pour le cas ou elle exploserait. Cela voudrait dire qu’on est assuré que toutes les centrales exploseront avant la fin de leur vie opérationnelle. Il faut donc tenir compte de la fréquence de tels évènements ce que je fais dans l’extrait que j’ai reproduit.

      17. @ alain samoun

        J’apprécie surtout chez Reiichido le coté « électron libre ». Ce serait dommage que le blog de Paul Jorion se refuse les poils à gratter qu’il mérite. A ceux (la majorité) qui ne connaissent pas les travaux de Serge Galam sur les dynamiques de formation des opinions majoritaires, allez voir ce qu’il a fait, les Reiichido sont un très bon antidote à un « auto-empoisonnement » , mot un peu excessif, disons à l’auto stérilisation d’un discours entre gens qui son trop d’accord (et ne devraient plus avoir à coeur qu’une seule chose : que le « faire » prolonge le « dire »).

        De mon côté, je reconnais n’avoir pas qu’une face sur le sujet du nucléaire.
        Un de mes moi pense que pour gérer les 500 réacteurs du monde restant pendant 30 à 50 ans, (on ne va pas les fermer tous comme l’Allemagne l’a fait, n’oublions pas qu’elle était partie pour le faire bien avant), il ne faut pas se refuser le point de vue des technophiles éclairés (application de ce qu’on a de mieux comme méthode de gestion des risques (y compris les risques humains) à ces machines particulières).
        Mon autre moi, technophile aussi, se dit que l’inertie de ces coeurs de plusieurs centaines de tonnes, nécessitant des dizaines de milliers de M3 d’eau de refroidissement avant d’être « peinard » avec, peut induire « systémiquement » des faiblesses de taille imprévisible.
        Et il y a quasi absence de « retex » (retour d’expérience), sur les pannes de réacteurs au delà de 100 MW comme l’a très bien souligné le journaliste qui a convert TMI en premier à Harrisburg

        Donc rendez-vous sur le thorium si jamais on fait autre chose comme nucléaire; Et on doit forcer la sortie un peu plus vite siouplait, mais en prenant le temps de faire une éducation à l’économie avant tout.

      18. @Rutily:
        On ne peut pas jouer aux des avec la vie des gens. Et combien meme,vos calculs sont faux car ils ne prennent pas en compte, entres autres, du veillissement des centrales existantes. Voir l’etat des centrales russes par exemple. La probabilite d’une catastrophe s’approche rapidement de 1 avec tous les aleas des choses qui sont imprevisibles et qui arrivent neanmoins. Comme vous le savez un reacteur nucleaire est un equilibre instable, a bien des egards une folie technologique. Ca ne serait pas grave si les effets d’un emballement du systeme etaient previsibles, mais ils ne le sont pas Voir Fukushima et meme Tchernobyl 20 ans apres.

      19. @ alain samoun
        Vous avez globalement raison et nous ne devons pas trop nous attardez sur les arguments de différentes sortes,
        mais sur la seule instabilité, ce n’est pas forcément hors de portée d’un homme prométhéen mais soucieux des vies humaines : les airbus sont tous quasi instables aux altitudes de vol de croisière, la marge de vitesse entre vol et décrochage est de 100 km/h seulement (10% de v), et un ami pilote m’a dit que sans le pilote automatique, on n’arrive quasiment pas à le maintenir en vol droit dans ces conditions.
        D’un coté, quand les sondes de vitesse s’en mêle, cela fait qqs dizaines d’incidents plus ou moins graves, plus le crash du AF447 parce que cet incident était dans de plus mauvaises conditions que les autres, il y a donc bien des failles, et l’instabilité n’est pas l’amie de l’homme. De l’autre, le transport aérien reste plus sur que traverser la nationale la plus proche de chez vous en vélo, rouler sur une départementale de campagne la nuit du samedi au dimanche, etc.

      20. @timiota
        Quand je prend l’avion ou mon vélo, je sais que je prend un risque et l’assume. Ce n’est pas la même chose quand un état, Français ou étranger, décide de construire une centrale, imposant un risque,que je n’ai pas accepté, à mon pays,à ma famille,à moi à mes petits enfants et ma descendance à venir.

  35. Si j’ai bien compris ce qui est écrit ici, Tepco s’aprête à injecter de l’Azote dans le réacteur No 2 de Fukushima Daiichi, afin de parer à une éventuelle explosion due à une réaction entre hydrogène et oxygène.

    Lien

    Et si j’ai mal compris ou traduit, corrigez-moi.

    Bon, quand je vois l’état de ces centrales, je me demande comment ces nouvelles explosions craintes n’ont pas encore eu lieu.

    Au vu de la répétition des séismes plusieurs fois par jour qui doivent contribuer à fragiliser encore plus ces ruines, il suffirait d’un séisme un tout petit peu plus fort (6.9 quand-même, il y a deux jours) pour que tout s’écroule définitivement, non ?

  36. @ Cites,

    Bonjour,

    J’espère que les automates de la bourse, des banques, des institutions mondiales et nationales lisent un peu les fourmillements de ce véritable think tank qu’est cet ici de libre expression..merci pour ça en tout cas!

    Sinsemilia – Je préfère cent fois (French music)
    http://www.youtube.com/watch?v=hQIeYfNSVIg&feature=related

    On a placé la France
    Sous vidéo surveillance
    Kidnappé l’insouciance
    Entre les barreaux de la méfiance

    Regards fuyants, sourires éteints
    La peur de l’autre au quotidien
    On est plus sauvages que des chiens
    A quoi va ressembler demain ?

    Si pour être en sécurité
    Il faut fermer son coeur à clef
    J’préfère cent fois me faire plomber
    Comme un oiseau en liberté
    Plutôt que de vivre planqué
    Comme, comme, comme le cafard sous un évier

    On a plongé la France
    Dans la bêtise et l’ignorance
    Etouffé l’intelligence
    Sous les dossiers de la finance
    Cerveaux branchés sur la télé
    Nos idées sont téléguidées
    Même les enfants sont abrutis
    Qui va censurer la connerie ?

    Si pour être quelqu’un de censé
    Il faut mettre sa tête aux normes
    J’préfère cent fois être cinglé
    Comme la tempête, le vent, la marée
    Plutôt que d’être sans intérêt
    Comme, comme, comme un ciel triste et tempéré

    On a connu en France
    L’insurrection, la résistance
    Reste aujourd’hui la bonne conscience
    Grâce aux oeuvres de bienfaisance
    On est rangés et bien pensants
    Charitables de temps en temps
    Le monde peut baigner dans le sang
    La police protège nos enfants

    Les voitures crament dans les banlieues
    Les braves gens trouvent ça scandaleux
    C’est pourtant la règle du jeu
    Qui sème la haine récolte le feu

    Si pour être civilisé
    Il faut mettre sa vie en cage
    J’préfère cent fois être un sauvage
    Au risque d’attraper la rage
    Que d’être sage comme une image
    Je, je, je n’veux pas jaunir avant l’âge

    Alors écoute ça : Not’ civilisation ne cesse de s’enfoncer
    Matériels uniquement sont les progrès
    Les richesses humaines en bourse ne sont pas cotées
    Méprisées, gaspillées depuis tant d’années

    L’exemple Américain partout s’est imposé
    Mais sur la route du Paradis le diable peut-il nous guider
    Le monde qui s’construit auprès des studios Disney
    Apocalypse Now serait plus approprié Espérer me semble de plus en plus dur
    Tant j’ai l’impression qu’on fonçe direct dans le mur
    Pour dire vite, et pour conclure
    J’ai vraiment peur pour notre futur…

    1. >Elalgabal

      Et si les pays arabes ne veulent plus coopérer avec l’occident, ou s’ils ne veulent pas faire passer de lignes à très hautes tensions, ou si ils n’arrivent pas à entretenir cette infrastructure, on fait comment?

      On installe un corps expéditionnaire à résidence?

      1. Pas la peine :

        Le pétrole est dans des coins bien ensoleillés en général : Les bases militaires et géopolitiques sont donc déjà en place.

    2. Ouais beau projet utopique.
      Je ne sais pas si tous ses cables traversant la mediterannée serai tres écolo.
      Nous nous rendons compte des problemes posé a notre approvisionnement énergetique, quand la ressource est a l étranger. Les différentes guerre Americaine, voir occidentale sont la pour le prouver.
      Ceci est encore un projet technocrate grandiose pour aller chercher la croissance avec les dents.

  37. A méditer :

    « On sait bien que les OGM ne sont pas dangereux, mais ça fait peur, c’est donc parfait pour atteindre notre but politique. »

    José Bové

    1. Fnur, veuillez citer la source et le contexte dans lequel cette phrase aurait été dite, svp. Merci.

      1. Des sources, il y en a sur le net, sinon demandez à Bové si il a ou non dit ça.
        Le contexte importe peu, la bêtise d’une telle phrase se suffit à elle même.

        C’est un peu le troussage de domestique, mais JF Kahn a reconnu son dérapage et n’a pas appelé au
        contexte pour se défausser.

      2. C’est a toi d’ étayer ton accusation par des preuves …c’est trop facile de dire « untel a dit que fmur est un troll et de ne pas le prouver .

      1. Jusqu’à preuve du contraire, la source c’est Bové. A lui de démontrer qu’il n’a pas dit ça, alors qu’il semble bien qu’il l’a fait publiquement. De nombreux médias pourraient en témoigner.

      2. On vous demande une source pour votre affirmation et vous vous contentez de répéter « Tout le monde le sait ! » C’est un peu mince. Vous avez jusqu’à minuit pour apporter des preuves. Après, si rien ne s’est passé, vous subirez le sort de Cendrillon : votre carrosse se transformera en citrouille.

      3. @ fnur

        Vous avez une drôle de façon d’inverser la charge de la preuve. Comment voulez-vous que celui, dans l’hypothèse où il n’aurait rien dit, en apporte la preuve… puisqu’il n’a rien dit? C’est à celui qui prétend l’avoir entendu d’en apporter les preuves … en l’occurrence VOUS.

      4. P Jorion, vous êtes soit naïf soit malhonnête d’injoncter qu’une affaire judiciaire se résous en quelques heures, à la levée de la lune. C’est le lynchage votre idée de la justice ?

        Ça vous plairait ça ?

      5. Citrouille, on est bien avancé.

        Halloween en répétition. 2 ou 3 bougies dans une coquille vide.

        Bon courage.

    2. C’est du grand n’importe quoi de mettre des propos dans la bouche de José Bové qui va à l’encontre de son combat et des recherches scientifiques. Pour l’avoir soutenu lors de la campagne présidentielle activement en 2007, j’en sais quelque chose :

      « Les pommes de terre OGM :

      En 1998, le Dr. Arpad PUSZTAI (6) , qui travaillait alors à l’Institut Rowett en Ecosse, et ses
      collègues, ont rendu compte des dommages observés dans divers organes chez de jeunes rats nourris avec des pommes de terre génétiquement modifiées et qui contenaient de la lectine de perce-neige ; parmi les dommages, ils citaient notamment un épaississement des villosités intestinales, de l’ordre de deux fois supérieures à celles qui étaient observées chez les animaux témoins. Par ailleurs, en 1998, des scientifiques basés en Egypte ont trouvé des effets semblables au niveau de l’intestin de souris qui avaient été alimentées avec de la pomme de terre « Bt », génétiquement modifiée et qui contenait la protéine Cry1A  »

      Les pois OGM :

      « En 2005, des scientifiques ont conduit une expérience pour évaluer un pois transgénique
      contenant une protéine qui est naturellement inoffensive chez le haricot (l’inhibiteur 1 de l’alphaamylase)
      : cette protéine avait provoqué une inflammation dans les poumons de souris et avait
      provoqué des sensibilités à d’autres protéines du régime alimentaire .  »

      Le soja OGM :

      « Entre 2005 et 2006, des chercheurs de l’Académie russe des sciences ont rapporté que des rats femelles alimentés avec un soja génétiquement modifié de Monsanto, avaient produit des portées dont plus de la moitié des petits mourrait dans un délai de trois semaines, tandis que les survivants étaient complètement stériles »

      Les tomates OGM :

       » La FDA , l’Administration Américaine pour l’Alimentation et les Médicaments aux Etats-Unis, a
      communiqué des données qui remontent au début des années 1990 et qui prouvent que des
      tomates modifiées génétiquement – avec un gène antisens destiné à retarder la maturation du fruit – ont occasionné de petites perforations au niveau de l’estomac des rats soumis à
      l’expérimentation  »

      Le maïs OGM :

       » En 2004, un dossier secret se rapportant aux recherches de la société Monsanto a montré que des rats nourris avec du maïs génétiquement modifié MON863 GM, qui contenait la protéine Cry3Bb, présentait de sérieuses anomalies au niveau du rein et des formules sanguines. Ce dossier n’avait pu être connu que par une action en justice de Greenpeace en Allemagne. Les autorités françaises quant à elles avaient refusé de le diffuser, considérant que ce dossier était protégé par le secret industriel !  »

      Etc, etc…

       » L’affirmation selon laquelle personne n’a été lésé par de la nourriture transgénique est trompeuse, puisque aucune étude d’impact sanitaire n’a été menée à ce jour. ISIS dit savoir avec certitude quele taux d’allergie au soja est monté en flèche de 50% au Royaume Uni après l’importation de fèves de soja OGM et que l’apport de nourriture OGM a causé le décès d’une centaine d’américains et en a rendu malades entre 5000 et
      10 000.  »

      Sources documentaires :
       » Union Fédérale des Consommateurs – Que Choisir « 

      1. Vraies ou pas, ces présentations de résultats d’expériences n’ont rien à voir avec le sujet, à savoir ce qu’a dit Bové. Si il a dit ça, alors il est disqualifié.

        Sinon, la science c’est un peu comme la justice, il y a souvent des erreurs.

        Dans des domaines moins complexes, j’ai vu souvent des erreurs magistrales concernant les appréciations techniques. C’est pas près de s’arrêter…

      2. @FNUR

        Affirmer publiquement, à faux, qu’un personnage public a proféré des propos le discréditant gravement et mettant en jeu son honneur et sa réputation sont tout à fait diffamatoire .

        En conséquence, je vous mets en demeure de publier ici même, avant lundi matin 8h soit les sources indiscutables qui vous permettent d’affirmer ceci.
        Dans le cas contraire, vous serez fondé à faire, ici-même vos excuses publiques et à Bové et aux lecteurs du site en reconnaissant soit la scélératesse soit l’immense stupidité dont vous avez fait preuve.

      3. Kerjean

        Ah oui ?
        Diffamatoire, eh bien pourquoi Mr Bové n’a intenté aucune action en justice contre les responsables de cette diffamation, car si il n’a pas dit ça, c’en est une. Il n’est pas du genre à se laisser faire le José.

        Tous les petits bras musclés ici, pour qui il n’a pas pu dire ça, devraient se cotiser pour aider J Bové à se défendre. Mais non, ils ne feront rien, à part dégoiser sur mon compte, ce qui est bien plus facile.

      4. Kerjean

        « En conséquence, je vous mets en demeure de publier ici même, avant lundi matin 8h soit les sources indiscutables qui vous permettent d’affirmer ceci.
        Dans le cas contraire, vous serez fondé à faire, ici-même vos excuses publiques et à Bové et aux lecteurs du site en reconnaissant soit la scélératesse soit l’immense stupidité dont vous avez fait preuve. »

        Tout doux l’ami, vous vous prenez pour qui ? Un procureur de la république ? Vous allez m’envoyer un huissier de justice ? Il est Lundi 11 heures, j’ai vu personne passer.

        Ni non plus, très probablement, les divers sites web ou auteurs de livres qui mentionnent cette phrase.

        Vous pouvez longtemps attendre mes excuses, car c’est à la justice de trancher, pas à vous.

        Les sources ont été citées sur ce blog, c’est fait. Et puis, dans ce type d’affaire, une source n’est quasiment jamais indiscutable à priori, descendez de votre nuage.

        De plus, pour l’instant, vous m’avez insulté, ce que je n’ai pas fait.

      5. Les sources ont été citées sur ce blog, c’est fait. Et puis, dans ce type d’affaire, une source n’est quasiment jamais indiscutable à priori, descendez de votre nuage.

        Oui, et pour rappel comme je l’ai dit et montré plus haut, des propos rapportés et « interceptés », on a connu mieux comme source valide des écrits d’Allègre.

        Ceci étant dit, sur le fond, qu’est-ce qui est scandaleux ? Les OGM dangereux ? Perso, je n’en sais rien et n’ai absolument aucune aptitude pour le déterminer mieux que les experts responsables. Mais pour autant je m’y oppose fermement. Pourquoi ? Parce que le scandale avéré à ce stade, c’est celui du modèle économique. Premièrement, le risque de contamination connu, qui met en péril le modèle économique d’autres cultivateurs, bio ou réguliers. Deuxièmement, le modèle économique lié à la culture même d’OGM, qui rend totalement dépendant des 3 ou 4 grands marchands internationaux les cultivateurs rendus captifs d’un oligopole. Ces 2 raisons me suffisent amplement pour refuser ce modèle agricole.

      6. Julien Alexandre

        Contre les OGM parce que le modèle économique actuel les concernant n’est pas valable.

        Contre l’industrie du bâtiment parce que le modèle économique…etc, contre les médicaments… ?

        Bizarre, ce raisonnement.

      7. @ Fnur

        Lisez correctement. Je ne dis pas que le modèle économique n’est pas « valable » (il l’est certainement pour les 3 multinationales qui commercialisent les OGM), je parle de scandale, de péril et de dangerosité. Vous faites la différence, non ?

        Vous souhaitez que les agriculteurs deviennent dépendants d’un oligopole et que l’agriculture traditionnelle disparaisse, pour une question de « validité » d’un modèle économique ? Vous souhaitez que les laboratoires pharmaceutiques continuent à inonder le marché de médicaments inutiles, coûteux et parfois dangereux, au prétexte que le modèle économique est « valable » pour ces laboratoires ?

        Bizarre, ce raisonnement.

      8. @ Fnur

        Quand on est à court d’arguments, on fait des amalgames. J’ai parlé de la démondialisation ? Non. Pourquoi ? Parce que je suis contre. Alors quel est l’intérêt de votre lien ? Aucun.

        Donc votre réponse est un peu courte, comme les idées qui vont avec visiblement.

      9. Video : Le documentaire raconte l’histoire de Percy Schmeiser, agriculteur dans la province du Saskatchewan, au Canada, poursuivi par le géant de l’agroalimentaire Monsanto, parce qu’avaient été retrouvés dans ses champs des plants de colza résistant au Round-up. Percy cultivait ses terres depuis 50 ans quand une lettre de menace lui a été adressée par la multinationale : celle-ci exigeait le paiement de graines qu’il n’avait jamais semées. Le film montre le harcèlement dont Percy et sa femme Louise ont été victimes. Nous rendons aussi visite à des fermiers d’Oaxaca au Mexique, qui ont découvert que leur maïs local avait été envahi par du maïs transgénique alors même que sa culture est interdite chez eux. Au récit des agriculteurs viennent s’ajouter des entretiens avec des défenseurs de l’environnement, des universitaires, et des spécialistes reconnus des questions alimentaires.
        (La série complète des 5 videos : Quel avenir pour notre assiète ? )

      10. @ Fnur

        Je maintiens que balancer un lien au lieu d’une réponse argumentée à une question est non seulement un aveu de faiblesse mais lorsque le contenu du lien tend à faire l’amalgame entre deux positions que tout opposent (quand on est contre les OGM, on serait pour la démondialisation, bravo pour le raccourci), c’est également un procédé que je ne qualifierais pas pour ne pas mettre de l’huile sur le feu.

        Vous n’avez rien à répondre ? Restons-en là 😉

      11. Merci d’apporter de l’eau à mon moulin, cher Fnur ;), vous êtes bien aimable et votre ironie malicieuse très finement envoyée, mais les 2 messages inutiles précédents avaient déjà fait l’affaire !

      12. Ah si, une dernière question, imaginez qu’un OGM ou plusieurs, puissent permettre de lutter contre la désertification de certaines régions, vous êtes contre ?

        Réfléchissez bien, puisque c’est dans vos aptitudes si fortement revendiquées, à tel point qu’on se demande
        si vous en doutez, vu la fréquence.

        Allez, un peu d’imagination, c’est mon travers, en plus de n’avoir pas de suite dans les idées.

        Dans un pays, la Chine par exemple qui a aussi quelques scientifiques et des problèmes de désertification, un labo, public pour faire bien, met au point ces sortes d’OGMs, ne pouvant pas se reproduire, soyons prudent, mais programmés pour vivre 10, 20, 30 ou 100 ans, après ils dépérissent ou alors on les coupe pour faire du compost, du bois de chauffage, des meubles… Entre temps, la végétation labellisée bio s’est installée et se reproduit comme le veut bonne mère nature.

        Évidemment ces OGMs, ne sont pas du vivant intégral, mais plutôt des robots végétaux tremplins servant à reverdir certaines zones.

        Si ça arrivait, vous iriez dire aux chinois ou à n’importe quelle autre population que vous n’êtes pas d’accord ? Et vous pensez qu’ils seraient convaincus ?

      13. @ fnur

        Imaginez qu’un OGM ou plusieurs, puissent permettre de lutter contre la désertification de certaines régions, vous êtes contre ?

        Vous avez failli me prendre de court tellement la question est idiote – pardon, il n’y a pas d’autres mots ! Imaginez que le droit à chacun de posséder des armes à feu en France à condition qu’elles soient « made in France » puisse permettre de lutter contre la désindustrialisation de certaines régions, vous êtes contre ?

        Et on peut continuer dans ce style là pendant des heures…

      14. « Imaginez que le droit à chacun de posséder des armes à feu en France à condition qu’elles soient « made in France » puisse permettre de lutter contre la désindustrialisation de certaines régions, vous êtes contre ? »

        Ça n’a ni queue, ni tête, du very big délire, allez vous faire soigner, brave gars, ou alors, autre forme de soin, levez la pédale sur le Prozac, ça vous réussit pas.

        Moi je crois de plus en plus que c’est vous qui êtes un idiot, ou tout du moins en phase très avancée de delirium, et pas qu’un chouilla, parce que côté argument, pour le coup, c’est le désert. Un borné complet qui dénonce des prétendus amalgames et qui en fait en permanence. Mais comme vous êtes un pilier de ce blog, vous avez tous les droits, même d’en abuser, ça fait baver. Finalement, vous avez le bon profil de garde du corps, avec un gros cerveau dans les biceps. Vous avez trouvé votre vocation.
        Ciao bambino !

        Bon courage P Jorion avec de tels soutiens, ou alors éduquez le, il n’a pas fait sa puberté, le pauvre.

        Un peu de générosité soyez son papa, il en a besoin, ou alors l’inverse, montrez que vous n’êtes pas son papa, ça serait mieux. Vous savez…n’est ce pas ?

      15. Vous avez commencé par la citation tronquée (et non sourcée, enfin tant que je ne l’avais pas fait pour vous sortir de l’embarras dans lequel vous vous étiez mis), puis vous m’avez attaqué en déformant mes propos. Puis vous êtes passé à l’amalgame. Puis à l’ironie. Je n’avais pas vraiment de doute sur le fait que vous alliez rapidement en arriver aux insultes. C’est chose faite ci-dessus. Je ne vous ferais pas le plaisir de compléter la panoplie avec la phase de victimisation pour cause de « Fourches Caudines », aussi je laisse passer, cela permettra à tous de voir comment vous répondez à une simple objection sur les modèle économique des OGM.

      16. @ fnur

        Ils sont rigolos vos robots « reverdisseurs ».
        C’est de la science-fiction, c’est la Guerre des étoiles ; tenez ! avec des jedis-peintres-en-nature … morte ! ça serait génial.

        En fait, ce serait l’Empire qui renaîtrait, parce que les jedis qui ont été clonés, parce qu’ils étaient peu nombreux du fait qu’ils avaient presque tous été tués.
        Les nouveau jedis, à cause d’un défaut dans la « clonation », eh ben ils sont devenus méchants.
        Alors ils empêchent de mourir les robots « reverdisseurs » programmés pour mourir après leurs 100 ans de service et, en plus, ils les reprogramment pour qu’ils deviennent leur armée secrète.
        Alors ils s’approprient les terres qu’ils avaient anciennement désertifiées vu qu’ils les ont « dédésertifier », et que c’est mieux pour eux, cela afin de mettre ensuite en esclavage, sous la surveillance des robots, les paysans qui ne pouvaient plus travailler avant parce qu’il n’y avait que des déserts.

        De l’autre coté, il y aurait ceux qui sont pas d’accord, avec leur blogs-laser.
        Alors ils résisteraient ; et puis ça serait vachement dur pour eux, parce qu’ils embêteraient les affaires et le progrès.

        Oh ! Qu’est ce que cela serait beau ! Quelle belle histoire !

        Vous savez fnur !
        Je suis d’accord pour que vous fassiez le film de votre vision du monde reverdi par l’Empire. On va se régaler !

      17. La citation n’est pas tronquée, elle est à prouver ou à infirmer, point barre de justice, on attend que Bové se défende un peu, lui le faucheur vaillant et destructeur de Mac Do. Ça serait bien qu’il mette autant d’énergie et de conviction à assigner ses diffamateurs, si il sait qu’ils le sont. Compte tenu de sa position sur la place publique, ça ne serait pas absurde.

        Pour sourcer, un peu de Google, et voili, et voilà, c’est fait. A la portée du moindre internaute, pas besoin d’être Sherlock Holmes. La preuve, vous l’avez fait, donc pas très sorcier.
        Pour ce qui est de l’insulte, il me semble que vous avez tiré le premier, sans compter d’autres commentateurs nettement bas de plafond, s’étant habilement glissés dans la mêlée pour mettre la chiquenaude, ni vu ni connu, non ? Ne soyez pas surpris de quelques retours de manivelle un peu rudes. Mais au moins, vous acceptez le débat, tout du moins en apparence, ce qui les sauve.
        Les autres, ben, c’est du tout venant.

        Mon pauvre Monsieur, je vous parle de technique, de possibles et vous m’opposez modèle économique inscrit dans votre cerveau comme dans de l’ADN congelé, rien à voir avec la choucroute. Les amalgames foireux vous en produisez à la tonne, si c’était de l’acier de bonne qualité ça irait, mais c’est juste pas le cas. Tut mir leid.

        écodouble

        pour le prix d’un si acheté avant le 30 du mois en grande surface ? Ou écodoublure ?

        Agaga ? Areuh areuh ? Laseraupoint, youpi, youpi, glop glop, pas glop, Dark Vador, oh ben alors…si j’m’attendais.

      18. Oui oui, c’est cela fnur. Tirer le premier ? Parce que j’estime que le modèle économique des OGM est dangereux ? Vous vous êtes senti insulté, et vous êtes senti investi du devoir de modifier mon propos pour l’attaquer avec ironie, mais j’aurai « tiré le premier » ? Vous voyez bien que les messages sont au dessus, difficile de réécrire l’histoire. Je vous ai posé une question parfaitement légitime, vous avez tenté de l’exécuter d’un amalgame douteux tendant à faire croire que critiquer les OGM revient à être « démondialiste », etc.

        Mais à part ça, monsieur parle de « technique, de possibles ». Technocratie, l’idéal démocratique ?

      19. Julien,
        Être juge et partie est peut-être un souci monsieur Julien. Quand le banquier légifère… Belle joute cependant, amère…

      20. Tous les messages de Fnur sont passés, malgré ses manipulations et ses insultes. Vous voulez quoi de plus, que je laisse les commentateurs manipuler mes propos, faire des amalgames douteux et m’insulter ?

      21. Julien Alexandre

        Voilà tout y est, manipulation maintenant, technique égale technocratie aussi, gaffe à pas trop tomber dans la parano, un peu ça va, trop, ça peut être gênant. Les technocrates sont d’ailleurs rarement des « techniciens », ils n’y comprennent pas grand chose souvent.

        Vous parlez du modèle de Monsanto ou d’autres discutables, et alors en quoi un modèle économique douteux vous permet de virer par dessus bord les possibilités d’une technique qui peut être utile dans le cadre d’un modèle économique différent ?

      22. C’est marrant, votre petit jeu ne vous amuse pas lorsqu’il se retourne contre vous 😉 Facile les amalgames.

        Merci de (finalement) répondre à la question douze messages (inutiles) plus haut. Je discute du modèle économique et non pas de la technique précisément (comme je l’ai déjà dit plus haut) parce que je suis incapable de juger du bienfondé de la technique et de son innocuité (et je crois comprendre des publications que je lis que le consensus n’existe pas sur ce point). Or, le modèle économique des OGM aujourd’hui est celui d’un oligopole dominé par 3 sociétés qui ont pour objectif la rentabilité vis-à-vis de leurs actionnaires et se fichent comme de l’an 40 du bien commun, en imposant une dépendance à vie aux cultivateurs dans un cadre contractuel d’un légalisme sans précédent. Un élément technique toutefois, pour lequel je n’ai pas vu d’objection de votre part, celui de la dissémination et de la prolifération des OGM cultivés en champ libre, amenés à contaminer les autres cultures. Que faut-il en penser ?

        Je vois donc 2 préalables à la réflexion sur l’ouverture aux OGM : la démonstration dans le temps de l’innocuité et le changement de modèle économique. Nous n’en sommes à ma connaissance pas là (encore).

      23. Julien Alexandre

        Bon, avec vous j’ai compris, ça va nulle part, ça tourne en rond, merci pour le tour de manège, mais passé la surprise, ça lasse.

        Juste un détail, OGM c’est Organisme Génétiquement Modifié, dont aussi des bestioles pour des substances médicales, hormone de croissance, insuline…utilisées depuis pas mal de temps, avant les PGM, plantes génétiquement modifiées.

      24. L’hôpital qui se moque de la clinique 😉 La réponse à la question sur la dissémination et la pollution génétique de l’environnement? Elle gène trop votre prosélytisme publicitaire ? Alors vous évacuez en noyant le poisson ? Je vous parle de la culture agricole, et vous me parlez d’hormone de croissance et d’insuline ? En quoi cela répond à la question : que faut-il penser de la dissémination et de la contamination par les OGM des cultures classiques ?

      25. @julien Alexandre :

        Pour avoir écrit ce que vous dites des OGM en distinguant risque sanitaire , risque de contamination détruisant la biodiversité , et surtout risque démocratique par l’assujetissement au  » marché  » par la nourriture , dans un blog ami il y a quatre ans , je vous remercie de porter avec votre jeunesse une vision éclairée de cet enjeu aussi grave que le nucléaire .

        ça me rassure sur l’avenir de mes petits enfants .

        Cordial soutien d’un vieillard encore pas complètement génétiquement modifié ou irradié ! Juan Nessy .

      26. Julien Alexandre

        PGM = techno générique, donc valider chaque cas produit médocs

        Faut arrêter, là, sinon c’est un dialogue de sourds dans une chambre noire.

      27. Pardon fnur, je dois avoir des problèmes de lecture, je ne vois pas en quoi cela répond à la question (5ème essai, on ne sait jamais) de ce qu’il faut penser de la dissémination des OGM cultivés en plein champ et de la pollution génétique engendrée ? Pas d’avis sur la question ? Restons-en là effectivement, vous m’attaquez sur un sujet, je vous réponds, et comme vous n’avez plus aucun argument, vous changeait de sujet en ignorant les questions posées. Ce type de comportement porte un nom sur le web.

      28. Eh bien que Monsanto ne maîtrise pas son produit, que les protocoles et critères de validation ne sont pas suffisants, qu’est ce que vous voulez que je vous dise d’autre, tout comme les médocs ne sont parfois pas au point, d’où ramdam dans le Landerneau de temps à autre. Que les labos publics ou autres de certification doivent pouvoir auditer les résultats et contre expertiser, être financés pour le faire. Si ces contre expertises, avant diffusion de la PGM, montrent qu’il y a négligence ou fraude, alors il y a diverses sanctions.

        Les PGM sont des techniques récentes, c’est pas étonnant qu’il y ai des erreurs, des vides réglementaires et juridiques.

        Vous faites une fixette sur la dissémination, qui est un problème actuel, tant que ça n’est pas résolu, la recherche poursuivra l’étude et dira si c’est si soluble ou pas. Vous n’êtes pas spécialiste des PGM, ni de la dynamique des populations végétales et vous n’avez pas de boule de cristal non plus. Allez manifester contre Monsanto qui balance des trucs pas au point, c’est tout ce que vous pouvez faire.

        Mais vous n’arrêterez pas les recherches PGM, ne rêvez pas trop, vous pouvez juste participer à demander que les recherches soient plus élaborées et contrôlées, pas plus.

        Non plus qu’on a interdit la métallurgie ou la chimie parce que ça servait à faire des canons, eux c’est sûr et certain ils ont été efficaces en termes de nocivité et le sont encore, moyennant quelques gadgets électroniques ajoutés.

        Mais bon, les PGM à cause de Monsanto et de son business model, ça m’a l’air d’être votre Fukushima à vous, un placement à la bourse des catas, je sens que ça va pas vous quitter avant la prochaine mort d’évêque. Mais je vous propose un autre placement cata, les nanotechnologies, c’est l’action qui monte, ça diversifiera votre porte feuille d’actions, en cherchant bien vous en trouveriez ailleurs.

      29. Voyez que l’on tombe d’accord en vous titillant un peu 😉 Je n’ai rien contre les recherches PGM, je suis simplement contre les cultures commerciales OGM sous la coupe d’un oligopole privé, précisément parce que comme vous le dites vous-même :

        Et bien que Monsanto ne maîtrise pas son produit, que les protocoles et critères de validation ne sont pas suffisants…

        Et je n’ai rien non plus contre les nanotechnologies ! Décidément, nous sommes sur la même longueur d’onde Fnur !

      30. C’est bien Julien, t’as fini par l’avoir le génie des alpages. Cuit, recuit et dénudé comme du fil de cuivre de mes copains manouches que tu me le laisses le Fnu’rrr…
        Mais je dois t’avouer que je suis littéralement abasourdi, positivement sidéré, par ta patience absolument immodérée…

      31. Oh, aucun mérite, c’est fnur lui-même qui m’a gentiment accusé d’être sous Prozac plus haut 😉

      32. Alors tout est bien qui finit bien, comme disait un belge avec caniche 🙂

        Le problème initial, c’est une de votre phrase préalable qui prêtait à confusion, problème de formulation.

        Il était implicite, pour moi, que les oligopoles amènent des problèmes, car aucun contre pouvoir, ça m’aurait paru redondant d’avoir à le signaler sur ce blog. Désolé, c’est mon travers synthétique, peut être latin, de ne pas tout énumérer. Mon expérience avec les allemands, me montre à quel point quand on leur pose une question il vous disent tout de A à Z, même si j’ai en gros compris à la lettre G, mais je laisse faire, ils font comme ça, et c’est pas inintéressant.

        Je m’y suis fait, mais je suis surpris quand je rentre en France où j’ai désormais l’impression qu’on ne me laisse pas finir mes phrases. Cette manie de l’interruption, de l’urgence, comme si il y avait le feu au lac, disent les suisses.

        Pour revenir au sujet, il y avait selon moi un postulat pas acceptable, mais si maintenant il y a acceptation d’une différenciation entre technologie utilisable de façon valide ou pas, en se découplant un temps de l’analyse des modèles économiques présents, même si ceux ci comptent dans l’immédiat pour détecter les maintiens de pouvoir abusifs, ça me va.

      33. Ah ça y est, après la moisson, le vigneron ramène ses collets, c’est la campagne, hein, bein !

        Un sou, ct’un sou, un lièvre, ct’un lièvre.

        Pas folle la guêpe, le débat est fait, les récoltes aussi, et le braconeur des villages, époque Pétain, ramène sa bobine pour récupérer le gibier laissé par les doryphores. Il a pas dit grand chose, mais maintenant il dit, pas de risque, juste poser sa marque insignifiante.

        Le gars, il s’est pas trop battu, même pas du tout, mais à l’occasion il sort sa frimousse, il a raison, le sanglier, il faut l’attraper à la fatigue, et à la battue?

        Vigneron

        Allez chez les gypsies, et lâchez moi la jambe un peu.

        C’est comme les tondues, on la ferme, et puis quand sonne la libération, on sort les tondeuses.

        Vigneron, occupe toi de ton sécateur pour couper les raisins, mais pas plus.

      34. @Ma bobinette chérie

        A méditer :

        « On sait bien que les OGM ne sont pas dangereux, mais ça fait peur, c’est donc parfait pour atteindre notre but politique. »

        Fnu’rrr (dit « Le génie dès Alpages », alias « Ma bobinette chérie » – pour ses amis pétainistes.)

        Vigneron. rond rond, dansons en rond, ronds.

    3. Ce mot a été prêté à Bové par Sophie Lepault, dans son bouquin visant à dépassionner le débat OGM et le remettre sur les rails et entre les mains de la science, « Il faut désobéir à Bové ». Le titre donne déjà la distance critique de Lepault. http://www.wikiberal.org/wiki/Jos%C3%A9_Bov%C3%A9

      Cette femme de télé réalise, quand elle n’écrit pas sur les OGM, des films institutionnels pour les entrepreneurs médias, M6, TF1, etc.

      Pour revenir sur cette citation attribuée à Bové, on ne trouve aucune corroboration et encore moins de validation sur le Net. Par contre, un commentateur d’un article très critique sur Bové et son combat, écrit :
      « @Anton :

      C’est dans le livre de Sophie Lepault « Il faut désobéir à Bové », apparemment ça vient d’une conversation interceptée avec l’un de ses adjoints..
      http://imposteurs.over-blog.com/article-pour-les-anti-l-ennemi-ultime-est-la-connaissance–44141135-comments.html

      Plus loin, un autre commentateur de ce même site anti Bové et autres « ennemi(s) ultime(s) de la connaissance » (sic) ajoute ce qui me semble devoir être une conclusion absolument définitive à l’allégation initiale : « c’est tres probablement ce que Bové pense mais nous ne devons pas utiliserce genre de citation, non prouvée, non verifiée, censées provenir de conversations « interceptées »….. »

      1. Il parait que Fnur a dit un jour
        « Je n’y connais rien aux OGM, mais du moment que Monsanto fait du blé, je suis pour »
        Ne me demandez pas la source.
        C’est à lui de prouver qu’il ne l’a pas dit!

        On dit aussi que Paul invite des clowns aussi sur son blog…

    4. « C’est du grand n’importe quoi de mettre des propos dans la bouche de José Bové qui va à l’encontre de son combat et des recherches scientifiques »

      Mais c’est lui qui a dit ça, personne ne lui à fait dire, c’est sorti de sa bouche, sans aucun Remington sur sa tempe. Ça montre à quel point les politiques sont prêts.

      Et puis Bové, c’est pas vraiment un scientifique.

      1. ////Mais c’est lui qui a dit ça, personne ne lui à fait dire, c’est sorti de sa bouche,////
        Quand , ou comment ? , fais gaffe la diffamation est répréensible et pénalement tu risques 20 ooo euros d’amende et trois ans de prison (d’apres mes sources)

      2. Allez, fnur, dites nous que vous avez bu de la source Cl. Allègre …et puis on aura tous compris au moins…

      3. Mais si il l’a dit ! Même que j’y étais! C’était l’année dernière à la soirée champagne et champis chez Anne Lauvergeon! Quelle teuf! 8)
        Vous auriez vu la tête de fnur le lendemain matin…

      4. Fnur, t’as lu ça dans le livre de Sophie Lepault, c’est ça ta source… Ou quelqu’un qui l’a lu te l’a rapporté. C’est tout, c’est pas grave… Dis-le, tu vois bien que t’agace tout le monde, il fait chaud en plus… Bon, t’aurais du vérifier la source de ta source, c’est sur, peut-être même la source de la source de ta source…. C’est pas simple tout ça. Tu sais qu’ici on ne dit aucune connerie, tout doit être vérifié, prouvé, sourcé. Faut un pied à coulisse sinon t’es lynché. La vérité des faits! Si Bové a dit ça, il ne l’avouera pas. Ce qui n’ôte pas le fait qu’il a put le dire… Ou pas. Arrangez-vous avec ça. Une « source », c’est quoi?… http://www.wikiberal.org/wiki/José_Bové

      5. Les artistes à l’œuvre

        Vérifier une citation : un long parcours, parfois
        Dans Ma vérité sur la planète (avril 2007), Claude Allègre citait Bruno Rebelle en ces termes (bas de la page 166) : « Il suffit de citer Bruno Rebelle, ex-porte parole de Greenpeace France et aujourd’hui conseiller de Ségolène Royal, qui expliquait le 28 mars 2004 son opposition aux OGM : “Ce n’est pas facile parce que sur un plan scientifique cela va dans le bon sens et il n’y a pas d’effets néfastes. Par définition, je refuse les biotechnologies que je considère comme un choix de société. Je n’ai pas peur des OGM mais ceux-ci représentent un choix de société auquel je suis hostile”.Tout est dit ». Ces propos, décoiffant de la part d’un des principaux animateurs de la campagne anti-OGM, n’étaient appuyés par aucune référence. Une vérification élémentaire sur la toile révélait que cette citation était déjà reprise sur quelques blogs mais aucune source ne figurait nulle part. Après de longues recherches, cette citation, moyennant une légère mutation (choix vs type), était retrouvée dans le livre de Sophie Lepault, Il faut désobéir à Bové, février 2005, page 133 : « Le 28 mars 2004, lors d’un colloque scientifique, Bruno Rebelle, ex-porte-parole de Greenpeace France, expliquait très clairement son refus des biotechnologies : “Ce n’est pas facile parce que sur un plan scientifique cela va dans le bon sens et il n’y a pas d’effets néfastes. […] Par définition, je refuse les biotechnologies que je considère comme un type de société. Je n’ai pas peur des OGM mais ceux-ci représentent un choix de société auquel je suis hostile” ».

        Là encore aucune référence n’est fournie à l’appui de ces propos mais on peut, sans grand risque de se tromper, savoir quelle est la source (mal retranscrite) de Claude Allègre, d’autant plus qu’il cite plusieurs fois Sophie Lepault dans ce chapitre.

        Mais… Bruno Rebelle n’a jamais dit exactement cela ; après de nouvelles recherches, la source originale semble bien être une lecture biaisée du rapport 301 de la commission du Sénat de Mai 2003 : Le président de la commission écrit dans le rapport : « Nous avons reçu M. Bruno Rebelle le 28 mars dernier lors d’un colloque au cours duquel il disait refuser les biotechnologies. En termes de recherche de consensus, ce n’est pas facile parce que, sur un plan scientifique, il considère que cela va dans le bon sens et qu’il n’y a pas d’effets néfastes, mais par définition il refuse les biotechnologies qu’il considère comme un type de société » (Rapport n° 301 du Sénat du 15 mai 2003 [1]).

        Il s’agissait donc d’une reformulation par le président de la commission du Sénat de sa compréhension de la position de Bruno Rebelle ; qui plus est le « ce n’est pas facile » est une appréciation que porte ce président et n’est nullement prêté, par lui, à Bruno Rebelle. En plus, Sophie Lepault, écrivant probablement son livre à la fin de l’année 2004, a retranscrit, à tort, « le 28 mars dernier » (dont on n’a pas pu retrouver, quant à nous, si ce colloque s’était tenu en 2002 ou 2003) en « 28 mars 2004 ».

        Sur le fond, la pensée de Bruno Rebelle n’est néanmoins pas trahie car on trouve ceci, reporté littéralement dans les actes du Conseil Economique et Social : « Pour ma part, je n’ai pas de craintes. En revanche, j’ai un certain nombre de convictions. Nous n’avons pas peur des OGM. Nous sommes seulement convaincus qu’il s’agit d’une mauvaise solution. Les OGM sont peut-être une merveilleuse solution pour un certain type de société. Mais justement, c’est de ce projet de société que nous ne voulons pas ». Bruno Rebelle, Greenpeace France, Débats au CES [2] des 4 et 5 février 2002.

        Mais que d’imprécision… et de temps perdu pour qui veut y voir clair ! Un exemple typique de l’à-peu-près à proscrire.

    5. Mais Mr Paul Jorion vous avez accès à l’ADSL, je me moque des contes de fées et n’ai pas peur de rester une citrouille quoiqu’en soient les sorts éventuels, car toujours grotesques, ces sorts.

      Mon ambition, c’est même d’être une citrouille, j’ai fait des efforts non concluants.

      Encore une fois, demandez à Bové ce qu’il en est de ses dires, à priori manipulateurs.

      Vous avez désormais assez de notoriété pour questionner l’individu. Usez en plutôt que de jeter des sorts périmés et usés.

      1. Beaucoup de mises en demeure qui n’impressionnent personne, comme toutes les mises en demeure que j’ai pu me voir présentées sur ce site, sans aucun fondement juridique.

        Vraiment nul sur le plan effectif, j’attends une action en justice contre moi, et bien fondée.

        Je suis près à répondre moyennant quelques frais d’avocats.

      2. Bon, je signale un dire de J Bové, et je me fais incendié par ce blog de croyants prêts à tout.

        C’est assez symptomatique.

      3. Fnur,
        dans ton discours du du 16 sept 2009
        au bistrot du coin….
        20h30, le bistrot de la place de la mairie….
        je m’en souviens bien, tu as dit:
        « Les OGM, j’en bouffe et j’en rafole…. et je ne suis pas plus malade pour autant. « 

    6. Quel pataquès !!!

      La source de Fnur ? L’illustre Claude Allègre, dans son bouquin « Ma vérité sur la planète ».

      Voici la citation dans son contexte, où l’on parle de propos rapportés qui auraient été « interceptés »… Dommage que Colombo ne soit plus parmi nous !

      … » Car José BOVE connaît en fait la vérité, il sait fort bien que les OGM actuellement cultivés ne présentent aucun danger, puisque son père est un ancien chercheur… Il fait tout cela pour des raisons uniquement politiques et peut-être oedipiennes. Et ça marche ! donc il continue… D’ailleurs une conversation téléphonique interceptée avec l’un de ses adjoints est claire à ce sujet : « On sait bien que les OGM ne sont pas dangereux mais ça fait peur, c’est donc parfait pour atteindre notre but politique! ». Ce qui me navre, c’est que des politiciens ignorants, comme mes amis les présidents de Région socialistes emmenés par Ségolène ROYAL, ont décidé de combattre eux aussi les cultures OGM. »

      1. Euh ben je crie pas à la persécution, c’est quoi ce bidule dans lequel je n’ai pas investit un kopeck, misère de mise en scène à laquelle je n’adhère pas un instant ? C’est quoi ce procès stalinien ?

        Vous savez pertinemment où sont les sources, ne me prenez pas pour un crétin et faites pas le niais.

        « » Car José BOVE connaît en fait la vérité, il sait fort bien que les OGM actuellement cultivés ne présentent aucun danger, puisque son père est un ancien chercheur… Il fait tout cela pour des raisons uniquement politiques et peut-être oedipiennes. Et ça marche ! donc il continue… D’ailleurs une conversation téléphonique interceptée avec l’un de ses adjoints est claire à ce sujet : « On sait bien que les OGM ne sont pas dangereux mais ça fait peur, c’est donc parfait pour atteindre notre but politique! ». Ce qui me navre, c’est que des politiciens ignorants, comme mes amis les présidents de Région socialistes emmenés par Ségolène ROYAL, ont décidé de combattre eux aussi les cultures OGM. » » de Julien.

        Alors quoi ?…

      2. @ Julien,

        Bonsoir,

        En attendant la tarte à la citrouille..fnur fais pas ton opprimé, même qu’on cherche avec toi d’où ça peut bien sortir, mets y de la bonne volonté!

        http://www.ogms.be/actualites/terrorisme-vert-les-antinanos-interdisent-debat
        on y trouve la cit.sans réf.

        http://www.club-rotary.com/conferences/annee_0708/roland_amourelle_ogm.htm
        intéressant, dur de déterminer qui écrit..

        http://www.ogms.be/paroles-de-khmers-verts.html

        Les OGM c’est la mise sous coupe de dépendance chimique, monopolistique de la terre et de ses fruits. Pour longtemps. Un truc bon pour les parieurs et les assureurs?

        Si le ventre est notre second ou premier cerveau, on est beaux.

        hambeurker, on est foutu, on mange trop..

        C’est comme les radiations et les milliards, on ne les voit pas

        Claude y dit que son papa y connaissait les ogm, José dit que non, les rapports familiaux et de « confrères » chercheurs se croisent..pff

        wiki:

        Son père Joseph-Marie, d’origine luxembourgeoise, est spécialiste des maladies des plantes. Il se voit attribuer la nationalité française en devenant directeur régional de l’Institut national de la recherche agronomique (INRA) et devient membre de l’Académie des sciences1. José Bové a déclaré que son père n’avait « jamais travaillé sur les OGM2 » (toutefois, cette affirmation est contredite par la liste des publications de J.M. Bové3).

        ↑ Base des publications de l’INRA, http://www.prodinra.fr, voir en particulier : Plant Science 2005, 168: 349-358 ; Applied and Environmental Microbiology 2002, 68: 2113-2119 & 1998, 64: 4566-4572

      3. il sait fort bien que les OGMs actuellement cultivés ne présentent aucun danger

        Admettons, mais cela ne veut pas dire pour autant que toute manipulation génétique sur le vivant sera à jamais inoffensive et n’aura pas d’effets de bord indésirables. Il y a tout de même un côté apprenti sorcier dans ce genre de modifications. Seuls le temps et le recul nous permettrons de juger, c’est pareil qu’avec le fission nucléaire civile.

    7. Oh Daniela……..
      Connaissez vous l’histoire de la tomate, la « pomme d’or » rapportée du Mexique en 1560.
      Je viens de la découvrir avec curiosité et étonnement dans un article de Hervé Morin dans le Monde du 26 juin.
      Nos ancêtres l’appelaient « pomme d’amour » ou « pêche des loups »
      De la minuscule tomate orange initiale, à la belle tomate rouge mais vite raplapla on est passé par divers stades pour en arriver à des standards à fort rendement et date de péremption acceptable pour la mondialisation et bientôt, qui sait, des tomates cubiques »
      http://www.lemonde.fr/planete/article/2011/06/24/en-israel-la-tomate-est-d-or_1540499_3244.html

      « Haim Rabinowitch et ses collègues de la faculté d’agriculture de Rehovot, dépendant de l’Université hébraïque de Jérusalem, ont été à l’origine d’une « révolution rouge » dans sa production au cours des dernières décennies. Et ils continuent à croiser des milliers de variétés chaque année pour améliorer les rendements. « Notre objectif est d’atteindre un millier de tonnes par hectare et par an », indique le chercheur septuagénaire, précisant que le niveau actuel est de 800 tonnes en France. « Il était seulement de 15 tonnes quand j’ai commencé », se souvient Haim Rabinowitch ».

      Daniela a tenu tête au 1er OGM :
      « -Daniela et ses consoeurs ne sont probablement pas pour rien non plus dans l’échec du premier OGM destiné à la consommation humaine mis sur le marché, Flavr Savr. Cette tomate transgénique, commercialisée par l’américain Calgene en 1994, était censée mieux résister au pourrissement. « Flavr Savr a été un flop, parce que la variété choisie n’était pas très bonne et que la conservation n’était pas vraiment améliorée, tandis que son prix était élevé, indique Mathilde Causse, responsable d’une unité d’amélioration des tomates au centre INRA de Montfavet (Vaucluse). Mais, dans le même temps, les Israéliens introduisaient des variétés longue conservation obtenues par sélection classique.- »

      Et en conclusion pour en finir avec les OGM :
      « -Son laboratoire est attentif aux avancées ouvertes par le séquençage du génome de la tomate. Celui-ci est achevé, mais sa publication scientifique fait encore l’objet de tractations entre laboratoires. Et si un jour l’Europe devenait moins hostile aux OGM, assure l’agronome, « nous serions prêts pour en concevoir-« .

      La lutte des semences suit son cours..

  38. @Dissonance

    26 juin 2011 à 02:11

    « @le pirate

    Pour ceux qui ont peu ou pas de moyens, certaines firmes installent les panneaux gratuitement sur votre toit pour les exploiter eux-mêmes et ensuite ils vous appartiennent au bout de 15 ans

    C’est à dire grosso modo (à 5 ans près) quand ils sont bons à jeter. Les frais de désinstallation et de recyclage sont alors assumés par qui? Et pour quel coût? »

    La durée de vie des PV est de 30 ans. Il ne fournissent plus que 80% de leur puissance originale après 25 ans. Mais 80% c’est encore très bien !
    La durée de vie des onduleurs est de 10 ans en revanche.

    @ Tous,

    Pour ceux qui restent braqués sur le prix du courant PV par rapport au nucléaire… Attendez que l’état tienne compte du prix du démantèllement des centrales… Vous serez bien surpris et ce sera trop tard pour pleurer.

    Agissez que diable au lieu de vous lamenter en pointant du doigt ceux qui ont eu le courage de choisir le renouvelable !

    1. Vous ne répondez pas sur le coût (aussi bien financier qu’écologique) du démantèlement des panneaux photovoltaïques, qui n’est pourtant pas nul.

      Le retraitement des déchets industriels banals, dont font parti si je ne m’abuse le matériel photovoltaïque, est loin d’être une filière neutre pour l’environnement. Détail amusant, on y retrouve également des centres de stockage pour les « déchets ultimes » – ceux qui demeurent après revalorisation des matières ré exploitables, car tout n’est pas recyclable là dedans, loin s’en faut – un peu comme pour le nucléaire, en moins spectaculaire certes, mais néanmoins avec un fort potentiel de nuisances: Lixiviats (plus couramment appelés de manière très évocatrice « jus de poubelle »), dégagements gazeux, trafic routier généré très important, entre autres.

      Plutôt que de parler de courage concernant le choix du renouvelable, je préfère parler de la lâcheté du choix d’une autre forme de fuite en avant, habilement dissimulée par un terne vernis de rhétorique écologiste.

    2. Ha Le Pirate.

      Tu oublies le prix de réduction et/ou de stockage des déchets. Soit une fortune et la Hague ainsi que Marcoule sont devenus des sites de poubelles radio-actives.

      Mais tout comme dans l’individualisme par l’instantané de la finance, les générations futures payeront.
      (surtout les « autres »…)

      1. Les provisions dotées par EDF sont largement insuffisantes pour couvrir les coûts de démantèlement de l’ensemble du parc. A tel point que les stratégies comptables se succèdent pour camoufler cette évidence :

        http://www.reporterre.net/spip.php?article1546
        (NB : depuis l’apport partiel d’actifs d’EDF à RTE en 2005, RTE est une pépite parmi les filiales d’EDF, mais une pépite qui a en principe vocation à devenir totalement indépendante, car devant assurer une parfaite neutralité d’accès au réseau de transport pour tous les concurrents d’EDF)

        Vu par C. Lepage :
        http://www.corinnelepage.fr/index.php/2011/03/01/la-situation-financiere-dedf/

        Autre point intéressant, la constitution du fameux « fonds d’actifs dédiés au démantèlement » (ci-après un extrait du journal »les échos » de 2005 :
        « A la demande de l’Etat, EDF va accélérer la constitution du fonds d’actifs dédiés au financement des charges de démantèlement. D’ici à 2010, plus de 12 milliards d’euros devront lui être consacrés.

        Le sujet a été évacué en une phrase. En officialisant le lancement de l’ouverture du capital d’EDF, lundi dernier, Dominique de Villepin a simplement indiqué que le programme d’investissements élaboré par l’entreprise prévoyait « de sécuriser les ressources financières qui [lui] permettront de démanteler les centrales nucléaires, le moment venu ». Les dépenses en question s’inscrivant dans un calendrier pour le moins éloigné, le Premier ministre a préféré s’attarder sur les projets « de développement » plus immédiats ».

        Cette information nous renvoie à un rapport 2005 de la Cour des Comptes, dont les pages 190, 191, 192, 193 (surtout le début de la page 192) sont à déguster lentement. A lire aussi -et surtout- entre les lignes…
        http://www.ccomptes.fr/fr/CC/documents/RPT/RapportRadioactifsnucleaire.pdf

      2. Hélas, les faits ont souvent un tort: celui de changer. Ainsi, pas mal d’eau a coulé sous les ponts en 6 ans.

        Récapitulons, et voyons ce qu’il s’est passé en détail.

        Si vous le lisez dans son « entièreté », le rapport de la cour des comptes fait deux conclusions majeures concernant le financement du démantèlement :
        1) Les provisions faites par les acteurs du nucléaire sont estimées comme suffisantes, et les évaluations faites semblent cohérentes et documentées. (p 177, 178, 179). Il est ainsi tout à fait faux de dire, comme votre premier lien, que « la cour des comptes s’est inquitété de la faiblesse des provisions ».
        2) Les modalités de financement du démantèlement sont extrêmement floues pour edf (les pages que vous avez cités).

        Comment expliquer ces deux conclusions en apparence opposées ? Une provision pour démantèlement est un élément apparaissant au passif du bilan d’une entreprise, et qui apparait également dans sa structure comptable. Ainsi, la valeur actuelle d’edf tient compte aujourd’hui du fait que les centrales seront démantelées (c’est une obligation légale, tout à fait identique pour l’éolien, voir premier lien).

        Mais si le bilan dit que l’entreprise peut globalement supporter le coût du démantèlement, il ne dit pas précisément quels actifs peuvent être utilisés. Cessions d’immobilisations ? De valeurs mobilières ? Le flou est resté longtemps sur ce point, et a été pointé avec juste raison par la cour des comptes. Or, en 2010 edf a décidé de mettre en regard des provisions une bonne partie du capital d’erdf.

        Je ne vois pas ce que ça a d’illégitime : si comme le dit le premier lien erdf a vocation à se développer, les producteurs d’énergie renouvelable et propre pourront tout à fait y investir, en tout cas plus que si cela restait dans le giron d’edf en tant que vache génératrice de cash-flow (en sachant que contrairement à ce que semble penser l’auteur de l’article, les dividendes générées par le capital d’erdf ne sont pas utilisées pour le démantèlement, mais uniquement pour engraisser edf ; c’est la mainmise d’edf sur ce capital qui est immoral plus que le contraire !)

      3. vous affirmez que « le prix du démantèlement est d’ores et déjà provisionné par EDF », sans citer la moindre référence, mais allons à l’essentiel.

        Vous pointez du doigt le premier lien pour le qualifier de « tout à fait faux ». Pour preuve selon vous, les pages 177 et suivantes affirment que tout va bien, « les provisions étant aujourd’hui le fruit de calculs très scrupuleux ». Or, à ma connaissance, une seule évaluation du coût de démantèlement a été faite par EDF -évaluation du coût de démantèlement de la centrale de Dampierre-.
        Il se trouve que, puisque vous avez lu le rapport de la CC dans son entièreté, vous n’avez pas manqué de noter P 175 que les montants retenus sur la base du coût de démantèlement de Dampierre sont qualifiés de « robustes ». C’est pourtant bien la même Cour des Comptes qui, à la même époque, écrit :
        « Les provisions destinées à couvrir les charges nucléaires futures pour démantèlement et fin de cycle des combustibles irradiés et déchets radioactifs sont par nature incertaines, en raison des spécificités du domaine couvert : incertitude sur les processus techniques utilisés dans le
        futur, sur les coûts et sur le calendrier de réalisation. Comme l’a rappelé le récent rapport de la Cour, à ces difficultés d’évaluation, il faut ajouter l’aléa lié au choix des niveaux des taux d’inflation et d’actualisation. Ces aléas jouent d’autant plus que les montants en cause
        sont considérables, sans équivalent chez les entreprises françaises voire étrangères, et que l’on se situe sur des échelles de temps très longues ».

        Mais alors, à quel discours se fier? A celui de la Cour des Comptes qui dit que les calculs ayant déterminé les dotations sont robustes, ou à celui de la Cour des Comptes qui n’évoque qu’un océan d’incertitudes?
        A votre affirmation tout à fait tranchée, il est raisonnablement permis d’opposer les principes de base que ne devrait jamais perdre de vue une bonne comptabilité, principes excellement rappelés dans un article déjà ancien du Monde Diplomatique que voici

        http://www.monde-diplomatique.fr/2005/11/RICHARD/12911

        Il fait l’éloge du principe de prudence, à rebours de la modernité des principes de « juste valeur ». Autrement dit, appliqué à la provision qui nous occupe, ce qu’EDF devrait provisionner, c’est un montant maximal, et certainement pas une estimation qui, de l’aveu même de la Cour, est susceptible d’évoluer (cf rapport P 180) :
         » à la baisse, si de nouvelles techniques plus performantes sont mises en oeuvre ;
        – à la baisse, si des réacteurs de nouvelle génération devaient succéder sur les mêmes sites aux actuels réacteurs, en raison de la diminution induite des frais de surveillance ;
        – à la hausse, si les obligations de sûreté nucléaire devenaient plus exigeantes. »

        Il est raisonnable de penser, en ces temps Fukushimesques, que la troisième hypothèse est plus vraisemblable que les deux premières, conduisant dans un avenir proche à constater que les provisions constituées sont insuffisantes.

        On ne va peut être pas compliquer le débat avec les impacts de l’adoption des nouvelles normes compables et les ajustements opérés sur les provisions. Allez, si, pour la route, un extrait de l’autre rapport de la Cour des Comptes :
         » Ce changement (de normes comptables) aurait dû entraîner :
        – une réduction de 400 à 500 M€ des dotations aux amortissements des centrales nucléaires, résultant de l’allongement de la durée résiduelle d’amortissement ;
        – une réduction très importante (environ 2,8 Md€) des provisions liées à la déconstruction des centrales par le jeu de l’actualisation sur 10 ans supplémentaires, améliorant d’autant la situation nette.
        Cet impact positif attendu sur la situation nette et les résultats de l’exercice n’a en définitive pas pu être constaté en 2003, du fait d’un changement d’interprétation comptable par l’IASB. Son comité d’interprétation des normes a dans un premier temps, en juin 2003,
        recommandé que soit appliqué un traitement rétrospectif qui aurait conduit EDF à enregistrer sur l’exercice la totalité de l’amélioration attendue de la situation nette. En raison d’un changement de position de ce comité en cours d’année, la solution finalement retenue le 31 décembre n’était plus celle appliquée au 30 juin. Après application de cette méthode, dite prospective, les réductions de provision au passif ne viennent plus augmenter la situation nette, mais sont imputées sur les actifs correspondants et ne se traduisent positivement sur le résultat que progressivement, sur les exercices futurs, au travers de dotations aux
        amortissements réduites. »
        La simple mise en oeuvre d’une nouvelle norme comptable, combinée à l’allongement de 10 ans de la durée d’amortissement, ont donc une influence directe sur le niveau des provisions pour démantèlement dotées par EDF. Dans la réalité des faits, l’allongement de la durée d’exploitation des centrales ne conduisant qu’à multiplier les risques d’accident grave, une saine pratique comptable devrait conduire à augmenter notablement les provisions pour risques et charges. Or, le rapport indique que la provision diminue mécaniquement. A part ça, aucun doute, « le prix du démantèlement est d’ores et déjà provisionné ». Il ne reste plus qu’à espérer que lesdites centrales auront l’élégance de ne pas trop fuir ni de trop exploser, sinon tout ça risque d’être un poil juste pour faire face aux coûts…

        Modalités de financement
        Vous les qualifiez de floues parce que vous vous en tenez à la lettre de ce que vous lisez dans le seul but de défendre votre point de vue. Non seulement je ne les aies jamais qualifiées de floues, mais comme apparemment vous vous refusez à la moindre démarche de lecture critique, je vais tenter d’être moins sybillin sur ce point.
        Il est hautement probable qu’EDF a cherché à tirer le plus de profit possible de la gestion de son fameux « portefeuille d’actifs dédiés » évoqué P 190 du rapport. Or, P 192 on lit  » les comptes publiés par EDF donnent fort peu d’indications sur la composition du portefeuille d’actifs financiers. Ce portefeuille figure à la fois au sein des TIAP et des VMP. Les TIAP figuraient dans les comptes 2002 pour une valeur historique de 1 135 M€ et une valeur estimative de 1074 M€. En revanche, aucune mention n’indique la part consacrée aux actifs dits dédiés sur un total de VMP, qui était de 2 511 M€ en 2002 : l’annexe des comptes se borne à indiquer qu’une partie des VMP « est destinée à participer, de la même manière que les TIAP, au financement des opérations de fin de cycle nucléaire provisionnées au passif du bilan ».

        Pensez vous une seule seconde que les gestionnaires du portefeuille d’actifs d’EDF ont été plus malins que les autres, et ont traversé la crise financière sans y laisser la moindre plume? Alors quand vous vous bornez à dire que « les modalités de financement sont floues », soit vous êtes vraiment naïf, soit vous habitiez sur la Lune quand la crise financière s’est déclenchée. Non seulement ces modalités ne sont pas floues, mais je vous parie mon salaire que la « sécurisation des ressources financières visant à assurer le démantèlement des centrales » a du en prendre un méchant coup derrière les oreilles au passage de la crise.

        S’agissant de l’affectation de 50% du capital de RTE à ce portefeuille (de RTE, et non pas d’ERDF, vous semblez confondre les deux sociétés), je n’ai pas le souvenir de l’avoir qualifiée d’illégitime. Je souligne simplement le fait que, conformément aux grands projets d’ouverture du marché à la concurrence, la situation centrale de RTE en tant que gestionnaire du réseau de transport devait nécessairement la conduire à quitter à brève échéance le giron d’EDF. Je ne suis pas certain que l’affectation de 50% du capital au portefeuille d’actifs dédiés soit le signe d’une fin prochaine de la tutelle d’EDF sur l’opérateur de transport. En tout cas, en matière de rendement, c’était sans doute plus fiable que le portefeuille de VMP évoqué par la Cour.
        Si je comprends votre conclusion, vous semblez indiquer que les dividendes tirés de la détention des titres RTE (vous dites erdf mais je suppose que vous parlez bien de RTE) ne serviront pas à faire face aux coûts de démantèlement : il me semble que c’est justement le but du transfert de 50% des titres RTE dans le portefeuille d’actifs dédiés : sécuriser des recettes fiables, récurrentes, pour enfin avoir un peu de visibilité sur le financement de ce gouffre que s’annonce être le démantèlement.
        Pour finir, un petit détail :  » A l’occasion de cette affectation, l’Etat a souhaité un changement de gouvernance concomitant de RTE au 31 décembre 2010, se traduisant par une augmentation du nombre des représentants de l’Etat au Conseil de Surveillance, désormais au nombre de 4, soit au même niveau que ceux d’EDF et des salariés. « 

  39. Vive la colère ! C est vraiment loin de l indignation , tant à la mode aujourd hui et si peu porteuse d avenir . La question que j aimerais poser à Paul Jorion est la suivante : En quoi , comme vous l indiquez , n êtes vous pas d accord avec cet homme en colère ?

  40. Comment l’humanité s’est fourvoyée dans une impasse

    « Et Dieu les bénit; et Dieu leur dit: Croissez et multipliez, et remplissez la terre, et l’assujettissez, et dominez sur les poissons de la mer et sur les oiseaux des cieux, et sur tout animal qui se meut sur la terre. »
    Bible – Genèse

    « Le prométhéisme c’est la conviction insensée que l’homme a la capacité de rivaliser avec les dieux – et avec Dieu -, de leur disputer leur puissance; qu’il ne fait pas partie de la nature, mais qu’il occupe par rapport à elle une position de surplomb. « 
    Mythe de Prométhée – Mythologie grecque

    Ce double héritage explique en grande partie l’évolution de nos sociétés occidentales jusqu’à aujourd’hui.
    Mais ce n’est que récemment avec la révolution technologique et industrielle que les événements se sont emballés. Jusque là le feu, donné selon le mythe, par Prométhée aux hommes leur avait permis d’améliorer leur quotidien, mais les techniques associées restaient primitives et ne permettaient qu’une activité de type artisanale. Cet état de fait limitait l’accroissement des populations, d’autant plus que la médecine restait assez rudimentaire.
    Lorsque le feu fut associé à l’eau dans la machine à vapeur, les choses changèrent du tout au tout, alors commença le révolution industrielle basée d’abord sur le charbon. Puis la découverte du pétrole et sa mise en exploitation à grande échelle donna à cette révolution un caractère exponentiel. Le développement corrélatif de la chimie et des progrès de la médecine permit une explosion démographique tout aussi exponentielle.
    Si bien qu’aujourd’hui l’interaction: progrès technologique-explosion démographique produit des effets de moins en moins contrôlables.
    On ne peut comprendre la situation de crise inédite actuelle, si l’on n’a pas en tête les éléments qui précédent. Il s’agit d’un phénomène non linéaire: la croissance démographique est permise par le progrès et en retour la croissance démographique appelle toujours plus de progrès technologique. Avec comme conséquence des excès contraires à l’éthique, économie de marché concurrentielle oblige: manipulation du vivant, énergie nucléaire sale, pesticides aux effets délétères etc…
    Une conséquence de cette évolution: c’est la massification, qui elle même n’est possible que grâce à l’essor du productivisme. Les populations deviennent tellement nombreuses et exigeantes en terme de confort de vie, qu’il faut sans cesse imaginer de nouvelles solutions technologiques pour faire face à ces exigences. Exigences que la logique commerciale ne fait qu’exacerber au travers de la publicité. Tout cela irait bel et bien, si ce n’était le fait que les ressources fossiles qui servent à faire fonctionner le système technologique, n’étaient pas limitées, et si l’énergie dégradée dans ce processus ne l’était pas de façon irréversible comme nous l’enseigne la deuxième loi de la thermodynamique.
    En 1950 la population mondiale s’élevait à un peu moins de trois milliards d’habitants, en 2011 elle atteint sept milliards d’habitants, et malgré LE progrès plus d’un milliard ne mange pas à sa faim. Il est prévu qu’elle atteigne 9 milliards en 2050. Par dessus le marché l’activité productiviste frénétique menace de bouleverser de manière catastrophique l’équilibre climatique de notre planète. En terme d’empreinte écologique, si tout ce beau monde voulait accéder au mode de vie des américains du nord, il faudrait l’équivalent de quatre à cinq planètes, et pour le mode de vie européen deux à trois planètes. Nous voici au coeur de la problématique de la crise majeure à laquelle est aujourd’hui confrontée l’humanité.
    Sur le plan politique les mouvements écologiques font le même constat, mais n’ont pas de solution satisfaisante à apporter, la décroissance ce n’est pas très porteur électoralement. Quant aux partis de gauche traditionnellement associés au thème du progrès social des masses, ils se retrouvent tétanisés par l’évolution en cours. Car qui dit progrès matériel, dit productivisme, croissance au sens économique et donc continuation du cycle infernal qui nous a amené dans l’impasse présente.
    L’un des premiers à avoir tiré le signal d’alarme en France dans les années 70, avaient été René Dumont le père de l’écologie politique française. A la même époque le Club de Rome a fait élaborer une étude qui allait être plus connue sous le nom de rapport Meadows, étude qui pointait de façon indiscutable les limites de notre modèle productiviste de développement.
    Mais tout cela est plutôt dérangeant pour nous tous, qui préférons croire que les arbres poussent jusqu’au ciel, aussi avons nous ignorés ces avertissements. Tous? Peut-être pas, les classes capitalistes ont sûrement compris l’avertissement, et ont compris pour le dire familièrement qu’ il n’y en aurait pas pour tout le monde. Aussi pour défendre leurs intérêts de classe, elles ont promu et fait triompher ce que l’on a appelé à partir des années 80 l’idéologie néo-libérale. La mise en oeuvre de cette idéologie, conduit mécaniquement à augmenter la richesse d’une minorité et à appauvrir les masses. En vertu de cette logique implacable et égoïste: que puisque il n’y en aura pas pour tout le monde, autant qu’une minorité de privilégiés en ait autant qu’elle veut.
    Sous cet angle tout est plus clair, puisque l’on ne peut étendre le mode de vie des classes moyennes des pays riches à toutes les populations de la planète, et puisqu’il n’est pas question pour les oligarchies dominantes de limiter leur mode de vie, alors il faut laminer le niveau de vie de ces mêmes classes moyennes dans les pays déjà riches. Bien entendu ces oligarchies mettent en avant le fait que de nouvelles classes moyennes émergent en Chine où en Inde, mais elles restent minoritaires par rapport à la population totale de ces pays, qui par contre voient eux aussi se développer un classe de très riches.
    Ce programme est en cours en Europe, avec la « crise de la dette publique » instrumentée par les oligarchies capitalistes.
    La gauche, est paralysée car elle a besoin du productivisme pour tenir ses promesses, mais nous avons vu que ce productivisme est une impasse en regard de la finitude de la biosphère.
    Les écologistes ont des solutions: croissance zéro, voire décroissance, mais cela n’est pas porteur électoralement parlant. Voilà comment les partis traditionnellement associés au progrès se retrouvent coincés dans une contradiction fondamentale. Ce n’est pas le cas des partis de droite et d’extrême-droite qui par nature n’ont pas d’état d’âme avec le fait que l’inégalité règne parmi les hommes et que la nature soit mise en coupe réglée.
    Voilà comment la finitude de la biosphère va nous obliger à remettre en cause le « Croissez et mutipliez » de la Genèse et nous obliger à revoir de fond en comble la notion de progrès.
    Les partis de gauche et écologistes doivent prioritairement s’atteler à cette tâche, s’ils veulent retrouver un électorat d’adhésion et non de rejet du camps d’en face.
    Un projet de gauche remis au goût du jour devra sans aucun doute faire la part belle à la réduction des inégalités, mais devra tout autant tenir compte des limites planétaires, ainsi que du fait que le progrès ne peut pas uniquement résulter d’une augmentation du productivisme matériel, mais surtout d’ une révolution des mentalités qui consisterait à privilégier, du moins à partir d’un certain niveau de vie que l’on pourrait qualifier de décent, le mieux et le lien social sur le toujours plus en terme de quantité.
    Voilà comment la finitude de notre planète, va nous obliger à abandonner le mythe prométhéen.
    Et à en finir avec cet humanisme pervers qui prétend placer l’homme en surplomb de la nature.
    Il s’agit là d’une révolution copernicienne pour les sociétés humaines: l’homme est dans la nature, dans le cosmos, sa survie dépend de la nature, l’homme n’est pas le maître de cette nature.
    Soit nous sommes capables d’engager et de mener collectivement cette révolution, soit nous périrons comme des rats pris dans une nasse, après nous être entre-dévorés sans merci.
    Pour revenir à des choses plus triviales, je doute, même dans mes rêves les plus fous, que les partis de gauche, ou verts mettrons les questions que je viens de développer au coeur du débat lors de la campagne de 2012.
    Il se peut cependant qu’ils gagnent grâce à un vote de rejet, mais ce sera une victoire à la Phyrrus, car faute d’avoir correctement centré le débat, ils se heurteront à l’inertie du système, produiront des déçus et seront balayés lors des élections suivantes au profit de partis de droite, voire d’extrême-droite sans états d’âme.

    1. Bonjour,

      En accord avec vous sur la majorité de votre commentaire.
      Je ne crois pas néanmoins qu’aucun parti politique ne pense actuellement à une solution d’avenir
      et le salut ne saurait venir de ces gens-là.
      Programme UMP: Rester au pouvoir.
      Programme socialiste: Piquer le pouvoir à l’UMP.
      Programme du FN: Être Calife à la place du Calife.
      Programme Mélenchon & Co: Piquer un million de voix aux socialistes.
      Programme Ecolo: Se positionner pour piquer des bons postes à droite ou à gauche suivant comment le vent tourne.
      Y a pas!!! Ça se sont des programmes qui augure un avenir brillant et constructif pour nos progénitures.

      Bonne soirée.

      1. Bof, ce doit être « L’insoutenable légèreté de l’être » pour reprendre le titre d’un ouvrage de Milan Kundera.
        A quoi bon se prendre la tête tant que le risque n’est pas réalisé.
        Vivons, mourrons sans nous poser de questions et l’on ne s’en portera que mieux, après nous le déluge!
        A ce propos, rien de plus reposant pour la tête que le 20 heures:
        Dans les gros titres:
        C’est l’été il fait chaud, même très chaud!
        Laure Manaudou reprend du service!
        Dernière ligne droite avant le mariage du prince Albert à Monaco!
        Seule ombre au tableau: un accident avec des morts en montagne.
        Voilà demain est un autre jour, les vacances arrivent, les grandes migrations aussi.
        Pendant ce temps, mais tout le monde s’en foutra pour cause de bronze fesse,
        le parlement fera voter quelques lois supplémentaires pas très populaires.
        Ainsi passent nos années, comme dans un film de Tati.
        D’ailleurs je terminerai avec une séquence en rapport avec Jour de Fête:
        http://www.youtube.com/watch?v=-WiCMXewAX8

  41. Le ton de cet homme est particulièrement intense et déstabilisant. Il est à la mesure de la catastrophe qui se poursuit malgré les lénifiants discours et le silence de nos médias.
    Il me semble qu’il révèle, plus qu’une volonté de donner des leçons en aboyant, une peur terrible – il est à proximité de l’épicentre – et une tension mêlée de rage qui doit s’expulser comme juste colère et pour que les câbles ne grillent pas…

  42. Il en a gros sur la patate. Pour l’encourager quelque peu la presse alsacienne de ce soir.

    Ce dimanche plus de 5.000 participants venus de France, d’Allemagne et de Suisse (5.000 à 10.000) à la chaîne humaine contre Fessenheim.
    http://www.lalsace.fr/actualite/2011/06/26/plus-de-5000-participants-a-la-chaine-humaine-contre-fessenheim?image=94cec7ac-99a4-4f32-8005-9e68c8da302f#galery

    Restons vigilants et actifs cependant :
    «Ils vont peut-être finir par fermer la centrale, parce que la pression est forte. Mais ce sera pour mieux maintenir le reste de la filière nucléaire», a estimé le porte-parole du réseau «Sortir du nucléaire».

      1. c’est intéressant, 1976 c’est aussi l’année des accords de la jamaïque.

        les changes flottants
        « La contestation de Maurice Allais est plus radicale encore. Dans La Crise mondiale aujourd’hui (Clément Juglar, 1999), il soutient que les changes flottants créent les conditions d’un désordre généralisé, qu’ils accroissent les risques sur chaque opération commerciale ou financière internationale, et qu’ils ne peuvent déboucher que sur une crise mondiale de type 1929. « Ce qui doit arriver arrive ! », annonce-t-il. »

        ou quand les gouvernements abdiquèrent .

  43. Qui que soit le modérateur en ce dimanche, jour du seigneur, je le remercierais FORTEMENT de ne pas ENLEVER les qualificatifs que j’attribue de façon PERTINENTE aux enfoirés qui nous manipulent ici.

    Merci.
    Et salutations.

    Sinon, on peut continuer dans l’hypocrisie psychologique et financière, allons-y….
    ET CECI sans dire qu’il faut que le site devienne vulgaire dans le sens insultant.
    Mais si certains et certaines ne sont pas remis en place, c’est l’image de MONSIEUR JORION qui en patira en contre partie….

    Le choix est délicat, je vous le confirme. Mais vaut-il mieux un blog franc, massif, et honnête… ou un goldman sachs..???
    (insulte suprême 😉 )

    1. Yvan, vos commentaires sont désormais tous truffés de bordées d’injures à l’intention de tout et n’importe qui. L’expression consacrée s’appliquant à votre état présent est « péter les plombs ». Votre longue présence sur le blog en tant que commentateur explique la sollicitude dont vous continuez de bénéficier mais un seuil a été atteint. Mon image n’a pas besoin de votre protection, et certainement pas sur ce mode-là.

      1. « péter les plombs »

        autres formes de pétage de plombs:

        péter un cable
        craquer son slip
        couler une bielle
        sortir de ses gonds
        péter une coche

        les messages utilisant beaucoup de mots en lettres majuscules sont souvent un bon indicateur

      2. Faux. Mes commentaires ne sont pas tous « truffés de bordées d’injures à l’intention de tout et n’importe qui. ».
        Mais ciblés. Et non injurieux mais qualifiants.

        « Péter les plombs »…
        Merci de l’injure…
        Notez, vous ne me rendez que celle d’attali-bis…

        Je bénéficie d’une « sollicitude »…???

        Votre image n’a pas besoin de ma protection, en effet. Mais… cherchez pourquoi maintenant.
        Et ce n’est pas faute de vous avoir averti à plusieurs reprises.

        Ce qui vous gène est que j’ai trop de vision de la vérité…

        Vous en avez bien profité dans les débuts, néanmoins.
        Mais je semble être « trop » visionnaire, en effet.

        C’est vous qui voyez. Sachez simplement que je vous ai cerné autant que vous l’avez fait.

        Et donc. La suite est à NOS risques et périls. Un peu comme tout un chacun, notez…

        Je ne vous dis pas « adieu », mais asta la vista.

      3. @Yvan
        Permettez-moi de rentrer dans le débat vous concernant, au risque de me faire incendier moi aussi.
        J’ai lu vos commentaires avec intérêt depuis le début de votre venue sur le blog, maintenant je les subis, et c’est à ce titre que j’interviens. Vous avez changé, et la qualité de vos commentaires a beaucoup baissé. Je vous invite à relire vos anciens posts pour le vérifier.
        D’abord vous postez beaucoup trop, même et surtout quand vous n’avez rien à dire.
        Ensuite vos posts deviennent de plus en plus incompréhensibles : on ne sait pas ce que vous voulez dire exactement ni même, souvent, vaguement. Vos affirmations sont peu claires, vos sources ne sont pas citées, vous utilisez l’ellipse et le sous-entendu plus souvent que raisonnable etc…
        Enfin, vous invectivez beaucoup les autres, c’est un fait. Vous n’êtes pas le seul, mais avec vous on ne sait pas souvent pourquoi vous critiquez tel ou tel!
        Je ne sais pas ce qui vous arrive ni pourquoi vous avez changé ainsi. Il y a forcément une raison que vous devez connaître. Il semble que vous ayez quelque peu usé la patience des tauliers et je vous invite à prendre de la distance quelque temps (en tant que commentateur) avant qu’ils n’écartent systématiquement tous vos commentaires. A titre personnel, je pense qu’il y a une place ici pour l’Yvan d’avant, que j’avais plaisir à lire. Pouvez-vous lui demander de revenir? Parce que celui de maintenant, pour reprendre une formule connue ici, il peut nous laisser avec Tepco!

      4. Je viens de poster un commentaire. Il n’y a aucun commentaire en attente de modération sur le blog
        Ai-je fait une fausse manip, ou la « modération » fonctionne-t-elle plus vite que l’éclair???

    2. @Yvan
      Si tu changeais de « choucroute » et prenais exemple sur la retenue de ton chef Nicolas, tu verrais que tu pourrais continuer à lâcher des perles :

      A 11 heures pétantes, le candidat-protecteur de la nation débute sa conf de stress.

      « Je remercie ceux qui se sont levés… ce n’était pas obligatoire … J’y suis sensible malgré tout » commença-t-il.
      « L’ordre du jour et l’agenda ont fait consensus. Les solutions ne font pas consensus, ça c’est certain… On a beaucoup progressé sur la méthode et sur l’agenda, il nous reste bien sûr à progresser sur les solutions »

      Un journaliste allemand mentionne une étude européenne prochainement publiée qui démontrerait que la spéculation n’entraîne pas une hausse des prix agricoles. « Je recommande de publier cette étude le 1er avril »

      Un journaliste de France 3 se demande quels résultats concrets est-on en droit d’espérer de cette présidence française des G20 et G8. Pas grand chose. Sarkozy reste modeste : « je suis incapable de vous répondre.(..) On essayera de faire au mieux. (…) Nous allons à cette présidence avec beaucoup d’humilité mais beaucoup d’ambitions.»

      Pour Sarkozy, il faut rester concentrer : « Si on veut tuer le G20, on lui fait prendre des décisions sur des sujets qui sont du ressort du G20. (…) Il faut résister à l’idée d’un directoire mondial qui n’a pas lieu d’être.»
      NOM d’un chien !

      Sur les otages, un journaliste de la Voix du Nord lui demande ensuite s’il regrette l’échec du sauvetage des deux Français au Niger voici 3 semaines. Sarkozy devient encore plus grave :
      « commençons à mettre un genou à terre, et on ne s’abaissera jamais.» « La faiblesse comme argument politique et comme positionnement, elle ne vous ai jamais pardonné.»

      « C’est la première fois dans l’histoire du monde que l’on a connu une crise qui touchait en même temps tous les secteurs et toutes les régions du monde. (…) Partout où on se tournait, ça s’écroulait. On n’est pas passé loin de la catastrophe », a-t-il souligné.
      Et «il existe encore bien des raisons qui pourraient faire que, dans l’avenir, le monde connaisse (…) un enchaînement aussi grave», a-t-il prévenu

      « Jamais dans son histoire, la France n’a fait un tel effort au profit de l’investissement ».
      Nicolas Sarkozy a par ailleurs annoncé que la France « va consacrer un milliard d’euros au programme nucléaire du futur »…….

      On peut dire des drôles de truc « gentiment » Yvan., hein ?

  44. En paraphrasant un mot d’humour connu (qui en est l’auteur ?), je fournis un argument supplémentaire en faveur de l’éolien :
    si on met d’un côté tous ceux qui brassent du vent et de l’autre tous ceux qui nous pompent l’air, ya de quoi faire tourner un paquet d’éoliennes !

    1. Ca, on avait compris.
      Personne ne sait ce qu’a dit José Bové.
      Mais Fnur, citrouille contrariée, aime raconter des contes de fée.

    1. vraiment pas mal. fallait y penser.

      Rien n’empêche de faire passer les quelques supertankers journaliers par des écluses.
      Voilà une énergie réellement propre: la lune. (bon faudrait pas trop tirer dessus, y a des risques qu’elle perde l’orbite 🙂 ).

    2. Merci d’avoir donné cette information sur Atlantropa. Je ne sais pas si un tel projet est possible techniquement, écologiquement et surtout politiquement. Ça semble une utopie du vingtième siècle qui pourrait être une réalité du 21 ème

    3. Quand on pense que l’eau de la méditerranée ne se renouvelle pas assez pour absorber toute la pollution qu’on y met et que cette mer est en grand danger, je ne suis pas sur que mettre un énorme barrage à Gibraltar arrangera quoi que ce soit.
      De toute façon comme c’est un projet multi-national, à la différence du barrage des 3 gorges, pas de danger majeur qu’on aille trop vite.
      Je serai aussi curieux de voir l’état du Palmier (île artificielle) de DUBAI dans disons 30 ans.
      http://www.senat.fr/notice-rapport/2010/r10-652-notice.html

      1. pfiou ….

        Si on pense comme ça chez EELV, on n’est pas sorti de l’auberge nucléaire…

        C’est ce qu’on appel, ne pas voir plus loin que le bout de son nez….
        (si j’peux m’permettre madââme)

        Pollution en méditerranée? tu m’étonnes… avec une politique du j’m’en fou de tout et je consomme de tout…
        Vous pensez réellement qu’un barrage qui marcherait sur le principe marée motrice, serait d’un bilan négatif concernant le renouvellement de l’eau en méditerranée?
        Vous avez une étude à nous proposer? parce que je vois mal comment. (puissiez-vous imaginer un tel système dans son ensemble.)( on ne parle pas ici d’un barrage à sens unique) ( même problème plus haut, j’essaie d’expliquer le stockage d’énergie avec 2 plans d’eau à déclinaison, mais c’est pas chose facile d’expliquer un concept à des personnes qui n’ont peut-être pas, ne serait-ce qu’une formation technique ou assez d’imagination pour recréer dans leur tête le principe de fonctionnement avec des simples mots. parfois il faut un schéma et c’est plus clair pour tous.)

        ET SI pollution il y à, alors il faut y remédier de suite avec des mesures interdisant les déchets industriels et autres dans les fleuves, les dégazages, les égouts et autres Me.des qui se jettent dedans.

        C’est sûr qu’il est préférable de polluer avec du nuke, au moins c’est invisible, incolore et comme la dette… on n’en paye pas tout de suite le prix quand on va à la baignade ou qu’on se tape un p’tit plat de fruits de mer.

        On parle souvent de solaire, mais, pourquoi les mairies, syndics, etc, n’ont pas de projets de centrales?
        Elles ont des intérêts à ne pas le faire?
        Non parce que l’argument « tout le monde n’est pas propriétaire et n’a pas forcément un toit », mouais….

        Je crois tout simplement qu’aujourd’hui, pour chacun et dans son intime conviction, on préfère les économies au risques.
        Alors les « oui ceci ne marche pas, non cela est impossible », c’est simplement de l’égocentrisme non démontré de convictions qui font plaisir aux auto-complaisants.

        On croit savoir, on croit tout savoir surtout et on le fait savoir.
        Le savoir ne se résume pas au contenu intellectuel, mais bien à son exploitation.

        Voilà tout est dit, Gouwi reviens steuplait personne ne comprend mes dires 🙁 …

      2. @noux
        Il y des prométhéens du feu nucléaire , avec vous, je découvre une autre espèce: les prométhéens de l’eau.

      3. oui et il y a les prométhéens du rien du tout aussi 😉

        Pourquoi de suite tirer sur les projets qui méritent d’être étudiés?

        Quoi qu’il en soit je serais plutôt du coté du soleil, ou de la gravité, quoi que l’eau c’est pas mal…

      4. @noux

        oui et il y a les prométhéens du rien du tout aussi

        Pur procès d’intention,
        http://www.pauljorion.com/blog/?p=25579#comment-196375
        http://www.pauljorion.com/blog/?p=25579#comment-196642

        Pourquoi de suite tirer sur les projets qui méritent d’être étudiés?

        Oui , vous avez raison, toute idée à priori mérite approfondissement, j’avoue que j’ai une réticence de principe pour les projets pharaoniques risqués et très centralisés (donc fragile), ça me fait aussi penser aux nombreux projets de géo-ingénierie visant à agir sur le climat .
        Pour ce qui est des risques sur l’environnement du projet de barrage de Gibraltar, j’ai pas été cherché loin, ils sont identifiés sur la référence donné par notre confrère: http://fr.wikipedia.org/wiki/Atlantropa.

        Quoi qu’il en soit je serais plutôt du coté du soleil, ou de la gravité, quoi que l’eau c’est pas mal…

        Je crois personnellement beaucoup au solaire thermique décentralisé et centralisé (un peu), aussi à l’eau pour les hydroliennes et le stockage d’énergie (contrairement à ce que vous pensez à priori) pour la gravité, c’est pas vraiment mûr, mais si vous avez des infos , des idées je suis preneur, mais malgré les quelques chercheurs qui y travaillent je ne vois pas d’horizon court terme, http://www.glafreniere.com/gravite.htm (mais comme vous l’avez finement remarqué , je ne suis pas infaillible, et ne demande qu’à être contredit, si possible poliment).

        Ah un petit détail, comme disait le regretté Colombo, pourquoi EELV ? (sur un post précédent) à priori ? ou vous avez des sources?

        A+ ? 😀

      5. @ hema,

        Si j’ai été impoli je m’en excuse, je suis parait-il un peu trop sarcastique en ce moment, peut-être est-ce dû au fait que je sois légèrement blasé.

        J’ai posté une source plus haut (arté doc.) qui explique comment faire pour stocker de l’énergie qui est produite en journée (solaire) afin de la restituer la nuit ou pendant une période sans soleil.

        Le solaire est LA source de demain, les avancés technologiques (nanotech.) vont offrir des rendements hallucinants et très peu cher.

        A vrai dire, je ne suis pas pour la centralisation de la production énergétique (barrages, …) mais bien pour l’autonomie de chacun. Bien sûr pour les villes ils faudra centraliser ( solaire, géothermie, hydrauprod., mouvement des vagues, marée, éolien, etc…).
        Les projets pharaoniques ne sont pas forcément à exclure, mais bien entendu il sont souvent désastreux (barrage des trois gorges, CHINE)

        Il y a d’autres sources énergétiques à étudier comme la sur-unité de N. TESLA ainsi que d’autres procédés du même inventeur.

        Juste un mot sur l’hydrogène, on sait que l’on peut en produire avec très peut de courant pour un bilan positif (càd que la quantité produite peut aisément combler l’énergie demandé pour la production) avec le principe de Stanley Meyer.
        Le meilleur moyen pour produire du H approuvé par la communauté scientifique actuelle est une source de chaleur. (geyser en Islande, etc…)
        Pourquoi ne peut on pas récupérer la chaleur excessive des centrales nuke, le temps de leur dernier contrat, pour produire du H? (je penses que c’est comme demander à Camembert de produire du Brie, il y a conflit d’intérêt)

        Je rebondi sur le Smart grid et sur l’obsolescence, il faut absolument trouver un moyen d’économiser l’énergie….:

        – Systèmes intelligents d’éclairage, de chauffage, de stockage, veille des appareils énergivore, ISOLATION des bâtiments (BBC ou passif) qui aura un impact sur la climatisation et sur le chauffage, décentraliser les productions de nourriture et de biens, diminuer l’inutilité et l’obsolescence des biens produits, j’en passe et des meilleurs….

        La transition énergétique n’est pas une utopie, elle est une nécessité.
        Il y aura certainement un léger surcoût, mais comme tout moteur qui démarre, il y a surconsommation (d’€) puis une foi l’inertie suffisante, diminution progressive de ce coût.

        Merci d’avoir répondu, vous élevez réellement le débat et c’est fort appréciable!

        @+;)

    4. >Philippe

      Vieille idée qui renait périodiquement, comme toute les grandes hérésies technologique.

      On en parle même dans l’album de Black et Mortime,r Le piège Diabolique. Mortimer, lorsqu’il arrive au LI eme Siècle, y découvre une carte de l’Europe où la Méditerannée à été asséché grâce à un immense barrage…

  45. Évidemment, c’est toujours difficile d’écrire contre quelqu’un qui se fâche. Je ne sais pas pourquoi, mais dans nos sociétés occidentales quelqu’un qui se fâche a toujours raison face à son adversaire. C’est d’ailleurs un procédé couramment utilisés par nos politiques, assez fan des « coups de gueule ». Et là, la France a peur…

    Les dosimètres pour enfant: ah, les enfants, touchez pas à nos enfants salauds ! Pourtant, si la ville de fukushima a équipé les enfants de dosimètre c’est pour rassurer les parents. Les salauds ! Contrôler les enfants pour rassurer les parents, sont-ils affreux ! Les mêmes évidemment auraient pesté contre le manque absolu de contrôle de l’impact sanitaire…(et au passage, au temps pour le manque de transparence des mesures de radioactivité).

    Je passe sur l’histoire de l’Iran et de la guerre froide…

    De manière connexe, il est inutile de vouloir mettre sur le dos du tentaculaire conglomérat nucléaire le fait que les informations sur Fukushima deviennent spartiates. Les informations qui paraissent en France sont du même niveau que celles qui paraissent en Allemagne, où le nucléaire-bashing est à la mode. A mettre plutôt sur le compte d’un journalisme frivole, rapidement passé de Fukushima à DSK à la Libye à la crise européenne sans s’attarder sur aucun des sujets…

    1. il est inutile de vouloir mettre sur le dos du tentaculaire conglomérat nucléaire le fait que les informations sur Fukushima deviennent spartiates.

      C’est vrai ça, ils n’y sont pour rien.
      C’est la FNPC qui devrait assurer la transparence!
      Vous connaissez pas la Fédération Nationale des Producteurs de Citrouilles ?

      1. Ce que je voulais dire, c’est qu’il est inutile de chercher à voir de la malhonneteté là ou on peut voir de l’incompétence. Les journalistes ne sont pas un « tout » bien homogène aux pieds de l’industrie nucléaire.

        Récemment d’ailleurs les émission traitant du nucléaire se sont multipliées, en étant fort critiques (capital, envoyé spécial, …) et les articles également (hors série science et vie, le monde, libération,…)

        En une du monde.fr, il y a souvent des dépêches sur Fukushima, il suffit de voir le rappel des faits pour constater que ce ne sont pas les articles factuels qui manquent (ex, encore aujourd’hui sur les évènements Bouygues sur le chantier d’FA3. De même, la rubrique « idées » publie souvent des contributions critiques sur le nucléaire (aujourd’hui par exemple, sur la géothermie, en défonçant le nucléaire en première partie).

        Rien qu’aujourd’hui donc, sur le monde, un fil sur les centrales aux etats-unis, deux dépêches sur Fukushima, un article sur FA3, un édito sur la décision Allemande de sortir du nucléaire et une idée sur la géothermie. Drôle d’omerta sur le nucléaire. En fait, sur Fukushima ils pèchent par leur défaut classique de journaliste: ils ne font pas de suivi sur la durée mais à chaque fois qu’un évènement notable se produit, ils sortent une dépèche.

    2. Je ne sais pas pourquoi, mais dans nos sociétés occidentales quelqu’un qui se fâche a toujours raison face à son adversaire. C’est d’ailleurs un procédé couramment utilisés par nos politiques, assez fan des « coups de gueule ». Et là, la France a peur…

      Pas tout à fait ça. Se fâcher est un moyen de polariser encore plus le débat. Ceux qui sont de son coté diront : « il a bien raison de se fâcher ». Ceux qui sont du coté adverse diront « il péte les plombs, c’est qu’il n’a plus d’arguments ».

      C’est pareil avec nos politiques. C’est toujours marrant de lire les commentaires après un débat houleux comme par exemple l’autre soir Marine Le Pen / Cécile Duflot : comme par un hasard des plus extraordinaires, les supporters de Le Pen ont trouvé que Duflot a été déplorable. Les supporters de Duflot ont trouvé que Le Pen a été déplorable.

      Des commentaires objectifs sur des sujets qui provoquent autant l’émotion que le nucléaire ou la politique, même s’il peuvent théoriquement exister, sont noyés dans un brouhaha de parti pris.

      Et plus ça va, plus c’est pire.

      1. Et plus ça va, plus c’est pire.

        Plus c’est spectaculaire! ; plus il y a d’audimat, moins il y a d’audience; la sanctuarisation du débat interdit toute dialectique; les propos se doivent d’être virulents, les arguments massues; acclamez les gladiateurs dans l’arène médiatique! Voilà tout, sauf une discussion.
        Quelle joie pourrait-être retirée d’une telle confrontation?
        Aucune.

    3. http://www.acro.eu.org/chronoFukushima.html

      Mercredi 1er juin, le ministère de l’éducation a annoncé qu’au 1er mai, 9 998 enfants avaient quitté la préfecture de Fukushima. 5 500 autres ont changé d’école à l’intérieur de la préfecture.

      Samedi 4 juin, les autorités ont reconnu avoir caché qu’elles avaient détecté de fortes contaminations en iode 131 dans des herbes prélevées jusqu’à une cinquantaine de kilomètres de la centrale et ce dès le 15 mars. 123 millions de becquerels par kilo par exemple à 38 km au Nord-Ouest. Ces données auraient dû entraîner une évacuation plus large plus rapidement.

      Lundi 6 juin, le Yomiuri (version anglaise) a enquêté dans les zones limitrophes à la zone d’évacuation : nombreuses sont les personnes inquiètes qui souhaitent partir aussi mais qui ont peur de toute perdre. Le choix est difficile pour les agriculteurs en particulier. Certaines municipalités proposent des abris temporaires gratuits à ce personnes.
      En fait, dans certaines communes limitrophes, la dose reçue la première année dépasse la limite de 20 millisieverts fixée par les autorités pour l’évacuation. Cette évaluation de la dose suppose que la personne reste toujours à la même place pendant un an, mais ne prend pas en compte la contamination par l’alimentation ni la dose prise par l’exposition directe aux rejets.
      Quand les habitants ont demandé des conseils aux autorités pour diminuer la dose, la seule réponse a été que les autorités allait surveiller la situation. Le gouvernement n’a pas l’intention d’étendre la zone d’évacuation.

      Vendredi 10 juin, selon un recensement effectué par le Daily Yomiuri, il resterait encore 1 700 enfants dans la zone comprise entre 20 et 30 km de la centrale, malgré les recommandations d’évacuer.

      Samedi 11 juin, trois mois après le début de la catastrophe, il reste encore 90 000 personnes dans les centres d’évacuation à cause des dégâts provoqués par le tsunami et l’évacuation des zones contaminées.

      Mercredi 15 juin, il reste encore environ 1 500 personnes à Iitate qui avait été classé parmi les 100 plus beaux villages du Japon. L’élevage bovin, qui faisait la fierté du village avec le label « Iitategyu » est en désarroi. 70% des éleveurs veulent abandonner. Il y avait environ 220 familles d’éleveurs et 2 300 têtes de bétail avant la catastrophe. Seulement 7 familles ont profité des aides gouvernementales pour transférer 150 têtes vers d’autres localités. Le reste du village s’accroche à son label lancé il y a 25 ans. Certains éleveurs espèrent garder la race et continuent à garder quelques jeunes bêtes.

      Jeudi 16 juin, environ 150 familles évacuées de Minami-Sôma et Iwaki ont perdu toutes les aides sociales qu’elles recevaient après avoir touché une compensation de TEPCo (6 500 euros pour un célibataire et 8 700 euros pour une famille de plusieurs personnes). Certaines personnes, incrédules, se sont plaint car elles ne considéraient pas la compensation comme un revenu, mais comme une consolation. Il y a en tout 620 familles qui touchaient des aides sociales dans la zone d’évacuation et qui risquent de subir le même sort. Elles pourront recandidater à l’aide sociale quand elles auront dépensé la compensation de TEPCo.
      Par ailleurs, le gouvernement a annoncé qu’il allait évacuer les « points chauds » trouvés en dehors de la zone d’évacuation avec toujours comme critère la limite de 20 millisieverts pour la première année. Les familles concernées seront contactées individuellement par les autorités locales. Celles qui voudront partir bénéficieront du soutien gouvernemental comme les autres évacués et celles qui voudront rester le pourront. Le gouvernement va encourager les familles avec de jeunes enfants ou des femmes enceintes à partir.
      Il s’agit d’un changement de doctrine, puisque les précédentes évacuations ont été décidées à l’échelle d’une municipalité. Maintenant, le gouvernement va décider maison par maison.
      De fait, quatre zones « chaudes » ont été détectés à Daté et Minami-Sôma. Elles sont situées entre 33 et 55 km de la centrale accidentée. Une soixantaine de points de mesure ont une contamination supérieure à 3,2 microsieverts par heure et donc 20 millisieverts par an. Au point le plus chaud, le débit de dose est de 6,6 microsieverts par heure dans le quartier de Kamioguni (Daté). Il y a 5,6 microsieverts par heure dans le quartier de Takanokura (Minami-Sôma).

      Mercredi 22 juin, lors d’une visite dans la préfecture de Fukushima, le gouverneur a tancé les dirigents de TEPCo qui s’excusaient : « Vous ne pouvez rien comprendre en ne venant ici que deux ou trois heures. Venez essayer de vivre ici 100 jours ou plus ».
      Interrogées par la NHK, 6 des 10 municipalités autour de la centrale de Fukushima ont répondu n’avoir reçu aucun ordre d’évacuer juste après l’accident. Okuma a reçu 80 fax de la part de TEPCo et Namié aucun. Ce manque d’information a retardé l’évacuation qui s’est faite dans la confusion. Ces problème sont probablement dus au fait que la plupart des moyens de communication étaient coupés.

    4. @Reiichido
      Je ne sais pas si vous avez lu jusqu’au bout la référence que vous nous donnez:

      Depuis le séisme et le tsunami du 11 mars qui ont gravement endommagé les réacteurs de la centrale de Fukushima, le Japon a relevé le niveau légal d’exposition pour la population, tous âges confondus, de 1 à 20 millisieverts par an, soit la norme adoptée par beaucoup de pays pour les personnes travaillant dans l’industrie nucléaire.

      Ça vous semble normal que les autorités considèrent les enfants de Fukushima comme des travailleurs du nucléaire? Ce que je peux vous assurer c’est que les parents Français dans les mêmes conditions auraient dans leur grande majorité la réaction de langage que vous leur attribuez: Salauds!.
      Je pense même, voyez-vous, que ça serait bien que vous revoyiez cette vidéo et que vous imaginiez 60 million de Français dans la même colère! La suite au 14 Juillet (20..)

    5. « Les informations qui paraissent en France sont du même niveau que celles qui paraissent en Allemagne, où le nucléaire-bashing est à la mode. » : FAUX
      Habitant en Alsace, je peux vous dire que les infos allemandes sur Fukushima sont plus régulières et mieux documentées.

      1. A 16h:

        Sur le monde.fr, deux mentions à Fukushima (urine radioactive, progrés dans le traitement de l’eau)
        Sur libération, zéro mention à Fukushima
        Sur le figaro, zéro mention à Fukushima
        Sur les échos, une mention à Fukushima (sur la reconstruction)

        Sur Die Zeit, zéro mention à Fukushima.
        Sur Handelsblatt, zéro mention à Fukushima
        Sur Frankfurter Allgemeine Zeitung, une mention à Fukushima (la politique des verts)

        Pas de chance ? Je referais l’expérience plus tard. Mais ayant suivi ce qui se disait sur le FAZ, il ne me semble pas me rappeller avoir vu beaucoup plus d’articles sur Fukushima qu’en France.

      2. @ Reichido
        Pour les journaux papiers, je ne peux rien affirmer mais les journaux télévisés genre JT 20h, SI.

  46. @Yvan,

    Je répond à tes questions:

    1) Le temps de retour énergétique d’un module diminue constamment.
    Cela signifie que le temps mis par un module photovoltaïque pour générer autant d’énergie qu’il en a fallu pour le produire est très court ; il varie entre 1,5 et 3 ans. Sur sa durée de vie, un module produit donc entre 6 et 18 fois plus d’énergie qu’il n’en faut pour le fabriquer.

    2) Réductions d’impôts: Quand EDF construit une nouvelle centrale en puisant dans ses revenus pour investir, cet argent sort de ses bénéfices et n’est donc pas imposé non plus. Nos panneaux sont rien d’autre que des petites centrales donc je ne vois pas pourquoi nous devrions être traités différement.

    3) Coût du kWh produit en tenant compte des réductions d’impôts: Dans mon cas car les prix des devis diffèrent selon les installateurs: 0,07€.

    4) Coût du kWh produit en ajoutant la vente des certificats verts: -0,21€ (coût négatif puisque en fait je gagne de l’argent grâce à la revente des certificats verts aux industriels qui produisent du CO2).

    5) Dans mon cas en tenant compte de tout, je retouche mes 19000€ d’investissement en 4 ans. Après, c’est comme si les panneaux m’avaient été offerts et je commence à gagner de l’argent.

    6) Recyclage des panneaux: Dificile de dire ce qu’il en sera en 2041 mais aujourd’hui, le prix du recyclage est inclus dans le prix du panneau et ils sont sensés être repris par l’installateur suivant. D’autre part les modules photovoltaïques sont recyclables et les matériaux utilisés pour leur production (silicium, verre, aluminium, etc.) peuvent être réutilisés. Le recyclage n’est pas seulement bénéfique pour l’environnement, il contribue également à réduire l’énergie nécessaire pour produire ces matériaux et ainsi à réduire leur coût de fabrication.

    Voilà, j’espère avoir été complet.

    Amicalement.

    1. >Le pirate de Wall Street

      Je vous remercie d’abord de votre réponse honnête. Mais il y a quand même un gros problème conceptuel dans votre position: grosso modo vous nous expliquez que votre installation installation solaire ne vous coûte pas chere parce que la collectivité accepte de la subventionner, par l’intermédiaire des réductions d’imôts et par la revente de certificats verts…

      C’est pas vraiment une configuration généralisable, vous ne trouvez pas?

      Par ailleurs, vous expliquez que les modules sont recyclables: c’est possible, mais d’après ce que j’ai lu sur le sujet, c’est pas vraiment facile à faire: là encore, il y a des coûts cachées, qui sont indirectement subventionnés par la collectivité.

      A lire ça, je comprends un peu mieux votre pseudo: peut être auriez vous du cependant choisir Free Rider?

      1. @ Blob,

        En installant des PV, je me substitue à EDF et c’est donc normal que je bénéficie de réduction d’impôts, j’investi au lieu de me faire plaisir.
        En faisant le choix de payer des impôts, vous laissez à l’état de soin de décider pour vous et vous faites aussi le choix de profiter de votre net dans l’immédiat pour vous faire plaisir.

        Toutes les entrprises fonctionnent comme cela, celle qui ne réinvesti pas un maximum de ses revenus paiera plus d’impôts que celle qui les réinvesti. C’est donc généralisable puisque cela fonctionne depuis des lustres.

        Les certificats verts sont achetés par les entreprises polluantes et pas par la collectivité.
        C’est un mécanisme créé pour favoriser le développement des entreprises non polluantes par rapport à celles qui émettent du CO2.

        Par rapport aux coûts cachés ? C’est difficile de dire s’ils existent puisqu’ils sont cachés 😉

        J’assume entièrement mon pseudo.
        Dans le temps les pirates s’attaquaient aux bateaux de la couronne, aujourd’hui ceux qui nous volent et nous exploitent sont ailleurs. 🙂
        Exemple: D’accord pour un plan d’austérité en Grèce, c’est nécessaire, mais leur demander un taux de 25% pour leurs prêts est une mise à mort !

  47. on peut toujours blablater, c’est comme pour les cellules, nécrose ou apoctose.
    Je crois vraiment que la mort est toujours un meurtre (nécrose) et cela a l’échelle microscopique ou macroscopique? COCO. ou encore économique, Echo rebondissant.

  48. et je continue, plus une cellule est frustrée et plus elle se reproduira. Inflation est un terme médical et économique hic. Le cancer en est une des expression. la cellule non frustrée n’a pas de limite ou no limite.

    Amitié à vous.

  49. Je vous transmets à tous le lien vers un article d’ABC news de ce matin : c’est une des seules sources journalistiques qui évoquent clairement ce qui se passe en ce moment à Fort Calhoun dans le Nebraska, où une centrale nucléaire à l’arrêt certes, mais dotée d’une piscine de combustible est en passe d’être inondée… ou du moins ce qui semble s’y passer car les informations fiables ou crédibles sont vraiment extrêmement rares. Il y a une véritable chape de plomb médiatique sur cette information, alors relayez, il ne faut pas laisser cela être passé sous silence.

    Même si rien de catastrophique n’arrive, peut-on accepter que les médias français ne parlent pas d’un tel événement dans le contexte actuel ? J’ai un ami journaliste qui me dit qu’aucun mot d’ordre n’est jamais passé dans les rédactions, que les journalistes font leur travail sans pression etc. Ceci est pour moi la preuve qu’il me raconte vraiment des conneries et que la presse est décidément aux ordres.

    http://abcnews.go.com/US/wireStory?id=13933903

    http://abcnews.go.com/US/minot-north-dakota-floods-community/story?id=13932406, les générateurs fonctionnent depuis ce matin…

    1. J’ai un ami journaliste qui me dit qu’aucun mot d’ordre n’est jamais passé dans les rédactions, que les journalistes font leur travail sans pression etc. Ceci est pour moi la preuve qu’il me raconte vraiment des conneries et que la presse est décidément aux ordres.

      Non, c’est vrai et c’est bien pire : c’est de l’autocensure.

      1. Vous pensez ? J’ai vraiment du mal à y croire, comment se fait-il qu’on n’entende pas parler, même un entrefilet quelque part, d’une telle information, trois mois après Fukushima ? Ce serait LE sujet du moment, le sujet est brûlant, ça se pose là, c’est l’éléphant dans le salon ! S’il n’y a pas de mots d’ordres, je ne m’explique pas (sincèrement) que ce qui se passe dans le Nebraska ne fasse pas la une de tous les grands média. Peut-être avez-vous raison, peut-être n’y a-t-il pas de mots d’ordres, mais en me projetant, je ne vois pas comment je pourrais passer à côté d’un truc pareil. Peut-être est-ce parce que je ne suis pas journaliste.

      2. @Julien

        Pire l’auto-censure que la censure ? Que la modération aussi alors. Bon ben, puisque c’est comme ça, tu l’auras voulu, je lâche les vannes, j’ouvre en grand les écluses, je fais péter les digues, je dynamite les enceintes de confinement !
        Te préviens, c’est plus 325 posts passés aux moderato cantabile, c’est 325 au carré ! 😉

      3. Ca a fait la une du monde.fr dans la rubrique « planète » le 23 Juin, ca refait la une du monde.fr aujourd’hui 27 Juin. Sans parler de l’article paru dans le blog scientifique du monde.fr.

        Je ne comprends pas; êtes-vous tellement persuadés que personne n’en parle à cause de l’omerta que vous devenez aveugle à l’information ?

      4. @ Reiichido

        Il me semble que pas même 20 % de la population lit la presse écrite. Si ce n’est pas dans le JT, ce n’est pas arrivé 😉

      5. @Julien Alexandre: « c’est de l’autocensure. »

        Oui et non. Effectivement, c’est de l’autocensure de ceux qui restent. Mais vous oubliez de dire que ceux qui ne se sont pas autocensurés n’ont pas duré bien longtemps. En gros, c’est bien de la censure, un tamis, seuls restent les journalistes les plus obéissants. Bon, c’est vrai, c’est pas une dictature, ceux qui n’ont pas obéit ne vont pas dans un goulag et ne sont pas assassinés, mais vont au chômedu.

        Evidemment, ceux qui restent ne vous diront jamais qu’ils subissent des pressions. Ils les ont intégrées, c’est pour ça qu’ils sont encore à ces postes. Et puis de toutes façons, c’est difficile d’être sincère (y compris avec soi-même) et d’avouer qu’on la ferme souvent pour éviter d’être viré. Cela arrive à tout le monde, dans toutes les professions, pourquoi les journalistes seraient-ils une exception?

      6. Oui et non, mais à te lire, c’est surtout oui ! Le mécanisme d’autocensure est un comportement d’anticipation alimenté par le sentiment, réel ou fantasmé, de pressions. Le chantage à l’emploi en fait bien évidemment partie.

      7. @moi et Julien et tous ceux qui ne savent pas. Arretez , l’auto censure ; le  »les bons ont été virés ou ont dû partir parce qu’ils savaient » lol non (à part 3 chiffres apres la virgule) c’est beaucoup plus simple que ça je l’ai déja dit ; on l’a déjà dit ici :
        1 La vérité c’est pas notre boulot
        2 Nous sommes des incompétents et on le sait si tout va bien ; c’est à dire quand on y comprend rien , quand on ne sait pas ; au moins on ne dit rien. Ce qu’il y a en plus ; seuls ceux qui peuvent l’entendre, l’entendent.

      8. @Julien: « Oui et non, mais à te lire, c’est surtout oui ! »

        C’est surtout oui et non. 🙂
        Oui pour ceux qui restent (autocensure). Non pour ceux qui n’étaient pas sensibles au chantage à l’emploi et qu’on a donc virés (censure). A moins que tu ne me dises qu’on n’a jamais viré personne chez les journalistes? (ou directement pas engagé, des fois le filtre se fait déjà là si on repère un futur emmerdeur)

      9. Voyons, dans ces milieux là, on ne vire pas, c’est vulgaire. On « laisse partir », « voler de ses propres ailes », « trouver sa voie », « s’épanouir », etc. 🙂

      10. J’ai été journaliste pendant 10 ans.
        La première censure, c’est le recrutement.
        La direction de la rédaction scrute les pédigrés…
        Pour ceux qui passent le filtre, vient l’autocensure, pour nourir la famille.
        Cela n’empêche pas quelques francs tireurs, caution du système…
        J’ai eu la chance de pouvoir laisser la soumission et de me recycler.
        Mieux que rien, en attendant que les médias soit libérés de la tyrannie du capital.

    2. @Reichido : calmez-vous, je ne suis pas persuadé qu’on n’en parle pas, c’est ce que je constate, mais je suis tout-à-fait capable de me tromper et je ne puis tout voir, donc si vous pouvez me détromper tant mieux ! En ce qui concerne l’article du monde, faire la une de la rubrique planète du monde.fr n’est pas ce que j’appelle avoir de la visibilité, en revanche j’écoute tous les matins france info comme beaucoup de gens, et le sujet en est totalement absent. Quand à l’article paru dans le blog science du monde, il est qualifié de rumeur dans l’article de la rubrique planète (à tort à mon avis qui n’est que le mien).

      … enfin deux articles si peu visibles étant donné le fait en question et son contexte, ça me semble ne pas être loin de rien du tout !

      1. @Julien Alexandre
        @Joseph

        Vous avez raison. Lisant principalement le Monde, je n’avais logiquement pas vu que l’information n’était pour l’instant pas disponible sur les JT (que je ne regarde pas) et à la radio (que je n’écoute pas).

        Mais comme je ne crois pas non plus à une pression du lobby nucléaire (qui en laisse passer de pire actuellement) je me demande bien pourquoi.

      2. Le lobby nucléaire est si puissant que même le sinistre de l’industrie (Besson) a quitté un plateau dès qu’ont été évoqués les défauts de maintenance.

      3. Avec le web nous sommes tous devenus journalistes,est ce que l’impression est la fin du fin ?

      4. @Simplet sans tête
        M »est impression que tu devrais te mettre à la gravure ou à la sculpture numérique sur plâtre…. 🙂

  50. Sur Oléocène ce lien concernant Fort Calhoun :

    http://www.cartoradiations.fr/Fort_Calhoun.php

    En résumé, les barrages sont à la cote maxi en amont des centrales, donc sans possibilité de réguler désormais, et il reste une bonne partie de la fonte des neiges à laisser passer ce qui va entrainer de 5 à 10 pieds d’élévation du niveau de l’eau en aval….

    Fort Calhoun était à l’arrêt , mais bon, Fukushima 4 aussi….

    1. Merci pour le lien… la vache, ils ont des photos précises et rapprochées, effectivement on n’est vraiment pas loin de la catastrophe si l’eau des barrages doit être relâchée.

      … néanmoins le lien ne redirige pas vers le site oléocène mais vers cartoradiations.

    1. Vous dites des choses très vrais. Le genre de choses qui pourraient être à l’origine d’une censure de commentaires en cas de développement.

      C’est dommage, fort dommage surtout sur un blog de cette ampleur.

  51. Ah : voici le premier article que je vois dans la presse française au sujet des centrales de fort Calhoun et Cooper, toutes deux concernées :

    http://www.lemonde.fr/planete/article/2011/06/27/une-deuxieme-centrale-menacee-par-la-montee-du-missouri_1541332_3244.html

    … un tout petit article contenant peu d’informations et perdu au fond de la rubrique « Planète » du monde. Mais bon, encore un petit effort et on va finir par en entendre parler !

  52. Depuis le temps que le blog de paul j’Orion est en activité j’aimerais connaître l’ apport à la chimie « organique » qui en découle à défaut d’en résulter.
    Les sophistes ant-police restent silencieux sur ce sujet.
    Voilà qui est formulé…….

  53. Une pudeur est -elle réelle quand elle est une vérité imposée ?
    La colère est-elle une pudeur violée ?
    La liberté est-ce le viol « raisonnable » ?

    Le vole à voile est une activité de planeur sur courant ascendant….

  54. Derrière l’émotion qui n’est pas toujours gage de raison , que dit le monsieur de la vidéo ?

    La France , 3000 bombes atomiques, 55 réacteurs, une guerre en Lybie .
    Le Japon , 53 réacteurs, des enfants équipés de bip-bip pour réponse à une crise majeure .

    Donc,
    au lieu de sauver des mômes en les éloignant d’un lieu nocif , on en fait des êtres humains de laboratoire .
    Ayant fait ce constat , comment ne pas être en colère en temps que père de famille?

    Autre argument terrible : Fukushima , c’est à l’heure actuelle 30% de tchernobyl , car il additionne la pollution des eaux et de la terre .
    A savoir qu’on ne sait pas ce que peut donner une pollution des eaux par la radioactivité , et que l’addition des deux pollutions est peut être le moment optimiste de cette vidéo .
    Personnellement, je penche pour des conséquences bien plus grave par une pollution maritime que terrestre .

    Note au dossier :
    « Les Etats-Unis utiliseront les conclusions tirées de l’analyse de l’accident de Fukushima-1 lors de la conception de centrales nucléaires de nouvelle génération, a annoncé mercredi le président Barack Obama. »

  55. @Paul Jorion et F. Leclerc.
    Cher Monsieur Jorion,
    je me suis imposé jusqu’à la fin cette vidéo par respect pour la qualité de votre blog auquel je suis attaché en tant que résidant hors de France (vous pourrez demander à votre ami François Leclerc à qui j’ai envoyé une photo du siège social de TEPCO et une autre photo assez comique que j’avais pris lors d’une promenade à Tokyo en mars dernier vantant les mérites du nucléaire). Je suis un ancien scientifique (biologie), j’ai aussi travaillé comme consultant auprès d’EDF dans l’énergie nucléaire…
    Quand le gigantesque tremblement de terre a eu lieu au Japon, mon fils qui travaille à Tokyo depuis plusieurs années m’a demandé ce qu’il fallait faire (père de famille, époux d’une japonaise) je lui ai tout de suite dit de se calmer et de relativiser. L’ambassade de France avait conseillé aux ressortissants Français de quitter le pays, mais mon fils, qui a une femme japonaise, une fille et la famille de son épouse, et aussi des responsabilités dans la société pour qui il travaille a choisi de rester.
    Il ne s’est strictement rien passé à Tokyo, conurbation de 38 millions d’habitants, simplement un peu de panique les quelques jours qui ont suivi les explosions dans les quatre unités de production.
    Je suis arrivé à Tokyo le 20 mars, un voyage prévu de longue date, et je n’ai rien remarqué de changé, sinon quelques vieilles maison en bois probablement rongées par les termites qui s’étaient effondrées sur elles-mêmes sans faire de victimes. Je précise tout de même que dans le quartier où habite mon fils (Suginami-ku) le 11 mars, un vieil homme est mort d’une crise cardiaque, seule victime de ce quartier résidentiel. Lors de mon séjour, la terre a tremblé à de nombreuses reprises, mais j’étais déjà habitué à ce genre de circonstance puisque j’ai vécu plusieurs années au Vanuatu où il y a environ 30 000 tremblements de terre par an. Ce que j’ai constaté à Tokyo est le désir des Japonais de tenter d’effacer les séquelles du cataclysme naturel dont ils ont été victimes, y compris ma belle-fille qui ne trouvait pas les mots pour formuler ce désir, car dans la philosophie shintoïste une catastrophe naturelle est un don ou un châtiment des dieux car la nature est elle-même la réunion harmonieuse d’une multitude de dieux.
    Après avoir visionné la vidéo que vous avez mis sur votre blog, j’ai cru comprendre que cet individu avait probablement bu trop de saké ou alors qu’il était un anti-nucléariste viscéral, ou les deux…
    J’ai fait un rapide calcul des doses auxquelles sont soumis les enfants dans les cours d’école de la préfecture de Fukushima et ces doses correspondent à celles auxquelles sont soumis n’importe quels enfants dans les Monts d’Arrées en Bretagne ou dans la campagne limousine ou encore dans les Vosges ou les Appalaches (vous qui connaissez les Etats-Unis)…
    Que je sache, on n’impose pas aux bretons ou aux berrichons de porter des dosimètres !
    Pourtant il y aurait des surprises, les caves de leurs vieilles demeures sont contaminées par du radon … que je sache encore, quand on prend un avion intercontinental, on ne nous impose pas non plus le port d’un dosimètre pour évaluer la quantité de radiations cosmiques à laquelle on est soumis.
    C’est pour ces raisons que j’avais conseillé à mon fils de relativiser.
    Ayant été moi-même impliqué dans l’énergie nucléaire civile en tant que consultant, il est vrai que vous lirez avec une certaine suspicion mon argumentaire et vous en avez le droit le plus strict.
    Mais oser diffuser dans votre blog les délires d’un forcené me parait tout aussi douteux. Un blog étant ouvert à la discussion et aux opinions divergentes, je vais donc vous exposer brièvement mon opinion toute personnelle au sujet de l’énergie nucléaire dont on ne pourra pas se passer dans le futur à moins d’accepter à relativement court terme un changement climatique aux effets désastreux pour l’humanité toute entière.
    Les technologies PWR ou BWR sont dangereuses sur deux points que je vais exposer très brièvement : contact direct entre le combustible et l’eau, circuit primaire (PWR) sous pression ou bouillant (BWR). C’est une hérésie technologique. Je me souviens avoir eu le privilège de discuter avec Monsieur Marcel Boiteux alors Directeur d’EDF qui me disait qu’un jour ou l’autre il y aurait des problèmes avec la technologie Westinghouse (PWR), voir TMI. Et je lui avais demandé quelle était la solution qu’il envisageait. Pour lui c’était de toute évidence la filière thorium (sels fondus) pour laquelle il avait déposé de nombreux brevets. Boiteux était un visionnaire car en effet cette filière est la seule technologie susceptible d’assurer à l’humanité une survie, je veux dire pour ne pas s’asphyxier et détruire l’équilibre climatique de la planète.
    Il s’agit d’une technologie beaucoup plus sécure (allez sur les sites internet dédiés, il est ici inutile de faire un exposé détaillé de cette technologie).
    Aux dernière nouvelles tout va bien à Tokyo, ma petite fille joue dans la cour de la garderie, la terre a encore tremblé hier, faiblement, les climatiseurs sont réglés à 28 degrés (il fait très chaud et humide à Tokyo en été), les salary men vont au bureau en tee-shirt et les office women ne portent plus de collants ….

    1. le nucleaire sauve le monde avec 6% de l’energie consommée..
      c’est une propagande qui ne trompe personne.

      quant à jouer dans la contamination ,ça ne pose en effet aucun probleme immediat

      1. Ce que vous proposez, c’est de continuer à croire que la version suivante de réacteur sera la solution. Pourtant, les échecs actuels démontrent non pas la faillite d’une technique, mais celle d’un mode de pensée.
        C’est dur après toutes ces années, d’accepter qu’on aurait mieux fait d’aller à la pêche, plutot que d’être consultant du nucléaire auprès d’EDF……

    2. j’ai aussi travaillé comme consultant auprès d’EDF dans l’énergie nucléaire…

      C’était pas la peine de le dire…
      On l’aurait deviné.

    3. Henri38 :… « il est vrai que vous lirez avec une certaine suspicion mon argumentaire et vous en avez le droit le plus strict ».
      Est-ce votre mauvaise conscience qui vous a permis de deviner que nous lirions votre argumentaire « avec une certaine suspicion » ?

    4. Vous pensez vraiment qu’on équipe 35 000 enfants de dosimètres si le risque est le même qu’en Bretagne ?
      De deux choses l’une : soit on veut en faire des cobayes vis à vis de l’effets des RI, et cela implique que l’on sait pertinament que les risques existent et il est utile de les observer.
      Soit on fait cela pour leur santé comme cela est présenté et c’est encore qu’on sait les risques qu’ils encourents.

      Je pense que vous êtes victime comme les autres de la désinformation qui règne au Japon et vos connaissances vous semblent suffisantes pour vous autorassurer vis à vis de vos proches du Japon.

    5. Henry 38,
      Je me demande si votre discours serait le même si votre petite fille était obligée de se balader avec un dosimètre pour sa vie de tous les jours, à seulement 60 km de la centrale. Sachant que les effets éventuels d’une exposition seront vérifiés après coup . Que fera l’état Japonais s’il s’avère que ces enfants développement des cancers? Une chimiothérapie aux frais de l’état avec greffe de moelle ?
      Le déni du risque ou le renoncement ne sont pas la même chose que le courage. Je pense que vous les confondez allègrement
      Du courage il leur en faudra pour aider leurs enfants a supporter la maladie si tant est qu’ils en guérissent.
      Il est criminel qu’on se serve des gosses comme cobaye, et qu’on applique pas plus de mesures préventives.

      Par ailleurs votre argumentaire sur la filière thorium a été contesté à plusieurs reprises sans que vous ayez jamais vraiment pris la peine de répondre aux contradictions posées.
      Tu m’étonnes qu’edf promeuve une solution pour laquelle il a de nombreux brevets!

      Et vous etes d’une légèreté vraiment consternante quand vous nous dites d’aller « sur les sites internet dédiés » pour valider la sécurité des installations pour une technologie qui n’est même pas industrielle.

    6. « j’ai aussi travaillé comme consultant auprès d’EDF dans l’énergie nucléaire…
      Quand le gigantesque tremblement de terre a eu lieu au Japon, mon fils qui travaille à Tokyo depuis plusieurs années m’a demandé ce qu’il fallait faire (père de famille, époux d’une japonaise) je lui ai tout de suite dit de se calmer et de relativiser. »

      henry38, j’en déduis que vous n’avez pas travaillé auprès d’EDF comme expert du nucléaire parce que les experts du nucléaire d’AREVA, les 10 allemands qui travaillaient sur le site de Fukushima au moment de la catastrophe, ils se sont immédiatement barrés. 🙂

      http://downtowntokyo.canalblog.com/archives/2011/03/18/20662358.html

    7. @Henry 38
      La franchise vous pousse à préciser que vous êtes dans le nucléaire .

      Un homme qui a un peu vécu sait qu’il est possible de se mentir à soi même .
      Un homme qui recherche la sagesse se demande pourquoi .

      Vous avez très certainement compétence pour juger de la dangerosité sismique , mais
      vous ne pouvez être totalement objectif en matière de nocivité nucléaire, sauf à remettre en question une carrière au service de cette industrie . Ceci dit sans jugement de valeur à votre encontre , ceci n’étant qu’une réalité humaine .

      Sur le site de la criirad :
      « Compte tenu de l’importance de la contamination, compte tenu de l’impossibilité de prévoir
      quelles quantités de produits radioactifs seront encore rejetées demain, après‐demain… dans
      l’atmosphère, la CRIIRAD réitère son appel aux autorités japonaises pour que le maximum soit
      fait pour évacuer la population bien au‐delà du rayon de 20 km et pour apporter aux
      populations les plus affectées le maximum de produits alimentaires non contaminés. »

      http://www.criirad.org/

    8. D’autre part , pour vous prouver votre partialité , examinez avec recul la qualité de ce raisonnement (et ce de la part d’un scientifique) :
      « J’ai fait un rapide calcul des doses auxquelles sont soumis les enfants dans les cours d’école de la préfecture de Fukushima et ces doses correspondent à celles auxquelles sont soumis n’importe quels enfants dans les Monts d’Arrées en Bretagne ou dans la campagne limousine ou encore dans les Vosges ou les Appalaches (vous qui connaissez les Etats-Unis)… »

      Vous comparez un environnement où la radioactivité est omni -présente et un environnement où l’exposition à la radioactivité ne peut être que temporaire !
      Et ce sans aucunes données chiffrées sérieuses .
      Ce type de bug du raisonnement est provoqué par l’obligation inconsciente de ne pas opérer une remise en cause douloureuse .
      Comprendre qu’ une altération de la santé de vos enfants et petits enfants serait encore plus douloureux .

      1. Bonjour,

        Synthétique, JMJ, oui.
        Mais j’ai également perçu des éléments d’irritation dans son discours.
        L’origine en serait le dépit qu’éprouverait ce grand communicant à constater le peu d’impact de ses discours que je ne serais pas surpris. Il lui manque les connaissances sur le fonctionnement humain pour l’intégrer et le normaliser.
        Il le signale : on va vers des désordres sociaux sérieux.
        Ce colloque semble s’être tenu en janvier 2011. J’ai l’impression qu’à cette date, il commençait seulement à prendre conscience de l’inexorabilité de ce fait.

        Yves Cochet m’a paru plus lucide, « comment faire pour qu’il y ait le moins de morts possible ? »
        J’ai une grande admiration pour cet homme, qui propose les voies, hélas utopiques, qui permettraient de limiter la casse.

        Moi, j’en suis piteusement à essayer que ma famille et moi-même ne soyons pas au nombre des morts. Et c’est déjà pas simple, et peut être utopiste …

      2. J-Philippe :

        La mort est un bazar tellement incompréhensible ( et inéluctable) qu’il vaut mieux se consacrer à savoir et pouvoir prolonger la vie .

        Repérer et éviter les pièges mortifères est le minimum , mais donner de la couleur au temps qui  » passe » , c’est pas mal non plus et c’est peut être ce qui nourrira le mieux vos enfants et votre famille au plus large .

      3. Bonjour,

        Juan, la mort est pour moi inéluctable, mais compréhensible, en fait, elle est naturelle ;
        Simplement, il me parait appréciable qu’elle se situe au moment où, compte tenu de l’usure du temps, du plaisir de vivre qui diminue, et de l’énergie (vitale, celle là) qui s’épuise, elle devient souhaitable. Avant, il y a le risque des regrets …

        J’ai épousé une femme dont la douceur de caractère est directement proportionnelle au contenu de l’estomac. Elle a cru bon de transmettre ce trait à sa fille. Alors la couleur du temps qui passe, c’est bien, mais disposer de patates, c’est pas mal non plus.

        C’est tout le problème des arbitrages à mener lorsqu’une variable nous est inconnue.
        Dans mon cas, voilà quatre ans que je m’emploie à préparer un terrain d’un hectare afin qu’il permette une relative vie autarcique à ma famille.Il reste du boulot. La variable inconnue, ici, c’est le moment où les ennuis sérieux commenceront. Je ne suis pas voyant, mais gestionnaire averti et connaisseur des fonctionnement humains et sociaux, et la représentation que je me fait de cette variable, c’est que les problèmes peuvent surgir dans quelques mois, comme dans dix ans … ou jamais.
        Alors la préparation via la couleur du temps qui passe …
        J’arbitre en connaissance de cause, en mon âme et conscience, et sans inquiétude. Je suis tenu ici à une obligation de moyens, pas de résultat…

  56. Hi,

    Lu sur l’excellent site RadioProtection Cirkus :

    « Lu dans le Mainichi Daily News du jour : « […]Some of the reactors at the nuclear power plant have melted down, and the melted nuclear fuel is sinking toward water under the ground. An underground barrier is needed to stop water that becomes contaminated from flowing into the sea. Experts have pointed out the urgency of the situation and the government supports the idea[..]

     » Si je traduis bien :

    « Un (Certains des) réacteur(s) de la centrale nucléaire a(ont) fondu, et le(s) corium(s) progresse(nt) sous la terre vers l’eau. Une barrière souterraine est nécessaire pour arrêter l’eau ainsi contaminée de s’écouler dans la mer. Les experts ont souligné l’urgence de la situation et le gouvernement soutient cette idée.[…] »

    Donc au moins un corium en ballade ?

    Si un angliciste (un vrai…) peu reformuler plus proprement ma traduction approximative, qu’il n’hésite pas. Merci d’avance. »

  57. Si vous etes un biologiste, je m’etonne que vous ne connaissiez pas la difference entre la radioactivite ambiante gamma du granite breton ou de celle des vols en haute altitude avec celle de la radioactivite alpha et beta de particules comme celles issues des explosions de Fukushima. Comme vous devez le savoir, l’iode, le cesium, le strontium radioactifs sont aisement absorbes dans le corps humain et detruisent les tissus, modifient l’adn des cellules et produisent eventuellement des cancers, d’autant plus souvent que le sujet est jeune. La mesure de radioacrivite gamma a Tokyo reste relativement basse, mais il faut tenir compte des particules radioactives amenees par les vents et la pluie qui tombent sur la ville et contaminent l’air et les sols. Vous pouvez critiquer la forme du discours de l’auteur de la video, mais j’ai bien peur qu’il ait raison sur le fond. Conseillez vos enfants de laver leur legumes et fruits et soyez sur que votre petite fille se lave les mains apres qu’elle ait joue dans la cour. Comme on dit il vaut mieux prevenir que guerir.

  58. Les actionnaires de tepco se fâchent, ont-ils raison?
    Oui, ils ont raison de se fâcher – contre eux même – puisqu’ils auraient du savoir depuis longtemps que la compagnie à laquelle ils ont confié leur argent n’était pas digne de confiance. Ils ne voulaient que faire fructifier au mieux leur argent , sans rien de plus , sans se demander ni pourquoi ni comment, en toute irresponsabilité,donc en faisant payer les autres pour leur faute.
    Nouvel obs : Assemblée générale houleuse pour Tepco après Fukushima

  59. Pourquoi ce Français au Japon n’a pas fait de video lorsque la France faisait peter des bombes nucleaires à Mururoa ? et que les pecheurs locaux se suicidaient ???
    Pffffffffff

    1. Ben… p’tet ben qu’il prenait son p’tit dej…. et savourait une brioche ???? Qu’ en penses tu ????
      Oui? Non ?

    2. A Stephane Pasquier, il devait sortir à peine de l’age des boutons …
      Par contre, vous pouvez en rire, mais à l’époque, j’ai déposé, devant ma maison d’alors, des petits panneaux, non aux derniers essais atomiques de Chirac … j’en ai eu du monde qui roulait doucement pour lire et en rire mais un jour, un planquin s’est enfin arrêté, et m’a demandé : mais pourquoi ses panneaux ?

      Moi : parce que … et là je déballais le scandale de l’arrêt imminent des essais nucléaires de par le monde que même Chirac avait signé
      (c’est 6 mois après, si je me rappele bien)

      et lui de me répondre : mais ici c’est la France, mururoa, ca ne nous concerne pas !

      Qu’est ce que vous voulez répondre à cela ? Même si Chirac a créé des vocations politiques entièrement dirigées vers un parti écologique (c’est comme cela qu’à l’époque j’ai trainé chez les verts) , il était bien difficile de faire comprendre à une partie de la France que la Polynésie était bel et bien française ! Exactement comme maintenant pour Fukushima qui se trouve sur la même Terre que la nôtre !
      Alex a au moins ce mérite d’avoir réagi sur ce présent que d’autres nient jusqu’à l’oublier totalement de leur petit champ de vision bien étriqué, des vies si propres à ne plus savoir quoi balayer … dans leur vies si rangées puisqu’il ne s’y passe plus rien que du vent !

  60. Pourquoi croire que seuls les projets français autour du nucléaire sont innovants et les plus rentables.
    Les allemands ont une approche totalement différente et beaucoup plus globale de ce qu’est le besoin d’énergie de sa fabrication à son stockage en passant par une pollution moindre.

    http://www.cartech.fr/news/audi-a3-gaz-tcng-gnv-39760844.htm

    Le tout c’est de reconsacrer l’énergie produite la nuit à autre chose qu’à éclairer des enseignes lumineuses des villes ou des autoroutes.

    1. @Hervé
      Je ne sais pas si c’est un projet test, ou si c’est prévu à grande échelle, mais ça semble cohérent, coordonné et sérieux, (allemand quoi) quand je vois qualité du débat et la cohérence des décisions en France sur le sujet de l’énergie, la comparaison est loin d’être à notre avantage.
      J’ai toutefois la conviction qu’il y a un terrain sur lequel nous serons largement en tête, c’est celui de la réduction des consommations (pas d’idée, pas de sous, pas de volonté).
      Si on est pas tiers-mondisé avant, et si il existe encore un semblant d’Europe dans 20 ans, il nous filent (???) leurs technos et on leur apprend à vivre dans la joie et la sobriété (sauf pour le vin, il en faudra, ça remplacera les médicaments (psychcotropes, régulation cardiaque,…).
      Hum… pas gagné

    2. Bonsoir !

      Attn Hervé :

      « Le tout c’est de reconsacrer l’énergie produite la nuit à autre chose qu’à éclairer des enseignes lumineuses des villes ou des autoroutes ».

      Voici une action à entrependre immédiatement .
      – Soit on procède comme les pt’its gars d’ANNECY ‘ de mémoire »,
      – Soit on s’équipe de billes et de lance-pierres ( alternativement , le modèle pour appater les carpes permet de gagner du temps …) .

      La 2 ème option, Si l’action est maintenue dans le temps, dissuadera les « propriétaires » de remplacer les enseignes lumineuses HS…. Aucun scrupule a avoir, …. les enseignes lumineuses et éclairages autoroutiers, ça n’est pas essentiel!!!! Que du superficiel …. et même dangereux , dans certains typpes de configurations.

  61. Bonjour Paul, bonjour à tous,
    Cette vidéo est de la dynamite ! En comptant le mien, on en est à 375 commentaires …
    Il a raison de se facher le petit gars, car il y a de quoi…
    Moi, je pense que nous allons continuer (helas) à faire ce qu’il y a de pire pour satisfaire aux besoins de la minorité qui gouverne. Le besoin d’en avoir toujours un peu plus et quelqu’en soit les moyens. Je crains fort que cela soit dans la nature humaine. Au mieux, cela se terminera par une bataille rangée entre les pro et les anti qui donnera la victoire aux anti, mais ce n’est pas gagné d’avance.
    Pourtant, je pense que nous avons de la chance car bientôt nous allons manquer de pétrole. Sans pétrole, c’est tout notre mode de vie qui est condamné et y compris le nucléaire. Croyez vous que nous pourons construire des réacteur nucléaires sans pétrole pour transporter le minerai de fer entre la Mautitanie et Dunkerque où l’on fait l’acier des réacteurs, les pilones EDF et les cables des lignes à 20000 volts ? Croyez vous que sans pétrole on pourra encore acheminer les matériaux de construction sur les chantiers pharaoniques des centrales EDF ? Croyez vous que sans pétrole, nous pourrons continuer à faire voler les hélicopterres qui surveillent les miliers de KM de lignes haute tension ?
    Helas, je pense aussi que l’éolien et le solaire sont tout aussi condamnés que le nucléaire. Croyez vous que nous parviendrons à construire des éoliennes et des panneaux solaires sans pétrole ? Peut-être, mais alors cela va être très dure… Il faut savoir que tous ces moyens de production électrique ont une durée de vie. Sur une éolienne, on trouve des roulements à billes qui ne sont pas éternels, des alternateurs qui ne le sont pas plus…
    J’ai bien l’impression que nos enfants ou petits enfant connaîtront un jour le model économique de nos années 1830. Un model beaucoup moins prédateur pour la planete. C’est peut-être bien le manque de pétrole qui va nous sauver du désastre écologique annoncé.
    Un conseil ; achetez des bougies ….
    Un truc étrange : Nous somme au pays du nucléaire, mais j’ai jamais vu de commerce où l’on vend des compteur Geiger où des dosimètres. Je trouve cela un peu « louche »…….

    Bonne soirée.
    Pascal

    1. @Pascal Salomé

      Si on s’y prend bien et si la répartition des richesses se fait au sein des pays et entre les pays, il y a des scénarios disant qu’on pourrait revenir au niveau des années 1960 en Europe de l’ouest tout en étant en mode durable.
      Je reconnais que c’est loin d’être gagné, mais vu comme ça , on voit que la solution est politique, ça laisse un petit espoir.
      Si vous voulez plus de précision vous pouvez lire le bouquin de Tim Jackson « Prospérité sans croissance ».
      http://www.amazon.fr/Prosp%C3%A9rit%C3%A9-sans-croissance-transition-%C3%A9conomie/dp/2804132757

    2. On a passé le pic du pétrole conventionnel, certes, mais il reste encore beaucoup de charbon. Et le charbon peut être transformé en combustible liquide (par exemple le procédé Fischer-Tropsch). On peut aussi utiliser le charbon pour produire de l’électricité pour alimenter les véhicules électriques qui vont arriver sur le marché dans les prochaines années.

      Bref, la fin du pétrole ne nous sauvera pas (malheureusement!)

      1. Le système génère des contextes où le shutdown est préférable à la substitution.

        Nous n’aurons ni le temps ni l’énergie et encore moins l’argent de transformer du charbon en pétrole. Construire ce type d’infrastructures nécessite beaucoup de temps, d’énergie, de matières premières et de capitaux. Une preuve de ce déficit généralisé est le recours suicidaire aux réserves stratégiques de pétrole par l’OCDE pour faire baisser les cours du pétrole. Si le charbon pouvait se substituer au pétrole on ne s’attaquerait pas à ce stock de survie dans ce contexte de pic pétrolier. En fait le charbon n’est plus économiquement rentable quand il y a manque de pétrole car les charbons encore disponibles sont rentables grâce à une mécanisation bon marché dépendante d’un pétrole bon marché. Aïe !!!

        Notre logique TSE (tout sauf économiser) qui consiste à grignoter à la marge nous profile vers l’effondrement vertical, histoire de donner raison aux plus millénaristes d’entre nous.

      2. Bonjour,

        Bonne réponse de PO2008, mais c’est encore plus grave …
        Il reste beaucoup de charbon pour Mathieu, comme il reste beaucoup de pétrole pour le citoyen lambda.
        En raison d’un simple système de compensation entretenu par les prix, le pétrole, le charbon, et le gaz, vont connaître un pic de production relativement groupé. Et relativement proche.
        Il en est du charbon comme du pétrole ; on a commencé par le plus facile, et le plus énergétique.
        Il en reste beaucoup, en effet. Difficile d’accès ou peu énergétique. Dommage.

      3. Le problème du PO et de la pénurie d’abondance , c’est que la solution ne sera pas technologique ou de pénurie répartie , mais societale . Le prix acceptable de l’energie ne peut u’ etre fixe (ou presque ) , la variable c’est le nombre des accédants a cette energie ……Ce qui nous promets un avenir des plus triste.

      4. @peacole

        Le déblocage des stocks stratégiques est une conséquence absolument logique au sous-approvisionnement de l’Europe consécutif à la guerre en Libye massivement soutenue par les pays … de l’OCDE, et à la décision de l’OPEP en début de mois de ne pas relever les quotas de production. Point.
        Toujours sur la Libye, il ne vous aura pas échappé qu’une des batailles déterminantes de la WW2 y a vu s’affronter la crème des armées italiennes (sic), allemandes et anglaises, et ses meilleurs généraux, Graziani (sic), Rommel, Montgommery. L’objectif était bien sûr l’accès pour les forces de l’axe aux réserves pétrolières stratégiques du proche-Orient, le même que celui de la « guerre de Libye » des italiens contre l’Empire Ottoman qui y perdit la Tripolitaine et la Cyrénaïque juste avant la WW1…
        Et comment les forces de l’axe compensèrent-elles leur grave déficit en ressource pétrolière pour affronter l’empire soviétique et les alliés ?
        Hé bé Fischer-Tropf…

        Ce procédé a été mis au point et exploité au cours de la Seconde Guerre mondiale par l’Allemagne, pauvre en pétrole et en colonies pétrolifères mais riche en charbon, pour produire du carburant liquide, massivement utilisé par les Allemands et les Japonais durant le conflit mondial. Ainsi a été montée la première usine pilote par Ruhrchemie AGS en 1934 et industrialisée en 1936. Au début de 1944, le Troisième Reich produisait quelque 124 000 barils/jour de combustibles à partir de charbon, ce qui représentait plus de 90% de ses besoins en essence d’aviation et plus de 50% du besoin total du pays en combustibles. Cette production provenait de 18 usines de liquéfaction directe mais aussi de 9 petites usines FT, qui produisaient quelques 14 000 barils/jour.

        Et du charbon, c’est 850 Milliards de tonnes qui attendent qu’on les crame, soit, au rythme actuel de consommation pour fournir près de 50% de l’électricité mondiale (3,2 Mrds TEP), 120 ans de réserves. Et 40 ans si on décidait de stopper l’expmoitation des réserves de pétrole pour constituer un stock de sécurité et de passer au pétrole de charbon en substitut.
        Et d’ici là, yaura passé d’l’eau sous les ponts et des cons d’ssus…

      5. @vigneron

        – Concernant l’urgence de recourir aux réserves stratégiques:
        « The Republicans call it bad policy to use the oil in a non-emergency and would rather see more permits issued to drill for oil. Democrats are hailing the move as a way to bring relief to the middle class. »

        http://www.csmonitor.com/USA/Politics/2011/0623/Why-is-Obama-tapping-the-Strategic-Petroleum-Reserve-really

        – « Le pic mondial absolu de l’énergie fournie par le charbon pourrait être atteint dès 2011, d’après une étude de l’université du Texas, dont le magazine National Geographic rendait compte en septembre. Dans une tribune publiée en novembre par la revue Nature, Richard Heinberg et David Fridley, du PostCarbon Institute, prétendent que l’ère du charbon abondant et pas cher touche à sa fin, elle aussi. Un diagnostic qui ne fait évidemment pas l’unanimité. »

        http://petrole.blog.lemonde.fr/2011/06/09/la-chine-est-le-1er-consommateur-mondial-denergie-%e2%80%93-pour-combien-de-temps/

        – Il faut du temps pour développer une industrie qui puisse produire 100.000 barils jours à base de charbon, cela ne se fait pas en un an. Le Coal To Liquid ne pourra donc qu’adoucir la chute car il sera lancé bien trop tard alors que le déficit sera déjà en train de s’accumuler d’années en années. Et puis il nous coûtera bien plus cher que si nous le lancions maintenant car la pénurie de pétrole nous affectera déjà et pèsera sur tout nos projets (extraction des matières premières, transport des matières premières, béton, construction, etc).

      6. Bonjour,

        Vigneron, si vous souhaitiez démontrer que savoir sans comprendre ne sert à rien, c’est réussi.
        Sinon, c’est raté.

      7. Héhé… Ça marche, j’vois qu’y a du monde sur le pont… Bon bé m’en va piquer une tête, sous le pont.

      8. Avec du charbon on fait du pétrole, mais là ils ont dépassé le stade, ils font comme du pétrole avec seulement le résidu du brulage , le CO2, et en plus ça dépollue.
        Et en plus il y a de l’avance car du brûlage il y en a eu, il y en a eu, il y en a eu je te raconte même pas.
        Même que certains disent que cela a réchauffé toute la planète.

      9. @hervé

        Vous déconnez j’imagine 🙂

        Si tel ne devait pas être le cas 🙁 … Avez-vous des chiffres sur l’EROIE d’une telle production
        qui jusqu’à preuve du contraire ne peut être qu’inférieure à 1 ?

      10. Hervé du 1 juillet 2011 à 20:03 : la réaction de Sabatier est : CO2 + 4H2 → CH4 + 2H2O
        .. ça produit donc du CH4 (méthane) dont l’effet de serre et 25 fois plus puissant que le CO2. On pourrait brûler le CH4 mais alors on produit de nouveau du CO2 et on revient à la case de départ et cette pirouette aura coûté plus d’énergie qu’elle n’ en apporte, il me semble.

      11. C’est là où je m’insurge.

        Le but est de reprendre le CO2 pour en refaire de l’énergie et ainsi de suite.
        Comme la photosynthèse.
        La photosynthèse n’a nulle vocation à faire disparaitre le CO2 dont elle se nourrit.

        Le problème que nous avons introduit avec le pétrole est que nous avons libéré une quantité de CO2 fossile trop vite, que nous ne savons pas réabsorbé avec un temps du même ordre de grandeur.

        Malheureusement je ne sait pas si l’on peut rééquilibrer les choses mais faisons en sorte que à l’avenir nos cycle d’émission et réabsorption soient cohérents comme ici ou avec la biomasse ou avec la replantation qui a vocation à être brulée mais compensée par une replantation.

        ps : le rendement est de 60 % en énergie électrique, ce qui n’est pas mal si c’est de l’éolien ou du solaire, sans risque.

      12. @Rutily

        Votre projet est vraiment très intéressant.

        Comme quoi on peut réduire notre dépendance au pétrole et moins polluer.

        Il faut juste la volonté de changement.

        On est sur ce blog on sait que les histoires d’argent sont très relatives.
        On a trouvé 3000 milliards en catastrophe pour recapitaliser les banques, pourquoi pas une somme identique pour ce type de projet ?

      1. Bon, je n’ai pas vu le témoignage de l’autre excité je n’en dirai donc rien. Mais en revanche j’ajoute un +1 pour le témoignage ci-dessus et la note de « quelqu’un »: calme, posé et parfaitement lucide.

      2. Il faut dire qu’ Alex, « le gars qui se fâche et qui a raison » fait bien passer son message : (presque 7.000 vues / jours) alors que son message est diffusé un peu partout, par d’autres et sur d’autres sites.
        Ce n’est vraiment pas négligeable, d’avoir créer une des vidéos les plus vues de ce mois sur youtube, sur le thème de Fukushima – et en français en plus- !

    1. On peut entendre le grésillement du compteur Geiger dans le background, ce que j’ai retenu dans ce témoignage posé est

      Et vous avez une épée de Damoclès quand avez des enfants, arrêtons cela ! ! ! ! !

      Indignation de 2eme type sur le délire de la logique nucléaire versus impuissance atomisée.
      Merci Roma.
      à quelqu’un

      « le gars qui ne se fâche pas et qui a raison. »

      Je pense que nous sommes au delà d’AVOIR raison, c’est le lien qui manque dans ce cul de sac.

  62. Ce qui m’épouvante le plus, c’est que la plupart de cette énergie dont on nous dit qu’on a besoin à travers la construction de ces centrales, est destiné à produire en définitive du gaspillage, car ce gaspillage s’appelle consommation de masse de présentation marketing ou d’objet destiné à être dépassé et jeté au bout de six mois, sans compter l’alimentaire qui part dans les bennes à ordures des pays riches et j’en passe.

    1. A moitié vrai :
      ce chauffer, se déplacer, et l’agriculture, ça fait quand même la majorité de l’énergie dépensée
      (toujours ma source favorite du moment « withouthotair.com« . )

  63. Le Japon décrète de nouvelles poches d’évacuation autour de Fukushima

    TOKYO – Le Japon a décrété jeudi quatre nouvelles poches d’évacuation à proximité de la centrale nucléaire accidentée de Fukushima (nord-est) où des niveaux élevés de radioactivité ont été détectés, ont annoncé des responsables locaux.

    Cette décision concerne 113 foyers de la ville de Date, située à une soixantaine de kilomètres au nord-ouest de la centrale Fukushima Daiichi, gravement endommagée par un tsunami le 11 mars.

    Les autorités ont relevé des niveaux élevés de radioactivité, au-delà de la limite légale de 20 millisieverts par an fixée par le gouvernement, dans les districts de Ryozenmachi, Kamioguni, Shimooguni et Tsukidatemachi.

    Le gouvernement offrira une aide financière aux familles acceptant de quitter leur domicile, a précisé un responsable local.

    Plus de 85.000 personnes ont été évacuées dans un rayon de 30 kilomètres autour de la centrale et vivent depuis la catastrophe dans des abris de fortune en espérant pouvoir un jour rentrer chez eux.

    Par ailleurs, une étude menée sur dix enfants vivant dans la ville de Fukushima, à 62 kilomètres du site atomique, a révélé la présence d’une petite quantité de substances radioactives dans leur urine, ont annoncé une association de citoyens et une ONG française.

    Tous les échantillons prélevés en mai sur ces enfants âgés de 6 à 16 ans étaient contaminés en césium 134 et césium 137 à des concentrations allant de 0,4 à 1,3 becquerel par litre, a précisé dans un communiqué l’Acro (Association pour le contrôle de la radioactivité de l’Ouest), créée en France à la suite de la catastrophe nucléaire de Tchernobyl en 1986.

    Les analyses ont été effectuées dans un laboratoire français à la demande d’une association de citoyens de Fukushima.

    Ces résultats devraient inciter les autorités japonaises à mesurer systématiquement la contamination interne des habitants qui ont été exposés aux panaches radioactifs et de ceux qui vivent dans les territoires contaminés, a estimé l’Acro.

    Cela nous conforte aussi dans l’idée que la limite (de 20 millisieverts) fixée par les autorités japonaises pour déterminer les zones d’évacuation est trop élevée, a-t-elle ajouté.

  64. En remettre une 3eme couche ! !
    Le controversé gouverneur de Tokyo, Shintaro Ishihara a tenu des propos polémiques en remettant sur le tapis la question de la remilitarisation du Japon.
    Ce qu’il demande:
    Si le Japon veut être traité comme une nation mature, le Japon doit se doter de l’arme nucléaire,
    Le Japon doit devenir une puissance militaire. Sinon, il deviendra un état vassal d’un autre pays(de quel pays parle t il ?)
    Le Japon a besoin d’une armée de conscription.

    http://www.japanprobe.com/2011/06/23/ishihara-wants-japan-to-militarize/

  65. Trouvé sur http://www.kokopelli-blog.org/
    1er juillet 2011: Nouveau dossier de Next-up en Français sur les révélations du Guardian. Le dossier en PDF est ici. Bravo Next-up. Le Guardian révèle les échanges internes d’e-mails entre les autorités gouvernementales et les industriels (EDF Energy, Areva, Westinghouse, …) sur la campagne de communication lancée pour protéger le développement et la construction des nouvelles centrales nucléaires Britanniques suite à la catastrophe de Fukushima.
    —>Lire le pdf
    Comme quoi si un forum citoyen est méprisé, les industriels eux ne se privent pas de propagande.
    M.Audiart: (Les tontons flingueurs)
    –Les cons. ils ne vont pas oser
    –Si. C’est justement à ça qu’on les reconnaît….

  66. sécurité nucléaire à Tricastin :
    Un incendie a touché samedi après-midi le transformateur d’une unité à l’arrêt de la centrale nucléaire du Tricastin, dans la Drôme, laissant s’échapper de gros panaches noires de fumée.

    L’incendie, qui s’est déclenché vers 15 heures pour une raison inconnue, « s’est déroulé dans la partie non nucléaire des installations et n’a aucune conséquence radiologique sur l’environnement et la population », a précisé EDF dans un communiqué.

    Le transformateur sert à évacuer la production d’électricité vers le réseau électrique national. Les flammes ont été rapidement maîtrisées et il n’y a pas eu de blessés. L’unité de production N°1 était en arrêt pour sa maintenance annuelle.

Les commentaires sont fermés.